Derniers sujets
Le Traître

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
563/0  (563/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 27 Jan 2019 - 21:38
Une douleur au crâne harcelait le Turk, le forçant à guider sa main à son front, sa vision était encore trouble à la conclusion de son sortilège. Grognant, il massait ses paupières jusqu’à faire taire cette cécité momentanée. Ouvrant ses sens pour comprendre où il se trouvait cette fois. Le bruit d’un moteur, le craquement du métal, la sensation de s’en aller. Voici longtemps qu’il n’avait plus profité de tout cela.

Il se sentait bercé, guidé, apaisant la douleur à sa tête et dans son bras. Il se détendait, s’enfonçant dans le fauteuil et glissant le regard vers le hublot.

Kurt aimait tant voyager dans l’espace qu’il en avait oublié le bonheur de se retrouver dans un vaisseau. Le traître observait les étoiles, apaisé, où est-ce qu’il se trouvait cette fois. Détournant le regard, observant l’entièreté du wagon, il comprenait que ce n’était pas le vaisseau-mère mais un transport de la compagnie.

- Pardon ? Il levait le bras, interpellant le contrôleur à l’autre bout du couloir. Monsieur !
- Oui ? Un homme, grand et fort, portant la tenue et une pointeuse à la main. Que puis-je pour vous ?
- Je… Oh, je suis bête. Il passait sa main à l’arrière de sa tête. Hier était une journée compliqué et je me suis endormie, est-ce que j’ai loupé ma correspondance ? Où sommes-nous ?
- Vous n’êtes pas le premier et surement pas le dernier. Il se retournait, pointait l’écran digital. Nous arrivons au terminus, le château Disney, vous devriez patienter pour le prochain vol. Il se retournait alors. Votre ticket ?
- Ah. Kurt tapait chacune de ses poches. Mais… Il gagnait du temps, voulait surtout gagner du temps pour justifier son rôle. Mince ! Mon billet, quelqu’un m’a volé mon billet ! Au voleur !

Il se relevait, fixant les autres passagers du wagon, des hommes et des femmes se retournaient à son injonction. Le contrôleur, lui, restait fixe et analysait le Turk de la tête aux pieds. Il n’était plus que l’ombre de sa profession. Les mains couvertes de terre, les vêtements déchirés et une odeur proche de l’auge des cochons.

- Oui, un voleur. Il se raclait la gorge. Vous serez accueilli au château en attendant votre correspondance, un collègue s’occupera de vous, restez calme. Merci.
- Merci, monsieur. Un sourire taquin aux lèvres, le Turk retournait à son siège et à sa vue pendant que le contrôleur s’en allait. Qu’est-ce que j’vais bien pouvoir foutre chez eux…
- Cette lumière ne te rend pas curieux. La voix revenait à son esprit, le Turk mimant de ne pas l’avoir entendu. Depuis le temps qu’on en parle, de leurs actions et de leurs philosophies ? À quoi ressemblent-t’ils ? Sont-ils aussi généreux que ce qu’on raconte ?

Il ne disait rien, inutile pour passer pour l’idiot du vaisseau en parlant seul. Le contrôleur lui avait déjà bien assez fait comprendre avec son regard. D’un coup d’oeil, Kurt remarquait l’homme en uniforme attraper un combiné qu’il amenait à son oreille. Il n’allait pas passer inaperçu.

- Avec un peu de chance, nous aurons des gardes en armure pour nous accueillir et nous jeter dans le prochain vaisseau. Arguait la voix. Ou il y aura l’un de ses héros. Sont-ils au courant pour port-royal et vont-ils chercher à arrêter l’homme qui va raser ce monde.

Les poings du traître se refermaient, reportant son attention à l’espace. Il ne comprenait pas où cette voix tentait de l’amener et il n’appréciait pas ça. Au loin, au travers du hublot, le monde se dessinait à l’horizon. Avec un peu de chance, il aura sa réponse dans peu de temps.
Le Traître

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
563/0  (563/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 11:40
Le contrôleur soufflait dans son sifflet, prévenant les passagers du terminus en plus de l’écran digital clignotant au fond du wagon. Encore courbaturé de la veille, le Turk se relevait en grimaçant à la douleur dans le bas de son dos. Aussi jeune et déjà en train de galérer à se lever.

- Monsieur ? L’agent de la Shinra se rapprochait de lui, tenant la lanière de sa sacoche. Si vous me le permettez, je vais vous escorter jusqu’à la sortie.
- C’est vraiment nécessaire ? Il faisait mine de s’inquiéter.
- J’insiste.

Soit, il n’avait pas réellement le choix.

- Inutile d’espérer à ce que je nous téléporte ailleurs. Ricanait la voix. Quelque chose me dit que nous allons nous plaire, ici.
- Monsieur ?

Ajustant son attelle de fortune, Kurt passait devant le contrôleur et marchait le long du wagon. La démarche plus lente qu’à l’accoutumer, il fouillait dans sa mémoire après les mesures de sécurité en vaisseau civiles. Ça commençait à dater pour lui. Le seul souvenir qui lui venait à l’esprit était la certitude qu’il y avait une arme dans sa sacoche, en plus de la pointeuse et d’un signal d’alarme pour avertir le pilote en cas d’attaque.

Du reste… Il pouvait s’estimer heureux de ne pas sentir le canon de l’arme dans son dos. Et d’après ses maigres connaissances, il ne devrait pas non-plus se retrouvait contre une batterie de canons une fois descendus du vaisseau.

- Le prochain vol est dans longtemps ? S’intéressait le Turk, atteignant doucement la sortie de la rame. C’est que j’ai à faire et…
- Dans une heure, tout au plus.

Il grimaçait sous la question, quittant finalement le wagon pour se retrouver sur un quai au centre de la population qu’il y avait dans ce vaisseau. Ainsi que d’une bonne poignée de garde en armure.

- C’est l’homme correspondant au signalement ? Un garde, une voix féminine par-dessous le casque. La Shinra ne s’occupe pas des fraudeurs, en règle générale.
- Des fraudeurs, oui. Pas des clochards. Répondait le contrôleur pour faire face à la garde. Désolé, monsieur. Il reprenait sa discussion. C’est chaque fois la même chose, un monde disparaît et nos vaisseaux sont remplis de réfugier. Au bout de huit ans, j’ai appris à faire la différence.
- Donc ?
- C’est votre rôle de gérer les réfugiés, non. Il retournait dans son wagon. Ne vous inquiétez pas pour le ticket de transport, vous n’avez pas été signalé à l’embarquement, il n’y a théoriquement rien à réclamer.
- Merci, j’imagine. Kurt se retournait en direction de la garde. Il m’a percé à jour, vraiment un personnel de qualité à la Shinra.
- C’est ça… Elle retenait difficilement un soupir. Suivez-moi.

Ça aurait pu être pire que ce qu’il imaginait, il pouvait s’estimer heureux.
Apprentie Marraine

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: capitaine
XP:
68/350  (68/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 14:21


Je me réveille doucement et je m’étire avant de sentir que je tape dans le plafond. Il n’y a pas beaucoup de place, même pas de quoi ouvrir les dossiers présent dans cette mallette pour m’occuper avec de la lecture. Car oui, je me suis faite enfermée. Par inadvertance, le militaire à qui elle appartient ne s’est même pas rendu compte que j’étais là quand il a refermé. Il semblait pressé. Depuis, la mallette ne bouge plus et moi je me suis endormie d’ennui !

Tout ce que je voulais moi, c’était demander aux membres de la Lumière un petit coup de main, sous les conseils de Madame Muguet ma professeure de l’académie des fées. J’ai besoin de trouver quelqu’un capable de créer une lumière puissante pour chasser les ténèbres d’une femme ayant conclu un pacte avec un démon ! Quelle idée aussi…
Sauf que je n’ai pas eu le temps de me manifester devant ce militaire. Il compte bien ouvrir sa mallette un jour ou l’autre ! A moins que… Il l’a peut-être rangé, archivé dans un coin où il ne va plus y toucher à moins d’en avoir besoin ? Et s’il n’en avait plus jamais besoin ??


Bon ça suffit ! Il faut que je sorte d’ici. Je me rapproche de la serrure mais je ne sais pas trop comment faire de l’intérieur. Je ne peux pas la casser, je ne peux pas la crocheter. Tout ce que je peux faire c’est un tour de passe-passe….




Je lève ma baguette et je concentre ma magie dans tout mon corps. Je fusionne avec le loquet depuis l’intérieur, et maintenant je n’ai plus qu’à me défusionner à l’extérieur. Je me rematérialise et agite mes ailes pour m’envoler. Mais quelque chose coince, on me retient en arrière. Je cligne des yeux devant l’excès de lumière moi qui ai passé tant de temps enfermé dans cette mallette. Ah ! Quelle horreur ! Je ne suis pas tout à fait entièrement défusionner. Mon pied est encore partie intégrante du loquet !! Trop tôt ! Je me suis déconcentrée trop tôt avant la fin du sort ! Je suis coincée ! Je tire sur ma jambe, mes ailes battent aussi fort que possible mais je ne fais encore qu’un avec la mallette. Je la secoue de ma panique et le militaire finis par s’apercevoir de ma présence !


- Hey ! Qu’est-ce que c’est ? Oh non ! Ne crois pas me voler toi !
Quoi ?! Mais non ! Je suis innocente ! Il essaie de m’attraper ! Vite, concentre-toi ! Je réussis enfin à finir de me séparer du métal, ouf il était temps…




Je dois rapidement esquiver la main du militaire. Il m’a même frôlé les ailes et je volète en tourbillonnant sous le mouvement d’air qu’il a causé. J’ai du mal à reprendre le contrôle de mon vol. Il revient à la charge. Il a l’air bien décidé à ne pas me laisser repartir !


C’est un affreux malentendu ! Le problème étant qu’il ne m’entends pas. Mais il n’a pas l’air disposer à vouloir le comprendre.




Je préfère fuir. Trouver quelqu’un d’autre, ou attendre qu’il se calme pour essayer de lui expliquer ce qu’il s’est réellement passé et pourquoi j’étais dans la mallette. Je m’éloigne de lui en prenant un peu de hauteur et de distance à toutes ailes. Je dois malgré tout esquiver les nombreuses personnes qui se trouvent dans cette grande pièce lumineuse.
Il y a des vaisseaux que j’évite au maximum, de peur d’être happée par les réacteurs, et une foule de personnes de tous les horizons, des gardes comme des civils et des personnes de la Shinra. Difficile de réfléchir en fuyant pour sa vie !

Je passe devant un panneau comportant un emblème que je reconnais. On dirait sa majesté Mickey ? Le temps de ramener mon regard devant moi, je manque de percuter un casque de garde ! Je me faufile, je slalome et … Je percute une masse moelleuse de cheveux noirs. Ouch !

Sous la violence du coup, je perds une bonne quantité de poussière de fée et je reste sonnée. Je m’accroche à la tignasse pour ne pas chuter alors qu’elle s’élève légèrement dans les airs. Ce qui… a l’air de causer la surprise aux gardes autour de lui. Ils ne semblent pas tout à fait d’accord. Je reprends mes esprits, juste à temps pour voir que j’ai … Empirée ma situation et la sienne.


Désolée… Je sais bien qu’ils ne peuvent pas m’entendre avec ma voix si fluette qu’elle ne percute pas leurs tympans mais je ne peux m’empêcher de m’excuser pour les problèmes que je crée par maladresse.





messages
membres