Derniers sujets
Poupées d'automneHier à 13:07DeathExcavation perverseJeu 12 Déc 2019 - 18:33Huayan SongRécolter ce qui a été seméJeu 12 Déc 2019 - 17:12DeathL'étoile des vœuxJeu 12 Déc 2019 - 16:01DeathZelifrax "Gnomius" OmbrageâmeMer 11 Déc 2019 - 18:20Gnomius OmbrageâmeBienvenue à la Ville d'HalloweenMer 11 Déc 2019 - 16:25Irelia AlishinaRepas entre TaoïstesMer 11 Déc 2019 - 10:48Huayan SongUn Temple en l'honneur des Arts - IIIMar 10 Déc 2019 - 20:03Irelia AlishinaInfiltration RetardéeMar 10 Déc 2019 - 19:03Huayan SongChroniques de la Cité Interdite - AmbiguïtéMar 10 Déc 2019 - 16:27Huayan SongRedoubler de ReflexionLun 9 Déc 2019 - 11:53LenoreLe cours va commencerLun 9 Déc 2019 - 11:32Huayan SongClair de LuneLun 9 Déc 2019 - 11:27LenoreLe menu à 7,90Lun 9 Déc 2019 - 11:04LenoreSi seulement...Lun 9 Déc 2019 - 10:47Lenore
Sarken Cekatres
Sarken Cekatres
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Left_bar_bleue194/350Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Empty_bar_bleue  (194/350)

XP :

le Jeu 22 Avr 2010 - 20:42
Aujourd'hui était un jour spécial pour Aegina. Oui, elle avait eu l'excellente idée de faire quelques courses. Elle voulait lui offrir un cadeau et avait exactement quoi prendre. Parmi les différents marchants de la place, se trouvait une forge dirigée par les nobles mogs, jeunes créatures de petite prestance mais dotée d'un charme incroyable. Oui, c'était chez eux qu'elle comptait se rendre, alors que le temps semblait calme. Si vous n'étiez pas au courant, un vent fort soufflait sur la Forteresse Oubliée depuis quelques temps. La raison était encore inconnue à la guerrière, encore nouvelle à tout ces événements. Insouciante et naïve, alors que la chance était de son côté, elle tenait absolument à donner une preuve de ses sentiments. Les petite peluches à pompon étaient sans conteste le meilleurs choix: un bijou. Oui, mais pas n'importe lequel, un pendentif très spécial qui porterait bonheur et fortune à son porteur. Elle n'était pas très croyante, mais l'histoire derrière le matériaux de base qui serait utilisé était signe de douce nostalgie à leurs yeux. Oui, un magnifique présent pour une magnifique personne, qui siège encore aujourd'hui en son cœur.

Seulement, sur le chemin vers la place, depuis les longs faubourgs où elle habitait dans sa petite maison isolée, elle fit une rencontre des plus étonnante. Chantonnant de sa légère voix au rythme de ses pas enjoués, souriant aux décors qui l'entouraient et aux oiseaux qui l'observaient, elle tomba nez à nez avec une petite troupe de funambules. Oui, ces similis d'apparence rosâtre, qui ont tendance à danser sans stopper le pas, qui n'hésitent pas à s'accrocher aux bras de leur "partenaire" avant de l'envoyer valser au loin pour l'attaquer. Laissant échapper un rire amusé, elle ne dégaina pas son arme; elle n'en avait nullement besoin. Elle tira la révérence à ses nouvelles rencontres du jour, d'un noble mouvement de son corps, relevant les côtés de sa robe, avant de relever le visage, leur tirant la langue d'une façon un peu irrespectueuse. Elle attrapa l'une des coquilles du néant pour se lancer dans la danse avec elle. Elle avait déjà rencontré ces types d'ennemis et n'avait pas besoin d'en savoir plus: ils aimaient la danse. Alors, pourquoi s'en priver ? Riant de joie, elle se laissait entrainer par le mouvement et avant que le nobody ne puisse agir négativement, elle se laissa lâcher vers l'arrière pour atterrir dans les bras d'une des autres non-personne du cortège. Sans réellement s'en rendre compte, elle était en train de s'éloigner de sa destination initiale et continuait de se prendre au jeu des valses surprises. Elle savait que le temps ne manquait pas et que les mogs seraient encore ouvert à son retour. Et... laisser ces monstres en vie seraient un affront à cette charmante ville. Elle se trouvait alors dans l'allée où des travaux avaient lieu.

