Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz








~ Musique de fond ~


| Someday, the dream will end... |
Epuissant… Vous ne me croyez pas ? Essayez donc, marchez dans une forêt sans savoir si un jour celle-ci montrera le bout de son nez, et vous permettra de voir enfin, après de longues heures de marche rythmé, les chaleureuses et délicieuses lueurs des éclats du soleil pénétrant l’air en ce beau matin. Ma route étais longue, non pas effrayante, non pas dangereuse, ni même encore périlleuse… juste atrocement longue… Cette sensation d’abandon qui vient s’immiscer dans vos derniers fragments d’espoirs, c’est juste… affreusement difficile à surmonter. Et puis en apparence, cette forêt est quand même agréable à traverser, bien que mes parois nasales ne soient pas habituées à ce genre d’odeur, qui n’a rien de désagréable. Trop peu de balades en forêt quand j’étais petit, j’en avais oublié cet air si pur, si vivant, l’odeur des arbres humides, dus à la fraîcheur et à l’humidité des lieux, et ces couleurs aux nuances encore un peu verdâtre des feuilles les plus vigoureuse, mais surtout orangée de l’automne qui as depuis longtemps entamée sa course annuelle avant de laisser sa place à l’hiver. Alors que je commençais à retrouver joie et plaisir à me balader dans la forêt, le jour se distingua à travers les feuilles résistantes qui s’accrochait à leurs branches, devant moi maintenant la fin de la forêt, et au loin, à portée de vue le palais que je recherchais.

Dominant son royaume, et en hauteur tel un monarque, ce palais semblais insaisissable, du moins pour ce qui laissait pensé. J’avais entendu parler de son pont. Je n’aurais jamais imaginé qu’il serait si long, peut être que la forêt n’étais si pas si mal tout compte fait. Soit, une petite pause ne fait de mal à personne, et puis ce gros caillou, assez plat, et tout disposé à m’accueillir. Le Domaine Enchanté, à vrai dire je n’ai encore rien vu qui paraissait «Enchanté», si ce n’est quelques animaux qui portaient sur eux, tout à fait normalement, des vêtements humains, tel un chapeau ou des bottes. Je me penchais, ou plutôt m’affalais comme un grand flemmard sur la pierre gardant ma tête relevé avec l’aide de l’appui de mon bras qui servait tout simplement de support à ma ganache. Je regardai l’eau du lac, bordé contre mon rocher. Je contemplais mon reflet à la surface de l’eau qui était calme, et sans perturbation, le vent semblait inexistant ceux qui facilitait la vision et la netteté. Le temps influe sur tout, y compris sur le physique de toute personnes vivantes, du moins de vrai personne.

Bref comme je disais, toute chose de la vie suit le cours de son temps, les choses changent, les choses évoluent, c’est le cycle de la vie me direz-vous, et comme tout être Noel évolue lui aussi. Ne sachant pas exactement quel est le jour de sa naissance, il connaît tout de même son âge, dix-neuf ans, en année humaine. Son visage confirme sa vieillesse, j’entends par là qu’il ne fait pas plus vieux, plus jeune à la rigueur, quoiqu’il en soit cette «petite» tête devenu plus mature qu’à l’époque, s’est affirmée, laissant place à de magnifiques traits de visage, qui rendent son physique… plutôt ravageur, n’étant ni narcissique, ni orgueilleux, juste réaliste. Pourtant dans la simplicité, de sa couleur de peau qui se situe exactement dans une belle nuance beige, finement bronzée par les rayons solaire, et de ses formes. Un nez fin et épatée, à bonne distance de la bouche, ni trop collée à celle-ci, ni trop haute, assez court de longueur pour ne pas avoir à endosser un affreux surnom. De gracieuses lèvres légèrement plissés et étirés laissant distinguer un somptueux sourire qui prononce un petit côté charmeur et confiant de sa personne. Puis parlons d’une chose qui rend les femmes folles par moment, le regard. Je pourrai simplement dire, ce jeune homme a de beaux yeux bleus, mais ce serait que peu de chose comparé à l’immensité de l’océan qui se reflète dans ces pupilles azurée d’une teinte de douceur, une douceur si apaisante. Ils ne vont pas jusqu’à vous hypnotiser, ni même vous envoûter, mais il y a quelques chose dans ce regard qui attire le vôtre, et vous oblige à examiner cette rare bleutée. Mais bien je pense sincèrement que vous suivez mes pensées jusqu’à la. Et quoi d’autre qu’une belle couleur brune, qu’une coupe soignée, qu’une chevelure longue, lisse, pour accompagner avec harmonie et élégance, la clarté magique de ses yeux. Rajoutez quelques mèches rebelles, cachant légèrement une partie de son visage, et vous obtenez donc une pointe de mystère.

Bien, bien il était l’heure de reprendre sa route, et de commencer la marche effrénée le long de ce pont… Ce n’est pas tellement avec joie que je m’y collais mais, on n’as rien sans effort, et puis déjà les sans-cœur semble être très discret dans ce monde ceux qui est une chance pour moi, je n’aurais pas à me fatiguer d’avantage avec ces vils créatures. Ce pont, de manière architecturale, me rappelait les pavés de mon enfance, les pavés de ces rues joyeuses et remplis de vie, aux couleurs de la joie et aux odeurs les plus délicieuses des boulangeries qui sortent de leurs fours les plus magnifiques sucreries et autre pâtisseries qui au simple regard, ou bien à la simple inspiration vous ferons succomber à la tentation d’en croquer une. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas revu la Citée des Rêves, et ces vieux souvenirs qui montent au plus profond de moi.... D’autant plus que ce collier est la chose la plus précieuse à mes yeux, plus que toute autre chose que je possède…

A l’époque je n’étais encore qu’un petit garçon de 9 ans, la seule priorité pour moi était de bien m’amuser, profiter allègrement de la vie sans se soucier du monde des humains, de leurs lois pénible et tous ceux qui est fait pour les embêter. J’étais comme tous les garçons de mon âge, qui attendent enfin le moment ou leurs parents partent travailler pour pouvoir se retrouver enfin dehors. De mon côté cela faisait plusieurs jours que je me demandais qui étais cette fille la bas, assise toute seule sur un banc. Qui était-elle et pourquoi personne ne l’appréciait ? C’est d’ailleurs depuis ce jour-là que beaucoup de personnes ont changé les relations amicales qu’il avait envers moi, mais je m’en moquais totalement, il ne méritait plus que je me préoccupe d’eux d’ailleurs, comme on dit, seuls les meilleurs restent la pour vous. Bien je parlais donc de cette fille que tout le monde ignorait, pour ne pas dire méprisait. Elle était toujours toute seule, ne parlant à personne, demeurant dans son coin, ne dérangeant à première vu personne, pourtant tous les autres enfants la détestaient et la fuyaient. Ayant comme un remords au cœur, je décidai un jour d’aller la voir et ce jour-là, comme quoi rien n’est anodin, quelques gamins avaient eu pour ambitions de venir la tracasser. Lui jetant de vilaines paroles, et insultes en tout genre, elle essayait de les ignorer. Ce genre de choses me rendait totalement fou, même à ce jeune âge. N’écoutant que mon bon sens, je m’interposai devant eux. Je n’eut besoin de parler, l’expression que traduit mon visage en cet instant fut suffisamment clair, pour leur faire comprendre d’aller voir ailleurs et ceux très vite. Elle essuyait rapidement les larmes qui c’étais échappés de ces beaux yeux vert émeraude, quelle tenté de masquer derrière sa longue chevelure bleutée, pour encore une fois essayer de cacher cette tristesse qui venait, un court moment, de l’envahir.

Ne t’inquiète pas, ils ne t’embêteront plus. Je m’appelle Noel et toi ?


La fin de la journée était proche, du moins c’est ce que les étoiles nous forcer à constater, elle ne m’avait pas répondu, je me levai pour regagner mon domicile quand…

Ye.. Yeul…


Je me retournai vers elle et lui sourit, elle détourna son regard, joignant ses deux mains au niveau de son menton, avant de partir elle aussi, surement chez elle.
Depuis ce jour-là, je la rejoignais chaque jour, lui parler et discuter, bien qu’elle paraissait très renfermée, j’arrivais quand même par moment à lui faire tirer un sourire, chose que j’appréciais beaucoup. C’était comme une victoire, chaque fois qu’elle souriait, c’était comme lui rendre le bonheur qui l’oubliait et la fuyait à chaque moments de sa vie, elle qui avais été seule durant bien longtemps. Je vous parler de ce collier que je garde en chaque instant autour de mon cou, patientez. Un jour de fin de semaine, Dimanche pour ne pas le citer, Yeul m’avait demandée qu’on se retrouve derrière la Cathédrale de Notre-Dame. Etrange, on ne s’était jamais retrouvé en dehors de l’environnement des hauts quartiers de la citée. J’étais en avance. J’attendus, quelques minutes plus ou moins, avant de la voir apparaître.

Ti… Tiens….


Dans le creux de ces mains se tenait un collier, le lacet était fait en cuir, et cinq cercles, percés en leur centre, placés dessus, afin d’embellir la pièce… Je fus tout simplement muet, impossible d’ouvrir la bouche… Elle prit une de mes mains et entoura les siennes autour de la mienne, me déposant le collier. Je le saisi, et l’attacha autour de mon cou suite à quoi je levai mes bras à hauteur de ses épaules et l’enlaça, chuchotant près de son oreille, « merci ». Elle resta assez rigide, sous la surprise certainement. Je n’avais rien en retour à lui offrir, j’avais l’air de quoi moi… j’avais cette bague, un magnifique perle bleu dont ma mère m’avais fait cadeau… je ne pouvais tout de même pas lui offrir… Après une bonne heure, elle rentra… à ce moment je ne me doutais pas une seconde que c’était la dernière fois que je la reverrais… les jours qui suivirent, je ne la revue plus, je retournais avec espoir chaque soirée derrière Notre-Dame, ayant pour espoir de la revoir, en vain… Ce collier est le lien qui nous unit, jamais je ne m’en séparerai…

Voilà donc les souvenirs que je chéris, et que je protège, ce sont les seules années dont j'arrive à me souvenir, je ne sais ni pourquoi, ni comment. Un trou noir obscurcit ma vie, les quatre dernières années de ma vie sont un vide, un néant sans fin dans lequel je ne dispose de la moindre information...
Je me réveillai juste il y a quelques mois, dans une chambre, très banale pour tout dire. L'inquiétude me gagnait, normal émerger dans une chambre qui n'est pas la vôtre et avec un pyjama blanc... Je n’eus le temps de m'éveiller que la porte de la chambre s'ouvrit et une vieille dame rentra. Celle-ci fut autant surpris que moi de me voir réveiller, de par son sursaut qui lui fit de perde l'équilibre et qui la fit tomber au sol. Je restai choqué ne sachant pas si il fallait m'excuser ou non... finalement elle se releva sans trop de difficulté, je soupirai un léger soulagement tout de même.

Euh... Ex... Excusez-moi madame, mais ou suis-je ?


Aucune réponse, elle se contenta juste de jeter un vif coup d'œil sur le bureau, avant de me laisser à nouveau seul, dans la chambre. Cette histoire me paraissait très étrange, je me rallongeai un instant, j'avais mes muscles engourdies, dus au temps de sommeil que j'avais dû passer dans ce lit, d'ailleurs je ne savais pas depuis combien de temps je dormais... Après avoir pris le temps de récupérer un peu de force vive je saisis la lettre posée sur le bureau.

“ Tout ce que tu as à savoir, c'est que tu es un petit chanceux. Je ne sais pas quand tu te réveilleras, ni même si tu te réveilleras un jour... Tu trouveras dans le bureau des vêtements et tes effets personnels. Je doute que tu prennes asile chez cette chère dame, mais n'oublie pas de la remercier, à oui ne t'inquiète pas si elle ne te répond pas, elle est muette. “

Je pris mes effets personnels, mes habits style oriental de couleur bleu, violet par endroit que je remis, mes sabres de combat, et bien sur mon collier… Je descendit dans le salon, la vieille dame avait anticipée mes actions et tenait la porte de sa maison ouverte. Je la remerciai longuement d’avoir veillé sur moi et d’avoir pris tous ce temps à m’héberger, comme à mon habitude mes remerciements me semblaient insuffisants, pourtant elle m’offrit avant de partir, quelques victuailles. Noel est quelqu’un d’attentif et de généreux, dans ce propre cas, il ressentait de la honte, la honte de ne rien pouvoir offrir en retour. Cela l’accablait beaucoup, c’est dans sa nature, alors il tenta de se convaincre que le sourire de cette dame était un cadeau qui lui avait fait. Au-delà de cela, Noel est une personne au bon cœur et à la folle gaieté d’aspirer à la vie, de plus de sa sociabilité, il est très attentionné et doux avec ses amis ou quelque autres personnes qu’il rencontre, enfin du moment qu’il ne s’agit pas de vilains garnements ou autre espèce d’affreux gaillard, c’est d’ailleurs avec eux qu’un côté légèrement sarcastique apparaît d’habitude. De manière plus rationnelle c’est un homme au caractère actif et fonceur. Quand il est assigné à une quelconque tâche, il y mettra tout son cœur et toute sa conviction pour l’accomplir, chez lui la détermination est un élément clef pour œuvrer dans le but d’un groupe. L’arrogance et l’orgueil sont deux défauts dont il se sert pour faire rire ses camarades, c’est surtout une manière à lui de se moquer des gens qui sont dans ce genre de registre. Si nous devions résumer en un point tous ces attributs qui passent entre le courage, l’application, la solidarité, son altruisme, et sa joie, ce serait sans nul doute sa grande raison qui le pousse toujours à être protecteur envers les personnes qu’il chérit.
C’est alors que je sortais de mes pensées, ou plutôt que ma transe pris fin. Je constatais que la traversée de ce long pont en était terminée, désormais devant la grande porte du royaume, résidence du roi Stéphane, siège du Sanctum…

Questions

1) Votre personnage est-il capable d’aimer, d’avoir une relation ? Bien entendu c’est un humain
2) Si l’esprit de votre personnage s’incarnait en un animal mythologique ou chimérique ou réel (nuances acceptées). Que serait-il ? Hum… Je dirais en Faucon, pour son coté libre, courageux…
3) Qu’en est-il de la fidélité et de l’esprit de camaraderie de votre personnage ? Noel est quelqu’un de très sociable comme expliqué ci-dessus, que soit dans la fidélité que dans la camaraderie
4) En vue de votre race, quand pouvez-vous dire que votre personnage a forgé une amitié. Citez quelques-unes de vos relations amicales. Beaucoup mais une seule reste importante, Yeul.
5) Quelle est la devise de votre personnage ? S'il y en a plusieurs, donnez les toutes. Il a plusieurs phrases de bon sens et des phrases de soutien quand ses amis ne vont pas bien, il n’as pas réellement de phrases fétiches.
6) Vis à vis de votre façon d'écrire, quels sont vos points forts et points faibles? Je mets souvent des « e » ou des « s » un peu partout, tendance à toujours efféminée les choses, c’est parce que j’aime trop les femmes c’est pour ça.
7) Pourquoi incarner ce personnage ? Pourquoi ne pas l’incarner ? Très simplement car j’adore son style de combat à l’épée et son physique. De plus il fait partie des Final Fantasy.
more_horiz
    Salut et bienvenue, donc.

    Alors, je suis... dans l'ensemble carrément content de ta fiche.

    C'est vraiment bon, c'est très agréable. Je vais détailler...

    Mais y a un gros problème, le seul de ta fiche. Au niveau de la forme, c'est trop brouillon... J'ai limite l'impression que tu ne t'es pas relu une seule fois.

    "Epuissant… Vous ne me croyez pas ? Essayez donc, marchez dans une forêt sans savoir si un jour celle-ci montrera le bout de son nez, et vous permettra de voir enfin, après de longues heures de marche rythmé, les chaleureuses et délicieuses lueurs des éclats du soleil pénétrant l’air en ce beau matin. "

    Ce sont les premières lignes et bien qu'elles soient très jolies... Et bien, cette phrase ne veut rien dire.

    Déjà, épuissant ? C'est le premier mot du texte, la faute est flagrante, n'importe qui la voit...

    Mais alors plus loin... "marchez dans une forêt sans savoir si celle-ci montrera le bout de son nez"... On est d'accord que ça n'a aucun sens ?
    Si tu marches vers une forêt... là oui, ça aurait été.
    Mais tu ne peux pas marcher dans un endroit et te demander si tu vas bientôt arriver à cet endroit, puisque tu y es déjà...

    Alors... Comme tu montres plus tard que tu marches dans la forêt, j'en déduis que tu voulais dire "sans savoir si la fin de celle-ci montrera le bout de son nez".

    Globalement, ton orthographe et ta conjugaison ne sont pas trop mauvaises... comparés à la moyenne du forum, tu t'en sors pas trop mal...
    Là ce qui est flagrant, c'est surtout qu'il y a un manque de relecture.

    Perso, dès que je finis un paragraphe, je le relis... Ca prend du temps mais ça permet de réduire sensiblement le nombre de problèmes.

    Tes fautes sont des détails mais ton texte qui commence par ça, faut avouer que ça le fait moyennement.

    Néanmoins l'ambiance de ton texte est vraiment cool. T'as un très bon style, c'est très agréable à lire...
    et un bon rendu des sentiments.

    Je pourrais... souligner le manque d'originalité de ton histoire. Disons que la relation Yeul - Noel est carrément déjà vue et pas forcément intéressante dans ton histoire... maintenant j'attends de voir.

    Enfin c'était un bon texte... difficile à noter, aussi.

    Capitaine me semble bien.

_______________________________
Someday The dream will end Fa8a4550a89afaabf23a
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum