Derniers sujets
Le vent du jeuDim 20 Oct 2019 - 21:18KuroSix pieds sous terreSam 19 Oct 2019 - 17:56KuroBienvenue à la Ville d'HalloweenSam 19 Oct 2019 - 9:32Irelia AlishinaDistille-moi une vodkaMer 16 Oct 2019 - 17:56Chen StormstoutUne lueur dans les ténèbresMer 16 Oct 2019 - 16:28DeathNommez-la QuingyiMer 16 Oct 2019 - 9:26Huayan SongLe jour où j'ai presque péchoVen 4 Oct 2019 - 15:24RoxasUne bien curieuse visiteuseJeu 3 Oct 2019 - 16:06NeigeCasino RoyaleMer 2 Oct 2019 - 0:49Huayan SongLa rage du mortel Mar 1 Oct 2019 - 21:43Death13 Rue du Clown NoirMar 1 Oct 2019 - 15:46Chen StormstoutErreur de posteMar 1 Oct 2019 - 2:38Chen StormstoutLe vestige d'AriezMar 1 Oct 2019 - 0:43Yhl'GanothMt Gagazet - Le bras du pèreLun 30 Sep 2019 - 23:04Bryke RonsoTout un programme !Lun 30 Sep 2019 - 19:48Chen Stormstout
Freyja Crescent
Freyja Crescent
Coeur Oublié

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Sonne le Glas Left_bar_bleue317/350Sonne le Glas Empty_bar_bleue  (317/350)

XP :

le Ven 2 Sep 2016 - 14:48

La fraîcheur d’une nuit de septembre commençait à se faire ressentir, l’été approchait de sa fin et doucement, le froid caractéristique de Sherwood se faisant ressentir. Dans le couvert d’un bois longeant le village de Breaston, une petite troupe de brigand répondant aux actes de Robin des Bois attendait le signal. Perchée sur un arbre, la cape des brigands couvrant le corps de la jeune rate, Freyja observait les lumières dans le village. Celle de la forge était encore rougeoyante, mais aucun martèlement ne se faisait entendre. Le feu devait rester vif, que ce soit de jour ou de nuit afin de faciliter le travail de l’artisan. De rares chaumières étaient encore illuminées, la faible flamme d’une bougie dansante au travers d’une fenêtre, probablement oubliée. Et finalement la lumière des torches des hommes de Kefka. Ses derniers patrouillant  encore dans le village, prêt à réprimander la moindre personne désobéissant au couvre-feu imposé par le régent.

- Combien en comptez-vous ?
- Cinq rhinocéros, armés et parés. Ils sont dispersés dans le village, lance à la main et brandissant une torche de l’autre.
- Ça commence bien…
- Nous avons deux archers sur le clocher de l’église, l’un à l’est et l’autre à l’ouest. Ils se rejoignent tous les quarts d’heure, et restent cinq minutes à discuter. Il y aussi quelques loups, ils sont dans la maison éclairée à l’entrée du village. Aucun n’est sorti depuis que la nuit est tombée.

D’un saut léger, la rate sauta du haut de sa branche et atterrie devant un homme-lièvre. Elle récupéra sa lance de la main droite et remit son chapeau en place avant que le lièvre ne reprenne la parole.

- Donc, nous sommes six pour affronter une dizaine de gardes de Kefka ?
- Oui.
- Vous ne pensez pas que c’est… Pas suffisant…?
- Nous en avons déjà parlé, nous n’attaquerons pas de front. Rejoignons les autres, nous ne tarderons pas à agir.
- Humpfff… À vos ordres…

Les deux brigands s’enfoncèrent quelques instants dans l’orée des bois, rejoignant le reste de la troupe attendant patiemment dans le noir. Le craquement des branches signala l’arriver du lièvre et de la rate les firent réagir instinctivement et ils pointèrent leurs armes, prêts à attaquer. D’un geste de la main de la part du lièvre, il se calmèrent et s’assirent de nouveau sur une souche d’arbre.

