Derniers sujets

Le Chien noir

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
Le privilège du plus monstrueux d'entre eux  Left_bar_bleue320/320Le privilège du plus monstrueux d'entre eux  Empty_bar_bleue  (320/320)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 21 Mar 2019 - 8:51
« Bonsoir… » Jack se force à un si simple sourire.

Et c'est difficile, un effort comparable à celui de porter un rocher avec les bras levés. J'ai crucifier vif un homme dans la nuit, se dit-il horrifié dans la matinée, alors que la boulangère lui rend un sourire fatigué qui, peut-être, en a juste un peu trop vécu.

« Salut Jacky ! » La dame s'en va, sans craintes ni rancœurs, enlacés l'intendant dans ses bras avec force et chaleur ; ça lui parait déjà plus douloureux que ses pires moments en missions. Mal à l'aise, le visage qui se déforme à vouloir pleurer ou hurler, il affiche un profond dégoût. Trop tard pour faire machine arrière, hélas, il ne peut pourtant s'empêcher de retourner la voir. Ca lui donne l'impression, pour quelques minutes seulement, de revenir à un temps où une vie… normale ? Non, la vie de coalisée est celle qui est normale aux yeux de Jack, désormais. Si simplement, ça lui donne l'impression de revenir à ce temps innocent où Jack n'avait à s'inquiéter que de ses devoirs et de quelques camarades de classes un peu brutal.
Déjà perdu dans ses pensées et remords, incapable de soutenir le regard inquiet et compatissant de la dame ; celle-ci se replace face à Jack, l'inspectant comme s'il fut son propre enfant.

« Ca va… ? T'as mauvaise mine Jack ! Faut que tu dormes un peu plus et que tu boives moins de café ! » Sévère, la dame renifle le Chien Noir. « Et tu peux mettre autant de parfums que tu veux, je sens bien que tu fumes encore ! »

Bon… autant, là, Jack s'en fout mais soit… il est juste content que quelqu'un…

« Oh ? T'as ramené des gars avec toi… ? » Et déjà, elle parait bien plus intimidé.

Nerveux et en panique -prêt à tuer-, Jack se retourne pour asséner à sa garde son regard le plus meurtrier ; en ce moment de faiblesse, il irait jusqu'à combattre Death.

« Dites bonsoir à la dame… » Et ils s'exécutent tous, comprenant sans plus d'explications la situation. Humblement, et à raison, ils reculent un peu… sont toujours là mais bien plus l'instant, ils se font vaguement souriants et polis -impérativement respectueux- à l'égard de la boulangère. Celle-ci et Jack, alors, ont le droit à un peu d'intimité. La boulangère a toujours peur et c'est bien normal ; Jack ne devrait pas la côtoyer. Il a un lien avec elle et… les gardes noirs le savent ou vont le savoir. Ce n'est pas impossible d'imaginer une Skinner, un Vlad, un Kuro s'en prendre à elle… une Lenore ou un Death, qui sait ?
Le Chien Noir jurerait bien de la protéger coûte que coûte mais rien ne lui assure en être capable. Tout semble lui indiquer le contraire.

Il l'aime, c'est certain mais… s'il aimait véritablement, sincèrement et de manière désintéressé… ? Jack la laisserait vivre loin de lui et ne s'en approcherait, lui épargnerait le sinistre destin d'être lié au sien malgré elle. Sauf qu'ici, cet amour est aussi égoïste qu'intéressé, il passe avant la sécurité de la bien-aimée.

« Attends deux secondes Jacky, je reviens ! » Et toute contente, bien énergique, elle file dans sa boulangère.

De quelques gestes, Jack ordonne à ses gardes noirs de sécuriser la zone. Alors… non, y a pas de codes secrets à la garde noire ou de trucs stylés façon G.I.G.N ou SOLDATS 3ème Classe… mais entre eux, les gardes noirs se comprennent. Ses gestes à la fois agacés et pressés, son regard soucieux scrutant la zone… c'est un ordre évident pour n'importe quel garde noir. Sinon Septimus mais lui, c'est un cas décidément à part. Par automatisme, stressé et ressentant l'impérieux besoin de se servir de ses mains ; Jack s'allume mécaniquement une clope, sans même en avoir vraiment envie.
Le silence hante ces rues pareils à un nid de serpents rigides en train de copuler… et suffisement étrange pour Jack, tout et tout le monde a tendance à être bien silencieux en sa présence.

« Et voilà les gars ! C'est pour vous ! » Les gars ?! Jack grince des dents au point d'en mordre sa clope, la déchirant aux deux alors qu'elle tombe au sol et que lui, un bout de mégot entre les dents, regarde tout autour avec rage. Sinon un bref regard inquiet, la boulangère poursuit et, finalement, sait gérer les humeurs de Jack bien mieux que n'importe qui à la Coalition Noire. « Jack, tu prends au moins un croissant ou je t'arrache l'oreille ! »


Les quelques gardes encore assez proche se sont rapprochés de la dame, sortie de sa boulangerie avec un énorme carton remplis de viennoiseries de toutes sortes. Des douceurs modestes mais jamais avec plus de douceur que celle qui les "offre". Une pointe au coeur à se dire que tout ça n'est peut-être qu'un jeu hypocrite pour profiter de quelques avantages ; ainsi soit-il, c'est toujours plus agréable que de lui donner un billet.
Un regard nerveux adressé à ses gardes, relativement choqués d'entendre une pauvre boulangère menacé l'intendant de lui arracher l'oreille.

« Je vous laisse distribuer ça aux autres… je compte sur vous pour partagez… ou je partage vos corps entre le dinosaure et le béhémot. »

Et les laissant se saisir du carton avec précaution, Jack retient son souffle de peur qu'il ne la brusque. Attrapant un croissant pour la forme -déjà convaincu de ne jamais le manger-, c'est avec des yeux attendris et triste que Jack rentre dans la boulangerie. Lui se rapelle encore, si petit, allez à cette boulangerie là au lieu de celle dans sa rue quitte à marcher un quart d'heure de plus. Parce que petit, il trouvait cette boulangère bien jeune et jolie ; qu'il lui volait des bonbons, qu'elle le savait mais bien sereine, fermait les yeux.
Elle n'est plus si jeune mais elle reste jolie ; il ne lui vole plus des bonbons mais elle le laisse toujours faire.

Cette humble boulangère lui a toujours tout pardonné… et aujourd'hui, au moins quelques instants, elle lui fait tout oublier. Pour cette raison, elle a toujours son four et ses radiateurs, des tas de bois amassés dans sa maison en prévoyance du jour où la garde noire passerait. Après tout, comment une boulangère sans son four ferait pour payer la taxe qui arrive ? Death est bien gentil à vouloir pilier les habitants de a à z mais c'est bien Jack qui doit s'acharner à ramener telle somme ou telle quantité à chaque fois. Rien ne justifie qu'elle est encore le confort de radiateurs… sinon que le métal qui n'a pas été pris ici a bien dû l'être ailleurs.

« Les gardes sont gentils avec toi ? »

Ils ont plutôt intérêt.

« Ce sont des gardes noirs, ils… font ce qu'ils peuvent… ? Mais ils font un effort, si c'est ta question. »
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
Le privilège du plus monstrueux d'entre eux  Left_bar_bleue1387/0Le privilège du plus monstrueux d'entre eux  Empty_bar_bleue  (1387/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 26 Mar 2019 - 11:31
Qui a peur du grand méchant Jack… Méchant Jack… Méchant Jack…? Surement pas la boulangère !

Ouais, j'aime te donner des charades.

Donc ! Ce rp ? En fait, j'aime assez de genre de rp. Pas dans l'idée où, c'est un truc romantique et que j'suis un peu fleur bleu. Mais surtout parce que ça offre des possibilités rp. Pour toi, en tant qu'outil et ce que pourrait devenir ce pnj et pour les autres, sur ce qu'ils peuvent faire à la boulangère. Même si, soyons honnête, celui qui flingue la boulangère ? Death le mange. Il adore ses baguettes. Du moins, à partir de maintenant.

Bon, par contre, tu te rends bien compte que je n'ai pas grand chose à dire de plus !

P'tet mon regret est de ne pas en avoir plus. Mais, en soit, j'suis aussi content que ce soit succins. Ouais, la relation est à ses débuts et on voit clairement la "tension" de Jack par rapport à ça. Et pour un nevrosé ? Ouais, c'est bien représenté. Donc, voilà, un commentaire vraiment court mais j'ai vraiment kiffé ce rp.


Très Facile : 7 points d'expérience + 50 munnies + 1 PS en Dextérité et un bonus en Défense !

_______________________________
messages
membres