Derniers sujets
Après GuerreHier à 23:33Général PrimusRites de PardonVen 23 Aoû 2019 - 14:34Bryke RonsoAcceptationJeu 22 Aoû 2019 - 21:41FiathenL'étoile des vœuxLun 19 Aoû 2019 - 22:05KuroTout un programme !Lun 19 Aoû 2019 - 15:15Erik WoodsZombardiers et cervelles moisiesLun 19 Aoû 2019 - 14:34Ioan KappelLes roses sont bellesSam 17 Aoû 2019 - 23:05Irelia AlishinaBienvenue à la Ville d'HalloweenSam 17 Aoû 2019 - 19:12VentusDistille-moi une vodkaSam 17 Aoû 2019 - 17:24Ioan KappelIl y a toujours un cheminVen 16 Aoû 2019 - 11:31Chen StormstoutLe colloque des CaryatidesMer 14 Aoû 2019 - 20:37Irelia AlishinaVamos a la playaMer 14 Aoû 2019 - 12:57Huayan SongLà est le foyerMar 13 Aoû 2019 - 18:59SoraSombres horizonsJeu 8 Aoû 2019 - 14:24Chen StormstoutBirth by SleepMer 7 Aoû 2019 - 22:35Chen Stormstout
Éclat de l'Océan

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Les spectres de la lune Left_bar_bleue159/550Les spectres de la lune Empty_bar_bleue  (159/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 3 Avr 2019 - 21:26
« Pouvez-vous me faire un rapport sur la situation Lieutenant ? »

Aqua marchait dans les couloirs du château de Corona, guidée par deux des soldats de la Lumière restés en faction au monde d’Histoires de Grimm. L’un d’entre eux était le Lieutenant Reynard, un homme grand aux cheveux courts et bruns. Il ne devait pas avoir beaucoup plus de trente ans, mais son visage carré, ses traits rugueux et la barbe de quelques jours qu’il arborait le vieillissaient. De plus il y avait dans son regard un curieux mélange, quelque chose d’usé et de déterminé qui lui donnait l’aspect d’un vétéran en ayant déjà beaucoup trop vu. De tous les gardes qui avaient été mis à la disposition du royaume de Corona il était le plus haut gradé. C’était donc à lui qu’incombait la lourde responsabilité d’assurer les bonnes relations entre la Lumière et ce monde, ce qui expliquait sans peine son air fatigué. La seconde était le Sergent Helia, son bras droit. Il s’agissait d’une femme légèrement plus jeune. Ses traits étaient fins et encadrés de longs cheveux noirs, mais son air était résolument strict. Elle restait attentive à leur échange dans un silence sérieux, se contentant de les darder l’un et l’autre de ses yeux rubis.

« Oui Générale. » lui répondit le Lieutenant avec un respect martial auquel la Maîtresse de la Keyblade n’était pas encore habituée. « Nous collaborons de notre mieux avec les forces de Corona. Au premier abord cela ne semblait pas enchanter le Capitaine des gardes et nous avons eu du mal à obtenir sa coopération… » Un demi-sourire amusé se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Cela ne l’étonnait pas. Lorsqu’elle l’avait rencontré il lui avait semblé être un homme ferme et fier. Elle concevait parfaitement qu’il ne voit pas d’un très bon œil la présence de troupes étrangères au milieu de ses hommes. « Mais il semble s’y être fait. A sa manière. » continua Reynard « Nous participons dorénavant à de nombreuses opérations dans tout le royaume. Le conseiller Nigel semble satisfait de notre présence. »

« Bien. » commenta calmement Aqua, hochant la tête tout en lui adressant un sourire chaleureux. « Très bien Lieutenant. » Ce bref état des lieux ne faisait que renforcer l’impression qu’elle avait : pour l’instant les choses allaient pour le mieux. Si elle n’avait toujours pas pu rencontrer le Roi, Nigel, son conseiller, lui avait accordé une audience dès son arrivée. Et malgré l’emphase qui semblait lui être propre, il lui avait paru nettement moins froid et distant que lorsqu’ils étaient arrivés pour la première fois dans ce monde. La Maîtresse de la Keyblade demeura un instant pensive. Il s’agissait en réalité d’excellentes nouvelles ! Si la Lumière poursuivait ses efforts, s’ils parvenaient à gagner la confiance du royaume… Alors ils seraient à même de le protéger, de contrecarrer les sombres projets de la Coalition Noire. Ils devaient absolument poursuivre dans cette voie, la sécurité de ce monde en dépendait.

« Mais ils comptent sur nous pour régler ce problème. » reprit le Lieutenant Reynard « Et pour être honnête Générale Aqua, nous sommes complètement dépassés. »

Tout en parlant ils venaient de quitter le château par l’arrière, débouchant sur une zone boisée, presque sauvage. Ils n’étaient plus très loin du sommet de l’île de Corona et, sous un soleil radieux, la vue en contrebas leur offrait une image époustouflante. Un instant, Aqua laissa son regard dériver, s’émerveiller face à ce paysage. Elle suivait des yeux un cours d’eau claire qui descendait, sinueux, entre les arbres, qui serpentait entre les maisons aux toits de chaume avant de se jeter dans l’océan qui entourait l’île. Et, comme lors de sa première visite, elle pensa qu’elle aimait ce monde qui lui paraissait si paisible, si idyllique. Une phrase lui revint en mémoire. « Tu n’aimerais pas partir ? ». Avec un sourire légèrement rêveur la Maîtresse de la Keyblade se dit que, si dans un avenir lointain elle devait finir ses jours dans un monde, elle apprécierait certainement de vivre à Histoires de Grimm.

Son visage redevint sérieux alors qu’elle reportait son attention sur les deux soldats qu’elle suivait. Même si le royaume de Corona semblait n’être qu’un havre de paix, il avait ses propres problèmes. Dont celui que le Lieutenant Reynard venait de mentionner, celui qui nécessitait sa présence ici aujourd’hui. D’un petit signe de tête, Aqua les incita à se remettre en route et ils reprirent leur marche, gravissant un sentier dessiné par de nombreux passages. Au fil de leurs pas un son se fit entendre, d’abord distant puis de plus en plus précis. Celui de l’eau qui s’écoulait. Ils approchaient de la rivière qu’elle avait vu descendre le long des collines. Peu de temps après ils parvinrent finalement à un grand lavoir bordant le cours d’eau, constitué de plusieurs larges abris de pierres destinés aux servantes du château qui venaient y rincer le linge. Les gardes de la Lumière s’immobilisèrent et la Maîtresse de la Keyblade les dépassa, balayant d’un œil curieux les environs. Méthodiquement elle inspecta les lieux, s’approchant des abris, effleurant la pierre de ses mains. Un fond de nervosité grandissait en elle, qu’elle essayait de chasser. La jeune femme se pencha vers la rivière et caressa du bout des doigts la surface de l’eau fraîche. Sa respiration se fit un peu plus lourde. A première vue il n’y avait rien d’inhabituel, mais pourtant…

« Et donc vous me dites que cet endroit est… » Aqua buta sur le dernier mot, comme si elle n’osait pas le prononcer, et manqua de déglutir alors qu’elle se relevait pour regarder les deux soldats. «… hanté ? »

Tous deux acquiescèrent de concert et la jeune femme retint un frisson alors qu’elle sentait son échine se glacer. Elle commença à faire les cent pas, observant le lavoir sous toutes ses coutures, essayant de ne pas afficher cette crainte incontrôlable qui la saisissait. Mais elle ne parvenait pas à s’en débarrasser. Il y avait quelque chose dans l’air. Quelque chose de néfaste, d’insidieusement lourd qui faisait même taire le chant des oiseaux. Elle connaissait ce sentiment… C’était le même que celui qu’elle avait éprouvé auprès de l’arbre des morts, à la Ville d’Halloween, lorsqu’elle avait redouté le spectre du cavalier sans tête. Mais peut-être n’était-ce encore une fois qu’un tour que lui jouait son imagination... ?

Dans tous les cas il lui fallait se rendre à l’évidence : elle avait peur des fantômes.

Elle n’avait pas osé le dire à Cissneï lorsqu’elle lui avait exposé en quoi allait consister sa mission… Peut-être aurait-elle dû ? Non, sa présence avait été expressément demandée par le Lieutenant Reynard. Et les relations entre la Lumière et le royaume de Corona étaient autrement plus importantes qu’une peur irrationnelle.

« Est-ce que vous les avez vues ? » demanda-t-elle d’avantage pour parler, pour se rassurer, qu’autre chose. Car elle était bien au fait de la situation, Cissneï la lui avait clairement expliquée au Château Disney. Chaque soir, quand la nuit était claire, des apparitions fantomatiques ressemblant à des servantes se manifestaient et se montraient passablement agressives envers celles et ceux qui refusaient de partager leur labeur. Les gardes de la Lumière avaient essayé d’y remédier, mais leurs armes s’étaient révélées inefficaces... C’est pourquoi on lui avait demandé de venir, dans l’espoir que sa magie puisse mettre un terme à ce phénomène surnaturel.

« Je n’en ai pas moi-même été témoin Générale. » répondit le Lieutenant en secouant la tête « Mais Roy et Trevize, deux de nos hommes, sont formels. Il s’agit bien de fantômes. »

« Hm. » fit Aqua machinalement, tâchant toujours d’enfouir son malaise. Elle aurait cent fois préféré qu’il y ait une autre explication, mais cette fois hélas il ne s’agirait pas d’un simple canular. Il y avait bien trop de témoins entre les gardes de la Lumière et les domestiques du château qui avaient été attaqués. La Maîtresse de la Keyblade allait donc bel et bien se retrouver confrontée à des spectres, et cette perspective était loin de la rassurer. Lentement elle fit quelques pas, essayant de contrôler sa respiration nerveuse, croisant les bras et portant une main à ses lèvres tout en réfléchissant. Elle pensait pour repousser ses craintes, pour essayer de rationaliser l’inexplicable. Il y avait ici des fantômes, c’était un fait. Mais pourquoi ? Elle n’avait aucune connaissance concernant ce genre d’apparitions, elle avait toujours préféré ne pas y croire. Hors, maintenant qu’elle était forcée d’admettre leur existence, la jeune femme s’interrogeait. Il devait bien y avoir une raison à leur présence, quelque chose qui les poussait à se manifester. Pourquoi des esprits resteraient-ils dans le monde des vivants autrement ? Espérant obtenir des réponse à ses questions, Aqua interrogea de nouveau Reynard.

« Depuis combien de temps ce phénomène se produit-il ? Est-ce qu’il s’est passé quelque chose qui pourrait l’expliquer ? »

« Helia. » fit le Lieutenant pour lui céder la parole.

La soldate acquiesça et fit un pas en avant, conservant son air strict et son port droit, presque raide. Quand elle parla, Aqua constata que sa voix était à son image : sérieuse et imperturbable.

« Nous avons été alertés de ces présences il y a environ deux semaines. En plus d’assigner nos hommes à la protection du lavoir, nous avons immédiatement ouvert une enquête. » Ses lèvres se tordirent très légèrement, presque imperceptiblement, en signe de contrariété, mais elle n’en laissa rien transparaître dans sa manière de parler. « Nous n’avons rien trouvé. Aucune disparition récente n’a été signalée. De plus, les archives du château ne mentionnent aucun incident susceptible de nous fournir une piste. »

Elle se tut et Reynard la remercia pour son rapport. La Maîtresse de la Keyblade, elle, fronçait les sourcils, perplexe. Les gardes de la Lumière semblaient avoir fait un excellent travail, mais tout cela demeurait incompréhensible. Aqua porta son regard sur le cours d’eau, prêta attention au bruissement des feuilles dans les arbres. En plus de l’atmosphère lourde, tout dans cet endroit lui semblait désormais nimbé de mystère, comme si les lieux mêmes dissimulaient un secret qui demeurait hors de leur portée. Quelque chose devait leur échapper, elle en avait l’intime conviction. S’ils parvenaient à résoudre cette énigme, à comprendre la raison de l’apparition de ces fantômes, alors ils seraient certainement à même de les chasser. Mais il leur fallait des indices, et puisque leur enquête n’avait rien donné elle ne voyait qu’une seule solution. Sous le coup d’un frisson - était-ce le vent frais ou la peur ? - la jeune femme posa ses mains sur ses épaules. Elle allait devoir chercher des informations à la source. Elle allait devoir essayer d’entrer en contact avec ces esprits.

« Je me rendrais ici ce soir. » déclara-t-elle en essayant de faire preuve d’assurance alors que son corps se crispait à cette idée.

Les dés en étaient jetés.

Quelques heures plus tard, la nuit était tombée sur le royaume de Corona. Une nuit sombre, voilée par des nuages gris au travers desquels filtrait difficilement la lueur de la lune. Assise par terre, postée à une distance raisonnable du lavoir, Aqua observait. Pour l’instant tout était normal. Alors elle patientait... Elle ne savait depuis combien de temps au juste durait cette attente, ni quelle heure il pouvait bien être. La nuit, le temps semblait suivre un cours différent, s’étirer indéfiniment. Chaque seconde s’écoulait lentement, cruellement, lui faisant espérer qu’enfin quelque chose se produise et le redoutant à la fois. Elle appréhendait le moment où elle verrait ces apparitions de ses propres yeux, tout comme celui où elle devrait les approcher. La Maîtresse de la Keyblade tâchait de rester calme, mais cette attente… Elle lui semblait à chaque instant devenir un peu plus insoutenable. Peut-être était-elle vaine, d’ailleurs.

« Si ça se trouve, on ne les verra pas cette nuit. » balbutia une voix craintive, comme en écho à ses pensées.

« On a peur des fantômes, Tony ? » se moqua gentiment une voix féminine.

Aqua se tourna vers les deux soldats qui avaient été désignés pour l’accompagner. Il y avait Tony, un tigre anthropomorphe qui malgré son apparence ne semblait pas en mener large, et la Caporale Valeria que la Maîtresse de la Keyblade commençait à bien connaître. Le Lieutenant Raynard avait insisté pour qu’elle ne soit pas seule à veiller, ce qu’elle avait commencé par refuser puisque les gardes n’étaient pas en mesure de lutter contre ces spectres. Mais elle devait bien avouer que, finalement, elle était contente de les avoir à ses côtés. Leur présence avait quelque chose de rassurant. Et ils n’avaient pour ordre que de couvrir ses arrières, ce qui les mettait à l’abri d’un quelconque danger.

« Je… Je n’ai pas peur ! » s’offusqua le tigre.

« Alors pourquoi ton poil se hérisse ? » riposta immédiatement la jeune soldate d’un air mutin.

« Ce n’est pas grave d’avoir peur... » intervint Aqua d’une voix douce.

A les écouter, elle avait réussi à détourner temporairement ses pensées de ce qui l’inquiétait, à retrouver un semblant de calme. Son regard se posa sur Tony à qui elle adressa un léger sourire. Elle le comprenait. Elle aussi avait peur après tout, même si elle essayait de ne pas le montrer. Puis elle regarda Valeria, qui d’eux trois semblait la plus détendue. La Maîtresse de la Keyblade avait déjà constaté lors de leur dernière rencontre qu’elle avait gagné en assurance depuis son entrée dans la garde. Mais elle était encore jeune, et à cet instant son assurance semblait proche de l’inconscience.

« Le plus important est de savoir la surmonter. »

Et elle espérait secrètement que le moment venu, elle parviendrait à appliquer ce conseil qu’elle prodiguait.

« Je suis désolée Maître Aqua. » s’excusa platement Valeria, et elle devinait à sa voix qu’elle était sincère. « Je voulais juste le taquiner. »

« Regardez ! » lança Tony en pointant du doigt le lavoir, ayant subitement baissé le ton.

La Maîtresse de la Keyblade redressa brusquement la tête et reporta immédiatement son attention vers ce qu’il indiquait. Son souffle se coupa. Ses yeux s’écarquillèrent. Ses lèvres s’entrouvrirent de stupeur. Les nuages s’étaient dégagés, laissant apparaître dans le ciel la lune pâle. Et sous sa lueur blafarde des silhouettes immatérielles se dessinaient désormais aux abords de la rivière. Un chant retentissait, lugubre. Des voix féminines, glaçantes et lointaines, qui fredonnaient à bouche fermée. Aqua resta figée, paralysée, incapable de détourner le regard de ces formes mystérieuses dont la teinte blanchâtre semblait scintiller sous le reflet de la lune. Elle expira longuement, d’une respiration tremblante. Elle avait essayé de se préparer à cet instant, mais maintenant qu’elle les voyait de ses propres yeux il lui semblait qu’elle perdait tout ses moyens. Intérieurement elle luttait, essayant d’enfouir sa peur. Elle devait les approcher pour élucider le mystère de leur présence. Le royaume, les gardes, ils comptaient sur elle. Et pourtant elle demeurait tétanisée…

« Tout va bien Maître Aqua ? » demanda d’une voix inquiète la jeune soldate.

Elle cligna des yeux dans un léger soubresaut, s’arrachant enfin à cet état d’effroi hypnotique dans lequel elle était plongée. La jeune femme regarda Valeria. Elle n’arrivait pas à lui répondre. Elle n’arrivait pas à parler. Alors elle se contenta d’acquiescer sans grande conviction avant de fixer de nouveau le lavoir et les esprits qui le peuplaient. Du courage. Il allait lui falloir du courage. Lentement elle se releva, sans aucune assurance. Une branche craqua sous son pas et elle se raidit, ne quittant pas des yeux les silhouettes fantomatiques, craignant de les avoir alarmées. Elles n’eurent aucune réaction. Aqua laissa échapper un soupir mêlé de soulagement et de honte. Si elle ne parvenait pas à conserver son sang-froid, jamais elle n’y arriverait. La Maîtresse de la Keyblade prit une grande inspiration, tâchant de calmer les battements de son cœur. Elle devait le faire. Elle devait affronter sa peur. Alors elle se saisit de la panière remplie de linge qu’elle avait amenée et, à pas mesurés, commença à se diriger vers le lavoir.

Le chant se précisait à son approche, devenant plus inquiétant. Parfois, des gloussements sinistres se faisaient entendre sans qu’elle ne puisse en déterminer l’origine. Les fantômes n’étaient plus qu’à quelques mètres désormais. Le rythme de son cœur accélérait de nouveau. Un filet glacé coulait le long de ses tempes battantes. Son souffle se transformait en buée. Ses épaules tremblaient sous un froid soudain qui n’avait rien de naturel. Brusquement, alors qu’il ne lui restait plus que quelques pas à faire, toutes les silhouettes se retournèrent d’un mouvement rapide, irréel, dans sa direction. Aqua se figea, la respiration courte. Le chant s’était tu, laissant place à un silence lourd qui n’était rompu que par son propre souffle. En cet instant pesant, suspendu, il n’y avait qu’elle et les fantômes qui lui faisaient face. Maintenant qu’elle était si proche, la Maîtresse de la Keyblade pouvait les détailler. Il s’agissait bien de servantes comme le prouvaient leurs tenues, mais contrairement à celles du château elles portaient chacune un capuchon qui ne laissait apparaître que le bas de leur visage. Elles demeuraient immobiles, et pourtant Aqua percevait un mouvement qui ne faisait que rajouter à leur étrangeté : leurs vêtements s’agitaient doucement, ondulant comme si elles se trouvaient sous l’eau. Son regard passa lentement sur chacune d’entre elles, constatant qu’elles étaient toutes absolument identiques dans leur apparence.

« Êtes-vous venue partager notre labeur… ? »

Un murmure éthéré semblant venir de toutes les directions à la fois, qui instillait en elle une sourde terreur. Ses pensées se bloquèrent un court instant. Ses jambes ne lui obéissaient plus et tremblaient légèrement, comme si tout ce qu’elles souhaitaient était de se retourner et courir aussi loin que possible. La Maîtresse de la Keyblade déglutit. Il était trop tard pour faire marche arrière désormais. Si elle n’obtempérait pas, les fantômes s’attaqueraient à elle comme ils l’avaient fait avec tous les autres. Et elle devait leur parler pour essayer de comprendre ce qu’elles faisaient ici. Aqua regrettait que cette idée lui soit venue, mais elle n’avait plus d’autre choix que de la mener à terme désormais. Ses doigts se serrèrent sur la panière qu’elle tenait, comme pour se raccrocher à la seule chose tangible qui s’offrait à elle. Elle hésita à jeter un coup d’œil en arrière vers les deux gardes qui l’accompagnaient, mais elle craignait de quitter du regard les apparitions. La jeune femme fronça les sourcils. Le plus important était de savoir surmonter sa peur, c’était ce qu’elle avait dit. C’était ce qu’elle devait faire. Regagnant un fond d’assurance, elle se tint bien droite et répondit d’une voix plus affirmée « Oui. » avant de continuer sa marche dans leur direction.

Le premier pas fut le plus difficile, mais les suivants s’enchaînèrent naturellement. A chacun d’entre eux, elle avait l’impression de s’approcher d’un autre monde, de traverser un voile invisible. Il s’agissait peut-être bel et bien d’une très mauvaise idée après tout, mais c’était la seule qu’elle avait eue. A son approche les silhouettes immatérielles se décalèrent, ou plutôt semblèrent glisser sans aucun mouvement, dessinant entre elles une place libre qui lui était destinée. Aqua vint s’y placer et s’agenouilla près du cours d’eau. Le chant reprit. Du coin de l’œil, elle apercevait que les esprits s’étaient remis à leur tâche. Saisissant un linge elle s’y attela elle aussi, plongeant les mains dans l’eau froide, essayant d’oublier qu’elle était entourée de spectres. Les gestes lui revinrent machinalement, comme elle avait pris l’habitude de les faire lorsqu’elle s’était faite passer pour une domestique au Palais des Rêves, et elle se mit à rincer le drap qu’elle tenait entre ses doigts. Intérieurement, elle n’était désormais plus concentrée que sur une seule question.

Et maintenant ?

Elle l’avait fait. Elle était parvenue jusqu’au lavoir. Désormais il lui fallait obtenir des informations... Mais, trop préoccupée par ses peurs, à aucun moment elle n’avait songé à la manière de s’y prendre. Elle n’allait tout de même pas leur demander de but en blanc la raison qui les poussait à se manifester. Pourraient-elles seulement répondre ? Son attention fut détournée un court instant. La silhouette la plus proche avait frôlé son bras et elle l’avait senti se glacer d’un froid pénétrant. Aqua se décala très légèrement, sans faire de mouvements brusques, fuyant cette sensation funèbre pour essayer de se reconcentrer sur son fil de pensées. Si seulement elle en savait d’avantage sur les fantômes ! Elle n’en connaissait que ce qu’elle pouvait imaginer, qu’il s’agissait de ce qui restait de personnes mortes. Mais avaient-elles seulement conscience de l’être ? Est-ce que les interroger ne risquait pas de déclencher leur courroux ? Ou ne seraient-elles même pas capable de répondre ? Absente, le regard pensif, la Maîtresse de la Keyblade retira le drap de la rivière et se saisit d’un autre linge qu’elle commença à rincer également. Non, elle ne pourrait pas se montrer direct dans ses questions. Il allait lui falloir emprunter des chemins détournés mais elle devait glaner des renseignements. N’importe quoi qui serait susceptible de leur fournir une piste.

« Il est bien tard pour travailler. » finit-elle par dire, essayant autant qu’elle le pouvait d’être naturelle et de parler sur le ton de la conversation.

« Silence ! » vociféra le chuchotement, et elle tressaillit. Il n’y avait qu’une voix mais elle semblait flotter dans l’air tout autour d’elle. Aucun mot n’aurait pu décrire l’impression étrange, dérangeante, qu’elle ressentait face à ce murmure qui échappait à toute notion de réalité. « Notre tâche doit être achevée. »

Aqua hésita à reprendre la parole. Les esprits lui avaient intimé de se taire avec une telle colère qu’elle craignait de les provoquer d’avantage en insistant. Alors elle se plia à cet ordre quelques instants, demeurant silencieuse et réfléchissant à une meilleure façon de les aborder. Malheureusement, rien ne lui venait à l’esprit… Si elle voulait en savoir plus, elle n’avait pas d’autre choix que de continuer à leur parler pour leur soutirer des informations. C’était un risque à courir, quelle que puisse être leur réaction.

« Et lorsque nous aurons fini… ? » demanda-t-elle d’une voix plus basse, comme si elle espérait que ce ton ne les trouble pas.

Il y eut un long silence, et la Maîtresse de la Keyblade redouta d’être allée trop loin. Elle sentit son corps se tendre, prête à réagir à tout ce qui pourrait se passer. Mais enfin, le murmure reprit...

« Alors nous pourrons partir. »

La jeune femme sentit les battements de son cœur s’accélérer, mais cette fois ce n’était plus de peur mais d’exaltation. Les spectres parlaient d’eux-mêmes de quitter les lieux. Il y avait donc bel et bien un moyen de régler le problème de leur présence. Elle se sentait si proche du but ! Il lui fallait en savoir d’avantage, savoir comment régler les troubles qui régnaient au château de Corona.

« Que voulez-vous dire ? »

Tout en posant sa question, elle releva la tête vers l’esprit qui était le plus proche. Et, à sa grande surprise, elle réalisa qu’elle était désormais seule au milieu du lavoir. Les fantômes s’étaient tout bonnement volatilisés. Il lui fallut quelques instants pour finalement comprendre. Son regard se porta vers le ciel, vers la lune qui était de nouveau voilée par les nuages. Aqua soupira de dépit. Elle avait été si près d’obtenir une piste, quelque chose qui les aiderait à résoudre le problème ! Et maintenant il ne lui restait que l’incompréhension et une foule de questions qui demeuraient en suspens. La Maîtresse de la Keyblade se releva, regardant autour d’elle d’un air déçu. Au moins elle avait pu entrer en contact avec ces revenants, son idée n’avait donc pas été aussi mauvaise qu’elle l’avait pensé, bien qu’elle ne se soit pas révélée concluante. A pas lents, elle s’éloigna pour retourner à son poste d’observation, plongée dans ses pensées. Avec suffisamment de patience, et si le ciel était de son côté, ces servantes finiraient bien par se manifester de nouveau. Alors elle aurait une nouvelle chance de percer ce mystère. Il lui fallait attendre, de nouveau. C’était probablement le mieux à faire. C’est sur cette idée qu’Aqua s’arrêta, tirée de ses réflexions par des bruits de pas qui approchaient dans sa direction. Dans l’ombre, elle finit par distinguer les silhouettes des deux gardes qui venaient à sa rencontre.

« Vous avez pu en tirer quelque chose ? » demanda Valeria d’une voix à mi-chemin entre la curiosité et l’admiration. Elle n’avait probablement rien manqué de la scène.

A regret, la Maîtresse de la Keyblade hocha négativement la tête.

« Pas assez… » Elle croisa les bras et porta une main à ses lèvres, songeant au peu qu’elle avait appris et à ce que cela pouvait leur apporter. « Mais il y a bien un moyen de les faire partir. »

La jeune soldate acquiesça doucement, paraissant réfléchir elle aussi. Un sourire finit par se dessiner sur ses lèvres.

« C’est mieux que rien ! » fit-elle avec une légèreté communicative « Je suis certaine que vous allez trouver comment faire ! »

Aqua laissa échapper un léger rire puis regarda la Caporale d’un air amusé. Elle semblait en toutes circonstances lui accorder une confiance sans faille, et cela lui faisait chaud au cœur. Elle avait raison. Elle trouverait comment faire, même si pour l’instant la piste était bien mince. Son regard bascula vers Tony qui n’avait pas encore pris la parole. Et elle se figea, son expression devenant subitement alarmée.

Le tigre venait de reculer d’un pas. Ses yeux grands ouverts fixaient un point derrière elle. Elle pouvait le voir clairement car la nuit n’était plus aussi sombre désormais… Elle pouvait également voir que le visage de Valeria était devenu sérieux, et que son regard était rivé dans la même direction. Un souffle, lourd, s’échappa d’entre ses lèvres, se transformant aussitôt en buée. Le froid… Le froid était revenu, faisant courir un frisson le long de son corps, la paralysant sur place. Elle n’osait pas, ne pouvait pas se retourner… Elle ne savait que trop bien ce qu’elle apercevrait alors. Ce qui se tenait dans son dos. La Maîtresse de la Keyblade ferma les yeux quelques secondes. Elle avait un très mauvais pressentiment… Lorsqu’elle les rouvrit finalement sa tête pivota à contrecœur lentement, très lentement, jusqu’à ce qu’elle les aperçoive. Alors seulement elle se retourna complètement, la respiration suspendue. Face à elle, éclairés par la lueur de la lune, les fantômes avaient de nouveau fait leur apparition. Cette fois cependant les servantes se tenaient debout, flottant légèrement au dessus du sol, et les observaient dans une immobilité qui leur conférait une menaçante étrangeté. Aqua relâcha sa respiration nerveuse, serrant les poings pour essayer de contrôler le tremblement qui secouait ses épaules. D’un bref coup d’œil elle regarda la panière de linge qu’elle avait oublié près du lavoir. Une erreur qui l’empêchait d’user du même stratagème pour les approcher et qui ne faisait que renforcer son impression : à partir de maintenant ils étaient des intrus et tout risquait de très mal se passer.

« Partagez notre labeur… » La jeune femme eut un léger mouvement de recul, se tenant sur ses gardes. Son regard inquiet balayait la ligne de servantes. Leurs lèvres n’avaient pas bougé quand le murmure s’était de nouveau fait entendre, mais désormais elles s’étiraient, se déformaient pour laisser apparaître en dessous de leurs capuchons des gueules édentées, terrifiantes. « Pour toujours… »

Soudain, dans un hurlement strident, l’un des fantômes fondit sur elle à une vitesse surnaturelle ! Par réflexe, Aqua fit apparaître sa Keyblade dans sa main et la positionna devant elle en guise de défense, essayant de bloquer cette charge, mais le spectre passa au travers... Elle n’eut pas même le temps d’être surprise, car déjà les mains de l’esprit se serraient autour de son cou, essayant de l’étrangler. Sa force paraissait irréelle. La bouche ouverte, les yeux écarquillés, la jeune femme tentait de respirer sans y parvenir tant la prise sur sa gorge s’intensifiait, répandant de nouveau en elle cette sensation glacée de mort. Elle tentait de se débattre. La main qui tenait sa Keyblade s’agitait au hasard devant elle tandis que l’autre se portait à son cou pour essayer d’éloigner celles du spectre. Mais il n’y avait rien à faire, elle ne pouvait lutter contre ce corps intangible, elle ne pouvait entrer en contact avec. Sa vue se brouilla, ses idées devenaient floues. Le manque d’air l’empêchait de penser. Elle ne ressentait plus rien, si ce n’étaient les battements de son cœur et le froid. De manière lointaine, il lui sembla entendre quelque chose.

« Maître Aqua ! »

Un coup sec, dans ses mollets. Elle se sentit partir en arrière, échappant aux mains fantomatiques qui tentaient de la tuer, avant que son corps et l’arrière de son crâne ne heurtent le sol brutalement. Mais ce choc n’avait que peu d’importance. De l’air ! Elle respirait enfin. Aqua en avala une longue goulée qui lui brûla presque la gorge avant de reprendre conscience de ce qui l’entourait. Valeria était à ses côtés, l’épée sortie dans une posture défensive. Elle comprit alors que c’était elle qui l’avait fait chuter, qui lui avait probablement sauvé la vie, mais elle n’eut pas le temps de la remercier. Le spectre de la servante était toujours là, lévitant dans les airs, penché comme un prédateur qui s’apprêtait à se jeter sur sa proie. Sur elle. Sans même réfléchir, dans un pur instinct de survie, la jeune femme pointa sa Keyblade dans sa direction et cria d’une voix encore éraillée « Brasier ! »

La boule de feu partit immédiatement du bout de son arme et, lorsqu’elle toucha le fantôme de la servante, les flammes semblèrent se mêler à la silhouette translucide. Il y eut un cri déchirant, inhumain, et le spectre recula, s’agitant en tous sens comme pour se débarrasser du sort. Aqua se releva, les sourcils froncés dans une expression concentrée, la Keyblade pointée vers le bas, légèrement en retrait, tandis qu’elle fléchissait les genoux pour se mettre en position de combat. Son regard parcourut la ligne d’esprits qui se dressaient face à elle. Il y avait certainement une autre solution que le combat, mais il semblait qu’elle n’avait plus le choix désormais. Elle allait devoir se défendre. Au moins la magie était efficace contre ces apparitions, ce qui allait lui donner un avantage. Pour ce qui était des deux gardes, en revanche…

« Reculez. » intima-t-elle à Valeria ainsi qu’à Tony qui avait également sorti son arme. Ils étaient impuissants face aux spectres, elle ne pouvait pas leur laisser courir le risque de combattre à ses côtés. « Je vais m’en occuper. » ajouta-t-elle d’une voix calme et déterminée. La soldate ouvrit la bouche pour protester, mais la Maîtresse de la Keyblade ne lui en laissa pas le temps. « C’est un ordre Caporale. » Même si elle avait prononcé ces mots fermement, Aqua les ponctua d’un petit sourire rassurant en tournant légèrement la tête dans sa direction. Ils devaient lui faire confiance. Après un court temps, Valeria se raidit dans une posture militaire et acquiesça sérieusement avant qu’ils ne se replient tous les deux. La jeune femme reporta son attention sur les esprits qui s’approchaient, serrant son arme au creux de son poing, prête à se battre et attendant leur premier assaut.

Brusquement l’un des fantômes se jeta sur elle, de la même manière que celui qui l’avait saisie à la gorge. Mais cette fois elle s’y attendait. D’une roue sur le côté elle esquiva la charge. Aqua eut à peine le temps de reprendre son équilibre que déjà un nouveau spectre s’approchait d’elle, tourbillonnant dans les airs en poussant un hurlement. N’obéissant qu’à ses réflexes, la Maîtresse de la Keyblade sauta aussi haut qu’elle le pouvait pour y échapper. Prenant un nouvel appui aérien, elle bondit de nouveau pour prendre de la hauteur et projeta son corps vers l’avant, fendant l’air avant de retomber pour atterrir près du lavoir. Elle fit volte-face pour ne pas perdre les fantômes de vue.

Pour l’instant elle avait réussi à éviter leurs assauts et à mettre une certaine distance entre eux, mais il lui fallait faire quelque chose. Ils étaient rapides, très rapides. Et elle ne pouvait pas se permettre de les laisser l’attraper, auquel cas elle ne pourrait se défaire de leur emprise. Elle devait combler cet écart. D’un geste sec, la jeune femme leva son arme en l’air. « Hâte ! » cria-t-elle, et aussitôt une lueur blanche apparut autour de son corps, s’intensifiant tandis qu’au dessus de sa tête s’était matérialisée une forme d’horloge dont les aiguilles tournaient à toute vitesse. Ses mouvements seraient plus vifs désormais, il lui serait plus facile d’éviter les attaques de ses adversaires. Mais, alors qu’elle jetait son sort, les esprits s’étaient déjà rapprochés et l’encerclaient. A l’unisson, ils fondirent sur elle. En réaction, Aqua adopta une position défensive et tendit la main devant elle, s’entourant d’une bulle protectrice sur laquelle se heurtèrent les spectres. Levant sa Keyblade en l’air, elle en fit éclater les parois, repoussant les silhouettes intangibles qui semblèrent pendant quelques instants perdre leur apparence pour ne devenir que des amas informes et translucides.

Elle les avait déstabilisés, elle avait créé une ouverture. Il fallait en profiter !

« Aimant ! » lança-t-elle pour attirer les esprits en un seul et même point, les capturant dans un tourbillon où il paraissaient se mêler les uns aux autres. Aqua ferma les yeux, concentrant sa magie. Maintenant qu’ils étaient rassemblés, il lui fallait leur porter un coup d’envergure. Elle canalisa autant d’énergie qu’il lui était possible et, pointant son arme vers les spectres, incanta finalement un « Brasier ! » qui prit la forme d’une imposante boule de feu. Il y eut un nouveau cri perçant lorsqu’ils furent touchés par la déflagration. La Maîtresse de la Keyblade fit un bond en arrière pour s’éloigner du lavoir, essayant de se préparer à leur riposte tout en reprenant son souffle. Mais les esprits ne semblaient pas vouloir l’attaquer. Ils volaient dans les airs, dispersés, ayant repris leurs apparences de servantes auxquelles se mêlaient les flammes. Soudain, d’un même mouvement, ils se jetèrent tous dans la rivière. La jeune femme relâcha sa garde. Avait-elle réussi à les chasser… ?

Bien trop vite à son goût, elle eut sa réponse. Aqua écarquilla les yeux. Des flots venait de surgir quelque chose, une horreur difficilement descriptible tant sa forme semblait en constante mutation. Les fantômes paraissaient avoir fusionné pour créer ce qui ressemblait à une nuée spectrale, un long ver translucide sur le corps duquel apparaissent parfois des bras ou les gueules monstrueuses des servantes. Sous le choc de cette vision, la Maîtresse de la Keyblade ne réalisa pas tout de suite que cette marée fantomatique se ruait droit vers elle. Au dernier moment elle se jeta sur le côté, esquivant de justesse l’impact, sentant le froid qui en émanait la frôler. Elle se releva, cherchant des yeux la chose. La nuée décrivait un cercle dans les airs au dessus d’elle, mais déjà elle replongeait dans sa direction, s’approchant dangereusement. La jeune femme fit volte-face et se mit à courir, essayant d’y échapper, mais même si elle était désormais plus rapide elle ne semblait pas pouvoir la distancer. Alors qu’elle sentait que la chose se rapprochait elle fit une roue sur le côté, essayant de l’éviter de nouveau afin de pouvoir lui lancer un sort sur son passage. Mais elle n’eut pas la même chance cette fois. La marée fantomatique fit une brusque embardée et la percuta violemment. Aqua poussa un cri de douleur alors que la nuée s’élevait dans les airs, l’emportant avec elle.

Quand ils furent suffisamment haut l’essaim de spectres la traversa, répandant en elle une sensation glacée, avant de la laisser retomber. Elle chuta et s’écrasa douloureusement au sol. Sonnée, la Maîtresse de la Keyblade tenta difficilement de se relever alors que le moindre de ses membres la faisait souffrir. Elle secoua la tête pour reprendre ses esprits et s’appuya sur son arme pour finalement se redresser. La nuée s’éloignait et commençait à faire demi-tour pour revenir là où elle se trouvait. La respiration courte, Aqua fronça les sourcils en la regardant et repositionna sa Keyblade vers le bas, se préparant à contrer leur nouvelle charge. Elle ne pouvait de toute évidence pas leur échapper. Elle allait devoir leur faire face. La marée fantomatique s’approchait à toute vitesse. Concentrée, la jeune femme attendait le bon moment. Elle n’était plus qu’à quelques mètres désormais… Maintenant ! Alors que l’essaim était sur le point de la percuter de nouveau, Aqua glissa vers l’avant, pénétrant dans la forme translucide tout en criant « Foudre ! » pour s’entourer d’un cercle de filins électriques. Tout autour d’elle il y eut un véritable déferlement d’éclairs qui transpercèrent la nuée spectrale, la faisant éclater en une multitude d’esprits ayant repris leur forme d’origine et flottant au hasard. Ce n’était pas encore fini. Elle devait agir avant qu’ils ne puissent avoir l’opportunité de lancer un nouvel assaut. La jeune femme concentra sa magie et leva sa Keyblade en l’air. Elle se mit alors à tourner sur elle-même, de plus en plus vite, jusqu’à ce qu’apparaisse autour d’elle un tourbillon d’énergie. Tout en tournant Aqua se déplaça, happant tous les fantômes sur son passage, les compressant alors qu’ils rejoignaient le mouvement circulaire de l’afflux magique. Lorsqu’elle s’immobilisa brusquement le tourbillon éclata, projetant les esprits au loin.

Il y eut un nouveau hurlement suraigu. Toutes les silhouettes se raidirent dans les airs, parurent convulser, se contorsionner pour prendre des formes impossibles. Et soudain, elles se rejoignirent toutes en un seul et même point, créant une lumière aveuglante. La jeune femme dut se cacher les yeux à l’aide de son bras pour ne pas être éblouie. Intérieurement, elle se demandait à quoi elle allait devoir faire face cette fois... Puis, aussi vite qu’elle s’était intensifiée, la lueur disparut subitement, ne laissant derrière elle qu’un silence de mort. Aqua baissa lentement son bras pour découvrir ce qui avait fait son apparition. Ses yeux s’arrondirent de surprise.

Elle pensait être prête à voir n’importe quelle monstruosité, mais elle ne s’était certainement pas attendue à cela.

Là, à quelques mètres d’elle, il n’y avait plus qu’une seule silhouette, un esprit qui lévitait dans les airs. Elle portait également une tenue de servante mais n’arborait pas de capuchon, ce qui lui laissait découvrir le visage d’une jeune femme encadré de longs cheveux. Ses yeux étaient fermés, son expression paisible. Si ce n’étaient son apparence translucide et l’ondulation discrète de ses vêtements et de sa chevelure, elle paraissait réellement humaine.

« Plus de rancœur… » dit-elle d’une voix calme, apaisée, en retombant doucement vers le sol. « Plus de colère… » Ses pieds touchèrent terre et elle resta immobile un instant avant que ses paupières ne se relèvent pour dévoiler un regard clair. Elle observa les alentours d’un œil curieux, comme si elle découvrait le monde pour la première fois. Enfin elle examina ses mains, son corps intangible, et parut décontenancée. « Est-ce que je suis… morte ? » demanda-t-elle, trahissant dans sa manière de parler une forme de crainte et de tristesse résignée, comme si elle connaissait déjà la réponse.

Aqua la regarda un long moment avec un air navré. Elle avait été terrifiée à l’idée de rencontrer des spectres. Mais maintenant qu’elle se retrouvait face à ce fantôme qui était si semblable à un être vivant, qui paraissait désemparé, ce n’était plus de la peur qu’elle ressentait mais de la peine pour elle. Lentement elle fit quelques pas dans sa direction. Elle ne craignait plus de l’approcher désormais.

« Malheureusement… Je crains que oui. » répondit-elle avec douceur et autant de tact que possible.

La servante baissa les yeux, troublée. Aqua perçut le bruit d’un pas de course derrière elle et se retourna. Les deux soldats de la Lumière approchaient pour la rejoindre. D’un geste elle leur fit signe que tout allait bien et ils s’immobilisèrent à ses côtés. Il n’y avait plus de danger, elle en était persuadée. Ce nouvel esprit n’avait rien d’agressif. La Maîtresse de la Keyblade regarda de nouveau la servante. Elle croyait comprendre que c’était d’elle qu’étaient venus les autres spectres, mais le mystère demeurait sur son identité et ce qui avait été à l’origine de ces manifestations fantomatiques. Peut-être était-elle en mesure de leur fournir des réponses ?

« Qui êtes vous... ? » lui demanda Aqua, essayant de ne pas la brusquer.

L’esprit releva son regard vers elle, paraissant surprise par cette question. Elle ouvrit la bouche pour répondre mais aucun son ne sortit. Ses sourcils se plissèrent dans un effort de concentration, comme si elle essayait de se remémorer quelque chose qui lui échappait. Enfin, elle prononça un nom d’une voix faible, incertaine.

« Odelyna... » Elle hocha la tête avant de répéter avec plus d’assurance « Odelyna. »

« Je connais ce nom ! » s’exclama Tony. La Maîtresse de la Keyblade se tourna vers le tigre pour lui adresser un regard interrogateur. Il semblait embarrassé d’être intervenu si spontanément mais bafouilla néanmoins « Je… Je l’ai entendu lorsque nous avons enquêté sur ce qui pouvait causer ces apparitions. C’était une servante. » Il se gratta la sommet de la tête de manière perplexe. « Mais elle a quitté le château pour retourner vivre dans sa famille. »

« Oui ! » Aqua reporta son attention vers Odelyna, surprise de l’excitation qu’il y avait désormais dans sa voix. Le fantôme de la servante fixait un point vague, ses traits exprimaient une forme d’exaltation et la jeune femme comprit que les mots du soldat avaient réveillé ses souvenirs. « Oui, je devais rejoindre ma famille. Une dernière journée de labeur et lorsque ma tâche serait achevée je les retrouverais. C’est ce que je me répétais ! » Son visage se rembrunit. « Ce n’est que pendant la nuit que j’ai réalisé que j’avais perdu ma broche. Ici, probablement. Je suis venue la chercher. C’était idiot… » Elle laissa échapper une exclamation entre le soupir et le rire triste. « C’est là que je suis tombée dans la rivière. C’était idiot… » répéta-t-elle avant de fermer les yeux. Elle paraissait sur le point de fondre en larmes et Aqua ne pouvait que la regarder tristement, sans savoir quoi dire ni quoi faire pour la réconforter. « Je revois la lueur de la lune au travers de l’eau. J’essayais de l’attraper pour remonter à la surface… » Elle tendit doucement la main vers la lune qui les éclairait, comme si elle revivait le moment qu’elle décrivait. Enfin elle la laissa tomber lourdement. « Et je me souviens de ma dernière pensée alors que je sombrais. Personne. Absolument personne ne saurait ce qui m’était arrivé. »

Sur ces mots, elle se tut. Aqua comprenait désormais. Elle comprenait la colère, la rancœur, qu’Odelyna avait dû ressentir face à ce destin tragique. Elle comprenait ce qui avait poussé une partie d’elle à rester ici dans ce lavoir où elle était morte sans raison, sur un cruel coup du sort destiné à être ignoré de tous par un malheureux hasard. Elle comprenait, et cela l’emplissait de peine. Ce n’était pas juste. Cela n’aurait pas dû lui arriver, elle aurait eu encore tellement à vivre. Mais elle ne pouvait rien y changer… La Maîtresse de la Keyblade s’approcha de la servante. Elle essaya de poser sa main sur son épaule mais cette dernière ne fit que traverser son corps immatériel.

« Je suis désolée pour ce qui vous est arrivé… » dit-elle d’une voix sincèrement navrée. Aqua baissa le regard. Elle se sentait tellement impuissante… « Nous préviendrons vos amis, votre famille. Ils sauront ce qui s’est passé. » C’était le moins qu’elle puisse faire. Personne au château n’avait suspecté sa disparition car ils la croyaient partie, mais ils devaient savoir. Tout comme sa famille qui l’attendait probablement encore, ignorant tout de ce qui avait pu lui arriver.

Une larme scintillante coula le long de la joue de l’esprit. Elle prit une grande inspiration avant d’ouvrir les yeux. Lorsque Aqua croisa son regard, elle crut y déceler une forme de reconnaissance attristée.

« Merci… » murmura Odelyna.

Et, lentement, sa silhouette s’estompa jusqu’à disparaître, laissant à la place où elle se trouvait une nuée de papillons de nuit qui s’envolèrent vers la lune. La jeune femme tendit la main et l’un des papillons vint se poser sur son doigt avant de s’envoler rejoindre ses congénères. Tristement, elle le regarda s’éloigner en sentant son coeur se serrer. Tout ce qu’elle pouvait espérer, c’était qu’Odelyna ait enfin trouvé la paix qu’elle méritait. Elle ne pensait pas en tout cas qu’il y aurait de nouveaux troubles au lavoir… Doucement, Aqua se tourna vers Valeria et Tony. Ils semblaient également ébranlés par ce qu’ils venaient de vivre. Sans un mot, demeurant dans un silence respectueux, la Maîtresse de la Keyblade s’éloigna et ils l’imitèrent. Elle savait au moins que désormais elle n’aurait plus peur des fantômes, car elle comprenait maintenant qu’ils avaient des émotions tout comme elle...
L'Ange de Réconfort

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Les spectres de la lune Left_bar_bleue624/0Les spectres de la lune Empty_bar_bleue  (624/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 29 Mai 2019 - 15:09
Aqua au pays des lavandières de nuit ! Je kiffe déjà y'a pas besoin de le dire cent fois. Alors ; j'ai lu cette mission quand tu l'as postée mais je dois admettre ne pas avoir eu le courage de la noter de suite ! Je me souviens en avoir eu une très bonne, si ce n'est excellente impression ! Comme toujours au niveau es descriptions on a vraiment un aperçu presque filmique de ce qu'Aqua peut ressentir, c'est très précis, comme si rien n'était laissé au hasard et j'apprécie beaucoup.

Pour la première partie de la mission, je te dis out de suite ce que j'aurais pu faire parce que ça m'a sauté à l'esprit, dans le genre » wallah j'aurais trop fait comme ça » ; j'aurais directement embrayé à la scène de nuit, au lavoir. Direct, flemme, entrée en matière tout ce que tu veux, mais j'aurais pas eu, je pense, la patience que tu as mis dans ton introduction que je trouve vraiment détaillée.

T'as quelques pnjs qui font pas tapisserie, vraiment ce sont des personnages plus que des PNJs. Je n'aime pas beaucoup donner du « j 'aurais fait ci et ça et blabla » mais pour le coup ça m'a sauté à l'esprit et ça me quitte pas.

Changement d'ambiance ! On passe de Raiponce sous mauvais temps à Dark Souls.

Tu as une manière assez dingue de planter le décor au travers de ton personnage, ce qui rend le tout très lisible et vraiment agréable, par exemple « Un chant retentissait, lugubre. Des voix féminines, glaçantes et lointaines, qui fredonnaient à bouche fermée. Aqua resta figée, paralysée, incapable de détourner le regard de ces formes mystérieuses dont la teinte blanchâtre semblait scintiller sous le reflet de la lune . » C'est beau c'est chaud – je veux dire c'est froid c'est lugubre mais tu me comprends ; je kiffe.

Ce petit écho aux phrases précédentes me font rire ; « il ne faut pas avoir honte d'avoir peur ! » qu'elle dit, deux minutes avant de se pisser dessus de trouille ! Aqua est super humaine, pas du tout de marbre.

Un petit détail, vraiment petit en fait, c'est ce moment où Aqua répond au spectre ; les phrases auraient peut-être dûes être séparées de la narration pour plus d'impact. Juste une impression.

Le premier contact est établi, et tu ne cherches pas a couper les coins ; on a tout le raisonnement d'Aqua et, je vais me répéter ; C'EST COOL. Elle a peur, mais elle a une mission. Je te cache pas que je me suis perdue plus d'une fois au milieu des paragraphes, bleu clair sur blanc ce n'est pas des plus lisibles. Je pense que je n'ai pas pu apprécier le combat aussi bien que je n'ai apprécié les autres passages – surtout en comparaison des révélations finales qui sont très aigre-douces avec cette histoire de jeune femme oubliée de tous.

Franchement, l'histoire m'a touchée ; plus que de simples spectres tu as donné une vraie personnalité même au fantôme à chasser. La phrase finale sonne comme quelque chose de plus grand que ça, ça veut littéralement dire « j'ai appris quelque chose de cette mission, désormais je ne serais plus pareille » et ça c'est un détail qui est super important et que j'ai adoré voir Smile

Ça me tue de la noter en normal !

Mission normale : 20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS – deux en défense, un en magie, tu obtiens un rapport !
messages
membres