Derniers sujets
Après GuerreHier à 23:33Général PrimusRites de PardonVen 23 Aoû 2019 - 14:34Bryke RonsoAcceptationJeu 22 Aoû 2019 - 21:41FiathenL'étoile des vœuxLun 19 Aoû 2019 - 22:05KuroTout un programme !Lun 19 Aoû 2019 - 15:15Erik WoodsZombardiers et cervelles moisiesLun 19 Aoû 2019 - 14:34Ioan KappelLes roses sont bellesSam 17 Aoû 2019 - 23:05Irelia AlishinaBienvenue à la Ville d'HalloweenSam 17 Aoû 2019 - 19:12VentusDistille-moi une vodkaSam 17 Aoû 2019 - 17:24Ioan KappelIl y a toujours un cheminVen 16 Aoû 2019 - 11:31Chen StormstoutLe colloque des CaryatidesMer 14 Aoû 2019 - 20:37Irelia AlishinaVamos a la playaMer 14 Aoû 2019 - 12:57Huayan SongLà est le foyerMar 13 Aoû 2019 - 18:59SoraSombres horizonsJeu 8 Aoû 2019 - 14:24Chen StormstoutBirth by SleepMer 7 Aoû 2019 - 22:35Chen Stormstout
L'Ombre dans le Rêve

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
La Toile Left_bar_bleue66/350La Toile Empty_bar_bleue  (66/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 4 Fév 2019 - 13:41


Journal de Martine


Entrée 68.

Je repense encore à la disparition de ces gens. J’espère qu’ils sont encore en vie et qu’on finira par les retrouver. Je suis quelque peu stressée par cette ambiance sombre dans le village. Beaucoup de personnes jettent des regards inquiets vers les bois.

Y a t-il vraiment un monstre ? Pourquoi aucun corps n’a été retrouvé ? Pourquoi ce monstre est-il aujourd’hui ici alors que personne n’en avait fait mention auparavant ?

Franck me manque particulièrement… Je sais qu’il avait déjà une femme avec lui… Mais il a tellement de charme. J’espère qu’il reviendra de ces bois.



Entrée 70.

J’ai fait un rêve étrange. Une jeune fille que je n’ai jamais vu auparavant dans le village a bavardé avec moi à côté du puit devant l’auberge. Elle avait l’air sympathique, mais quelque chose dans son regard était étrange. Une vague sensation… Non, c’est ridicule.

Je suis allée voir ma voisine Charlotte aujourd’hui. Eux aussi sont inquiets des disparitions. Elle ne croit pas au monstre mais son mari semble très convaincu du contraire. Ils se sont même disputés sur le sujet. Je n’ai pas osé rester et je me suis excusée pour les quitter. Ce qu’ils peuvent être sanguins ces deux-là ! Bon, ils ne sont pas méchants mais ils sont… Gênants parfois.

Je n’arrête pas de penser à Franck… Je rêve de lui et de la forêt où il a disparu.



Entrée 71.

J’ai rêvé de Franck ! Je l’ai vu, il est en vie ! Quelque part dans la forêt, il est coincé, il a besoin d’aide ! Je dois aller le chercher. Il m’a demandé de préparer certaines affaires. Il m’a dit qu’il allait partir avec moi, qu’il avait un plan et qu’il avait réussi à feindre la mort !

Je suis si heureuse, tout va s’arranger ! Mais je dois rester prudente, les autres villageois ne doivent pas savoir sinon j’aurai des problèmes. Notamment avec sa femme actuelle… Je vais enfin être heureuse avec l’homme que j’aime ! Je suis tellement contente !



Entrée 72.

J’ai encore revue cette fille dans mes rêves. Elle m’a indiqué cette fois-ci la direction de la forêt avec son doigt. J’ai suivi sa direction et j’ai revu Franck une fois encore dans les bois ! Il était si beau, si heureux de me prendre dans ses bras. Je commence dès aujourd’hui à préparer des affaires. Il n’y a pas grand chose à prendre. Quelques vêtements, un peu d’argent, des torches et de la nourriture pour le voyage.

Je suis quand même curieux de savoir qui est cette fille. J’ai croisé Sebastian aujourd’hui, j’ai discuté un peu avec lui, il n’avait pas l’air très bien. Je ne m’y suis pas attardée, j’ai tellement de choses à faire !



Entrée 74.

J’ai… J’ai l’impression de perdre pieds avec la réalité. Quand je rêve, je vois et ressens les choses… Franck est si « là », si présent, si réel ! Pourtant quand je me réveille au petit matin, j’ai l’impression d’être ailleurs. J’ai l’impression d’être observée. Qu’on me suit. Qu’on me surveille.

C’est étrange pourtant… Je dois me faire des idées.



Entrée 75.

La nuit dernière, je me suis levée de mon lit, je suis sortie discrètement du village et j’ai rejoint Franck dans les bois. C’était réel, j’en suis certaine ! J’ai longé les murs discrètement puis j’ai atteint les bois sans me faire voir !

Avec une lanterne, je me suis déplacée sans faire de bruits au lieu habituel de ma rencontre avec Franck. Il était là ! Bien réel ! Avec une hache et un peu de nourriture près d’un petit feu de camp. Caché du village, il m’attend ! Nous serons bientôt réunis !

La seule chose qui m’embête désormais, c’est cette jeune adolescente… Qu’est-ce qu’elle fait là ? Je ne l’ai jamais vu auparavant, pourquoi je la vois régulièrement dans mes rêves ? Serait-ce uniquement mon imagination ?



Entrée 76.

Je suis allée voir Sebastian aujourd’hui. Je lui a demandé clairement s’il avait vu une fille étrangère dans le village dernièrement. Il m’a assuré que non. C’est vraiment bizarre ! Il me cacherait volontairement quelque chose ou est-ce qu’il dit la stricte vérité ? Franck m’a dit de ne faire confiance à personne ! Si je dis des bêtises… Nous ne pourrons pas être ensemble !

J’ai presque fini les préparatifs pour notre voyage. Tout est bien rangé dans ma petite chaumière. Je suis obligée d’exprimer mes sentiments sur ce journal, je ne peux en parler à personne d’autre. Ils se méprendraient. Je ne leur prête plus aucune attention. Ce sera bientôt fini, Franck me l’a dit. Dans quelques nuits, nous disparaîtrons ensemble et nous pourrons vivre ensemble, ailleurs sur un autre monde !

Il m’a conseillé de garder le journal chez moi plutôt que de le brûler. Je ne comprends pas très bien pourquoi, mais je fais comme il me dit. Il faut que j’écrive un peu moins, je vais finir par attirer l’attention. Et il ne faut surtout pas que les autres trouvent des preuves pour expliquer ma disparition.



Entrée 78.

Une femme est morte dans le village aujourd’hui. Son cœur s’est arrêté pendant son sommeil, pauvre femme. Je la plains sincèrement.

De mon côté, je fais profil bas et même si je suis fatiguée par ses nuits dans la forêt, personne ne m’a encore arrêtée ou me soupçonne. Notre plan marche à merveille !



Dernière entrée.

Je te dis adieu mon cher journal. J’ai arrêté d’écrire pour conserver le mystère sur ma fuite. Franck m’a donné rendez-vous de l’autre côté de la forêt. Je vais le rejoindre, enfin ! C’est le bout du voyage. J’ai paqueté toutes nos affaires dans mon sac et je pars à la tombée de la nuit. Guidée par la Lune, je le rejoindrais et nous trouverons un chemin discret pour aller à l’astroport… mais c’est Franck qui gère cette partie !

Il m’a dit que la petite était une complice et qu’elle nous aiderait. Je dois la voir vers le Bois aux Loups et elle me mènera à Franck qui nous attend dans une petite clairière.

Adieu mon cher journal. Comme promis, je n’ai rien dit à personne à part toi. Garde mes secrets, tu seras gentil. Je te rends aux flammes, dans l’espoir que les braises de la cheminée t’emporte complètement. Qu’importe ce qu’il y a dans ces bois, Franck est capable de me protéger et le fera. Rien, ni personne, ne se mettra sur mon chemin pour vivre mon amour !




Une lumière vacillante s’est éteinte cette nuit-là. Au crépuscule, la Lumière brille mais laisse place aux ténèbres comme le calme laisse place à la tempête tandis que les milliers de témoins crient en silence. Contemplez les étoiles et vous oserez trouver la vérité sur l’avenir.




Journal de Sebastian

Jour 1.

Cher journal,

Je ne comprends pas pourquoi je veux écrire dans ce journal, mais mes rêves deviennent étranges ces derniers temps. J’ai peur d’en parler autour de moi. Ce ne sont que des mauvais rêves. Il n’y a rien à craindre, mon imagination a toujours été débordante ! Même si je me réveille parfois en sursaut, je ne me rappelle rien, et c’est certainement tant mieux !

Et puis, tout le village commence à s’inquiéter. On a plusieurs disparus à cause d’une araignée mangeuse d’hommes… Je sais pas, personne ici n’a jamais entendu d’un tel monstre dans le coin. C’est louche. Mais les disparus sont réels eux ! Franck… Putain, qu’est-ce qu’y a pu lui tomber dessus ?

Tout le monde a peur d’aller trop dans le bois maintenant. Même les bucherons rechignent à s’approcher des arbres de peur de tomber sur l’araignée ou son nid.

Après les impôts, des animaux bouffeurs d’humains. Manquait plus que ça !



Jour 4.

Cher journal,

L’auberge est déserte. A part les deux étrangers que j’ai hébergés il y a un peu plus d’un mois, rien de nouveau. J’aimerais tellement que cet établissement puisse grandir sereinement. J’ai bien peur que si la situation continue ainsi, nous perdrons ce petit bijou ! J’ai tellement travaillé dur pour l’auberge, je ne veux pas que cela s’arrête, non !

Mon monde d’origine qui sombre dans les ténèbres et maintenant cette situation économique désastreuse. J’ai l’impression de ne pas avoir beaucoup de chance.

J’ai croisé Martine aujourd’hui. Elle avait de gros cernes. Je devrais peut-être lui demander ce qui ne va pas ? On dirait qu’elle n’a pas beaucoup dormi ces derniers jours.



Jour 5.

Cher journal,

J’ai encore fait un cauchemar. Je me suis réveillé en sursaut, complètement trempé de sueur et complètement paniqué. Je n’ai pas pu fermer l’œil de la nuit après ça. J’ai eu l’impression qu’on m’observait. Pourtant, il n’y avait rien de bizarre dans ma chambre… C’est étrange.

J’avais comme envie de me défendre contre quelque chose… J’ai bu un verre de rouge puis je suis reparti dormir.



Jour 8.

Cher journal,

C’est bizarre. Je croise de plus en plus de voisins qui me disent qu’ils dorment mal la nuit. Certains font des cauchemars de manière très récurrente, presque chaque soir. Comme moi. J’ai rêvé du village… Tout semble normal, jusqu’à ce que des araignées apparaissent partout. Boarf !

Martine est venue me demander si j’avais vu une jeune adolescente qui ne serait pas du village dernièrement. Je lui ai dit que non. S’il y a encore des étrangers, je préférerai qu’ils viennent dans mon auberge !

Il a semblé un peu inquiète puis est partie. J’évite d’insister, elle a pas l’air d’aller bien.

Je suis allé voir la femme de Franck aussi. Histoire de lui tenir un peu compagnie après la disparition de son mari. Putain… Quelle merde cette affaire. Toujours aucune trace des disparus. Je commence à me demander si c’est pas réel cette araignée de merde.

En parlant d’araignées, j’ai essayé de nettoyer mon auberge de cette vermine ! Il y en a trop et je ne cache pas mon inimitié pour elles ! Je les écrase avec mon balais avec une férocité renouvelée au vu des circonstances.

Je ne sais pas si je n’avais pas remarqué auparavant ou quoi, mais il y en a partout dans le village !



Jour 10.

Cher journal,

Il y a eu un malheur de nouveau dans le village. Une femme est morte d’un arrêt cardiaque dans son sommeil. D’après son fils qui a découvert son corps, elle avait le visage figé dans une expression d’horreur intense. Morte de peur ? Quelle vie de merde.

On va l’enterrer rapidement. Les gens sont fatigués. J’ai vu Georges dormir debout aujourd’hui à côté de lui. Cela ne lui ressemble pas. Tous les regards sont portés vers la forêt. Est-ce que tout ceci est vrai ?

Il y a encore des araignées. Je commence à en avoir peur, malgré leur taille ridicule. Ce n’est pas la petite bête qui va manger la grosse, hum ?!



Jour 11.

Cher journal,

Le mystère semble prendre réalité. Jean, un collègue de Franck, a travaillé près du bois aujourd’hui. Au crépuscule, il a cru voir la bête de ses propres yeux ! D’après ce qu’il dit, elle est énorme ! Qu’est-ce que ce monstre fait ici ?! Une telle araignée ne devrait-elle pas se trouver sur un autre monde ? Que fait-elle ici ? Je suis très inquiet.

Les gens ont peur. Certains se barricadent déjà dès la nuit tombée. J’en fais partie. La peur envahit les rues et les gens ne sont pas confiants. Que pouvons-nous faire contre cette bête immonde ?

Je déteste les araignées, vraiment !



Jour 14.

Je ne sortirai plus la nuit. Plus jamais !

Hier soir, je suis sortie exceptionnellement pour aller chercher quelques bûches de bois pour alimenter mon feu de cheminée. Je l’ai vu ! Elle était sur le toit de mes voisins. Elle m’a regardé avec ses yeux d’ambre. J’étais pétrifié ! Ses pattes de ronces faisaient grincer les planches des murs de la chaumière, son corps avait un aspect floral étrange…

Ce n’était pas un rêve ! C’était trop réel ! J’ai ramassé mes bûches et je suis rentré en courant dans l’auberge ! J’ai tout barricadé ! Personne ne peut entrer maintenant, personne !

Il faut que quelqu’un nous aide à nous débarrasser de ce monstre !



Jour 15.

Plusieurs personnes l’ont vu ! Certains disent l’avoir aperçu dans leurs rêves ! Les langues se délient ! La créature pénètre sur notre village et dans nos pensées ! C’est un monstre surnaturel ! Cette engeance ne devrait pas exister ! Comment allons-nous nous protéger de cette chose ?

Jean nous a confié une observation inquiétante : que se passera-t-il si elle pond des œufs ? Nous serons submergés par des araignées gigantesques ! Il faut faire quelque chose ! Mais quoi ?

Tout le monde est inquiet.



Jour 17.

Je… Je deviens fou ?

J’ai fait un cauchemar abominable. Une nuée d’araignées déferlait sur le village. Petites, grosses, énormes… A leur tête, l’araignée que j’ai vu. L’horreur aux yeux d’ambres. Ils ont détruit mon auberge. La dernière chose que j’ai pu apercevoir avant de me réveiller c’était le bâtiment qui s’écroulait sur moi.

Dans ce carnage, il ne semblait y avoir de paix nulle part.



Jour 18.

Martine a disparu.

On a fouillé tout le village : nous n’avons trouvé aucune trace d’elle. Elle a dû se faire attraper par le monstre ! Qui est le prochain ? Personne n’a voulu faire de battue dans les bois. Tout le monde a peur. Tout le monde cauchemarde. Je ne suis plus le seul. Des hommes sont venus boire un coup dans mon auberge après leur travail : ils parlent aussi de l’araignée et sont inquiets. Cette créature nous a jeté un sort ! C’est certain ! Elle nous hante, elle se joue de nous !

Ils se sentent impuissants. Combien de personnes vont disparaître ainsi ?



Jour 20.

Je suis terrifié. Je n’ai quasiment pas dormi la nuit dernière. La seule chose dont je me rappelle mes cauchemars, c’est cette vision d’horreur avec l’araignée monstrueuse et une voix qui m’a murmuré d’étranges paroles comme… Une sorte de poème ou quelque chose de cet ordre-là ?

« L’heure du repas approche. Réjouissez-vous, le réconfort est dans la mort. Vous allez tous mourir. »

Cela ne peut plus durer ! Nous allons tous mourir ! Dès demain, j’envoie un courrier à la Garde Noire, il faut que nous les alertions sur cette présence confirmée d’un monstre dans les bois !

J’ai décidé de laisser un parchemin vierge à côté de mon lit. Si je me réveille, je noterai immédiatement ce qui est dans mon esprit sur le papier ! Je ne sais plus quoi faire pour éviter de cauchemarder ! Je suis obligé de dormir ! Je ne peux pas m’en passer !



Nuit 20.

… Jeune fille souriante près du puit…

… Uh'eor n'gha ahornah ymg' goka escape l' ymg' mghri…

… Les insectes sont mangés par les araignées. Les araignées sont mangées par les corbeaux…

… The n'ghftog coalition ah uh'eor woy l' survivre…

… Elle vient pour nous… Il nous faut de l’aide… N’importe qui…

… Au secours… Je veux dormir en paix… Je suis fatigué.



La douleur charnelle est éphémère : le vrai tourment est éternel. Abandonnez tout espoir. Nous sommes là. Nous sommes Éternels, nous sommes incontrôlables, nous sommes Légion. Vos esprits sont un gouffre que nous avons comblé.
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
La Toile Left_bar_bleue1387/0La Toile Empty_bar_bleue  (1387/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 6 Fév 2019 - 22:35
Alors, alors alors ! Il semblerait qu’il soit tant de te noter, j’me fais vieux, j’ai plus mes vingt-cinq ans. J’vais accuser travail, ouais, j’ai eu beaucoup de travail.

Donc, la mission.

En terme de narration, j’dois avouer que j’ai plus été touché par ce texte. En soit ? C’est directement sur la psyché de tes victimes et nous avons l’évolution progressive. Néanmoins, mon petit regret dans le cas de figure présent, c’est que nous avons peu ou aucunes informations sur Yhl’Ganoth. Dans l’idée, nous avons aucune idée sur le personnage au cours de cette évènement. D’autant, avec le journal de Sébastian, nous savons qu’il y a plus d’une vingtaine de jours qui se sont déroulés.

Ouais, j’suis vraiment en train de jouer les pointilleux sur le coup. Mais ça vient essentiellement d’une remarque que Vesper m’a fait.

Si quelqu’un arrive maintenant, il n’a aucune idée de ce qu’il se passe et ce qui se déroule devant lui.

Est-ce que c’est un mal ? Oui et non. Pour moi, il faut que les gens sachent de quoi il en retourne quand il décide de lire le texte d’une personne. Toutefois ? Il ne faut pas que la personne s’en retrouve démuni. Vesper est l’exemple. Elle a d’abord cru qu’il s’agissait d’une mini-série parce que nous en avons la structure.

Cela, jusqu’à ce que j’lui dise à quoi correspondait le personnage où elle en fasse la connaissance sur le Discord.

« Mais Chen, tu m’casses vraiment les couilles ! »

J’admet, j’fais le chiant qui à un truc à redire. Mais, autrement le fait que j’aime beaucoup le texte parce qu’il s’agit réellement d’une évolution de psyché, il y a ce « soucis » d’ignorer ce qui se passe en coulisse.

Pour moi, j’pense qu’un texte ne doit pas tout servir sur un plateau d’argent. Pour l’exemple ? J’me dis que d’avoir la partie de Martine après le journal de Sébastian aurait eu plus d’impact. Nous aurions eu une remarque au début et une seconde à la fin en se disant : « Merde, elle à disparue ! Peut-être que la bête EST réel ! » pour ensuite comprendre la supercherie sous un rire gras de Yhl.

Ça aussi, j’pense que c’est un artifice sur lequel jouer. Comme tu peux être volontairement vague parce qu’il s’agit du milieu du rêve, tu peux y jouer et en surjouer. Tu vois la nuance ? Simplement, inspirer le besoin à ton lecteur de « Est-ce que j’suis en train de lire est réel ou non ? »

Voilà, moi, j’ai plus rien à dire. Une chouette mission. Par contre, vas-y pour y mettre une difficulté !


Normal : 21 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS en Symbiose !

_______________________________
messages
membres