Derniers sujets
A la recherche de NikoleisHier à 20:33RikuBirth by SleepHier à 11:43Maître AquaTigre et Corbeau : Remise en questionDim 23 Juin 2019 - 12:47Chen StormstoutRénovation des jardinsDim 23 Juin 2019 - 12:13Chen StormstoutLe 3h10 pour le Château DisneyVen 21 Juin 2019 - 9:38FamfritAprès GuerreJeu 20 Juin 2019 - 19:30Heinrich VentrecrocLa Vue de RivyJeu 20 Juin 2019 - 16:39Irelia AlishinaSix pieds sous terreMer 19 Juin 2019 - 18:37KuroUne découverte imprévue Mar 18 Juin 2019 - 12:01CissneïUn rêve devenu réalitéLun 17 Juin 2019 - 20:03KuroL'étoile des vœuxLun 17 Juin 2019 - 19:49KuroChangement du PlanLun 17 Juin 2019 - 10:08DeathLa suite du PlanLun 17 Juin 2019 - 9:43DeathLe PlanLun 17 Juin 2019 - 9:26DeathHo ho ho !Dim 16 Juin 2019 - 22:04Fiathen
Le Chien noir

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Alors que le chat s'en va Left_bar_bleue299/299Alors que le chat s'en va Empty_bar_bleue  (299/299)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 4 Juin 2019 - 17:11
L'usine, pareil à un enfer de feu et de fer, vous afflige immédiatement de sa pesanteur. L'air y est lourd, chaud et par endroits brûlants, saturés par toutes les saloperies qui s'échappant en permanence des grandes cheminés sous forme de pollution. A l'extérieur, on voit déjà l'ombre de l'industrialisation qui nourrit un ciel déjà obscurci, rendant d'autant plus malsains les nuages noirs menaçants et orageux. Ca sent le souffre, le brûlé, le métal torturé par les flammes ; l'odeur des ouvriers qui y transpire s'y mêle sournoisement. Jack regarde sa main, dérangé et un peu inquiet, de la suie s'y insinue ou s'y amasse alors même qu'il fait bien attention à ne rien toucher. Les semelles de ses chaussures de sécurités coqués se ramollissent et se déforment, à certains endroits, la chaleur des fournaises se transmet jusque dans le sol de fer. Sans parler du fracas incessants des machines, pareil à de la foudre solide pour l'oreille sans cesse agresser. Ca grince, ca rouille, ca tape, ca crie. C'est exténuant rien que de s'y promener alors Jack n'ose imaginer le calvaire de ceux qui y travaillent à longueur de journée, honnêtement, il n'envie pas les usiniers du port sans mer, ces dockers qui ne prennent pas la mer.
Quelqu'un, au loin, hurle d'agonie ; probablement que l'usine, semblant parfois doter de sa propre conscience tant les chaines d'assemblages filent sans discontinuer, à réussir à le blesser. A-t-il perdu un doigt ? Un bras ? Le pied écraser par un chariot qui passait par là ou par un tram qui rentre à même l'usine ? Ou brûler par un éclat d'un des bassins de métal en fusion ? Allez savoir. Qu'importe.

Déjà rouge et en sueur, ca ne vaut pas les flammes qui le croquèrent lors du tournoi. Ces dernières, elles-mêmes, ne valant probablement l'incandescence que Jack ira rencontrer dans quelques jours. Lui, déjà brûlé sur large partie du corps, quasiment sur toute une moitié, doit pourtant s'habituer à voir son corps brûler. Et plus que son corps, son coeur lui-même se remet très mal des quelques éclats de lumières rencontrés.
Tout ça pour quoi, hein ? La Garde Noire a plus d'armes qu'elle ne peut en stocker et bien trop habitué, voilà un intendant qui se bat sans accessoires… avec des larbins pourris gâtés qui ne prennent absoluement pas soin de leurs équipements. Touts ce qu'ils savent faire, c'est se bricoler des armures pillés, recyclés, récupérés, volés… en privilégiant toujours l'allure à la réelle protection.

Dire que ces idiots en sont à se battre pour décorer leurs armures d'un emblème d'un autre groupe mais qu'à côtés de ça, ils se baladent sans casque voir même torse nue en cet été. Sombres imbéciles se dit l'intendant qui a pris l'habitude de se battre uniquement protégé d'une chemise ou d'un t-shirt.

« Que nous vaut la visite de l'intendant ?! » Lance l'un des contremaitres de l'usine, aussi bourru que trapu, l'air étrange dérrière ses lunettes de soudures et qui, sans politesse, continue de manutentionner des caisses pleines d'armes, d'explosifs et de munitions.

« Il me faut des lunettes de soudures, les plus opaques que vous ayez par ici. » Répond Jack, sec et autoritaire, quoique trop distrait par ce qui l'attend dans les prochains jours ; sa voix reste morne. Dire qu'il ose se plaindre de l'abondance d'armes à feux, de munitions et d'explosifs… c'est un peu fort de café, admettons-le.

« Va te servir dans les stocks, les lunettes les plus opaques qu'on ait sont celles des gars qui entretiennent les bassins de fusion. »

Ni une ni deux, préssé de quitter l'atmosphère oppressante de l'usine, Jack file entre les affreuses machines qui rouillent et hurlent de la chaleur semblable à des flammes invisibles, le regard à peine épargné par de simples lunettes de soleils qui finissent vite par ne plus suffire. Son seul réconfort, c'est encore de voir les usiniers bien trop débordés de travail pour réellement s'intéresser à lui ; c'est aussi relativement inquiétant d'être l'intendant de la garde noire et de ne voir personne réagir plus que ça à sa présence, sinon quelques regards vaguement concernés.
Les hangars de stockages, eux, sont déjà plus calmes et plus sombres, horriblement éclairés par des lumières si incroyablement froides mais si douce comparé à l'enfer qui compose le reste de l'usine.

Mou et morne, blasé, déprimé… un sourire désespéré d'un homme qui se voit déjà mort dans d'atroces souffrances, qui se demande s'il y a plus horrible que de continuer à vivre… ah si, il y a à Hadès. Probablement que Death a déjà négocier toutes les âmes de la Garde Noire au sombre dieu des Enfers. Et probablement que si ce n'est pas Hadès qui récupère les âmes des Coalisés pour les tourmenter, ce sera Death qui les gardera pour qu'ils continuent à travailler. Mince. C'est vraiment une sale journée, Jack n'arrive juste pas à se… motiver… et traine la patte, inlassablement, jusqu'à l'heure fatidique où il devra bien s'y mettre.

Ce n'est qu'une fois une paire de lunettes de soudures en main que l'intendant quitte l'usine et, à pas préssé, s'échappe de ce quartier vicié par l'horreur industriel qui y règne. Enfin, il se permet d'enlever les lunettes des soleils et retrouve, plus ou moins, la douceur d'une nuit noire que l'usine n'a pas encore pollué. Le calme, aussi, alors que les fracas de l'usine se font peu à peu des échos lointains à peine discernable. Quelques mètres à peine et on croit ne plus les entendre.
Puis soudain, arrive un garde noire au point de rendez-vous. Celui-ci a une armure de cuir clouté, d'un noir violacée ; un équipement complet et propre qui présente bien, jusqu'aux chaussures cirées, une nécéssité pour ceux qui travaillent au concessionnaire Shinra.

Putain de Shinra, soit-dit en passant.

« Voilà la fameuse lettre, chef. »

Sans ménagement, Jack lui arrache des mains avant même que son larbin n'ait fini de lui tendre et… ca commence mal : l'emblème de la lettre ne lui ait pas connu. Hésitant un instant ou deux, l'intendant finit par ouvrir le courier et, pensant le lire en pensée, le lit en marmonnant.

« Vous avez gagné un voyage à Costa Del Sol, pour une durée de blablablablabla… heureux gagnant d'un tirage au sort, blablabla… amusez-vous bien, blablabla… » Toujours sans grande motivation, l'intendant inspecte la lettre de fond en comble pour chercher à identifier l'identité du groupe ou de l'individu qui le lui aurait envoyé. « Qui a envoyé ça, au juste ? »

« Aucune idée, Momo l'a retrouvé dans la boite à lettre de la Garde Noire et personne n'a vu qui l'y a glissé. »

Jack n'a participé à aucune tombola, jeu ou quoiqu'est-ce et surtout ? L'emblème lui est parfaitement méconnu ; cette invitation est incroyablement suspecte. Sans attendre, l'intendant déchire l'invitation en deux, puis en quatre, accélère pour la déchirer en huit, en dix, accélère d'autant plus pour la déchirer et y va crescendo jusqu'à faire des confettis. Littéralement.

« Dire qu'on pense m'avoir avec un piège aussi grossier. » Jack en crache de dégoût, l'agacement le sortant momentanément de sa torpeur mais en un rien de temps, il y replonge et blasé d'orgueil, pense avoir tout compris. On ne me l'a fait pas, se dit-il. « Me semble que le Primarque, lui aussi, avait invité Death à Costa Del Sol. »

Le garde y réfléchit quelques instants, pas sûr de lui mais les bras croisés et les yeux baissés dans sa réflèxion.

« On sait déjà que Costa Del Sol est en partenariat avec la Shinra. Peut-être que ce sont aussi des adorateurs du Sanctum ? »

« Quand y a doute, y a pas doute. » Ni une, ni deux, Jack cherche à attraper sa radio et… se fige, elle n'y est pas. On le lui a volé sans qu'il ne s'en rende compte ?! Non… de mémoire, Jack ne l'avait pas prise en partant parce qu'aujourd'hui, il n'est pas d'humeur pour les appels radios à la con incessant. De mémoire… Jack peut-il faire confiance à sa mémoire… ? Bref, après un soupir, l'intendant attrape la radio du sous-fifre. « Jack pour Momo, nouvelle consigne, on surveille tout particulièrement toute personne venant de Costa Del Sol. »

« A cause de la lettre… ? »

« Non. C'est juste que les noix de cocos prévoient de dominer le monde et conspire dans l'ombre pour tous nous éradiquer en vue de devenir l'espèce dominante… » Jack se retient soudain d'exploser sa radio ; c'est une sale habitude qu'il doit perdre. « …évidement que c'est à cause de la lettre ! Sombre imbécile. »

Reste à savoir si Jack a oublié sa radio en partant, si on le lui a volé ou s'il n'en voulait juste pas… mais une chose est sûre ; là tout de suite, plutôt voir son monde brûler que de devoir supporter ses larbins. Ils ne font rien de mal, objectivement mais… l'intendant n'est juste pas d'humeur, aujourd'hui. Jetant sans précaution le talkie-walkie au garde noire qui jongle maladroitement avec avant d'enfin la tenir en main, Jack enfonce ses mais crispés dans les poches de son treillis en levant les yeux au ciel et n'attendit pas pour continuer sa route jusqu'à la gare de la Citée du Crépuscule.
Là-bas, une garde noire parmis les plus charmantes l'y attend… Skinner, toujours si prétentieuse et méprisante rien que de par son allure ; un nouveau soupir alors qu'elle le regarde de travers, masquant sa rancœur par un petit sourire narquois qui ne trompe pas Jack.

C'est calme, aujourd'hui ; paisible même. Et c'est très bien comme ça, se dit Jack qui ne regrette pas que la Cité du Crépuscule soit si peu attractive en terme de tourisme. Il se débarrasserait bien d'internet au passage mais… le voilà qui soupire une nouvelle fois. L'idée que les gens d'ici puissent se détendre et profiter du monde extérieure sans que celui-ci ne vienne à la maison ? Pourquoi pas mais honnêtement, en plus de touts les problèmes avec la Shinra, il va peut-être y avoir le problème "D.Va". Parce qu'elle fait des streams que Jack ne regarde pas et ne regardera pas tant que la gamine ne se mettra pas à jouer à des survivals-horrors, les seuls jeux-vidéos capable d'intéresser Jack. A-t-il vraiment le temps de regarder des streams, de toute façon ? Possiblement, un jour comme celui-ci mais… ouais, non.
L'intendant de la Garde Noire qui regarde la dernière streameuse à la mode jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans l'oubli et l'anonymat ? Non, c'est pas sérieux. Le Chien Noir a mieux à faire comme… errer dans sa ville pour lui prouver qu'elle est surveillée, piller des villages, crucifier des gens, tout ça.

Par contre, deux trucs le font suffisement tiquer pour qu'il regarde au moins un de ces streams, un jour, dans un intérêt purement proffessionnel. Déjà parce que selon la nièce d'un garde noir anonyme dont on se contrefout tous et Jack le premier, D.Va aurait plus ou moins promis de faire un live à la Citée du Crépuscule. Ca plus son dirigeable rose géant qui aurait été aperçu à Agrabah pour faire on-ne-sait-pas-trop-quoi ? Toujours blasé mais soucieux, maintenant qu'il réfléchit à tout ça.

« Tu m'écoutes au moins ?! »

« Hein… ? » D'un mou sursaut agacé, Jack relève le coin supérieur de la lèvre pour dessiner un rictus dérangé. « Non. »

« … » Une grande et longue inspiration, suivie d'une expiration du même acabit, sans doute pour rester maitre d'elle-même et ne pas se faire tabasser comme par le passé. « Pour les sans-cœurs, Neith avait raison… ce ne sont jamais que des petits groupes composés de forces mineurs mais il y en a de plus en plus, de plus en plus souvent. »

« Tant mieux, ça vous empêchera de vous relâchez et tant que vous êtes occupé avec les sans-cœurs, vous n'êtes pas occupé à essayer de me tuer. Qu'ils en viennent par vagues entières, on les exterminera tous. »

« Ou on peut aussi très simplement executer Septimus pour qu'ils arrêtent d'affluer avant que ça devienne ingérable. »

« Non mais… bon sang ! Entre toi et Vlad qui veulent tuer tout le monde, plus Lamont qui fracasse du garde noir à tour de bras au premier prétèxte, à la fin, on va se retrouver sans effectifs à devoir faire du vingt-quatre heures sur vingt-quatre ! Le pouvoir, le vrai, c'est de soumettre les gens à sa volontée, pas de les détruire. Non mais… bon sang ! Vous comprenez rien à rien ! Vous me saoulez ! »

« Quel rabat-joie. » Répond-elle, les yeux levés au ciel alors que d'un geste de la tête en sa direction, Skinner montre le Collecteur.

Se désintéressant du char comme des chevaux noirs qui le tire, Jack se saisit sans ménagement des chaines qui contraignent le coffre sans-cœur à ne pouvoir ouvrir la gueule qu'à moitié. Et si la créature résiste, s'agitant nerveuse en déployant une horrible langue qui s'enroule le long du bras de l'intendant, ce dernier s'agace un bon coup avant d'embarquer le monstre à sa suite. Pitoyable spectacle que de voir le monstre se faire trainer sur les pavés, à s'exciter seulement pour mieux s'abimer, tandis que le Chien Noir l'embarque avec lui en direction du transport Shinra.
Et l'intendant s'arrête pourtant, un instant. Le coffre croit y voir une opportunité et de hargne, s'agite comme jamais, bondit en tout sens ! Jack, le bras tendu, laisse la créature et plus encore, l'aide à gagner en hauteur pour l'abattre impitoyablement sur le sol ; que ce monstre arrête son raffut, bon sang.

« Je ne reviendrais probablement pas de cette mission. »

« Tu pars quasiment jamais en mission mais… tu dois être le genre à dire ça à chaque fois. »

« Je suis sérieux. »

« Admettons. Pourquoi tu me dis ça, au juste ? »

« Tu n'es pas assez résistante pour avoir le luxe de te faire surprendre, me semble te l'avoir déjà expliqué alors… au cas où je ne reviendrais pas, je t'offre un coup d'avance sur Vlad. »

« Et Septimus, dans cette histoire ? »

« Vous n'avez pas la moindre chance contre lui… alors j'ose espérer pour toi et pour la Garde Noire que l'intendance ne l'intérèsse pas. »

Vlad poussera trop loin l'idéologie et la garde noire s'auto-détruira sous son commandement ; à trop pousser la loi du plus fort, il n'en reste qu'un. Et Death lui-même ne peut prétendre intimider l'univers seul, il faut une armée pour régner mais Vlad risquerait de ne pas le comprendre, ou de le comprendre trop tard. Septimus, lui… disons qu'il obtiendra d'excellents résultats mais… il transformera la Garde Noire en quelque chose qui n'a rien à voir. La seule qui, en l'état, peut correctement succéder à Jack en conservant ce qui fait l'essence de la Garde Noire sans la dénaturer ou la détruire ? C'est bien Skinner.
Sur ce, Jack a des choses à faire et n'a déjà que trop procrastiner.
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Alors que le chat s'en va Left_bar_bleue1387/0Alors que le chat s'en va Empty_bar_bleue  (1387/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 5 Juin 2019 - 14:14
Alors, j’annonce d’entrée de jeu, j’risque de faire un commentaire assez court dans le cas présent. Le rp détient des clés pour la suite des aventures de Jack, j’invite donc quiconque à le lire et de bien faire attention à la suite, il y aura à faire ici. Soyez attentif !

Aussi, j’ai pas grand-chose à dire de négatif dans ce rp.

C’est un rp assez intéressant, du même acabit que tu nous offres avec Arthur, le genre de moment où tu décris un endroit assez précisément pour que l’on se fasse une idée.

Soyons honnête, l’usine à été implanté et on n’a pas donné plus de détail que ça. Ici ? Nous avons la topographie totale ! Il manque plus que le thermomètre pour que nous nous fassions une image complète. Donc, en soit ! C’est cool. Le simple fait de rendre le rp comme « référent » pour l’endroit ;

Autrement, j’aime bien la suite du rp et ce qu’offre Jack en terme de narration.

Il arrive que le côté « parano » soit oublié et ici ? Nous avons le rappel qui revient ! Donc, j’suis content. Mais surtout, cette étude par rapport à tout les personnages important de la Coalition Noire et de quel manière il s’imbrique. Donc, ouais, c’est cool.

Enfin, j’ai deux-trois trucs à dire, j’attends juste d’être plus loin pour les balancer!


Très Facile : 7 points d'expérience + 50 munnies + 1 PS en Force

_______________________________
messages
membres