Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
    « Que tu sois encore debout m'échappe... Mes soins ont beau être de première qualité, le fait que tu sois envie est tout bonnement incroyable... Quelle volonté. »

    Cette phrase résonnait dans sa tête depuis déjà quelques heures. Ces quelques heures qu’il avait passé dans la plus grande solitude. Certes, il en avait besoin. Autant dire que ces minutes de silence lui étaient capitales. Xaldin n’était guère de ceux qui aimaient les discussions qui se prolongeaient un peu trop. Il ne pouvait donc pas dire s’ennuyer puisqu’il occupait ce temps à réfléchir et à serrer les dents…
    Ces conseils, ces restrictions que lui avait imposé Vexen, avant de dire la phrase plus haut, ne lui était d’aucun intérêt. Il n’avait rien compris et même lorsqu’il était un scientifique, la médecine ne l’avait pas attiré. Ce qu’il avait compris : Qu’il serait un légume pendant une semaine, qu’il serait une loque durant un mois et que son cuir chevelu était endommagé…

    Il leva son bras droit et mit sa main à proximité de son visage, l’observant attentivement, comme si elle essaierait de lui signaler qu’en fait, son autre bras est resté à Sherwood et qu’il l’attend depuis maintenant vingt-quatre heures. Hélas, elle ne disait rien…
    Bien évidemment, il n’était pas en tenue de l’Organisation, aussi il put voir les marques et la signature de Vexen qui avait recousu ses doigts… Cela faisait maintenant deux jours que son sauveur lui avait annoncé son état avec ce ton glacial. Deux jours au bout duquel il était resté là, dans ce lit… Au début, il ne pouvait même plus bouger un doigt sans en ressentir une douleur pinçant. Maintenant, il ressentait un bon contrôle de la main qui lui restait. Elle n’était plus trop loin de ce qu’elle était avant cet affrontement. Comme si de façon prodigieuse, tout son bras voulait compenser sa force manquante.

    Mais il ne voulait pas se donner de faux espoirs, cela n’arriverait pas. Son corps n’était plus le sien. Il ne voulait pas dormir mais dormait plus. Il voulait marcher mais son corps n’en avait pas la motivation. Il aurait même voulu mourir, son corps le lui aurait probablement refusé.


    « Que tu sois encore debout m'échappe... Mes soins ont beau être de première qualité, le fait que tu sois envie est tout bonnement incroyable... Quelle volonté. »

    De quelle volonté parlait-il ? C’était la fatalité et non Xaldin qui l’avait sauvé. C’était ce destin impitoyable qui voulait qu’il subisse le pire des châtiments, celui de ne plus pouvoir se battre. Où pouvait-on trouver de la volonté alors que Xaldin perdait sa raison d’être.
    Il retourna sa main et l’ouvrit doucement, faisant apparaître dans un effort une lance. Elle lui parut bien lourde, il manqua presque de la faire tomber mais tint bon. Pourrait-il combattre à nouveau ?... Son style de combat qui lui avait valu cette puissance était réfléchi et symétrique, sans son autre bras, il ne pourrait plus être une défense impénétrable qui ne se dévoilait qu’en attaque. La seule solution serait de se battre comme il le faisait avant… Du temps de Dilan.

    La lance disparut, sans un bruit, sans explosion de vent. Seul, à quoi bon de jouer avec la mise en scène en guise d’intimidation, de cri de courage. Il posa alors un regard timide sur son bras gauche, ou plutôt de son absence. C’était la première fois qu’il oserait regarder cette horreur. Son épaule musclée ne supportait plus rien… Il ferma les yeux. Certes, il n’y avait pas de sang et ce n’étaient pas les points de suture qui le faisaient grimacer. Pour cela, il avait tout son corps qui en était recouvert.

    Les yeux clos… Cinq jours avant une première mission, il ne tiendrait jamais jusque là, dans ce lit… C’en était étrange, il pouvait à présent marcher, pourquoi devait-il resté là ?... Qu’attendait Vexen pour lui annoncer qu’il pouvait se promener au sein de la citadelle. Xaldin ne put penser à une autre explication qu’à la polémique qui secouait l’Organisation tandis que Marluxia se proposait au pouvoir. Le Savant Glacial était probablement en train de mater ça, avec Lexaeus, Luxord, Saïx, Demyx et tout ceux n’ayant jamais cru à un avenir avec l’Assassin. Ou du moins, Xaldin voulait y croire…


    « Que tu sois encore debout m'échappe... Mes soins ont beau être de première qualité, le fait que tu sois envie est tout bonnement incroyable... Quelle volonté. »

_______________________________
Que tu sois encore debout m'échappe. Fa8a4550a89afaabf23a
more_horiz
    « Que tu sois encore debout m'échappe... Mes soins ont beau être de première qualité, le fait que tu sois envie est tout bonnement incroyable... Quelle volonté. »

    C'est sur cette phrase que Vexen quitta la pièce. La nuit que le docteur avait passé à soigné Xaldin avait été des plus fatigante. Le règne de Marluxia avait de beau jour devant lui. Ceux qui s'opposait encore à l'assassin sublime n'était qu'une poignée... Celui qui aurait eu le plus d chance de le vaincre, c'est à dire Xaldin, n'avait plus qu'un bras. Il n'aurait alors plus aucune chance face à un adversaire tel que lui... Lexaeus ne faisait tout simplement pas le poids (au sens figuré bien sur...), Zexion était mort... Et même s'il avait été en vie il n'aurait rien pu faire. Xemnas lui est endormi, puis s'il était réveillé on n'en serait pas là... Xigbar lui pourrait faire le poids mais... Malheureusement n'est pas, ou plutôt n'est plus là... Ne restant plus que Vexen, qui est un scientifique et non un guerrier, puis après tout Marluxia n'est pas seul, il a des hommes derrières mais aussi une femme, enfin ce n'est pas une femme, mais un être détestable du nom de Larxene. Autant dire que son règne n'était pas prêt de finir... Comble du malheur, son esprit pervertit à compris le réel pouvoir du savant glacial... Ce dernier fut alors "convié", autrement dit convoqué devant le simili aux cheveux roses...

    « Vous n'êtes pas sans savoir, pour l'avoir guéri, que notre bon ami Xaldin est au plus mal... De plus, la perte de son bras est préoccupante concernant sa capacité à accomplir les missions... Vous conviendrez que nous ne pouvons confier des responsabilités à un estropié!

    C'est pourquoi je vous demande de lui fabriquer une prothèse afin de remplacer celui qu'il a perdu

    Peu m'importe si elle est de qualité ou non, cependant, lorsque vous la grefferez à son corps, j'aimerais que vous y implantiez par la même occasion un système à même de le contrôler en cas de... Comment dire... Soulèvement...

    Vous savez comme moi qu'il était l'un des proches de notre ancien leader, et sa loyauté à notre nouvel ordre n'ayant pas encore été prouvée, il est nécessaire de prendre les mesures adéquates... J'espère que vous le comprendrez, vous qui êtes l'un de mes plus fidèles sujets...

    Étant donné que cette mission comporte un risque important, notamment en cas de refus de coopérer du sujet, Larxene vous accompagnera tout au long de votre travail... »


    Évidemment que Vexen pouvait faire tout cela et bien sur qu'il n'avait pas le choix. Soit il réussissait, soit il mourrait... Le pire, c'est le fait d'être surveillé par... Elle... Le savant glacial ne pourrait pas dire à Xaldin de jouer un quelconque jeu, et il ne le ferait pas à n'en pas douter... C'est un guerrier après tout, il a sa fierté, son honneur et ce genre de connerie... Cela faisait maintenant deux jours et deux nuits qu'il planchait sur la création de cette fameuse prothèse. Plus que la création du système et de la prothèse en elle-même, il fallait trouver un stratagème pour masquer le fait que la lance tourbillonnante (bien qu'il aura du mal à tourbillonner maintenant...) n'a en fait rien subit... La prothèse en elle-même fut créer en cinq heures. Les calculs pour obtenir une copie parfaite du bras n'étaient pas compliqués, juste très long. Maintenant il fallait créer SOM (Song Of Marluxia). Sa parait complètement fou un tel projet, mais le numéro IV trouva un moyen de contrôler les envies de révoltes. En fait le système est tout simple : Injecter dans le cerveau du patient des nano-simili. Ces derniers serait en fait de minuscules simili capables d'enlever toute envie de révolte... En théorie c'est simple, en pratique un peu moins, mais Vexen, réussit à le créer, après tout c'est un brillant scientifique...

    Et en plus il a aussi trouver un stratagème, pour que Xaldin un partisan de Xemnas. Le stratagème est le suivant... Injecter ses nano-similis dans son corps et une fois le moment opportun venu... Les détruire. Bien entendu, seul Vexen peut les détruire. Ce système tout simplement génial, il n'a mis que deux nuits et deux journées à le mettre au point. Son plan lui semblait parfait, et peut-être qu'il l'était. En plus par l'intermédiaire de ce système il pourrait garder le lancier du vent sous contrôle, qu'il évite les "erreurs". Mais Marluxia n'est pas née de la dernière pluie... Dommage pour lui, les seuls membres à avoir des connaissances scientifiques... Ne sont pas de son côtés, il ne saurât jamais rien de cette "clef" qui désactivé S.O.M. Mais un doute subsiste... Si le Song of Marluxia n'est pas assez puissant, c'est le savant glacial qui va en pâtir... C'est maintenant que tous se joue, et le scientifique espère bien se joué du soit-disant "supérieur". Il ne peut s'empêcher de se dire que la rose meurt sous le froid mordant de l'hiver...


    « Tous est prêt. Mais je doute qu'il se laisse faire... »

    Accompagné de la nymphe furieuse il partit alors vers la chambre de Xaldin... Tous en arpentant les marches, il repensait avec un agacement non dissimulé au sourire de Marluxia... Un sourire de manipulateur, il prépare quelque chose mais quoi ? Il veut utiliser le numéro III pour chasser les potentiels traitres ou même le tuer plus facilement ? Impossible, il suffit au numéro IV d'éteindre le système. Il s'attend peut-être à ce que le système ne soit pas réellement utilisé ? Trop de questions, le scientifique n'en pouvait plus. Dans la main droite du savant glacial il y avait une prothèse, dans sa main droite Vexen tenait ce qui allait tout changer... Ses minuscules simili avait le pouvoir de rendre fidèle le plus rebelle des adolescent... C'est une sacré arme... Et cette folle furieuse qui suivait le scientifique à la trace, se tenant derrière prête à lancer ces couteaux à la moindre incartade. Se tenait à présent la porte qui menait à la chambre de Xaldin. Le chercheur l'ouvrit, non sans appréhension. Il sentait le regard méfiant du lancier à la vue de cette prothèse.

    « Marluxia a commandé un nouveau bras pour toi. »
more_horiz
    « Marluxia a commandé un nouveau bras pour toi. »

    « … »

    C’était là une… Bien mauvaise surprise. Si mauvaise que Xaldin s’en demandait la position de Vexen dans toute cette affaire… Ce que ce dernier venait de dire était véritablement problématique, Marluxia avait donc pris la place du Supérieur, Xemnas… L’un comme l’autre, le numéro III ne pouvait plus leur faire confiance mais s’il accordait une vertu à Xemnas, c’est celle d’avoir le bras assez long pour leur permettre d’avoir le Kingdom Hearts. Tandis que Marluxia n’était qu’un vulgaire fourbe.

    « Et bien, c’est très délicat de sa part mais je vais décliner ce… Cadeau. »

    Ainsi, la voix chargée d’ironie, il répondit à Vexen sans lui accorder un regard de plus. Malheureusement, c’était sans compter la présence d’une furie, juste derrière le savant.
    Pour avoir fait l’armée, Xaldin n’était pas un niais et avait appris à lire entre les lignes. Marluxia devait tenir à ce qu’il porte une prothèse qui ne vaudrait jamais le quart du tiers de son bras perdu… A savoir pourquoi cela, la réponse ne devait pas être trop loin de ce qu’imaginait le lancier. Il pouvait deviner un regard haineux de la part de Larxene…
    Il mit alors pied à terre, se relevant, réunissant ses forces.


    « Je n’apprécie pas trop que l’on me considère comme un vulgaire membre supposé dangereux. »

    Il posa sa main droite sur le lit et ne s’aidant que d’elle, se leva, vacillant. Il était presque nu, portant tout de même un short léger.

    « Ni Marluxia, ni même Xemnas, n’a le droit de me traiter comme tel… Je suis Xaldin, la Lance Tourbillonnante et c’est avec un seul bras que je vous balaierai d’un cyclone s’il le faut, si vous ne vous écartez pas… »

    Et bien entendu, s’il pouvait lire avec satisfaction la compréhension dans le regard de son ami, il sentit les yeux de Larxene lui jeter un défi et elle ne s’écarta pas.… Un tel duel, il l’aurait gagné sans trop de problème, quelques jours auparavant. Larxene était aussi rapide et vif que son esprit mais contre cela, Xaldin avait le meilleur des éléments, celui capable d’arrêter n’importe qui même en pleine course. Mais actuellement, le Numéro III ne pouvait espérer de gagner… Dans un long combat, il n’avait pas l’ombre d’une chance, se fatiguant vite physiquement. Il prit une profonde inspiration…

    « Assez ! »

    Il leva le bras droit et rapidement, dessina un cercle dans l’air, en direction de Larxene et frappa le vide de sa paume.
    Rien ne se passa, sous le regard amusé de la Nymphe Furieuse… Pourtant, Xaldin était aussi dur que les traits de son visage, aussi brusque que ses paroles… Il était indubitablement celui dont le style de combat était le plus violent, dans l’Organisation.
    Quelques secondes passèrent avant que le Numéro III ne se baisse soudainement. Un bruit strident se fit alors entendre et le vent gronda et aussitôt, le lit qui se trouvait juste derrière Xaldin se décrocha du sol et fut projeté vers la Numéro XII, guidé par le vent. Le guerrier, toujours au sol, fit apparaître une lance dans sa seule main et se leva directement, voyant Larxene violemment percutée par le lit. Elle était rapide mais prévisible, lui, lent et brusque ne laissait le choix de l’esquive à son adversaire, que ce soit avec un ou deux bras.

    Il se rua aussitôt vers la nymphe Furieuse et s’apprêtant à l’abattre, en un coup, fit un coup d’estoc de sa lance mais le coup ne l’atteignit jamais, elle se décala et faisant apparaître ses griffes d’un geste, tenta de perforer le cœur, ou plutôt son emplacement, mais ne fit qu’érafler son torse. Lui, encore déstabilisé par l’échec de son attaque, ne put esquiver d’avantage et se prit une violente salve électrique, le propulsant et le forçant à ployer… Mais, faisant mine de ne plus pouvoir en supporter d’avantage, le lancier lâcha la lance qui disparut… Il savait qu’il n’y arriverait pas au corps à corps… Et les quelques centaines de megavolts qui parcouraient son corps ne l’aideraient probablement pas. Mais il était hors de question d’attendre la mort, il se leva, ignorant ses muscles fatigués et projeta de sa main droite une centaine de ronces faites de ténèbres qui s’emparèrent de Larxene, lui écartant les bras…


    « Nous, similis de la première génération, avons beau porter rancune en Xemnas mais je dois avouer que je ne regrette pas de lui avoir subtilisé ce petit tour. »

    Ainsi dit, sous le regard de Vexen, le lancier disparut dans une explosion de fumée pour apparaître derrière Larxene, toujours immobilisée…

    « Sans avoir la prétention de t’avoir battue, je vais respecter ma promesse. »

    Il ouvrit alors une nouvelle fois sa main, dessinant un orbe de vent… Et fit un coup de pied au niveau du dos à la femme, qui projetée dans la salle d’opération, s’effondra. Et sans attendre qu’elle ne se relève, Xaldin lança l’orbe de vent, un sort d’air de puissance supérieure, créant une explosion de vent, chamboulant tout avec une grande violence dans la pièce.

    Aussitôt fait, il prit la fuite mais avant de partir du couloir, il leva une nouvelle fois la main droite et invoqua une dizaine de chimères, ses similis associés.
    Sept d’entre elles restèrent dans le couloir, elles retarderaient suffisamment Larxene. Ainsi partit Xaldin accompagné de trois similis à peine. Chacune de ses enjambées renforçaient sa certitude, il était maintenant Traître à l’Organisation XIII, l’ego de celui qu’il avait tant méprisé. Et… Il n’avait qu’un seul bras… Et il était en caleçon… Et il n’avait plus assez d’énergie magique pour créer un portail.


    « Bon, je préfère abandonner mes seuls remparts plutôt que de perdre ma dignité… Toi et toi, allez me chercher un pantalon, un manteau et des bottes… »

    Maintenant seul avec une chimère, il descendait les escaliers étrangement vides de la Vue du Crépuscule et seulement quelques minutes plus tard, retrouva les deux chimères, tenant bottes, manteau traditionnel et pantalon, tout cela en noirs… Il enfila les trois vêtements et avec plus de facilités, quitta la citadelle avec les moyens du bord…


_______________________________
Que tu sois encore debout m'échappe. Fa8a4550a89afaabf23a
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum