Derniers sujets
L'Aquilon

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
237/400  (237/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 1 Déc 2018 - 22:23
-Mademoiselle Grimshaw, hurla Butch Cassidy, préparez les fournitures médicales. Nous avons un blessé.

Septimus tourna la tête vers le chef de la bande. Contrairement à d’habitude, sa tenue était couverte de saleté, et s’il ne se trompait pas, il croyait voir du sang sur sa chemise. Leur petite excursion n’avait pas tourné comme il l’avait espéré. Cependant, ce n’était pas la première fois que cela arrivait. Ils avaient du trouvé cet emplacement pour leur campement lors du dernier échec. Et ils avaient laissé à la place de nombreux cadavres de chasseurs de prime – et d’une gentille femme qu’il venait de recueillir.

La vieille matrone courut vers la table à manger, suivit de près par le vieux Hosea qui avait eu raison de s’inquiéter. Le jeune homme regarda le reste de l’expédition arrivé en portant le cuistot qui beuglait comme les porcs qu’il égorgeait. Très rapidement, les cris eurent raison de sa patience. Il se leva et laissa Karen Jones monter la garde, un fusil sur les genoux. Il s’approcha à grandes enjambées du blessé posé sur la table, et lui donna un violent coup du revers de la main. Immédiatement, le calme revint dans le camps, et les hommes qui le tenaient purent s’écarter pour laisser Grimshaw travailler.


-Qu’est-ce qu’il s’est passé Butch ?

-Un des mercenaires n’était pas à son poste. Il revenait des buissons lorsqu’il nous a vu. Avant que monsieur Escuella ait pu lui régler son compte silencieusement, il a tiré. Nous n’avons pas eu d’autre choix que de fuir alors que tous les gardes arrivaient dans notre direction. Monsieur Person s’en est prit une par malchance.

-Toute cette entreprise était une folie ! Je t’avais prévenu.

-Tu me préviens toujours que c’est une folie. Et ce genre d’accident arrive rarement.

Le maître de la keyblade s’éloigna et se dirigea vers les chevaux. Il prit le revolver dont un des hommes s’était temporairement défait, et le rangea dans la selle. Il monta ensuite sur le cheval, et attendit que Butch et Hosea aient fini leur dispute conjugale. Comme à chaque fois qu’ils se plantaient, il allait devoir faire le ménage derrière eux. On ne le jugeait pas digne de participer aux différents coups, mais le chef n’avait aucune vergogne à l’utiliser pour rattraper ses erreurs.

Après quelques minutes, le bras armé de Butch arriva près de lui, près à repartir. C’était un homme mûr, rasé de près, et dont les yeux froids témoignaient de la violence qui avait accompagné chaque pas de sa vie. Ils ne dirent rien, l’un et l’autre et attendirent alors que Hosea partait furieux vers sa tente. Le chef de la bande les rejoignit, un fusil sur l’épaule.


-Vous connaissez la chanson messieurs. Mademoiselle Gaskill, je vous prierai de préparer le repas pour ces messieurs. La journée a été dur, et un bon ragoût leur remonterait le moral.

-Bien sûr, monsieur Cassidy, répondit aussitôt une jeune femme fluette qui déposa son livre sur le chariot sur lequel elle s’était assise.

-En avant.

Les trois hommes partirent au galop, reprenant la route que l’expédition avait prise pour rentrer. La plupart des gardes devaient être resté sur la parcelle de terrain de leur employeur, mais il n’était pas impossible que quelques mercenaires aient décidé de poursuivre le groupe. Après tout, tuer les importuns, et en ramener la preuve leur rapporterait gros. Morgan ouvrait la voie, la main constamment sur son colt. Lorsqu’ils arriveraient près des ennuis, il se retirerait pour laisser la place à l’invalide. Il servirait de proie, attirant les tirs et les hommes, attirant la mort sur tous ceux qui leur voulaient du mal. Était-ce vraiment ainsi qu’il avait envisagé sa vie ? Non, certainement pas. Même quand le diable en rouge lui avait promis une nouvelle vie pleine de tragédies, il n’avait pas pensé un instant qu’il serait responsable de tant de morts. Directement, ou indirectement. Cependant, il avait franchi encore et encore cette ligne. Depuis que le maudit poète avait joué cette blague idiote. Depuis que son ami William l’avait aidé à surmonter ses crises. Pouvait-il seulement se réjouir de ne plus avoir ôté de vie depuis Halloween Town ?

Cette vie, qu’il l’ait souhaitée ou non, était sienne maintenant. Et il devait s’y faire. Tout valait mieux que revenir en arrière. Tout valait mieux que perdre le contrôle. Le fugitif secoua la tête et reporta son attention sur ce qui se passait. Son cheval avait ralenti de lui-même – bête intelligente et bien dressée – pour s’adapter au rythme de la jument qui dirigeait le petit groupe. Sans un bruit, Morgan lui fit signe de s’avancer. Il descendit de son cheval, donnant la bride à Butch, et s’avança dans le noir, la main près de son poignet. Prêt à activer son armure au moindre signe de danger. Il avait beau être plus fort et résistant qu’un homme normal, les balles l’atteignaient toujours. Lors d’une de leur beuverie, Pearson qui jouait avec son revolver lui avait tiré dans son bras mort. S’il n’avait pas ressenti de douleur, ne pensant même pas avoir été touché, la perte de sang – avant qu’elle ne soit arrêtée - l’avait cloué au lit pendant trois jours.

Le keybladeur activa son armure et fonça alors qu’un premier coup de feu retentit, venant frapper le métal qui l’entourait. Il désarma immédiatement le garde, lui brisant le poignée. Un deuxième mercenaire sortit un fusil, près de lui, et fit feu. Si l’armure le protégea, la surprise et la proximité lui firent cependant perdre sa stabilité et il tomba au sol. Avant qu’il ne puisse se relever, quatre tirs dans son dos lui indiquèrent que ses compagnons canardaient l’endroit où il se trouvait. Ensuite, le calme revint dans la prairie.


-Avec ça ils ne vont pas baisser leur garde. Il va falloir que vous tombiez l’armure monsieur Newman, si nous ne voulons pas nous faire trouer de balles.

Le blond grommela. Il n’aimait pas prendre autant de risques. Cependant, Butch n’avait pas tord. Dès que les gardes remarqueraient qu’il ne mourrait pas sous leurs tirs, les deux autres allaient devenir la cible de leurs ennemis. S’il revenait seul au campement… autant ne pas revenir du tout en réalité. Soupirant, il retira son armure, et remonta en selle. Comment allait-il se sortir de cette situation en vie – en un seul morceau était inconcevable.

L’ancien étudiant y réfléchit sur le chemin, et un plan finit par germer dans sa tête. La solution la plus simple serait d’invoquer des sans-coeurs, puis de détruire les créatures ténébreuses nouvellement formées. Toutefois, ce plan impliquait qu’il ôte de nouveau la vie de ses propres mains – ou du moins au travers des créatures qu’il aurait invoqué. Il fallait qu’il soit plus efficace que cela. Il lui fallait aussi penser aux mœurs de ces gens. Ils n’étaient pas habitués à la folie qui habitait les autres mondes.


-J’en vois deux qui patrouillent près de la barrière, chuchota Dexter.

-Les autres ne sont sûrement pas loin. Ils ne risqueraient pas de mourir bêtement comme cela, qu’importe la paie. Monsieur Newman, c’est à vous.

L’ancien mercenaire descendit de cheval une nouvelle fois. Il regarda un instant le quart de lune qui pointait dans le ciel, éclairant faiblement avec sa lumière argentée. Une couleur plus cramoisie aurait mieux convenu pour cette nuit. La terre allait être gorgé de sang. Il s’accroupit, et s’éloigna de ses compagnons, se dirigeant vers l’est. Il se dissimula dans un buisson, puis observa les alentours. Rien, pas même un son. Il escalada la barrière, et retomba lestement sur le sol. Immédiatement, il érigea un petit rempart, de la hauteur de la barrière. Tant qu’une source lumineuse n’éclairait pas l’endroit, il devrait paraître normal à tout observateur lointain. Il ferma ensuite les yeux, et lança une onde magique. Il ne détecta personne de dissimuler aux alentours proches. Il s’avança silencieusement.

Pour que son plan fonctionne, il avait besoin de surprendre autant de gardes que possible. Pour que son plan fonctionne, il avait besoin d’être discret comme jamais avant dans sa vie. Il ne devait faire qu’un avec la nuit, avec les ténèbres environnants. Ce qui était plus facile à dire qu’à faire. Il fit cinq mètres avant de recréer un rempart. Puis il réappliqua sa stratégie, encore et encore. Finalement, lorsqu’il fut à plus de trente mètres de la barrière – et donc d’une relative sécurité – il s’arrêta et attendit derrière son mur. Il n’osait avancer plus loin, aussi lui faudrait-il attendre une opportunité. Qui ne vint malheureusement pas comme il l’entendait.


-Ici ! Hurla un mercenaire dans son dos tout en tirant, une dizaine de mètres plus loin.

Le nettoyeur se retourna aussitôt et sortit le revolver qu’il avait emprunté. Il tira immédiatement deux balles dans les jambes de sa victime puis lui jeta une pierre entre les deux yeux. La tête de l’homme s’affala au sol, ses cris de douleurs moururent dans sa gorge, inconscient. Il jeta un œil par dessus son abris, et vit plusieurs gardes s’approcher prudemment de lui, arrivant de plusieurs directions différentes. Butch et Dexter Morgan n’allaient pas lui venir en aide immédiatement. Ils attendraient que l’attention de tous soient complètement focalisées sur lui, et non plus sur un éventuel piège. Et dire qu’il se trouvait lâche. Il lâcha un petit rire, avant d’augmenter le volume de sa voix. Son rire passa d’ironique à froid. De sans joie à carrément malsain. Du coin de l’oeil, il vit que plusieurs s’étaient momentanément arrêtés. Il sortit à moitié de sa cachette, et tira deux autres coups vers ceux qui avançaient encore. Un chapeau s’envola dans les airs. Un homme cria de douleur en se tenant le bras. Des coups de feu répliquèrent mais il avait déjà replongé vers son abris.

Septimus ferma les yeux, et fit apparaître une image de lui, derrière le mur. Puis il lui ordonna de se mettre à courir vers la maison. Il entendit de nombreuses détonations, chaque homme espérant abattre l’intrus. Néanmoins, tous les tirs passèrent au travers de la projection avant que cette dernière ne se dissipe. Les yeux toujours clos, il créa une nouvelle projection, et un clone de lui-même. Il donna l’arme à son clone puis les fit aller dans deux directions distinctes. Ses deux reproductions tirèrent les deux dernières balles qui lui restaient, blessant deux autres hommes. L’image continua de courir tandis que le clone se prit plusieurs balles. Au moment où il tomba, il annula sa projection.


-J’l’ai eu !

-Tu toucherais pas un bœuf s’il était sous ton nez ! C’est moi qui l’ait eu !

-Fermez-là, ordonna un troisième en tirant deux autres coups à l’endroit où il avait chuté.

Les gardes s’approchèrent du lieu où se trouvait son cadavre. Et alors qu’ils s’étonnèrent un instant de ne rien trouver, un mille-patte géant sortit de derrière le rempart, et fonça vers eux. Quelques hommes, effrayés par l’apparition et ses divers tours de magie, commencèrent à fuir. Les autres n’hésitèrent pas plus de deux secondes avant de vider leur chargeur sur le pauvre insecte.


-Revenez-là bande de lâche !

Le maître de la keyblade choisit ce moment pour sortir et envoyer trois gros blocs de glace en pleine poitrine de ses adversaires. Il fonça ensuite sur le donneur d’ordre qui se dépêchait de recharger son arme, il l’atteignit juste à temps pour l’empêcher de lui tirer en plein coeur. La balle, déviée, lui traversa la jambe. Il retint un cri, et se concentra pour bloquer la douleur. Il passa son bras valide autours du cou de son prisonnier, et s’en servit comme bouclier humain. Maintenant au centre de toutes les attentions, Cassidy et Morgan passèrent à l’action. Ils vidèrent le chargeur de leur revolver, et de leur fusil. Pris par surprise face à ces nouveaux opposants, les gardes ne firent pas long feu.

Tandis qu’ils s’occupaient d’achever les quelques blessés, et son prisonnier, le jeune homme partit en boitant pour s’appuyer sur la barrière. Il avait évité de prendre des vies ce soir encore. Combien de temps pourrait-il encore flirter avec cette ligne avant de la franchir encore ? Il n’en savait rien, toutefois la situation actuelle lui convenait. Pour le moment.


-Allez, rentrons messieurs. Mademoiselle Gaskill s’occupera de vous monsieur Newman. Cela devrait vous faire plaisir, annonça-t-il, un grand sourire aux lèvres.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 4 Déc 2018 - 15:15
Enchaînement de zone ! Ouais, j’suis un ouf. Ici, j’ai un regret…

Avant, le rp est dans la même ligné que le précédent, en conservant un ton sérieux. Ce qui est bon, aussi ? C’est le recul, qu’enfin, les actes précédents ont un sérieux impact sur Septimus.

Donc, le point noir ? C’est la conclusion. Ici ? J’ai vraiment l’impression qu’il manque un truc, le retour à la caravane et les soins sur Septimus. Plus que ça ? C’était surtout de savoir ce que raconte réellement cette expédition et ce qu’elle à apporté. Outre ravager du mercenaire et des connards avec fusil.

Surtout que, comme j’le disais avant, j’vois pas pourquoi Septimus est un nettoyeur et surtout ce que c’est réellement. C’est pour cacher la présence ? Ou simplement, un autre pillage pour rattraper le second ? Donc, pour résumer, quelle est cette colonie ?

Voilà, c’est peut-être ça qui me dérange. Vraiment, j’ai envie d’en avoir plus, d’en connaître plus et de savoir qui sont ses hommes et leurs motivations. D’autant que, ce que faisait Septimus par rapport à ça ? Bref, dans le futur, j’imagine que nous aurons les réponse ! C’est ma curiosité qui parle et surtout, le besoin de comprendre la situation. Même si les mini-séries sont là, il manque des éléments et le lecteur aimerait savoir !

Après, bon, ce sont les qualités que j’ai énumérer avant ! La joie d’avoir une notation à la chaîne.



Avancé : 31 points d'expérience + 300 munnies + 3 PS, Deux en Défense et un en Magie !

_______________________________
 
messages
membres