Fée d'Hiver

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue0/650Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (0/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 9 Avr 2019 - 14:00
Bon ben voilà ... Ça c’était fait ... La rencontre avec le petit monstre rouge  m'avait bien mise en boite ! Littéralement ! En bocal plutôt ... Je me retrouve posée sur un grand bureau dans une espèce de pot à confiture vide surmonté d'un couvercle percé.  C'est là que je reprend conscience, j'ai la tête qui tourne. La rencontre avec la tapette géante m'a bien secouée !

A côté de moi, debout à côté du bureau, une grande silhouette d'humain est en train d'examiner quelque chose posé sur le meuble. Les paroi de ma prison déforment un peu ce qui m'entoure. Je suis obligée de m'approcher et de coller un œil tout contre la paroi de verre pour voir un peu mieux.


"-Hey mais c'est ma lettre ! Et mon billet de vaisseau !" Je tâte après mon tube porte-lettre que je suis sensée porter en bandoulière. Disparu !

"-Vous me les avez pris, rendez les moi !"

Ma voix résonne dans le bocal et attire l'attention de mon geôlier. Il tourne la tête vers moi et son expression affiche une légère surprise. Il s'approche du bocal et se penche sur moi. C'est un grand dadais longiligne avec un costume à queue de pie. Des cheveux roux qui frisottent sur son crâne dissimulent mal un début calvitie. Il n'a pas l'air méchant, juste très embêté.

"-Bonjour petite demoiselle ... hum ... votre ..." Il cherche ses mots "... suite est elle confortable ?"

Sa voix me parvient un peu déformée par ma prison, mais j'arrive à comprendre ce qu'il dit. Il a l'air presque aimable, ça m'encourage à lui crier de plus belle !

"-Laissez moi sortir s'il vous plait ! C'est une erreur ! Vous m'avez pris mes papiers, ils sont importants !" Je tambourine de mes petits poings la paroi de verre et montre avec instance les papiers. Le domestique affiche une moue contrariée.

"-Navré mademoiselle, je ne suis pas en mesure de vous comprendre ..."  Il hésite un bref instant. "... Monsieur Picsou et moi même sommes navrés de vous imposer ce contretemps fâcheux . Mais voyez vous, il y a plusieurs points que nous nous devons d'éclaircir avant de vous rendre votre liberté, vous comprenez ?"

J'ai cessé de parler pour l'écouter. Et je le regarde avec un air un peu ahuri. Non je ne comprend pas ...

"-Vous êtes mademoiselle "Neige", c'est cela ? Et vous venez du pays imaginaire ?"

Je hoche la tête, deux fois. Il parait satisfait de ma réponse.

"-Nous avons eu à lire votre correspondance ... hum ... privée. Mes excuses pour cela mais les circonstances de votre "visite" chez nous l'ont imposé ... Je vais contacter le Consulat afin de clarifier la situation, d'accord ?"

Il sourit d'un air aimable. Étrangement, même si je suis enfermée, j'ai l'impression que cet homme ne me veut pas de mal. C'est rassurant. Du coups je hoche de nouveau, un sourire apparaît même sur mon visage. Oui contacter le consulat, c'est exactement ce que je voulais ! J'applaudis l'idée et lève les deux pouces.  Le majordome se détourne et ramasse sur le bureau un genre de grand croissant noir, relié à un boitier par un grand fil entortillé. Il porte le croissant à ses oreilles, tripote un peu le boitier et commence à parler dedans. J'imagine que ça fonctionne un peu comme les gobelets que les bricoleuses relient par des ficelles pour parler à quelqu'un de loin.

"-Allô ... ? Oui ? Ici Baptiste, de la résidence Picsou. Monsieur Picsou souhaite vous demander si vous n'auriez pas par hasard perdu une fée ? ... Oui très bien, j'attends ..."

J'entends pas très bien. J'essaye de me redresser sur la pointe des pieds pour approcher mon oreille d'un des trous d’aération de mon bocal.  Baptiste patiente, il tortille le fil de l'appareil de communication entre ses doigts et m'observe pensivement. Soudain, une lumière rouge s'allume sur un autre boitier posé sur le bureau. Une voix tonitruante retentit soudain.


"BAPTISTE ! VOUS AVEZ RÉGLÉ LE PROBLÈME DE CETTE CHAPARDEUSE ?? JE VEUX QU'ON ME REMBOURSE JUSQU'AU DERNIER CENTIME CE QU'ELLE ET SON COMPLICE M'ONT VOLÉ ! J'EXIGE RÉPARATION !!!  ET FAITES VITE, IL Y A ENCORE TOUT LE COULOIR A NETTOYER, IL Y A DE LA COLLE PARTOUT. DÉPÊCHEZ VOUS ET NE FROTTEZ PAS TROP FORT, CELA USE LES SERPILLIÈRES. ET DOUCEMENT SUR LE SAVON. CE SERA RETENU SUR VOTRE SALAIRE SI VOUS GASPILLEZ LE MATÉRIEL."

Baptiste a une moue contrariée. Il tend le doigt et appuie sur un bouton, répondant avec un ton conciliant.

"-L'incident est en voie d'être réglé monsieur Picsou. N'ayez crainte."

Une voix émane du croissant noir. Lointaine, je n'entends rien du tout. Baptiste se hâte de porter l'appareil à son oreille, de nouveau.

"-Ah oui allo ? Oh c'est vous ? Vous vous en occupez , vraiment ?" Difficile de voir si Baptiste parait soulagé ou contrarié de là où je suis ...

"-Oui c'est cela ... Neige ... On a trouvé des papiers ... Oh oui beaucoup de problèmes ... Oui ... Beaucoup de dégâts ...  Puisque vous en parlez, monsieur Picsou aurait quelques réclamations à porter à ce sujet ... Oh oui il est très fâché ... Une partie de ses actifs sont gelés d'ailleurs ... Ah non ce n'est pas métaphorique ... La fée à ... hum ... tout gelé quand on l'a neutralisée. Une explosion de gel oui ... On est en train de faire fondre pour débloquer les fonds ...  Quoi ? Non non elle va bien !  ... Allons non !  Nous ne sommes pas des monstres !  ...  Oui ... Et un petit diable rouge, il ne serait pas à vous aussi par hasard ? Non ? ... Ah bon ? ... Non pour rien ... Très bien nous vous attendons. Faites vite".

Baptise raccroche l'appareil de communication. Il me regarde un moment et hoche la tête.

"-Je pense que ... Quelqu'un va venir pour vous mademoiselle. Puis-je vous demander de rester calmement ici ? En attendant mon retour ... S'il vous plait ?"

Il y a quelque chose d'un peu suppliant dans sa voix. Je n'ai pas le cœur de le contrarier, alors je hoche de nouveau la tête. Je lui promet d'être sage ! L'air satisfait, Baptiste se dirige vers un placard qu'il ouvre en grand. Il en sort un grand balais, une serpillière, un seau et visse sur son crâne dégarni une casquette usée sur laquelle est écrite l'inscription "Entretien".

"-Monsieur Picsou a un peu rogné sur certains budgets ... Que voulez vous ? On doit être polyvalent de nos jours ..."

Je ne sais pas vraiment si Baptiste s'adresse à moi en disant ça. Dans le doute je hoche la tête avec un air compassé, même si je n'ai aucune idée de ce à quoi peut bien ressembler un "Polyvalent". Le Majordome quitte alors la pièce ... Qui sans lui devient très vide et très ennuyeuse.

L'idée d'essayer de m'enfuir me traverse l'esprit ... Mais bon ... D'une part ce bâtiment tout piégé ne m'a pas trop porté chance jusqu'à maintenant, l'idée de m'y balader seule ne m'enchante pas trop.  Et d'autre part, quelqu'un du consulat devrait pas tarder à venir, ce serait bête de le louper !

Alors je m'assois au fond de mon bocal. Pour passer le temps je fais appel à mon pouvoir ... Je fais quelques beaux flocons que j'envoie voleter en soufflant un peu dessus. Ça m'occupera le temps que ça m'occupera ...

_______________________________
Présentation de Neige

Compétences de Neige
La Danseuse

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue12/550Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (12/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 11 Avr 2019 - 8:21

Tel un lever de soleil, la rêveuse élevait le regard jusqu’au ciel en suivant les traits stricts du bâtiment auquel elle faisait face.

Était-ce le fruit de l’un des ses fantasmes qui se dressait face à elle.

Irelia tournait le regard, gardant les pointes de ses pieds rivés dans le sol alors que son buste oscillait à la conclusion qu’elle ne découvrirait jamais qu’une seule des quatre faces du gigantesque coffre. L’allure, les moulures et même le symbole en or à son sommet lui rappelait les films de gangsters.

À la différence unique que ce coffre-fort était un immeuble.

- Alors, vous ne plaisantiez pas ?
Elle se retrouvait avec un garde, un homme de noir habillé, le symbole du dôme et des neuf tours à son coeur et l’oeil hagard. Il soupirait longuement. Guidant un geste à sa chevelure de paille et massant son crâne avant de lui répondre.

- Non, mademoiselle. Pouvons-nous y aller, maintenant ?
- Attendez…

La Danseuse se mordit les lèvres, chutant en arrière à chercher le mystère des sommets de ce coffre-fort. Allongeant son visage au passage de sa main, l’homme accompagnant la rêveuse sifflait d’agacement jusqu’à prendre l’initiative en pressant le bouton du parlophone. La tonalité des enceintes extirpait Irelia de son moment alors que ses deux iris fixe le visage de l’homme à la casquette à l’écran.

Esquissant un sourire, plongeant ses mains aux poches de son gilet, la Danseuse en oublia la distraction du bâtiment à l’interrogation de voir l’homme d’entretien.

- Ah, vous voici. Si je peux me permettre de vous faire patienter, je suis à vous dans une minute.
- Oh oui, faite !

Elle riait à l’écran, réarrangeant sa mèche au noir de l’écran avant de regarder le garde de nouveau.

- Il me semble que c’est bon, non ?
- Vous parviendrez à rejoindre le Sommet de l’Art par après, mademoiselle.
- C’est dans mes cordes. Et puis, il me suffira de lever les yeux.

Un sourire, taquin, se dessinait à ses lèvres alors que l’homme s’en allait au soulagement. Il remerciait la consul d’un hochement de tête avant de s’éclipser à son tour. Il ne fallut pas longtemps attendre, la minute énoncée par le garçon d’entretien, afin que les portes s’ouvrent au regard de la rêveuse.

Il était le même, la casquette en moins et d’un queue-de-pie vêtu.

