Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Territoire de la Coalition noir,
La cité du crépuscule,
Heure local 01:50,

Dans les ruelles sombre de la ville, les gens qui n’étaient pas encore chez eux se précipité dans la lumière d’un lampadaire ou dans une maison éclairait, car les sans-cœurs rodaient, affamaient, tentent de dévorer tout les imprudents qui ne respecter pas le couvre feu imposé par la coalition noir. Un groupe d’homme armés s’avançaient dans une rue, puis une autre, savant parfaitement où aller, leur chef avait eut pour mission d’aller récupérer quelqu’un, un homme qui était autrefois un meneur, mais qui, à la suite d’une mission qui avait mal tourné, n’était plus que l’ombre de lui-même maintenant. Malgré la présence de sans-cœurs dans la ville les hommes de la coalition n’avaient rien à craindre de ces monstres, Ariez les contrôlait et fessait en sorte aucun de ces soldats ne soient déranger par ces choses.  L’escouade finir par arrivaient devant un bar malfamé, l’enseigne lumineuse clignotée de manière irrégulière et quelques lettres ne s’allumaient même plus. L’on pouvait y lire «  Au coins paumé ». Le lieu sentait le coupe gorge à plein nez, pourtant le chef d’escouade se retourna vers ces hommes et d’une voix claire leur dit.

-Rester ici, je n’ai pas besoin d’aide pour ça.

Sans attendre de réponse l’officier poussa les portes du bar.
La salle était plongée dans une lumière rouge/oranger, une épaisse fumé envahissait la pièce et malgré le froid qui régner dehors, l’odeur de transpiration envahissait les narines du soldat qui du placer son bras devant son nez pour essayer d’atténuer la puanteur. Balayant la salle d’un regard dur et méprisant pour les gens qui étaient assis à des tables, buvant jusqu’à plus soif…ou jusqu’à ce que leur tête finisse par terre.  Enfin son regard se posa sur le dos d’un homme accoudé au bar, buvant une pinte de bière. Le soldat sourit, pas un sourire de joie, mais plus un réflexe. L’officier s’approcha sans attendre, ne prêtant pas attention au regard haineux ou apeurait de certaines personnes de la salle. S’installant sur la chaise d’à côté sans prendre la peine de demander si la place était libre car de toute façon le lieu était presque désert. Sans chercher à savoir qui venait de s’assoir, Indrick commanda une nouvelle bière, on avait du mal à croire que cet homme avait été autrefois un grand soldat à la solde de la coalition noir, une barbe de plusieurs mois, les cheveux long et sale, les yeux rouge avec des poches au dessous. Si on lui avait montré une photo de lui il y a 1 an, il ne se serait pas reconnu lui-même.  Lorsque sa commande arriva, il prit le verre et bu quelques gorgé avant de plonger son regard dans le liquide de son verre. Se rappelant pour la millième fois…Les visages paisibles de ces anciens hommes, ces compagnons…. Allongées dans des cercueils. Markus, Sam, Daniel….Ils étaient tous morts en accomplissant leur devoir, pourtant…Pourtant le Lieutenant n’arrivait pas à se pardonner…Il n’était pas là le jour où les forces du sanctum sont venue reprendre le château, il était partit faire une mission en solo. Lorsqu’une fois rentré, on lui avait expliqué la situation, il avait passé sa rage sur le terrain entrainement jusqu’à ce que la fatigue ne l’emporte.  Ils n’avaient pas retrouver Marianne et Tosh,, Indrick pensait qu’ils avaient été attraper, et enfermer, il voulait aller les sauvé, mais il ne pouvait plus le faire….Pas seul.
Depuis ce jours, Indrick s’était enfermer dans la boisson essayant d’oublier et de tourné la page, sans jamais y arriver complètement.

-Lieutenant Indrick Boréale je présume ?

Lieutenant ? Cela fait bien longtemps qu’on ne l’avait plus appeler comme ça, depuis qu’il s’était mit à vagabondé dans les rues de la cité sans jamais revenir au Q.G de la coalition, il avait espérer qu’il le laisserait seul…

-Que me veut la coalition ?

Sa voix était racle et sèche, il bu une nouvelle gorgé de son breuvage avant d’écouté ce qu’on avait à lui dire.

-Je me présente Sergent Elizabeth, je suis venu ici pour vous chercher car la Coalition à de nouveau besoin de vous.

Indrick poussa un rire forcé et sans regarder la personne lui répondit d’un ton sec et hautain.

-Hic ! Quoi ? Ariez n’a plus assez de larbin pour faire son sale boulot ?!

Que ce sois l’alcool qui lui est fait dire ça ou sa véritable pensé, la réaction ne se fait pas attendre. Alors que le soldat tendait son verre à sa bouche, la jeune femme lui enleva la chaise de sous ces fesses d’un geste vif. Stupéfait par la rapidité de la jeune fille et par la sensation de tombé, Indrick poussa un cri de surprise avant de finir sa chute sur le sol du bar, son verre ainsi que son contenu sur la tête. Poussant un chapelai de jurons, l’homme se releva difficilement, un regard plein de haine envers la demoiselle, il la détailla un moment.
Spoiler :

De taille moyen, la taille fine, elle n’avait pas autant de forme de Marianne, mais n’était pas à plaindre non plus, ces grands yeux noisette se joignaient parfaitement avec sa longue chevelure couleur châtain qu’elle avait ajusté pour qu’ils n’arrivent qu’au niveau de ses épaules à l’aide d’une grande barrette à cheveux. Une peau légèrement halé, elle portait un uniforme de soldat mais différant de celui de Lieutenant, elle n’avait pas de vêtement ample couleur kaki, ni de lourde bottes de marche, elle portait un haut aux manche longues bleu claire dont les bordures étaient blanche, lui arrivant au dessus des genoux, elle était ouverte à l’avant et des boutons permettaient de la refermer. Une jupe lui arrivant au dessous du genou ouvert sur le côté de même style que le haut, laissait entrevoir des jambières en métal et un short. Le tout était attaché avec une ceinture à boucle, ces pieds ne portait pas de bottes, mais des chaussures, des tennis tout ce qu’il y a de plus banal et ces mains étaient revêtu d’une paire de gants qui laisser découvert des doigts aux ongles courts, les cals dans ses paumes et la puissance de ses phalanges tannées par l’exercice, les yeux d’Indrick remontèrent jusqu’au poignet de l’épée qui pendait au ceinturon du sergent. Elle était patinée par l’usage, ternie par la sueur que seules des heures et des heures d’entrainement pouvaient faire couler. Il ne fessait aucun doute que la femme qui se trouver devant lui était une véritable tueuse.
Le lieutenant voulu faire un geste pour l’attraper, mais Elizabeth fût plus rapide, elle lui attrapa le poignet et d’un mouvement du corps fut volé la vielle carcasse du soldat sur le bar, celui-ci eu bien du mal à reprendre ces esprits. Alors qu’il s’attendait à une insulte ou une menace froide comme la mort pour ne jamais retenter ce geste, c’est d’une voix calme, sous aucune agressivité qui sortit de la bouche du Sergent.

-Je ne suis pas votre ennemi et encore moins ici pour vous faire du tord, mais Ariez-sama ma demandé de venir ici car je trouverai un meneur, un homme qui sera guidé mes soldats et aussi pour me mettre à votre service.

Alors qu’il se relever, les yeux d’Indrick devinrent aussi rond que des ballons. La jeune femme venait de s’agenouiller devant lui ! Lui ! La pauvre charogne qui sentait le fauve et puait l’alcool ! Il la vit sortir sa lame et planté la pointe au sol et poser son front sur la garde. Du respect ! Cette fille était entrain de lui montré la plus belle forme de respect qu’un soldat pouvais avoir ! Il halluciné ! Lui qui une minute, plutôt voulais lui marteler la tête avec son verre. Honteux, Indrick se passa la main derrière la tête et détourna le regard gêné devant tant d’égard et de révérence. Ce fut lorsque la jeune demoiselle reprit la parole qu’il revint à lui.

-Ce qui leurs est arrivaient n’est pas de votre faute, alors s’il vous plait guidé mes hommes et moi, comme vous les avez guidé.

Pas de sa faute…voilà les mots qu’il cherchait, et en même temps craignait, il ne voulait pas croire que se ne sois qu’un coup à pas de chance et que s’il y avait été cela n’aurai rien changé.
Des larmes se mirent à coulé sur le visage sale d’un homme brisé qui pouvait enfin reprendre un nouveau départ et terminer cette page trop longtemps resté à moitié tourné.

---------------------------------------

En Territoire Neutre
La ville d’Halloween
1 Mois plus tard
Heures Local 14 :28

Le vaisseau se posa dans un vacarme assourdissant, soulevant un épais nuage de poussière. Lorsque la porte arrière s’ouvrit, ce fut pour en laisser sortir une dizaine d’hommes armé d’épée ou de fusil d’assaut. Chacun prit position autour de l’aéronef et lorsque la voie fut dégager l’un d’eux s’approcha de la trappe pour y faire un salue militaire. Indrick descendit les marches lentement, il avait rasé sa barbe et couper ces cheveux très court comme on lui avait toujours enseigner dans l’armé. Il portait l’uniforme kaki, mais celui-ci était lavé et n’empestait plus le fauve, tenant son fidèle fusil d’assaut derrière l’épaule, il salua d’un signe de tête le soldat et posa pied à terre. Malgré son calme apparent notre Lieutenant était dans tous ces états, c’était la première fois qu’il revenait sur le terrain et comme tout soldats qui avait subit un traumatisme, redouté à tout moment de perdre le contrôle de la situation et de laisser place à la panique, mélanger à cela la peur de voir encore tomber dans hommes sans qu’il ne puisse rien ni faire.
Derrière le chef d’escouade se trouvait Elizabeth, elle était devenue son second après la petite escarmouche du bar. Portant son armure et son épée elle affichait un sourire rassurent à son supérieur lorsque celui-ci regarda autour de lui, cherchant un point d’appuie.
Après la rencontre du bar, Indrick avait finalement accepté de reprendre le commandement de cette troupe d’homme de la Coalition, non pas pour Ariez, mais pour lui, pour enfin passer à autre chose et commencer non pas à oublier, mais à accepter le sort qui lui était tombé dessus. Il avait donc passé un mois entier en salle d’entrainement, réapprenant les bases, à reforger son corps, à retrouver son endurance et sa force d’avant. Bien sûr il ne le faisait pas seul, Elizabeth l’aidé pour ce qui était de l’entretient physique, l’entrainant même aux maniements des armes blanche, chose qu’Indrick trouvait absurde par le passé, car pour lui un fusil était toujours plus utile qu’une simple lame, mais n’avait pas refusé un peu d’aide. Il avait ainsi apprit à retrouver confiance en sois et à reprendre de l’assurance.
Pourtant malgré tout ce qu’il avait accompli depuis 1 mois, il se sentait comme une recrute sur le terrain. Poussant un soupir pour essayait de se calmer, notre lieutenant ajusta la lanière de son fusil avant de s’avançait, l’escouade le suivant au pas.

Le Monde d’Halloween était comme l’on pouvait l’imaginer, les lieux étaient baigné dans une nuit de pleine lune malgré l’heure de la journée et des bruits inquiétant surgissaient des décors d’horreur qui entouraient les hommes. Comme l’avait prévu Ariez, ils ne rencontrèrent aucune créature de se monde, elles avaient effectivement autres choses à faire que de s’occupé d’étranger. Après une heure de marche, le groupe fini par arrivé devant le laboratoire du docteur Flinkenstein, l’endroit était tout aussi effrayant que le reste de la ville pourtant ce fut la taille et non l’aspect qui interpella le Lieutenant. L’endroit ressemblait plus à un énorme dépôt cas un laboratoire comme l’imaginé Indrick. La grande porte s’ouvrit sans difficulté une fois que les hommes eurent crocheté sa serrure, elle poussa un long et douloureux grincement qui résonna dans toute la pièce qui était plongé dans le noir.

-Lumière ! Ordonna Indrick.

Sans attendre ceux qui avaient des lampes les allumèrent avant de balayer la zone. L’endroit était encombré de débris divers et de machine à l’usage des plus douteux. Les Soldats tendirent l’oreille à la recherche du moindre signe de vie, mais à part le souffle du vent dans le bâtiment qui se transformer en plainte hurlante lorsqu’elle passait dans un tube ou un assemblage de métal, rien ne semblait indiquer la moindre activité dans le labo. Après une minute sous silence, le groupe se mit en marche, s’enfonçant dans l’énorme salle. Les lieux étaient envahis par d’épaisses couches de poussières et un nombre incalculable de toile d’araignées. Investissant la place, les soldats découvrir une mauvaise surprise, la plus parts des installations étaient à moitié éventré ou exploser, à parement les lieux avaient déjà était visité et ceux qui était venu ne semblait pas être passé pour vendre des abonnements de magasines. Après dix bonne minutes à d’exploration, il était claire qu’il n’y avait plus rien de valeur ou en état de marche ici. Alors que l’escouade s’apprêtait à partir les mains vides, un homme ordonna au reste du groupe de venir voir ce qu’il avait trouvé.

Derrière deux énormes blocs machines se trouver une grande porte en métal verrouillé avec un symbole inconnu dessus. La porte était couverte d’égratignures et de ce qui semblait être des coups de griffes d’une force surhumaine en voyant combiens elles s’étaient enfoncer dans l’acier de la porte.

-Apparemment ceux qui sont venu n’ont pas réussit à l’ouvrir. Nous avons peut-être une chance de revenir avec quelque chose qui pourrai faire plaisir à Ariez.  

S’exclama Indrick. La porte était condamné et il fallu presque une heure pour pouvoir l’ouvrir à l’aide d’un système de hack pour contré les défenses informatiques de la porte. Une fois ouverte le Lieutenant eu un frisson d’effrois, la pièce était moins grande que la précédente mais ici, pas d’énormes machines et ordinateurs. La pièce était remplie d’énorme cuve remplie de liquide verdâtre, un homme pouvais facilement mariner dedans, la vitre des cuves étaient devenu opaque, surement à cause du manque d’entretien des lieux. D’un signe de tête Elizabeth montra à son chef un chemin qui semblait menait à la salle de contrôle. La traverser n’enchanté pas vraiment Indrick car cela voudrait dire qu’ils devraient marcher juste à côté des cuves  et il n’avait vraiment pas envi de savoir ce qu’il y avait dedans. Ils marchèrent doucement, essayant de faire le moins de bruit possible, comme s’ils avaient peur de réveiller un monstre. Seulement la moitié des hommes les avaient suivie le reste attendait à l’entré de l’antre.
La traverser de cette « forêts » de verre se passa sous une pression énorme, malgré les efforts pour les plus curieux pour savoir ce qui pouvait bien pataugé à l’intérieur, ils ne purent que voir de grande masse sombre replier sur elle-même. Une fois dans la salle de contrôle le petit groupe ne put s’empêcher de pousser un « ouf » de soulagement collectif.  La salle était couverte de poussière, mais les ordinateurs étaient intacte, l’ingénieur du groupe s’avança pour piraté le système quand une voix s’éleva.

-Bienvenu Docteur.

La voix était sortit d’un haut parleur, Indrick crut d’abords que s’était un espion jusqu’à ce qu’il remarque que la pièce s’était allumé toute seul et qu’un visage était apparut sur l’écran, s’était l’ordinateur lui-même qui venait de s’exprimer. Elizabeth posa sur son supérieur un regard interrogateur, cherchant une réponse, mais celui-ci s’approcha de la machine et s’exprima d’une voix claire.

-Ordinateur ! Explique la situation !

Celui-ci émit un grésillement avant de répondre d’une voix monocorde.

-Le mot de passe est requit pour cette instruction.

Indrick ordonna à l’ingénieur de piraté le système pour lui faire cracher ce qu’il savait.  Mais à peine eut-il branché son ordinateur sur celui de la salle de contrôle d’une puissante décharge électrique s’échappa de la prise pour toucher l’homme qui s’écroula à terre tordu par la douleur. De nouveau la voix s’exclama, cette fois menaçante.

-Alerte ! Alerte ! Tentative d’intrusion dans le système destruction des données !

Toute la salle se mit à vibrer et bientôt une alarme se mit à crié dans la salle suivie de lumière rouge. Les hommes regardèrent autour d’eux cherchant un moyen d’arrêté le bruit. Lorsqu’enfin l’un d’eux trouva le bouton d’arrêté d’urgence, un silence de mort s’installa brutalement.

- Comment va-t-il ? Demanda Elizabeth
- Il va bien juste un peu sonné. Lui répondit un des hommes.

Comprenant qu’il n’y avait rien ici, l’escouade se remit en marche vers la sortit, mais alors qu’ils étaient aux milieux du couloir de verre, l’une des cuves devant eux explosa dans un bruit sourd et laissa s’échappé une créature humanoïde à la peau grisâtre, de longue griffes à la place des mains et son dos était vouté, laissant sortir des sorte de pique de sa colonne vertébrale.  
Spoiler :

Le monstre regarda les pauvres petites créatures qui se trouvaient devant lui et tout en poussant un rugissement de rage s’élança ! Il bougeait tellement vite que les premiers tire des soldats passèrent à côté lui sans même le menacé, avant même qu’Indrick puisse le mettre en joue la chose était déjà devant lui et levait son bras pour le découpé en morceau. Alors qu’il était entrain de fermer les yeux dans l’attente de la douleur, celle-ci ne vint pas, il ouvrir les yeux pour essayer de comprendre pourquoi et ce qu’il vit lui coupa le souffle. Le visage du monstre était à quelques centimètres de lui et le menacer de sa ranger de dents et de son odeur pestilentiel, la créature poussa un racle d’agonie avant de s’effondré sur le côté avec lourdeur. Lorsque la créature disparut de son champ de vision, Indrick vit en face de lui, l’arme couverte de sang à la main, Elizabeth qui affiché un sourire carnassier. Sans prendre le temps de lui demander comment elle avait fait ça, le Lieutenant encouragea ces hommes à courir pour sortir au plus vite de ce traquenard. En effet à peine remit en route, que des dizaines de cuves se brisèrent pour laisser sortir d’autres créatures tout aussi affamée. Lorsque le dernier soldat eut traversé la grande porte d’acier, Indrick aida les autres à fermer la porte au plus vite et à la condamner avec des poutres d’acier et des caisses. L’on entendit derrière le matraquage de coups et le rugissement des monstres, pendant une folle seconde, le groupe crut que les monstres allaient pouvoir percé le blindage de la porte et déferlé sur eux. Mais après une minute la plus longue de leur vie, ils comprirent peu à peu qu’ils étaient enfin en sécurité….

Une fois de retour au vaisseau les hommes épuisés physiquement et psychologiquement s’assirent sans faire d’histoire, et alors qu’Indrick s’apprêtait à rejoindre son siège une fois derrière lui le fit se retourné.

-Vous voyez ? Ce n’était pas si difficile après tout.

Il hallucinait ! Il avait presque été découpé en deux pour une abomination et elle trouvait que ça s’était passé plutôt bien ?! Alors qu’il s’apprêtait à répliqué, son regard se posa sur le compartiment passager du vaisseau, tout le monde était revenu vivant, personne n’était mort…Son visage s’adoucit et affichant un petit sourire il retourna s’assoir en marmonnant.

- Oui….Ce n’était pas si mal cette mission après tout.
more_horiz
Malvac marchais en direction du laboratoire. Il était satisfais d’avoir pu obtenir les pièces qui lui manquait pour continuer ses expériences, pièces obtenues dans un brocante à Tortuga, quand il vit la porte grande ouverte et un grand nombre de pas au sol.

« Et merde. »

Malvac se mit à marcher lentement et fit fonctionner son sonar. Une fois à l’intérieur, il observa les lieux, toujours avec une extrême prudence et le sonar à l’affut. Personne, les intrus avaient filés. Inquiet, le maitre des cauchemars se mit à inspecter si ses recherches ont été volées, le coffre était caché derrière des machines détruite et il était toujours là. En observant aux alentour, il comprit que on a fouillé à la recherche de quelque chose. Malvac ayant pas commencé le nettoyage, certaines parties qui étaient poussiéreuses autrefois ne l’étaient plus. Et il remarque que une porte marqué avec un signe étrange que Malvac n’a jamais pu savoir la signification ni ouvrir par ailleurs, a été barricader récemment et à la hâte et paraissait enfoncé de l’intérieur. Quelque chose derrière a dû les terrifier. Un sourire se dessinât sur ses lèvres. Une chose, ou plusieurs, devait se cacher derrière cette porte mais la barricade fait de poutre en acier et de toute sorte de choses bloque tout accès. Malvac créa une ball’ombre qu’il lança dans la barricade. Une partie tombât dans un boucan d’enfer. Quelque seconde plus tard, il entendit un grand rugissement venait de derrière la porte et de multiple coups très violent retenti puis plus rien. Il y avait bien quelque chose derrière mais quoi ? Malvac se posa la question et se dit qu’il verra cela en temps voulu. La barricade, bien qu’affaiblie, semblait toujours tenir et continuait de bloquer la porte même elle semblait prête à tomber.
Il fallait plutôt se concentré sur l’intrusion et sur les mystérieux intrus. Cherchant un indice, il trouva rien pouvant l’aidé à identifier ses personnes. Le maitre des cauchemars devait se montré beaucoup plus prudent à l’avenir si il veut éviter que l’on vole ses découvertes. Heureusement, le scientifique psychopathe avait trouvé tout ce qui lui manqué pour poursuive lui permettant ainsi de resté sur place longtemps, en attendant d’installer un système de sécurité. Il était temps de se montrer au grand public et d’arrêter de se cacher.

« Il est temps de passer au chose sérieuse et pour commencer, on va faire un peu de rangement »

Pendant plusieurs semaines, le laboratoire semblait connaitre une nouvelle vie et un nouveau départ avec un nouveau scientifique fous et psychopathe.
more_horiz
"Ariez-sama"

Indrick... par pitié, ne le dit plus jamais comme ça ! Je trouve assez moche et pas vraiment habitué... le -sama ca reste un truc japonais, on écrit français ! En fait je m'en fiche, tu fait comme tu veux... mais "Ariez-sama" je trouve ça horrible ^^

A part ça ton rp est divisé en deux... parlons de la première partie.

Ce qui me gène le plus c'est la forme, j'ai trouvé ça trop... simple, trop rapide. C'est la guerre tu me diras, les choses vont vite, mais c'est quelque chose qui aurait mériter un rp à part entière et qui sait plusieurs... je trouve ça dommage que tu ne te sois pas plus attardé du l'aspect "deuil" du commando d'Indrick, comment il le gère... ca aurait été hyper intéressant de développer plus.

Soit, la mission en elle-même maintenant !

Je l'ai trouvé sympa. Il y a un rythme très soutenu dans ta mission, même les moments où il ne se passe rien vont vite, ca s'enchaine. Tu n'oublies pas de décrire l'endroit et... on a bien la sensation qu'il ne faut pas trainer, que l'endroit est dangereux. L'ambiance me fait d'ailleurs pensé à un jeux vidéo très connu : Résident Evil.

Donc pour ça, c'est bien joué de ta part.

Après... je n'ai pas reconnu le laboratoire du Dr Finkelstein... ca aurait pu être n'importe quel labo tu vois ? Mais pas celui d'un savant fou qui vit dans le monde d'Halloween. J'étais un peu déçu, malgré que j'ai bien aimé le moment avec les monstres que vous n'essayez pas d'affronter ^^

Le plus de ta mission... c'est évidement la remise en selle d'Indrick ! Mission Accomplie.

20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. (2 en vitesse, 1 en défenses)
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum