Derniers sujets
L'Aquilon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
A chaque jour ses défaites Left_bar_bleue102/500A chaque jour ses défaites Empty_bar_bleue  (102/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 25 Déc 2018 - 8:17
Septimus hurla de toutes ses forces. Il hurla sa colère. Sa tristesse. Tout ce que la mort de son ami faisait naître en lui. Richard était mort. Il aurait pu… il aurait du l’empêcher. Mais il ne l’avait pas fait. Encore une fois, il portait la trace de son échec sur son cœur. Encore une plaie qui ne se refermerait jamais.

Le jeune homme était certain d’avoir changé. Il était certain d’avoir pris les bons choix ces six derniers mois. Il était certain d’avoir repris en main sa vie. D’en être enfin aux commandes. Et voilà que cela se produisait. Sa vie lui avait-elle jamais appartenu ? N’avait-il pas été le jouet des caprices du destin depuis son enfance ?

Le maître de la keyblade tendit la main, et invoqua son arme. Ainsi qu’une ombre. Il la massacra sans attendre. Puis il réitéra le processus. Une fois. Deux fois. Puis il s’arrêta. Les ombres, les soldats, les rondouillards venaient à lui sans qu’il ne fournisse le moindre effort. Il s’équipa de son armure, et se lança sur un premier être ténébreux sur sa gauche. D’un mouvement aussi rapide que violent, il traversa le corps de la créature, la faisant disparaître dans une brume noire.

L’ancien mercenaire attrapa le bras d’une ombre et la lança en l’air. Il sauta à sa suite, réinvoqua armoiries et la pulvérisa d’un mouvement horizontal. Profitant de la gravité, il écrasa un soldat qui se trouvait sous lui. Ses pieds avaient à peine toucher le sol qui se rua sur un rondouillard. Il glissa entre les jambes du sans-coeur puis d’une impulsion s’éleva à la verticale. D’une pirouette, il se tourna, les pieds en direction du sol. Il transperça de part en part son adversaire.

Ensuite, le keybladeur perdit la vue. Les couleurs disparurent, les formes se fondirent dans un ensemble complètement noir. Il frappa à droite, il frappa à gauche. Il tourbillonna sur lui-même, la keyblade au bout du bras. Il fit un léger bond en avant, et frappa en face de lui aussi fort que possible. Il frappa à la verticale, à l’horizontale. Il frappa au niveau de la taille, il frappa au niveau des jambes. Et il continua ainsi, encore et toujours.

Lorsque ses muscles crièrent pour avoir une pause, que son souffle devenait bien trop irrégulier pour correctement irrigué son cerveau, l’ancien étudiant s’arrêta. Les formes revinrent un peu avant les couleurs. Il était seul, au milieu des bois – dont plusieurs arbres avaient reçu de sacrés coups. Il n’y avait plus de trace de la moindre menace. Le seul être ténébreux qui restait, c’était lui. Un lâche qui avait cru en son courage. Un hypocrite incapable de faire le moindre effort pour ceux qu’il prétendait aimer. Était-il même capable d’aimer autrui ?

Le fugitif se laissa tomber au sol. Deux larmes perlèrent de ses yeux. Depuis combien de temps était-il là ? Depuis combien de temps se berçait-il d’illusions ? Une heure ? Un semestre ? Des années ? Pourquoi était-il encore en vie quand des personnes plus importantes que lui mourraient ? Pourquoi ne pouvait-il rien faire de bien pour autrui ?

Épuisé, tant physiquement que mentalement, le blond se releva pourtant. D’un pas lent, lourd, il se dirigea vers le camp. De minces rayons de soleil perçaient à travers les arbres. Le soleil se couchait. Un soleil sans aucun nuage, comme si une tragédie ne venait pas de se produire en ce monde. Qu’est-ce qu’une minuscule vie dans l’ordre de l’univers après tout ? Rien. Absolument rien. Voilà ce qu’ils étaient tous.

Lorsque l’invalide atteignit l’orée de la forêt, il vit que Dexter Morgan l’attendait, le dos appuyé contre un arbre, un couteau taillé grossièrement un bout de bois en cheval. Ou en ours. Il n’aurait su le dire. Sans un mot, sans même plus se soucier de lui, il continua sa marche. Mais, alors qu’il allait le dépasser, le bras droit de Butch posa sa main sur son épaule et le força à s’arrêter. À le regarder. Il n’en avait vraiment pas envie.

Avant que le cow-boy ait l’occasion de parler, il se prit un revers de la main en pleine poire. Surpris, il en lâcha son couteau et sa sculpture. Sans perdre de temps, Septimus enchaîna par un coup de boule, frappant suffisamment fort pour que la tête de son camarade heurt l’arbre en prime. Alors que ce dernier se laissa tomber face à l’assaut soudain, il continua en lui donna un coup de genou dans l’estomac. Puis, lorsqu’il fut à terre, il lui écrasa le bras jusqu’à entendre un craquement sourd. Un hurlement puissant suivit. Il s’éloigna sans remord du corps tordu de douleur.

Plusieurs membres du camp accoururent mais s’arrêtèrent à quelques mètres du bois. Armé ou non, toute personne qui le regarda, qui regarda son visage, qui regarda ses yeux sut qu’il ne fallait rien lui dire. Qu’il ne fallait rien tenter. En plusieurs mois passés à leur côté, jamais le jeune homme n’avait pris une vie. Cependant, tous savaient qu’il pouvait avoir mauvais caractère. Et être pris d’effroyable colère. En ce jour, c’était le cas. Ennemi, ou compagnon, n’avait plus d’importance à ses yeux.

Le maître de la keyblade traversa le camp, et prit immédiatement un cheval. Il vit Butch froncé les sourcils, prêt à parler. Près à chatouiller le dragon. Hosea, sensé comme toujours, posa sa main sur la bouche de leur chef, lui sauvant probablement la vie. Il tira sur les rênes, et la monture s’éloigna, repartant vers les bois.

Lorsqu’il arriva à destination la lune était haute dans le ciel. L’ancien mercenaire ne s’était pas pressé. Il avait tout son temps. Cette fois-ci, il ne prit pas la peine d’attacher son cheval. Il pénétra directement dans Hill Valley, en direction du poste du shériff. Il sauta à terre, et entra. Le jeune fermier de la dernière fois était présent, nettoyant son revolver comme un bon petit adjoint. Ce dernier releva la tête, et fut tirer en l’air avant d’être plaqué contre le mur. L’arme tomba au sol.


-Vous me reconnaissez ?

L’homme hocha la tête, livide.

-Mon ami a été assassiné il y a quelques heures par un membre de la bande de Butch Cassidy. Son interlocuteur involontaire le regarda les yeux écarquillés de peur, comme un lapin prit au piège. Vous avez entendu parler de ces malades. Ils ont fait quelques coups dans la région. Le dernier était une tentative de vol d’un propriétaire terrien qui a tourné au massacre de sa sécurité. Je vous dis cela pour que vous compreniez le danger. Il relâcha légèrement sa prise, la main toujours sur la gorge. Je vais vous dire où les trouver. Je vais vous dire combien de sentinelles patrouillent dans les environs et leur arsenal. Ensuite, vous réunirez autant d’hommes de loi que vous pourrez. Et vous les arrêterez. Ou les tuerez. Je n’ai aucune préférence. Maintenant, je vais vous lâcher. Vous allez prendre en note ce que je vous dis. Puis je m’en irai et nous ne nous reverrons certainement plus jamais. Compris, adjoint Williamson ?

-Oui, parvint-il à articuler.

-Bien. Maintenant, mettons nous au travail.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
A chaque jour ses défaites Left_bar_bleue296/400A chaque jour ses défaites Empty_bar_bleue  (296/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 28 Déc 2018 - 17:41
Dans la logique des journée de merde, nous nous retrouvons avec Septimus Newman et la bande qui va bientôt prendre tarif.

Mon regret est peut-être le suivant, j’aurais voulu voir la confrontation de Septimus et du reste. Attention, parle pas d’un truc de cow-boy avec fusillade à foison. Plutôt de voir un Dutch violent ou justement la naissance de deux camps dans la bande pour savoir qui a raison ou tort. Voilà, c’est p’tet ça qui manque. Un vrai moment de questionnement ou tout le monde parle.

J’le dis comme j’le pense, c’est pas un mal d’avoir de moment où il n’y a que la discussion qui ne mène au même résultat. Tu comptes une histoire, pas un TL;DR. Il ne faut pas avoir peur d’ennuyer ton lecteur.

Sinon, pas mal pour les descriptions de combat. Souvent, j’ai la triste de voir des truc un peu triste du genre « Jeu lansse un brazié » et c’est pas top. Ici, j’me suis bien représenter la scène sans trop de difficulté. Et, c’est ici que mon commentaire ce termine ! Comme j’ai déjà dit beaucoup de chose et que je n’ai noté que toi, j’pense avoir fait le tour.



Normal : 20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. Deux en Force et un en Dextérité !

_______________________________
messages
membres