Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
    As-tu déjà dansé avec un ange au clair de lune ?

    J'avais été prévenue en début de soirée d'un problème qui se passait au Jardin Radieux. Il était un peu tard pour faire ma mission mais je voulais quand même y aller. J'allais passer la nuit à l'extérieur et une fois le jour levé, je ferai ce que m'a demandé Cissneï. Je pensais que ce n'était pas à nous de nous occuper de ça, surtout que c'était sur un monde du Consulat mais ça ne me dérangeait pas. J'avais une aisance certaine avec le papier alors distribuer le courrier n'était qu'une question de minutes. Si j'étais venu alors que le soleil se couchait déjà, c'est parce que ces derniers temps je me sentais réellement mieux la nuit. C'était apaisant et calme, mes démons se taisaient et je pouvais respirer sainement.

    Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas remis les pieds ici, j'avais rien à dire sur cet endroit en réalité. C'était pas très vivant, peut-être parce qu'il faisait nuit maintenant. J'ai décidé de faire une petite promenade, loin de tout combat, de toute prise de tête. Je reprenais pied, la mort de Mukuro m'affectait beaucoup moins, j'ai dû en faire le deuil. J'espérais quand même le revoir un jour, je sentais que c'était possible au fond de moi. Mais je restais encore fragile, je ne savais plus qui croire ou quoi penser, je m'éloignais donc des autres. Mes repères étaient mes amis, maintenant qu'ils sont partis, je n'en ai plus et je sais pas où je dois me diriger. Alors je fais ce que je sais faire de mieux, aider mon camp et éradiquer les sans-coeur, une tâche que je me suis promise d'accomplir.

    Mais là, il n'y avait pas de sans-coeur ou très peu, une ombre de temps à autre. Quand j'en voyais une, je lançais des shurikens de papier, tuant le monstre instantanément. Je faisais comme si je respirais, sans y faire réellement attention. J'avais appris quelques jours plutôt la raison pour laquelle les habitants sortaient peu ces derniers temps. Il y avait une maladie qui circulait mais aussi des meurtres. Je n'avais qu'une envie, tomber sur cet homme pour l'empêcher de continuer, je n'avais rien pu faire pour Mukuro. Je voulais accomplir quelque chose pour me racheter, c'est tout ce que je pouvais faire. C'était peut-être égoïste, peut-être que je faisais ça juste pour me sentir moins coupable.

    C'est en pensant à ça que j'ai continuer à marcher, observant les étoiles et le clair de lune qui parsemaient le ciel. Elles étaient si loin et pourtant tellement présente comme si elles se trouvaient partout à la fois. Peut-être qu'en ce moment Tifa regarde aussi les mêmes étoiles que moi, nous serions reliées l'une à l'autre. J'aime cette idée et si je pense à elle, c'est parce qu'elle est tout ce qui me reste. Pourtant, je ne peux pas rester auprès d'elle, pas aussi souvent que j'aimerai. Même si c'est une femme forte, elle pourrait être en danger avec moi, Mukuro était puissant lui aussi. Je ressasse encore et toujours les mêmes choses, c'en était presque barbant même pour moi.

    J'ai oublié tout ça l'espace de dix secondes. Un intervalle durant lequel mon attention était dirigée sur une mélodie. Elle semblait venir de nulle part et de partout à la fois. Le son était faible mais il accaparait tout mon esprit, ça ressemblait à une boite à musique. Cette mélodie omniprésente était intrigante, je me suis demandé si ce n'était pas une sorte de rituel de l'assassin lorsqu'il s'apprête à tuer. Subitement, une douleur atroce m'a percutée au niveau du coeur. C'était une douleur atroce que je ne pouvais pas décrire. J'avais été prise au piège, j'en étais sûr, chaque battement de mon coeur me faisait souffrir le martyr, j'ai viré de l'oeil et je me suis écroulée au sol. La dernière chose que j'ai entendu, c'était un léger rire qui faisait froid dans le dos.

    À peine réveillée je me suis levée d'un bon prête à me défendre s'il le fallait. En réalité, j'étais dans une maison et une femme se trouvait dans la même pièce que moi. Elle tenait une éponge humide dans la main, elle était en train de s'occuper de moi. Je n'avais donc pas été la cible du tueur, je me suis juste évanouie. Si ça se trouve, j'ai déliré et j'ai inventé toute cette scène musicale. Mais je ne me sentais pas à l'aise ici, il fallait que je m'en aille tout de suite. J'ai remercié et présenté mes excuse à la jeune femme avant de partir aussi sec. Il faisait déjà jour et vu l'activité de la ville, midi était déjà passé.

    J'ai accouru pour trouver le bureau de poste. J'avais eu l'intention de le faire pendant la nuit pas avec cet empêchement, je n'ai pas pu. J'ai interpelé le premier passant qui était là pour savoir. Il m'a raconté tout un tas de truc, la raison de la grève et que c'était bien qu'ils continuent. Du coup il n'a pas voulu me dire où se trouvait le bureau. J'ai vu un autre groupe de personne mais leur réponse était « Ah bah on est pas du coin nous, on peut pas vous dire ». Ce n'était pas grave j'allais finir par trouver à un moment ou à autre. J'ai fini par le trouver, j'étais passé devant dix minutes avant mais je n'avais pas remarqué. Ça ne me réussi pas d'être tête en l'air même si j'aime bien m'envoler. Je suis rentrée sans attendre allant au guichet. Visiblement tout le monde ne faisait pas grève et ça m'arrangeait beaucoup.

    -Bonjour c'est pour ?

    -Bonjour, je suis Konan et je suis en mission, on m'a demandé de distribuer le courrier.

    -Je ne peux pas vous laisser faire ça, je ne sais pas qui vous êtes.

    -Je viens de vous le dire.

    -Je suis bien d'accord mademoiselle mais je n'ai aucune garanti de votre bonne foi et nous ne pouvons pas courir de risque même s'il ne s'agît que de courrier.

    -Vous pensez réellement que ma seule occupation serait de voler des lettres et des colis ?

    -N'insistez pas s'il vous plait !

    A cet instant, j'avais presque envie de prendre un couteau pour calmer le guichetier, il était très pénible. En réalité, ce qui m'a le plus interpelé ce n'est pas son caractère mais bel et bien le mien. Jamais je n'ai voulu faire à à un innocent et encore moins avec un couteau. Ça ne me ressemblait pas du tout mais j'ai préféré oublié tout ça. On a tous dis un jours « je vais le tuer ! » sans réellement le penser.

    -Excusez-moi, je vous laisse travailler en toute tranquillité.

    -Il n'y a pas de mal, bonne journée.

    Quand je voyais la pile de courrier derrière lui qui me prendrait seulement quelques minutes à distribuer, ça m'agaçait. J'allais une fois de plus renter à château sans avoir accompli ma mission. Si ça continuait ainsi, on allait finir par me mettre à la porte sans équivoque. Je suis alors partie, la seule chose dont j'avais été capable c'est de m'évanouir dehors en pleine nuit. Comment pourrait-on avoir confiance en moi dans ces conditions ? J'avais mal au coeur, pas en pensant à ça mais la même douleur que la nuit passée en un peu plus faible. Je ne savais pas ce qu'il m'arrivait, il fallait que j'aille me reposer.
more_horiz
Misérables syndicalistes u.u
Superbe mission, enfin je m'attendais pas à moins :3 je dois avouer que j'aime bien le style tout calme de Konan, son parler est particulier... Enfin, j'aime bien, elle s'exprime sans détours, je trouve ça sympa. C'est triste qu'elle n'ait pas pu accomplir sa mission encore une fois...

Je note ça comme une mission normale, 20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS en vitesse.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum