Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz

Je suis là… Dans une forêt, assise sur une branche admirant la nature et le magnifique panorama qu’elle m’offre.  Un petit sourire au coin de mes lèvres, je me sens bien ici loin de tous mes tracas, les oubliant presque… D’ailleurs, je ne me souviens plus pourquoi je me sentais mal avant de venir dans cette forêt. Qu’est-ce qui m’a attristé ? Que c’était-il passé avant ? J’essaie de me projeter dans le passer, mais je m’heurte à un mur aussi dur et transparent que le diamant brut. Mon esprit se mit à paniquer, or mon corps ne bougea pas. C’était comme si mon cerveau n’était pas connecté au reste de mon corps. Celui-ci respirait doucement et semblait en état de léthargie.

Ce n’était pas logique, je me concentre pour essaie de contrôler mes mouvements, mais rien à y faire. Je n’arrive même pas à faire bouger mon petit doigt. Quelle galère ! Soudain un autre sentiment m’envahit ; l’esprit mais aussi le corps. Comme un courant d’air gelé qui s’engouffre dans un couloir, toutes mes cellules tressaillirent des pieds jusqu’à la tête. Un très mauvais pressentiment. Quelque chose se passait ou allait se passait qui allait bouleverser ma vie, je le sentais. Mon corps bougea avant même que je ne songe à ça. J’ai très mal au cœur, chaque battement me donne l’impression qu’on m’assimile un coup de poignard… Arrivée en bas de l’arbre, je commence à courir la peur au ventre. Je sais où je dois aller, à l’endroit où tout m’ai précieux : ma maison. Ce n’est pas un simple amas de pierre monté joliment. Non c’est des murs qui m’ont vu grandi, apprendre, rire, pleurer, qui tiennent tous mes souvenirs, qui sont un abri contre mes peurs, les intempéries physiques et morales. Mais surtout, c’est là-bas que ma famille est. Ces personnes qui ont fait ce que je suis maintenant, qui était toujours là pour moi dans les moments bas autant que forts. Je les aime tant, mais jamais je ne leur ai dit. Pourquoi ? Simplement de la timidité, des sens des mots qui ne sont pas assez fort pour transcrit ce que je ressens envers ces cinq personnes.

Je cours, je cours ; je n’ai jamais couru aussi vite, même ma respiration a du mal à suivre. Mais ce n’est pas pour ça que je vais m’arrêter ! Le paysage défile à côté de moi, je ne sais même pas où je suis réellement, mais mon cœur guide mes pas dans cette immensité de voies possibles. Un dérapage à droite me fait perdre l’équilibre, mais je me redresse de justesse pour ne pas tomber à terre. Redonnant un coup d’accélération, mon cœur battait de plus en plus vite. J’avais peur… Ce sentiment qui m’était venu si soudainement, c’était comme si une ombre planée au-dessus de ma famille et que je l’avais ressenti. Etant en ligne droite, ma tête se leva pour regarder le ciel : il était sombre, trop sombre… Est-ce parce que je m’inquiétais pour rien et que je me l’imaginais si noir ? Ou est-ce la réalité ? Je ne suis le dire. D’ailleurs, mon esprit semblait être derrière moi et pas réellement dans mon corps. Comme si j’étais spectatrice de tout ça. Combien de temps j’ai couru ? Deux seconde ou une éternité ? Ça non plus je ne pouvais le dire. Mais qu’importe, je ne pensais qu’à une chose : ma famille !

Enfin, je vois les murs au loin de ma chère maison. Un peu soulagée qu’elle ne soit pas en feu, cela ne m’empêche pas de continuer de courir, glissade devant la porte. Je suis enfin arrivée ! Mais… La porte est ouverte. Mon cœur cessa complètement de battre, je pris une grande inspiration, puis je bloque mon souffle, pas un bruit… C’était bizarre, dans une aussi grande famille, la maison était toujours animée : mon grand frère vagabond, ma grande sœur tyrannique sur les bords, mon petit frère qui aimait se battre à l’épée avec moi tel un chevalier, et ma petite sœur maligne imaginant des situations farfelus et les mettaient en pratique après. Je pose ma main sur le bois de la porte et la poussa doucement, redoutant ce que j’allais voir.
Un pas, puis deux, je dépasse la petite pièce d’entrée…  J’aurais voulu crier, laisser mon cœur s’exprimer ! Mais je ne peux, la bouche grande ouverte j’avais les yeux rivés sur le désordre total dans la maison : tout était renversés, cassés, dans un bordel monstre. Jamais je n’avais vu un tel dévaste. Les larmes coulèrent toutes seules sur mes joues, la haine, la peur, l’incompréhension, le désespoir, tout se sentiments se mêlèrent dans mon sang. Pas du au désordre, mais il n’y avait personne ; ils avaient disparu…




« Han han han… »

La respiration haletante, de la sueur froide collaient dans le dos de Lili. Elle venait de se réveiller en sursaut ; le buste complètement lever, les jambes tendues. Tous les muscles de son corps étaient aussi tendus qu’une corde d’arc. Tremblant comme une feuille sous un vent violant, la demoiselle essaya de reprendre ses esprits. Il lui fallut deux bonnes longues minutes avant de réaliser que ce n’était qu’un rêve, ou plutôt son passé. Son corps se détendit petit à petit, mais ses poings restèrent fermés, si fort que le sang avant du mal à circuler jusqu’aux extrémités de ses doigts. Les yeux rivés vers le bas, l’élue les leva au plafond de son vaisseau pour empêcher que des larmes coulent sur ses joues. Elle détestait se rappeler ce moment, mais le revivre à travers un rêve était très douloureux pour la demoiselle. Même si elle s’était forgée un caractère plus résistant après ses petites aventures, son cœur lui restait fragile surtout quand il s’agissait de sa famille.

Lili avait l’impression que depuis un certain temps, elle n’avait pas porté assez d’intention à son but principale ; ses voyages, ses rencontres ne l’amenaient pas là où elle aurait souhaité. La demoiselle n’avait pas glané beaucoup d’informations… Comment faire revenir sa famille ? Tous devenus sans-cœur, l’élue de la Keyblade voulait trouver le moyen de les ramener, elle ne pouvait vivre sans eux et sachant qu’elle n’avait rien fait pour les protéger, elle se devait de les sauver maintenant des ténèbres. Où allait-elle trouver se dont elle avait besoin ?

Cela faisait plusieurs jours que Lili cherchait un endroit où elle pourrait avoir les réponses qu’elle chercher désespérément. Elle aurait pu demander à des personnes haut placées, mais étant une errante, aucun groupe ne voudrait l’aider. Être errante avait ses avantages mais aussi ses inconvénients. Lili avait été déçue par l’amitié, de plus voyager dans ses conditions lui permettait d’affronter chaque instant sa peur incessante d’être seule. Bref, là n’était pas la question. A chaque fois qu’elle cherchait un endroit où trouver les informations souhaitées, son petit cerveau la ramenait au même lieu : une bibliothèque. Haha, des bibliothèques il y en avait surement au moins une dans chaque moins si ce n’est beaucoup plus. Alors dans quel monde allait ? L’élue de la Keyblade avait plusieurs choix devant elle. Mais elle dut en choisir une, et puis la jeune femme savait que de toute façon, si elle ne trouvait pas, elle chercherait ailleurs : comme un félin affamé qui cherche de la nourriture sans relâche. L’errante aux yeux noisettes avait décidé d’atterrir au Jardin Radieux. Pourquoi ? C’était une terre du Consulat, le lieu même de leur quartier général avait entendu dire Lili. Elle n’avait certes, aucuns liens d’amitiés avec eux, or l’élue aux longs cheveux savait que là-bas les sans-cœurs étaient beaucoup moins présents que dans un lieu comme la cité du Crépuscule. Et étant un groupe assez important, il devait avoir pas mal de chose dans leur bibliothèque.

Lili s’était installée au volant, après s’être remise de se réveille quelque peu secoué. Direction le Jardin Radieux ! Bon, il faut l’avouer : elle avait eu de la chance, car Lili n’était déjà pas très loin de ce monde, lui permettant ainsi d’éviter pas mal de problèmes sur les routes stellaires, qui n’étaient pas des plus sures. La demoiselle aurait pu réserver une chambre dans une auberge, histoire de pouvoir rester un certain temps. Mais elle ne le fit pas, non pas qu’elle n’avait pas besoin de sommeil, Lili n’avait tout simplement pas de l’argent à claquer comme ça, et puis son vaisseau gummi était une très bonne « caravane ». L’élue de la Keyblade survola ce monde, cherchant un endroit inhabité et loin des regards pour ce poser. Elle évita en même temps de se faire repérer par la Shinra, qui avait comme dans tous les mondes, une station pour les vaisseaux spatiaux. Un petit sourire satisfait s’afficha sur le visage fin de Lili qui trouva une sorte de grand précipice rocheux, entouré de hauts reliefs tout aussi rocheux. Il semblait n’avoir pas l’once d’une brindille d’herbe. Complètement désert comme elle le souhaitait.

Une fois le moteur éteint après son atterrissage, la jeune femme sortit en sautant à pied joins. Bon, maintenant il fallait marcher jusqu’à la ville. Lili s’assura avant que son engin volant était plutôt bien caché. Elle l’avait déplacé dans un petit cul de sac pour qu’il soit le moins visible, si des gens se promenait dans le coin. Sa petite marche dura une bonne petite heure. Comment elle savait où elle allait ? Lili avait repérer un chemin quand elle était en vol, et puis il n’y avait pas miles chemins ici, fort heureusement. De plus on pouvait voir la silhouette de la ville plus loin. Lors de son trajet, l’élue de la Keyblade croisa malheureusement quelques sans-cœurs, qu’elle du combattre. Mais Lili trouva qu’il n’y en avait pas beaucoup dans ce monde par rapport à d’autre.

Une fois arrivée devant la ville ; Lili l’observa… Elle n’avait rien d’extraordinaire, mais elle dégageait une certaine beauté que la demoiselle ne pouvait décrire. De loin elle vit un bâtiment différent des autres qui attira son intention.  Un grand dôme qui était entouré de neuf tours de pierre. Cet édifie imposant fit presque tremblait l’élue tellement il dégageait du respect mais aussi de la grandeur, de la puissance. C’était surement le quartier général du Consulat. La demoiselle fit plusieurs pas sans lâcher des yeux ce dôme et ses tours. Puis elle s’enfonça dans les rues de la ville.

Il y avait, comme toutes villes, des habitants qui marchaient aussi dans les rues. La présence faible d’ombre noire, permettait de sortir de chez soi sans avoir peur de risquer sa vie à chaque coin de rue.  La curiosité de la jeune femme la poussait à s’interroger sur la commune, les habitants, leurs activités. Mais Lili n’avait pas de temps à perdre que se taper la discussion avec tout le monde, en plus avec ses questions, elle leur ferrait peur et réveillerais des soupçons chez d’autres. La discrétion était un mot important qu’elle se devait d’exécuter. La demoiselle tourna en rond cherchant la bibliothèque. Elle finit par s’arrêter un instant, cherchant des yeux une personne susceptible de l’aider. Par chance, un petit garçon en plein adolescence passa par là. Lili s’avança vers lui et d’une voix douce et perdue, elle lui demanda :



« Heu… Excuse-moi. Est-ce que tu serais où se trouve la bibliothèque de la ville s’il te plaît ?

La bibliothèque ? Il y en a plusieurs, vous cherchez la plus grande ?

C’est exact, tu sais où elle se trouve ?

Oui, il vous suffit d’aller tout droit dans cette direction, ensuite vous marcher jusqu’à une grande intersection où se trouve une petite fontaine, là il faudra tourner à gauche et après il me semble qu’il faut tourner une autre fois à gauche à l’intersection suivante…

Tout droit jusqu’à la fontaine, puis deux fois à gauche. C’est noté, merci beaucoup. Bonne journée.

De rien, bonne journée à vous aussi. »



Lili lui sourit et partie dans la direction donnée. La jeune femme continua à sourire alors qu’elle était loin du garçon ; cela était vraiment agréable de croiser des gens « normaux » qui ne combattent pas tout le temps, qui ne voyagent pas de monde en monde, qui vivent l’instant présent sans se soucier du futur. Ça lui rappela de bons souvenirs de sa jeunesse. Après un petit moment de marche, Lili arriva devant une grande porte en bois, où des armatures en métal noir la tenaient fermée. La jeune femme aux yeux noisettes observa la porte un moment sans rien dire, ni même pensée : elle l’admirait simplement. Puis secouant la tête elle revenu sur terre. Tout le bâtiment en pierres grises ressemblait à un grand manoir, Lili s’imaginait le nombre de bouquins qu’il pouvait abriter. Elle était stupéfaite, mais à la fois anxieuse. La demoiselle se dit que s’il y avait trop de livres jamais elle ne pourrait savoir par où commencer ses recherches.

Reportant son esprit sur l’extérieur de la bibliothèque, et non pas ce qu’elle pouvait renfermer, Lili trouva cela bien étrange qu’il n’y ai pas de garde devant un endroit qui cache autant de trésors. Peut-être qu’il n’y aurait finalement rien dans ce bâtiment qui puisse l’aider ? Etait-ce un piège ? Pas de garde visible mais dès qu’on s’approche BAM ! Le doute s’installa en Lili : devait-elle entrer ou pas ? Non, la question ne devait même pas se poser, pensa-t-elle ! L’élue savait qu’elle devait entrer dans cette bibliothèque, car elle refermait surement les réponses tant convoitées.

S’avançant de quelques pas, Lili se trouva nez à nez avec le bois brut de cette porte. Prenant une grande inspiration, la jeune femme posa sa main sur la poignée de la porte de droite, car c’était une porte à double volants. A l’intérieur d’elle-même, Lili était en train de rire de sa situation :  tout ce cinéma de stresse, d’anxiété, d’attente… Tout ça juste pour le faite d’ouvrir une porte en bois qui n’était pas verrouillée et qui était une porte franchie par n’importe quels habitants de la ville. Pff… elle était pathétique sur ce coup. Mais bon, c’était du Lili tout craché ! Elle tourna donc la poignée et entre-ouvrir la porte, elle pencha la tête sur le côté gauche pour essayer de voir l’intérieur de la bibliothèque à travers la feinte.


Dernière édition par Lili le Lun 29 Juil 2013 - 12:24, édité 2 fois
more_horiz





Serah n'était pas partie de son monde depuis longtemps, mais elle ressentait déjà un manque. Cette ville a vécu bien des choses et la jeune femme aussi, dans ce lieu devenu atypique. Il y avait anciennement un roi et ensuite le monde fut attaqué pour être en proie à des personnes mal attentionnées. Finalement, un groupe de citoyens reprirent les choses en mains construisant un système d'autodéfense afin de protéger le plus de personnes possible. Aujourd'hui, ni roi, ni « civil », ce sont des artistes qui dirigent la ville. L'institutrice avait d'abord été sceptique lorsqu'ils sont arrivés en s'autoproclamant être ceux qui décident. Un artiste peut parfois être très semblable à un fanatique, les choses peuvent aller trop loin. Ce ne fut pas le cas, bien sûr tout n'a pas été simple. Les habitants avaient un moment eu peur que ce qu'il se passe à la Cité des Rêves se produise également en cet endroit.

Serah appréciait la présence des consuls, car il faut le dire, la ville est prospère depuis. La majorité des personnes se sent plus sereine, la beauté est toujours présente. Si la jeune femme revenait pour être de nouveau baignée par cette atmosphère qu'elle apprécie tant, ce n'était pas la seule raison. Elle ne pouvait pas s'empêcher de penser à ses élèves. Sont-il toujours aussi sages ? Une question à mille lieues des préoccupations des grands de ce monde, mais importante à ses yeux. Un changement aussi brusque au milieu scolaire pourrait très bien perturber plus d'un enfant. Repensant à ce jeune élève, Marc, qui avait pleuré lors de l'annonce de son départ, elle avait un pincement au cœur et en même temps, c'était quelque chose de beau.

C'était donc pour les revoir ainsi qu'un ou deux de ses collègues que Serah était venue au Jardin Radieux. Elle se rappelait de l'emploi du temps comme si elle devait encore se lever chaque jour pour enseigner. Ce jour-ci, elle avait prévu de les emmener dans une des bibliothèques de la ville, la plus grande. J'espère que Edice n'a pas changé ça. Elle sortait de la station sans réellement prêter attention aux passants, suivant simplement le chemin qui la mènerait à destination.

« KUPO ! »

Il venait de hurler si fort que plusieurs personnes se retournèrent en direction de la jeune femme embarrassée. Seulement, ils ne virent pas Mog, car celui-ci avait déjà filé telle une flèche.

« Attends-moi ! »

Serah allait le suivre comme si sa vie en dépendant, oubliant un instant la raison de sa venue. Le plus cocasse dans cette situation, c'est qu'elle ne savait pas pourquoi elle le faisait ni même où Mog avait décidé d'aller comme ça. Étrangement, bien qu'il la dévie parfois de ses objectifs, comme la simple correction de copies, l'institutrice ne trouvait jamais son compagnon agaçant. Quelque part, sans lui, elle se sentirait certainement trop seule et il lui apporte une fraîcheur dont elle a tellement besoin.

Essouflée après seulement cinq minutes de course derrière la créature volante, Serah était obligée de s'arrêter. Sa respiration était saccadée, elle posait ses mains sur les genoux pour prendre appui. Ayant récupéré son souffle, l'institutrice se releva pour regarder autour d'elle et trouver Mog. Rien, personne ! Jusqu'à ce qu'elle voit une traînée lumineuse au loin. Aucun doute, c'est signé Mog. Elle se précipita dans cette réaction qui était également celle de la bibliothèque.

Alors que Serah était encore à vingt mètres de lui, elle remarqua qu'il tournait en rond autour d'une jeune femme. Le voilà qui commence à embêter les gens. D'ici, impossible de savoir ce qu'il lui faisait ou disait, elle se remit à courir pour l'arrêter avant qu'il n'aille trop loin.

« Mog, calme-toi ! »

« Mais... kupo... »

Serah se tourna vers la jeune brune qui ne devait pas être beaucoup plus âgée qu'elle.

« Je suis désolée pour ça, il ne pensait pas à mal. Moi c'est Serah et lui, c'est Mog. »

La moindre des choses pour une institutrice, du moins aux yeux de Serah, était d'être poli et de se présenter.

« Toi aussi tu vas à la bibliothèque ? J'y vais pour voir mes anciens élèves et peut-être en profiter pour faire quelques recherches. »






more_horiz
Lili était toujours devant la porte de la bibliothèque entre-ouverte. La demoiselle essaya de voir et se faire une idée de l’intérieur de ce bâtiment rempli de trésors écris. Elle s’était imaginé tout et rien ; des immenses étagères tellement grandes, que même en levant la tête, le haut de celles-ci n’était pas visible. Des livres en cuirs, des papyrus, des parchemins, des livres récents, des manuscrits, des grimoires, de simples écris… Dont les thèmes devaient extrêmement varier : de l’histoire d’un monsieur ayant élevé une brebis ; à la construction complète de ce monde, en passant par l’étude des mouvements des étoiles et un roman pour enfant racontant la fabuleuse histoire d’un petit garçon partant à l’aventure sauver sa belle aimée. Bref ; un savoir sans fins et ce dans tous les domaines. Mais elle s’était faite aussi une image plutôt dégradante : un lieu à peine éclairé dont la poussière ternissait la couleur des couvertures des livres, des vielles étagères rongées par les mites et presque vide.

Mais l’élue avait l’instinct que cette bibliothèque ressemblait plus à la première image ; rien que l’extérieur de la bâtisse était bien entretenu, et la porte s’était ouverte facilement, comme si elle était souvent utilisée. Lili se reconcentra sur le présent et non ses pensées… C’est là qu’elle vit à travers la petite fente un hall bien éclairé de lumière jaune orangée. Donnant une belle couleur d’or aux mobiliers de bois pâle et bien poncé. La jeune femme ouvrit la bouche laissant un petit bruit d’exclamation et d’admiration s’échappé de ses lèvres. Ses yeux se mirent à briller comme une enfant devant une pile de jouet et de sucreries.

Lili ne put en voir plus… En effet, elle sentit arriver quelque chose derrière elle. Cette chose fonçait droit sur l’élue avec une vitesse phénoménale. La demoiselle ayant des réflexes de félins sauta sur le côté, pensant que c’était une arme comme une lance ou un ennemi. Elle fit volte-face pour voir ce qu’il se passait réellement. Je ne vous dis pas la surprise quand elle se trouva nez à nez avec une sorte de grand nounours beige avec des oreilles de chat qui volait et qui avait au-dessus de sa tête une antenne surmontée d’un gros pompon rouge. Mais mais… Lili c’était attendue à tout, sauf à ça ! Les yeux grands ouverts, l’étonnement était facilement lisible sur son visage. Le peluche lui, lança un « KUPO ». Non ça ne pouvait pas être quelqu’un qui lui voulait du mal : cet être était trop mignon !!!! Et puis, il ne tenta rien pour la blesser. Il tourna juste autour d’elle, comme s’il l’examinait. Lili abordait maintenant un sourire, la seule chose que lui inspirait cet être, c’était de lui faire un câlin. Mais le peluche volant s’adressa à la jeune femme aux yeux noisette :


« Kupo… Tu es une élue, celle qui porte la clé qui ouvre toutes les serrures ! »


HEIN ?! Lili se demanda bien comment il savait cela. La panique la gagna. Elle voulait se faire discrète, ne voulait pas que tous les gens savent qu’elle portait une arme pouvant accomplir des exploits. Lili ne voulait d’une part ne pas devenir célèbre, elle ne se sentait pas de taille à affronter la foule. Mais aussi la demoiselle n’avait pas du tout confiance en elle ; l’élue savait qu’elle était loin d’être à la hauteur de la plupart des gens. Et puis les combats ne l’intéressaient guère, ni même le pouvoir de contrôler tout, ni la richesse. La seule chose qu’elle voulait ; c’était sa famille. Bref ! Lili avait certes une créature bien étrange devant elle, mais depuis qu’elle voyageait elle s’était faite aux choses étranges et pas normales. De plus, elle savait que cette peluche aux ailes de chauve-souris était un mog. La jeune femme en avait entendu parler, mais elle n’avait pas encore eu l’occasion d’en voir un de ses propres yeux. Le temps n’était pas aux admirations, Lili balbutie quels mots qui par chance donna une phrase plutôt concrète :

« Rien… S’il te plait, ne dis rien… A personne ! D’accord ?! »

Le mog se mit à tourner autour de Lili un grand sourire aux lèvres, il avait depuis le début les yeux fermés formant deux feintes noires sur son visage rond. La demoiselle fut, comme à son habitude, submergée de questions ; comment savait-il que Lili avait une Keyblade ? D’où venait-il ? Qu’est-ce qu’il voulait ? Quel âge il avait ? Pouvait-elle le bras dans ses bras ?... Bien entendu chaque question avait son degré d’importance. Malgré ça, elles se bousculèrent dans l’esprit de Lili dans un désordre monumental, mais dont elle était habituée.

Heureusement, cette pagaille allait bientôt cesser. Une jeune femme courra vers Lili et le mog, elle avait des cheveux magnifiques ; rosées et légèrement ondulé à la fin de sa queue de cheval, ils avaient l’air si soyeux qu’ils donnaient envie d’y glisser les doigts. La porteuse de Keyblade laissa la demoiselle s’adressait au mog qui s’appelait Mog ; quoi de plus original ? Lili avait bien nommé dans son enfance son chat Minou. Mog semblait être avec cette demoiselle qui se retourna vers Lili, celle-ci croisa ses yeux bleus, un bleu qui se mariait plutôt bien avec la couleur de sa chevelure. Elle s’adressa à la brunette qui lui fit un sourire quand elle se présenta : Serah ? La demoiselle allait se présenter, mais avant elle agita ses mains devant son visage de gauche à droite ;/[i]

« Non non… Ce n’est rien, Mog n’a rien fait de mal, il est juste venu m’adresser la parole »

[i]Lili leva la tête vers la petite peluche beige, qui avait toujours les yeux fermés. Mais la demoiselle le fixa avec un regard sévère mais à la fois suppliant ; Mog avait surement comprit que l’élue ne divulgue pas sa découverte à Serah. Puis elle redescendit son regard, qui changea pour laisser paraître la douceur de Lili :


« Enchantée, moi c’est Lili. »

La demoiselle aux longs cheveux pencha la tête sur le côté et agrandit son sourire tout en fermant à moitié ses yeux noisette. Bizarrement Lili ne s’inquiéta pas du tout si Serah pouvait lui faire du mal, l’élue lui fessait déjà un peu confiance. Et oui, Lili était du genre naïve. Oh… la jeune femme allait aussi à la bibliothèque, la joie et la surprise se lu facilement dans le regard de Lili ; donc ce bâtiment était ouvert à tous ! Super, elle n’allait pas devoir se battre pour des informations qu’elle n’aurait peut-être même pas trouvé ! La demoiselle ne s’attendait pas à apprendre qu’une jeune femme soit professeur, car elle avait eu lors de sa scolarité que des enseignants plutôt vieux. Lili se tut ne préférant rien dire là-dessus au risque d’être blessante, mais la curiosité l’emporta :

« Anciens élèves ? Tu es une ancienne enseignante ? Pourtant tu es plutôt jeune. Tu enseignais à des élèves de quelle année ?
Et toi Mog ? ça fait longtemps que tu es ici ? »


Lili espéra qu’elle n’avait pas été trop désobligeante. Mais elle avait grandi ici, dans ce monde et qu’il y ai une jeune professeur n’était pas habituelle. Enfin il faut dire que Lili n’avait pas mis les pieds ici depuis un certain temps. D’ailleurs son pseudonyme « Lili » allait réellement l’aider à rester discrète. Et puis physiquement, elle s’était laissée pousser les cheveux, ne s’habillait plus du tout comme avant. Vous vous demandez surement alors pourquoi Lili ne savait pas grand-chose sur la bibliothèque ? Simplement car elle préférait allait dans la forêt et courir dans les rues que de plonger le nez dans un bouquin. Mais ça c’était dans le temps… La ville était quand même grande, car jamais ou du moins elle ne se souvenait pas avoir rencontré une Serah lors de son enfance ici. Lili ne divulgua rien de tout ce qu’elle était en train de penser, et continua de parler à la jeune femme de la même tranche d’âge qu’elle :

« Oui je vais à la bibliothèque aussi. Je dois faire des recherches, mais je t’avoue que je ne sais pas du tout où et comment chercher ; je n’ai jamais été très bouquins avant. Sauf pour les romans d’aventures et d’actions. »

Lili se retourna vers la porte en bois. Maintenant qu’elle était certaine de ne rien craindre, elle ouvrit plus grand la porte. Laissant ainsi un passage assez large pour entrer dans la bibliothèque. Mais l’élue ne rentra pas, elle se mit sur le côté et tenu la porte à Serah et Mog pour qu’ils puissent entrer en premiers s’ils le désiraient. Lili était impatiente de commencer ses recherches, mais ne le montra pas. Or quand elle verra l’étendu d’étagères son courage allait surement retomber dans ses chaussettes s’écrasant comme une crêpe.
more_horiz





Lili, un prénom charmant. En la voyant, Serah sentait le bien en cette personne. Bien sûr, bien souvent, elle laissait les événements montrer qui est telle ou telle personne. Jusque là, la jeune femme n'avait aucune raison de douter, de ne pas faire confiance. Toujours est-il que cette Lili était bavarde et très curieuse ! Serah aurait aimé avoir plus d'élèves comme elle. Les questions sont arrivées trop vite pour que l'institutrice puisse y répondre ! Elle prenait son inspiration avant de répondre, un sujet léger, mais il s'agissait tout de même de son passé. Sans doute inspirait-elle la confiance pour qu'on la questionne d'emblée.

« Ancienne, oui, on peut dire ça. En réalité, j'ai quitté mon école il y a vraiment très peu de temps, je pense que l'on a besoin de moi sur un autre front. Je n'oublie pas mes élèves pour autant et je pense leur donner des cours de temps en temps, pour aider mes collègues. »

Ce qu'avait appris Serah durant sa scolarité et en tant qu'enseignante, c'est d'être la plus claire et la plus précise possible dans ses réponses. Il n'y a rien de plus embêtant que d'avoir de vagues réponses à une question claire. Si cela permet ne serait-ce que d'aider un peu, alors la plus jeune des Farron est heureuse. D'ailleurs, elle se mit à rire en pensant à Lili qui la trouvait jeune.

« Oui, je sais, c'est étonnant, mais c'était un rêve pour moi d'enseigner et l'âge importe peu si on a la vocation, tu ne crois pas ? Pour la plupart, mes élèves avaient huit ou neuf ans, peut-être dix. »

En réalité, elle ne faisait pas très attention à l'âge des enfants, Serah n'était pas là pour cela, mais pour leur apprendre la vie. Mog restait dans son dos, posant ses petits bras sur son épaule, il ne répondait pas à Lili.

« Alors Mog ? C'est malpoli de ne pas répondre ! »

Elle se tournait vers la jeune brune.

« Je suis désolée, il est parfois timide ou alors c'est moi qui lui fais peur ! »

Serah s'en amusait, mais elle avait peur d'avoir dit la vérité. Elle savait bien que parfois, ses élèves avaient peur d'elle ou plutôt peur de sa colère.

« Je suis là depuis quelques mois, kupo ! »

Le voilà qu'il reprenait sa vigueur de jeune mog fougueux. Cela faisait plaisir à voir. C'était la personne qui faisait sourire l'institutrice quand de sombres nuages envahissaient son esprit. C'est alors que Lili répond à son tour à l'interrogation de Serah, une réponse qui tombait sous le sens. Cependant, elle allait éviter d'être intrusive. La jeune brune ouvrait donc la porte et la tenait pour laisser passer les deux autres personnes présentes. Serah se tournait en vitesse vers Mog pour ne pas trop faire patienter Lili.

« On entre, mais il ne faudra pas parler trop fort ou faire des bêtises. »

Ils entrèrent alors et Serah la remercia. Elle jeta un œil à travers les rayons et même si ses élèves étaient disciplinés, c'était trop calmes pour qu'il soit présent. Soupirant, elle se disait qu'elle allait tout de même rester pour ne pas être venue pour rien. Ce n'est qu'à ce moment qu'aucune idée de recherche ne se présente. Lili était hésitante depuis le début, soit elle n'avait pas l'habitude des bibliothèque, soit elle n'est jamais venue ici, peut-être les deux !

« Si tu as besoin d'aide pour tes recherches, je peux t'aider si tu veux, je connais cet endroit par cœur ! »

Je deviens aussi bavarde que Mog. C'était à se demander s'il ne déteint pas sur elle ou peut-être que c'est Lili qui est contagieuse. Mog s'approchait de l'oreille de Serah.

« Il faut l'aider. »

« Tu es si mystérieux d'un coup, pourquoi tu tiens tant à ce qu'on l'aide ? »

C'était de toute façon ce qu'avait prévu la jeune femme. Mog, quant à lui n'a pas répondu et s'approchait plus près de l'autre personne. Je finirais bien par le savoir.






more_horiz
La jeune femme Serah était une personne sincère. Lili le remarqua tout de suite, en effet l’élue de la Keyblade avait la douce sensation que la demoiselle en face d’elle répondait à sa curiosité sans passer par mille chemins ni en essayant de cacher des faits. Lui faisait-elle déjà confiance ? Ou était-ce dans la nature de la femme aux cheveux rosés ? Lili avait eu des réponses claires, mais Serah avait réveillé sa curiosité; sur quel front avait-on besoin d’elle ? Qu’est-ce qui peut l’avoir amené à arrêter d’enseigner à des enfants ? De plus Lili avait bien remarqué qu’elle était très attachée à son ancien travail d’enseignante. Cela se voyait dans ses yeux qui brillaient à chaque fois qu’elle faisait illusion à ses élèves. La brunette s’efforça à ne pas trop poser de questions de peur d’effrayer Serah et son compagnon Mog.
D’ailleurs la peluche volante aux oreilles de chat était soit disant timide ou apeuré. Lili avait tout simplement répondu au doute de Serah :


« Tu sais je pense qu’il a plus peur de moi que de toi. Je peux avoir un côté effrayant, c’est l’une des raisons pour laquelle je voyage seule en tant qu’errante. »

Voilà une façon simple de dire qu’elle faisait partie de tous ces gens qui ne sont attachés à aucuns groupes et qui ne pensent qu’à leur pomme. Lili assumait le faite d’être errante, par contre être une élue de cet arme si mystérieuse elle ne l’assumait pas vraiment… C’était pour la demoiselle quelque chose de difficile à porter ; car une arme comme celle-ci peut tout faire basculer en un rien de temps.

Mog répondu ensuite à Lili avec une énergie qui rendait ses êtres si sympathiques. La demoiselle lui sourit juste avant d’entrée dans la bibliothèque et après que la femme aux yeux bleus ai parlé.


« Mog, tu as l’air de beaucoup apprécier Serah. Je n’ai encore jamais vu de mogs attachés à une personne. Tu dois être exceptionnelle Serah ! »

Lili finit sa phrase en regarda la jeune femme avec son regard noisette qui s’accompagna d’un petit clin d’œil. L’élue avait dit cela tout naturellement. C’était dans son habitude de complimenter les autres. Serah regarda dans les rayons, quand à Lili elle s’éloigna un peu pour s’approcher d’une étagère. Elle la regarda de haut en bas et de bas en haut. De plus près ces meubles de bois paraissaient encore plus grands ! Aïe, aïe, aïe si elle ne savait pas par où commencer ses recherches, il lui faudrait des jours, voire des mois et même des années pour trouver ce dont elle avait besoin ! Bon ce n’était donc pas le moment de traînailler, il fallait s’y mettre. Lili fit une grimace et remonta ses manches ; un air bien déterminer, elle attrapa le premier bouquin qui était devant elle. Lili ne regarda même pas le titre de ce livre qui était plutôt récent vu l’état de sa couverture. Faisant tourner les pages, elle stoppa net à une page pris au pif. Ses yeux lurent en diagonale les premières phrases pour capter que quelques mots : fleurs, plantes, terres. La demoiselle était tombée sur un écrit parlant de la flore dans un lieu bien déterminé semblait-il.

Poussant un soupire elle ferma le livre entre ses deux mains. Ce geste s’accompagna d’un petit « pouf ». Soupirant, Lili reposa le recueil à sa place, et avança de quelques pas. La porteuse de Keyblade le savait ; il lui fallait savoir comment était rangé tout ce savoir. Oui une bibliothèque est un endroit très bien rangée où tout était classé selon une logique. C’était aussi ça qui effrayait un peu la demoiselle : tant d’ordre, ça donnait mal à la tête !

Serah s’était adressée soudainement à Lili qui se retourna vers son interlocutrice. La jeune femme n’avait pas trouvé ses élèves, Lili eut un air désolé sur son visage, comprenant que l’enseignante devait avoir un petit pincement au cœur. Mais Lili espéra que sa classe allait bientôt arrivée, voir une personne heureuse donnait facilement le sourire et la bonne humeur à Lili. Mais Serah avait dû voir qu’elle patouillait dans ses recherches et que Lili était, il faut l’avouer, complétement perdue. Se grattant l’arrière de sa tête d’un air gênée, l’élue hésita. Oui car si elle demandait de l’aide à la gentille femme, elle serait obligée de lui dire ce qu’elle recherchait exactement, et ça elle ne voulait pas divulguer à n’importe qui. Pourquoi ? Ben… A vrai dire Lili n’en savait trop rien ; surement parce que c’était son but et que c’était pour elle un secret, quelque chose qu’elle aimerait garder que pour soit. Mais sérieusement, retournant son regard sur les fins fonds de la bibliothèque Lili comprit que ce n’était pas le moment de faire des caprices de gamine qui voulait tout garder pour soi.

Lili hésita… Devait-elle faire confiance à une inconnue et son mog ? Bah ça c’était dans sa nature de faire confiance à quiconque. Et puis Serah n’avait pas l’air méchante et malsaine. Bien au contraire. Le Mog s’approcha de Lili comme pour compléter les paroles de la femme aux cheveux rosées. Oui la chance était encore avec l’élue qui lui avait fait rencontrer Serah et Mog. Elle devait pas laissait passer cette chance. Lili tendit l’un de ses bras vers Mog et comme elle le ferait avec quelconque animal, elle lui gratta doucement le petit ventre tout doux. Pourquoi ? Bah, il n’y a pas de raison particulière quand on caresse un chat ou un chien si ?! Bref, le regard plein d’espoir de Lili se tourna vers Serah :


« Tu connais cette bibliothèque comme t’a poche ?! Si c’est bien le cas, je veux bien que tu m’aides. Mais j’espère que cela ne te dérange pas trop ? Et si tu as mieux à faire je ne te retiens pas. »

Lili aimait aider les autres, mais se faire aider elle avait toujours du mal à digérer. A chaque fois que quelqu’un faisait une chose pour elle, elle se sentait obligé de lui rendre l’appareil. De plus elle essayait de se débrouiller tout de seule, car elle voyageait seule. Mais là, elle ne pouvait pas refuser. Ne laissant pas le temps à Serah de répondre, comme à son habitude –un vrai moulin à parole cette Lili-, elle enchaîna en chuchotant pour que seul la jeune femme et son mog entendent :

« Je cherches des informations sur les sans-cœurs. Par exemple ; Pourquoi lorsqu’ils disparaissent, un cœur s’envole ? Sachant qu’à la base ils n’ont pas de cœurs. Et où partent-ils ? Comment un sans-cœur peut redevenir un être vivant ?... »

Le ton de Lili était devenu très sérieux. Cela changeait de sa bonne humeur de tout à l’heure. Serah devait surement se dire que la demoiselle cherchait trop d’explication à des choses qui n’en n’ont pas ou qui n’en n’ont pas besoin. Lili croisa le regard bleu ciel de Serah, un bleu apaisant. Elle ne lui avait pas tout dit. Lili évita de lui dire qu’elle cherchait aussi des renseignements sur la Keyblade. De peur s d’éveiller trop de soupçons et puis Serah voulait bien l’aider ce n’était pas une raison pour la monopolisé et l’embêter avec toutes ses recherches.
more_horiz





Lili était très agréable et visiblement un peu embarrassée. Serah l'eut vite compris lorsque l'errance de la jeune brune fut évoquée. Vivre et voyager seule ainsi, ce devait être très dur, l'institutrice le pensait souvent. Heureusement que Mog est avec moi. Malgré cela, elle semblait rester plutôt joyeuse et plus timide que solitaire dans l'âme. Oui, c'était facile à voir, Lili avait un vécu, de lourds bagages qu'elle devait traîner avec elle partout. Des affaires qui, pense Serah, ne sont pas déballées devant le premier venu. Elle s'inquiétait même de déranger les deux compères, la réponse allait venir, que l'aide n'aurait pas été proposée si Serah n'en avait pas envie. Elle n'en eut pas le temps puisque Lili se décida à dire ce qu'elle cherchait au milieu de tous ces livres. La jeune femme de la lumière fut quelqu'un peu surprise. Une errante qui cherche à en savoir tellement sur les sans-coeur qu'elle se pose la question de comment redonner vie à un être transformé. Serah gardait son sourire tant bien que mal pour ne pas que son interlocutrice soit mal à l'aise, mais il était vrai que plus elle en entendait, plus elle était inquiète pour Lili.

L'institutrice n'avait pas besoin de poser de question, elle comprenait vite les tenants et les aboutissants. Pour les quelques parts d'ombres, elles resteront ainsi. Serah regardait autour d'elle, il y avait des centaines voire des milliers d'ouvrages traitants de tout et n'importe quoi. Cependant, c'est une bibliothèque, les choses sont classées et comme les sans-coeur sont connus depuis plusieurs années déjà, il y a une rangée pour eux. Avant cela, Serah allait déjà expliquer ce qu'elle savait. Bien sûr, il y avait ce que lui avait raconté Illa, mais elle avait eu l'occasion de lire quelques textes au Château Disney.

« De ce que je sais, il y a deux types de sans-coeur, les matrices et les emblèmes. Le Roi Mickey dû affronter ces créatures à de nombreuses reprises et il y a des notes à leur sujet. Ceux du premier type naissent quand leur cœur est engloutit par les ténèbres ou lorsqu'un sans-coeur dévore leur cœur... »

Serah frissonnait en entendant ses propres paroles. Elle ne pouvait s'empêcher de trouver cela atroce et redoute ces créatures.

« Les autres, les emblèmes, auraient été créés par la main de l'homme... Je ne sais pas de qui il s'agît, mais ils sont reconnaissables par une marque qu'ils ont sur le corps. Le cœur, bien qu'engloutit par les ténèbres, sont toujours présent. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais c'est pour cette raison qu'ils relâchent des cœurs lorsqu'ils sont éliminés... »

La jeune femme avait l'impression de donner des cours sur un sujet qu'elle ne maîtrisait que très peu. Elle serait les poings, elle était intérieurement en colère bien que ce ne soit pas visible extérieurement. Faire ce genre d'expérience est inhumain... Serah se rendait bien compte qu'à cause de cette ou ces personnes, ces monstres sont bien trop nombreux. Ils ont créé bon nombre de problème et la lumière, en plus d'être en guerre doit savoir gérer ces ennemis dévoreurs de cœurs.

« Je ne sais pas où vont les cœurs qui s'en échappent, je ne sais pas pourquoi ce cœur n'a pas disparu avant comme pour les autres créatures de leur espèce. Je ne sais pas pourquoi ils s'en prennent autant à nous, je ne sais pas si un sans-coeur peut redevenir humain... »

Regarde-moi Lightning, toi qui m'as si souvent aidée, quand c'est à mon tour, je ne peux rien faire. Elle releva la tête vers Lili en affichant un nouveau sourire.

« Quand on ne sait pas, qu'est-ce qu'on fait ? On se renseigne ! Les livres sur le sujet se trouvent là-bas, suis-moi. »

Tous les trois se dirigeaient donc vers le fond de la pièce, Serah en tête et Mog très près derrière Lili. L'institutrice se demandait bien pourquoi il était si intéressé par elle. Bien sûr, elle est très charmante, appelle vite à la confiance, mais il cachait quelque chose. Ils arrivaient alors au niveau d'une étagère remplie et sensiblement moins poussiéreuse que certaines autres.

« Il ne doit pas y avoir beaucoup de bouquin qui traitent ce sujet. »

Serah regardait la tranche des livres et après dix secondes, elle en attrapait deux, puis un troisième. Elle leva le regard sur les rangées se trouvant plus haut.

« Mog, est-ce que tu peux m'attraper le livre bleu qui est là, s'il te plaît ? »

Il s'exécuta en lâchant le cri propre à sa race. Ils avaient maintenant quatre ouvrages et si les réponses ne se trouvaient pas à l'intérieur, il faudra aller dans une autre bibliothèque. Serah lisait le sommaire du premier livre avant de le donner à Lili.

« Le chapitre cinq est dédié aux cœurs dans leu globalité, il dit peut-être où ils se dirigent. »

Elle feuilletait ensuite le sommaire du deuxième livre pour trouver un chapitre traitant de l'attirance de ces monstres envers certaines personnes.

« Je vais lire celui-ci et Mog, toi, tu lis celui que tu veux. »

Ils s'assirent à la table la plus proche et entrèrent dans un silence paisible. Ils étaient tous absorbés, même Mog qui était souvent trop énergique pour rester en place. Après cinq minutes de lecture, Serah avait quelque chose qui pouvait intéresser Lili.

« Je ne sais pas si ça peut servir, mais il semblerait que, bien qu'ils s'attaquent à tout le monde, les sans-coeur ont une préférence pour deux types de personnes. Ceux ayant un cœur pur, ce qui paraît logique, ils doivent être plus puissant, plus intéressant pour eux. Ensuite, ceux qui manient la keyblade, là, je ne sais pas pourquoi en revanche. Par contre, cela explique pourquoi le Roi Mickey a souvent eut à faire à eux. »

Serah comprenait pourquoi la Coalition Noire avait bien moins de soucis avec ces monstres que n'en avait la Lumière. La prédominance des ténèbres de ce groupe explique aussi pourquoi ils peuvent parfois les contrôler. Ils deviennent donc des armes...

« Et toi Lili, tu as trouvé quelque chose ? »






more_horiz
Lili fut agréablement surprise en entendant la jeune institutrice lui répondre. Car l’élue de la Keyblade ne pensait pas que Serah allait lui dévoiler son savoir sur les sans-cœurs. En effet, la demoiselle était tombée sur des tas de gens qui quand elle évoquait le sujet de ses créatures aussi sombres que les ténèbres, ne répondaient pas ou changeaient de sujet. Lili écouta donc avec attention les dires de la femme aux cheveux rosés, son Mog à côté semblait en accord avec ses paroles. Elle enregistra les mots tout en essayant de comprendre.

Matrice et Emblème… Les membres de famille étaient donc devenus des sans-cœurs Matrices vu que Lili pensait qu’ils avaient perdu leur cœur dévoré par ses êtres aux yeux perçants. Hein ? Lili resta perplexe devant les informations de Serah ; des sans-cœurs façonnés par l’homme ? Mais… Comment, enfin pourquoi ! Pourquoi créer des êtres aussi sombres ? Comme si il n’y en avait déjà pas assez ? A quoi cela pouvait servir à un humain de créer des Emblèmes ? Lili eut un petit pic de colère qui monta en elle. La jeune femme malgré sa naïveté, savait, de moins devina que pour avoir réussi à créer un sans-cœur, la personne avait dû faire des expériences sur les créatures elles-mêmes et/ou sur des êtres vivants. C’était un acte qui l’a mettait hors d’elle ! C’était complètement inhumains de faire cela, et même un monstre ne songerait pas à arracher le cœur d’un être quelconque.

Lili laissa parler Serah sans dire mots, elle était trop perturbée et en colère face à ce qu’elle venait de savoir pour émettre le moindre son. Serrant les poings aussi fort qu’elle le pouvait, Lili inspira doucement et expira de la même façon pour garder son calme : ils étaient quand même dans une bibliothèque et elle ne pouvait pas se permettre de crier sa colère. De plus la jeune femme et son mog n’y étaient en aucun cas pour quelque chose. La porteuse de Keyblade se jura au fond d’elle, que si un jour elle croise un être qui a créé un sans-cœur elle lui ferra très vite regretter son geste ; du moins elle essayerait ! Bref… Elle se concentra sur d’autres faits révélés par Serah pour penser à autre chose. L’ancienne institutrice n’avait surement pas tort à propos des cœurs délivrés par les créatures sombres lors de leurs « morts ».

Serah avoua qu’elle n’en savait pas plus. Lili allait lui répondre que ce n’était pas grave et qu’elle lui avait déjà appris pas mal de chose. Or la demoiselle lui demanda de la suivre sans même laisser le temps à Lili de prononcer un mot. Elle suivit l'institutrice sans broncher, se demandant bien où elle allait l’amener… En fait Lili le savait ; Serah la dirigeait vers des livres dont les pages étaient remplies de savoir sur les êtres ténébreux et le cœur des gens. Avec étonnement et admiration, la brune regarda Serah se mettre à chercher les livres traitant du sujet des sans-cœurs. Lili était impressionnée : en à peine une minute elle se retrouva avec quatre livres. Lili laissa échapper un « wahou » de sa bouche, aussi silencieux qu’un souffle pour ne pas déranger les gens venus s’instruire dans ce bâtiment. Lili acquiesça de la tête quand Serah lui conseilla de lire le chapitre cinq du premier bouquin. L’élue pris le livre entre ses deux mains ; il n’était pas énorme, mais quand même imposant avec une couverture couleur bordeaux qui semblait à peine abimée mais le bouquin n’était pas tout neuf pour autant. Lili fixa cette couverture d’un regard admiratif, mais secoua la tête : elle n’était pas là pour contempler un cuir recouvrant des feuilles. Sans plus attendre elle ouvrit l’ouvrage. Les feuilles à peine abimées montraient que ce livre a été peu lu. Ce qui n’étonna pas Lili : qui voudrait lire un ouvrage sur les créatures les plus sombres qu’il soit ? Regardant le sommaire, elle nota le numéro de page du commencement du chapitre cinq dans sa petite tête et alla directement à cette page. Lili alla, sans quitter des yeux les pages du bouquin, s’assoir là où Serah et Mog s’étaient assis et s'installa sur une chaise en bois banale. Elle était complètement absorbée par les lignes de lettres noires.

Les trois restèrent là, tous entrains de laisser leurs regards aller de droit à gauche lisant et comprenant l’enchaînement des mots inscris sur les feuilles de papier. C’était bien la première fois que Lili était autant concentrée lors d’une lecture. Pendant son éducation à l’école, la jeune femme n’était pas du genre à lire des bouquins, surtout quand ceux-ci étaient trop « intellectuels » pour elle. Lili aimait la simplicité. Fronçant les sourcils la demoiselle lue sans s’arrêter, les phrases retenant l’essentiel à ses yeux. L’étonnement, puis la réflexion, la compréhension, la désolation, la colère, chacune de ses expressions se lurent sur son visage fin, mais aucuns mots ne sortirent de ses lèvres.

Le son doux de la voix de Serah sortie Lili de sa lecture profonde. Elle leva son regard noisette vers la demoiselle et l’écouta de nouveau. La demoiselle ne vit rien paraitre sur son visage : ce que venait de trouver la jeune femme aux cheveux rosées, Lili le savait déjà. L’élue de la Keyblade aurait pu faire mine de découvrir ces informations, mais non, elle ne voulait pas mentir à cette femme qui était si sincère envers elle. Mais Lili ne voulait pas non plus tout lui avouer, du moins pas pour le moment ! Alors elle préféra tout simplement cacher, dévier la vérité sans mentir. Lili enchaîna à la suite de ce que venait de dire Serah ; comme si elle finissait sa phrase :


« … Le Roi Mickey, comme tu dois surement le savoir, manie la Keyblade : l’arme en forme de clé ouvrant milles et unes serrures. Les sans-cœurs sont attirés par les élus de cette arme. Car, certes, ils n’ont pas le cœur pur, mais ils ont un cœur fort. Les porteurs de Keyblades sont connus pour leurs forces, ce sont aux yeux des gens, des personnes capables de connaitre le juste milieu entre le mal et le bien. Du moins moi c’est ce que je pense. Cette arme qu’est la Keyblade, ouvre tout ce qui est fermé, mais surtout peut ouvrir et fermer les cœurs de chaque monde, et c’est aussi une arme efficace contre les sans cœurs. »

Lili afficha un sourire innocent, qui voulait cacher sa vraie pensé. Tout ce qu’elle avait dit, elle le pensait réellement, mais pour elle la Keyblade était aussi un poids lourd à porter ; savoir ce qui est bien ou mal, savoir que être un élue c’est aussi avoir des responsabilités, qu’il faut regarder plus loin que son bout de nez… La demoiselle n’était malheureusement pas complétement comme cela. Pour le moment ce qui l’a préoccupait le plus c’était sa famille, même si elle voulait aider les autres. Puis reportant son regard sur son bouquin que Serah lui avait passé, elle enchaina à voix base pour ne pas déranger les autres personnes de l’édifice et pour ne pas être entendue non plus :

« Je n’ai pas encore tout lu, je suis plutôt lente en lecture. Mais quand un être perd son cœur et qu’il était quelqu’un de puissant, en force du cœur si je comprends bien, il laisserait place à deux être : un sans-cœur et un simili. L’un représente l’esprit, l’autre le corps. Quant au cœur libéré, il s’envolerait dans un monde, un royaume nommé « Kingdom Hearts »… »

Lili se tut… Elle n’avait pas d’autres informations pour le moment, mais sans plus attendre, elle tourna la page, et encore une autre à la recherche du mot « Kingdom Hearts ». Tournant plusieurs pages, la demoiselle s’arrêta net sur le milieu de l’une d’elle. Son regard allant de droite à gauche à toute vitesse, il semblait qu’elle avait repéré quelque chose. Voyant l’intrigue chez Serah et Mog, Lili s’adressa à eux en laissant son regard noisette sur les lignes d’écritures :

« Ici c’est écrit que : « Kingdom Hearts est, semblerait-il, un monde et même LE monde des cœurs. En effet, ce monde sera le lieu où tous les cœurs, que ce soit ceux des gens ou des mondes, y sont recueillis après leurs disparitions. Si l’on contrôle ce monde, tous les autres seront sous notre contrôle également. C’est pour cela qu’il n’est pas facile d’accéder. D’après certaines légendes, il faudrait sept cœurs purs ainsi que la clé… ». Et ben… J’imagine même pas le nombre de gens ambitieux qui ont voulu conquérir ce monde, à mon avis personne n’a encore réussi, sinon on le saurait. »

C’était plutôt rassurant pour Lili, qui s’imaginait mal voir un seul être contrôler l’univers, contrôler le cœur des gens… Un petit tilt résonna dans la tête de la demoiselle. Si tous les cœurs allaient là-bas, est-ce que ceux de sa famille y seraient aussi ? Surement. Une réflexion lui vint ensuite en tête. Son regard quitta le bouquin pour se planter dans le bleu azur des yeux de Serah, puis sur les deux fentes représentant les yeux fermés de Mog. Le regard sur elle, puis sur lui, et ainsi de suite. Pouvait-elle leur dire tout ? Pouvait-elle leur faire confiance ? Soupirant, la réponse lui semblait évidente: Bien sûr que oui elle le pouvait, Lili le sentait dans son cœur, et c’était une femme qui écoutait toujours son cœur avant sa raison :

« Serah… Je te remercie encore pour ton aide. Et toi aussi Mog, sans vous j’aurais jamais su où chercher dans cet énorme édifice, et si ça se trouve je ne serais même pas rentrée à l’intérieur. J’aurais surement abandonné sous le coup de la difficulté. Je ne suis malheureusement pas si forte que cela… Je voudrais savoir une chose ; penses-tu qu’il est possible de récupérer des cœurs biens précis dans le Kingdom Hearts sans pour autant prendre possession de ce monde ? Je ne veux pas fabriquer des cœurs en sacrifiant des vies et créant des sans-cœurs… »

OUPS ! Lili se rendit compte qu’elle avait encore parlé plus vite qu’elle ne le pensait. Et voilà qu’elle avoua à Serah qu’elle voulait récupérer des cœurs. La demoiselle devait la prendre pour une folle ou encore un être qui ne pensait qu’au pouvoir voulant voler des cœurs. La gêne se lu si facilement sur le visage et dans le regard de Lili. Les joues de la demoiselle s’empourprèrent, puis baissant le regard honteuse, elle se reconcentra sur son bouquin, faisant mine de n’avoir rien dit. Mais c’était bien trop tard. Lili reprit la page où elle s’était arrêtée et recommença sa lecture, mais garda un œil sur Serah et Mog, comment allaient-ils réagirent ?
more_horiz





Après ce long moment où Serah expliquait ce qu'elle savait, elle écoutait à son tour tout ce que Lili disait. Peu à peu, elle et Mog comprenaient le sentiment qui muait la jeune brune. Enfin, à cet instant, Serah avait surtout compris que Mog savait tout, que s'il s'intéressait à elle, c'est qu'il y avait une raison. Heureusement pour lui, l'institutrice le connaît bien et sait qu'il ne fera rien de mauvais, c'était sans-doute son aide qu'il voulait offrir, ce que Serah avait aussi l'intention de faire.

Il n'y avait rien d'étonnant, mais la femme de la lumière savait que Lili connaissait déjà certaines chose, c'était remarquable à ses réactions. Seulement, Serah n'était pas surprise et elle ne jugeait en rien la jeune femme en face d'elle. La curiosité, beaucoup disent que c'est un vilain défaut, elle, elle savait que non. Il fallait juste faire attention aux limites, savoir où s'arrêter. Dans ce monde comme dans les autres, connaître les frontières est plus difficile que l'on ne croit. Il n'y a pas de bien ou de mal absolu. Les personnes qui ont créé les sans-coeur, ce n'était peu-être pas le but d'origine. Sans les scientifique, nous ne saurions pas dans l'ère actuelle, la médecine, notre capacité à appréhender le monde de lus en plus précisément, c'est grâce à eux.

« Serah… Je te remercie encore pour ton aide. Et toi aussi Mog, sans vous j’aurais jamais su où chercher dans cet énorme édifice, et si ça se trouve je ne serais même pas rentrée à l’intérieur. J’aurais sûrement abandonné sous le coup de la difficulté. Je ne suis malheureusement pas si forte que cela… Je voudrais savoir une chose ; penses-tu qu’il est possible de récupérer des cœurs biens précis dans le Kingdom Hearts sans pour autant prendre possession de ce monde ? Je ne veux pas fabriquer des cœurs en sacrifiant des vies et créant des sans-cœurs… »

Serah ne disait rien, elle réfléchissait avant de dire une erreur, mais en aucun cas, elle ne jugeait Lili. C'était simple à voir qu'elle n'était pas une mauvaise personne, elle était juste désorientée. Quand Mog voulu parler à la brune, elle leva la main pour dire qu'elle parlerait la première.

« Tu es plus forte que tu ne le penses Lili. Il faut bien du courage pour oser poser des questions et pour voyager seule. »

Oui, qu'elle soit solitaire était aussi aisément perceptible. Lili semblait éviter le contact humain, avoir peur d'interagir avec es autres pour une raison encore inconnue de Serah.

« Ce que je pense et ce n'est que mon avis... C'est qu'il ne faut pas jouer avec les lois de la nature. Une personne qui est partie, quelqu'en soit la raison, je ne crois pas que le faire revenir soit une bonne idée, la vie est ainsi faire, mais... »

Serah savait que ce qu'elle disait était dur et que ça n'arrêterait pas non plus Lili si elle voulait vraiment parvenir.

« Mais s'il s'agissait de Lightning, ma sœur, je sais que je ferais tout pour la sauver et la retrouver. »

Elle s'était promise d'être honnête et elle savait déjà comment elle réagirait à la place de son interlocutrice dans la même situation. Si cela devait arriver, rien ni personne ne serai en mesure de l'arrêter. Elle voulait détendre un peu l'atmosphère, Serah demanda donc à Lili de la suivre dehors pour prendre un peu l'air. Avant de sortir, elle replaça les livres sur les étagère, rien de plus qui pourrait se trouver dans ces ouvrages ne pourrait les aider. Une fois dehors, l'institutrice souriait.

« Lightning, ce n'est pas le vrai nom de ma sœur, mais elle me tuerait si je te le disais ! »

Elle se mit à rire, insouciante. Lili devait apprendre à se laisser aller de temps en temps, à pouvoir profiter d'être avec une personne, apprécier le temps présent.





more_horiz
Lili était rassurée, la jeune femme en face d’elle ne semblait pas être comme la plupart des gens qui d’un regard vous juge, ou qui dès que vous exprimez une idée ne vous regarde plus pareil. Serah malgré sa jeunesse était sage dans son esprit, savoir ne pas juger les gens par leurs actes, leurs pensées et les comprendre… Ce n’était pas donner à tout le monde. La femme à la chevelure rosée avait un précieux don. La porteuse de Keyblade qui voulut cacher ses expressions en plongeant son nez dans le bouquin qu’elle tenait, releva doucement la tête au moment où Serah lui répondu. La brune lui adressa un grand sourire pour la remercier du compliment, mais comme à son habitude la gêne aussi était présente : elle n’aimait pas recevoir des compliments qu’elle ne pensait pas mériter. Elle ne dit rien, car la porteuse de Keyblade ne savait tout simplement pas quoi dire.

Serah avait encore une fois raison ; les lois de la nature ne peuvent être déjouées. Lili le savait bien, mais si les cœurs pouvaient être séparés de l’enveloppe charnelle d’une personne, il pouvait bien y retourner, ce n’était pas contre la nature ?! Lili voulait tellement y croire, que même les preuves qui la contrediraient, seraient tout simplement improbables pour elle. Sur ce point, Lili était pire qu’une tête de mule, elle fermait complètement les yeux sur la vérité. Mais qu’est-ce la vérité exactement ? Ne dépend-elle pas de la personne qui parle ? Bref, la demoiselle n’allait pas se lancer dans ce débat qui allait tourner en rond. Lili fit la moue, attendant que Serah reprenne la parole. Ce fit à cet instant que la porteuse de Keyblade fixa Serah du regard… D’abord l’incompréhension se lisait dans les yeux noisette de Lili, puis celui-ci disparut laissant apparaitre un air désolée. Lili savait qu’elle mal Serah devait sentir au fond de son cœur. Perdre sa sœur, c’était comme perdre une partie de son cœur, un vide qui ne pourra jamais être comblé.

Lili resta muette, elle aurait voulu dire des mots pour réconforter Serah mais d’un côté -sachant qu’elle-même ça l’énervait à force qu’on s’excuse et qu’on se morfonde sur son sort- préféra ne rien dire. Elle suivit donc l’institutrice qui l’amena à l’extérieur de la bibliothèque, Lili espéra juste qu’en partant elles et le mog n’étaient pas passé à côté d’une information importante. Mais après réflexion se doute se dissipa : s’il y avait eu une information plus importante, Serah l’aurait trouvé et ne serait pas partie. Certes Lili ne la connaissait pas assez pour dire qu’elle comprenait ses moindres faits et gestes, mais elle avait confiance en elle et Mog. D’ailleurs celui-ci avait gardé le secret qu’elle était une élue, et rien que ce geste montrait qu’elle pouvait lui faire confiance.

Les rayons de soleil de l’extérieur arrivèrent droit sur le visage de Lili, l’air frais lui soufflant dans les cheveux la fit sourire. La nature en soi fessait toujours un grand bien à la demoiselle qui quand ça n’allait pas –et même quand ça allait bien en fait- s’y réfugiait. Les aveux de Serah laissèrent perplexe Lili. Pourquoi sa sœur avait voulu garder son nom secret ? Lili regarda le ciel bleu parsemé de nuages en coton blanc, elle se mit à rire aussi. Les deux rires se mélangèrent dans une harmonie agréable à entendre. L’élue riait de sa question intérieure ; elle-même ne portait pas son vrai prénom pour le garder au fond d’elle. Pourquoi ? Pour qu’on ne sache pas qui elle était dans le passé. Lili voulait séparer son passé : elle n’était plus la même depuis l’acquisition de sa Keyblade et la disparition de sa famille toute entière…


« Lightning est un joli prénom. Je pense que tu es la seule à savoir son vrai prénom ? Alors garde le pour toi : elle t’a fait confiance, montre lui qu’elle a eu raison. »

Tournant son regard pour passer du bleu ciel au bleu azur des yeux de Serah, Lili lui fit un petit clin d’œil. Puis elle ajouta :

« Moi non plus Lili n’est pas mon prénom… Enfin si. Pour être plus claire, depuis ma naissance à il y a quelques années j’avais le prénom que mon donné mes parents. Mais j’ai changé en peu de temps, j’ai donc choisi de changer aussi de nom. »

C’était aussi pour se faire plus discrète… Le hic c’est que là elle devait faire attention : Lili était dans son monde d’origine, elle devait absolument éviter le quartier où elle trainait tout le temps, sinon peut-être que des personnes la reconnaitraient ?! Lili ne voulait pas, elle préférait passer pour morte que de devoir faire face à la réalité et de devoir répondre aux questions des gens, de devoir faire face à leur regard rempli de pitié ! En plus de changer de nom, Lili avait changé de coup de cheveux histoire que de loin on ne la reconnaisse pas : avant elle avait une coupe au carré arrivant aux épaules. Ses cheveux était souvent attaché en queue de cheval et elle avait une frange sur le côté, alors que maintenant elle était droite et couvrait son front. Quant à ses cheveux étaient beaucoup plus long à présent car ils lui arrivaient aux creux de ses reins. Puis changeant de sujet, Lili reprit la parole :

« Merci Serah, ce que tu as dit tout à l’heure m’a permis de remettre un peu d’ordre dans ma tête. Certes les lois de la nature sont infaillibles, mais moi je suis une tête de mule ! »

Un demi-sourire s’afficha sur son sourire, sûre d’elle, Lili ne lâchera pas son seul et unique but qui la poussait à avancer. Si elle lâchait, elle se retrouverait sans rien et la seule envie serait de rejoindre sa famille… Bon, on avait assez tourné autour d’elle trouva l’élue de la Keyblade. Elle avança de quelques pas pour doubler Serah et Mog qui était toujours en hauteur à côté de sa maitresse, une fois devant elle se retourna et fit face à eux :

« Ça te dit d’aller faire un petit tour, histoire de parler un peu plus et se dégourdir les jambes ? »

Lili avait un côté direct qui parfois pouvait faire peur. Lili regarda ensuite Mog, et ajouta : « et les ailes ! ». Certes le peluche vivant avant des pattes, mais il volait la plupart du temps. Lili montra une direction, à l’opposé bien sure de l’endroit qui l’avait vu grandir. Après quelques pas, Lili entama de nouveau la conversation :

« Ta sœur était aussi une institutrice ?... Ah mais en fait, on n’a pas croisé tes anciens élèves. Tu veux qu’on aille les chercher ? »

Lili se tapa le front avec sa main, elle avait oublié que Serah était venue à la bibliothèque pour croiser ses petits élèves. La brune s’arrêta et entendit que Serah réponde.

more_horiz





Serah remarquait bien vite que Lili était plus à l'aise, elle parlait avec moins de retenue. Un peu comme les premiers jours de classe avec de nouveaux élèves. En réalité, même si la jeune femme était institutrice elle voyait tout le monde comme des élèves, même elle. Après tout, la vie tout entière n'est qu'apprentissage, pas besoin d'être dans une salle pour étudier, ça, elle le savait bien ! Le brune avait tellement parlé qu'il était difficile de savoir par où débuter les réponses ! Mais Serah est attentive et elle fini toujours par répondre et cela, même après cinq minutes de dialogue.

« Oui, aujourd'hui, je suis la seule à savoir son vrai prénom. Tout le monde, moi y compris, l'appelle Lightning et parfois, j'en oublie même que ce n'est pas son nom. » Disait-elle avec un air moqueur envers elle-même.

Elle prenait le temps de réfléchir un peu. Serah avait bien dit que si elle disait le vrai patronyme de sa sœur, elle la tuerait. C'était pour rire, bien sûr, mais si seulement cela pouvait suffire à la faire venir.

« En réalité, je ne sais pas si c'est de la confiance, elle l'a surtout imposé. Je pense que c'est pour se protéger, pas pour cacher qui elle est, mais pour paraître infaillible. Elle a changé son nom peu après le décès de notre mère et très vite, elle a pris son rôle. C'est ma grande sœur, mais elle s'est occupée de moi comme une mère, sans broncher, sans jamais se plaindre alors que je vivais avec insouciance... »

Elle soupirait, c'est vrai, l'institutrice avait en quelque sorte volé l'enfance de son aînée. Lightning ne lui en avait jamais voulu et avait tout fait pour ne pas être séparées. Les choses ont changé maintenant, vraiment changé.

« Aujourd'hui, je ne sais pas où elle se trouve, je sais juste qu'elle revient toujours, mais ça fait longtemps cette fois-ci. » Disait-elle en serrant les poings.

Puis, finalement, elle releva la tête, se forçant à sourire pour passer à autre chose. Serah était grande, c'était une adulte et devait agir de la sorte.

« Donc ce n'est pas ton vrai prénom non plus ? À croire que c'est vraiment courant. En tout cas, tu as bon goût, j'aime beaucoup Lili, c'est joli et si tu veux savoir, Serah, c'est mon vrai nom. »

Elle tourna la tête vers la petite bête ailée subitement songeuse, fronçant les sourcils.

« Et toi Mog, tu t'appelles bien Mog ? » Demanda-t-elle en se penchant en avant les mains sur les hanches.

« Oui ! » Répondit-il fièrement en brandissant son sceptre magique.

« Hey Lili, tu veux voir un truc cool ? Regarde ! »

Serah levait les bras vers Mog, il comprenait bien ce qu'il devait faire. Il se mit à tourner sur lui-même et dans une mini explosion de fumée banche mêlée à des paillettes, il se transforme en arc !

« Je n'ai pas de keyblade, mais j'ai Mog ! »

Venait-elle de faire une gaffe ? Lili avait semblé ne pas vouloir dire qu'elle avait une keyblade, pourtant l'institutrice l'avait deviné ou plutôt, elle pensait l'avoir deviné. Après tout, elle n'avait aucune certitude sur ce fait. Elle voulait très vite faire oublier ce qu'elle avait dit.

« Il peut aussi se transformer en épée ! Par contre, sous ces formes, il ne peut plus voler. Je suis sûr qu'il ne s'en plaint pas, du coup, il n'a plus d'effort à faire ! » lança-t-elle en riant sobrement.

Puis vint le moment où la jeune brune lui posa une question sur sa sœur. Ça lui faisait du bien, elle n'avait pas souvent l'occasion de discuter à propos de Lightning ces derniers temps alors qu'elle est toujours au centre de ses pensées.

« Non, ce n'est pas du tout le genre de Lightning de donner des cours. Je crois qu'à ce niveau, je lui ai amplement suffit ! Elle est plus du genre à agir qu'à parler, bien plus directe que moi. »

Serah marquait une pause en fixant Lili avec un léger sourire.

« Ne t'inquiète pas pour mes élèves, s'ils n'étaient pas à la bibliothèque, ils sont sûrement en cours et je ne vais pas les déranger. J'ai tout mon temps pour aller les voir, alors que toi, non ! »

Elles marchaient vers là où Lili avait indiqué la voie. Il n'y avait aucune destination précise, c'était simplement pour marcher et discuter. Oublier un peu les mauvaises choses ou en parler sans prise de tête. Ça faisait un bien fou, Serah se sentait plus légère.

« Dis-moi Lili, ce n'est pas trop dur de voyager seule ? »

Cette question avait un double sens, car si elle voulait une réponse de la brune, elle désirait également savoir comment vivait sa sœur au jour le jour.

« Tu n'as jamais pensé à t'intégrer dans un groupe ? C'est la première chose que j'ai faite, je crois que je n'aurais jamais osé partir seule. »

« Kuuuuuuupopopopopopopo ! »

Oui, c'est vrai, elle n'était pas seule, il y avait Mog, mais ce n'était pas là où elle voulait en venir. D'ailleurs, personne n'avait remarqué qu'il avait reprit sa forme normale ! Serah l'attrapait et le serrait comme une peluche avec un câlin débordant d'amour. La petite bestiole se laissait faire, il semblait même beaucoup apprécier !





more_horiz
Lili écouta en silence Serah, elle était captivée par la description sur la sœur de la demoiselle. Lightning était d’après sa petite sœur, une femme qui voulait paraître infaillible. L’élue de la Keyblade admirait ce raisonnement mais en même temps, elle avait du mal à comprendre… Tout le monde à des faiblesses c’est ça qui rend les personnes différentes les unes des autres. Alors pourquoi vouloir être sans failles ? Lili eu la réponse instantanément : elle voulait être parfaite pour ses proches, afin de pouvoir être à la hauteur pour les protéger. Elle avait endossé le rôle de la mère pour Serah, et cela n’était pas une tâche facile. Lili avait de plus en plus envie d’en savoir sur cette femme Lightning parce qu’elle avait certaines ressemblances avec Lili : le faite de vouloir protéger les autres, de faire tout pour sa famille… Et puis la curiosité était toujours son trait de caractère qui prenait le dessus !

L’élue de la Keyblade esquiva un sourire. Ce n’était pas un sourire qui exprimait la joie, mais la demoiselle comprenait le sentiment de Serah : attendre dans l’espoir qu’un souhait se réalise, y penser tout le temps et n’attendre que ça. La demoiselle aux cheveux rosés devait continuer à espérer revoir bientôt sa sœur : l’espoir fait tenir les gens debout, les fait avancer sur le chemin de la vie.


«Tu l’as reverra j’en suis sûre. Tant que tu y crois, cela ne sera pas impossible ! »


Un petit clin d’œil envers la jeune femme accompagna les dires de Lili… Bon assez  parler de philosophie, cela donne mal à la tête ! D’ailleurs Serah changea la conversation, Lili l’écouta. Et à peine eut-elle fini sa phrase que l’élue se mit à rire : un rire des plus naturels qui fut instantané. Cela fessait du bien d’être soi-même de temps en temps et de se laisser aller. Lili accompagna même Serah quand elle demanda d’un ton faussement accusateur si Mog était son vrai prénom. En effet elle fronça elle aussi en penchant un peu la tête sur le côté.

Être avec Serah et Mog était un vrai instant de bonheur, comme si elle était avec des amis en train de parler de tout et rien, laissant les problèmes de la vie de côté, histoire de croquer celle-ci à pleine dent ! Un truc cool ? Les yeux couleur noisette de Lili se mirent à briller comme une enfant à qui on allait lui montrer un tour de passe-passe. L’élue observa la scène qui ne dura pas longtemps,  mais qui arracha un grand « Wahouuu » de sa bouche. La demoiselle était toujours impressionnée par la magie et autres trucs qui sortaient de « l’ordinaire » de son enfance. Lili étant jeune était une ignorante, d’ailleurs elle l’est toujours mais bon…

La porteuse de Keyblade avait la bouche grande ouverte devant l’arc, mais la referma aussitôt. La panique la gagna, et ce lu parfaitement dans ses yeux. Hein, quoi ?!! Serah savait qu’elle était une élue ? Non pas possible ! Elle ne lui avait rien dit, rien montré. Certes quand les trois compagnons étaient dans la bibliothèque ils avaient un peu parlé de ça, mais cela ne pouvait trahir le secret de Lili. Elle n’eut le temps de répondre que Serah reprit directement la parole. Lili est certes naïve mais pas cruche ! Elle avait compris que la demoiselle avait changé de sujet pour dévier le sujet de la Keyblade. Malin, en tout cas Lili aurait fait la même chose à sa place. Elle reporta son regard sur l’arc ou plutôt sur le Mog en forme d’arme. Cet être semblait réserver bien des surprises, ce qui intriguait la brune. Mais elle ne posa pas de questions, car Serah semblait en savoir peu sur lui.