Une longue allée, dans laquelle les sans-cœur avaient pris place pour faire fuir les travailleurs acharnés qui vouait une reconstruction paisible à ce monde. Aegina aussi y aspirait, à la reconstruction de la beauté de ce monde, pour le renommer comme les habitants le faisait dans le temps: le Jardin Radieux. Émerveillée par ce rêve qui n'était pas sien, elle avait eu envie d'y prendre part, de s'attacher à quelques chose de concret, de réel et auquel elle pourrait y apporter un peu de son courage et gentillesse. Il ne restait plus qu'un seul funambule aux côtés de la jeune valkyrie et elle finit par l'achever en le lâchant, le laissant se décaler vers le mur. Elle fit pendant ce temps apparaître son arc court et tira une vive flèche vers la corps de son adversaire, le touchant au moment où il trouva contact avec le mur sur lequel il fut projeté juste avant. Elle refit un dernier signe de respect, s'inclinant légèrement, acceptant que le bal venait de prendre fin. Où était-elle maintenant ? Un peu loin... Un peu perdue aussi. Mais confiante, elle se dirigea donc vers une rue qui menait plus loin, dans des couloirs de cristal. Ces lieux étaient magnifiques mais inspiraient aussi peur et crainte. Les ténèbres y auraient pris place ? Ou alors c'était il y a un temps passé. Elle ne pouvait obtenir réponse à cette interrogation et se devait de vivre avec ce doute pour l'heure actuelle. Ses pas finirent par l'amener vers une colline, un précipice.

Elle s'avança, vers le bord, contemplant le paysage. Un vide incroyable, une longue plaine, ayant souffert de la guerre, ainsi que des montagnes dans les alentours. Elle avait entendu parler de cette place dans des livres et discours. Elle était absorbée par une lueur au loin, devant elle, les yeux fixant en réalité le néant. Au loin se trouvait le château des ténèbres maintenant abandonné, mais ce n'était pas non plus cet endroit qui l'attirait. Une douce puissance semblait s'emparer d'elle et des lieux, ce qui avait pour effet aussi d'attirer divers sans-cœur. La jeune Valkyria ne leur prêta aucun intérêt, cherchant du cœur ce qu'elle convoitait en ce moment même.


Dernière édition par Aegina Valkyria le Lun 26 Avr 2010 - 22:45, édité 3 fois
Genesis Rhapsodos
Genesis Rhapsodos
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Left_bar_bleue1129/500Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Empty_bar_bleue  (1129/500)

XP :

le Lun 26 Avr 2010 - 22:09
    Une brise matinale l’extirpa de ses pensées. Une brise matinale… Ainsi l’aube de ce jour gris se levait lentement, épuisé de sa course à travers les mondes. Il n’avait pas dormi. Il n’avait plus dormi depuis deux jours déjà. Et pourtant, il aspirait à la quiétude d’un doux sommeil…
    Ce qui semblait être une brise matinale n’était que le vent s’engouffrant dans sa chambre, produisant un air doux, frais et revigorant. Mais il était tout autre dehors, le vent fouettait, empêchait toute progression, faisait tomber les bancs, les déchets qui s’envolaient dans une légère valse pour au final retomber dans un fracas qui fit sursauter chaque habitant quelques fois au moins.

    Les rafales de vent étaient si puissantes de temps à autre, que les mères avaient vite fait de rappeler leurs enfants dans l’habitat. Plus personne n’osait s’aventurer dans les rues de peur de recevoir une tuile sur la tête.

    Depuis que le Consulat faisait partie intégrante de sa vie, il pouvait dire vivre paisiblement, profiter de la supériorité qu’il avait sur les habitants de la Forteresse Oubliée… Mais pouvait avouer avoir oublié son but premier en cette terre. Il n’oublierait plus, ainsi le sujet était clos, il triompherait du One-Wined Angel, légende et fléau… Et même s’il avait à faire, même si sa déesse lui demandait une tache bien ardue, il n’oublierait plus malgré vent et tourments.


    « Le Monde a besoin d’un nouveau héros… »


    Il était dans ses appartements, dans cette grande et belle tour qui formait avec huit autres tours, un bâtiment en cercle imposant et régnant sur le Jardin Radieux. Au centre de ce cercle se trouvait le Sénat, là ou ils discutaient des plans à venir comme ils avaient tous un mot à dire. Et dans les appartements de Calliope, le fils de cette dernière attribuait des missions.

    Genesis était au premier étage de la tour, dans le nid de sa loge. Sa chambre de très grande taille lui avait valu de longues heures de préparation. Les murs peints de pourpre et de couleurs sombres mais absorbantes et nobles comme un lion rugissant. Mise à part cela, il n’y avait l’ombre d’un tableau sur les murs, au lieu de cela régnaient des étagères remplies de livres différents mais pour la plupart philosophiques. Tout était minutieusement placé, les livres étant classés par genre, par auteur. Il y avait aussi un petit salon, face à un vitrail faisant office de grande fenêtre. Quelques fauteuils et un bac rempli de glace pour préserver des boissons comme le thé froid.

    Il se sentait d’humeur à lire, certes, mais se voulait dans un milieu plus propice encore qu’une bibliothèque, il monta ainsi les escaliers pour arriver au deuxième étage, pierre angulaire de cette tour tragique. S’offrait à lui un musée, dedans étaient entreposés moult œuvres d’art mais aucun livre. Car s’il avait du céder quelque chose en acceptant cet agréable fardeau qu’était la cohabitation avec les descendants des muses, c’était de ne pas pouvoir exhiber une collection de livres sans rapport avec son art, dans sa salle de musée… En effet, toutes les tours comportaient un étage spécial dédié à leur art, dans lequel il se cloîtrait pour méditer.

    Genesis n’avait vu depuis une année, qu’une seule fois Melpomène, mais il ne se souvint que de sa silhouette flottant sur le tapis de la salle de l’art.
    Le Tragédien s’approcha des tableaux, la plupart traitant d’un phénomène tragique comme la destruction de Sodome et Gomorrhe, la construction de la tour de Babel, le Supplice de Prométhée… Tous lui procuraient une passion, certes n’égalant pas celle qu’il avait à chaque lecture de Loveless, mais il pouvait dire se plaire là comme nulle part ailleurs… Il s’arrêta quelques minutes devant un poème tragique et sombre, connu certes, mais inégalé. Le Corbeau, d’Edgard Allan Poe…

    Le Tragédien s’assit alors dans un fauteuil donnant sur les Faubourgs et lut Loveless, relisant cette fois-ci l’Acte II.

    Une heure se passa, une heure qui poussa Genesis à aller trouver Frollo, héraut des hérauts, il reçut une mission particulière après une très brève discussion avec son frère. Il n’était guère d’humeur à parler aujourd’hui et voila qu’il lui était demandé de séduire une jeune femme et de gentiment lui faire comprendre l’état de la ville. Le Tragédien détestait cela, combien y avait-il de chance pour qu’elle soit de sa famille ? Aucune. Combien y avait-il de chances pour qu’elle soit comme ceux qui chassèrent Genesis de sa ville natale sur laquelle il régnait à présent ? Bien plus.

    Il n’attendit pas pour faire ce qui le rongeait et le possédait malgré ces rafales de vent. Il voulait y retourner, le dernier endroit ou l’on avait aperçu… Comme il aimerait faire un nouveau duel avec son vieil ami… Certes, il souhaitait vaincre celui-ci mais cela signifierait l’arrêt total de son envie de vengeance, de duel. Que souhaitait-il le plus ?

    Ainsi, il survola la ville tout entière, les cristaux, le vallon, de son aile noire mais la longue traversée eut le mérite de le fatiguer. Il atterrit à la brèche du Précipice, certes elle n’y serait certainement pas, mais ce qui l’interessait étant de revenir en ces lieux.

    Mais brusquement, une tentation étrange s’empara de lui, cela venait de cette arène improvisée. Il pénétra dans le précipice et vit une jeune femme, habillée d’une splendide robe de soie, volant au gré du vent. La chevelure de la demoiselle subissait le même sort, flottant gracieusement. Sa robe était noble, belle, son visage était d’une pureté incroyable. Genesis se laissant tenter par une mystérieuse force s’avança vers elle, tandis qu’elle lui tournait le dos, comme si elle fut possédée ou subissant une absence. Il leva le bras gauche, tandis que dans la main droite, il tenait sa rapière. Il voulut toucher la robe de celle-ci quand il se rendit compte de l’attirance qui rugissait en lui pour cette femme. Rien de passionnel, il était attiré par une lumière non retenue et ne pouvait renier que par les mots son appartenance aux ténèbres. Il restait possédé par les ténèbres et attiré par le cœur d’une jeune fille pure. Il se recula et au moment ou il voulut l’appeler, une dizaine d’ombre sortit du sol et attaqua la jeune fille. Le Tragédien n’avait pu les repérer avant et se retrouvait maintenant au dépourvu.


    « Mademoiselle ! »

    Il se retourna, formant un rempart visant à protéger la jeune fille, qu’elle se réveille de sa torpeur maintenant ne changerait rien au fait qu’il était trop tard pour qu’elle puisse se battre. Deux ombres prirent l’initiative, sautant sur Genesis qui les reçut de deux coups d’estoc, les faisant exploser. Trois autres chargèrent de par une attaque basique, un coup de griffe. Sa proximité avec la jeune dame l’empêchait d’utiliser sa magie. Il balaya le sol d’un coup tranchant et voyant une autre ombre passer à l’offensive, il se risqua à lancer un brasier mineur de sa main gauche, cela n’aurait aucun impact sur la dame. Mais les quatre derniers eurent un accès d’intelligence, à nouveau deux sans-cœurs firent une attaque aérienne un peu vague vers Genesis, tandis que les deux autres sans-cœurs attaquèrent les flans de cette noble. Il tendit alors sa main gauche vers l’un des deux derniers monstres et lança une plume noire et tranchante en sa direction, il se retourna en un trait et frappa de la paume de sa main l’ombre qui était la plus proche du but, l’envoyant en-dehors du précipice. Mais tournant le dos aux deux restants, ils le griffèrent durement au dos, remercié par une attaque demi-circulaire rapide de sa rapière, les réduisant au silence.

    Genesis put enfin baisser sa garde, ne sentant plus ces ténèbres malpropres, il s’éloigna élégamment et salua la jeune fille d’une inclinaison, tête baissée.


    « Mademoiselle, si vous n’avez rien, puis-je vous demander la raison de votre présence ici ? »

Sarken Cekatres
Sarken Cekatres
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Left_bar_bleue194/350Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Empty_bar_bleue  (194/350)

XP :

le Mar 27 Avr 2010 - 18:49
Une étrange voix. Oui, une seul et unique voix venait de se faire entendre aux oreilles de la jeune valkyrie. Elle ne put réagir de suite, étant toujours stupéfiée par la magie qui l'accablait. Après que le combat aie commencé, Aegina se réveilla et se retourna subitement, sur ses gardes. Un jeune homme, armé d'une rapière aux allures flamboyantes, était en train de combattre des ombres. De son côté, la jeune fille était bloquée par un espèce de bouclier rempart. Elle se rendait compte qu'elle était encore sonnée par son état de transe et qu'elle n'aurait pas été apte à combattre avec lui, mais l'idée de se faire protéger alors qu'à l'accoutumé qui est généralement son rôle la mettait mal à l'aise. Le poing gauche légèrement serré, pendant aux côté de sa robe, tandis que la main droite restait sous son menton, pensive et étonnée des capacités de l'inconnu. La seule chose qu'elle fut faire était de l'encourager mentalement et d'attendre qu'il en finesse, ce qui allait se faire rapidement au vu de ses compétences.

Le combat étant finis, toute force étrange se dissipa, laissant pour seules énergies celles du combattant et de la noble. Que pouvait-elle faire ? S'excuser ? Le remercier ? L'aider à se rétablir ? Drôles d'idées que vous avez là. Non, elle prit simplement un sourire un peu amusé, regard légèrement froid, avant de prendre la parole, pour tout d'abord répondre à la question du jeune homme, sur un ton un peu narcissique, sans qu'il soit pourtant désagréable. De sa douce voix, elle répondit calmement.


-"Premièrement, je doute que le fait que je sois ici vous occupe d'une quelconque manière. Mais vous m'avez débarrassé de ces créatures alors je peux bien vous accorder mes réponses. Je désirais simplement faire une ou deux courses à la place du marché. Mais j'ai rencontré quelques similis et j'ai donc été distraite jusqu'à ces cavernes. je ne vous cache pas être un peu curieuse et j'ai donc pris la peine de visiter, histoire de me cultiver un peu sur ce monde."

Hésitante, elle fit une légère pause dans ses paroles, avant de finalement accepter sa "défaite" pour aujourd'hui. Quel combat ? Le sien. Il le lui avait volé, malgré que cet inconnu lui avait plus que probablement sauvé la vie. Elle reprit par contre un ton plus neutre, plus agréable que précédemment.

-"Bien, je pense en avoir finis avec mes critiques. Sinon, je vous en remercie du fond du cœur, mais je vais très bien. Et je vous dois quelques excuses: si je n'avais pas perdus mes esprits de manière si... stupide, vous n'auriez pas à eu à vous salir les mains. Maintenant que j'ai répondu à votre question, à laquelle j'espère avoir été assez détaillée, pourrais-je être mise au courant d'une quelconque raison pour laquelle je ne devrais pas être ici ? Et... Si cela ne dérange pas mon sauveur, la gente demoiselle aimerait connaître un moyen de le nommer."

Silencieusement, elle se retourna, regardant à nouveau le vide, sauf que cette fois-ci, elle était consciente de ce qu'elle contemplait: le paysage. Elle observait avec attention le château abîmé et délabré au loin, duquel s'échappait des ténèbres insupportables. Un énervement intérieur se repéra en elle, signe qui répondait à la nostalgie de son monde, un siège des ténèbres sur les remparts. Ce monde... lui plaisait énormément, malgré les points communs qu'il partageait avec le sien et qui lui remontait d'atroces souvenirs. Un long soupir d'apaisement s'échappa de ses lèvres fines, avant qu'elle regarde à nouveau dans la direction de son allié du jour.

-"Je me dénomme Aegina Valkyria, capitaine d'une escouades, rang obtenus par preuves et succession, dont le rang de valkyrie de ma défunte mère. Mais... Aujourd'hui, je ne suis plus qu'une simple voyageuse, en quête d'un certains désir. Personnel, bien entendu et vous comprendrez que je n'en aurais aucunement envie d'en parler."


Dernière édition par Aegina Valkyria le Sam 15 Mai 2010 - 0:41, édité 8 fois
Genesis Rhapsodos
Genesis Rhapsodos
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Left_bar_bleue1129/500Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Empty_bar_bleue  (1129/500)

XP :

le Jeu 6 Mai 2010 - 20:03
    Il n’y eut, dans ses regards, dans ses paroles ou même dans ses gestes, pas l’once d’une remarque désobligeante. Elle qui était si noblement vêtue, sa longue robe ne trompait personne mais était-ce là le seul élément prédicateur de sa noblesse. Il y avait plus grande chose, son regard aussi peu hautain que soumis, il était élégant et berçait celui qu’il croisait.
    Et bien qu’il remarquait son sarcasme lorsqu’elle parla, cette légère rancune, il n’en tint pas rigueur. Il connaissait la noblesse plus que quiconque, dans le Jardin Radieux, pour être né riche. La bourgeoisie fut son enfance, et il n’avait pas oublié comme elle l’eut rejeté lorsqu’il devint un monstre…

    Il avait ainsi appris à se cacher des regards, des habitants, de la haute société, des soldats. Maintenant, plus rien ne le rattachait à cette ancienne vie, et pourtant si ouvert, il était le seul à vouloir frapper la ville d’une main de fer lorsqu’elle leur fut donnée... Il n’avait plus à se cacher.

    Son aile déployée, la jeune fille n’eut pas l’air étonnée, à la grande surprise du Tragédien. La jeune fille avait répondu avec une franchise exemplaire, un calme déconcertant tandis que son interlocuteur fut un puissant magicien et un habile bretteur. Elle avait l’allure d’une grande dame mais son visage pur la trahissait. Genesis ne répondit nullement à ses premières paroles. S’il paraissait arrogant à cet instant, il ne pourrait plus avoir une nouvelle chance. Elle se calmerait et le temps serait plus propice à la discussion.

    Elle ne se tut que quelques instants. Genesis afficha un léger rictus en l’écoutant parler, elle semblait dire tout ce qui l’effleurait, la moindre chose qu’elle pensait. Il n’aurait suffit que d’un remerciement de la tête et tout aurait été dit. Au lieu de cela, elle semblait comme chercher des explications à ce qu’elle-même ne comprenait.

    Il passa une main dans ses cheveux, pour dégager sa vue obstruée par sa mèche brune. Elle se retournait devant lui, comme s’il ne représentait aucun danger. Une nouvelle fois, il sentit un éclat de lumière jaillir de son cœur. Certes, bien plus petit que le précédent, mais il suffit à posséder le Tragédien.
    Ce dernier eut à nouveau l’envie de s’approcher de cette gente dame et d’humer son parfum de lumière. Il s’approcha de quelques pas pour arriver à quelques mètres d’elle. Elle se tourna alors, ramenant Genesis à la réalité, elle lui conta son passé en un très bref résumé. Cela n’était pas dit froidement, mais ça n’avait pas l’air de lui infliger un sentiment de nostalgie, d’où le froncement de sourcils du Tragédien. Ce dernier prit enfin la parole, tout en marchant jusqu’à ses côtés.


    « Je me nomme Genesis Rhapsodos, natif du Jardin Radieux. Si je vous ai demandé cela, mademoiselle, c’est parce que vous êtes en ce moment même dans un endroit reculé de la civilisation, seule et sous des rafales de vents improbables. Nous avons relevé quelques morts, aussi lorsqu’on m’apprit que vous étiez ici, je suis venu quérir votre retrait jusque dans un lieu sûr. »

    Genesis leva les yeux vers les cieux, ou de violents vents voguaient à l’improviste et afficha un regard désolé accompagné d’un rictus ironique à la jeune dame.


    « Le vent souffle de la cité, il serait trop risqué que je vous emmène jusque là dans l’état actuel des choses. »


    Tout rictus cessa alors, plus de regard désolé… Genesis baissa la tête quelques instants et la releva en tentant de faire un sourire.


    « Nous avons chacun nos désirs et nos secrets. Trois envies me rongent, Demoiselle. Je ne devais pas être si loin de vous, jadis. Un guerrier réduit à un vagabondage en quête de vengeance. J’ai perdu deux familles, une cependant factice mais qui ne me fait pas oublier l’autre plus importante… Je me suis étonné à voir mon entourage partir un jour. Nous avons chacun nos désirs, nos secrets, nos fardeaux. »

    Elle ne comprendrait certainement pas le sens de ses mots. Bien qu’elle soit une guerrière, bien qu’elle soit mure, elle ne pourrait comprendre. Combien avait-elle vécu d’Hiver ?
    Le visage de Genesis s’illumina alors d’une passion indescriptible, il marcha jusqu’au centre de l’arène, là ou tout avait commencé.

    « C’était ici même et alors que j’étais en train de combattre, une voix me fut portée par les vents. Cette voix me disait qu’il ne me servirait à rien d’abattre mon adversaire. Vois-tu, elle a donné un vrai sens à ma vie. Et sais-tu ce qu’elle m’a dit, lorsque cette voix a prit forme ? Elle m’a expliqué pourquoi je ne puis pas vivre heureux, elle m’a dit que j’étais son descendant, son fils. Elle a donné un sens dramatique à ma vie et ainsi je suis devenu celui que je suis. »


    Genesis tourna son regard passionné vers la jeune femme, si solennel, le Tragédien ne put voir si elle le prenait pour un fou ou pour un fanatique. Il lui fit doucement le signe de s’approcher, d’un geste de la main et lorsqu’elle fut à sa hauteur, il lui murmura ces mots.


    « Les vents sont propices, laissez-vous bercer par leur chant… Écoutez-les mademoiselle. »
Le Joker
Le Joker
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Left_bar_bleue210/350Envole toi jeune fille, embaume nos coeurs de la douceur de tes pas.[pv] Empty_bar_bleue  (210/350)

XP :

le Ven 9 Juil 2010 - 13:58
Je trouve réellement dommage que ce rp n'ait été terminé car votre écriture à tout deux est belle et agréable à lire. La longueur est au rendez-vous et tout se lit pourtant très vite. On ne sent aucune lourdeur et on sait bien ce que ressentent les personnages. Je ne vois pas ce qui pourrait apporter un malus à cet ensemble très bien fait.

27 points d'expérience + 250 munnies + 3 PS en force que j'ajoute de suite à ta fiche de compétences.
messages
membres