Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Justice embusquée Left_bar_bleue429/500Justice embusquée Empty_bar_bleue  (429/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 14 Avr 2019 - 18:59
Pour une fois que je dormais tranquille…

« Pssssssssssst Madame Song ! Réveillez-vous…
- Quoi ? Il est déjà six heures ?
- Non, non il est quatre heures du matin mais faut vous bouger le f…
- J’ESPÈRE QUE TU AS UNE BONNE EXCUSE ! »

Je me redresse de mon lit, pas maquillée, en tenue de nuit et j’avais le sommeil profond alors j’espère que ce n’est pas pour des bêtises insignifiantes !

« On a reçu un messager du Juge Shi Wu. Des corrompus liés à la secte vont essayer de s’enfuir au petit matin. Il n’a pas encore le soutien du Duc pour les arrêter, il pense qu’ils vont échapper à la Justice.
- Et en QUOI ça me regarde ?
- Vous voulez toujours que ce soit notre copain non ? Et défoncer des gars de la secte non ?
- Tssssss… Va réveiller les six soldats en urgence, je vais m’habiller immédiatement !
- Ok chef tout de suite ! »

Tsss… Je n’ai que ça à faire à quatre heures du matin : une chevauchée sauvage dans les vallées autour de Chengdu alors que je suis en pleine préparation du mariage ! Il va falloir que je fasse mon maquillage et que j’enfile ma tenue furtive à vitesse grand V pour aller encore poutrer des petits voyous qui pensaient pouvoir s’en mettre plein les fouilles avec cette organisation bien obscure.

« Xupeng, debout ! Il me faut huit chevaux prêts d’ici vingt minutes. Amène la grosse monture, Francis nous accompagne. Merci. »

Allez hop ! Un peu de poudre, rouge à lèvres, les bijoux on n’en a pas besoin pour être magnifique avant l’aube, la tenue de cuir… Et en route ! Je rejoins Francis et les autres hommes dans nos petites écuries. Je lis rapidement le message du juge :

« Songzi Huayan,

Des fugitifs que je sais être des membres de l’aristocratie locale corrompus par la secte vont s’enfuir peu avant l’aube de Chengdu. Je ne peux pas faire intervenir les gardes sans le soutien du Duc qui demeure silencieux.

Arrêtez-les s’il vous plaît, Justice doit être rendue quoiqu’il advienne. Ils sont liés à la mort de mon prédécesseur. J’imagine qu’ils vont s’enfuir en prenant la porte sud pour rejoindre Chongqing, la ville la plus proche où ils pourront disparaître aisément.

Shi Wu. »


Bien, cela me semble assez clair. Je vais mettre au point notre stratégie avec la fine équipe.

« Messieurs.
- Madame !
- Notre mission est aujourd’hui d’intercepter des individus responsables d’actes criminels et de corruption en lien avec une organisation que nous ne connaissons que trop bien dans notre Maisonnée. Francis, décris-leur notre approche.
- Mais certainement Madame. Bon les gars, on va pas se la jouer petite chatte sur ce coup-là je vous préviens… Quoi, pourquoi vous me regarder bizarrement ? »

S’il n’était pas si tôt le matin, je lâcherai avec plaisir un grand sourire à ces fidèles soldats qui n’aiment pas que l’on parle mal en ma présence. J’aime bien.

« Ouais bon bref. On va couper par les petits chemins dans les rizières, s’ils vont à Chongqing ils vont forcément passer par le petit croisement dans le bois d’à côté. Nous, on se met en embuscade et on les cueille comme la rosée du matin. On planque les corps et on rentre pour le petit-déjeuner ni vu ni connu. A priori, je pense pas qu’ils soient nombreux, sinon le Juge aurait spécifié plus que ça. Des questions ?
- Madame Song nous accompagne ?
- T’en as d’autres des questions connes ou on peut enchaîner ?
- C’est peut-être dangereux. Nous pouvons nous en charger tous les six voir sept. Cela ne sert à rien de la mettre en danger inutilement.
- Mais t’es c…
- Merci de votre considération pour ma sécurité messieurs, mais sachez que j’ai déjà combattu des choses bien plus impressionnantes que des fugitifs dans une forêt. Nous partons maintenant.
- Oui, Madame ! »

Sans plus de cérémonie, nous partons à cheval en direction de la zone où nous embusquerons les fuyards et potentiellement leur escorte.

« Aile-Ébène, trouve des corbeaux pour me localiser un groupe d’humains qui tenteraient de partir de Chengdu de manière rapide tout en essayant de rester discrets à cheval. Envoie-moi quelqu’un pour me prévenir au croisement dans le bois au sud, non loin de la route vers Chongqing. »

Les rues sont à peine animées à cette heure si… Matinale disons, il est bientôt cinq heures je pense. Nous chevauchons en passant par les petites ruelles désertes tandis que le soleil est toujours caché derrière les montagnes de l’Est.

Je suis contente pour une seule chose : je vais enfin voir les fameux six gardes qui sont sensés constituer ma « protection d’élite ». Fidèle à ce que nous avions prévu, ces jeunes gens sans renom, ni noms de famille honorables ont abandonné leurs anciennes identités pour devenir des soldats nouveaux et loyaux à la Maison Song. Uniquement à elle.

Leurs nouveaux noms étant : Shuren, Bo, Qiu, Shun, Guiying et leur chef et coordinateur -en-dessous de Francis- porte le nom de Wuhan. Oui, comme la ville. Sauf que les caractères ne sont pas les mêmes donc le sens change bien entendu.

Alors que nous sortons de Chengdu par la porte sud, deux corbeaux viennent me faire parvenir un message :

« Les fugitifs que vous cherchez sont pas loin derrière vous. Ils vous suivent à vingt minutes près. »

Je les renvoie d’un geste de la main tandis que nous fonçons pour nous cacher dans les bois. J’aurai dû prendre quelque chose à grignoter. Je demanderai à Francis en arrivant, il doit bien avoir un ou deux trucs à manger dans son sac.

Après un moment, nous atteignons les bois. Nous cachons les chevaux dans une clairière un eu à l’écart de la route et nous nous mettons à couvert. Quatre d’un côté, quatre de l’autre. Je vais me charger d’arrêter la petite troupe qui tente d’échapper à la Justice, mon équipe se chargera du reste.

Je prends le contrôle d’un gros rocher. Cela devrait être suffisant pour arrêter la course des chevaux. Avec l’obscurité qui demeure encore pour un moment, notre attaque devrait être assez fulgurante pour vaincre sans trop de problèmes. Sans compter l’effet de surprise d’un bout de roche qui vous tombe dessus en plein chemin.

On entend le bruit d’une troupe à cheval en approche… C’est eux. Mais vu le bruit, ils sont plus nombreux que ce que nous pensions. Je vais devoir aider mes hommes plus activement que prévu, sinon j’ai peur que nous ayons des pertes. Notre manque de préparation joue en notre défaveur ici. Shi Wu aurait dû me prévenir avant de cette histoire, j’aurai peut-être pu les arrêter ou enquêter avec lui… Tsssss : « Tout est sous contrôle. », ça se voit. Faudra que je remettre un peu d’ordres dans ces affaires-là plus tard…

Bref, les corrompus de la secte.

J’attends un peu… Encore un petit peu… Presque… Maintenant !

Je projette le rocher en face de la troupe, il percute avec force les trois premiers chevaux et disperse la formation serrée du groupe de cavaliers.


« Sortez vos armes ! » crie un homme.

Ils n’ont pas l’air surpris, c’est étrange. Pas le temps de réfléchir, il faut passer à l’action ! Francis ordonne un assaut coordonné et professionnel :


« Allez les gars ! ON LEUR TROUE LE CUL ! »

Il faut vraiment qu’il se calme… Allez ! Je sors un peu de ma cachette et observe la situation : il y a dix hommes qui fuient ici, c’est plus que prévu et de loin. Il y en a coincé sous son cheval à cause de moi, j’imagine qu’on peut donc descendre à neuf.

Le combat est engagé. Je jauge un peu mes hommes et les ennemis. Beaux gestes, bonnes parades, esquives acceptables. On peut voir que ce sont des soldats entraînés mais qui manquent de pratique réelle. Cette mission tombe à pic.

Je remarque qu’ils ont tendance à utiliser une technique intéressante, ils attaquent souvent deux par deux. L’un donne un coup souvent paré tandis que l’autre assaillit l’ennemi immédiatement. C’est efficace et propre. J’apprécie. Cependant, il y en neuf, et ils ne sont que six, sept avec Francis. Ce n’est pas la meilleure chose qui soit.


« Enculé t’as niqué ma cape ! » dit Francis avant de fracasser le torse d’un homme qui s’effondre au sol comme un pantin désarticulé.

Francis réattaque quand même, au cas où il ne serait pas encore complètement mort en enfonçant son marteau dans son crâne… Qui explose sous la force de la bête. C’est dans ce genre de moments que j’aime me rappeler l’affection que me porte Francis.

Cependant, deux malandrins s’approchent de moi en courant, armes à la main et l’air plutôt menaçants, soyons honnêtes. Dommage pour eux. Sans même bouger d’un pouce, leurs corps se lèvent dans les airs et ils lâchent leurs épées pour tenter d’échapper à la pression que je maintiens sur leurs gorges misérables.


« Vous osez attaquer une femme à deux ? Vous êtes des hommes braves à ce que je vois. » leur lancé-je, le ton faussement outré.

« Chef arrêtez de jouer, laissez-les nous.
- Occupe-toi des tiens déjà avant de venir m’embêter. »  

Le combat devient plus violent. Guiying et Shuren sont en duel face à des combattants qui ont l’air entraîné. Les épées s’entrechoquent, Shuren plie légèrement le genou et utilise la force de son adversaire, plus grand que lui, pour le déséquilibrer vers l’avant et ainsi frappez avec sa seconde lame dans les côtes. Guiying pare avec son arme avant de donner un coup d’épaule violent à son ennemi. Avec les épaulières, ça a dû faire mal.

Wuhan reste avec Qiu, le moins expérimenté des six. Qiu se bat avec une sorte d’hallebarde assez courte, il n’est pas nécessairement très à l’aise dans un terrain boisé avec des épéistes en face de lui.


« Prend ton épée. » lancé-je dans sa direction.

Wuhan tranche la gorge sèchement d’un ennemi avant de plonger sur l’adversaire de Qiu et lui enfoncer sa lame dans la carotide. Le sang gicle abondamment. C’est propre et net. Les corps tombent et l’affrontement est déjà beaucoup plus en notre faveur maintenant.

Shun s’occupe de faire fuir les montures dans les bois en essayant de leur faire prendre des chemins séparés. Intelligent. Seuls les chevaux touchés par mon rocher restent avec nous. Il faudra abattre les pauvres bêtes après le combat.

Bo circule entre les différents duels et aide à parer ou forcer les ennemis à se retrancher un peu plus en réduisant leur espace de manœuvre. Pourquoi pas.

Shuren continue de harceler son attaquant en lui donnant de petits coups tranchants un peu partout, le gars fatigue et de nombreux bouts de ses vêtements laissent voir le sang s’écouler de plus en plus. Ce sont de bonnes entailles. Quand il sent la faiblesse venir dans l’homme en face de lui, il esquive en faisant une roulade et lui plante ses deux lames dans les flancs par derrière.

Guiying s’associe à Bo et Shun pour submerger l’un des hommes déjà bien blessés.

Les derniers fugitifs décident de se rendre. Cela me semble bien facile. Tout ceci me semble un peu louche.


« On se rend, arrêtez ! On lâche nos armes regardez ! » crie t-il.

Mes soldats les tiennent en joue et les rassemblent au milieu de la route. Je m’approche d’eux et les regarde. Ce sont bien des chinois, mais ils n’ont pas des têtes de la région… Ils sont particulièrement moches et sales. Francis se met à côté de moi et racle sa gorge.


« Hem ! Hem !
- D’où venez-vous exactement ?
- HEM ! HEM ! »

Je me retourne vers lui l’air interrogateur. Il me fait un signe en direction des deux hommes toujours suspendus dans les airs. Ils ne bougent plus. Mince, je les avais oubliés ceux-là. Bon et bien c’est dommage, ils se sont attaqués à la mauvaise femme. Je les relâche et leurs corps rejoignent les autres déjà à terre.

« D’où venez-vous ?
- On a été engagé par…
- Chut ! On va se faire massacrer si on parle !
- Que vous parliez ou pas, je ne vous prédis pas un grand avenir messieurs. »

Ils échangent dans un dialecte que je ne connais pas. Après un bref instant de chaos linguistique, ils se murent dans le silence. Je perds un peu patience.

Francis me confirme l’identité des fugitifs recherchés par le juge Shi Wu. Ils sont morts.


« Quels sont vos ordres ma Dame ? » demande Wuhan.

Mon fidèle acolyte décide de répondre à ma place, sachant très bien ce que j’allais ordonner de toute façon.


« Ils ne veulent pas parler et ils ont vu le visage de Madame Song. On les finit proprement et on enterre ça derrière les buissons les gars. Commencez par celui coincé sous le cheval, il me fait pitié ce con. »

Je vous passe volontiers les détails sur l’exécution de ces bandits. Après une fouille des corps par Francis, il s’est avéré que cela devait être des sortes de mercenaires qui ont été recruté supposément par les deux cibles de la Justice pour les emmener en sûreté quelque part à Chongqing… Nous avons même une adresse. J’enverrai un corbeau pour surveiller les lieux. On ne sait jamais.

Après avoir fait disparaître les corps, j’aligne la fine équipe devant moi. Je vais leur communiquer ce que j’attends d’eux désormais.


« Vous avez du potentiel. Je suis ravie de voir que notre Maison a des éléments forts prometteurs en son sein. Vous manquez d’expériences pratiques comme celles-ci. Je tâcherai de vous donner des missions à l’avenir pour parfaire vos compétences martiales. Vous avez mon intérêt et mon appréciation, ne les gâchez pas s’il vous plaît.
- Oui, Madame ! »

Un peu de nettoyage sur la route, et nous pouvons reprendre nos chevaux pour aller déguster le petit-déjeuner. Ni vu, ni connu. C’est une justice implacable que nous avons servie ici. En espérant que le Juge Shi Wu sera un peu plus efficace à l’avenir, je ne vais pas tendre d’embuscades tous les deux jours dans la forêt car monsieur n’arrive pas à gérer les délinquants et criminels.

Cependant, le silence étrange du Duc du Sichuan m’inquiète. Ce n’est pas normal qu’il fasse autant tarder un officiel du ministère de la Justice impériale, directement rattaché à l’autorité de l’Empereur donc. C’est une affaire à surveiller de près.

Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
Justice embusquée Left_bar_bleue296/400Justice embusquée Empty_bar_bleue  (296/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 15 Avr 2019 - 11:08
Moi, j’aime le pâté. Voici, c’était mon introduction. De rien.

Alors le texte ! En fait, j’vais juste avoir un truc à dire.

Le concept de broder quelque chose autour d’une idée. Que je m’explique. Ici ? Le corps du texte est le suivant : Le juge demande un truc au Duc par rapport à une activité de la secte, le Duc ne répond pas ou prend du temps et le schéma logique est le suivant : Le Duc est potentiellement corrompu !

En soit, amener l’idée tel quel, il y a des dizaines de façon différente et il y a moyen d’y mêler des enjeux supplémentaire, tel que le cas ici… L’entraînement des soldats de Song.

Est-ce que c’est un mal de faire ça ? Non, j’trouve pas. Et puis, nous le faisons tous.

Mais ce dont j’veux parler, dans le cas, présent, c’est de la logique qui amène à cela. Si le juge en va jusqu’à prévenir Huayan au beau milieu de la nuit pour, pardon de l’expression, débarrasser les poubelles ? C’est que ça réputation n’est pas aussi clair que ce qu’il semble l’être.

Ok, tu développe un jeu politique et une place que prend Huayan dans la société de Chengdu . Néanmoins, c’est mission me laisse plus transparaître la famille Song puissante car elle à le pouvoir de nettoyer la ville. Certes, ça transparaît que ça aide le gouvernement impérial, mais j’ressens plus un juge qui fait appel à sa milice privé qu’à une force pouvait aider la ville.

D’autant que, voilà… Les soldats sont endoctrinés au point d’avoir un nouveau nom et de réagir au ordre de Song et c’est tout. Et pour finir, ils ont enterrer les cadavres et nettoyer la zone comme si de rien n’était.

Ça aide le gouvernement ? Ok. Mais c’était plus proche d’une série meurtre commandité par une personne qui n’avait pas l’aval de ses supérieurs.

Et donc, pourquoi est-ce que j’raconte cela ?! Simplement pour dire que, la façon dont tu brodes autour d’une idée peut guider vers une autre interprétation comme j’viens de le faire à l’instant. J’ignore réellement qu’elle idée tu voulais retransmettre en priorité, en attendait, j’suis dans mon idée que Huayan se fait rouler et qu’elle est juste l’exécutante d’un juge.

Sinon, les combats étaient bien et voilà… Mon regret est p’tet que malheureusement, il n’y a aucune perte à déplorer de ton côté.Pas d’entaille ou quoi que ce soit d’autre.


Normal : 21 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. Deux en Psychisme et un en Symbiose !

_______________________________
messages
membres