À l’encontre des blagues depuis la veille, Irelia anticipait sa retraite avant d’être soulagé par les paroles de l’homme aux différents masques.

- Coupe budgétaire. Vous êtes envoyée par le Consulat, c’est cela ?
- Irelia ! Fille de Terpsychore et nouvelle danseuse !
- Parfait, si vous avez l’amabilité de me suivre…

Deux battants s’écartaient, l’hôte dévoilant le passage jusqu’à un ascenseur aux grilles d’or à emprunter par un tapis de rubis.

Il ne lui fallait pas tant de temps pour rejoindre le bureau pointant le sommet.

Le regard brillant, étincelant devant tant de richesse et d’exhibition, Irelia n’en était pas revenue d’être déjà dans le bureau. Pupitre de bois, toile à l’effigie de l’ancien créancier et oeuvre de ton et genre unique. Il fallut qu’un raclement de la gorge de l’homme aux casquettes ne vienne à sa rencontre, lui rappelant les raisons de sa présence.

- Voici donc le… La… Personne qui vous recherchez ?
- Ooooh.

Irelia se baissait, déposant ses deux mais à hauteur de cuisse alors que son corps entier s’agitait tel un balancier. Le regard figé, elle louchait de ses deux iris divergents à observer la fée. Ou plutôt. Les éclats enneigés qui virevoltaient au gré des caprices de l’hôte du bocal. Elle en tournait le regard, levant une main et agitant celle-ci en deux temps.

- Salut toi !


Fée d'Hiver

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue0/650Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (0/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 11 Avr 2019 - 16:47
"-Ah ! ca y est, quelqu'un entre ! Je commençais justement à m'ennuyer ! "

Autour de moi les flocons que j'ai créés virevoltent et tournent.  Ça donne un effet "boule à neige" plutôt rigolo. Heureusement que personne n'a encore confondu ma prison avec un bibelot à secouer.  Je me relève et vais coller mon petit visage sur la paroi du pot. Vu de l'extérieur, le verre grossit mon œil façon loupe.

"-Ho ? Hooo ! Une grande fille, elle a l'air gentille ! C'est une enfant ? Non on dirait qu'elle a commencé à grandir. Dommage. Les enfants devraient jamais grandir."

Elle regarde autour d'elle, elle a l'air un peu dans la lune. J'essaye de lui faire des petits signes pour attirer son attention.

"'-Moi moi ! Je suis plus intéressante que ce vieux canard sur le tableau ! Regardes ici !"

Baptiste toussote, la rappelle à l'ordre et ... Ah, ca y est ! Elle me regarde, me sourit, me salue.  Je répond à son coucou en levant la main et en l'agitant, enthousiaste. Je sautille aussi un peu sur place, contente.

"-Bonjour ! Salut ! Coucou ! Moi c'est Neige ! Ca va bien ? Vous êtes là pour moi ?? "

Ses grands yeux sont posés sur moi. Je suis un peu perturbée par leurs couleurs différentes. Je regarde l'un. Puis l'autre ... puis de nouveau le premier. Je ne sais pas lequel des deux yeux regarder !  Je parais un moment incertaine, puis décide de choisir un juste milieu acceptable et fixer mon attention sur son nez. Qui est fin et fort joli à regarder, tant mieux ! C'est pas un gros nez rouge en patate avec des poils qui sortent des narines comme j'en ai déjà vus ailleurs (Maudits pirates ...)

Après la petite pause nécessaire pour focaliser mon attention sur elle, je commence à me justifier. Sans le savoir, mon visage est très expressif. J'ai maintenant l'air d'une enfant qui explique à un parent pourquoi elle ne doit pas être grondée.  Mélange de regard suppliant et d'air vaguement coupable. Un grand "c'est pas ma faute" lisible sur les plis soucieux de mon front.

"-Je vous assure, c'est une erreur dujiciaire, j'ai rien fait ! Je sais pas ce que je fais ici ! Je suis venue du pays imaginaire !"

J'y pense pas sur le coups. Je continue de lui expliquer, parlant tout en bougeant les mains.  Mais mon flot de paroles doivent sonner comme un carillonnement lointain à ses oreilles.  

Je m'arrête en constatant qu'elle n'a pas l'air de me comprendre. Entre temps, Baptiste est allé chercher ma lettre et mon billet de voyage, qu'il tend à ma potentielle future libératrice.

"-Hum ... Donc voilà les documents que j'ai évoqués à la personne que j'ai eue au téléphone. Il s'agit de ses seules possessions ... Nous l'avons trouvée dans le coffre, accompagnée d'un ..." Il hésite et tend une photo du sans-coeur " ... comparse. Voyez, elle a été prise au moment où nos visiteurs ont commis leur forfait."

Le cliché vaguement flou a été saisi au moment où le petit démon rouge dansait devant Neige en la narguant, le sac d'or sur le dos. On voit en arrière plan l'ombre de la tapette géante en train d'approcher.

"-Ils se sont donc introduits ici à deux ...  On ne sait pas comment. Et  .... hum ... il ont gravement attenté aux biens de Monsieur Picsou. Le complice est parvenu à s'enfuir avec une somme importante alors que celle-ci a été appréhendée après avoir causé une belle pagaille.  Nous sommes encore en train d'essayer de débloquer les comptes gelés ... L'utilisation de sèche cheveux coûtant très cher, plusieurs employés sont en train de souffler sur la glace pour la faire fondre.  Les plus courageux se sont assis dessus pour que ca aille plus vite mais ... Disons que ce n'est pas facile."

