Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
[Oui, je sais... Le un jour est devenu deux semaines... Merci de pas me le faire remarquer... T_T]

C'est marrant... Vous savez, généralement, on envoit en prison les sales types qui ont commis un crime irréparable (ou pas)? Et bien, c'est tout différent chez les lumineux. Pour peu que vous ayez une aura ténébreuse, on vous jette dans le plus profond des cachôts avec un espoir de sortie tellement mince qu'il faut se débrouiller pour obtenir quelque chose d'utile. Hazama en fit d'ailleurs la (très) désagréable expérience. A peine eut-t-il posé les pieds dans ce monde qu'un certain... Heu... Type en rouge et noir (rappelons qu'Hazama ne connais même pas le nom de son assaillant) dont la politesse est tellement basse qu'il ne daigna même pas donbner son nom. Comme quoi, vive la jugeote des lumineux...

Ce lieu avait tout de ce qui était de plus répugnant: les murs étaient d'un gris mouillé particulier, l'odeur semblait s'apparenter à celle de la mousse, encore qu'il y en avait au plafond, sur le plancher, la moisissure s'était déjà attaquée aux lits et enfin, on ne fournissait rien aux prisonniers!... Enfin... Aux prisonniers normaux me direz-vous... Terumi était en effet... Un peu spécial... Son attitude lui a permis en effet d'avoir un ou deux privilèges... Dans un sens, on pourrait croire que la lumière avait déjà commencé à sombrer dans la folie, mais je vous mets au défi de supporter les provocations de l'homme en noir pendant tout le temps de son emprisonnement... Et encore! Ce dernier n'en était même pas encore la! Comme il devait jouer "les gentils toutous" selon ses propres dires, il ne devait pour le moment en aucun cas faire la moindre action potentiellement suspecte... Il s'était donc contenté de discuter avec son garde qui aurait lui même dit "ne plus pouvoir le supporter" au bout d'approximativement dix minutes... Mais, au lieu de parler de ceci, revenons à ces "privilèges" qu'il avait obtenu... Le premier était un beau bloc de feuilles de papier avec un crayon. Ces choses aurait permis pour un homme normal d'écrire un message d'appel à l'aide... Enfin, évidemment, si, comme Terumi, il n'avait pas été bêtement placé près des douves... Et évidemment, bouteilles en tout genre interdit... Mais ça, ça ne dérangeait absolument pas l'homme en noir, et c'est dire! Durant tout son enfermement, lorsqu'il n'était pas à cette splendide "salle des tortures" (si c'est une torture d'essayer de faire rire aux éclats un homme fou bien sur), il écrivait, griffonnait, dessinait, schématisait des choses bizarres aux formes étranges tout en regardant un étrange disque de métal qu'il portait dans sa main droite. Son garde n'eut d'ailleurs pas tout à fait compris pourquoi l'homme vert usait de ce privilège au combien immense pour faire des dessins sans valeurs au lieu d'envoyer un message d'au secours. Enfin... Comme on dit "Les voies de la science sont impénétrables... Encore plus si ça viens d'Hazama". Bon... On a fait le premier des deux petits privilège de l'homme. Le second était de manger autre chose que du pain presque racis avec de l'eau d'une origine douteuse. Il avait en effet eut le droit d'avaler un petit morceau de poisson (vraiment très petit, qu'on soit bien d'accord...) avec une feuille de salade de couleur jaune (c'était un légume, c'était déjà ça...) et l'eau semblait légèrement plus propre que la précédente... Je crois qu'en effet vous avez remarqué que le pein sec calait plus qu'un petit morceau de poisson et de la salade. Mais bon... Que voulez vous... Il a eu ce qu'il voulait... En dehors de sa libération.

Ce jour-ci était un jour à peu près comme les autres... Le soleil illuminait la pièce ainsi que la partition écrite en rouge carmin sur le mur (surement faite par un précédent détenu, allez savoir...), toutefois, au lieu d'en profiter, le scientifique était, comme à l'accoutumée, sur une bête table qui lui servait de bureau avec une misérable chaise presque rongée au vers en guise de fauteuil, et, comme à l'accoutumée, il écrivait des choses incompréhensibles sur ses feuilles de papier, toujours en ayant un oeuil sur son disque de métal, sans songer ne serait-ce qu'un instant à envoyer un message d'appel à l'aide... Ce jour-ce, il n'avait pas mangé son "repas" et l'avait donné à son gardien... Il l'avait fait pour se moquer légèrement de lui. Ce fut d'ailleurs juste après être retourné à son "bureau" qu'il lâcha un petit ricanement pratiquement inaudible. Depuis le premier jour, il semblait avoir les yeux fermés, à aucun moment il ne semblait les avoir ouvert. Ce jour-ce, au début de l'après-midi, l'homme en noir était allongé sur son splendide lit de prison, reposant un peu son esprit, jusqu'au moment où il allait avoir droit à la meilleure activité de la journée: la petite séance de rire torture. Presque lorsque son gardien eut reçu l'ordre divin d'emmener le scientifique serpentaire à sa séance de relaxation, ce dernier releva la tête et afficha un énorme sourire avant de s'exclamer:

"Ah! Vous daignez enfin m'adresser la parole! Alors? Comment était le repas que je vous ai donné? C'était bon j'espère?"
On ne savait pas très bien si c'était sa folie ou le syndrome de Stockholm, mais Hazama semblai, tout du moins en apparence, se sentir très bien dans sa prison froide. Aussi, lorsque son gardien lui demanda de se lever et de le suivre, il reprit:

"Je voit! On y va pas par quatre chemins, n'est-ce pas? Enfin, je suppose que vous allez encore me torturer, c'est ça...? *soupir* Vous n'avez donc pas encore compris que je ne savais rien à propos de la Coalition Noire...? Vous m'avez ouvert les veines, brisé des os, fait écouter un crissement insoutenable, humilié, séquestré et fait emprisonné... Vous ne pensez pas que je suis sincère dans mes propos après le temps? Enfin... Je suppose que c'est votre travail comme moi je suis un scientifique..."
Il devait s'éxécuter... Aussi, il se leva avec quelques difficultés (à moins que ça ne soit une feinte...) et avança en boitant légèrement vers la salle qui allait lui offrir mille délices dans ses souffrances...
more_horiz
    Elle l’avait…
    À vrai dire, elle y avait pas mal réfléchi depuis… Facilement deux jours… Ces deux jours qu’elle avait passés à l’infirmerie où on l’avait obligée à rester quelques temps. Pourquoi déjà ? A cause de ces quelques dernières missions qui s’accumulaient et la détruisaient petit à petit.
    Enfin, détruire, le mot était fort. Elle était toujours vivante, en un seul morceau et avec un esprit sain. Mais son corps se rouillait et ne cicatrisait pas à cause d’un manque de repos.
    C’était cette dernière guerre à la Forêt de Sherwood qui l’avait achevée… Quelques plaies, comme au bras droit et surtout une grande fatigue proportionnelle à tout l’effort qu’elle avait fourni.

    Mais c’était surtout le résultat, la conséquence de l’accident à la Terre des Dragons. Accident qui avait presque failli la tuer. Et en fait, à chaque fois qu’elle y repensait, c’était un souvenir violent… Ce cauchemar qui la tourmentait. Mais Tifa était arrivée pour les sauver, elle et ce Hyuga.
    Elle savait qu’elle lui en serait éternellement reconnaissante. Et son plus grand souci du moment était justement de ne pas connaître le moyen de remercier convenablement la Commandante. Elle devait lui rendre la pareille, elle avait une dette et une nouvelle sympathie pour sa supérieure.

    Là, ça n’avait rien à voir… Juste que durant ces deux jours de repos, on lui avait demandée de ne pas se forcer et de rester dans le Territoire de la lumière encore quelques jours. Et de cela, elle s’était souvenue de la dernière apparition de l’ennemi. Un homme avait tenté d’infiltrer le Quartier-Général pour subtiliser quelques ouvrages. Il y était parvenu mais avait été arrêté par un membre de la lumière… Et pas n’importe lequel…

    Mukuro Rokudo… Ce qui était à peu près sa plus grande honte connue depuis qu’elle était arrivée dans ce camp. Elle espérait peu à peu obtenir la charge de Chef des Gardes. Car là, elle était seulement la plus haut gradée. Et tandis qu’il appartenait aux gardes d’arrêter les attaquants, de les mettre aux cachots… C’était le Général qui y était parvenu. C’était une occasion qu’elle n’aurait pas du lui laisser. Lui qui était si… Insupportable.

    Et c’était à ce lui qu’elle devait demander l’autorisation de prendre le relais… Elle lui laisserait le bénéfice de croire qu’elle terminait le travail déjà mâché mais c’était à elle de s’en occuper, quitte à laisser sa fierté de côté momentanément.
    Et il avait accepté en lui disant qu’il lui faisait confiance et en lui donnant quelques livres… Ceux que cet intrus avait volés…

    Elle se dirigeait donc d’un pas pressé vers les cachots… Et arrivé aux portes de ces derniers, elle tendit sa main libre pour faire apparaître sa hallebarde. On avait bien sûr pris la peine de lui dire qu’à l’intérieure, elle n’aurait plus accès à la moindre forme de magie, que ce soit du psychisme ou de la symbiose.

    Quand elle entra dans les cachots, elle put entendre quelques bribes de discussion. Un homme qui parlait de tortures, qui énumérait toutes les choses qu’on lui avait fait subir. Une voix très calme… Très agaçante pour la Capitaine puisqu’elle comprenait déjà qui était l’auteur de ces paroles. Elle s’avança et descendant les escaliers en colimaçon, aperçut l’homme en question.
    Plus grand qu’elle (évidemment), aux cheveux vers et dans un costard particulièrement soigné pour un prisonnier. Mais le plus agaçant… Sa manie de plisser les yeux.

    Elle pressa d’avantage le pas et vit un garde, qu’elle connaissait qui plus est et qui l’emmenait dans une pièce, celle visiblement destinée à la torture. Première idée qui avait ce quelque chose de dérangeant pour la Capitaine… Probablement sortie de la créativité du Général.


    « Caporal… J’ai reçu la permission de m’entretenir avec le prisonnier. Je m’en porte garants. »

    Le Caporal avait pris une certaine dose d’assurance depuis cette dernière fois où elle avait vraiment pris la peine de l’observer. Il était l’un des gardes qu’elle avait entraîné et à qui elle avait accordé une promotion. Il était plus fort et beaucoup plus rigoureux. Il se redressa, fit mine de réflechir quelques instants, regardant le prisonnier.

    « Ca ira… Merci, Tristan. »

    Il acquiesça et quitta les cachots d’un pas incertain… La Capitaine guettait le moment où il serait parti et dès qu’elle entendit le claquement de portes, elle posa les livres devant la cellule et empoigna l’intrus par le col, le tirant jusque dans sa prison avant de le pousser violemment à l’intérieur.
    Elle l’observa perdre équilibre et posa sa hallebarde debout, contre les parois de la cellule avant de s’avancer vers l’autre gars… Il semblait vouloir dire quelque chose mais avant qu’il ne parle, elle le reprit par le col d’une main et lui asséna un violent coup de poing au visage, le laissant s’étaler sur le sol.

    Elle sortit de la cellule, prit dans ses mains les livres et les lança aux pieds de l’homme avant fermer la porte… Et c’est avec une voix neutre mais sûre qu’elle parla.


    « Tu te nommes Hazama… Un scientifique qui œuvre dans le camp de la Coalition Noire… J’ajouterais à cela que tu représentes tout ce que je déteste et si ça ne tenait qu’à moi, tu serais déjà mort. »

    A vrai dire, Ravness n’avait plus qu’une envie… Laisser s’enfuir ce membre des ténèbres et appeler la garde qui le tuerait froidement tandis qu’il essaierait de s’enfuir.
    Elle pointa le livre au milieu de la pile d’ouvrages renversés.


    « "Les Araignées les plus dangereuses du monde et où les trouver."… Commence donc par m’expliquer cela… »


_______________________________
Smooth Criminal in prison! (Sans commentaires...) Signatureprimus
more_horiz
Ah! Quoi de plus merveilleux que la torture! Vous savez, ces moments où vous avez le droit de faire ce que vous voulez de mal et d'abject à une personne qui vous énerve sans que celle-ce ne puisses rien y faire? Ces doux sons de voix criant au désespoir, à l'aide et de douleur qui montent à vos oreilles comme un doux son de harpe, vous relaxant au maximum et vous procurant un plaisir on-ne-peut-plus immense? C'était, si on pouvait ainsi dire, l'un des moments les plus jouissifs de la vie de Terumi... Enfin... Quand c'est lui qui torture, évidemment, parce que la, les rôles sont inversés... Mais bon, pour Terumi, une torture est une torture, et c'est toujours pour lui un pur moment de bonheur, même si c'est lui qui sert de punching ball.

Et que dire si ce n'est le remarquable et idéal choix de Mukuro! A peine l'homme vert sortit de son paradis du prisonnier qu'il vit arriver son bourreau. Si les derniers avaient déjà faits fort, celle la semblait débuter dans la matière... C'était une fille assez jeune, mais assez aguerrie. A première vue, son caractère la faisait passer pour une personne de type tsundere... Pour les incultes, c'est une personne à l'apparence froide en extérieur, mais d'une gentillesse incomparable en elle. Cette dernière fléchissait d'ailleurs légèrement les sourcils, détail qui n'échappe pas à Hazama, montrant qu'avant même que tout ne débute, la jeune guerrière n'appréciait pas Terumi... Et un ennemi de plus! Comme si il n'en avait pas déjà assez! Bof! Un de plus, un de moins! Enfin... La jeune femme semblait, d'après la conversation, être du grade de capitaine. Après ladite discussion, le dénommé Tristan partit, laissant nos deux tourtereaux seuls.. Toutefois, au lieu de mener le scientifique noir dans l'habituelle salle de torture, la jeune femme le frappa magistralement au visage, puis encore et encore, renvoyant l'homme dans sa prison froide et humide. Cette dernière entra à son tour et lança les livres dérobés par l'homme vert plus tôt à ses pieds. Ce dernier se trouvait au sol mais ne sentait pas bien la force des coups... Enfin si, un peu... "Elle a de la poigne" se dit-t-il. Mais ça, ça ne suffisait pas à l'amuser... La jeune femme déclara alors, sur un ton parfaitement neutre mais souligné par une froideur parfaite:

"Tu te nommes Hazama… Un scientifique qui œuvre dans le camp de la Coalition Noire… J’ajouterais à cela que tu représentes tout ce que je déteste et si ça ne tenait qu’à moi, tu serais déjà mort. "


Waw! Mais c'est qu'elle a du cran de parler ainsi à Yûki Terumi la petite! Ah!... Si seulement il ne devait pas observer... Il l'aurait déjà tuée, lacérée, éviscérée, déchiquetée... Il n'en aurait rien resté...Il devait résister à cette envie meurtrière, à l'envie de sortir sa chaine maudite pour se tirer de la. Aussi, il se leva, avec toutefois un peu de mal dû aux coups portés, semblait-t-il, puis, il ramassa chaque livre un à un et regarda attentivement chacun d'entre eux un par un. La jeune femme pointa alors un des ouvrages du doigt et Terumi l'ouvrit pour voir ce qu'il contenait, gardant toujours ses yeux fermés, comme si il arrivait à voir sans ses yeux... Comme si en réalité, Hazama n'était qu'une marionnette contrôlée par Terumi.

"Les Araignées les plus dangereuses du monde et où les trouver."… Commence donc par m’expliquer cela…"
Ce bouquin inintéressant? C'était un cadeau pour cette chère pimbêche d'Arachnée... Enfin... était... Vu les circonstances, il était clair que ce livre n'allait jamais sortir de ce château..; Quoique... Allait-t-il oser? Ou pas...? Il s'était retourné et réfléchissait un instant... Un moment... Enfin... Quelques secondes si on voulait. Il avait ouvert ses yeux et les cachait de la jeune dame, révélant ses pupilles dorées à un simple oiseau... Il regardait chaque livre avec énormément d'insistance, les feuilletait, essayait de tout retenir... Il avait déjà retenu le contenu de deux d'entre eux, et à sa surprise, la liste de la Coalition avait été remise à jour, comme il le pensait. De plus, il y vit son nom et lut attentivement ce qui y était écrit: "Nom: Hazama, Grade supposé: Capitaine (manque d'informations), Arme: Couteaux Papillons, Niveau Magique: Nul, Hostilité: Très Basse, Niveau de Danger: Aucun. Note: Un membre très faible de la Coalition. Ses prouesses au combat sont très limitées. Toutefois, son aura semble montrer que ses vrais talents ne sont pas encore révélés. " Ah! La stupidité de la jeunesse! Le manque d'informations peut conduire à la perte... Enfin.. Il lisait rapidement les deux derniers livres, surtout celui écrit par son ancien maître Ansem le Sage... Après la lecture, il referma ses deux yeux et se retourna vers la jeune dame, les livres à la main et déclara, une dizaine de minutes après le questionnement:

"-Et bien... Vous n'allez pas par quatre chemins vous non plus... D'ailleurs, je ne sais pas si vous avez écouté ce que le jeune homme a dit, mais je vais le répéter au cas où... Je suis un des scientifiques travaillant avec Ansem! Et c'est lui même qui m'a envoyé ici! Quand à ces livres, c'est lui qui m'a demandé de les ramener... Il m'a dit qu'étant un ami du Roi, il le pardonnerai... Enfin, vous me comprenez, non? Entre Capitaine, on se comprends, n'est-ce pas...?"

Terumi regarda encore la jeune fille les yeux fermés et rouvrit le dernier bouquin pour compléter sa lecture... Il se retourna à nouveau et se dirigea vers son bureau, regardant la pile de feuilles noircies et toutes les informations amassées sur la vraie nature de la magie et sur ce mystérieux disque métallique... Il regardait sa prison, sa maison, son sanctuaire et se retourna vers la grille lui servant de fenêtre. Il sentit le vent tourner... Il se doutait de ce qui allait se passer. Il se retourna alors vers la jeune femme et lui adressa à nouveau la parole, sans ouvrir le moindre de ses yeux et annonça, toujours avec son sale sourire:
"-Vous savez, je peux comprendre votre situation capitaine... Vous vous sentez inutile en ce moment, c'est brai... Vous êtes rentrée disons... Deux fois blessée sérieusement et vous avez accepté la requête du type qui m'a capturé n'est-ce pas? Allez, ne me dites pas non! Je le sais bien, ces blessures se voient, quand à ma deuxième affirmation, il est sur que vous haïssez la torture vvu votre visage... Alors que lui semble prendre goût à voir souffrir les gens n'est-ce pas? Enfin, je m'égare un peu, non? Ce que je voulais dire c'est que vous, vous vous sentez inutile n'est-ce pas? Moi aussi... Je ne peux aider Ansem enfermé ici. Je vous conjure de me libérer! Ainsi, nous pourrions avancer et faire gagner la lumière!"

Son petit jeu l'avait bien amusé. Aussi, il ne s'arrêta pas la. Il se retourna et avança vers la petite fenêtre et regarda les douves avec un énorme sourire. A cet instant précis, il déclara, dos à la jeune femme:

"Vous savez, je ne peux que vous remercier du cadeau que vous m'avez fait... J'avais reçu deux missions précise... La première était de retrouver si possible le Roi Mickey... Manque de cha,ce, je me retrouve ici... Quand à la seconde, c'était de retrouver ces livres et où les lui rapporter...

A ce mot, Terumi ne put s'empêcher d'afficher un sourire noir avant de jeter absolument tout les ouvrages dans l'eau gelée et sale des douves depuis sa petite fenêtre aux malheureux barreaux à la verticale. A cet instant, il termina sa phrase sur un tout autre ton, un ton plus sombre, plus diabolique... Ce n'était plus Hazama qui parlait... C'était Terumi...

"Ou de les détruire!"
more_horiz
    Les minutes étaient infernales, terriblement longues et une certaine pression montait en elle… Ravness devait bien l’avouer. Cet homme avait une aura intimidante, presque effrayante. Et plus il lisait, terriblement concentré dans ces livres, plus elle le détestait. Ses gestes, sa manière de plisser les yeux… Elle n’avait qu’une seule envie. L’égorger… Le faire taire à tout jamais alors qu’il n’avait pour l’instant rien dit du tout…
    En fait, il suffisait de la voir observer ce monstre des ténèbres pour se demander finalement… Pourquoi le laissait-elle agir ainsi ? Comme s’il récoltait toutes les informations utiles. Comme s’il cherchait une réponse à une question fondamentale… Pourquoi lui laissait-elle cette chance ?

    Elle partait d’un principe… Elle s’était portée garante de cet homme et tant qu’elle serait là, jamais personne ne pourrait le délivrer. Donc en quelque sorte, elle se voulait certaine que cet Hazama reste à jamais dans cette prison humide ou qu’il finisse décapité par sa hallebarde. C’était pour la paix.
    Alors qu’il se nourrisse d’informations… Car il se trahissait, il ne faisait que confirmer tout ses doutes, tout l’aspect dangereux de son personnage. Mais au fond, la capitaine pensait qu’il s’en rendait compte.
    Quand il eut fini, une dizaine de minutes après la dernière parole de Ravness, il parla enfin et d’une voix terriblement hypocrite.


    "-Et bien... Vous n'allez pas par quatre chemins vous non plus... D'ailleurs, je ne sais pas si vous avez écouté ce que le jeune homme a dit, mais je vais le répéter au cas où... Je suis un des scientifiques travaillant avec Ansem! Et c'est lui même qui m'a envoyé ici! Quand à ces livres, c'est lui qui m'a demandé de les ramener... Il m'a dit qu'étant un ami du Roi, il le pardonnerai... Enfin, vous me comprenez, non? Entre Capitaine, on se comprends, n'est-ce pas...?"

    « Je ne comprends pas les gens de ton espèce… »

    Elle le regardait, froidement… Elle ne croyait bien évidemment pas en ce mensonge grossier. Mais elle s’était simplement contentée de lui dire à quel point il la dégoûtait. Elle voulait lui montrer qu’il la répugnait de par sa seule existence.
    Il se retourna une nouvelle fois, insensible à ce qu’on lui disait, pour rejoindre son bureau où l’attendaient une pile de feuilles… C’était déjà anormal qu’on lui ait donné de quoi écrire et un bureau alors qu’il était un ennemi. Il replongea son nez dans un des livres et alors qu’elle allait intervenir, il parla une nouvelle fois…


    "-Vous savez, je peux comprendre votre situation capitaine... Vous vous sentez inutile en ce moment, c'est vrai... Vous êtes rentrée disons... Deux fois blessée sérieusement et vous avez accepté la requête du type qui m'a capturé n'est-ce pas? Allez, ne me dites pas non! Je le sais bien, ces blessures se voient, quand à ma deuxième affirmation, il est sur que vous haïssez la torture vu votre visage... Alors que lui semble prendre goût à voir souffrir les gens n'est-ce pas? Enfin, je m'égare un peu, non? Ce que je voulais dire c'est que vous, vous vous sentez inutile n'est-ce pas? Moi aussi... Je ne peux aider Ansem enfermé ici. Je vous conjure de me libérer! Ainsi, nous pourrions avancer et faire gagner la lumière!"

    Il disait cela, face à elle, dos à la fenêtre et arborant son sourire le plus agaçant… Une nouvelle haine s’établit spontanément dans le cœur de la capitaine, si bien qu’elle eut du mal à s’empêcher de frapper cet homme une nouvelle fois. Mais c’était différent. Si elle l’avait fait plus tôt, c’était par « envie », elle avait voulu mettre à terre ce serpent.
    Si maintenant elle succombait à la violence, elle perdrait la face, ses paroles auraient l’air creuses.


    « Arrête… N’essaie pas de me faire croire que tu me connais. De ma démarche, tu te permets de dire que je mets tout mon poids sur ma jambe droite et que donc, je suis blessée à la gauche… Et puisque je suis là à interroger quelqu’un que je déteste, tu en déduis que je fais ça contre ma volonté… Tu n’es même pas capable de deviner mes motivations et mes rêves. Sans ça, tu ne pourras jamais comprendre qui je suis… Tu ne sais absolument rien de moi ! »

    Il avait parlé d’inutilité… Et c’était dès ce mot là que la colère avait pris forme en elle. En effet, il se trompait et sur à peu près toute la ligne. Il disait certes vrai pour la torture et les blessures mais ces maigres arguments ne compensaient pas les erreurs grossières qu’il avait faites sur son caractère.
    Il s’était trompé… Et cela aurait du être suffisant pour la faire sourire. Mais elle restait terriblement farouche… Car lui, un ennemi de la lumière, avait essayé de la comprendre. Il avait essayé de percer son armure, de la toucher au cœur. Et qu’importe le résultat obtenu, elle ne pouvait l’accepter.

    Quelques instants après la réponse de la capitaine, il se retourna face aux barreaux de la fenêtre... Elle ne pouvait plus voir son visage, il tenait toujours les livres dans sa main…


    "Vous savez, je ne peux que vous remercier du cadeau que vous m'avez fait... J'avais reçu deux missions précises... La première était de retrouver si possible le Roi Mickey... Manque de chance, je me retrouve ici... Quand à la seconde, c'était de retrouver ces livres et où les lui rapporter... »

    Il continuait vainement dans son délire… Elle fronça les sourcils, agacée et s’apprêta une nouvelle fois à avancer vers lui pour qu’il reste immobile une bonne fois pour toutes.

    "Ou de les détruire!"

    L’expression du visage de la capitaine changea radicalement. Et alors qu’il exprimait un ennui, la surprise et finalement la peur déformèrent son visage tour à tour. Elle voulut accourir près des barreaux pour tenter quelque chose même si les livres étaient déjà tombés… Mais elle avait laissé sa hallebarde adossée aux barreaux de cette cellule. Si elle avançait, il irait s’en emparer…
    Elle resta sur place et n’eut qu’un seul réflexe, se mordre la lèvre inférieure pour réaliser ce qui venait de se passer… Si c’était grave ?... Elle n’en savait rien. Et c’était cela qui l’effrayait le plus. Ce Hazama n’avait pas l’air de craindre les coups et pourtant la douleur avait pu se lire sur son visage quand elle l’eut frappé. Il était toujours face aux barreaux, à regarder la chute des livres.
    Et alors qu’elle comprit qu’il allait se retourner, elle prit la hallebarde et d’une main pointa la lame vers le captif… Le tranchant n’était qu’à quelques centimètres de sa gorge quand il comprit qu’il était une nouvelle fois menacé.

    Le visage de la capitaine avait retrouvé un ton neutre et bizarrement… Assez assurant. Les livres étaient détruits, elle avait fait une bêtise mais si elle se mettait à y penser, elle allait perdre toute crédibilité. Elle devait faire abstraction. Elle garda cette position… S’il bougeait, elle le tuerait…


    « Je me sens inutile… C’est ce que tu m’as dit… Et bien Hazama, sache que c’est moi qui ai demandé la permission de t’interroger et dans un seul et unique but… Je voulais regarder le mal droit dans les yeux, le provoquer et finalement… Lui promettre une mort de mes propres mains… »

    Elle le flattait probablement en parlant de lui comme du mal incarné et à vrai dire, s’en fichait. Elle garda son bras et sa hallebarde tendue, ne faiblissant pas, continuant à le regarder droit dans les yeux.

    « Autre chose… Je ne suis pas comme tous ces guerriers au centre des attentions et des informations… Je n’ai entendu parler d’Ansem qu’une seule et unique fois. Je suis une garde et en tant que telle, je n’ai pas tant besoin de m’informer. Alors globalement, Hazama… Que ton maître soit le plus grand scientifique de tous les temps… Je m’en fiche éperdument. Et qu’en te gardant enfermé ici, j’empêche la lumière d’avancer… Et bien si c’est vraiment le cas, tu pourras demander pardon de ma part à ton maître, quand tu sortiras. »

    Elle abaissa finalement sa hallebarde et remonta sa main jusqu’au milieu de la poignée de cette dernière, posant le bout non tranchant sur le sol, tenant son arme verticalement.

    « Ansem… Ansem le Sage. Un Scientifique. Voila tout ce que je sais de lui. Et puisqu’il est sage, comme ce surnom l’indique. Vois-tu, j’ai beaucoup de mal à imaginer qu’il pourrait envoyer un crétin de ton espèce qui transpire le crime… Un crétin doublé d’un incapable qui n’a pas eu la présence d’esprit de se dire qu’envoyer une lettre au Roi Mickey serait bougrement plus efficace que de le chercher en fraude et à l’aveugle. »

    Elle esquissa un sourire sur son joli visage.

    « Tu te nommes Hazama… Un scientifique qui œuvre dans le camp de la Coalition Noire… Je te l’ai déjà dit une fois et déjà à ce moment là, ce n’était pas une question. Ne te fatigue plus à démentir… A présent, je sais pour quelle raison tu es venu… Chercher des informations, rien de bien précis. Et si tu me disais ce qui empêche la Coalition Noire de mener une attaque contre la lumière, sans plus tarder ? »

_______________________________
Smooth Criminal in prison! (Sans commentaires...) Signatureprimus
more_horiz
    La réaction de la jeune femme à la dernière action de l'homme en noir était la réaction parfaite pour notre cher scientifique... Cette dernière allait lui permettre de savoir quel était la personnalité de ce "Capitaine Inutile" comme il le nommait dans sa tête... Elle aurait aussi bien pu faire l'erreur de foncer pour essayer de récupérer bêtement ses malheureux livres tombés dans l'abysse, elle aurait permis à Hazama d'obtenir une arme lui permettant de sortir de ce palais stupide sans encombre et, au passage, de tuer cette sale garce lentement, délicatement, d'une telle manière qu'il aurait pu l'entendre crier, hurler, demander de l'aide pour finalement lui laisser le vie sauve avant de l'achever... Ah! Le bonheur! Mais non! Cette sale gosse s'était juste mordu la lèvre inférieure, exprimant assurément son mécontentement et surement pour montrer qu'elle avait commis une erreur... Et une erreur de taille, puisque je rappelle au passage qu'un des livres était le rapport sur la Coalition Noire... Mais bon, ainsi va la vie! Terumi savourait ce petit moment d'extase... Il s'était retourné et, comme il s'y attendait, est tombé nez-à-nez avec la splendide hallebarde de la capitaine. La lame de cette dernière se situait juste au niveau de sa gorge et le visage de la jeune fille semblait montrer une petite détermination ainsi qu'une légère colère si on tenait compte des plis de ses sourcils... Parfait! Voila qui allait définitivement permettre au capitaine Hazama de cerner la personnalité de sa geôlière... Cette dernière lui dit alors, avec une légère pointe d'assurance et de vanité:


"Je me sens inutile… C’est ce que tu m’as dit… Et bien Hazama, sache que c’est moi qui ai demandé la permission de t’interroger et dans un seul et unique but… Je voulais regarder le mal droit dans les yeux, le provoquer et finalement… Lui promettre une mort de mes propres mains…

    Peut-être avait-t-elle enfin compris qu'elle se trouvait devant la réelle incarnation du mal?... Nan. Terumi savait très bien que lorsque le pauvre petit chaton impuissant était retranché dans ses ultimes limites, il tentait à la fois de flatter son opposant et sortait maladroitement ses griffes... Et c'est ce qu'avait remarqué Terumi: La jeune femme avait fait l'erreur de ne tenir sa lance qu'à une seule et unique main! Cette faute était extrêmement grave puisque si une personne venait à user de ses deux mains à l'autre extrêmité, il pourrait très bien la désarmer... Terumi aurait pu dévier cette arme hideuse avec sa main gauche, peu importe pour lui si il devait saigner, il aurait pu la décapiter pour son erreur.. Toutefois, il la laissa vivre encore un peu, juste pour entendre ses fumisteries et si elle allait corriger son erreur...


"Autre chose… Je ne suis pas comme tous ces guerriers au centre des attentions et des informations… Je n’ai entendu parler d’Ansem qu’une seule et unique fois. Je suis une garde et en tant que telle, je n’ai pas tant besoin de m’informer. Alors globalement, Hazama… Que ton maître soit le plus grand scientifique de tous les temps… Je m’en fiche éperdument. Et qu’en te gardant enfermé ici, j’empêche la lumière d’avancer… Et bien si c’est vraiment le cas, tu pourras demander pardon de ma part à ton maître, quand tu sortiras."

    Blablabla! Remplissez le vide ma chère! C'est tout ce que veux le peuple! Terumi se gichait royalement de ces propos et se contenta de rester stoïque face à ça. Il écouta ensuite la suite des paroles insensées de la jeune femme et remarqua qu'elle avait relevé sa hallebarde. "Bien! Elle a corrigé son erreur! 10/10!" C'était la les pensées d'Hazama.


Ansem… Ansem le Sage. Un Scientifique. Voila tout ce que je sais de lui. Et puisqu’il est sage, comme ce surnom l’indique. Vois-tu, j’ai beaucoup de mal à imaginer qu’il pourrait envoyer un crétin de ton espèce qui transpire le crime… Un crétin doublé d’un incapable qui n’a pas eu la présence d’esprit de se dire qu’envoyer une lettre au Roi Mickey serait bougrement plus efficace que de le chercher en fraude et à l’aveugle.

    A cet instant, Terumi reprit avec ce même sourire sarcastique
:

-C'est super d'être traité d'idiot, vous savez! De plus, vos propos sont on-ne-peut plus faux... Ansem n'a pas jugé bon d'envoyer une lettre aux Roi depuis la Marge Noire... De plus, il m'a envoyé parce qu'il a une entière confiance en moi et que je suis le seul de ses assistants à pouvoir aller de monde en monde sans problèmes."

    Ces paroles firent sourire la jeune fille qui tint à peu près ce langage:


"-Tu te nommes Hazama… Un scientifique qui œuvre dans le camp de la Coalition Noire… Je te l’ai déjà dit une fois et déjà à ce moment là, ce n’était pas une question. Ne te fatigue plus à démentir… A présent, je sais pour quelle raison tu es venu… Chercher des informations, rien de bien précis. Et si tu me disais ce qui empêche la Coalition Noire de mener une attaque contre la lumière, sans plus tarder ?"


    Rhaaaaa! Quoi de plus énervant lorsqu'une personne ne vous écoutes pas? Cette situation était sans doute bonne pour Terumi, mais la jeune garce ne lui laissait pas beaucoup de liberté... Sans sourciller, il avança doucement vers la sortie laissée ouverte lar la garde et s'arrêta à quelques pas qu'il jugeait comme étant la limite à ne pas franchir, enfin... C'était plutôt qu'il jugeait que si il allait plus loin, il risquerai surtout de finir au bout d'une lance. A ce moment précis, il avança doucement vers son bureau avec un sourire malsain au visage, et ses yeux étaient plissés différemment; ils étaient plus froncés que réellement plissés pour tout vous dire. Une fois arrivé à son splendide bureau, il récupéra les quelques feuilles entreposées et se retourna avec un sourire froid, affichant quelques dents, avec un regard plissé montrant à la fois la joie et inspirant un malaise à ceux qui le regardait. Son aura était de plus en plus sombre, de plus en plus noire et il commença à nouveau à parler avec la même voix qu'il utilisa lorsqu'il avait jeté les livres:


"-J'espère que ce que je viens de prendre t'embêtes pas trop. Pour rappel, ces feuilles m'appartiennent, je vois pas pourquoi tu voudrais m'attaquer pour ça... Mais bon, revenons à nos moutons... Dis-moi... T'es vraiment la pour m'énerver ou quelque chose comme ça? Nan, je dis ça parce que depuis tout à l'heure, tu me demandes des choses complètements stupides auxquels tu connais les réponses, non? Oh, mais c'est vrai! Je parle à une sale gosse qui se prends pour une adulte mais qui be sais pas que l'information est primordiale lors d'une guerre! Alors pour que tu puisses te rappeler de tout ça sans que tu chopes un mal de crâne, voila la situation Capitaine Inutile: Je suis un assistant d'Ansem et je sais vraiment pas de quoi tu parles!... Mais bon... Tu me croiras pas... Alors, j'ai autant parler autrement et te montrer qui je suis, tu crois pas?"

    Terumi commençait à s'énerver... Primus n'avait surtout pas intérêt à énerver plus Terumi ou ça risquait de finir très mal pour elle... L'homme en noir avança alors en direction de la jeune femme, jusqu'en face d'elle et la tint par le menton de telle manière à pouvoir le relever. L'homme en noir avait finit par afficher un sourire bien plus sombre et plus inquiétant qu'auparavant et son aura emplissait désormais toute la pièce... Cette dernière semblait être terrifiante, extrêmement froide, maléfique... On aurait pu croire que c'était un énorme serpent noir prêt à attaquer... Il avait ouvert ses yeux, laissant révéler deux pupilles dorées intimidantes... Et ce regard! Ce regard s'apparentait à celui d'un serpent... Il était intimidant... Il provoquait un certain malaise... Assez froidement et avec la voix de Terumi, il reprit:


"Mon nom est Hazam. Je suis Capitaine, Scientifique et Informateur de la Coalition Noire, ça te va? Non? Alors je continue? Tu avais compris autre chose Capitaine Inutile: Je suis effectivement l'incarnation même du mal qui ronge les mondes. Quand au reste, je crois que tu comprends que je ne peux pas t'en parler, non? C'est bon, tu as eu ce que tu voulais? Alors fout moi la paix et sort d'ici ou ça va très mal se finir pour toi..."


    Il se retourna et alla directement à son bureau, s'asseyant sur la chaise miteuse et prenant une nouvelle feuille, il recommença à écrire et leva les yeux un instant, revoyant la jeune fille. Il avait toujours les yeux ouverts et dit:


Tu es encore la toi? Qu'est-ce que tu me veux encore? Je t'ai déjà dit ce que je savais et que je pouvais te dire,non? Alors je te le redis: Fous moi la paix, compris? Ou c'est trop dur à comprendre pour toi Capitaine Inutile?
more_horiz
    A l’instant même où il toucha son visage, son menton en le relevant pour lui parler les yeux dans les yeux… Il brûla les limites de sa tolérance, les pulvérisant en s’exposant à un nouveau danger… Sur l’instant, elle l’aurait bien transpercé de sa hallebarde pour le mettre une dernière fois à terre et piétiner son visage jusqu’à ce qu’il meure. Oui c’était à peu près ce qu’elle lui réservait et cela n’était pas si loin de se réaliser… Il violait son espace vital, l’une des choses qu’elle détestait le plus au monde. Sa propre respiration se fit plus rapide et ignora totalement l’aura ténébreuse qui s’émanait de lui… Premièrement parce qu’elle était trop énervée, ensuite parce qu’elle n’avait absolument aucune sensibilité magique. Il pourrait faire crier encore plus fort son énergie s’il le voulait, cela ne servirait à rien.

    "Mon nom est Hazama. Je suis Capitaine, Scientifique et Informateur de la Coalition Noire, ça te va? Non? Alors je continue? Tu avais compris autre chose Capitaine Inutile: Je suis effectivement l'incarnation même du mal qui ronge les mondes. Quand au reste, je crois que tu comprends que je ne peux pas t'en parler, non? C'est bon, tu as eu ce que tu voulais? Alors fout moi la paix et sort d'ici ou ça va très mal se finir pour toi..."

    Ses doigts sur sa peau… Ses yeux dans les siens… Ce prétentieux « Capitaine inutile »… Et sa façon de la tutoyer, comme si elle était une servante. Tout cela la fit amèrement regretter d’avoir voulu accomplir cette fichu mission. Elle repensa au Général à qui elle l’avait demandé et sans se surprendre, elle eut l’impression qu’il avait su ce qui se passerait… Qu’il voulait simplement qu’elle se laisse humilier par cet ennemi.

    Et pourtant il n’était rien. Il n’était pas plus fort qu’elle, pas plus robuste qu’elle et bien moins armé que la Capitaine. Lui était enfermé dans des cachots humides et crasseux où il resterait encore très longtemps tandis qu’elle pouvait sortir dès l’instant où elle en aurait l’envie. Elle pourrait demander une mission qui n’aurait rien à voir avec ce scientifique, elle servirait une cause et les Provinces de la Lumière tandis que lui resterait loin de son royaume et seul.

    Alors pourquoi se permettait-il d’être aussi condescendant avec elle ?...

    Il la lâcha… Tout ce qu’il venait de dire, tout ce qu’il confirmait, elle s’en balançait. Elle serra sa hallebarde dans sa main droite jusqu’à faire blanchir les jointures de ses doigts masqués par ces longs gants marrons. Elle leva sa main gauche jusqu’à son propre visage et frotta son menton, comme dégoûtée, parfaitement gênée et pire encore… Elle rougissait de s’être faite insultée de la sorte. Il lui tournait le dos et comme un homme occupé se précipita sur ses affaires pour commencer à écrire sur son bureau.


    « Tu es encore la toi? Qu'est-ce que tu me veux encore? Je t'ai déjà dit ce que je savais et ce que je pouvais te dire,non? Alors je te le redis: Fous moi la paix, compris? Ou c'est trop dur à comprendre pour toi Capitaine Inutile? »

    Elle le regarda encore quelques secondes… Elle aurait donné tout l’or du monde pour ne plus revoir son visage si pervers mais ne pouvait plus le lâcher des yeux… Comme il était placé, elle n’avait qu’une envie… Le plaquer tête contre son bureau et couper un de ses doigts, laissant le sang s’écouler sur ses feuilles de papier. D’une pierre deux coups, elle lui ferait mal et en profiterait pour l’énerver… Mais si elle le faisait…

    Elle se retourna finalement mais avant de sortir du cachot, tenant d’une main sa hallebarde et de l’autre un des barreaux de la prison, elle prononça sans se retourner quelques mots toujours à l’encontre d’Hazama.


    « Il se pourrait que je sois une capitaine inutile, oui. Mais moi au moins, si je me retrouvais dans les cachots de la Coalition Noire… Quelqu’un viendrait me chercher… »

    Elle sortit de la cellule d’Hazama et referma la porte de sa « cage », la verrouillant à triple tour et retirant la clé du verrou pour la mettre dans une des poches de sa veste… Elle était bien sûr toujours en colère. Ce scientifique à quatre sous pourrait bien faire comme s’il savait très bien ce qu’elle ressentait, comme si elle ne disait que des choses profondément inutiles, elle lui laissa tout de même une menace… Elle releva la tête, bomba son torse et parla comme un guerrier téméraire qui s’adresse à la mort.

    « Un jour, tu sortiras de cette cellule et de ce château. Un jour, tu seras libre. Alors je vais te faire une promesse avant que ce jour n’arrive. C’est moi et moi seule qui te tuerai. »

    Et elle allait probablement le décevoir mais si l’interrogatoire était fini… Sa ronde de garde dans les cachots ne faisait que commencer.

_______________________________
Smooth Criminal in prison! (Sans commentaires...) Signatureprimus
more_horiz
    Bon. Je vous côte cette mission comme Normale à tous les deux.

    Primus en premier, j'ai adoré tous tes rps, ils sont fluides, agréables. Les compliments habituels. Est-ce que je vois un défaut ? Non, pas du tout. C'est très bon.

    Ensuite, Hazama. Dans l'ensemble, tes rps sont bons, eux aussi. Ton personnage est détestable et me donne envie de l'égorger, mais, tu décris le tout très bien, que ce soit l'état de ta demeure, le caractère, et les actes. Il y a juste quelques incohérences que Xaldin n'a pas l'air de s'être plains.

    Comme le moment, où tu mémorises les livres. Soyons-sérieux, en une dizaine de minutes, personne ne pourrait mémoriser deux livres rien qu'en les feuilletant.

    Donc... Primus : 24 Points d'Expériences, 260 Munnies. 2 PS en Défenses et 1 PS en Force comme tu voulais.

    Hazama : 21 Points d'Expériences, 205 Munnies. Et 3 PS que tu me diras en quoi tu veux.

    Ah, oui. Je tiens à répondre à une phrase de Primus "Il se pourrait que je sois une capitaine inutile, oui. Mais moi au moins, si je me retrouvais dans les cachots de la Coalition Noire… Quelqu’un viendrait me chercher…" Oui, on viendrait te chercher, et ce serait moi qui te délivrerait =D La personne que tu détestes le plus dans la Lumière.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum