Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
La prison signifiait pour beaucoup l'inactivité, le fait d'être bloqué, on ne peut pas s'échapper et que faire à part faire des petits dessins sur les murs, regarder passer le temps et emmerder les quelques rares visiteurs? Hé bien moi, je m'étais trouvé une activité plutôt stimulante et aussi étrange qu'intéressante... Aujourd'hui était un nouveau jour et je n'allais pas passer cette longue journée à ne rien faire... Quitte à rester pendant longtemps ici, autant que j'en tire quelque chose... Les cachots étaient toujours aussi vide, je n'avais plus eu de conversations avec un quelconque prisonnier depuis la dernière fois, de toute façon ça m'avait bien suffit. J'avais beau être résigner à rester ici un bon moment, j'espérais quand même ne pas finir ma vie dans ce trou à rats, le temps n'était pas vraiment ce qui me manquait mais pendant que moi j'étais bloqué ici, les autres personnes que je connaissais continuaient... D'évoluer, dira t-on. Je déteste rester sans rien faire, surtout quand il y a tant de choses dont je devrais m'occuper si j'étais en liberté. De toute façon, c'était de ma faute, j'aurais du y aller plus fort contre les deux lumineux, pas de doute possible. Des gens dérapent dans la vie, à cause de trop grandes ambitions, l'envie de pouvoir ou ce genre de chose, mais et moi? D'un côté, c'est vrai que je voulais devenir plus fort... Toujours plus fort, mais à quoi me servait cette force? A protéger mes amis? Rien que cette pensée me fit légèrement rire, un rire ironique bien sur... Des amis, m'en restaient-ils seulement? Je ne m'étais vraiment pas soucier de ça depuis mon départ, depuis ma désertion... Ma colère avait pris le pas sur tout le reste, et j'avais commencé à agir sans vraiment réfléchir. Et maintenant? Je me retrouvais à la botte d'un serpent à huit têtes qui avait soif de destruction et de chaos, pas vraiment malin non? De toute façon, il n'y avait pas de retour en arrière possible, ce qui était fait, était fait maintenant. En empruntant cette voie, j'avais volontairement trancher les liens qui pouvaient encore exister entre moi et d'autre personnes de la lumière, du moins je le pensais... Je ne désirais pas spécialement tout faire pour aider à la résurrection d'un dieu tout ce qu'il y a de plus maléfique, mais cela donnait un sens à ma vie. Est-ce que je tentais de me rassurer en me disant que mon comportement était normal, alors qu'il ne l'était pas du tout en plus d'être ridicule? Surement.

Cela ne durerait pas très longtemps de toute façon, quand Orochi en aura marre de moi, il me jettera sans hésiter, mais pour l'instant le fait que je sois emprisonner ne semblait pas vraiment le contrarier. Devais-je compter sur les autres élus, ou plutôt pantins, pour venir me délivrer? Pas vraiment... Je ne me faisais pas de faux espoirs, ce serait à moi de me tirer de là, d'une manière ou d'une autre. En tout cas, ce ne serait pas pour aujourd'hui, je n'avais aucune idée sur le moyen de m'échapper et sincèrement, avec ma symbiose neutralisé, je ne me voyais pas trop démolir les murs de ma prison en un claquement de doigt... Une seule solution, attendre. C'était dos contre le mur, assis, une jambe replié vers moi alors que l'autre était tendu, que j'attendais patiemment. Mes yeux étaient fermé, j'arrivais un peu mieux à faire abstraction de cet environnement sordide, lugubre. Mon corps s'habituait doucement au manque d'énergie de Symbiose, ce n'était pas une sensation agréable d'être privé d'une force majeur comme celle-ci, mais je n'y pouvais rien après tout.

Je n'allais pas m'endormir, pas maintenant en tout cas, pas besoin de prendre une pose particulière et peu confortable pour faire le vide dans ma tête et méditer... Pouvais t-on vraiment appeler cela de la méditation? Aucune idée, en tout cas je comptais bien vérifier si ce qui m'était arrivé hier était un hasard ou non. Je retrouvais peu à peu cet état d'esprit, ce calme qui m'avait permis de commencer l'exploration de... Mon fort intérieur? Quelque chose comme ça, il y avait un truc pas net en moi et je voulais savoir précisément ce que c'était, vu que je semblais l'écarter inconsciemment de mon être... Qu'allais-je découvrir cette fois? Si je l'avais su, je ne l'aurais certainement pas fait...

Voilà, je me sentais transporté. Cette fois ci, la situation ne se prêtait pas à un combat, l'ambiance était tout autre. Derrière moi, un mur, je me trouvais dans un couloir étrange, avec une multitude de portes, toutes fermées. J'avançais donc pas à pas vers la plus proche. J'hésitais, tandis que ma main approchait de la poignée, je sentais les battement de mon coeur s'accélérer, comme si je savais déjà ce qu'il y avait là-dedans. Je saisissais la poignée, avalant ma salive, avant de doucement ouvrir la porte. Ce que j'ai découvert? Rien du tout, tout ce que j'ai trouvé dans la pièce sur laquelle donnait cette porte, ce n'était pas une découverte, je savais ce que c'était. Une pièce aussi sombre que mon coeur, avec quelques lampes qui, même si elles éclairent la pièce, ne la rendent pas moins macabre... Au centre, une personne apeurée, elle gigote dans tout les sens, elle pleure, elle crie. Elle dit qu'elle veut voir ses parents, qu'elle veut partir, mais elle ne peut pas. C'est un garçon, il est attaché sur une table solidement et une personne semble l'examiner.

"Quand j'en aurais fini avec toi mon petit, plus personne ne te regardera du même oeil... Tu seras un être à part!"

Cette voix me faisait froid dans le dos, pensait-il seulement que ça pouvait rassurer le garçon? Quel âge avait-il? Quatre ou six ans, pas plus? Le ton de sa voix faisait penser cela en tout cas, un très jeune enfant donc... A cet âge, on a besoin d'amour, on a besoin de nos parents et on ne pense qu'à jouer. Tout les enfants réagiraient pareil dans cette situation, mais tout les enfants ne sont pas confrontés à celle-ci, heureusement pour eux... Quel est donc cette scène dont je suis le spectateur? De qui je me moque là? Je suis à la fois un spectateur et un acteur... L'homme vêtu d'une blouse ensanglantée se retourne vers moi et me fixe avec ses yeux de fou, il observe sa création quelques années plus tard...


"Je suis si heureux de te revoir... Raido!"


Les larmes viennent toute seule, pas possible de me retenir, rien que le souvenir de cette douleur me fait frémir de tout mon être, depuis combien de temps avais-je chassé ce souvenir de ma mémoire? Le jour où mon ADN à été croisé avec celui d'un chat... Ces oreilles, ces griffes, cette queue, elles n'ont pas poussées toute seule... Et pas sans douleur non plus. J'ai tellement souffert durant les jours de ma transformation que j'en suis ressortie complètement brisé, il m'a fallut des jours et des jours avant de pouvoir ne serait-ce que me relever. Aujourd'hui je n'ai plus rien d'un petit garçon sans défense, et pourtant il me fait toujours aussi peur, même dans mes souvenirs... Croisé son regard me pétrifie totalement et il commence à se rapprocher, comme si de rien n'était. Son crâne rasé, ses yeux noirs jaunes me fixant sans jamais me lâché, ce sang qui n'est autre que le mien sur sa veste... Une fois à portée, il porte sa main gauche à ma joue, il contemple son oeuvre la plus... "Parfaite". Son seul spécimen ayant survécu. L'instant d'après, tout ses muscles se raidissent, mes larmes cessent, et le sang coule. Pas le mien cette fois, il a déjà assez coulé comme ça... Mon regard passe par dessus ses épaules alors que j'observe ma Keyblade, l'ayant fait apparaître pour le transpercer sans hésiter une seule seconde. Blessure mortelle, cela va de soit, j'ai beau savoir que c'est un souvenir, je ne pouvais pas retenir cette envie. La peur, la colère, la haine, ce sont ces sentiments qui m'ont poussé à le faire, la vengeance... Tout son corps devient sombre, il ne tarde pas à ressembler à un sans-coeur et disparait dans un cri d'agonie, me laissant voir un peu plus loin la table d'opération, avec moi pleurant dessus. Mes doigts sont en sang alors que mes premières griffes y poussent, il y a du sang partout de toute façon... Je suis alors soufflé dans le sens inverse, comme éjecté d'un coup de la pièce qui se referme dans la seconde, je percute le mur et tombe sur les fesses, n'arrivant pas à me remettre de ce qui vient de se passer. Tout cela n'est pas fini pour autant... Ce n'était que la première pièce, le premier souvenir... Ma tête se tourne lentement vers les autres portes, mais je ne me relève pas, je suis pétrifié. Ouvrir une seule porte m'a rendu totalement vulnérable, je suis presque mort de trouille alors que ce souvenir envahit mon esprit, et ce n'était que la première... Combien reste-il de portes?
more_horiz
C'est... intéressant.

L'idée du voyage intérieur avec, apparemment, tout ce que Raido a refoulé, c'est très sympa, ça permet un travail sur le caractère et une meilleure compréhension du personnage. Ouais, de ce point de vue j'ai bien aimé.

Par contre, le coup du "A suivre..." à la fin, ça m'a un peu refroidi. Je suppose que tu vas encore développer cette introspection, rien que par le nombre de portes qu'il voit mais... mais selon moi, ça aurait été carrément plus génial de faire un seul putain de Rp où tu reviens sur tout. Ce que je crains pour la suite, c'est que ça manque de fluidité... Bien sûr, tu feras allusion à ce qui se passe dans ce Rp, mais on n'aura pas l'impression que Raido vit tout d'un coup...

Remarque... Comme je vais noter la suite d'ici quelques minutes, il est fort probable que j'en reparle et on verra, peut-être que je me trompe et que tu auras bien géré cet aspect. C'est donc mon avis uniquement pour cet exploit...

Bon, et si cool soit l'aspect psychologique tu n'approfondis pas assez pour que ça soit plus qu'une mission Facile.

Ce qui te fait donc 10 points d'expérience, 100 Munnies et 2 PS en Psychisme.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum