Amélia Forband
Amélia Forband
La Passionnée

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale.
XP:
Le caprice. Left_bar_bleue555/550Le caprice. Empty_bar_bleue  (555/550)

XP :

le Ven 22 Mar 2013 - 19:43
    Mila poussa la porte qui s'ouvrit dans un tintement de clochette. Elle s'engouffra dans la boutique l'air renfrogné, suivie de près par un homme plus grand qu'elle, les cheveux cendrés. Le propriétaire la dévisagea, son regard s'attardant sur sa paire de jeans noire qui soulignait la courbe de ses fesses alors qu'elle refermait la porte, avant de se fixer sur le décolleté plongeant de son débardeur blanc.

    « Bonsoir, Harvey. » dit-elle en s'éclaircissant la gorge pour le rappeler à l'ordre.

    « Alicia ! Toujours un plaisir. » fit-il, à peine embarrassé. « Et qui est ton ami ? »

    Mila jeta un regard mauvais à l'homme qui l'accompagnait. « Ce n'est pas mon ami. » répondit-elle froidement, coupant court à toute discussion. Extirpant une bourse de sa veste en cuir noir, elle déposa celle-ci sur le comptoir d'un air sérieux avant de faire signe aux deux hommes de la suivre dans la remise. Une fois à l'intérieur, la jeune femme s'installa sur un tabouret qui traînait là et croisa une de ses jambes sur sa cuisse. Alors que ses doigts jouaient avec les lacets de ses bottes à talons, elle les observait. Ses grands yeux semblaient d'autant plus pénétrant avec le cercle noir de khôl qui faisait ressortir le bleu de ses iris.

    « On a besoin d'un endroit tranquille. » commença-t-elle tout en s'allumant une cigarette. « Il te reste de l'opium ? » dit-elle comme s'il s'agissait d'une banalité, sans même lever les yeux vers lui. Un peu troublé, Harvey Denrier s'efforça de rester stoïque tout en soupesant la bourse de munnies dont il s'était emparé avant de suivre la jeune femme. Celle-ci remarqua le regard anxieux que l'informateur avait lancé vers l'homme aux cheveux cendrés. « Tu ne crains rien avec Ukiyo, je m'en porte garante. » le rassura-t-elle de sa voix douce. Après un instant d'hésitation, il hocha la tête vigoureusement et se dirigea vers une étagère dans le fond de la pièce. Il tendit un petit sachet à Mila qui l'observa d'un air circonspect.

    « Personne ne doit nous interrompre. » articula-t-elle un peu sèchement avant d'écraser sa cigarette à même le sol, sans quitter l'homme du regard. Il acquiesça et retourna à l'intérieur de la boutique, laissant Mila seule avec Ukiyo. « Suis-moi. » commanda-t-elle, contournant les étagères pour dévoiler une porte dérobée dans le mur du fond. Ils se faufilèrent dans un couloir étroit pour enfin déboucher sur une petite pièce sombre, à peine éclairée par une ampoule défectueuse. Les murs étaient en pierre, suintaient un peu l'humidité et on entendait distinctement le ronronnement du chauffe-eau... Au centre de la pièce, deux paillasses et un narguilé. « Sans commentaires. » dit-elle à l'intention d'Ukiyo, réprimant elle-même un frisson.

    Ils s'installèrent autour du narguilé et, pendant qu'elle y déposait l'opium, Mila se demandait si ce qu'ils avaient prévu fonctionnerait. Jamais elle n'aurait cru se retrouver dans une telle situation, encore moins avec ce traître, cet homme pour qui elle n'avait jamais éprouvé que du dédain... Mais il ne lui avait pas laissé le choix. Assise en tailleur, un peu anxieuse, elle tira sur le narguilé alors que l'ancien consul en faisant autant. Mila fronça le nez et battit des paupières avant de tendre ses mains à Ukiyo.

    « Allons-y. »

_______________________________
Le caprice. Milasign2
Ukiyo
Ukiyo
Peintre des Rêves

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Le caprice. Left_bar_bleue288/550Le caprice. Empty_bar_bleue  (288/550)

XP :

le Sam 23 Mar 2013 - 0:25
    Il fallait bien l'avouer, Ukiyo parvenait toujours à ses fins. Un sourire condescendant s'affichait très largement sur son visage. Le Jardin Radieux ne lui avait jamais semblé aussi intéressant qu'à cet instant. Jamais il n'aurait cru la revoir après Agrabah, jamais il n'aurait voulu la revoir. Seulement, aujourd'hui, rien d'autre que sa propre personne était importante à ses yeux. Le Consulat ? Un épisode passé. Les songes ? Ils ne sont pas là. Le peintre s'approchait lentement de cette jeune femme certainement plus forte que ne laisse présager son apparence. Il l'avait stoppée dans la ruelle adjacente au sommet des arts.

    Son sourire semblait ne jamais pouvoir s'arrêter. Il lui tourna le dos, montrant par là qu'il n'avait aucunement peur de ce qu'elle pourrait faire contre lui. « Maintenant, moi aussi, je sais des choses... Milena. » C'est quand l'artiste a découvert son nom qu'il comprit qu'ils avaient des ressemblances minimes. Peu de personnes sont en mesure d'être dans la vérité en parlant d'eux.

    Il se retourna vers elle, ses yeux brillant d'un vert émeraude l'espace d'un instant. « Écoute bien ce que je vais te dire, car ce sera ta seule occasion de faire un choix. » Ukiyo pouvait être capable de toutes les bassesses possibles, mais rarement il eut à en arriver à ce stade. « Tu te doutes bien que ton prénom n'est pas la seule chose que j'ai apprise. » Il aimait prendre ce temps dans ces situations, faire durer ces moments désagréables pour tout le monde. Il se rapprochait peu à peu de Milena, son sourire s'effaçant doucement.

    Ukiyo prit un ton plus grave que précédemment. Réfléchissant consciencieusement à quels mots utiliser. « Il va falloir lutter si tu veux que tout reste secret et ce sera sous certaines conditions bien précises. »

    Le peintre s'éloigne, son visage change, l'intonation de sa voix est celle d'un enfant sous le coup de l'excitation. « Je pourrais t'écraser là, maintenant sans mise en garde. » Ukiyo fit pousser une petite fleur grâce à sa magie, il ne la quittait plus des yeux. « Accepte et tout ce que je sais sur toi restera un secret. Refuse et je pars sur-le-champ pour me rendre dans un château, je sais que tu ne veux pas qu'il arrive des choses à une certaine princesse. Je peux allez bien plus loin, je n'ai pas de limite. » Il se baissa, lentement pour cueillir la plante et l'amena devant le visage de son interlocutrice.

    « Milena ! Fais vite ton choix, cette fleur fane très vite. » Ce que le peintre tenait entre les mains, c'était un lys, judicieusement choisi. Mila attrapa la fleur sans quitter Ukiyo des yeux. Elle l'écrasa fermement entre ses doigts pour la laisser chuter au sol dans un silence morne. « Entendu. » Il reprit un visage des plus satisfaits. « Il nous faut un lieu sûr. »

    Il parvenait effectivement à ses fins, car les voilà déjà chez un homme qu'Ukiyo ne connaissait pas. Il n'avait pas daigné le regarder, ce n'était pas le but de sa présence. En réalité, il resta muet tout au long de la conversation entre Milena et Harvey, les laissant s'occuper du reste. Après avoir pris une longue bouffée d'opium, il attrapa les mains de la jeune femme, il ne les serrait ni trop fort, ni trop peu. Ce pourquoi il était venu allait se produire.
Amélia Forband
Amélia Forband
La Passionnée

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale.
XP:
Le caprice. Left_bar_bleue555/550Le caprice. Empty_bar_bleue  (555/550)

XP :

le Sam 23 Mar 2013 - 2:17
    Lorsque j'ouvris les yeux, nous étions toujours dans cette même pièce lugubre... Je sentais l'inquiétude me gagner en songeant à ce qu'il pourrait faire si nous n'avions pas l'occasion de nous affronter. Je n'avais pas peur de lui. Mais l'information, c'est le pouvoir. Et cet homme... Cet homme semblait en savoir trop... Au point d'en devenir dangereux. Je ne pouvais pas partir du principe qu'il bluffait, je ne pouvais pas prendre ce risque. Je me redressais et portais la main à ma hanche pour dégainer mon arme : si je ne pouvais l'affronter à la loyale, je devais l'empêcher de nuire quoi qu'il en coûte... Mais mon pistolet avait disparu. Je fronçais les sourcils et observais Ukiyo d'un air accusateur avant d'écarquiller les yeux.

    Il était déjà près d'une porte, une immense porte sur laquelle était gravée un pinceau rouge. Sa jumelle, à quelques pas, arborait une fleur de lys bleutée.

    « ... Ça a marché. » murmurais-je sans trop y croire. Curieuse, je m'approchais de la porte dérobée qui mènait à la remise... Mais celle-ci avait disparu. Je ne pu retenir un sourire fasciné face à ce que nous venions d'accomplir. En posant de nouveau les yeux sur Ukiyo, je repris immédiatement mon sérieux. « Approche. » Il me regarda, dédaigneux, mais s'exécuta. Je tendis froidement la main vers lui, sans prononcer un mot. Ukiyo s'avança, hochant légèrement la tête et serra ma main, scellant notre accord. Mais lorsque nos mains se touchèrent, une vive lumière illumina la pièce.

    Je m'écartais vivement du peintre, supposant qu'il venait de lancer les hostilités, pour le découvrir tout aussi surpris que moi, fixant la paume de sa main droite. Haussant les sourcils, intriguée, j'observais la mienne à mon tour. Une fine arabesque s'était gravée dans ma chair, de mon poignet jusqu'au pouce, traversant ma paume. Une nouvelle marque...

    Je me sentais étrangement plus détendue, comme si un voile s'était levé. Nos regards se croisèrent, je pouvais sentir son potentiel émaner de sa personne... Et si l'animosité était toujours présente, je pouvais sentir le mépris laisser place à un certain... respect. « Tu es prêt ? » demandais-je sans vraiment attendre de réponse. Je me tournais alors vers la porte au sigle bleu et posais ma main sur le bois. Une douce lumière se répandit autour de moi...

    Puis ce fut le noir complet.

_______________________________
Le caprice. Milasign2
Ukiyo
Ukiyo
Peintre des Rêves

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Le caprice. Left_bar_bleue288/550Le caprice. Empty_bar_bleue  (288/550)

XP :

le Sam 23 Mar 2013 - 2:50
    Impressionnant, c'était le premier mot qui venait à l'esprit, pourtant trop faible pour décrire cette situation inédite. Ce qui m'avait tout de suite frappé, c'est ce réalisme, l'odeur du bois surtout. Je ne savais pas réellement ce qui m'avait poussé à proposer ceci à Milena. Elle qui, à priori, n'avait rien des qualités requises pour un tel exploit. Peut-être était-ce une partie oubliée de mon rêve, je ne sais pas.

    J'étais devant cette porte, ma porte. Je sentais qu'elle m'attirait, non, elle m'appelait, voulant que je la traverse. En tournant la poignée, j'ai vite compris qu'elle resterait close tant qu'une étape ne sera pas franchie. Évidemment... Cette œuvre n'est pas entièrement à moi, je la partage avec Camilla, des règles devront être établies et... Disons-le, je lui dois bien ça. Je me tournais pour la regarder, elle me lançait un de ces regards que je ne pouvais pas supporter, je fis de même. Seulement, quelque part, je me sentais fier. Sans doute aurais-je préféré y arriver seul, mais elle a cette chose en commun avec moi, cet élément qui a rendu tout cela possible. Parfois, les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être, je préfère cela, indéniablement.

    Milena me demanda ou m'ordonna de m'approcher. Avais-je réellement le choix ? J'avais déjà compris que nulle sortie était présente et de tout façon, je ne voudrais partir pour rien au monde. Tout a commencé par du bluff et l'aide d'une amie, mais maintenant, j'allais être franc. Tout sera montré, je m'en doute alors pour me cacher, c'est bien trop tard.

    Elle me tendit sa main que je serrais franchement avant qu'un flash lumineux et très puissant survint. Je ne réalisais pas, observant ma main transformée par une marque bien étrange. Ma deuxième marque, toutefois différente de celle sur le front. « Impressionnant. » Disais-je sans l'interpréter physiquement. Toujours des mots si faibles, je commence à croire qu'ici, il me feront continuellement défaut.

    Un bruit sourd a retentit, celui d'un verrou qu'on ouvre. Milena se dirigea vers sa porte, celle au lys. Cette plante est importante pour elle, certainement autant qu'un pinceau pour moi si je regarde ces portes. Je devais et voulais m'y rendre, c'est ce que je faisais. Sans avoir à toucher la porte, elle s'ouvrit, lentement, lourdement et je me suis senti comme aspiré baignant dans une lumière pure. Un éclat qui laissa bien vite place à l'obscurité totale.
messages
membres