Kingdom Hearts RPGConnexion

more_horiz
Le Jardin Radieux... Un monde... Banal ? Non, pas vraiment. Un monde banal serait un monde ou seul désert règne et ou l'ennui est maître... Mais ce monde là était plutôt agité... Voire plutôt en mouvement constant. Enfin... Au beau milieu de ce petit monde agité, dans une ruelle aux allures sombres et ou une odeur pestilentielle de rat mort régnait dans un air malsain, derrière une caisse en carton salie par les divers saletés et excréments présents dessus, cassée et trouée par les animaux et la pluie qui venait de s'arrêter, se trouvait, aussi étrange que cela puisse paraître, un petit garçon, les cheveux dorés comme des longues tiges de blé dans un champ bien entrenu, habillé d'un joli costume bleu et noir ressemblant au tenue que l'on porte dans les collèges chics qui semblait presque fait spécialement à sa taille, semblait dormir paisiblement, son visage, presque figé dans une expression de calme absolu, faisait ressortir une innocence sans limites. Dans sa petite main fragile se trouvait une jolie peluche assez grande et rose en forme de lapin. Ce jeune garçon était assis, là, contre ce mur froid et sale qui semblait tomber en ruine, pourtant, ce qui passait inaperçu avec ce petit, c'est qu'il était totalement propre, ses habits n'avaient pas une tâche à cause des déchets autour de lui ou du mur graisseux derrière lui, on aurait dit qu'il venait d'être posé là, comme si on avait voulu se débarasser de lui tel un vulgaire objet que l'on jette après utilisation. Pourtant, qui avait bien pu vouloir se débarasser d'un petit garçon aussi adorable ? Un monstre ? Une personne qui ne pouvait pas s'en occuper ? Non, car vu les habits que le jeune garçon encore endormi arborait semblaient bien chers et la façon dont ils brillaient montraient qu'ils étaient neufs. C'était pourtant bien étrange dans ce cas là qu'un petit garçon si mignon à l'allure aussi soutenue se trouve dans une ruelle aussi sombre et miteuse. Il avait le teint blanc et sa respiration lente et rythmée montrait bien que rien ne le perturbait. Un petit enfant aussi mignon ne pouvait pas être là par simple hasard ou alors par simple volontée, il avait du lui arriver quelque chose pour qu'il soit dans cet endroit à cet instant. Enfin, la personne qui l'avait posée là devait être une détraquée qui n'avait pas de sentiments... Enfin, sûrement...

Donc, ce jeune garçon au visage paisible sans la moindre expression de dérangement dormait toujours jusqu'au moment ou un chat noir, au poil sale et à l'odeur tout aussi mauvaise que cette ruelle, vint vers le petit et commença à le sentir, pourquoi ? Sûrement pour identifier cette personne, savoir si cela pouvait être une source de nourriture ou simplement... Par curiosité... Le chat posa une patte sur le pantalon d'un noir comme la nuit du petit enfant blond. Le petit enfant ouvrit un de ses grands yeux sur ce qui l'entourait, puis un autre, il avait les yeux mi-clos car la lumière du soleil qui s'abattait sur le joli monde qu'était Radiant Garden l'éblouissait simplement. Il carressa le chat avec un sourire qui montrait la joie qu'il avait à voir les choses qui l'entouraient puis se frotta les yeux en baîllant, sa petite voix montrait un âge très bas et son air reflétait une innocence pure comme le cristal. Le petit humain ouvrit alors grand les yeux car un nuage sombre venant sûrement de l'ancienne pluie qui venait de s'abattre sur ce monde cacha un moment le grand soleil qui régnait dans le ciel. Le petit garçon regarda autour de lui avec un air un peu intrigué comme si il ne savait pas ce qu'il faisait ici, sa petite bouche adorable était ouvert et formait presque un cercle et ses immenses yeux écarquillés dans lesquels on avait envie de plonger son regard pour ne plus en ressortir regardaient le monde, semblant identifier chaque dédales du périmètre qu'il pouvait voir. Il prit son lapin en peluche rose vers lui puis le serra fort contre son petit corps frêle. Il semblait avoir très peur car il tremblait de toutes part. Ses habits en plus n'arrangeaient pas la situation car ils semblaient bien fins et le petit garçon portait bien évidémment des habits d'été. Pourquoi mettre des habits d'hiver lors d'une saison ou la chaleur est maîtresse de tout ? Enfin, passons. Ce petit garçon aux cheveux blonds, qui venait de se réveiller dans cette ruelle sombre ou un air malsain et puant régnait, serrait maintenant sa petite peluche en forme de lapin pour tout simplement se rassurer... Il voulait quelqu'un vienne, qu'on l'aide, car il avait peur, il n'aimait pas être seul...Il ne voulait jamais être seul. Son lapin qu'il serrait lui prodiguait une certaine confiance, il avait un peu moins peur mais tremblait quant même.

Le petit garçon décida donc, après avoir chuchoté quelques mots à l'oreille de son lapin auquel il tenait tant, décida tout de même de se lever pour regarder ou il était. Il semblait n'y avoir personne dans les rues, les nuages avaient à nouveau recouvert le soleil et tout semblait maintenant aussi noir que la nuit sombre ou les ténèbres sont maîtresses de tout... Le jeune garçonnet était totalement appeuré face à tant de noirceur et ne savait pas quoi faire, il ne voulait pas fuir comme un lâche mais rester ici le faisait trembler de toute parts comme une feuille frêle qui tombe de son arbre ou alors suite à un coup de vent. Il marcha d'un pas rapide jusqu'à la sortie de la ruelle sombre et puante pour atteindre finalement la Grande Rue. Il passa son regard un bref instant sur la grande allée qui s'offrait à lui mais... Rien... Aucun passants, personne, Miku se sentait seul et quelque chose d'oppressant le stressait et l'immobilisait. Une boule au ventre l'empêchait de parler et il avait l'impression d'avoir une enclume sur le torse, comme si on lui pressait sur les poumons pour l'empêcher de respirer. Le jeune garçon scrutait les alentours, la peur au ventre, il pensait à divers monstres que l'on citait dans les contes pour enfants... L'Ogre, le Grand Méchant Loup, la vieille Sorcière dévoreuse d'enfants... Tout ceci ne le rassurait guère et il avait envie de voir un ou une adulte. Il amena son pouce à sa bouche et son lapin à lui pour se rassurer mais cela ne marchait pas. Il voulait la présence d'un autre humain pour le rassurer, une personne contre qui se poser, quelqu'un à qui il pourrait tenir la main. Il voulut marcher mais un coup de tonnerre très fort fit sursauter le jeune homme qui fit un bond. Son teint devint livide et son visage appeuré. Il se crispa puis commença à respirer de plus en plus fort et enfin : Eclata en larmes dans la grand rue, tombant à genoux. La pluie s'abatta alors à nouveau sur le Jardin Radieux et sur lui. Le jeune garçon poussait un cri à chaque coups de tonnerres. Il voulait quelqu'un, il avait tellement peur, juste quelqu'un vers qui il pourrait rester... Il passa son regard autour de lui mais il n'y avait toujours rien. Un éclair extrêmement éblouissant s'abatta sur le sol puis un bruit assourdissant s'en suivit. Miku recommença à pleurer de plus belle, cherchant quelqu'un du regard, à genoux dans cette grande rue, sa peluche contre lui.


Dernière édition par Miku le Sam 5 Déc 2009 - 23:25, édité 2 fois
more_horiz


Le soleil rayonnait sur Radiant Garden. Un endroit qui était très paisible, il y a bien longtemps. Malgré les ténèbres chassés de la ville, on pouvait encore sentir cette inquiétude qui pesait sur les habitants. En effet, Le malheur n'arrive jamais seul. Soit, pour le moment, la forteresse oubliée, puisqu'elle se nomme ainsi à présent, restait un endroit plus que vivable, malgré tout. Du moins le jour.

Yuffie avait travaillé beaucoup aujourd'hui, et attendait impatiemment la fin de journée. En réalité, à peine venait-elle de se lever qu'elle attendait d'être en repos. Feignasse. En même temps, livrer des repas n'était pas vraiment le plus beau des métiers. Mais il faut bien vivre. Il devait être dix-huit heure, quand Yuffie fut chargée de la pire des missions: effectuer une livraison dans le pire des quartiers de tous les mondes confondus. Des ruelles sombres, une odeur nauséabonde de poubelles trop pourries, parfum semblable à des cadavres, et encore, c’est peut être moins pire. Mais elle devait s’exécuter. Elle prit donc une grande bouffée d’air frais, sans doute la dernière, et pénétra.

A son plus grand regret, ces rues n’avaient pas changé. Il y avait même des poubelles qui n’avaient pas bougé depuis sa dernière visite. C’était immonde. Répugnant à souhait. Si elle avait encore une chose à demander au tout puissant, si il existait, ce serait, sans hésiter, de s’en aller loin d’ici, et retourner chez elle. Mais ces pieds continuèrent leurs cadence, rapide, mais pas trop. La nuit commençait à tomber. Mauvais signe. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer quand le soleil s‘est couché.
Yuffie n’avait pas peur. Enfin, c’est ce qu’elle voulait montrer mais, au fond d’elle, nous savons, vous et moi, qu’elle mourrait d’envie de s’en aller. Et enfin, comme la lumière au bout du tunnel, le numéro 14 apparut. C’était cette porte: L’ultime, où Yuffie devait déposer le repas. Elle ne tarda pas, et retournait sur ces pas quand un bruit étrange attira son attention.

Comme des pleurs d’enfants retentissaient dans les ruelles du quartier. Des bruits, Yuffie s’en fichait. Il y avait de plus en plus de bruits bizarres depuis quelques temps. Mais qu’est-ce qu’un enfant faisait ici, alors que le temps était gris, froid, bientôt pluvieux. En tant que protectrice, enfin c’est ce qu’elle dit, Yuffie accouru vers l’agneau en détresse quand la pluie commença à tomber à torrent. C’était un enfant d’une dizaine d’années, aux cheveux blonds comme les blés, et à la peau d’une pâleur de ciel d’hiver. Un petit garçon chic, à en voir sa tenue soutenue. Un vêtement à ne surtout pas salir. Mais il était trop tard. En effet, le petit puait la déchetterie à trois kilomètres à la ronde, mais les larmes ruisselants sur sa peau de bébé attendrissaient le cœur de la jeune fille. Elle s’approcha donc du visage du petit homme, et sécha ses larmes en souriant.


    - Tu vas attraper froid, à rester sous la pluie.


Comme une jeune maman, Yuffie enleva son manteau et le posa sur les épaules du garçon, avant de mettre la capuche sur ses cheveux dorés. C’est fou comme des mères peuvent être cruelles: laisser un enfant sans défense à la merci des ténèbres rodant dans la ville. C’était honteux, et même pire. Mais l’adolescente s’agenouilla devant le blond, et le fit se lever. De cette façon, il était juste un peu plus grand que Yu’

    - Aller, debout. C’est les perdant qui s’agenouillent !


Et la pluie s’est arrêtée de tomber.
more_horiz
La pluie avait continuée de battre, de tomber de toute ses forces sur le Jardin Radieux, le jeune enfant blondinet, armé de sa peluche qui servait maintenant d'éponge, était resté seul, tout seul, sous cette pluie, pleurant horriblement fort, criant presque. Il fallait dire qu'il n'y allait pas de main morte, mais il ne criait surtout pas par caprice, mais uniquement par peur, il pleurait à cause son innocente peur de la pluie, du noir, de l'orage s'abattant tel le déluge, selon lui, sur le monde normalement paisible. C'était vrai que le Jardin Radieux n'était peut-être pas habitué à la pluie, enfin, le beau temps régnait habituellement, sans plus de perturbations, il y avait peut-être quelques fois un peu de vent, mais sinon, c'était le soleil, chaud et rassurant, qui éclairait la petite ville et la grande forteresse encore aujourd'hui en ruine. Cette forteresse, d'ailleurs, malgré le fait qu'elle soit, et avouons le, en assez mauvais état, elle gardait son allure fière d'antan, peut importe l'angle depuis laquelle on la regardait. Mais passons, Miku pleurait donc, seul, dans cette petite rue peu accueillante. Une odeur pestilentielle de vieille poubelle s'était attachée à ses habits et au tissu de sa grande peluche rose, et ses cheveux, maintenant trempés, tombaient tristement sur son petit visage attristé. Ses deux grands yeux noisettes cherchaient inutilement quelqu'un qui pourrait venir aider le petit. Bref, pour lui, c'était un peu la fin du monde, si on veut. Il touchait inutilement les dalles, pourquoi donc ? Aucune idée, il était agenouillé, serrant sa peluche, ses pleurs résonnants sur les dalles et les murs. Il passa la paume de sa main sur son visage pour tenter d'essuyer un peu d'eau ou alors quelques larmes, mais il n'y arriva pas à cause de la pluie coulant de ses cheveux blonds sur sa petite frimousse. Il se releva, serrant toujours sa peluche, et fit quelques pas pour s'approcher d'un mur sur lequel il s'appuya un moment jusqu'à se laisser retomber à genoux. Les gouttes tombant sur son petit crâne lui donnaient un mal de tête incroyable et chacun des bruits de l'orage le faisait crier. Si seulement quelqu'un aurait pu être là, il faisait encore le tour des environs jusqu'à finalement abandonner, baissant les yeux et se laissant sous la pluie, pleurant maintenant silencieusement.

La pluie ne se calmait pas, non au contraire, elle semblait à chaque secondes tomber plus fort, mais Miku oublia bientôt le bruit des gouttes rebondissantes sur les dalles lorsqu'il distingua quelque chose non loin, quelque chose ou quelqu'un ? Non, quelqu'un, apparemment, ses cris désespérés avaient étés entendus par quelqu'un dont le coeur, ou la curiosité, aurait été attiré par ceux ci. Miku regarda la personne, elle était assez grande par rapport à lui, en même temps, il fallait dire que lui même était tout petit. Il la fixa longuement, dans une sorte d'incompréhension, incompréhension ? Oui, il fallait dire qu'il n'y croyait plus trop à ce que quelqu'un arrive pour l'aider, la noirceur du décor l'empêcha de distinguer la personne devant lui, mais il comprit que c'était une fille en regardant la forme de son corps. Mais heureusement, un éclair le laissa distinguer pendant une dizaine de secondes la jeune fille, elle portait un manteau, malgré le fait que le capuchon soit levé sur sa tête, Miku put distinguer des traits fins, assez beaux, et une coupe courte à la garçonne. La jeune fille s'approcha de lui et posa alors sa main sur son visage pour essuyer les larmes qui ruisselaient sur ses joues, Miku la regarda, tout étonné, rougissant presque, le contact humain était une chose essentielle pour lui, il adorait ça, mais que la jeune fille pose directement sa main sur sa joue l'étonna vraiment sur le moment, la main de la demoiselle devant lui n'était pas froide, non, elle était chaude, malgré le fait qu'elle soit un peu mouillée, elle réchauffa le visage du petit qui eut envie de se jeter sur la jeune fille, mais il se retint par le fait qu'il était encore un peu sous le choc. Miku regarda la fille devant lui sourire et dire ensuite :


    - Tu vas attraper froid, à rester sous la pluie.


Miku la regarda longuement puis essaya de dire quelques mots mais n'arriva même pas, pourquoi ? Il ne le savait même pas lui même, il aurait voulu lui dire au moins comment il s'appelait et demander le prénom de la jeune fille mais tout ce qu'il arriva à faire, c'est balbutier un petit « Je... ». Il n'était pas gêné ou quoi que ce soit, il était juste complètement secoué parce qu'il venait de vivre, il fallait dire que Miku était un peu bébé sur les bords, enfin, il le savait ça, mais il était très sensible, oh oui, il suffisait de quelques petits éclairs et d'un peu de pluie pour le faire pleurer, mais sa peur de l'orage n'était rien par rapport à sa peur du noir. Enfin, là non plus il ne se rappelait plus avoir déjà été dans le noir complet, mais il le savait. L'instinct, si on veut. Mais bref, la jeune fille devant lui retira son manteau et le posa sur les épaules du gamin encore complètement perdu, elle mit la capuche sur ses cheveux, ce qui fit qu'il ne sentit plus la pluie tomber sur sa tête ; il arrêta donc de pleurer et sourit doucement à la demoiselle devant lui. Elle s'agenouilla devant lui avec un peu l'air d'une maman puis le fit se lever en lui prenant le bras, le jeune homme se releva doucement, sans rien dire, maintenant un peu plus grand que sa sauveuse. Il la regarda, maintenant heureux, puis la fille prit alors la parole.


    - Aller, debout. C’est les perdant qui s’agenouillent !


Miku rit un peu à la remarque, c'est les perdants qui s'agenouillent ? Ah bon ? Cela voulait dire qu'on ne pouvait pas s'agenouiller si on voulait gagner ? C'était un peu ce à quoi il pensait dans son petit esprit enfantin. Il toussa un peu puis décida lui aussi de parler un peu, il fallait bien qu'il dise quelque chose, lui aussi.

-Merci... Euh... Mademoiselle... Moi c'est Miku euh... Comment vous vous appelez ?

Pendant qu'il avait presque murmuré sa phrase de sa toute petite voix innocente et mignonne, la pluie torrentielle s'était doucement calmée, les nuages noirs et épais commençaient à partir pour laisser bientôt place à un grand soleil rayonnant de toutes parts. Le manteau que la jeune fille avait alors prêté à Miku touchait le sol, à cause de la petite taille du gosse. Le petit regarda la fille devant lui qui se releva ensuite, puis il lui prit la main, comme par réflexe. Il fallait dire qu'il avait eu très, très peur. Mais je l'ai déjà dit et répété plusieurs fois. Il la regarda, son visage commençant à nouveau à lui aussi rayonner, son petit sourire encore un peu gêné s'agrandit pour laisser place à un beau grand sourire innocent et ses deux grands yeux noisettes fixaient la jeune fille devant lui. Le petit garçon serra son lapin, faisant sortir une bonne partie de l'eau qu'avait épongée la peluche, puis redit quelque chose, cette fois plus compréhensible et plus du tout d'un air gêné.

- Merci beaucoup d'être venue, j'avais peur à cause de la pluie et puis de l'orage, hein, et puis il y a aussi les groooos nuages dans le ciel qui font peur !! Mais maintenant ça va mieux hein, par contre, mon lapin est tout mouillé...

Il avait dit ça tout à fait sérieusement et en gesticulant de sa petite taille, et il fallait l'avouer, c'était assez comique. Lorsqu'il finit sa phrase, il regarda la jeune fille en souriant, se demandant ce qu'ils allaient faire maintenant.
more_horiz
Les animaux ne pleurent pas, Sauf lui.


Le petit homme ressemblait à un ange. Un peu comme ceux que l'ont voit dans les dessins animés, avec une bouille ronde, mais pas grosse pour autant. Puis le lapin captivait le regard de Yuffie. Ce lapin paraissait aussi apeuré que son maître, et les goutte sur le tissus qui enrobait le coton était semblable à des larmes. C'était assez amusant, en un sens. Les animaux, c'est bien connu, n'expriment aucun sentiments. Sauf peut être le chat du comté de Cheaster. Mais soit, nous n'étions pas à Wonderland. Pourtant, ce lapin là avait l'impression d'hurler au secours, presque pire que le petit garçon qui l'accompagnait. Celui ci aussi faisait vraiment pitié à Yuffie, d'ailleurs. Seul, n'ayant pour ami qu'un simple bout de chiffon trempé, qu'il serrait fort dans ces bras.

Puis le petit garçon se mit à regarder Yuffie, avec de grand yeux noisette, qui donnait faim à Yuffie. Puis des roses rouge, sans doute à cause du froid. C'est vrai, qu’il faisait drôlement froid. Jusqu'a ce que la pluie ne cesse. Un soleil radieux apparut dans le ciel bleu habituel de Radiant Garden, chassant les nuages noir qui donnait une impression de nuit.


- Merci... Euh... Mademoiselle... Moi c'est Miku euh... Comment vous vous appelez ?

Marmonnait l'enfant, tremblant encore un peu. Debout, et sous les rayons solaire, Le petit Miku, puisque c'était son nom, avait l'air d'un petit prince, mais un soupçon ridicule de part la veste qui traînait au sol. Yuffie esquissait un petit sourire moqueur sur son visage. Moqueur, certes, mais pas méchant pour autant.

    - Je suis Yuffie, et je veux te protéger.


Articula-t-elle, en souriant au jeune homme. Devant une teille beauté, la demoiselle ne pouvait résister. Elle se sentait comme obligé de la prendre sous son aile, au moins jusqu'au centre ville de la forteresse, où il pourrait retrouver facilement son chemin. Puis la garçon attrapa la main de Yu', ce qui la surprit. Elle était gentille, mais pas une maman non plus. Plutôt égoïste, Yuffie ne savait pas comment s'occuper de quelqu'un. Mais la mains froide et tremblante de l'enfant la fit changer d'avis. Elle allait le garder un petit moment. De toute façon, si elle ne le faisait pas, il allait pleurer, et là ce serait encore pire. En effet, derrière sa tête d’ange, Miku avait tout du gamin capricieux et pourrit gâtée. Peut être que tout cela était une comédie d’ailleurs. Yuffie se méfiait, comme toujours. Elle le garderais, mais aussi, et surtout pour avoir un œil sur lui. Mieux vaut un gamin qui empoisonne la vie de notre demoiselle, plutôt qu’un être machiavélique qui détruit encore plus la ville.
Soit, le garçon continuait de parler:


- Merci beaucoup d'être venue, j'avais peur à cause de la pluie et puis de l'orage, hein, et puis il y a aussi les groooos nuages dans le ciel qui font peur !! Mais maintenant ça va mieux hein, par contre, mon lapin est tout mouillé...

Et c’est là où Yuffie explosa de rire, essayant de se retenir par tout les moyens, en vains. Voir cette petite chose faire de grand gestes, puis parler avec une voix enfantine, en articulant mal quelques mots, c’était pire qu’amusant: c’était hilarant. Mais rire ainsi, c’était aussi très malpoli, et il suffisait que Monsieur soit successible pour qu’il boude. Vous connaissez les enfants. Sinon, vous en avez de la chance.
Mais une tête d’enterrement s’afficha sur le visage de l’enfant quand il parla de son lapin. C’est vrai qu’il était dans un sale état: Puant et mouillé. Yuffie retira donc son pull, ce qui laissait à nu ces épaules et ces bras blanc et tout blanc. Après ça, elle emmitoufla le doudou dans le vêtement.


    - Voilà, en attendant qu’il soit au sec, il ne faut pas qu’il attrape froid.


La jeune fille avait froid dans cette tenue, mais rien que la façon dont souriait le môme la réchauffait. C’était plaisant. Yuffie reprit sa main, et se courba

    - Ca va aller?
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum