Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Vous reprendrez bien un peu de thé ? Left_bar_bleue429/500Vous reprendrez bien un peu de thé ? Empty_bar_bleue  (429/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 8 Avr 2019 - 5:29
« Que pensez-vous de cette étoffe pour votre hanfu de mariage ? Elle est magnifique n’est-ce pas ? »

La moue boudeuse, ma satanée future belle-sœur ne semble pas apprécier cela non plus. A croire qu’elle est en position pour jouer à l’emmerdeuse avec moi.

« Je n’aime pas. »

Ce ne serait que cela, je n’en ferai pas tout un plat. Lihua a cependant le don pour me courir sur les haricots. La date du mariage a été annoncée. Il faut vite accélérer les préparatifs relatifs à la cérémonie. Et cette pouff… Cette remarquable demoiselle, me retarde dans tous les aspects !

La nourriture ? Épicée mais pas trop. Qu’est-ce que cela veut dire ? Nous sommes à Chengdu, on ne va quand même pas manger comme les nordistes ou pire, comme les étrangers. La tenue ? Aucun tissu ne lui va. La liste des invités ? Elle veut absolument dépasser les cinq cents personnes alors que nous sommes déjà à un nombre très honorable de quatre cents quatre-vingt-dix-huit. Les mariages chinois sont traditionnellement grands. N’imaginez même pas une cérémonie avec moins de cent personnes. Surtout les mariages.


« Ah oui… C’est vrai que vous préférez certainement quelque chose de plus simple ?
- Vous sous-entendez que je suis une femme simple, Jiejie ?
- Absolument pas. Vous êtes une personne qui apprécie les joies de la frugalité. C’est une évidence. »

Un échange de faux sourires clôture le sujet de la tenue.

« Vous êtes une femme très occupée, Jiejie. Vous êtes sûre d’être capable de gérer l’organisation de la cérémonie toute seule ? »

Elle est bien bonne celle-là. Mademoiselle se fait bourrer comme un âne toutes les fins de semaines par sa troupe d’étalons et c’est moi qui suis trop occupée pour m’occuper du mariage de mon frère. J’aurai tout entendu.

« Ne vous en faîtes pas Lihua, tout se passera bien. J’imagine que c’est la tension du mariage qui approche qui vous embrouille l’esprit. Je peux demander à mon intendant en chef de vous préparer une petite pommade pour vous détendre si vous voulez.
- Ça ira, merci. »

Oui. Nous nous détestons allégrement. Elle a dû sentir rapidement que jamais nous ne pourrons nous entendre sur quoique ce soit. Donc elle a décidé de m’ennuyer le plus possible en attendant son mariage avec mon frère qui lui n’a toujours pas compris qu’elle jouait la comédie avec lui. Comme dirait Francis, c’est une sale pute. Oui, je suis énervée.

« Vous reprendrez bien un peu de thé avant de repartir ?
- Non merci Jiejie. J’ai un rendez-vous important en ville. Je vous laisse ici, à bientôt !
- Saluez votre père de ma part. » lancé-je dans le vent.

Et elle ose en plus bafouer l’étiquette ? Pour un rendez-vous plus important que MOI ? Quelle connasse. Elle s’éloigne avec son petit air satisfait et quitte la maison sans autre forme de respect pour sa belle-famille.

« J’en connais une qui va encore se faire démonter la…
- N’en rajoute pas Francis. C’est déjà suffisamment ennuyant comme situation. »

Nous restons un moment dans le jardin. Francis attendant patiemment que je finisse ma réflexion sur comment punir ou manipuler cette femme détestable. Malheureusement, je ne peux pas la tuer. Sinon je peux dire au revoir aux plans pour ma famille. Quelle vie…

« C’est pas pour casser l’ambiance, mais vous avez vos deux autres invités du jour qui vont pas tarder, chef. »

J’avais failli oublier. Lin Meng et Long Xinya viennent cet après-midi pour prendre le thé. Xinya est une femme plaisante et intelligente, nous aurons de quoi discuter. Meng en revanche… Le fils du vieux militaire Lin Yong est un soldat comme son père avec tout ce que cela implique : déséquilibre entre l’esprit et le corps. Mais bon, au moins il a bon fond de ce que je sais de lui : c’est déjà pas mal.

« Très bien. Faites-les patienter dans les jardins. Je vais me détendre quelques minutes dans mes appartements, je les rejoins après. » lancé-je sans me retourner vers lui.

Je me dirige vers mon bureau, non loin de ma chambre. Seule. Oh, je croise bien quelques serviteurs et gardes sur mon chemin, mais je n’y prête pas vraiment attention à l’instant présent. Il faut que je me détende un peu pour relâcher la pression.

Honnêtement, j’étais à « ça » de lui fracasser le crâne contre un de mes arbres. Je suis sûre qu’Harch aurait pu faire un joli ornement pour moi… Avec sa tête. Tssss… Ses fesses sont tellement larges, on pourrait aussi en faire une gamelle pour les chiens de… Bon aller. Du thé. Il me faut du thé !

Ah ! Un petit thé au gingembre. Rapide, efficace, délicieux : de quoi ravir mes papilles et me faire oublier un instant ce méprisant personnage.


« Tu vas bien Huayan ? Les préparatifs du mariage se passent bien avec Lihua ?
- Mais bien entendu. » répondis-je avec une mauvaise foi flagrante.

Il demeure souriant et entre dans le bureau pour tenter de prendre ma température.


« C’est une connasse. J’espère que tu en es conscient.
- Tu exagères toujours.
- Non je n’exagère rien du tout ! Tu verrais comment elle ose me parler ! Je suis d’un rang supérieur à elle et elle m’appelle Jiejie. Si ce n’était pas pour les Wen, je te la ferais fouetter devant mon porche par Harch et Francis à tour de rôle.
- Aller, aller. Calme-toi. N’oublie pas tes invités.
- Je me calme si je veux. D’ailleurs, qu’est-ce que tu fais ici ? Tu ne devrais pas être chez tes amis les militaires ?
- J’ai eu une permission de quelques jours, je suis donc rentré pour voir ma famille et ma soeur adorée.
- Bonne idée. File chez les parents, je me charge de mes invités et je vous rejoins pour le dîner.
- A plus tard !
- Oui, oui. »

Il disparaît par le même endroit où il est apparu. Tssss… Les hommes.

Je me refais une beauté rapidement et je rejoins au plus vite Lin Meng et Long Xinya qui doivent déjà m’attendre. Je les rejoins dans un petit salon, près du jardin d’où nous pouvons apprécier les premières fleurs du Printemps qui arrivent. L’hiver est parti. Le mariage de Gao approche…

Ils m’attendent patiemment, échangeant les banalités liées au changement de saison.


« Veuillez me pardonner, j’ai été retenue par des affaires en lien avec le mariage de mon frère.
- Oh, aucun souci Madame Song !
- Vous avez pu régler ces affaires ?
- Oui, oui. Beaucoup de choses à prévoir pour ce grand jour festif que nous attendons tous avec impatience ! Xupeng, sers-moi un peu de thé pour accompagner nos invités je te prie. »

Nous enchaînons sur les affaires courantes de la ville, même si Meng a l’air d’avoir du mal à comprendre toutes les subtilités du jeu politique. J’ai même l’impression qu’il s’ennuie le pauvre garçon.

On voit que c’est un homme d’action, barbe bien taillée, bien bâti… C’est Francis en version chinoise, en plus jeune et moins gras. Beaucoup moins gras. Tiens d’ailleurs… Cela me donne une idée.


« Lin Meng, j’ai entendu parler de vos prouesses aux arts martiaux.
- Oh ce n’est rien ! Je suis un soldat après tout, c’est normal que je sache me battre.
- Ne soyez pas modeste. Dites-moi, j’ai en ma compagnie un étranger qui a des techniques de combat… Peu conventionnelles. Cela vous intéresserait-il de vous entraîner un peu avec lui pendant que nous discutons de sujet plus… Féminins avec Mademoiselle Xinya ?
- Oh bien sûr ! Ce serait avec plaisir ! Il m’a déjà fait forte impression l’autre jour chez Shisan Xiansheng ! »

Hum… Impressionné ? Par Francis ? Il est très poli cet homme. Mais bon, au moins il va nous laisser tranquille. J’envoie un doux message à Francis pour qu’il nous rejoigne et qu’il emmène Lin Meng jouer dans la cour. Les deux sont souriants, ils sont contents. C’est presque si Francis n’a pas lâché un « J’aime me battre. » avant de quitter le salon.

Je demeure donc avec Long Xinya, une personnalité plus mystérieuse que la plupart des habitants de la ville. Son père est un prêtre taoïste influent au sein de la communauté des fidèles et on dit même qu’ils auraient des pouvoirs dans leur famille. Je n’ai pas pu le vérifier de mes propres yeux bien sûr, mais si moi j’en ai… Pourquoi pas eux aussi ?


« Comment vont les affaires du temple ?
- Tout va plutôt bien. Rien de très particulier ces temps-ci, merci de vous en soucier. Je tiens d’ailleurs à vous féliciter pour vos compétences en matière… Aviaire.
- Je vous remercie. Ce n’est pas grand chose vous savez. Il faut juste… Bien connaître les animaux.
- Bien entendu. »

Cet échange bref et quelque peu sous-entendu a le mérite de me prévenir que Xinya en tant qu’adepte des arts mystiques a eu la jugeote de se dire que les nombreux corbeaux résidant dans ma demeure n’étaient pas là par hasard : ils ont une utilité.

Nous avons quelques années de différence seulement, mais je peux discerner que c’est une fille intelligente. Elle doit déjà savoir que je vais essayer de la recruter à mes côtés. Donc elle cherche certainement une contrepartie en lien avec ses intérêts personnels pour les choses surnaturelles.


« J’ai entendu dire que vous aviez des pouvoirs, Madame Song. Beaucoup de rumeurs courent en ville sur la façon dont vous avez arrêté des assassins il y a quelques mois, on vous prête de nombreux talents dans ce domaine. Je suis curieuse de savoir ce qu’il en est réellement.
- Le cerveau et l’esprit humains sont d’une grande richesse. Si vous savez comment le discipliner, votre volonté en sera décuplée et à partir de là… L’Humain peut faire de nombreuses choses.
- Je vois ce que vous voulez dire. Peut-être qu’à l’occasion nous pourrions en parler plus longuement ? C’est toujours bon d’apprendre auprès des personnes savantes.
- Ce serait avec plaisir, Mademoiselle Long. » répondis-je avec un large sourire.

Après cela, nous rejoignons la cour pour regarder Francis et Lin Meng se battre. On dirait des enfants. Mais bon, au moins ils s’amusent. Ils sont entrain de se bastonner gaiement à mains nues, sous les yeux émerveillés de nos soldats qui s’entraînaient juste avant leur arrivée.


« Vous pensez que les Lin vont se mettre de votre côté ? » lance t-elle discrètement.

Je suis quelque peu étonnée de son soudain « rentre-dedans ». Au moins, je vois qu’elle est un minimum intéressée par ce qu’il se passe en ville en ce moment.


« Honnêtement, je ne sais même pas s’ils sont vraiment du côté des Wen. Ils ne font pas grand chose, à part suivre les directives de Wen Jing à la lettre. Ils n’ont aucune volonté politique et pour ma part, je pense avoir marqué suffisamment de points auprès d’eux récemment pour ne pas qu’ils se retournent contre moi au premier ordre donné.
- Malin.
- Au-delà de cela, ce sont des gens bien qui comme moi ont été attiré dans les manigances des Wen pour le pouvoir. Ce n’est qu’un juste retour des choses que les sages et les honnêtes empêchent les voyous d’avoir le contrôle total des rennes.
- C’est certain. A ce sujet, la famille Long peut vous apporter son soutien… Théorique. Nous ne nous impliquons pas dans les affaires de politique.
- Oh je ne le sais que trop bien. C’est pour cela que je ne comptais pas vous ennuyer plus que nécessaire avec les enjeux actuels. M’assurer que vous vous ne rangiez pas dans le mauvais camp, cela me satisfait amplement. Je n’aimerais pas embêter des confrères et des consœurs Taoïstes.
- J’imagine oui. C'est tout à votre honneur.
- Vous pouvez rassurer votre père en tout cas. Je n’ai pas l’intention d’abuser de votre soutien de principe qui me suffit.
- Nous apprécions. Merci.
- C’est moi qui vous remercie. »

Nous continuons un peu de discuter de tout et de rien tout en regardant le divertissement qui se joue devant nous. Oh ! Meng vient de mettre une sacrée droite à Francis, tel que je le connais il va… Ah bah voilà, il lui a mis un gros revers dans la figure.

« Ne l’abîme pas trop Francis. »


« Pour ce qui est de notre prochain rendez-vous Madame Song…
- Ne vous en faîtes pas. Quand cette histoire de politique sera fini et que j’aurai marié mon frère, nous aurons tout le loisir d’organiser nos petites séances mystiques… Privées.
- Très bien. J’ai hâte de venir au mariage de votre frère par ailleurs !
- Ce sera certainement le mariage de la décennie à Chengdu. J’y mets tout mon cœur pour lui. Ce sera magnifique !
- Il a de la chance d’avoir une sœur comme vous !
- C’est une certitude, oui. Je n'arrête pas de lui rappeler. »

Et l’après-midi se finit rapidement après cela, les invités rejoignant leurs demeures tandis que Huayan se repose un peu avant d’aller dîner avec sa famille, accompagnée de son fils.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
Vous reprendrez bien un peu de thé ? Left_bar_bleue296/400Vous reprendrez bien un peu de thé ? Empty_bar_bleue  (296/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 9 Avr 2019 - 15:23
Après un temps certain, voir un certain temps, nous revoici avec les aventures de Huayan à la Terre des Dragons !

J’dis ça comme si ça ne c’était pas produit depuis des lustres.

Donc, ce p’tit rp, qu’est-ce que j’vais bien pouvoir en dire. Déjà, que j’préfère le graveleux quand il vient de Huayan que de Francis. Pourquoi ? Déjà, c’est plus inattendu. C’est comme quand tu t’rends en boite, tu vois une meuf bien bonne et tu l’entends roter à dix mètres. L’image est brisé et c’est rigolo.

Autrement, j’avoue avoir ressentie la relation un peu « forcé ». Un peu comme les drama coréen. C’que j’veux dire, c’est qu’il n’y a pas besoin d’accentuer un trait pour que celui-ci soit remarqué. En gros ? Tout le contraire de ce que j’fais avec Chen. Dans l’idée, c’est voulu et c’est la caricature du personnage. De voir ça dans un rp avec ton style, j’suis plus désorienté que surpris. Ce qui ne veut pas dire que tu ne peux pas le faire. Ici, j’trouve simplement que c’est trop appuyé pour sembler naturel.

Alors, c’est le seul truc que j’ai a critiquer dans le texte. En soit, j’le dit, les remarques me plaisait d’un point de vue comique. Et cela, même si j’suis contre cet accentuation. D’ailleurs, la vision du frère me fait rire aussi. Les hommes, si facilement manipulable ! Nous le savons si bien. Enfin, tant qu’il n’y a pas un réedit de Margot Robin, ça me va.

Sinon, le coeur du rp est assez plaisant. En fait, j’apprécie pas mal le contexte en lui-même. Il me fait un peu penser à GoT, que j’suis en train de me refaire, avec la scène ou Cersei et Margerye qui observe Geoffrey s’entrainant à l’épée. Il y a une certaine tension dans la scène et ici aussi, parce qu’on ignore réellement les attentions de la personne avec qui tu discutes.Cela par le simple fait que nous n’avons pas déroulé personnel de celle-ci.

Donc, voilà. J’aime bien ce côté maternel à l’histoire et qui se mélange au jeu politique.


Très Facile : 7 points d'expérience + 50 munnies + 1 PS en Dextérité ! Tiens, il semblerait que ta future belle-sœur à oublié un truc. Il s’agit d’un bien étrange objet créant une flamme. Un briquet, en somme. Et richement décoré !
messages
membres