Baptiste à l'air mortellement sérieux en parlant de ses infortunés collègues, contraints par le devoir de risquer les plus cruelles engelures. Tout le monde au coffre croisait les doigts dans l'espoir de voir une embellie sur le marché des liquidités. Dans mon bocal, je m'écrie et fait de grands gestes de dénégation.

"-Non non, je n'ai rien fait ! C'est pas mon comparse !" Je répète de nouveau "C'est une erreur Dujiciaire ! J'ai rien volé !"

Evidemment, même si ils ne m'entendent pas vraiment, j'évite de préciser que j'avais quand même eu l'intention de voler un tout petit beignet de rien du tout. Ça n'aurait fait que compliquer l'affaire pour moi. Je pense que la jeune fille à capté mes gestes de protestations, elle tourne légèrement la tête. Baptiste tire un peu sur le col serré de son gilet, pris d'un léger malaise.

Il profite que l'attention de ma libératrice soit momentanément ailleurs pour glisser mine de rien une feuille devant elle, au milieu des autres papiers qu'il lui avait remis.  Quand l'attention de la jeune fille revient aux documents, elle peut découvrir le grand papier. Celui-ci porte le titre très évocateur de "Facture". Il porte un nombre curieusement grand de lignes, colonnes, comptes, totaux et sous-totaux. Le décompte est méticuleux, ils ont même pensé à facturer le pot de confiture et le prix du perçage de trous dans le couvercle ... Monsieur Picsou ne lésine décidément pas sur l'encre quand il s'agit de noircir d'additions des petites notes salées. Baptiste a la décence de prendre l'air contrarié et vaguement honteux.

"-Oh ... hum ... Hormis cette petite ... formalité." Il montre d'un geste vague la douloureuse. "Monsieur Picsou dit que vous pouvez ... hum ... disposer de votre invitée".

_______________________________
Présentation de Neige

Compétences de Neige
La Danseuse

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue12/550Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (12/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 16 Avr 2019 - 21:28

La rêveuse arquait un sourcil, délaissant la curiosité à l’exaspération alors que ses iris s’attardaient à la vision du cliché.

Le sale gosse !

Irelia retroussait les lèvres, affichant sans sourciller et sans honte la colère grimpant et s’invitant à ses traits. En addition à tout ceci, l’envie d’extérioriser ses pensées et de crier à plein poumons s’accumulait. D’un battement de cils, elle désirait à demander où il c’était évaporé. D’un clignement, elle redirigeait son attention à la créature pour s’en allait à créer une ébauche incongrue.

Elles pouvaient l’attraper !

La fée et la Danseuse, s’associant à la capture du plaisantin aux blagues sans autres publics que le metteur en scène. L’idée faisait poindre un rictus à ses joues. Apportant une nouvelle attention au garçon à la casquette.

- Merci ! Je crois… ?
Elle levait une main, n’ayant pourtant pas bougé d’un pouce, dressant l’index et tournant celui-ci dans le vide. Le couvercle du pot de confiture s’enlevait seul et chutait du secrétaire jusqu’au sol du bureau.

- Vous pouvez garder le pot, je m’occupe juste de notre invitée et j’irais déposer vos… Papiers… ? Soyez rassuré !
- Hum, vous êtes certaines que ça ira.
- Oui oui ! Toi, vient avoir moi, nous avons une enquête à résoudre !

La rêveuse avait du mal à y croire, la fée s’envoler en abandonnant cette traîne à son dos tel un chemin d’étoile. Elle eut cet air amusé lui rappelant son arrivée. Bien vite, la jolie fée vint s’installer à son épaule alors qu’elle enfouissait la pile de papiers à l’abandon de la poche arrière de son short. D’un geste hâtif, elle abandonnait les appartements et attendait déjà l’entrée des grilles d’or afin de retourner à la douceur d’un temps de printemps.

Irelia se rendait seulement à l’évidence que l’homme à la casquette devait l’accompagner à faire marcher cet élévateur.

- Merci de votre visite, et nous espérons que le Consulat n’ira pas prendre en mal le papier de monsieur.
- Ce ne sont que des bricoles, ce n’est pas un souci.

Un air malicieux s’ajoutait à son spectre d’émotion, réalisant sur l’instant qu’elle n’avait pas offert l’attention méritée au papier offrant un chiffre à rembourser.

L’enquête prévalait et le témoin à son épaule offrait une diversion à l’administration.

Guidant son pas à s’écarter du coffre-fort aux allures d’immeuble, Irelia s’en allait à genoux pour attirer le fruit de sa curiosité à se poser sur sa main.

- Écoute petite fée, le gars t’ayant attiré des ennuis ? Il a fait la même chose avec moi. Alors, voici le deal.
Elle regardait à gauche et puis à droite, plissant les yeux et s’approchant pour murmurer à ses petites oreilles.

- On le retrouve et on le fait payer ! T’es d’accord ?
Irelia agitait ses mains, heureuse d’annoncer son plan et curieuse de réponse ? Elle s’avançait à petite enjambée.


Fée d'Hiver

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue0/650Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (0/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 16 Avr 2019 - 23:51


Libre libre libre ! Enfin ! Aussitôt sortie de mon bocal, j'ai manifesté ma joie en virevoltant partout avant de rejoindre ma libératrice. J'ai tourné deux fois autour de sa tête avant de me poser.

"-Supeeeeer ! Merciiii ! Salut !  Moi c'est Neige, et toi ?? On va où ??  Tu prends mes papiers ? Chouette !"

Mes remerciements ont du sonner comme de joyeux carillonnements à ses oreilles.  Avant de quitter les lieux, je me suis permise une petite grimace vers le tableau du vieux canard affreux, langue tirée. Avant de vite me cacher dans le cou de la grande fille, pour échapper au regard sévère que le tableau me renvoyait. La longueur des cheveux de ma nouvelle copine fait une cachette bien pratique finalement !  

Bref, on a fini par sortir à l'air libre ! Je découvre les alentours pour la première fois, ma bouche s'ouvrant d'un "Oh" de surprise alors que je me tord le cou pour mesurer toute l'ampleur de l'immense bâtiment qu'on vient de quitter. C'est définitivement plus gros que toutes les maisons d'humains que j'ai vues jusque là ... Elle nous emmène un peu à l’écart. Elle s'accroupit et  me propose de me poser dans sa main. Je viens m'y poser en deux petits bonds délicats le long de son bras.  A la réflexion, ça fait peut-être un peu fée facile d'accepter de venir si vite ... Hum ... la prochaine fois je me ferai un peu plus désirer peut-être ?

Posée debout au milieu de sa main, je lisse ma petite robe en pétale de fleur et penche la tête de côté pour l'écouter. Je réagis, levant un index.

"-Ah alors moi c'est pas "Petite-fée", c'est "Neige" !" Dis-je en faisant apparaître un beau gros flocon au dessus de ma tête, que je réceptionne à deux mains et lève au dessus de moi pour lui montrer.

"-Neige, Neige ! Tu as vu ?  C'est moi !" Je relâche le flocon et laisse le vent l'emporter ! Je me pointe du doigt puis lève les deux pouces.

Devant sa proposition, je fais mine de réfléchir. Je pose un index sur mon menton, je lève les yeux au ciel et tortille une de mes mèches. C'était pas vraiment mes plans ... J'aurais préféré qu'on m'explique ce qu'on attendait de moi ici ! Mais d'un autre côté j'aime pas qu'on me joue des tours !  ...  Alors d'accord ! On l'attrape et on le fait payer ! Ça a l'air rigolo comme jeu !   Je hoche vivement la tête, ouvre la paume de ma main et abat mon poing dedans d'un air décidé. "Paf". J'espère qu'elle comprendra mon geste !

Bon ... Maintenant que c'est décidé, on fait quoi ? Je la regarde. Elle me regarde. Je cligne des yeux ... Hum ... Je t'emmène là où je me suis faite prendre, copine ? De toutes façons j'ai mon bagage qui m'attends là bas ! Une jolie place avec un kiosque à journaux, doit pas y en avoir tant que ça, je vais finir par le retrouver en survolant un peu à priori ! Enthousiaste, je décolle et bat des ailes pour prendre de la hauteur ! Je lui fais des signes de me suivre ! Je ne suis pas consciente qu'il y a probablement des dizaines de places ressemblant à celle que je cherche !

_______________________________
Présentation de Neige

Compétences de Neige
La Danseuse

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue12/550Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (12/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 19 Avr 2019 - 0:51

Les yeux d’Irelia s’élevaient vers les cieux, arpentant le toile du monde et la traîne qu’abandonnait la petite fée à son sillage.

Flocon ? Elle se disait flocons avant d’acquiescer à son marché ?

Attends-moi !
Voici que la rêveuse s’en venait à crier. La vie de la ville s’en retournait probablement, observant la tête levée de l’adolescente à scruter ses songes oubliés, à moins qu’il en remarque le passage de cette petite fée. Immobile, elle prenait un temps incertain à se rendre compte qu’elle n’irait pas à la fée sans avoir à se déplacer.

Main tendue, masquant le soleil à ses yeux, elle s’aventurait à l’aveugle jusqu’au sillage de sa nouvelle curiosité de la journée.

Il aurait été de bon ton de savoir voler.

Ou d’éviter d’être une fille d’étourdie. Le décompte des gaffes et des passants se défilait rapidement à ses yeux tant elle évitait de le propager, usant de chance ou de malchance.

D’un balancé imprécis, elle changeait de pied avant de percuter une vigie. Elle se forçait d’un coupé, stoppant sa progression à la vision inquiète d’un nouveau-né. Il aura fallu d’un flic-flac, couverte par la surprise, pour revenir à la poursuite du flocon. Il fallait attendre que l’altitude de la fée baisse pour qu’elles agissent d’un pas de deux et se retrouve à contempler une place dont elle ignorait encore les tenants.

Soufflant sous l’effort, les joues rougies par cette course d’obstacles et cette inattendue destination, elle en revenait à la réflexion.

Attends, nous allons où ?
Voici qu’elle en parlait seule, espérant entendre de nouveau carillons et des mimiques la guidant à la compréhension. Néanmoins, il lui fallait respirer pour aspirer à la réflexion.

Jusqu’à ce qu’un éclair ne la frappe. Pour qu’elle raison se retrouvait-elle à suivre cette fée et l’avoir délivré de son geôlier aux pattes de canards.


Fée d'Hiver

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue0/650Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (0/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 19 Avr 2019 - 10:01
"-Ah ben crotte elle suit pas ..."

C'est ce que je finis par me dire au bout d'un moment. Je me suis retournée fréquemment pour m'assurer que mon humaine de compagnie suivait. Je pensais pas que sans leurs ailes les grandes gens étaient si tristes et patauds ! Quoique à la réflexion, la mienne ne me semble ni triste ni pataude ... Je ne sais pas pourquoi, sa manière de sautiller, glisser au sol me fait penser aux petites boites à musiques que j'ai déjà vues, sur lesquelles des petits personnages se meuvent en suivant la musique. Ces petites poupées toutes fragiles et innocentes qui s'endorment sitôt leur mécanisme épuisé.

Mais je la vois là, toute petite au milieu des autres, le visage rouge, essoufflée, effrayée à l'idée de me perdre peut-être ?

Je suis prise d'un gros élan de pitié et de culpabilité. Je redescend vers elle et sans réfléchir, je vais lui faire un gros câlin pour la consoler.


"-Oh, Excuse moi ! Pardon ! Je me rendais pas compte ! Promis, c'est tout, j'arrête !"

Je lève une petite brise froide pour la rafraîchir, elle qui semble avoir si chaud. Je bat aussi doucement des ailes pour l'éventer. J’évite de trop pousser, j'ai pas non plus envie de lui geler le nez !


Après le temps nécessaire pour qu'elle se remette ( ... voire un peu davantage, j'adore les câlins !), je me détache d'elle et viens de nouveau me poser dans la paume de sa main ouverte. J'y fais les 100 pas d'un air pensive.

Neige, neige, réfléchis. Cette petite elle veut trouver l'affreuse fée rouge qui lui a joué un tour à elle aussi. Et moi hormis aller à l'endroit où je l'ai vu pour la dernière fois, je sais pas trop quoi faire. Ni comment lui expliquer ce que j'ai en tête, elle comprend pas ce que je dis ...

La méthode du "je vole devant" ne marche pas ... La pauvrette, je la tringueballe de ci de là, si ca tombe elle comprend même pas pourquoi. Les humains sont un peu simplets, il faut pas leur en vouloir ...

On a pu à peine visiter deux places ... Et puis à la réflexion je suis même pas sûre de pouvoir la retrouver ma petite placette au kiosque... Pas au hasard, pas sans un point de départ ...

Puis il me vient une idée ! Je claque des doigts, ce qui fait hausser les sourcils de ma grande copine qui n'avait pas cessé de me regarder. Je prends mon envol pour montrer la poche arrière de son short, celle qui contient mes papiers. Je la pousse à les sortir pour moi et lui fait signe qu'il faut les déplier.

Evidemment le manque de communication verbale ralentit un peu la manœuvre mais elle finit par me comprendre ! Super !

Bon maintenant ... Trouver de quoi dessiner ... Je n'ai évidement pas de queue de Loir ni de peinture avec moi. Je regarde autour. Je vais chercher un bâton (A peine une écharde aux yeux de ma copine sans doutes) et j'essaye de griffer le papier pour écrire. Ça marche pas bien ... Voire pas du tout ...

Je commence à pester et à sautiller sur place, frustrée. Ça m'agace de pas réussir à me faire comprendre, grrrr ! Toute occupée à mes élans d'humeurs, je ne vois pas que ma grande amie me tendait maintenant un grand stylo. L'avait elle sur elle ? L'a t'elle emprunté à un passant ? Je ne le saurai jamais !

Un peu gênée par ma petite colère qui a fondu comme glace au soleil, j'abandonne mon bout de bois, je prend le stylo et la remercie de bon cœur ! Ce stylo est énorme. Il me faut le prendre à deux mains pour l'utiliser, debout sur la feuille, pointe vers le bas. Bien sûr je ne pense pas à utiliser ma poussière pour en alléger le poids

Je commence par entourer sur mon billet la destination de mon vol : "Astroport de la Shinra : Jardins Radieux". Je tapote ensuite deux fois dessus, pour lui faire comprendre que c'est important.

J'entoure ensuite une petite ligne qui aurait pu passer inaperçue. "Bagage en soute : 23g "

Je réfléchis, fais une petite flèche en dessous et lutte pour marquer sous la mention de l'astroport : "Là"

Je dessine ensuite à côté un gros ronds dans lequel je trace deux yeux froncés, un sourire mauvais et deux petites cornes.

Comprendra t'elle ? Est-ce que ca vaut le coups que je m'essaye à dessiner un Donut ou un Kiosque à journaux ? J'en doute fort, ca risque de l'embrouiller. Je me contente de rajouter un gros point d'interrogation à côté de la face grimaçante qui représente le sans cœur.

Je lève mon museau vers elle, espérant qu'elle comprenne. Et qu'on se mette en route vers là bas ! Ou peut-être en aura t'elle marre de jouer à courir après la fée rouge et proposera autre chose ? Peut-être a t'elle une autre méthode ?

En tout cas, une chose est sûre, je ne vais plus la lâcher. Finis les décollages intempestifs !

_______________________________
Présentation de Neige

Compétences de Neige
La Danseuse

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue12/550Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (12/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 23 Avr 2019 - 17:57

Emprisonnant son menton à la réflexion, s’aidant de sa main n’étant pas sous l’emprise de la fée, l’adolescente s’en allait à l’incompréhension. Devait-elle se rendre à l’académie afin de demander après un traducteur en langue de fée ou tenter d’interpréter ce que le flocon tentait de lui inculquer ?

L’espace d’un moment, le vide aux iris de la rêveuse laissait à penser que son esprit venait à s’être effacé.

Ce qui n’était loin d’être un fait avérer, ou plutôt proche de la vérité. Écartant ses pensées, elle s’efforçait de lire les traits et ce qui s’échappait de leurs observations. Au moins, il y avait un lieu qui se détachait à ses songes.

Ok !
Abandonnant son menton, claquant des doigts en guise d’expression à sa compréhension, Irelia tournait sur un pied et s’arrêtait à l’un des points cardinaux de sa propre boussole.

Le sale gamin tu es tombé dessus à ta sortie du vaisseau et il t’a piqué ta valise avant de t’envoyer j’ai le canard grognon. C’est bien ça ?
Oh. Voici que la petite fée venait à s’éclater le plat de la main au front, entamant un ballet de geste et de carillons. La tangente de ses sourcils venait à décrire un angle incongru jusqu’à ce qu’une autre idée aille à filtrer le débit de ses propres mots.

Ta valise est toujours à la station ?
Un aller et retour horizontal de sa tête venaient à lui faire deviner que ce n’était pas cela.

Ils t’ont pris pour un bagage de soute ?
L’agacement devait se montrer chez la fée alors que l’embarras s’invitait à la jeune fille.

Ta valise est proche de la station ?
Un pouce se dressant vers les cieux, guidant l’embarras à s’échapper dans un souffle et les épaules de la Danseuse à s’abaisser en concert d’un réconfort.

Ahah ! Bien. Alors, la station est par là alors… On y va…
La main d’Irelia s’élevait et invitait la fée à glisser sur le sommet de son épaule. La place des héros ! Selon les livres et les films. Une fois le flocon installé, elle s’en allait à sa course à fixer ses yeux à son chemin et non aux cieux. Alors de zig en zag, elle se glissait entre les passants et rejoignant la grande place menant jusqu’aux portes de la compagnie de transport.

Avec cela, elle pouvait s’avouer heureuse !

Il ne restait plus qu’à ce que la conscience de la rêveuse s’attarde à lui rappeler l’objet de sa présence avec cette petite fée. À moins que ce soit le contenu d’un bagage de flocon. Invitait-elle l’hiver depuis un mouchoir de poche en plus du battement de ses ailes ?

Fée d'Hiver

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue0/650Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (0/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 11:21
Ça y est ! Le meilleur duo d'enquêtrices de tous les temps est sur une affaire ! Une fois la direction décidée, tout se déroule bien plus simplement ! Ma libératrice fend la foule de sa démarche légère et aérienne. C'est la première fois que je vois une humaine se déplacer comme ça. Ça me donne l'impression d'être perchée dans les voiles d'un de ces grands navires qui traversent la mer et qui ont l'air de glisser sur les flots.

A échelle de fée, on ne va pas très vite. Mais ça me laisse le temps d'admirer une fois encore la ville ! Les passants, les grandes avenues, les maisons . Tout est fleuri, tout est propre, tout est joli ! Ça me plait beaucoup. Au loin on voit les silhouettes de grandes tours toutes très étranges. Je les observe. J'ai du mal à me rendre compte avec la distance mais elles ont l'air, vraiment vraiment vraiment grandes ! Peut-être autant que l'arbre de la vallée des fées, c'est dire ... De quoi abriter des milliers et des milliers des mes consœurs.

On finit par arriver  au spatioport au moment où un des grands oiseaux de métal décolle. On s'arrête et on regarde nez levé des gens partir vers les étoiles. C'est incroyable que les humains arrivent à faire ça avec des machines. Et sans une once de poudre de fée ... On s'attarde un peu. Mais pas trop. Je lui montre sans hésiter le chemin à prendre pour rejoindre la placette sur laquelle je me suis faite kidnapper. Je la mène jusqu'au kiosque  sur le toit duquel je récupère mon gros bagage, je le saupoudre d'un rien de poussière de fée et je rejoins la grande fille, ma coque de noix flottant derrière moi. Je lève le pouce et lui adresse un franc sourire.  

Etape 1 réglée ! Passons à l'étape 2, trouver l'affreux bonhomme ! Je rentre alors dans de grandes explications, alliant la parole à de grands gestes. Je désigne l'endroit où la fée cornue est apparue et a disparue. En vrai, je crois qu'elle n'arrive pas à me comprendre ... Par chance, l'homme qui est dans le kiosque à journaux nous aperçoit vite et s'écrie.

"-Ça alors, une fée ! C'est décidément une drôle de journée, j'vais avoir à en raconter ce soir  !"

C'est un petit bonhomme qui doit approcher la soixantaine. Une couronne de cheveux blancs autour du crâne, des rides d'expression qui trahissent un tempérament rieur. Il est vêtu simplement et arbore l'expression ravie de ceux qui en ont une bien bonne à raconter. Il trône au milieu d'un château de journaux et de porte revues. Moi je lui trouve une bonne tête. Irelia penche la tête de côté et l'interroge.

"-Une drôle de journée ... ?"


Sans se faire beaucoup prier, il commence alors ses explications. Détaillant comment un affreux petit démon avait surgit et avait semé la confusion en créant un nuage de fumée écarlate. La garde était venue et avait constaté qu'il n'y avait plus rien à constater ...  Et ne relevant pas de délit particulier, ils se sont contentés de hausser les épaules en promettant de repasser faire une patrouille.

"-On se demande parfois à quoi servent tous ces mages qu'on entretient au sein du consulat, pas vrai ? M'enfin c'était pas bien méchant pour une fois. Mais dites moi, elle est bien jolie là votre fée là. C'est une vraie ?"

Ah ! Il s’intéresse à moi ! Pour dire que je suis jolie en plus. Il m'en faut pas plus ! J'ai les joues qui rosissent un peu de plaisir. Prenant un air de fausse modestie, je lisse les pétales de ma tenue dans un geste coquet. Ma tenue aussi est jolie, regardez.  Je lève aussi le menton sur le côté pour exposer ce que je pense être mon plus beau profil.

Bon d'accord ... Même si c'était agréable de se faire passer la pommade un petit peu, notre enquête n'avait pas avancé beaucoup. On a trouvé le lieu de la manifestation de la fée rouge, on a au moins un témoin visuel, mais ca reste maigre ...

Là moi je sais plus quoi faire ! Quand les enfants perdus jouent au détective, il y a toujours des grosses traces de pieds à regarder avec une loupe. Et ces empreintes finissent toujours par mener au coupable. Mais j'ai l'impression que là, le jeu est beaucoup plus difficile ...

Avec toutes ces réflexions, ma pensée finit par vagabonder ailleurs. Je ne fais pas trop attention à ce que fait ma grande copine. Mon attention est attirée par un orchestre de rues qui anime un coin de la place. Adultes et enfants sont massés autour, tapent dans leurs mains en souriant. Certains profitent de l'instant pour jouer à un jeu qui consiste à jeter des rondelles de métal dans un chapeau posé par terre devant les musiciens. Je trouve ca un peu irrespectueux de jouer à autre chose devant le nez de gens qui se donnent du mal pour amuser tout le monde. Je ne comprend pas tout mais je tire un peu sur la manche de ma copine en carillonnant. Je lui montre les musiciens avec un sourire.

"-On va voir ? Ça a l'air plutôt chouette !"

_______________________________
Présentation de Neige

Compétences de Neige
La Danseuse

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Générale
XP:
Au Gnouf la Vagabonde ! Left_bar_bleue12/550Au Gnouf la Vagabonde ! Empty_bar_bleue  (12/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui à 1:48

Perdue à ses réflexions et à la fourrure blanche d’un vieillard, la Danseuse s’attardait à plusieurs gammes de l’attention du flocon. Mimant les plus grands philosophes, à moins que ce soit son poète, Irelia s’en allait à pincer son menton dans la prison de ses songes.

Un diablotin et un nuage écarlate, la débâcle des gardes.

En venait-elle à chasser une chimère imagée par les caméras de sécurité. Quelle aventure se guidait à elle ? La piste se brisait à ses pieds. Au bout de son regard, il n’y avait aucun chemin à emprunter et d’idée à accueillir.

Le rire des enfants se glissait aux airs de musique populaire.

Un iris en direction des cieux, le second étant clos à l’écho de ses pensées. Et si le démon du flocon se retrouvait à être bien différent du responsable de ses larcins. Une étrange sensation en venait à la pensée d’une rêveuse. Combien de questions se bousculaient sans avoir réponse, et sans que l’ennui ne s’accapare à ses traits.

Le claquement des mains, le fracas d’un public et l’exclamation du solennel d’une représentation.

Elle s’en allait à divaguer, parant une idée d’une question et une question d’une fausse réponse. Ceci s’effleura à une interrogation qui ne venait jamais à son esprit. Abandonnant l’idée de s’imaginer le contenu de la coquille de noix. Ou bien se trouvait-elle en présence d’une noix de cajou, elle ne venait plus à s’attarder à ce détail.

Le corps transcendait les pensées, voici qu’Irelia se dandinait et ressentait l’attrait du flocon à ce spectacle dont elle ne parvenait pas à s’habituer.

Oh oui !
Les tracas s’évanouissaient à la vision des cordes pincées et des notes qui s’envolaient sous l’alizée.

Un pas léger, suivait la traînée enneigée, traversant la place du marché. Voici que le vieillard s’annonçait comme souvenir à son esprit. Déjà évaporé par l’artiste de rue et de son public éphémère. D’un coup de coude, elle s’immisçait entre deux spectateurs collés l’un à l’autre. D’une excuse malavisée, elle posait genou à terre et glissait sous un pont créé de deux jambes.

Pour enfin, elle et son acolyte se retrouve devant l’étui à guitare garnie de munnies et guidant les accords à la joie.

Irradiant, Irelia se relevait dans un sourire envahissant ses traits. Voici qu’elle se dandinait déjà, guidant les accords du claquement de ses doigts et l’élan de ses jambes. Et pourtant, voici qu’elle se limitait au rôle de spectateur. L’artiste à ses yeux se suffisait à lui. La Danseuse, elle, s’attardait à son flocon qui semblait découvrir la même superbe qu’à son premier jour à la cité.

Tu ne connais pas, petite fée... D’où est-ce que tu viens… Il y a de la musique chez toi ?


messages
membres