Continuant à marcher, le petit groupe de trois s’éloigna de la bibliothèque pour entrer dans les rues du Jardin Radieux. La question que Serah lui posa ne surpris pas Lili : on lui avait souvent demandé, comme si elle n’était pas de taille à voyager seule, que son physique de jeune femme frêle voulait dire qu’elle était une personne fragile et pas capable de se débrouiller seule. L’élue aurait pu s’énerver ou du moins se sentir insultée, mais venant de la part de Serah ces mots ne voulaient pas dire la même chose. Lili pensa qu’elle voulait simplement savoir, comprendre comment on peut voyager seule à travers ses multiples mondes. Le visage de Lili avait pris des traits sérieux, pas sombres. La brune n’aimait pas la solitude, normal vu que pendant son enfance elle avait toujours était entourée. Mais c’était le passé, maintenant même si la solitude lui fait peur quelque part, elle s’inflige cette punition. Pourquoi donc ? Pour se rappeler que la vie n’est pas rose peut-être… Lili pris la parole est répondu donc après quelques secondes de silence :



« Voyager seule n’est pas si dur que ça. Et puis je suis une personne difficile à vivre. En fait au début  les gens m’apprécie souvent, ou pas, mais ensuite je deviens vite ennuyeuse voir énervante. De toute façon je me lasse rapidement des choses et des gens : sauf ma famille. »


Lili s’accrochait à sa famille, ou plutôt les souvenirs d’elle, comme si elle s’agrippait à une branche la suspendant au-dessus du vide. Pour elle, ils avaient toujours été là sans pour autant l’étouffer. En y repensant Lili remarqua que ce qu’elle venait de dire à Serah n’était pas totalement juste, et que surtout les gens pouvait mal le prendre.

« Ce que je veux dire par là, ce n’est pas que j’utilise les gens quand ça me chante et qu’après je les abandonne ! J’ai l’impression que mes relations à court terme sont les meilleurs que j’ai vécu. Pour moi les meilleurs instant sont éphémères et c’est pour cela qu’il ne faut pas en loupé ne serait-ce qu’une seconde. Tu sais, moi quand je sens la solitude être pesante, je repense à tous mes souvenirs les plus heureux, aux personnes que j’ai croisé comme vous deux.   »

Elle fit un clin d’œil à Serah et Mog qui était dans les bras de son amie tout content d’avoir eu un câlin. Lili retrouva son sourire habituel. C’était bizarre mais amusant que pour une fois ça ne soit pas elle qui pose les questions mais qui doit y répondre. Serah enchaîna donc avec une nouvelle question à laquelle Lili répondu avec plaisir :


«  Rejoindre un groupe ? J’y ai beaucoup songé, réfléchissant, posant le pour et le contre, comparant les objectifs de chaque groupe… C’est à la fin que je me suis rendue compte qu’aucun ne me convenait ! J’ai un but trop bien précis dans ma tête et être dans un groupe m’aurait éloigné de mon chemin. De plus je me voyais mal être sous les ordres de quelqu’un qui croit que ses idéaux sont les meilleurs. Mais ce n’est pas pour autant que je rejette les gens appartenant à un clan. »


Lili savait que pour certaines personnes leur groupe était pour eux, une famille qui les a recueillis alors qu’ils étaient perdus. C’est pour cela qu’elle ne pouvait pas juger avant de connaître les gens appartenant à tel ou tel groupe. Maintenant que Lili avait répondu à ses questions en étant un vrai moulin à parole, elle se gratta l’arrière de la tête un peu gênée d’avoir dit autant de chose qui semblait trop sérieuse à ses yeux. Mais elle avait réussi à éviter de parler de la Keyblade… Sachant que de toute façon elle allait lui dire. A son tour de poser des questions :


« Et toi, tu fais partir d’un groupe, lequel ? Et pourquoi tu as quitté ton travail en tant qu’institutrice ? »


Lili posa son regard noisette sur le Mog : le lien entre ce peluche vivant et la demoiselle aux cheveux rosés l’intriguait.


« En fait, j’aime beaucoup la forme d’arc que Mog peut prendre ! Tu pourrais me faire une démonstration de tes talents d’archer ? »


Sans vraiment attendre la réponse Lili tourna sa tête de droite à gauche cherchant un endroit où elle pourrait trouver une cible et un espace sans obstacle. Après à peine quelque secondes, Lili fixa un lieu comme un lynx fixe son gibet. Un grand sourire sur ses lèvres elle pointa du doigt un parc non loin. C’était plutôt un square d’herbes avec une balançoire et une allée d’arbres qui servaient de lisière à droite du carré d’herbes. Comme une vraie enfant, Lili attrapa Serah par le poignet et posa son regard dans les yeux bleu ciel de la demoiselle :


« Là-bas ça te va comme endroit ? J’ai toujours admiré les gens qui tiraient à l’arc. Savoir viser, comprendre de quel manière la flèche va traverser l’air avec le vent et autres. »


Elle ne mentait pas ! Lili avait même les yeux pétillant attendant la réponse et surtout la démonstration de ses deux amis. Oui, elles les considéraient comme des amis : ils l’avaient aidé à la bibliothèque et elle se sentait bien à côté d’eux. Mais en s’approchant du square, Lili eut une sensation bizarre dans l’estomac… Elle venait de le sentir : des sans-cœurs approchaient. Serrant les dents, Lili marmonna des mots pas jolis à entendre dans la bouche d’une demoiselle. Son regard noisette croisa celui bleuté de Serah, une pointe de panique se lisait dans le regard de Lili.


« Serah, Mog… Je crois qu’on va avoir des invités surprises… »


Et comme pour accompagner ses paroles, des sans-cœurs apparurent. Cinq ombres, facile à en venir à bout pour Lili, car depuis son aventure elle avait pris de l’assurance, de la force et de la technique, même si les pouvoirs de son arme restaient toujours un grand mystère. L’élue tendit sa main droite et dans ce moment sa Keyblade apparut dans un halo pailleté de lumière. Avant de s’élancer sur ses ennemis qui s’étaient approchés des deux filles et du peluche vivant, Lili fit un petit clin d’œil à Serah qui regardait l’épée clé : oui elle avait raison au sujet de Lili.

Une glissade avant, et Lili se retrouva à deux pas du premier sans-cœur, elle donna un coup précis au niveau du cou (ou plutôt de la jonction) de celui-ci. Il disparut laissant un nuage noir et un cœur rouge rubis volait dans le ciel. Voir ce cœur donnait toujours un pincement dans celui de la demoiselle. La deuxième et troisième créature sautèrent sur Lili, qui para les griffes des deux avec sa Keyblade juste devant son visage. Les poussant aussi fort qu’elle le put, elle mis un coup oblique, puis deux à l’un d’entre eux qui disparut comme le premier. Le troisième qui était à terre, Lili l’acheva en planta la pointe de sa Keyblade sur le dos. Les deux autres sans-cœurs s’en étaient pris à Serah et son Mog, qui se débrouillèrent plutôt pas mal trouva Lili.

Le combat fut rapide, ce qui réjouissait la brune. Fessant disparaître son arme unique, elle retourna vers la jeune demoiselle et son chat ailé. Esquivant un sourire gêné, Lili reprit la parole :



« Et oui… Je suis une élue de la Keyblade. »


Levant les yeux vers le ciel, la demoiselle remarqua que le temps était passé si vite en présence de ses deux nouveaux amis. Lili se devait de partir de ce monde, car elle savait que rester trop longtemps au même endroit pour une errante ce n’était pas bon. De plus elle attirait trop d’ombres là où elle allait. La Keyblade était un cadeau autant qu’un fardeau. Ses traits de visage montraient sa petite tristesse de devoir partir.


« Serah… Mog… Je dois vous laisser. Je serais bien restée plus longtemps, mais je ne peux pas. J’étais ravie de vous rencontrer, et je suis certaine qu’on se reverra un jour ou l’autre. Je vous le promets »


Lili promettait quelque chose que si elle était sur de tenir cette promesse. Et c’était le cas ; elle, la jeune femme aux cheveux roses et son peluche parlant allaient se revoir. Dans combien de temps ? Ça c’était la surprise. Lili avait un gros pincement au cœur. Elle s’approcha de Serah et Mog… Et avec un geste naturel, elle prit les deux dans ses bras, les serrant très fort. Lili n’était pas forte pour les adieux. Elle l’avait déjà remarqué avec ses autres rencontres. Puis en essayant de cacher au plus sa tristesse, la demoiselle s’éloigna de Serah et Mog en fessant des signes de mains, et ajouta un « Merci ». Puis elle leur tourna le dos et disparut dans les rues de cette ville.


Spoiler :
Désolée de cette réponse TARDIVE et surtout que c'est du "cafouillis" d'idées je trouve =S!
more_horiz
Exploit accompli.

Pour être sincère, je n'avais pas envie de lire cet rp.

Ce n'est contre aucun de vous deux mais je suis rarement d'humeur à lire un rp de rencontre, où ça peine toujours à démarrer, où on sait pas trop quoi dire.
Je préfère mille fois des rps basés sur un concept, une idée ou n'importe quoi... qu'un rp de rencontre. Donc voilà je n'avais pas envie.

Mais je dois dire que j'ai beaucoup aimé.

J'ai adoré vous lire tous les deux, vous avez fait du très bon boulot. et à vrai dire en lisant cet rp je me suis dit que c'était dommage que tu arrêtes Serah, parce là j'ai tout simplement adoré. Je trouve que tu maîtrises bien le personnage, que c'est agréable. Donc voilà, je trouve ça dommage (je sais que je dis ça un peu tard).

Je ne vais pas dire que j'ai eu facile à lire votre rp, c'est pas le cas. Il n'est pas très long, genre 10 posts, mais pour autant, chacun des post est assez long. En plus de ça, cette rencontre assez simple impose un rythme assez lent, peu dynamique. Ce n'est pas une critique, j'ai bien aimé.

Mais voilà, c'était fastidieux !

Je vais pas faire très long, juste citer les quelques défauts du rp.

Il y en a trois, selon moi... Tout d'abord, évidemment le fait que cet rp a été fini avec précipitation. On sent bien que le dernier rp de Lili ne devait pas être le dernier du rp ^^.

Le deuxième défaut, c'est que Lili, je trouve que tu expliques trop. Tout ce que ton personnage dit, tu te sens obligé de l'expliquer... C'est parfois super lourd ^^. Même quand tu dis "On va se dégourdir les jambes... (...) et les ailes aussi", c'est pas nécessaire d'expliquer la plaisanterie. C'est mignon, c'est Lili, Serah et un mog, le sommum du cute, y avait vraiment pas besoin d'expliquer.
Et c'est souvent ça, de l'explication et encore de l'explication, et c'est toujours dispensable.

Le troisième défaut est plus anecdotique, à ton sujet Lili (encore une fois ^^)... Il m'a semblé, au fil de tes exploits... qu'à chaque fois, ton exploit commence dans un monde... et finit sur le départ de Lili qui va ailleurs.

En gros, Lili ne reste dans un monde que le temps d'un exploit. je trouve ça dommage, on dirait une touriste plus qu'une errante.

Très bon exploit sinon.

Exploit facile.

12 xp, 120 munnies pour les deux... 2 PS en dextérité pour les deux.

_______________________________
Un trésor tant convoité...  [Exploit fini] Fa8a4550a89afaabf23a
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum