Derniers sujets
Le vent du jeuDim 20 Oct 2019 - 21:18KuroSix pieds sous terreSam 19 Oct 2019 - 17:56KuroBienvenue à la Ville d'HalloweenSam 19 Oct 2019 - 9:32Irelia AlishinaDistille-moi une vodkaMer 16 Oct 2019 - 17:56Chen StormstoutUne lueur dans les ténèbresMer 16 Oct 2019 - 16:28DeathNommez-la QuingyiMer 16 Oct 2019 - 9:26Huayan SongLe jour où j'ai presque péchoVen 4 Oct 2019 - 15:24RoxasUne bien curieuse visiteuseJeu 3 Oct 2019 - 16:06NeigeCasino RoyaleMer 2 Oct 2019 - 0:49Huayan SongLa rage du mortel Mar 1 Oct 2019 - 21:43Death13 Rue du Clown NoirMar 1 Oct 2019 - 15:46Chen StormstoutErreur de posteMar 1 Oct 2019 - 2:38Chen StormstoutLe vestige d'AriezMar 1 Oct 2019 - 0:43Yhl'GanothMt Gagazet - Le bras du pèreLun 30 Sep 2019 - 23:04Bryke RonsoTout un programme !Lun 30 Sep 2019 - 19:48Chen Stormstout
(La Bête)
(La Bête)
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Left_bar_bleue150/350Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Empty_bar_bleue  (150/350)

XP :

le Sam 11 Déc 2010 - 16:46
Le promesses
sont faites pour être brisées.

« Rendez-vous à l'orée nord de la Forêt de Sherwood à l'aube. » Tels avaient été les mots qu'Auron avaient prononcés la veille. En effet, la Bête avait été sélectionnée parmi tous les autres mercenaires pour accompagner le remplaçant de Judith durant la prochaine mission. Ensemble, ils devaient se rendre à un lieu de rencontre précis en plein cœur de la forêt de Sherwood, ou un noble les attendait. Il y a quelques temps, le bourgeois avait demandé l'assistance des mercenaires pour une certaine tâche, et depuis, il n'avait pas payé son du. Leur mission était donc de récupérer les munnies tant convoités. Épreuve facile, me diriez-vous? Certes, mais qui a dit que le noble était un être franc et loyal? Une embuscade était fort probable étant donné les circonstances, et c'est pour ce motif qu'Auron avait pris la décision de s'y rendre accompagné, pour éviter les soucis inutiles. Mais avant d'imaginer le pire et de sauter dans la gueule du loup, la Bête devait attendre avec la plus grande des patiences l'arrivée de son maître.

L'aurore actuelle à la forêt de Sherwood était caractérisée par un vent nordique. Un silence habituel, agrémenté des piaillements des oiseaux les plus téméraires, donnait aux bois un climat chaleureux et convivial, en contraste avec les brises glaciales. La plupart des créatures sauvages erraient toujours dans leur terrier, à attendre les premières lueurs de l'astre enflammé. Dans cette ambiance rassurante, la Bête était assise sur la souche d'une arbre. Elle était arrivée au point de rendez-vous au moins quinze minutes à l'avance, pour démontrer à Auron sa ponctualité et son assiduité au travail. Alors qu'elle était plutôt distante et froide avec ses collègues pendant les premières semaines, elle était parvenue à tisser des liens inhabituels entre eux, ce qui lui arrivait que très rarement. Elle se sentait à l'aise parmi les mercenaires, comme si la chimie entre les membres lui rappelait ce qu'elle ressentait dans sa résidence en compagnie de Belle. Une chimie incroyable qu'elle aurait cru ne jamais pouvoir ressentir.

Alors qu'elle dévisageait un oiseau qui régnait sur la branche d'un arbre - car oui, elle abhorrait au plus au point la nature et sa faune -, elle entendit au loin de craquements de feuilles séchées, comme si quelqu'un cheminait vers elle. Elle n'était pas détraquée, puisqu'en effet, il y avait bien quelqu'un qui s'avançait : Auron lui-même. Aussitôt, la Bête se releva et s'approcha de son maître, le saluant solennellement comme si elle vénérait un divinité. Fracassant la quiétude qui subsistait dans la forêt de Sherwood, elle entama la conversation d'un ton grave, presque grognon, comme à l'accoutumé :


- Maître Auron, héla-t-elle, bien dormi?

Pour la Bête, c'était toujours étrange de parler de tout et de rien avec une autre personne que Belle. Elle ressentait en elle une sorte de pression sur son cœur, comme si elle se métamorphosait intérieurement. La loyauté et le dévouement étaient encore des « émotions » partiellement inconnues pour la Bête, qui était autrefois l'être le plus avare et le plus égoïste jamais engendré (le Prince Adam lui-même). Bref, elle n'en porta pas attention plus longtemps et perpétua la conversation avec son maître :

- Quand vous serez prêt, je serai prêt, maître. Ce noble doit payer pour ce qu'il n'a pas payé.

La Bête fit un demi-tour sur elle-même et observa quelques secondes l'horizon, pointant la direction dans laquelle ils devaient se rendre pour rejoindre ledit bourgeois. Curieusement, elle se sentait fière de travailler auprès d'Auron, et elle voulait lui prouver sa bonne façon de travailler. Léchage de bottes? Pas du tout. Elle voulait tout simplement devenir meilleure, puisque plus elle avançait psychologiquement et physiquement, plus son objectif principal se rapprochait d'elle. Belle lui avait un jour divulgué que si on œuvrait fortement et que l'on croyait en ce que nous faisons, le destin se facilite parfois un peu. Comme chacun des conseils de sa dulcinée, la Bête suivait cette recommandation à la lettre, en espérant un jour retrouver ce bonheur perdu. Quoi qu'il en soit, la Bête voulut mettre de l'emphase sur un point précis :

- Ordonnez, et je suivrai.

Un peu exagéré, peut-être? Probablement, mais la Bête ne connaissait pas encore les limites.
Auron
Auron
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Left_bar_bleue323/500Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Empty_bar_bleue  (323/500)

XP :

le Sam 11 Déc 2010 - 22:33
    - Je ne suis pas ton maître.

    Au moins c'était clair. L’aîné des mercenaire avait décidé d'être sec avec son collègue. Il est toujours vous me direz... Toutes ses manières, tous ce respect, tous ses truc d'hypocrites. C'était énervant le fait de placer son supérieur sur un pied piédestal. Ordonnez... Non, ça ne lui plaisait décidément pas. Auron n'a jamais vraiment compris pourquoi la Bête l'avait appelé Maître. De toute façon, ça n'a pas vraiment d'importance. L'important c'est de remplir les contrat et de s’entraîner en vu du sauvetage de Belle. Sauf que voilà, les mercenaires ne peuvent cesser toutes leurs activités si subitement ! Alors la plupart du temps les contrats servent d'entrainement. Sur ce coup là, la mission était quelque peu délicate. Vu le risque d'embuscade élevé, l'aurore rouge jugea bon d'emmener Bête avec lui pour la mission. L'odorat est un atout précieux pour repérer les ennemis. C'était le principal argument d'ailleurs, même si le prince recouvert de poil sait se défendre. La forêt était bien calme en cette matinée et le trajet jusqu'au point de rendez-vous était très agréable. Bête avait emboîté le pas du guerrier rouge, sans que ce dernier n'est rien demandé car c'était d'une évidence même.

    Les deux mercenaires s'arrêtent, ils sont arrivés devant le noble. Celui-ci affiche un large sourire hypocrite. Le mauvais payeur portait un manteau de fourrure, des gants en cuir noirs qu'il frottait l'un comme l'autre dans l'espoir de se réchauffer les mains. Un cigare dans la bouche et accompagné de deux gorilles. Deux gardes du corps solide et imposant. Aussi costauds soient-ils, tous deux ne pouvaient que faire palle figure face au gabarit autrement plus important de Bête. Quand au revenant, il lui en faut plus pour l'impressionner... Sur le lieu de rendez-vous, un silence glacé se pose. La bête renifle bruyamment... La mauvaise impression qu'Auron avait depuis le début s'avérait alors être juste, c'était une embuscade. Il fallait s'y attendre de la part d'un type qui ne paie pas ses dettes. "Attention !", voilà ce que crie la Bête à son allié. Un volée flèche fend l'éther pour se diriger sournoisement vers les deux mercenaires. L'épéiste lance un sort de vent de faible puissance. Pas besoin de déclencher une tornade pour quelques flèches.

    - Le noble est notre priorité.

    Un mauvais payeur, un traître et un lâche... L'antithèse d'Auron qui détestait ce genre d'homme. Mais surtout, le fait qu'il n'est pas payé... Ce n'est pas une question d'argent, enfin si quand même, mais Auron n'a rien de vénal. Tout ça est une question de principe ! Quand on a un accord on le respecte. Un problème autrement plus délicat c'était la réputation... Si quelqu'un peut s'en sortir s'en payer, alors les impayés et mauvais payeurs vont se multiplier jusqu'à conduire les mercenaires à la faillite... Puis merde, le respect quoi...Le mauvais payeur coure vite... Plus vite que les deux guerrier à sa poursuite. Plus le temps passe, plus les pas lourd de la Bête se font faible à ses oreilles. L'autre problème c'est qu'au fur et à mesure que le noble endetté s'éloigne, les bandits archer se rapproche des deux mercenaires ! Un nouvelle volée de flèche obscurcit le ciel avant de s"abattre à la manière d'une pluie de pointe. Encore une fois un sort de vent fait l'affaire, et encore une fois cela ralentit leur progression... Continuer à courir bêtement ne rimerait à rien. Il fallait trouver un moyen de le rattraper... Le point positif c'est qu'avec l'odorat de Bête il ne perdrait pas la trace du noble.
(La Bête)
(La Bête)
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Left_bar_bleue150/350Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Empty_bar_bleue  (150/350)

XP :

le Dim 12 Déc 2010 - 14:38
La Bête courait; elle s'affaiblissait à vue d'œil. Sa forme physique lui octroyait beaucoup de puissance musculaire, mais lorsqu'il s'agissait de sprinter ou d'effectuer des acrobaties, elle avait beaucoup de difficultés. Néanmoins, elle continuait de courir malgré la fatigue, en dévisageant Auron qui lui semblait courir comme s'il avait fait ça toute sa vie. La seule chose qui la retenait et qui lui empêchait d'abandonner était son orgueil. Sa dignité, déjà grandement affectée par les événements des dernières années, en prendrait un trop grand coup. À bout de souffle, elle perpétuait sa course, en espérant arrêter bientôt.

- Le noble est notre priorité.

Pour seule réponse, la Bête murmura quelques mots qui semblaient vouloir dire qu'elle était d'accord. Des flèches passèrent à peu de l'atteindre, mais l'aurore rouge parvint à les stopper avant, ce qui la sauva de blessures graves. Alors que les archers se rapprochaient promptement, la Bête s'arrêta subitement, sans même en demander la permission à son collègue. Elle accourut difficilement aux côtés des six guerriers du noble et commença à les décimer les uns après les autres. Les trois premiers furent assommés de coups de poing puissants alors que l'autre moitié avait été projetée longuement dans les airs avant de retomber sur le sol verdoyant de la forêt de Sherwood. Ainsi, ils n'avaient plus rien à craindre pour leur vie, ou du moins, pour le moment. Entretemps, Auron s'était arrêté lui aussi, et rejoignait d'un pas lourd la Bête. Cette dernière reniflait, sentant les effluves des bois. Pendant la rencontre avec le bourgeois, elle avait en effet retenu l'odeur de leur mauvais payeur, ce qui leur permettrait de pouvoir le retracer par la suite, ce que la Bête fit. Quelques secondes plus tard, elle pointa une direction, fière d'être parvenue à le retracer.

- C'est par là, Maî... Auron.

Ainsi, ils continuèrent à sprinter bêtement vers le noble. La course dura au moins une bonne dizaine de minutes, où jusqu'à ce qu'ils débouchent sur une vaste clairière. Au centre de celle-ci, une gigantesque résidence y était bâtie, résidence entourée de palissades de fortune. À voix-basse, la Bête assura à son collège qu'il s'agissait bien de la maison du noble - si son odorat ne lui mentait guère, évidemment.

Ainsi, ils s'approchèrent de ce qui semblait être la maison du bourgeois avec subtilité et discrétion, pour éviter de faire face à une nouvelle embuscade. Plus ils avançaient vers les murs d'enceinte de bois, plus la Bête sentait une présence étrange, comme si on l'observait de loin. Elle se retourna et lança quelques regards furtifs autour d'elle à plusieurs reprises, mais personne ne semblait les espionner, ni même vouloir les attaquer. Ils déambulèrent ainsi jusqu'à rejoindre les portes sud de la palissade. Sachant qu'Auron aurait certainement une meilleure idée qu'elle, elle demanda solennellement :


- Que fait-on maintenant? On fonce?

Auron n'eut à peine le temps d'ouvrir la bouche qu'on entendit un claquement de portes. La noble émergea de la maison, et observa à son tour les horizons, à la recherche des mercenaires. Il était accompagné d'une dizaine de renards armés, ainsi que de deux crocodiles lourdement armurés. Tous semblaient attendre l'ultime venue d'Auron et de la Bête, qui restèrent dos contre la palissade, en attendant une idée de génie. En espérant avoir une réponse positive, la Bête répéta :

- On fonce?

Intérieurement, son sang bouillait, ses organes se tordaient et son cœur battait à la chamade. Les six archers du noble lui avaient donné envie de se battre, de lutter, de voir le sang couler et de sentir le son des os qui se craquent. La Bête serrait les poings fermement, en attendant la réponse du remplaçant de Judith.
Auron
Auron
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Left_bar_bleue323/500Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Empty_bar_bleue  (323/500)

XP :

le Dim 12 Déc 2010 - 23:49
    - On fonce ?

    Auron ne répondit pas de suite, il observait l'immense maison. Les murs qui entouraient la demeure du noble étaient plutôt hauts. D'ailleurs, c'était à l'angle d'un de ses murs que le duo était caché. L'aurore rouge jetait un regard discret par delà l'angle. Ce noble était bien entouré, très bien entouré. Deux crocodiles lourdement armé avec sur le dos une armure lourde entourait le mauvais payeur alors que dix renards armé d'arcs, de flèches et d'épées se tenait devant lui, tout autour prêt à débusquer les deux agresseurs. Le guerrier rouge quitta le palissade contre laquelle il était plaqué quelques instants. D'un pas calme, il marcha se positionnant derrière Bête.

    - Tu fonces.

    Les yeux bleu clair de la Bête regardait avec interrogation le sabreur avant de foncer comme il l'avait dit. Alors que le grondement sauvage du mercenaire poilu se faisait entendre, le guerrier à l'épée a sauté au-dessus du mur d'enceinte. En un seul bond il arriva de l'autre coté et comme il l'avait prévu, le noble accourait à l’intérieur se réfugié. C'était prévisible, un type comme lui allait forcement fuir devant un monstre aussi effrayent que le prince Adam. Autre chose que l'Aurore rouge avait prévu, c'était qu'il emmène quelques un de ses hommes avec lui. Prévu est un bien grand mot, disons qu'il n'avait pas exclu la possibilité que le noble emmène quelques gardes avec lui, n'oubliant pas qu'un autre mercenaire rodait encore dans les parages. Le grand portail se ferme... Bête ne peux dès lors plus rentrer et Auron ne peux plus sortir... Sauf que ce dernier ne sortira qu'une fois son argent récupéré. Chose qui exclus de suite la mort du noble. En parlant du lui, alors qu'il se croyait en sécurité derrière son portail, il voit avec horreur le revenant qui a pénétré dans l'enceinte de sa demeure. Escorté par deux crocodile en armure, il s'engouffre dans sa maison. Pour le moins cossu cette maison n'a rien d'un bastion impénétrable... D'ailleurs, le remplaçant de Judith ne comptait pas s’embrasser et rentrerait directement à l’intérieur. Sur le chemin il ne prends pas le temps d'encourager Bête, de le prévenir ni même de lui dire quoique ce soit. Vu sa force, il s'en sortira bien seul...

    L'homme au manteau rouge pénètre alors dans ce qui semble être la salle d’accueil. La porte se referme juste alors qu'Auron rentre. Il pénètre alors dans la seconde pièce, un salon avec une cheminée, un fauteuil et tout ce qu'il faut pour un bon salon de riche. Le noble mi-homme mi-rat se cache derrière un immense fauteuil vert alors que deux crocodiles armées jusqu'au dent s'approche d'un pas aussi lent qu'effrayant vers l'invité. En voilà un hôte accueillant. Les deux crocodiles pointent deux hallebardes menaçantes vers le mercenaire. De manière implicite, ils lui disent "Casse-toi ou on te fait la peau".

    - Casses-toi ou on te fait la peau !

    Auron affichât une fine et presque imperceptible grimace sur son visage. Ils ont peur, sinon ils n'auraient pas essayer de faire partir l'aurore rouge et l'aurais directement attaqué. Un silence glacé a maintenant envahi la pièce. Les crocodiles guettent la moindre attaque alors que leur adversaire fait de même. Sans crier garde, Auron détourne une hallebarde avant d'abattre un violent coup d'épée sur le premier garde. Il s'écrase littéralement contre la cheminée qui, heureusement pour lui, n'était pas allumée par un feu. Le choc fait trembler la cheminée et un immense tableau suspendu tombe sur sa tête. Trop de choc en si peu de temps pour lui et il s'en va pour le pays des songes. On aperçoit presque les petites étoiles qui tournent autour de sa tête. Une pointe de fer aiguisé fend l'éther et surprend Auron qui bloque de justesse le coup. La pointe recule pour mieux ré-attaquer ! C'est un va-et-viens impressionnant et soutenu qui met en difficulté l'aurore. Le fait est que l'allonge d'une hallebarde est largement supérieur à celle d'une épée ! Chaque coup du crocodile est précis et qui dit précis dit mortel.

    Pour ne rien arranger, en plus de ne laisser aucun répit au mercenaire le crocodile avançait, ce qui fatalement, obligeait le mercenaire à reculer. Plus le temps passait, plus le mur était proche et une fois dos au mur il serait encore plus handicapé pour combattre ! Les coups s’enchaînent sans interruption ! L’aîné des mercenaires doit trouver une solution et vite. C'est à ce moment... A ce moment précis que Auron esquive une des nombreuses estoc d'un pas latéral. Le manche se trouva alors près de lui, de son coté qu'on pourrait croire handicapé... D'un geste vif il attrape le long manche de l'hallebarde, en montrant à l'adversaire que son bras en écharpe va très bien. C'est surtout l'effet de surprise, à son paroxysme, qui permit d'attraper le manche. Le guerrier écailleux tire un coup sec sur son arme mais non, il ne la lâchera pas. Il tire un deuxième coup et non, il n'a pas toujours pas lâché. Jamais deux sans trois, mais la troisième fois, c'est Auron qui a tiré, et la force n'est pas la même... Le crocodile emporter par sa propre arme est attirer vers son adversaire comme le serait un bout de ferraille par un aimant. Une fois près de lui, l'aurore rouge frappe le museau de son adversaire en coup de pommeau, toute sa force y est concentré et le choc a été rude... Tombé raid sur le sol, c'était impossible de dire s'il était vivant ou pas sur le moment.

    L'homme-rat tremble de peur ! Il court vers un tableau et il l'ouvre. Un coffre secret était caché derrière. Il sort l'argent qu'il doit au mercenaire qui n'a pas arrêté d'avancer. D'une main fébrile, le noble tend les munnie à l'aurore rouge. Ce dernier prend l'argent et reste sur place. La somme convenu au départ est bien là certes, mais...

    - Je pense que nous méritons une prime.

    Le mauvais payeur se retourne pour rajouter une somme d'argent mais une main l'arrête. Le revenant se place devant le coffre et le ferme. Plutôt mourir que de partir dans des calculs compliqués avec ce rat. Pas de négociations avec l'ennemi. Il s'en va, après avoir pris le coffre en entier. Ce genre de coffre moyenâgeux ont toujours une ou deux poignée. Auron passa son épée dans l'une d'elle. Une fois devant la porte il fit face au noble qui tremblait de tout son long. Le vétéran pencha légèrement la tête pour que son hôte puisse apercevoir son regard froid, meurtrit et endurci par de longues années de guerres et de combats. Une fois sortit du salon avec tout l'argent du noble, le mercenaire pressa le pas pour venir rejoindre la Bête.
(La Bête)
(La Bête)
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Left_bar_bleue150/350Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Empty_bar_bleue  (150/350)

XP :

le Lun 13 Déc 2010 - 0:19
- Tu fonces.

Bien que la réplique faisait plaisir à la Bête, elle fut surprise de ne pas avoir à élaborer une stratégie, un plan B et différents stratagèmes avant de foncer, ce que plusieurs auraient fait. Mais bon, elle n'avait pas à s'en plaindre, puisqu'elle espérait ce moment depuis le début de la mésaventure : elle pourrait ainsi présenter à l'Aurore rouge sa force physique et toutes les techniques qu'elle avait acquises depuis toutes ces années. Alors que le remplaçant de Judith traversait la palissade avec aisance, la Bête resta sur place, à attendre l'arrivée des guerriers du noble. Ainsi, les dix renards accoururent à ses côtés, pendant qu'Auron était probablement sur le point d'abattre les deux crocodiles lourdement armés. Et entre deux grognements, le combat s'enclencha entre la Bête et les soldats du bourgeois de la forêt de Sherwood.

Logiquement, la Bête devait éliminer les archers en premier lieu, ce qu'elle fit en s'élançant vers eux. D'un coup de poing, elle mit hors-combat l'un des trois, alors qu'elle se servit de du cadavre pour anéantir le deuxième. Le dernier fut néanmoins plus coriace à abattre : il s'était réfugié sur le zénith d'une platane, pour mieux observer l'endroit et ainsi mieux viser la Bête. Cette dernière se rua donc vers lui. Elle voulut grimper dans l'arbre, mais sa morphologie ne lui permettait pas de telles acrobaties. Elle jugea donc qu'il était préférable, comme à l'accoutumée, d'employer la force musculaire, la puissance virile, pour l'abattre en bonne et due forme. La Bête recula donc de quelques pas, et alors que les autres guerriers s'approchaient avec assiduité vers elle, elle chargea littéralement sur la platane, ce qui engendra la perte d'équilibre de l'archer, qui s'écroula sur le sol. Dans un élan d'espoir, elle prit le premier cadavre qu'elle discerna afin de s'en servir comme bouclier. Résultat : l'archer utilisé fut transpercé dans tous les sens, avant de mourir dans de pénibles souffrances.

Ainsi, l'altercation se perpétua. Pour rendre sa position plus favorable, la Bête se mit à grogner rudement, ce qui propulsa cinq des sept guerriers, les plus puissants étant restés immobiles. Sadiquement, elle empoigna la tête des deux renards restant et les frappa lourdement ensemble. Le choc fut si brutal qu'on entendit très clairement le bris du crâne des deux soldats. La Bête eut presque un peu de pitié pour ce trépas aussi horrible soit-il. Sur ce, elle s'attaqua aux autres renards, tous armés de sabres. Elle élimina deux d'entre eux en les lançant sauvagement sur un tronc d'arbre environnant. Les trois autres, les plus poltrons du groupe, se séparèrent et détalèrent dans les bois, effarouchés par la puissance de la Bête. Un seul et unique renard demeura sur place et tenta innocemment de mettre hors-combat son ennemie. Le résultat fut simple et plutôt charitable : le dernier guerrier fut lancé dans une petite rivière du coin. Il ne se noya pas, certes, mais le courant était si fort qu'il fut amené à plusieurs kilomètres de la forêt.

La Bête croyait en avoir fini avec les renards, mais au moment où elle s'en attendait le moins, une flèche fendit l'air et se planta directement dans sa jambe. Au loin, on pouvait voir les deux guerriers qui s'étaient enfuis à présent accompagnés d'un ours aussi colosse soit-il. En temps normal, la flèche aurait fait souffrir la Bête, mais celle-ci, encouragée par l'adrénaline et l'odeur du sang, se précipita vers ses rivaux et entama un deuxième combat. Les deux frêles renards furent éliminés très promptement : un coup de poing puissant, deux ou trois coups de pied, et le tour était joué. De loin, l'ours observait la scène, rictus sadique aux lèvres. S'esclaffant d'un rire gras, il fonça vers la Bête, qui fut envoyée durement sur un énorme rocher tout près des palissades. La pierre fendit sous le choc, et l'un des morceaux transperça légèrement le dos du Prince Adam. Furieux, ce dernier courut sauvagement vers l'ours et à son tour, il le propulsa dans les airs. La Bête bondit dans les airs rageusement et martela l'ours de frappe éclair. L'impact, en plus de l'affaiblir tranquillement, l'électrocutait, ce qui accélérait le processus. Quelques secondes plus tard, le grizzli gisait dans sa propre marre de sang entre deux renards.

Alors que la Bête observait les cadavres des renards étendus un peu partout sur le sol verdoyant, elle se laissa tomber sur le sol. D'un coup de patte, elle arracha la pierre qui s'était incrustée dans sa peau, et retira la flèche de sa jambe. Elle saignait légèrement, mais pas assez pour la tuer. Finalement, alors qu'elle reprenait tranquillement ses forces, son regard se posa sur Auron, qui sortait fièrement et triomphalement de la résidence du noble. Dans ses mains, on pouvait voir une énorme bourse remplie de munnies, chose qui plut grandement à la Bête. Cette dernière s'avança vers Auron et le félicita. Elle affirma :


- Je crois que cette mission est terminée, n'est-ce pas?

Entretemps, un des renards reprit conscience et se leva, hurlant de toutes ses forces. Encore étourdi par les événements, il n'eut même pas le temps de s'enfuir, qu'il termina sa chute, la tête contre une roche. La Bête mordit sa lèvre. Le pauvre, quelle fin horrible... Bref, elle n'entendit même pas la réponse de l'Aurore rouge pour partir : elle en avait assez de tout cela. Elle dit donc d'un ton ferme et clairement fier :

- Le Centurio est dans cette direction.

Ainsi, la Bête et Auron se dirigeaient vers le quartier général des mercenaires.

Une autre mission accomplie. Que dire de plus?
Auron
Auron
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Left_bar_bleue323/500Les promesses sont faites pour être brisées [PV Auron]. Empty_bar_bleue  (323/500)

XP :

le Lun 13 Déc 2010 - 7:49
Ni bonus, ni malus pour moi.

35 points d'expérience + 350 munnies + 4 PS. (force)

C'est très bien avec des combats bien décrit. Un attente pour tes réponses très courtes, un plaisir de rp avec toi.

35 points d'expérience + 350 munnies + 4 PS. (force)
messages
membres