Derniers sujets
Petit Lapin

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
13/500  (13/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 11 Fév 2019 - 1:27
Tu sais, ces films qui commencent par un type qui inspire et qui expire, genre comme pour te dire à toi : Frère, ce qui va se passer va te couper le souffle ! Et ben… pour la première fois, j’ai ressenti ce besoin ! Entendre mon inspiration, entendre mon souffle. Ca me calme instant. J’ai l’impression… d’être dans le jeu. Certains de ces jeux d’infiltration ou tout ce que tu peux entendre, à certains moments, c’est ton perso qui respire. Et tu remarques ? C’est toujours après ce moment de gros calme que tout pète.

Purée, je suis trop stressée. Le jour est venu, les gars. Le tournoi de robots. Le truc, la raison principale pour laquelle le Président m’a envoyée ici, à la toute base. Pour lui, c’était le truc que je devais gagner pour représenter la Shinra dans le game. Et j’y suis. Et… j’y suis. Je suis stressée mais  pas pour la partie où je vais démonter des mecs à la manette, non. C’est le côté illégal, underground, qui me fout un peu la trouille.

Mais enfin. C’est un jour important. Et je peux pas le filmer, ça c’est sûr. J’ai choisi d’avoir l’air responsable aux yeux de mon public, même si ça pouvait me donner énormément de visibilité ! Il y a la com’, et il y a la responsabilité qu’on a, chacun et chacune, par rapport à tous ceux qui pourraient nous imiter ! Bien dit, D.Va ! Je sais, merci ! Et tout le temps, chaque seconde, je compare. Ce jour est important mais… quel est l’enjeu ? Oui si je gagne, la classe, le respect, etc. D’accord. Mais si je perds ? J’ai eu plein de jours super importants dans ma carrière, des jours où beaucoup de choses ont dépendu de mes efforts ! Y a ce jour où je me suis retrouvée devant les BabyRogues. Ca c’était super. J’ai gagné de la légitimité dans cette ville !
Il y a le jour où j’ai été présentée à la maire de SF, et où au final, j’aurais pas pu mieux gérer.

Y a des trucs, à titre personnel, bien sûr. Tous ces trucs qui font que je suis fière de moi. Le dirigeable qui est en ce moment-même au-dessus de l’endroit où on est. Le fait d’avoir permis à autant d’étudiants de se payer leurs études, ça c’est… objectivement ma plus belle réussite. Et Jila, Hengameh, Fahimeh et Babak, bien sûr. Je leur donne une chance et ça me rend folle de joie.

Mais le jour le plus important de ma carrière avant celui-ci, c’est mon duel contre Luxord. C’était fou. Encore maintenant, j’aimerais revivre toutes les émotions que j’ai ressenties ce jour-là ! J’ai parlementé comme une dingue, j’ai super bien joué ! Et risquer de travailler dans les bordels de Luxord en cas d’échec ? Rah ! c’était complètement ballzy ! D’ailleurs qu’est-ce qu’il s’est passé juste après Luxord ? On m’a envoyée ici !

Aujourd’hui je ne suis pas fière de ce que je vais faire mais je sais que ça peut changer beaucoup de choses ! Alors j’inspire, et j’expire. Je suis dans un espace totalement noir, habillée de ma combinaison de pilote de méka, mon uniforme. Et je suis debout. Je vois bien de nombreuses petites lueurs rouges qui virevoltent devant moi. Et j’entends :


« Le plus jeune de ce tournoi. Le » La voix fait une pause. C’est très différent de tout ce que j’ai vécu. Dans le gaming, le présentateur est toujours hyper enthousiaste, il parle à mille à l’heure, il va tellement vite que parfois, tu t’apprêtes à faire une action qu’il est déjà en train de la décrire, je sais pas si t’as remarqué, toi aussi. Ici, la voix est hyper sérieuse, grave, lente. En fait, l’ambiance est hyper sérieuse. « génie. Il a fait ses preuves dans la rue, il a gagné ses soixante-trois premiers combats avant de connaître sa première défaite. Pour lui, tous les problèmes ont deux solutions possibles : Ichi. » La première lumière apparait sur l’arène. Elle vient du plafond et tombe pile sur un robot noir, quatre bras qui ne portent pas d’arme. Il a voulu cacher les capacités de ses machines durant le show, c’est… malin, même si arrivé à ce stade, c’est peut-être pas si utile que ça ! « ou Rei. » Une deuxième lumière dévoile, juste à côté d’Ichi un autre robot, blanc cette fois, un drôle d’animal qui ressemble pas mal au cybug. « Voici Binaire. » Cette fois-ci, c’est le challenger qui est illuminé. Il est jeune, petit, et on dirait qu’il va jouer au poker, avec ses lunettes de soleil et sa casquette qui descend super bas. Les gens dans la foule crient et encouragent plus que ce qu’ils applaudissent.

« Le premier à avoir réalisé un robot volant viable au combat dans une petite zone, celui qui a menacé la suprématie de Saurien récemment lors d’un combat en arène privée. Alexandre. » Cette fois-ci, la lumière dévoile directement le gars, ainsi que quatre robots qui l’entourent. Il croise les bras et regarde devant lui, genre décidé.

« Une légende dans la discipline. Il a marqué beaucoup d’entre vous car malgré ses innombrables victoires, il a continué les combats hors-compétition, dans la rue. Encore aujourd’hui, il distribue conseils et punitions aux jeunes combattants. Le Coach. Et son robot principal : l’Irlandais. » Un gars apparait en tenue de catcher, la moitié d’un masque sur le visage, mais il est pas si costaud que ça. Son robot par contre, c’est une légende. Plus la moindre trace de peinture sur lui, c’est un gros tas de rouille cabossé par les coups. Deux pieds et deux poings hyper castars. Tous ces robots m’arrivent aux genoux mais certains ont quand même l’air plus balèzes que d’autres.

Le présentateur en cite d’autres. Je les ai tous étudiés au maximum mais certains font tellement dans le privé ou dans le secret que j’en apprends pas plus ici. Y a Botan. Je sais maintenant qu’il a un robot principal, Geisha mais difficile de comprendre quoi que ce soit au fonctionnement de son robot, juste en le voyant comme ça. Saurien et son robot, le ranger, ils sont favoris mais eux, je sais tout ce qu’il y a à savoir ! L’Entomologiste et sa ruche de robots évoquant des insectes, qui est franchement méga impressionnant.


« Elle nous vient d’un autre monde, d’Illusiopolis. » Ah ! « Là-bas, elle a construit son robot dans une décharge, là où on l’a élevée. Avec ses maigres moyens, elle a créé une vraie machine à tuer. » Ah bah c’est pas moi, ça doit être « Eglantine. L’outsider, l’une des favorites. » Un nouveau projecteur s’allume. Maintenant, sur la grande scène, y a déjà pas mal de participants illuminés. Eglantine est pas du tout comme je l’imaginais, jolie et distinguée. Elle a l’air de sortir d’un film de guerre steampunk. Elle a un casque militaire tout rouillé sur le crane, des cheveux colorés en rose, tous ses habits sont tâchés d’huile. Elle… pète de classe. Et je savais pas sa petite histoire. Et donc ouais, qu’elle soit favorite est pas étonnant. Les génies de SF créent des robots de ouf mais ils les créent tous avec l’esprit SF, si tu veux. C’est bizarre hein mais… tu vas pas créer la même chose si t’as fait ça toi-même sans t’inspirer de rien, avec ce que tu trouves, que si tu le fais dans la capitale de la technologie. Et donc, à mon avis, on va rien comprendre à ce qu’elle va amener sur le terrain, même moi qui viens d’Illusio.

Le Doc est présenté juste après. Son principal atout, c’est la diversité de ses robots, il en a plus de vingt sur scène autour de lui, et ils sont tous très différents les uns des autres. Le genre d’ennemi qui te connaîtra mieux que toi tu le connaîtras, c’est logique ! Ici, on a tous beaucoup bossé. Ceux qui ont l’avantage sont ceux dont on connait à peine les moves. Avec Doc, c’est sûr d’être le cas.


« Elle a vaincu le Doc. » Ah là c’est moi. Je regarde devant moi. Et… Euh il me faut une pose ! « Elle représente la Shinra ici au tournoi. » Purée ! Sérieux ? Ah… Ah bah forcément, le public commence à me huer. « Calmez-vous. En tant que soldat haut gradé, sa présence garantit que la Shinra ou d’autres forces armées ne viendront pas nous empêcher de faire ce tournoi. » Mouais, un peu mieux. « D.Va et ses robots. Bunny-D et LaD. » La lumière s’allume. J’ai aussi les bras croisés mais… détail en plus : Je mâche un chewing-gum. Je regarde la foule, j’entends à la fois des gens super contents et puis des détracteurs, mais… va détracter ça : j’enveloppe ma langue de mon chewing-gum et je souffle doucement. La bulle gonfle, gonfle. Et éclate, et je fais genre je m’en fous, et eux je suis sûre, ils trouvent ça trop cool.

Je continue à mâcher. Mais j’ai plus le luxe de regarder la présentation des autres, maintenant que je suis sous le projecteur. Bunny-D et LaD. sont juste devant moi, Bunny-D est immobile, calé au sol, alors que LaD. tient son parapluie comme une grande dame, sur son épaule.
On présente Sakazuki le Rouge. Ouais, j’ai zéro peur de lui, il a été appelé juste pour sa communauté. Et non c’est pas pareil que moi. Le Magicien, et je suis trop deg de pas pouvoir le regarder lui et son robot, la Boîte, le robot le plus mystérieux et loufoque de ce tournoi, c’est sûr ! Maheta. Purée ! Je peux pas le voir, ça me saoule ! Et j’apprends rien d’autre sur lui que ce que le présentateur dit : c’est l’électriseur, flippant et méchant !

Chizu, Hidemi, Ayuka, oui. Et bien sûr :


« Le vainqueur du précédent tournoi. Celui qui va, encore cette année, faire trembler le sol. Saurien se souvient de ses coups, Saurien se souvient de son rugissement. Keigo. » Je ne peux pas avoir le type éclairé par le projecteur, ni ses robots d’ailleurs. Si je regarde les autres participants, j’aurai l’air d’une idiote sur les vidéos de tous ceux qui filment ! « Keigo, étant le vainqueur de la précédente édition, a le droit, pour le combat qu’il choisira, de combattre avec un robot d’une autre catégorie, un robot d’1m85. Un robot… qu’aucun robot miniature ne peut vaincre. »

Ahah. La trouille.

« Il ne reste que moi. Je suis Kami. » La lumière s’allume sur un vieillard, queue de cheval, cheveux gris. Il porte, comme pas mal d’autres hein, c’est plutôt courant dans la discipline, un kimono. Il tient un micro et on peut voir devant lui plusieurs robots qui ont l’air aussi vieux que l’Irlandais, en moins impressionnants. « Je ne présenterai pas cette soirée. Les combats se feront avec l’humeur d’autrefois, dans la rage et sans commentaire. Je rappelle le déroulement de ce tournoi. Nous sommes seize. Chacun va piocher un numéro qui le placera dans l’arbre du…

J’écoute plus, je me concentre sur mes robots, je les regarde… fixement et j’essaie de me convaincre que je peux gagner. Mais les autres ont un avantage absolument dingue. Ils ont une expérience folle, ils ont fait plein de combats. Perso, j’ai fait que quelques combats en situation réelle. Mais d’un autre côté, j’ai déjà fait de très bons classements dans des tournois sur des jeux que je maîtrisais à peine. Et… c’est une manette que j’aurai en main, sur le ring. Au final, c’est pas différent mais ouais… ça fait assez peur.

Un par un, on pioche un num. Y a un tableau noir sur des roulettes qu’on traine pour faire apparaître l’arbre du tournoi. Je suis genre certaine qu’ils ont décidé de prendre un truc comme ça pour faire plus authentique, parce que y a pas franchement de problème de budget par ici. Je pioche le numéro 11. Maheta le 4, ouf. On va pas s’affronter avant longtemps. Sakazuki le 1, dommage, et il sera contre Chizu, ok, ça je m’en fiche. Eglantine pioche et… le 13 ! Ah ouais ! Si je bats mon adversaire et qu’elle se débrouille, je serai contre elle, c’est cool et effrayant.

Keigo le 12.

Mon cœur s’arrête. Ou c’est tout comme. Keigo… le 12. Keigo. Je le regarde pas, j’ai mille fois trop peur mais j’ai l’impression que lui, là, il est en train de me percer de son regard et tout ! Il doit se dire « mais c’est qui celle-là ? pourquoi elle me retarde dans mon ascension vers la victoire ?! » ou un truc vénère comme ça ! Ahhhh !


« Nous commencerons donc avec Sakazuki et Chizu. Merci à tous de quitter la scène. L’arène va être préparée. » Toute la salle est brusquement allumée, et là on peut voir la taille du hall, c’est immense et c’est super aménagé. Y a des projecteurs de partout, des estrades de métal pour une partie du public, des écrans qui diffusent les images de l’arène et oui, l’arène. Je la repère pas tout de suite là-dedans mais il y a au milieu du hall une zone,  une arène carré qui fait quelque chose comme 36 mètres carrés, si je me souviens bien de la formule. Et déjà, on peut voir, sur les écrans, la petite spécificité toute mignonne : il y a un fossé autour de l’arène. Règle du premier round : si on est dégagé hors de l’arène, le robot tombe dans la fosse et s’il tombe dans la fosse… Bah je sais pas, y a des piques ? De la lave ? Huayan Song ? Bref, un truc hyper dégueu. Yes, c’est gratuit, ça fait plaisir !

La scène est en contre-bas. Parce que… un combat de robots miniatures, on doit pouvoir le voir, tu vois. Mais enfin bon y a les écrans, et je m’en fiche. Je m’en vais et je me dirige vers l’entrée. Y a facilement deux milles personnes. Et y a de tout. Des types qui sont en crew, comme des gros mafieux. Des mecs en kimono qui se la jouent gros dur. Ouais, bon, y a pas de tout tout. Genre y a pas la petite fille qui tient la main de son papa, tu vois. Mais dans le genre fouille-merde, pardon pour l’expression, y a de tout ; Et il y a…


« D.Va ! »

Des fans. Six. Et eux, ils sont plus proches de la petite fille que de la racaille et… Purée, déjà que moi je fais bizarre dans le tas avec ma tenue rose, eux sont vraiment habillés en touristes, c’est hyper chelou dans le contexte. Ils viennent vers moi en me faisant des grands signes, je souris mais genre… petit sourire. Y a plein de spectateurs qui se retournent vers moi, l’air de me prendre pour une tarée à attirer des gros newbies comme ça, mais j’ai pas honte, je… je suis habillée en combinaison rose, encore une fois ! J’ai des moustaches de lapin sur les joues !

« On est venus te voir ! On t’adore ! Est-ce qu’on te dérange ? »

Les questions se multiplient déjà, je les regarde plus ou moins tous sans rien dire, et puis je croise les bras. « Non. » Je fronce les sourcils, je fais une moue désapprobatrice. Ils me regardent, comme s’ils attendaient que je dise autre chose. Et c’est quand l’un d’eux va parler que je dis : « Vous avez vu d’autres fans ? Vous venez d’où ? »

« Illusiopolis ! »

« Il y a un autre groupe, oui, on les a croisés et…

« Bon, passez-moi vos papiers. » Ils font une grimace, genre à se demander si je rigole. À Illusiopolis, les citoyens vivent sous le contrôle de la Shinra et… l’air de rien, la Shinra règle pas tout à coup de fusil. Donc chaque citoyen a des papiers d’identité et… et bah moi je veux les leurs. « Allez. »

« Mais. »

Je lève un doigt vers le garçon qui prend la parole pour exiger le silence. Bon, on est dans un hangar où y a beaucoup de bruits donc ça fait bizarre. « Qu’est-ce que j’avais dit ? C’est pas un endroit pour les civils, c’est pas sûr du tout. J’avais dit dans ma vidéo que je voulais voir aucun d’entre vous ! » Je me fâche pas vraiment, par contre c’est quand même clair que je suis pas contente. J’ai les mains sur les hanches, je les laisse pas parler, etc. J’attends et… les premiers commencent à me filer leurs papiers. Bon. Je sors mon appareil portable. Je tape leur nom et leur numéro de registre sur un bloc-note numérique tout en maugréant. « Vous savez combien de ces gens ont des couteaux sur eux ? C’est de l’inconscience. »

« Mais D.Va, on savait pas, on croyait que tu serais ok ! Et puis tu es là pour assurer la sécurité ! »

Je note le deuxième nom, je relève vite fait le nez et réponds. « Non, je suis là justement pour que personne ne s’occupe de la sécurité. » Et oui. D’où l’invitation de courtoisie, comme l’a bien dit Kami.

« On a l’habitude à Illusiopolis, D.Va, c’est injuste ! »

Je réponds rien, j’écris les autres noms, les autres numéros. Rolala, le premier match va bientôt commencer et j’ai toujours pas trouvé Kotetsu. Je soupire, et je rends à chacun ses papiers d’identité. « Je ne suis pas contente de vous. Je regarderai vos antécédents quand je serai chez moi. Si vous êtes clean, vous aurez juste un avertissement. La Shinra vous enverra ça par courrier. »
J’en vois deux qui font la gueule. Purée mais ils devraient s’estimer heureux. « J’avais prévenu, les gars, je suis navrée. »

Ils disent rien que je puisse entendre, mais j’en vois un qui maugrée des trucs. Roh… On a la communauté qu’on mérite. Et moi je mérite des boyscouts qui n’en font qu’à leur tête ! « Bon. » Je sors une carte, celle du restaurant de la mère à qui j’ai parlé récemment. Je leur file. « Si demain, vous êtes encore à SF, venez manger avec moi et les enfants. Ca me fera très plaisir que vous veniez. »

« Ok… » L’un prend la carte. « Et maintenant, vous partez. À demain. » Je suis toujours pas très enthousiaste mais je trouve que malgré l’avertissement, j’ai été gentille. En fait, j’ai été responsable, et ça j’espère qu’ils le comprendront. Oh c’est sûûûûûr que ça va se savoir, tout ça. Mais franchement, je préfère avoir la réputation d’une meuf sévère envers la petite délinquance que la réputation de celle qui a des beaux discours mais qui n’en applique pas les principes !

Je retrouve Kotetsu, une minute après. On entend le combat commencer entre Sakazuki et Chizu. Et alors que je souris distraitement à Kotetsu, je vois, juste à côté.


« Nakada. » Il se tient là, comme si de rien. Et il me regarde normalement, comme si… comme si de rien, à nouveau ! Il est habillé d’un sweat noir à capuche, avec ses cheveux longs qu’on dirait qu’il a pas lavés depuis deux semaines ! Ah il… m’énerve déjà. « Tu m’as manqué. » Je lui souris timidement.

« Ouais. » répond-il.

« T’auras pas besoin de ton plan de secours, du coup, Di ! » dit Kotetsu d’une voix chantante. Roh cet enthousiasme. C’est… Je sors avec un fan. C’est super et trop gonflant à la fois, j’ai l’impression qu’il implose à chaque fois qu’il se passe un truc. « Oui. Très original, en tous cas. » Je fais un léger non de la tête. « Revenir au dernier moment, sérieusement ? T’as cru que t’étais Ikki du Phénix ? »

« Ah ça y est, ça commence. » Nakada lève les yeux au ciel. Roh la, il lève les yeux au ciel ? Purée et moi je dois faire quoi ?! « Tu rigoles ? On aurait pu s’entraîner comme des malades si tu t’étais pas taillé à Grim-les-clochers ! »

« Oui bah… Tracasse. J’ai pas chômé. »

« Oui non ça je me doute, t’as vraiment joué ton Ikki à trois francs jusqu’au bout. Tu changes des trucs à notre strat mais tu préviens pas. Contente que tu sois revenu, mais t’es un abruti. Si je perds à cause de toi, tu vas pas faire le malin. »

Je fais volte-face. Purée faut que j’arrête de faire mes scènes en public, y a plein de gens qui me regardent. Et… Naka et Kotetsu me suivent, c’est très bien. C’est clair que je suis rassurée. Et c’est parce que je m’entraîne comme une folle que je me permets de laisser libre court à l’impro. Je suis la reine pour répondre aux imprévus ! Ca veut… pas dire qu’on doit faire en sorte d’en croiser à tout bout de champ ! Ralala, j’ai vraiment hâte que ce tournoi soit fini, je suis trop sur les nerfs en ce moment, avec ça, la permanence, et évidemment et surtout, Hengameh, Fahimeh, Shila et Bab… « C’est une victoire de Chizu. Les plus observateurs ont sûrement remarqué la puissance des longs doigts de Knock Knock, son robot concasseur. » Et Kami arrête de parler. Ok, sans surprise. J’aurais… du regarder Chizu à l’œuvre parce que j’ai jamais vu son robot en combat mais… soyons réalistes. Il va affronter des costauds. Si je le croise, c’est obligatoirement en finale. Or il est dans la même moitié d’arbre que Maheta ou le Saurien, donc allez, c’est peu probable que je le rencontre.

« Le Doc va à présent affronter Maheta, l’électriseur. » Les gens commencent à crier, et c’est là qu’on voit le penchant le plus pervers de toute cette discipline. Moi quand je dis à mes followers de pas venir, c’est sous prétexte qu’il y a de la violence, qu’un accident est vite arrivé, que les gars sont pas nets. Mais c’est aussi une énorme question de fric. Dans ce genre de tournoi, l’argent circule à fond. Des milliers et des milliers de munnies sont misés, remportés ou perdus, dans la seconde. Et comme c’est dans l’illégalité, moi je devine la suite : des gens qui doivent de l’argent à des créanciers que t’aimerais pas avoir contre toi.

« Allons chercher Bunny-D et LaD. » Je me dirige vers la scène, un peu abandonnée depuis tantôt. Je remets chaque robot dans son sac à dos, passe l’un d’eux à Kotetsu et porte l’autre. « Tu commences avec qui ? » demande Kotetsu, alors qu’on se dirige vers un des murs du hall pour s’y poser tranquille en attendant. Et on va devoir attendre. Je suis le sixième combat, on est qu’au deuxième. « Bunny-D. LaD. fera le combat en double et le combat aérien, donc elle doit obligatoirement partir au deuxième round en bon état. Je ferai la finale avec celui qui sera le moins amoché. » Réponse précise mais distraite. Je regarde le combat. J’ai déjà vu plein de combats de Maheta en vidéos. C’est un showman. Donc j’apprendrai pas grand-chose ici. Doc a sorti un robot que j’ai pas affronté personnellement mais… ça dure pas longtemps. L’Anguille, le robot de Maheta, a déjà libéré ses câbles sur le robot de Doc et hop, coup de jus. Fusibles grillés !

« Il me donne des frissons, celui-là. » dis-je en baissant un peu la tête, assise à terre, adossée au mur froid du hangar.

« Je sais pas. » dit Naka. « Franchement, le deuxième quart est hyper costaud. Il a de la chance de pas être dedans, mais pour moi il passera jamais la demi-finale. Ce sera contre Saurien ou contre le Coach ou contre Binaire ou Kami, franchement, ce sont des bêtes. J’ai déjà affronté le Coach hors-compet’, et c’est Saurien qui m’a étalé y a trois ans. Ils sont beaucoup trop balèzes pour Maheta. »

Mouais. Je soupire. « Non mais déjà, si je passe Keigo, c’est un miracle. »

« S’il utilise son droit de vainqueur de la précédente compétition contre toi, tu perds, c’est sûr. Mais il le fera pas, t’es pas du tout une des favorites. »

Oui,  ou… Keigo sauvera l’honneur et prendra le moins de risques possibles. « Franchement j’ai hâte que ça se termine. » Je croise mes bras sur mes jambes et je pose ma tête sur mes mains pour essayer de penser à autre chose. Purée. Comment j’ai changé d’humeur en deux secondes ! J’étais super motivée, concentrée et tout. Et depuis que je sais que j’affronte Keigo, je suis en flip ! Roh et puis passer sixième, c’est super chiant ! Je perds ma préparation mentale !
Les followers, aussi, ça m’a foutu un coup. J’avais pas envie de me prendre la tête, moi !

J’écoute Kotetsu et Nakada discuter. Je suis un cliché sur pattes, parfois. Dans ma tête, pour leurs retrouvailles, ils se battraient pour moi. Mais Nakada est peut-être passé à autre chose. Et peut-être que Kotetsu lui a rien dit sur notre couple. Après, il faudra qu’il soit au courant ! Mais donc ici, c’est calme entre nous trois, et c’est comme si Nakada était pas parti.


« J’ai recueilli des fillettes, des orphelines. »

« Ah… » Il me regarde fixement, puis quand il voit que je suis sérieuse, il continue.   « Cool. »

« Et un gamin. » Faut vraiment que je le prenne en compte dans mes calculs, c’est plus possible ! « Pour quelques mois. Ca concerne un projet cinématographique d’une étudiante, mais j’ai décidé de les héberger, ça… change un peu. »

« Beaucoup. »

« Oui, c’est carrément différent, maintenant qu’ils sont là. Et… » Je suis interrompue par la montée de Saurien et du Coach sur le ring, c’est le premier très gros combat. Saurien est évidemment favori, mais pas largement. Le Coach est une valeur sûre. Et… « Purée, je sais pas ce que j’ai. » Je laisse tomber ma tête en arrière, heurtant légèrement le mur. « Je suis pas ça. »

« Qu’est-ce que tu veux dire, Di ? » Kotetsu s’approche, les sourcils froncés, soucieux. « Je sais pas. Ca fait quelques semaines, je commence à perdre mon mood. Je devrais être super énergique tout le temps et ça le fait pas du tout ! J’ai des sautes d’humeur non stop, j’arrête pas de me mettre en colère, puis y a des moments où je passe de super contente à méga blasée. »

« C’est… » Kotetsu bloque. Il baisse les yeux, avale sa salive et « non, ça n’a rien à voir avec toi. » Je lui touche le bras affectueusement mais genre, tu peux rien deviner juste en voyant ça. « C’est... moi, mon humeur. En vrai… Je crois que je commence à m’ennuyer. »

Nakada pouffe de rire. « T’es dans le tournoi de combat de robots et tu t’ennuies ? »

Je réponds pas. Non, c’est pas ici maintenant que je m’ennuie. Et c’est même pas de manière générale. C’est juste que je sens que je suis en train de donner raison à certains. Je stagne d’un côté et évolue de l’autre. Je… J’ai pas de défi. Roh la meuf. Je commence à vous dire que l’enjeu de ce tournoi est énorme, et là j’raconte que j’ai rien à faire de stimulant ! Oui mais bon, je sais pas ! C’est juste un sentiment ! Et des sentiments, j’en ai beaucoup.

« Tu peux gagner le premier combat ? Tu peux battre Keigo ? » me demande Nakada.

« Quel rapport ? »

« Réponds, c’est tout. Si tu te retrouves devant un robot miniature de Keigo, tu le gères ? »

« J’en sais rien, c’est une bête quand même, c’est… l’un des favoris de compèt’, quand même. » Il dit rien, il me regarde fixement. Je suis pas sûre de savoir où il veut en venir. Mais il veut une autre réponse. « C’est une façon de me motiver ? »

« Purée, oui ou non ?! »
« Mais. » J’affronte son regard, me redressant un peu ! Oh bon. Le mec est une légende. Après, oui, je suis pas arrivée comme une idiote dans le milieu, je suis quand même championne d’e-sport, je suis un des plus grands noms du gaming et ici, c’est encore une manette que j’aurai dans les mains. « D’accord. Oui, je crois que je peux gagner. C’est même franchement probable, il connait pas vraiment mon style, et j’ai bien observé ses strats. »

« On s’est entraînés comme des dingues. Mais. Avec ton attitude de merde, tu termineras pas ce tournoi, donc… je te prépare un truc pour ta victoire en huitième. » Ah ouais. On dirait une mise en scène à la Danse avec les stars, et je sais pas si ça me rassure.

« Ah, Coach a perdu. »

Nakada s’en va peu de temps après, et on regarde les matchs. Je reste en silence, je rassemble toutes mes pensées positives pour me persuader que je vais gagner le premier combat ! Purée, ce serait presque énorme que Keigo décide de lâcher son droit à un robot de taille humaine maintenant. Comme ça, si je gagne !  Non c’est idiot…


Allez ! Je me lève. Les autres me font confiance. Le Président me fait confiance. C’est pas le moment de tout planter. Je dois arriver jusqu’en quart de finale, sinon c’est juste la grosse lose. J’échange mon sac à dos avec celui de Kotetsu. Bunny-D. Allez mon pote, on va le gagner ce premier fight. J’avance dans la foule, escortée par Kotetsu, et je joue des épaules, je m’en prends plein dans la tronche en même temps et… Super l’organisation, j’adore être une guest à peine bien traitée. Méééééé j’arrive. Et avec moi, un quart de détermination et… Bon sang. J’en ai marre d’être moi, aujourd’hui. J’arrive au bord de l’arène finalement. Juste devant moi, à cinquante centimètres, il y a un gouffre autour de la lice. Je jette un œil pour voir ce qui attend à celui qui tombe : ok. Sobre mais effrayant, un sol électrifié et… au-dessus du gouffre, une petite rampe pour faire entrer Bunny-D dans la zone de combat carrée. Je le prépare pendant que j’entends la phrase tant attendue, solennelle :
« À présent, la Soldat D.Va va affronter Keigo, le vainqueur du précédent tournoi. Celui-ci a le droit, pour un combat, d’utiliser un robot de taille humaine. » Je ne regarde ni mon adversaire, ni les écrans, ni le public, je fais juste genre concentrée sur Bunny-D alors que forcément, je suis en stress. « Il a toutefois décidé de reporter l’utilisation de ce droit à plus tard. » Pfiou. C’est gagnable !

Bunny-D est dans l’arène. Je m’assieds juste devant le gouffre. Keigo fait de même. C’est un homme qui a la quarantaine mais qui est franchement beau, des cheveux blonds pour des traits pas du tout asiatiques, malgré le nom. Il est habillé en costard et… il me sourit légèrement. Je le salue d’un clin d’œil et fait un coucou à la caméra. Faut pas que j’oublie qui je suis. Je peux pas juste combattre et rien faire pour le public, même si je suis d’une humeur massacrante ! Bon. Je ferai des efforts ! Le robot de Keigo commence à s’animer. Il s’appelle Eight et c’est l’un des trois robots de prédilection de Keigo avec Ten et Nine. Eight est un robot de position. Comment vous expliquer ? C’est l’archétype de la tortue à piques, du monstre difficile à cogner. Il ressemble à un tatou bipède avec sur le dos une carapace de métal et de piques.

Ok Di. Keigo, c’est du très gros niveau. Et… ça commence. Je prends une inspiration, manette en mains et… on y va. Bunny-D commence à sauter sur lui-même. Eight s’avance à pas lents pour atteindre plus ou moins le centre de l’arène. Ok ! Bunny-D contracte ses deux ressorts-poings, se tourne légèrement et bim ! Le ressort lâche, le poing d’acier fend l’air pour foutre une droite assez monumentale à Eight, en plein sur le museau. Le son est… hum. Très métallique, oui logique, mais ça sonne aussi dur.  Eight perd quelques centimètres, y a quelques cris dans le public. Ok baby. Bunny tourne de l’autre côté et l’autre bras part pendant que je compresse le ressort droite pour préparer un autre coup. Eight se ramasse encore le coup, titube en arrière et… ok. Super ! Bunny-D fait quelques grands bonds en avant pour se rapprocher légèrement du centre. Il bondit à 1 bon mètre cinquante du sol, tourne ses poings vers Eight et les propulse tous les deux à grande vitesse dans sa direction. Eight tombe raide en arrière sur son dos, dans un gros fracas métallique.

Je fais un grand sourire, commence à m’étirer en faisant ma maligne adorablement insupportable tout en continuant à bourrer le X pour que Bunny sautille sur lui-même ! Allez Keigo, je suis sûr que tu peux réagir. Je jette un œil dans sa direction. Est-ce qu’il est en train de me bait ? A le voir, il a l’air assez inquiet, se redresse légèrement sur ses fesses pour voir l’état de la carcasse de Eight. Moi j’ai bien vu pour le coup puisqu’il me faisait face ! Et Keigo n’a pas à s’en faire. Eight est solide, les coups ont enfoncé sa coque mais ont rien cassé, et pourtant, Bunny-D est une très grosse force de frappe, bien plus dévastatrice que LaD. Donc !!! N’attendons pas plus ! Bunny bondit encore et encore avant de se réceptionner et de compresser ses ressorts aux jambes, plusieurs secondes ! Avant de relâcher. Mon robot fait un bond de bien quatre mètres au-dessus de l’arène pour retomber sur Eight, sur son ressort alors que celui-ci rétrécit en pleine volée. Pour l’instant, rien de trop violent pour le tatou. Bunny-D prépare un nouveau saut, compressant son ressort sur Eight quelques secondes, avant d’une nouvelle fois sauter en l’air, frappant plus fort encore l’adversaire contre le sol. Je crie d’une voix aigue et enjouée
« La Mario Style !! »

Bon allez. Je gère la réception du lapin et… je le fais tourner sur lui-même avec des triangles pour être de nouveau face à Eight, toujours à terre. Je connais Eight, j’ai déjà vu des combats de cette machine, et je vais pas crier victoire trop vite. Mais… pas sûr qu’il pouvait tomber sur un pire adversaire que Bunny.

Ok... avec ça, je reprends confiance quand même. Je peux vaincre. Et dans la cour des grands, on ne laisse pas son adversaire se relever juste pour le beau sport. Alors… On y v…
Ouf ! Brusquement, une mini-seconde avant que je resaute en avant, Eight se plie sur lui-même dans un tintement métallique pour former une roue d’épines BEAUCOUP moins vulnérable. Et il commence à rouler. Pour la première fois je peux voir ça de mes yeux et donc… essayer de comprendre comment il roule. Et je comprends ! Sur chaque écaille, il y a des petits propulseurs qui s’activent et… ils doivent pouvoir carburer dans l’autre sens car je sais que l’énergumène peut changer de sens très rapidement. Ok bon… Il accélère pas mal en peu de temps et se dirige vers Bunny-D. Facile à esquiver, Bunny fait un simple saut en avant. On échange de place, ma machine va plus vers le centre. Je devine clairement le premier piège : en restant proche du bord face à cette roue, on se retrouve out.

Ok bon. La roue fait un tour, accélérant encore et encore, avant de virer et de se diriger vers le centre, donc vers Bunny. Petit bond, et c’est bon. Mais…

Petit récapitulatif, Di. Pour tes fans. Une arène carrée, si on en sort, on meurt. Toi t’es au centre et tu bondis et une roue pleine de pics, hyper renforcée, la traverse sans cesse pour te foncer dessus. Autrement dit : je vais finir par me prendre un coup c’est sûr. Bon ! Faut tenter une offensive. Bunny saute encore une fois au-dessus de Eight, je lui fais rétracter ses poings, je bourrine Triangle, faisant tourner ma machine sur elle-même de plus en plus vite. Et j’attends. Eight revient… Bunny saute, sans mal, j’ai trop l’habitude de ce genre de timing pour me faire avoir. Et là, je la fais rétracter à mort son ressort des jambes pour qu’en retombant, son buste touche presque le sol. Et…


« Kilimandjaro ! » crié-je d’une voix plus enjouée que je ne le suis. Bunny-D relâche ses poings en continuant à tourner sur lui-même comme un fou, initiant un tourbillon autour de lui.

Le public crie de joie quand un des poings de Bunny, pourtant mu par une énergie cinétique de fou, rebondit sur la carapace de Eight comme une pierre sur un rocher. Rien. Je l’ai pas fait tomber, je l’ai pas dévié d’un millimètre. Ce tatou a… une énergie cinétique absolument incroyable couplé à une masse énorme. En pleine course, il est juste inarrêtable. Bunny est déséquilibré une bonne seconde. Eight en profite, fonce vers lui. Pas grave. Si son torse danse la gigue, ses jambes n’ont pas du tout été impactées par l’échec. Il bondit sans mal. J’entends quelques encouragements. Bon… Eight gagne encore en vitesse, le moindre coup lui fait rien à cause de cette énergie cinétique. Faut que j’observe. J’ai un début d’idée. Y a bien ce moment où Eight perd un peu de vitesse : quand il tourne en rond autour de Bunny et que brusquement il braque vers elle, forcément, il perd en énergie cinétique ! On parle d’une fraction de secondes et d’une prédiction de dingue mais si… je mets Bunny-D en situation de vulnérabilité, je peux motiver une décision précoce de la part de Keigo. Ouais c’est une bonne idée, ou au moins ça se tente.


« Vous êtes fort, Keigo. » Mais… je suis une pro-gameuse. Bunny continue à bondir en attendant qu’on l’attaque. Je dois un peu préparer mon coup, feindre un petit accro. Ok. Eight arrive. Je vais pas faire semblant de rater celle-ci mais la prochaine. Bunny saute avec le bon timing, Eight passe une nouvelle fois en-dessous de lui et… brusquement, énorme bruit de dérapage. La roue tourne sur elle-même comme une dingue, perdant beaucoup en vitesse mais… se dirige vers Bunny-D qui est en train de retomber.
Aie.

Bunny-D se prend la roue en plein torse, se fait propulser vers l’un des bords de l’arène, perd son équilibre. Cata. Ok. Ok ok ok ok. Je… Je dois le relever !  Allez ! Je fais les bonnes manips sur ma manette mais je connais pas les dégâts subis par mon robot donc si… si l’équilibre n’est plus parfait, une pression trop appuyée peut complètement traf… Pas assez rapide. Eight percute une nouvelle fois Bunny-D, le faisant rouler-bouler sur le terrain, jusqu’aux confins de celui-ci. Mince mince mince. Je… J’ai pas d’idée. Si ! J’ai frappé Eight tout à l’heure sur le côté pour le déséquilibrer mais si je frappe en frontal assez fort, ça peut être extrêmement violent pour lui, surtout dans cette situation où Bunny est statique et donc stable. Ok. Je réussis à tourner Bunny dans le bon angle et à rétracter un de ses poings. Eight s’approche avec son allure de dingue. Le poing est dans le bon axe, la roue se rapproche. Ok. On relâche ! Le poing jaillit comme un clown d’une boite et touche de plein fouet Eight. Le poing rebondit mais… l’impact fait dérailler le robot. Mais il est dans son élan. La roue commence à tomber sur le côté mais vient quand même dans sa chute se fracasser sur Bunny-D et… il tombe.

Allez ! ← L1


« Keigo vainqueur. » prononce Kami, d’une voix peu étonnée. Je souris et me lève, toujours la manette en mains. « Désolée d’être aussi clichée. » dis-je d’une voix forte.

R2, L2, R2, L2, R2, L2 (à répétition).


« Je vous donne une petite leçon de shonen à bord de l’express-D.Va et ensuite vous me déclarerez perdante. »

Bunny-D se balance, un mètre au-dessus des parois électriques, le long du ressort détendu accroché à la paroi non pas par le gant de boxe qui sert toujours de main à ma machine mais par un gant plus touffu, totalement de la décoration, muni de griffes plantées comme des grapins au mur. Voilà à quoi sert l’une des touches directionnelles et… le R2 + L2 induisent le balancement, chose qu’on peut absolument pas constater avec le mode boxe puisqu’ici, la traction vient non pas du tronc mais de son poing.

« Le combat continue. D.Va doit toutefois ramener dans les secondes son robot sur la surface de combat. »

Quelques secondes, autrement dit, le temps de réfléchir une stratégie. J’ai regardé le gant droit de Bunny. Il s’est complètement éclaté contre Eight durant l’impact. J’ai de quoi le remplacer mais… je peux pas tenter un nouveau contre comme ça… Bon. J’ai deux idées. La première est ok. La deuxième stupide.

Allez, balancement, je relâche et Bunny-D est de nouveau sur le terrain. Ok. Eight propulse, est un véritable mur et bélier, mais les dégâts semblent minimes sur ma machine. Bon !! Je retourne au centre, oui c’est risqué mais ! Tentons-le ! Eight fait toujours le même tour dans l’arène. Alors… il n’y a pas d’IA dans jeu, juste du gameplay, mais je serais pas surprise que Keigo ait sur sa manette une aide à la trajectoire qui détermine pour lui, ou qui l’aide à déterminer, quel tour doit faire Eight pour pas trop perdre en vitesse. Enfin ce qu’on veut mais il est trop régulier pour pas qu’il y ait du génie informatique derrière ! Alors… si en pleine course à folle vitesse, on change une des variables comme justement la poussée ! En gros… le faire aller plus vite, cette fois.
Bunny-D saute au-dessus de Eight, rétracte le poing gauche et… je relâche L1. Le poing vient assez proprement cogner Eight à l’arrière-train.


« Tss. »

Keigo est trop fort, zut. Il gère à fond, mon idée marche mais alors que Eight s’approche du coup trop vite du bord et que c’était SÛR qu’avec sa vitesse, il tomberait avant le virage, Keigo inverse la propulsion et… immobilise la roue. Raté mais… super occasion. Poing droite détruit, poing gauche relâché, une seule solution ! Bunny saute vers l’arrière comme pour se coucher sur le sol, rétracte le ressort de ses jambes pendant la chute et relâche brusquement ! Y a pas de gant de boxe ou de surface métallique de fou sur le ressort qui sert de jambes à Bunny. Mais une roue, quand on la pousse, ça roule. Pas besoin d’y aller fort.

Le ressort touche, pousse encore Eight vers le bord. Keigo gère. Bunny-D tombe sur le dos.

Oui mais… J’ai gagné, sauf qu’il le sait pas encore !

J’enfonce X comme une dingue pour rétracter le ressort jambes. Et je rétrécis le ressort pour qu’il soit plus serré en bourrinant O. Bientôt le ressort jambes est revenu à sa position initiale sauf que Bunny-D est toujours couché sur le sol, à quelques mètres de Eight, vous vous souvenez ?

Eight roule, poussée maximale, ligne droite. Je fais un grand sourire à la caméra et… Je relâche X en appuyant en même temps comme une dingue sur la touche carré. Le ressort des jambes saute en doublant de taille. Et c’est trop grand pour toucher la roue. Genre beaucoup trop grand. Le ressort devient si grand qu’il forme un tunnel pour le petit Eight qui rentre littéralement dedans, fonçant sans s’arrêter dans celui-ci jusqu’à Bunny-D.

Je bourrine une nouvelle fois O. Les mailles du ressort se resserrent autour de la roue. Le tunnel se ferme sur Eight mais celui-ci rentre quand même dans Bunny-D, la projetant. Mais trop tard pour lui. Le ressort vient de le capturer, continuant de serrer sa carcasse. Bon. Le reste, c’est que du skill. Pour la deuxième fois, Bunny est propulsé en-dehors du terrain. Et pour la deuxième fois, son poing gauche se transforme en un grappin et vient s’agripper à la paroi. Ma machine se balance au-dessus du vide, avec, dans son ressort, Eight. Et je relâche. Eight tombe dans le gouffre.


« Victoire de D.Va. »

Je me relève une nouvelle fois en regardant Keigo et en lui souriant. Je suis beaucoup trop douée pour être bonne gagnante. Petit clin d’œil et pose devant la caméra !
messages
membres