Derniers sujets
L'Aquilon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Sherlock versus Arsène : le gagnant? Left_bar_bleue102/500Sherlock versus Arsène : le gagnant? Empty_bar_bleue  (102/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 22 Mai 2012 - 0:33
-Mauvais délire, pas de disque d'or ; hardcore et la major ne veut plus produire... fredonna son voisin.

Riku le regarda un instant, et se demanda s'il allait continuer jusqu'à la fin du voyage. Voyant ses mouvements de tête – d'avant en arrière – et ses différents gestes – il se croyait dans un concert ? - il leva les yeux au ciel et soupira bruyamment. Si seulement il avait put utiliser un couloir des ténèbres... Cependant, sa mission ne le lui permettait pas. Maître Aqua – n'y avait-il qu'elle pour diriger leur camps ? loin de remettre en doute ses compétences, il se dit pourtant que ce ne serait pas suffisant face aux groupuscules qui voulaient étendre les ténèbres à tous les mondes – l'avait renvoyé au Pays Imaginaire, mais dans la partie moins imaginaire du monde.

La ville de Londres, loin d'atteindre le niveau technologique de certains mondes, ignorait tout de la magie. Et encore plus des autres mondes ! Avec un sourire, le jeune homme se dit que cet endroit ressemblait à son île – si l'on écartait la mer, le sable et le beau temps ! Peut-être y avait-il des enfants qui rêvaient de voyager à travers leur monde. Tout comme le trio il y a bien longtemps. Observant l'entre-chemin qui défilait sous ses yeux à travers le hublot du bus gummi, il se plut à prolonger cet instant de nostalgie en repassant mentalement tous les bons moments qu'il avait passé dans son enfance.

C'est de cette manière, et sans s'en rendre compte, que l'argenté s'endormit. Depuis quelques temps, il manquait de sommeil, ce temps-mort était bienvenu pour reposer son corps avant la partie de cache-cache qui l'attendait avec un certain fantôme noir. Mais ce n'était pas que son corps qui avait besoin de récupérer, son esprit aussi – Aqua ne lui avait-elle pas raconté qu'il était diablement rusé ? Toutefois ce ne fut pas le cas. Maintenant que son inconscient avait reprit le dessus, les questions qui trottait en arrière plan dans sa tête revinrent sur le devant de la scène.

Pourquoi revenait-il aussi vite au Pays Imaginaire ? Si peu de temps après cet épisode inconfortable. Bien entendu, le keybladeur ne reverrait pas Séléna. De même, sans la revoir, il ne l'embrasserait pas – avec un peu de chance, il ne penserait plus à ce baiser qui l'obsédait. Néanmoins il n'en restait pas moins troublé de se trouver si près d'elle, dans le même monde. Devait-il lui rendre visite une fois le Fantôme Noir capturé ? Ne jouait-il pas avec le feu – et ses... sentiments faute de terme plus précis – en allant dans le domaine des sirènes ? Tant de questions, et si peu de réponse.


-Celui qui ne sait rien, ne peut rien comprendre, marmonna-t-il dans son sommeil.

Les pensées du voyageur changèrent ensuite du tout au tout. Il chutait dans un puits sans fond, en direction des ténèbres. De temps en temps, des mains d'une blancheur éclatante se tendaient pour le rattraper mais il se trouvait toujours trop loin pour les saisir. Était-il condamné à sombrer dans les noirceurs du cœur ? L'équilibre qu'il avait trouvé n'était-il qu'illusion ? Tentant de faire apparaître Point-du-Jour, il échoua. Et arrêta de se débattre. La lutte était inutile après tout. Jamais il ne résisterait seul, la dernière fois n'était qu'un coup de chance.


-Terminus, tout le monde descend ! Hurla une voix criarde dans un microphone.

Le guerrier se réveilla en sursaut et en sueur. Désorienté, il se demanda un instant où il se trouvait. Puis ses repères revinrent – mais pas son rêve. Il avait une mission à accomplir. Descendant rapidement du bus gummi, il contempla, près de la Tamise, Big Ben qui apparaissait au loin par dessus les immeubles. La dernière fois qu'il était monté sur l'horloge, Kairi avait perdu son cœur, et lui son esprit. Fort heureusement, son frère de cœur les avait délivré tous deux. A cette époque, il l'en croyait incapable – comme quoi les choses et les gens changeaient.

Alors que le membre de la lumière allait s'engagea dans la rue de droite, il se stoppa immédiatement. C'était bien beau de l'envoyer arrêter un criminel, mais par où chercher dans une ville immense ? Cette fois-ci, il n'avait pas l'aide des sirènes – non il ne pensait pas continuellement à elle ! - et il ne pouvait pas espérer berner les forces publiques par un quelconque mensonge comme pour ceux de Nottingham ! Les policiers de ce monde ne l'aiderait pas à arrêter un type portant un suaire noir, au contraire, ils lui demanderaient plutôt comme il connaissait la description d'un coupable que personne n'avait jamais vu.

Bien entendu, Riku pouvait attendre qu'il se passe quelque chose. Si le Fantôme Noir frappait, son casse ferait probablement du bruit. Mais l’entendrait-il, et surtout pourrait-il venir à temps ? C'était une toute autre histoire. Coincé, il se demanda quelles étaient les options à disposition. Il ne pouvait pas rentrer demander du renfort au château, les autres avaient d'autres tâches à accomplir. Il ne pouvait pas non plus partir en vadrouille partout, ça ne l'avancerait en rien. Il ne pouvait pourtant pas rester la à ne rien faire, c'était clairement la pire solution. Soufflant, il regarda le ciel, espérant qu'une aide céleste l'éclairerait sur la démarche à entreprendre.

Une ombre voilà un instant les étoiles. Fronçant les sourcils, toujours le nez en l'air, l'attention du jeune homme s'accrut. Ce ne pouvait pas être un avion, ou un dirigeable – et encore moins le bus qui n'était pas encore reparti. Peut-être était-ce un nuage. C'était possible après tout. Il y en avait quelques uns dans le ciel, et ils n'étaient jamais uniformes. Néanmoins, alors qu'il s'apprêtait à partir en vadrouille – qui ne tente rien n'a rien comme disait le proverbe – le «nuage» attira de nouveau son attention. Comment se faisait-il qu'il avançait à contre-courant ?

Sa curiosité piqué à vif, et un espoir naissant dans son cœur, l'argenté se dit qu'il y avait effectivement une certaine «divinité» à l’œuvre dans sa vie. Personne ne pouvait avoir autant de chance sans un coup de pouce. Avec un sourire, il courut dans les rues, suivant péniblement sa cible et bousculant bon nombre de passants dans sa course. Par deux fois, les nuages voilèrent la lumière que projetait la lune, ce qui lui fit perdre la trace du bandit. Heureusement – encore une fois – ce dernier n'avait pas changé de direction, et aucun immeuble ne bloquait la voie.

Laissant derrière lui les jurons et les réprimandes des Londoniens, le keybladeur ne quitta pas des yeux le Fantôme Noir. Du moins, jusqu'à ce que ce dernier plonge vers le sol, et que lui-même – puisqu'il ne prêtait guère d'attention à son environnement – trébuche contre un trottoir, s'étalant de tout son long. Jurant dans sa barbe inexistante, il se releva prestement et fut tenté d'utiliser ses pouvoirs. Non, il n'en avait pas le droit, pas aux yeux de tous en tout cas. Grommelant encore un peu pour la forme – sans jeu de mots, il aurait une forme physique olympique avec toutes ces courses ! - il repartit de plus belle, ne songeant pas au point de côté qui montrait le bout de son nez.

Le voyageur dût contourner deux immeubles, et se jeter à terre trois fois pour éviter les différentes calèches qui lui fonçaient dessus – ne pouvaient-ils pas ralentir, ou au moins regarder ce qu'il y avait devant eux ? - avant d'atteindre l'endroit où avait atterri sa cible. Il ramassa le deltaplane, et le troua rapidement en deux endroits, son poing déchirant facilement la toile. Le criminel ne devait plus avoir besoin de ça puisqu'il l'avait abandonné, mais ça valait le coup de prendre des précautions. Ce dernier était malin après tout.

Le guerrier promena ensuite son regard dans la rue. Où donc était passé le Fantôme Noir ? Secouant la tête, il ne voyait aucune boutique intéressante. Il n'y avait même pas de banque. Pourquoi avoir choisi cette endroit ? Soudain, les lumières s'éteignirent une à une, plongeant la rue déserte dans l'obscurité. Que se passait-il encore ? Regardant de tout côté, il ne vit rien. Mais ça ne voulait rien dire. Fermant les yeux, il sonda les environs... et se retourna brusquement. Le bandit se tenait à une dizaine de mètres de là. Pourquoi ?

Subitement prit d'un mauvais pressentiment, le membre de la lumière fut sur ses gardes. Ce n'était pas pour rien que le criminel se tenait en face de lui, il avait un plan. L'avait-il repéré à son arrivée ? Mais comment était-ce possible ? Où alors il l'avait remarqué lors de la course-poursuite. Dans tous les cas, ceux qu'il imaginait et ceux auxquels il ne pouvait pas penser, qu'est-ce qui l'avait poussé à se montrer ? Tout le problème tournait autour de cette question toute simple. Et pourtant, la réponse tardait à venir.

Riku entendit un bruit sourd. Sans attendre, il fit apparaître Point-du-Jour et se mit en position de défense. Cependant, aucun coup ne vint. Perplexe, mais sans changer de position, il sonda les alentours pour déterminer la position du bandit. Ce dernier n'avait toujours pas bougé. Que cherchait-il donc à faire ? Prudemment, il s'approcha de l'endroit où me bruit s'était fait entendre et butta contre un objet. Se baissant, l'arme à la main, prêt à reculer au moindre bruit suspect – puisqu'il ne voyait toujours rien – il toucha à tâtons ce qui avait failli le faire tomber. C'était un sac, assez gros.

Dans le silence le plus complet, le jeune homme défit le nœud qui permettait de fermer le sac et plongea la main à l'intérieur. C'était un geste imprudent – de ceux dont étaient capable Sora – toutefois il ne voyait pas d'autre option pour savoir ce qu'il contenait. Ramenant à lui un des objets qu'il avait retiré, il le toucha à deux mains. Ça ressemblait à du papier. Fronçant les sourcils, il ne vit pas où voulait en venir le Fantôme Noir. Qu'est-ce que le papier avait de dangereux ? Ou même de cruel ? Certes il pouvait toujours se couper, mais il y avait peu de chance que ça arrive – et encore plus qu'il se vide de son sang de cette manière.

Totalement perdu, l'argenté ne se rendit compte que trop tard que sa cible s'était volatilisée. Se maudissant d'avoir été si peu attentif – il le tenait ! - il s'approcha de l'endroit où elle s'était tenue. Au même moment les lumières revinrent, l'éblouissant légèrement. Néanmoins, il fut en mesure de remarquer deux choses. La première étant que le papier était en fait des billets. La seconde, que le brigant avait laissé un mot. Le ramassant, il le lut, puis le froissa aussitôt de rage. Il s'était fait avoir et en beauté ! Le Fantôme Noir était parti au bus, laissant l'argent où il l'avait anonymement indiqué à la police. Et lui se trouvait pile à cet endroit.

