Derniers sujets
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
17/200  (17/200)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 10 Fév 2019 - 18:48
J'attendais depuis déjà une bonne demi-heure. Après toute cette haine, toute cette violence, cette animosité à mon égard, il ne viendrait même pas ? Quelle déception. Même les quelques personnes ayant entendu notre altercation avaient déjà disparu, désintéressées en pensant que l'homme ne souhaitait finalement pas en découdre. Je me tenais droit dans une posture fière, vêtu d'un manteau en cuir noir à capuche, préférant ne pas tâcher mon habituel vêtement d'une couleur que j'affectionnais tant... Il serait véritablement dommage qu'il soit tâché de rouge. L'arène était toujours là, la roue aussi était prête, mais personne ne semblait vouloir s'adonner à mon jeu. Quelle déception. Mon regard se baissa, ennuyé par le calme ambiant. Même Anjanath avait décidé de sommeiller dans sa cage.

Enfin, une silhouette imposante ne pouvant tromper personne commença à s'approcher. Le regard sévère, déterminé, semblant dénué de toute forme de compassion, il approchait dans une démarche droite. Pour une raison ou pour une autre, il était torse nu, dévoilant son effrayante musculature, incomparable à mon corps qui, de bien des façons, semblait frêle. De bien des façons, le monde me rappelait souvent que mon corps n'avait pas un aspect adulte, quelque chose qui ne faisait que profondément m'agacer. Un choc métallique, celui de ses poings s'entrechoquant. Des poings américains, c'était donc là son arme. Jamais je n'avais eu l'occasion de voir Bach se battre. Il avait toujours revêtu ce masque d'homme pacifiste et altruiste, mais que se cachait-il réellement derrière toute cette façade ? Quelle mascarade avait-il joué depuis tant d'années ? En vérité, peu m'importait. Il n'était qu'un pion perdu insignifiant de mon échiquier.

- Tu es venu, finalement.

Un sourire froid s'était dessiné sur mon visage. Le ton était glaçant. Je tâchais de rester parfaitement stoïque face à cette masse de muscles qui pourraient en perturber certains. Mais il n'en était pas question, il n'aurait pas le plaisir de me voir en position de faiblesse.

- Pourquoi ?

Il venait de réitérer cette question dénuée de sens qu'il m'avait déjà posé. S'il avait été suffisamment naïf pour croire à ce simulacre de personne bonne que je lui avais offert, alors il ne méritait pas que je lui expose mes motivations.

- Pourquoi cette attitude révoltée ?

Le garde au crâne luisant semblait grommeler entre ses dents serrées. Ses poings semblaient emplis d'une rage, la même que j'avais pu voir quelques heures auparavant. Bien, qu'il se déchaîne, cela ne ferait que me faciliter la tâche. Quiconque aveuglé par la colère commettait toujours des erreurs irréparables.

- Tu devrais le savoir, sale...
- Toi aussi.

Avec lenteur, il commença à approcher. Lorsqu'il arriva en face de moi, je fis un mouvement descendant, suivi d'une roulade pour esquiver son prévisible coup qui s'abattit avec violence dans le mur, provoquant quelques fissures dans la paroi. Une attaque pulvériserait l'un de mes os, je le savais, il était hors de question de commettre la moindre erreur. Je ne pouvais plus me le permettre, pas après que mes plans aient tant été perturbé plus tôt dans cette même journée.

- Se révolter contre des forces supérieures est dénué de sens.
- Qui accepterait de se soumettre face aux tyrans qui ont ravagé son propre monde ?!

Lui faisait halte pour répondre alors que je reculais pour augmenter la distance entre nous. Plus loin je serais, plus mes chances de victoire seraient élevées.

- Alors pourquoi les avoir rejoint ?
- Je n'ai pas de raison de te le dire.
- Est-ce à propos de Kirsten ?
- Je t'interdis de prononcer ce nom !

Son hurlement devait bien avoir résonné dans les cent mètres alentours. Le lien qui attachait cet être à sa misérable progéniture était... Incompréhensible. Pourquoi la famille importait-elle tant ? Kirsten n'était qu'une autre humaine, tout comme lui. Une autre création imparfaite.

- Peu importe ce que les rebelles feront, ils ne retrouveront jamais le crépuscule.
- Rien n'est...
- Ça l'est. Death est une force dépassant l'entendement.

Tout en continuant mon geste de recul, je levai les bras avant de les redescendre le long de mon corps et de lever ensuite la paume de la main droite en direction de la jambe du caporal qui avait commencé à nouveau à s'approcher. Un éclat de givre fendit l'air puis s'abattit avec violence dans son pied. La glace pénétra sa peau et l'immobilisa quelques instants en lui arrachant un râle de douleur, mais elle céda assez promptement.

- Pourquoi cette soumission ?

Une boule de feu apparut en un instant entre mes mains puis fut expulsée avec violence contre mon adversaire comme une réponse à cette sotte question. Tant d'incompréhension me révulsait.

- La mort elle-même ne me soumettrait pas !
- Alors pourquoi les rebelles devraient se soumettre ?
- Ceux qui n'ont pas les moyens de résister ne devraient pas combattre. Ce qu'ils accomplissent n'est qu'un lent suicide. Tu voulais savoir pourquoi j'agis de la sorte... Je veux précipiter leur inéluctable fin.

Un silence enveloppa la place des fêtes pendant quelques longues minutes où mon regard et le sien ne se quittèrent pas un instant. Cette conversation n'irait nulle part, je le savais depuis le début. Nos idéaux étaient fondamentalement opposés.

- Tu es un être abject.

Bach me tourna le dos et commença à s'éloigner, sans un mot. Il avait renoncé à l'affrontement.
messages
membres