- Bien, nous allons bientôt passer à l’attaque.
- Déjà ?[/color]

L’ours avait pris la parole et s’était levé, s’approchant des deux éclaireurs, son épée bâtarde à la main.

- Vous êtes sûre que c’est le bon moment ?
- Il ne sert à rien d’attendre plus longtemps, la nuit est bien avancée et le soleil se lèvera dans une pair d’heure.
- Bon… Si nous n’avons plus de temps… J’espère que vous ne nous envoyez pas à la mort.
- Tenez-vous au plan, et tout ira bien

À tour de rôle, les brigands se levèrent et suivirent le lièvre alors que Freyja fermait la marche. Deux renards ainsi qu’un vautour s’étaient joints à la troupe, chacun avait sa place et son rôle à jouer ce soir, et la rate espérait que tous se passeraient selon le plan. Arrivé à l’orée des bois, point d’observation de la troupe, cette dernière se séparait en deux groupes. Le vautour et le renard filèrent ventre à terre en direction de l’église du village, alors que le reste rejoignirent la chaumière la plus proche des bois. Une fois la maisonnette atteinte, les trois anthropomorphes longèrent les murs et s’avançaient, finalement, ils distinguèrent la rue principale du village. Le poing levé, le lièvre stoppa la troupe et montrait la lueur s’approchant au bout de la rue avant de se retourner afin que chacun prenne sa place.

L’ours referma l’emprise sur sa garde alors que le lièvre fonçait de l’autre côté de la rue afin de se cacher derrière un tonneau, pendant ce temps, Freyja sautait sur le toit de la chaumière et se coucha dans la paille du toit, observant l’arrivé lente du rhinocéros. Une demi de lune illuminait le ciel, permettant de distinguer à plusieurs dizaines de mètres devant soit. La rate distinguait le lièvre dégainer ses dagues, le patrouilleur à moins de dix mètres de lui. Et d’un coup de patte, il renversa sa cachette, attirant l’attention du mastodonte qui brandit directement son arme dans sa direction. D’un geste commun, l’ours déboula de sa cachette en silence et donna un coup ample de son arme dans le ventre du rhinocéros alors que Freyja sauta de sa cachette afin de planter le fer de sa lance dans la nuque du garde. Un coup fatal, l’animal tomba sur le sol dans un bruit sourd pendant que les deux brigands rengainèrent leurs armes et tirèrent péniblement le corps de l’autre côté de la maisonnette.

- Un de moins…
- Nous suivons le plan, prépare-toi pendant qu’on s’occupe du second avec le lièvre.
- Je me dépêche, ne partez pas trop loin.

Ensemble, la rate et le lièvre traversèrent la rue à la recherche d’un autre garde de Kefka. Les minutes passèrent, une nouvelle lueur de torche fit son apparition au bout de la rue. D’un regard, les deux brigands s’accordèrent alors que le lièvre enlevait sa cape et s’allongeant au milieu de la rue, les dagues à la main, alors que Freyja grimpait sur un autre toit. Observant la scène de son perchoir, la jeune femme voyait le rhinocéros s’approcher lentement jusqu’à ce qu’il distingue le corps au sol pour approcher à grand pas. S’arrêtant devant le corps, il le piqua un instant avant la pointe de sa lance. L’instant d’après, il se relevait d’un geste vif pour planter une dague dans la mâchoire inférieure de son ennemi et l’autre dans la gorge alors que Freyja descendit de sa planque et chargea afin de donner un coup d’estoc dans les côtes de l’animal.

Les deux brigands continuèrent d’assener des coups dans le corps de l’animal alors que celui-ci s’affala sur le sol, dans un cri étouffé par le sang inondant la bouche du rhinocéros. Un craquement derrière eux faisant sursauté les deux brigands alors qu’ils distinguèrent les renards et le vautour s’approcher d’eux, faisant patte blanche.

- C’est nous, pas de soucis.
- Alors ?
- Les deux archers sont morts, et nous avons eu un rhinocéros dans la rue adjacente.
- Parfait, plus que deux. On se regroupe, il doit être prêt.

Ensemble, et longeant les murs, la troupe revenait sur ses pas pour retrouver le lieu ou le premier garde à été abattu. Et en lieu et place de la trace de sang, ce trouvait un garde sans torche, observant les alentours.

- Vous voilà enfin… Qu’est ce-que vous foutiez ?!
- Il ne reste plus que deux rhinocéros et les archers ne nous abattront plus, c’est ce que nous foutions.
- Vous attendrez que le village soit libéré du régent pour vous dire des douceurs, on avance. Freyja, escorte notre gars en armure en passant par les toits et occupez-vous d’un des rhinocéros. Nous gérons le dernier à nous quatre.
- Rendez-vous devant la maison des loups.

D’un geste affirmatif, la troupe se séparèrent alors que Freyja bondit sur le toit le plus proche et que celle-ci suivait la marche de l’ours. La jeune rate tentait aussi bien que ce peu à se faire petite pour éviter de se faire repérer, les minutes passèrent pour finalement distinguer la lueur d’une autre torche au pied de l’église. D’un long saut, la jeune femme prit place sur la maison face à la tour alors que l’ours s’approchait. En plissant les yeux, Freyja distinguait que le garde était un genou à terre qu’il semblait fixer quelque chose au sol alors que l’ours arrivait à porté de voix.

- Vite, descend chercher les loups, nous avons une intrusion, nos gars sont morts.
- …
- Qu’est-ce que tu attends ?!

D’un mouvement lent, le rhinocéros se relevait pour s’approcher de l’ours qui restait impassible. Et finalement, quand le garde distinguait finalement la silhouette sous l’armure, il brandit son arme. L’instant d’avant, Freyja se redressait et passait son arme derrière sa tête pour lancer cette dernière en direction du garde. La lance passa à côté de l’ours qui brandissait son épée bâtarde au-dessus de son crâne afin d’asséner un coup ascendant sur le garde. Les deux coups frappèrent ensemble, alors que la rate quittait son lieu pour s’agripper à la hampe de son arme et enfoncer plus profondément le fer de lance avant de frapper à nouveau et voir le rhinocéros tomber au sol, inanimé.

- Je savais qu’on ne pouvait faire confiance aux renards et à ce vautour de malheur, ils ont manqué de faire foirer le plan.
- Ce n’est pas un souci, ils nous restent plus que les loups et le village est libéré. Tu leur parleras après si tu veux, mais finissons le travail avant.

Freyja reprit son arme et retourna sur l’un des toits pour rejoindre la maisonnette dans laquelle se trouve les loups. Songeuse à ce qu’elle était occupée à accomplir avec les brigands. Certes, ils étaient en guerre, seulement, c’était sale de tuer de la sorte. Ce n’est pas une bataille qui se déroulait à Breaston, mais une boucherie. Les rebelles ne laissaient aucune chance aux hommes de Kefka, que ce soit pour le combat ou simplement qu’ils se rendent avant qu’ils ne soit transpercé de leurs armes. Le temps de quelques sauts, la jeune rate retrouvait le reste de la troupe caché derrière une charrette devant la chaumière illuminé. Un instant plus tard, l’ours rejoignait la troupe ainsi que la jeune rate.

- Aucun n’est sorti de la maisonnette depuis dix minutes, nous les voyons simplement passer devant la fenêtre. Ils doivent être une dizaine à l’intérieur.
- Qu’allons nous faire ?
- On défonce la porte et on profite de l’effet de surprise ?
- Attirons-les en-dehors, et abattons les un à un.

Le vautour, ainsi que Freyja restèrent silencieux à écouter les propositions de chacun. La jeune femme restait silencieuse, ne savant pas quoi réellement faire à cet instant. Elle avait versé assez de sang pour ce soir, et hésitait réellement à demander aux habitants du village de rejoindre la rébellion après le massacre de cette nuit. Malheureusement, avant qu’aucun membre de la troupe ne puisse dire quoi que ce soit, un carreau d’arbalète enflammé tiré depuis la forge vient se planter sur le toit de chaume et un second traversa une fenêtre. Le vautour avait quitté le groupe pour faire son attaque de son côté, et en l’espace de quelques secondes, le feu prenait sur le toit alors que les jappements de loup se firent entendre et que la porte s’ouvrir dans un nuage de fumée.

Sans perdre un instant, l’ours et le lièvre chargèrent devant l’entrée du bâtiment en feu et abattirent les loups tentant de s’échapper des flammes. Il ne fallut pas plus de cinq minutes pour que les forces de Kefka présente dans le village soit tuer ou carboniser par l’incendie, alors que les habitants, attirer par le bruit, ne sortirent des maisons que pour voir le groupe de résistant, les armes gorgées du sang et les corps sans vie des loups à leurs pieds. Freina pouvait voir dans leurs yeux qu’il ne savait pas quoi penser, il était maintenant libre du joug de Kefka, mais le sol de leur terre avait été gorgé du sang des assassins durant cette nuit. Heureusement, l’ours prit la parole au nom de la rébellion dans un discours galvanisant. Le shérif avait demandé à ce que chacun motive les habitants du village à rejoindre la rébellion, seulement, la jeune femme n’avait pas le coeur à cela après avoir vu les flammes dévorer la chair des loups.

Alors que le reste de la troupe se dispersait dans le village, Freyja s’assit sur l’un des tonneaux à l’entrée du village, attendant de voir les volontaires se joindre à eux pour le retour au camp de Robin. Le soleil se levait, une bataille a été remporter pour les rebelles, seulement, la véritable guerre était encore devant eux.


Général Primus
Général Primus
Le Drapeau Blanc

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Sonne le Glas Left_bar_bleue225/550Sonne le Glas Empty_bar_bleue  (225/550)

XP :

le Jeu 29 Sep 2016 - 0:26
Mission accomplie.

C'est dingue parce que Cassandra, Freyja et Chen partagent une morale assez catégorique. Tuer de manière aussi brute des ennemis leur paraît inhumain à tous les trois... et je pense qu'aucun d'eux ne supporte l'idée de brûler une chaumière où se trouvent dix ennemis rassemblés, alors que ça facilite énormément la victoire.

Trois personnages sur quatre donc... Et Death étant typiquement un gros méchant, il est hors-concours.

Alors que moi... je sais que je ne ferais jamais un personnage qui ne serait pas capable de faire ça... De raisonner et de se dire "On doit les tuer. Autant les brûler dans leur baraque, on est sûr que ça marchera".
Parce que moi-même je me dis qu'en guerre civile, si le peuple se révolte contre l'oppresseur... Il n'a pas le luxe de pouvoir se battre à armes égales. Choisir d'être clément avec l'ennemi et prendre un si gros risque est pour moi profondément idiot.

Donc je me suis un peu comparé à toi; Tu as autant de personnages qui pensent exactement pareil par rapport à la guerre lors de ces moments-là (comme l'atteste Cassandra dans l'event du Sanctum, comme l'atteste Chen dans la réunion)... et j'ai autant de personnages qui pensent que même si la sentence est cruelle, elle est nécessaire.

Ce qui prouve une chose :

Pas qu'on fait toujours les mêmes personnages, non. Ca prouve qu'on met toujours beaucoup de soi dans son personnage, même quand on fait un perso très spécial. Et du coup, la comparaison entre les deux pensées par rapport à la guerre, la tienne et la mienne, me semble intéressante.

J'ai trouvé la mission très bien. L'introduction est cool, les combats sont bien décrits. Il y a une très bonne ambiance.

Par contre... durant les dialogues, je sais jamais qui parle. Quand t'as quatre personnes qui parlent ensemble, essaie d'ajouter de la narration. "Blablabla, pensa Freyja, Blabla".

Cool, donc.

Mission avancée : 33 xp, 330 munnies. 2 PS en dex, 1 PS en force.

_______________________________
Sonne le Glas Signatureprimus
messages
membres