Préparant sa main pour ouvrir un portail, et ainsi devancer le criminel, le keybladeur fut arrêté dans son geste par une voix. Tournant la tête, il remarqua un policier au bout de la rue. Se dépêchant de faire disparaître son arme, il voulut tourner les talons lorsqu’il aperçut de hommes sortirent de tous cotés. Il s'était fait piégé comme un rat. Ne sachant que faire, ni où fuir, il resta sagement sur place. Un des Anglais le menotta, et le fit avancer vers une calèche qui le conduisit au poste de police la plus proche. Les hommes de lois se moquaient de lui sur le trajet, lui promettant une chambre confortable avec tous les avantages qu'un hôtel cinq étoiles promettait.

Grimaçant, le voyageur maudit silencieusement le Fantôme Noir. S'échapper serait un jeu d'enfant, il créerait un portail lorsqu'ils auraient tous le dos tourné et rejoindrait le bus. Toutefois, tant qu'il était dans ce véhicule, il ne pouvait rien faire, et perdait un temps précieux. Il aurait dut sentir venir le mauvais coup. C'était tellement évident. Enfin rétrospectivement. Son orgueil l'avait perdu. Il ne pût même pas se rassurer en se disant qu'un autre se serait laissé avoir, car ce serait un mensonge. La «divinité» qui l'avait guidé s'appelait manipulation, et celle qui l'entourait s'appelait ruse.

Ce ne fut qu'une demie-heure plus tard que la calèche s'arrêta enfin. Descendant prudemment, le guerrier se laissa conduire jusqu'à sa geôle. On lui enleva ses menottes, et le jeta sans ménagement à l'intérieur. Se massant les poignets, il se retourna et vit que les policiers verrouillaient la porte, puis se détournaient. Parfait. Avec un sourire, il tendit la main une nouvelle fois... et fut de nouveau interrompu. Par un prisonnier cette fois, son compagnon de cellule. Le type était chauve, et bâti comme un ours. Il ne se demanda pas longtemps pourquoi il se trouvait ici. Son nez cassé, et sa façon étrange de parler, en disait long. Il aimait boire, et se battre.

Avec un sourire contrit, le membre de la lumière sourit à son compagnon. Pouvait-il disparaître devant lui ? Une personne, saoule qui plus est, au courant de la magie ne devait pas être un crime. En proie à un dilemme profond, il eut un éclair de génie. Faisant mine d'observer le mur, il se rapprocha du prisonnier. Du coup de l’œil, il attendit que se dernier tourne la tête pour conjurer Point-du-Jour. Ensuite, tout se passa très vite. D'un coup rapide et précis, il visa la nuque du type qui s'effondra sur le champs. De son autre main, il invoqua finalement un portail qu'il passa prestement.


L'instant d'après, Riku se retrouva sur le bord de la Tamise, à l'endroit même où tout avait débuté. Malheureusement, le bus était parti, et un mot l'attendait sur le sol. En colère contre le Fantôme Noir, mais surtout contre lui-même, il faillit le brûler d'un sort. Il se retint pourtant, et le lut. Le bandit partait vers d'autres contrées plus accueillantes et prospères, et souhaitait à son « gros chaton » de nombreuses nuits nourri, blanchi et logé. Serrant les dents, il créa un portail vers le château pour annoncer son échec. La prochaine fois, lors de leur cache-cache, ce serait au brigand de visiter une prison, et d'y rester pour longtemps.
Éclat de l'Océan

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Sherlock versus Arsène : le gagnant? Left_bar_bleue159/550Sherlock versus Arsène : le gagnant? Empty_bar_bleue  (159/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 22 Mai 2012 - 5:08
Non, il n'y a pas que Maître Aqua pour diriger leur camp, d'autant plus que Maître Aqua ne dirige rien, elle rend service à sa gentille boss en donnant gentiment les missions à sa place...

J'ai été, durant cette mission, perplexe... Disons que mon avis a oscillé entre le bon et le moins bon...

Le début est sympa, les références au passé de Riku, à ta précédente mission, ça j'approuve, ça plante le décor de manière tranquille... Mais peut-être un peu trop tranquille en fait, je n'ai pas été vraiment plongé dedans... Et comme c'est assez long, tu sais où je vois un léger défaut ^^

Mais ! Mais une fois que tu arrives à Londres, là le niveau remonte carrément ! Par des petits détails qui peuvent paraître anodins, tu cites Big Ben, la Tamise, tu parles des Londoniens, des calèches... Et ces petits détails font toute l'ambiance (je ne suis peut-être pas objectif, j'adore ce Londres).

J'ai grave kiffé.

Et de nouveau ! Déception... Je t'explique...

Déjà, même si tu essaies de le justifier à la fin, je trouve ça très gros que Riku en regardant le ciel tombe justement sur ce qu'il était venu chercher... Et attends, je te cite deux phrases qui se suivent presque (j'enlève un petit passage de poursuite entre les deux).

« le «nuage» attira de nouveau son attention. Comment se faisait-il qu'il avançait à contre-courant ? » => « Par deux fois, les nuages voilèrent la lumière que projetait la lune, ce qui lui fit perdre la trace du bandit. »

What the... Le Fantôme Noir est un nuage ?!

De nouveau, il y a une explication après... Mais sur le coup, je me suis vraiment posé des questions, c'est tout sauf clair.

Au sujet de cette explication d'ailleurs, là il y a encore un truc qui m'a plu... Le Fantôme Noir en deltaplane au dessus de Londres... C'est tellement... grotesque ^^ Mais j'adore, ça colle tout à fait au personnage...

On approche doucement de la fin.

Le piège dans lequel tu tombes, ce n'est pas une mauvaise idée mais c'est juste... ultra-prévisible... Dès que tu as mentionné le sac abandonné dans la ruelle j'ai compris ce qui allait se passer. Et généralement, quand on arrive à prévoir ce qui va arriver, ce n'est pas bon signe...

Finir sur un échec, ça c'est bien pour plusieurs raisons. Déjà car là je ne m'y attendais pas mais en plus tu relances l'intrigue (et tu me donnes une mission toute faite à donner, groovy).

Voilà, tout ça pour en revenir à ce que j'ai dit au départ, je ne sais pas ce qui me convainc le plus, les moments que j'ai bien aimé ou ceux qui m'ont déplu...

Pour réfléchir, je vais sortir des trucs comme ça, au feeling !

J'ai trouvé que par rapport à tes autres missions, celle là était un peu plus mollassonne... Ça manquait de rythme dans la narration, d'entrain, c'est con, tu as quand même une poursuite et c'est le genre de passage où le rythme est obligatoire...

Ah, pendant un instant j'ai cru que tu allais faire intervenir Sherlock Holmes vu le titre du Rp... Je me demande ce que j'en aurais pensé si ça avait été le cas... D'un côté ça aurait pu être une idée terrible... De l'autre je suis tellement fan de Holmes que j'aurais été dix fois plus exigeant...

Mais... mais comme c'est pas le cas, ça ne sert à rien d'en parler...

Aussi...

« Qu'est-ce que le papier avait de dangereux ? Ou même de cruel ? Certes il pouvait toujours se couper, mais il y avait peu de chance que ça arrive – et encore plus qu'il se vide de son sang de cette manière. »

J'ai juste eu envie de dire "Non mais Riku, connecte tes neurones ! Tu le vois pas le piège qui se repère à dix mètres ? Tu imagines qu'il compte provoquer une hémorragie au billet de banque ?"

C'est maladroit comme phrase ^^

J'ai réfléchi...

Et en fait je suis toujours indécis... Donc pas de bonus cette fois, même si ça restait sympa à lire.

Mission quoi déjà ? Avancée ?

Donc 30 points d'expérience, 300 Munnies et 3 PS, 2 en Vitesse et 1 en Magie.
messages
membres