Derniers sujets
Le vent du jeuDim 20 Oct 2019 - 21:18KuroSix pieds sous terreSam 19 Oct 2019 - 17:56KuroBienvenue à la Ville d'HalloweenSam 19 Oct 2019 - 9:32Irelia AlishinaDistille-moi une vodkaMer 16 Oct 2019 - 17:56Chen StormstoutUne lueur dans les ténèbresMer 16 Oct 2019 - 16:28DeathNommez-la QuingyiMer 16 Oct 2019 - 9:26Huayan SongLe jour où j'ai presque péchoVen 4 Oct 2019 - 15:24RoxasUne bien curieuse visiteuseJeu 3 Oct 2019 - 16:06NeigeCasino RoyaleMer 2 Oct 2019 - 0:49Huayan SongLa rage du mortel Mar 1 Oct 2019 - 21:43Death13 Rue du Clown NoirMar 1 Oct 2019 - 15:46Chen StormstoutErreur de posteMar 1 Oct 2019 - 2:38Chen StormstoutLe vestige d'AriezMar 1 Oct 2019 - 0:43Yhl'GanothMt Gagazet - Le bras du pèreLun 30 Sep 2019 - 23:04Bryke RonsoTout un programme !Lun 30 Sep 2019 - 19:48Chen Stormstout
(La Bête)
(La Bête)
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Le Bête & la Bête. Left_bar_bleue150/350Le Bête & la Bête. Empty_bar_bleue  (150/350)

XP :

le Lun 6 Déc 2010 - 0:04
Le Bête
& la Bête

Pourquoi avoir rejoint les mercenaires? La puissance, très cher; la puissance. Bien qu'elle connaissait l'ampleur de sa force et l'importance des dégâts qu'elle pouvait causer qu'en grognant, la Bête savait très bien qu'elle n'était pas dans la capacité de triompher contre la Coalition Noire seule. Elle avait clairement besoin de support, d'appui, d'aide. Les meilleurs éléments de tous les mondes s'étaient retrouvés parmi cette cohorte obscure, et c'est pour cette raison que la Bête avait été expulsée de sa résidence si aisément. Elle n'avait aucune chance face à la puissance de la coalition, et encore moins seule. Elle avait donc décidé de joindre les rangs des mercenaires, sachant que ces derniers préparaient déjà une mission de reprise de son propre château. Une occasion rêvée se présentait devant elle, et la Bête ne devait la rater pour rien au monde. Elle était à présent si près de son but, si près de sa dulcinée... si près de l'amour. Elle ne pouvait abandonner maintenant, ce serait trop insensé étant donné les circonstances actuelles.

C'était en plein cœur de l'après-midi. L'astre enflammé trônait dans la voûte céleste, et une chaleur à faire dessécher des lacs en entier surplombait tout le bois de Sherwood. La température était idéale pour les sorties en plein-air et pour l'amour au grand air, mais ô combien perturbante pour des missions comme celle que la Bête avait reçue le matin-même. Elle devait en effet distinguer dans la forêt une forteresse de brigands dirigée par un soit-disant rhinocéros. Bien évidemment, elle devait également les faire fuir, et ce par tous les moyens possibles : elle pouvait les effrayer comme les tuer les uns après les autres, pourvu qu'ils ne retournent jamais dans leur fort improvisé. Cela faisait plus de deux heures que la Bête errait entre les arbres, à perdre l'équilibre à toutes les trois secondes. Sa structure physique lui permettrait bien des choses, mais lorsqu'il est question de se frayer un étroit chemin à travers la faune et la flore abondante, c'était toute autre chose. Néanmoins, en dépit de la rage qui commençait à s'emparer de son esprit, elle perpétuait son chemin lourdement, en espérant trouver cette forteresse pour en finir une bonne fois pour toutes avec ces barbares.

La Bête déboucha finalement sur une vaste surface dénuée de tous arbres et arbustes, comme si on avait coupé toute la verdure pour laisser place à... un fort de brigands. Un léger rictus se dessinant sur ses lèvres, elle chemina vers ce qui semblait être des palissades de bois. Lorsqu'elle fut assez près pour bien voir, la Bête fit le tour des murs d'enceinte afin de trouver l'accès principal, ce qu'elle discerna plutôt promptement. À travers les fentes des immenses portes de bois, elle se mit à observer ce qui se passait à l'intérieur : on pouvait voir de petits abris de fortune de toile beige, des brigands-loups armés d'arcs et d'arbalètes, des feux et de la nourriture un peu partout ainsi qu'un rhinocéros qui criait à tue-tête, comme pour prouver sa supériorité. Il était imposant, colossal, monumental même, mais paraissait aussi bête qu'une oie. Sa démarche gauche et maladroite, son regard hébété, sa voix naïve et son sourire idiot témoignaient tous quatre de sa potentielle stupidité. Quand la Bête vit le visage du chef des brigands, elle ne put s'empêcher quelques rires. Elle s'esclaffa littéralement lorsque le rhinocéros se mit à marcher.

Quoi qu'il en soit, la Bête voulut analyser quelques instants la situation de la forteresse, mais aussitôt, trois loups armés jusqu'aux dents sortirent fièrement de la forteresse, tête et épaule hautes. Ils marchaient avec un tel synchronisme que ç'en était presque effarouchant. Le premier loup portait un haut-de-forme brunâtre (la question étant pourquoi portait-il une telle coiffe), le deuxième avait un pelage ébène et le dernier, le plus corpulent des trois, mangeait goulument un morceau de viande. Quoi qu'il en soit, lors que les brigands s'approchaient de la Bête, cette dernière se précipita hâtivement derrière un arbre pour se dissimuler. Elle se mit à écouter ce qu'ils disaient, comme pour obtenir des renseignements sur la situation de leur campement. Se fut le voleur au chapeau qui entama le conciliabule :


Hier soâr, v'sâvez pas c'que j'ai vôlé à un mârchand du villâge? J'ai dérôbé un bô ch'vâl blanc.

Le premier avait un accent si prononcé que la Bête eut envie de l'étrangler, de lui faire boire de l'acide, pour finalement le pendre et le découper en morceaux. Mais elle respira profondément à plusieurs reprises, question de maîtriser la fureur qui montait en elle. Elle était si concentrée à ne pas chuter dans un berserk qu'elle n'écoutait même plus ce que le premier loup disait. Le second prit finalement la parole, à la plus grande allégorie de la Bête, qui se calmait graduellement :

Wah, moi, j'ai pas volé beaucoup depuis mon arrivée ici... Mais ça va venir, les mecs, ça va venir. Un jour, je serai riche, encore plus riche que l'chef Barbus! Il faut être ambitieux dans la vie, c'est ce que ma mère m'disait toujours! Je vous le dis les mecs : il faut de l'ambition!

Barbus. Ça devait être le nom du chef des brigands. La Bête en prit note intérieurement.

Oui, de l'ambition, t'en à revendre toi. Tu devrais t'calmer un peu!

Moâ c'est çâ qui m'manque, d'l'ambition. C'est pâs dûr pourtant! Pis...

Le loup qui portait le haut-de-forme marron n'eut même point eu le temps de terminer sa phrase qu'il fut propulsé à plus d'une dizaine de mètres par la Bête, qui grognait de toutes ses forces. Cette dernière asséna trois coups de poing puissants au deuxième loup, et réserva le même sort au troisième. En deux temps et trois mouvements, la triade de brigands gisait intégralement sur le sol chaud, parsemant par la même occasion le panorama verdoyant de cadavres ensanglantés. La Bête avait peut-être réagi excessivement, mais elle n'avait pas eu assez de maîtrise sur ses émotions. Pour éviter que les corps inertes alertent les autres, elle les déplaça un par un dans un tas de foin. Celle-ci en profitant pour s'approprier un arbalète et quelques carquois à l'un des trois loups, pour ainsi mieux se défendre en cas de danger. Avant de partir, elle subtilisa aussi des papiers d'identité, juste au cas où elle en aurait besoin.

Quand elle jugea que la situation semblait adéquate pour un assaut, la Bête chemina vers les portes de bois de la forteresse des brigands. Elle recula de quelques mètres, abaissa sa tête et respira un bon coup. Tout en murmurant le nom de sa douce-moitié, elle commença à s'avancer vers la porte à une vitesse incroyable. Elle courait si rapidement qu'il était difficile de la voir clairement. Son sprint se termina dans la porte – ou plutôt de l'autre côté de celle-ci –, alors qu'elle parvint à la défoncer sans problème. Le brouhaha destructeur fit en sorte que la Bête fut promptement repérée par les brigands, tous ébahis par ce qui se déroulait devant eux. Évidemment, ce moment de quiétude ne dura que quelques secondes, alors que tous les loups présents chargèrent vers la Bête, sans même demander qui elle était.

Au total, ils étaient environ 15 idio... une quinzaine de brigands à se lancer vers la Bête, qui élimina la moitié qu'en tournant sur elle-même, le poing levé. Les sept autres bandits semblaient effarouchés par la puissance de la Bête, qui rageait intérieurement. Elle fut atteinte à plusieurs reprises par les loups les plus téméraires, mais leur chance se dissipa bien vite. En effet, la Bête grogna de toutes ses forces, si intensément que le reste des barbares furent propulsés à plusieurs mètres dans les airs. Le choc fut si brutal que le sol se mit presque à vibrer sous les pieds de la Bête. Comme prévu, aucun d'eux se releva, mis à part un courageux qui tituba quelques instants , mais qui s'écroula aussi rapidement qu'il s'était levé. La satisfaction s'empara du visage de la Bête et la fureur qui grandissait intérieurement disparut tranquillement. Elle avait enfin remporté la...

Le rhinocéros. Le rhinocéros s'était intégralement évadé de ses pensées. Mais où était-il donc?


Mais qu'est-ce que tu as fait à mes hommes?

Et en parlant du loup...

Que s'est-il passé ici? Mais pourquoi tu as fait ça, ignoble créature?

Ce n'est pas moi qui a fait ça.

C'était la seule réponse qui était parvenue à se faufiler dans ses cordes vocales. Oui, cette réplique était naïve, mais dans le feu de l'action, l'adrénaline prend souvent contrôle de nos gestes et de nos dires. Il y eut un moment de silence inquiétant, et le rhinocéros de répondre :

Ah d'accord, je suis désolé du dérangement.

Le chef des brigands se retourna et se dirigea dans sa tente. Toutes les conjectures que la Bête avait émises sur sa stupidité se concrétisèrent : le rhinocéros était en effet l'être le plus bête de tous. Bien entendu, même si elle avait la chance de partir et de terminer cette mission une fois pour toutes, elle décida de faire durer le plaisir et d'aller empêcher complètement la formation d'un nouveau groupe de bandits dans cette partie de la forêt de Sherwood. La Bête s'avança donc vers le campement du rhinocéros et de dos, elle grimpa sur son dos et commença à la frapper au visage avec ses pieds, ses mains et même sa propre tête . Le chef se débattait, mais la Bête avait le dessus, ou du moins jusqu'à ce qu'elle soit projetée dans les airs, pour retomber violemment dans un arbuste adjacent. Elle se releva difficilement, et se dirigea à toute vitesse vers son opposant, corne bien haute.

La Bête perpétua sa course et sauta sur la tête du rhinocéros et la frappa en alternant avec une frappe aqueuse, éclair, glaciale, brûlante pour finalement terminer avec une aéro-frappe, ce qui expulsa le chef des brigands vers la toile céleste. La Bête continua de l'affaiblir en l'attaquant depuis les airs, pour finalement la propulser lourdement sur le sol. L'impact, encore une fois brutal, fut fatal pour le rhinocéros, qui gémit de douleur quelques instants avant de sombrer dans les bras de Morphée.

La Bête avait accomplit sa première mission.

Que de plaisir!
Auron
Auron
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Le Bête & la Bête. Left_bar_bleue323/500Le Bête & la Bête. Empty_bar_bleue  (323/500)

XP :

le Mer 8 Déc 2010 - 0:13
On va faire simple, j'ai complètement adorée et totalement accrochée à ton style !

Gains : 35 points d'expérience + 350 munnies + 4 force !
messages
membres