Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
199/500  (199/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 4 Nov 2018 - 17:51
La chevauchée fut rapide après l’arrivée d’un de mes messagers-corbeaux. Des villages isolés, attaqués par des groupes de sans-cœurs, un peu plus au nord. Plusieurs morts, de nombreux blessés, de multitudes destructions. Ces créatures lâches s’attaquent à plus faible qu’eux, sans aucuns scrupules.

Sans réfléchir bien longtemps, je décide de partir avec ma maisonnée vers la bataille qui nous attend. Chaque minute où nous agissons est une minute de moins pour ces choses des ténèbres qui n’auront plus l’occasion de prétendre exister.

Guidés par les corbeaux, nous atteignons la zone à purger en fin de journée. Nous dressons le camp pour la nuit. Les hommes sont nerveux : leur premier vrai combat en conditions réelles. L’opportunité pour eux de découvrir le frisson du combat contre ces créatures qui souillent l’Empire sans répit. Aidés par moi-même, Francis, Yijun et Guo, ils devraient apprendre deux trois astuces intéressantes pour leur formation.


« On monte les tentes en carré autour de la tente de Madame Song bande de larves ! DU NERF ! » ordonne Francis.

Nous ne sommes pas une armée donc… Tout le monde aide comme il peut, même Francis qui donne les ordres y met du sien pour organiser le campement de manière à peu près convenable. Pendant qu’ils s’occupent de tout ça, je me mets légèrement à l’écart pour recevoir les rapports de mes agents corbeaux de la zone. Ils ont surveillé les déplacements suspects des créatures après leurs crimes : elles ne sont pas très loin.

A priori, ils demeurent dans un tout petit hameau, composé de cinq cabanes. C’est désert et ils se cachent à l’intérieur le jour pour sortir la nuit et attaquer peu avant l’aube les innocents paysans et caravaniers de la région.

Un acte barbare qui entraînera leur perte.

La nuit passe paisiblement sans aucun incident. Au petit matin, les hommes sont frais, reposés et prêts à se battre pour apporter la Justice aux victimes de notre peuple, tuées par ces abominations. Armés de leurs armes et l’esprit déterminé, nous commençons la marche en direction de leur repaire.

En haut d’une colline surplombant les lieux faussement vides. J’en profite pour motiver les troupes. Enfin plutôt, notre petite équipe.


« Soldats ! Aujourd’hui, nous apportons la Justice de l’Empire à des créatures dont l’existence défie l’harmonie impériale ! Ils doivent être éliminés pour le Bien de notre peuple ! »

Je passe la -très- courte ligne de soldats en revue du haut de ma monture.

« Qu’importe les monstres que vous allez affronter, ils peuvent être tués comme des hommes. Ne craignez ni la mort, ni la douleur ! Fils de l’Empire du Milieu, bravez le danger et honorés notre Maison ! » crié-je, fière.

Ils sont déjà un peu plus déterminés à attaquer. Nous allons forcer les sans-cœurs à sortir de leur cachette et les prendre par surprise.


« Francis, tu prends tes six hommes et tu attaques de front pour prendre la petite place de terre battue devant les cabanes. Guo et Yijun, vous prenez le reste pour attaquer de flanc à partir de la cabane légèrement à gauche. »

Une fois les ordres distribués, ils se répartissent et commencent à s’approcher. Ils avancent discrètement, c’est une attaque surprise, il faut donc que ce soit… Un minimum furtif. Si nous arrivons tambours battants, ils auront le temps de s’organiser et de nous attaquer.

Je reste légèrement en retrait. Aujourd’hui, ils vont pouvoir tous être témoins d’une petite astuce de leur Dame de Chengdu. Francis m’a laissé des explosifs. Trois fusées chinoises plus exactement. En recoupant les informations obtenues par les corbeaux, il faut viser trois maisonnettes en priorité : les plus grosses.

Je me concentre. Il faut que je sois précise pour cette manœuvre délicate, notamment pour éviter de toucher mes propres hommes. Déjà qu’ils ne sont pas tous encore des soldats d’élites, si en plus je leur tire dessus, ils ne vont pas s’améliorer.

J’allume les trois mèches, immédiatement je fais flotter les amphores d’huile que je fais virevolter vers les toits de chaume et de bois. Les fusées partent en sifflant à travers les airs, tandis que j’oriente leurs directions vers mes cibles.

L’impact et la déflagration font partir les toits et quelques murs en fumée, mes hommes se protègent un instant, avant de charger vers leurs positions respectives. Dans la panique, des sans-cœurs de feu sortent des bâtiments, pour se prendre des coups de lance et d’épées bien placés.

Ceux encore capables de se battre s’organisent et sortent pour faire face aux humains venus les déranger. C’est là que je me mets charger à mon tour dans la bataille. On est loin d’une bataille rangée, cela est certain, mais il ne faut pas sous-estimer la violence dont sont capables mes hommes pour survivre face à ces créatures. Ils se montrent féroces mais restent en contrôle. Ils ne sont pas dans la démonstration de leurs émotions, ils les maîtrisent et restent concentrés. Francis a donc retenu quelques leçons de nos combats passés. Crier c’est utile dans certains cas, mais la maîtrise est plus importante.

Les aberrations ténébreuses ont une forme humanoïde, leurs bras droits ont une forme d’épée tandis que le gauche a une masse plus épaisse formant un bouclier face aux assauts de mes hommes. Leurs yeux jaunes sont en partie dissimulés grâce à un casque. Ils sont à la fois fascinant et répugnant. Ces prêcheurs du chaos doivent être arrêtés avant qu’ils ne fassent plus de dégâts.

Francis s’élance au cœur des affrontements, il cherche à montrer l’exemple. Son marteau vient prendre un monstre au dépourvu : sa tête est percutée de plein fouet et il se voit projeté au sol. Deux soldats en profitent pour planter leurs lances dans la poitrine de l’abomination. Alors que je continue de rejoindre l’affrontement, je vois un sans-cœur enflammé passer devant moi, il a l’air de vouloir enlever le feu qui le brûle. Je me concentre sur lui pour le jeter dans les airs et le renvoyer au milieu du hameau. Autant les regrouper au centre où nous les tuerons tous.

Je rejoins les combats. Je cherche à faire un état de la situation. Yijun les rabat vers l’équipe de Francis, les sans-cœurs sont pris entre deux feux. Mes soldats combattent vaillamment, je n’en vois aucun trembler. Je tente de les aider en obstruant les mouvements des créatures ou en leur jetant des objets avec ma télékinésie. Les molosses de Guo servent de soutien comme moi, les sans-cœurs étaient en supériorité numérique, mais notre attaque surprise a bien fonctionné.

Alors que la bataille tourne largement en notre faveur, je sens comme une ferveur se lever chez les sans-cœurs. Ils semblent avoir trouvé une nouvelle énergie, une nouvelle motivation pour se battre.

Jaillissant de je-ne-sais-où, un immense sans-cœur d’au moins deux mètres se dresse au centre des ruines. Il porte une armure impériale, semblable à celles dans l’armée, il a une large masse dans la main, indiquant qu’il n’est pas ici pour pinailler avec une simple épée. Il dégage une aura de ténèbres. Il va falloir agir. Je laisse mes hommes s’occuper des larbins restants. Ils n’ont pas les compétences pour tuer cette créature. Je vais devoir m’en charger personnellement.


« Vous auriez pu avoir l’amabilité de vous annoncer, créature. » dis-je, volontairement provocante.

Le sans-cœur prend sa masse et percute le sol avec, souhaitant démontrer sa force. Il rajoute une sorte de cri… Il n’a pas peur, c’est certain.


« Charmant. » réponds-je à cela.

J’analyse mon environnement, cherchant des projectiles suffisamment lourds à lui envoyer dans la figure. Cependant, vu son impatience, je vais devoir gagner du temps pour que Francis et les autres puissent me rejoindre.


« Occupez-vous des serviteurs ! Je vais freiner celui-là ! » commandé-je.

Le géant ténébreux se met à s’élancer en trottinant vers moi. Je me concentre pour manipuler des plantes et des racines pour lui ligoter les pieds. Sa force me complexifie la tâche mais je parviens à le ralentir. Il continue d’avancer, même lentement.

Cela me laisse le temps de faire léviter des bûches à côté des ruines et de lui envoyer vers la tête. J’arrive à suffisamment bien le viser qu’il tente d’esquiver les projectiles, bien que j’ai l’impression que je l’énerve plus qu’autre chose. Il finit par tirer un gros coup sur les lianes et se dégage pour me charger. Dans son mouvement, il jette carrément sa masse vers moi. Surprise, je me jette au sol sur le côté pour esquiver l’impact.

Il se met à courir vers moi. Je tends ma main vers son arme encastrée dans la terre. Je me concentre et lui renvoie dans la figure en tentant de lui asséner un gros coup. Il bloque l’attaque avec ses mains. Je maintiens la pression, comme pour le pousser. Il continue de résister à la pression.

Autour de moi, j’entends encore le fracassement des armes et les cris des combattants. Les bruits semblent s’acharner dans un concert sonore bruyant et désagréable, le rythme est soutenu. On peut sentir l’énergie des combats même sans les voir.

Je détache mon regard un instant de mon adversaire pour trouver un projectile, une arme ou quelque chose de pointue qui pourrait transpercer une partie de son armure... Une lance peut-être ? Je n’en vois pas de disponibles traînées…

Je vais faire un peu de magie par conséquent. Je tends mon autre main, toujours au sol, vers le géant. En effectuant un léger mouvement avec ma main, j’envoie des projectiles magiques vers le sans-cœur, qui se prend l’attaque de plein fouet vu qu’il continue de maintenir la pression sur son arme que j’ai retourné contre lui. L’impact le fait flancher et il s’écroule au sol. Il n’est pas encore mort, mais j’ai au moins arrêté sa charge.

J’en profite pour me relever. Ma monture, affolée, passe près de moi pour échapper aux combats. Les ruines fument encore après les explosions, dégageant quelques filets de fumée autour de nous. Je vois un ou deux hommes à terre. Je n’arrive pas à voir qui c’est… Ce n’est pas Francis en tout cas, lui est encore entrain de se battre à quelques mètres de moi, avec son marteau.

Le géant se dresse de nouveau et retrouve sa volonté de combattre. Ses yeux jaunes luisent de malfaisance. J’hésite à le soulever dans les airs pour le jeter plus loin, mais avec ma visibilité réduite, j’ai peur d’écraser un de mes propres hommes.


« On arrive bientôt Madame Song ! Tenez le coup ! Yaaaaaah ! » crie Francis.

Très bien, je vais m’occuper de son cas le temps qu’ils finissent les derniers sans-cœurs de moindre puissance. Je serre le poing gauche. Des flammes apparaissent, prenant progressivement la forme d’une sphère qui grossit, encore et encore. Il se prépare à revenir vers moi, comprenant que l’attaque ne va pas lui faire du bien.

Il s’avance vers moi alors que je relâche l’orbe enflammé. Au moment où il cherche à l’esquiver, je resserre le poing et la sphère explose. Il est touché au flanc par la déflagration de flammes et est projeté sur plusieurs mètres sur le côté. Il a dû être suffisamment secoué pour m’offrir un peu de répit.


« Francis ! Au rapport ! » crié-je.

J’entends un grand bruit de fracas. Comme un bout de métal qu’on percute avec un marteau, de manière répétée. Avec une certaine violence. Mon petit doigt me dit que mon fidèle allié est entrain de s’amuser avec le dernier sans-cœur.


« FRANCIS ! »

Son pas lourd m’annonce son arrivée auprès de moi. Il est essoufflé, mais il n’est pas blessé. Il a son petit sourire des beaux jours. Ceux où il tue des gens ou des choses. C’est un grand malade des marteaux, il faut le dire. Je me demande si ce n’est pas une pathologie mentale chez lui… Enfin bref, ce n’est guère le moment de se poser ce genre de questions.

« Vous avez fini de tuer le gros ? Les gars sont avec Yijun pour les derniers oui ! On a perdu que deux hommes pour l’instant. Les autres sont blessés légèrement pour la plupart. » rapporte t-il.

Deux hommes… C’est tout de même beaucoup par rapport au nombre d’hommes que nous avons. Heureusement que les recrues sont nombreuses dans les centres de recrutement de l’armée. Il va falloir que nous améliorions leur entraînement suite à cette bataille. Ils ont déjà beaucoup appris aujourd’hui, il faudra conserver ses acquis pour les combats à venir.


« Qu’est-ce qu’on fait du gros tas ? 
- Nous allons le tuer. Je vais l’attirer vers moi. Attaquez par derrière.
- Ok, je vais récupérer une lance et je m’en charge ! »

Il part en courant tandis que l’affreuse bête se redresse une fois encore. La secousse la violentée, mais manifestement, il s’accroche. Il ne veut pas retourner dans les ténèbres définitivement ? Nous allons le contraindre à repartir, d’où qu’il vienne.

Il se remet à courir vers moi, sa masse avec lui. Je prépare un sort, pensant que Francis va apparaître, mais il n’arrive pas au moment que j’aurai souhaité. Je vais me prendre un sacré coup. Au dernier moment, je me concentre et fais apparaître une protection devant moi.

L’impact sur mon bouclier se fait sentir mais je ne prends pas le coup. Le sans-cœur est projeté à côté de moi. J’en profite pour lever les mains vers le haut, utilisant la gravité pour le soulever et l’écraser ensuite sur le sol à de multiples reprises. Cela fait des grands « bom bom bom ». Il est tenace ! Meurt créature !

J’arrête un instant le matraquage pour m’approcher de lui. Il ne bouge plus, pourtant son corps ne disparaît pas… Etrange. Alors que je lève les yeux un moment pour voir où est Francis, la main du géant m’attrape la jambe et me tire au sol. Je suis prise par surprise et je n’ai pas le temps de réagir. Il me bloque et se place au-dessus de moi. Il me frappe avec son poing sur mon visage. Un sacré choc, je n’arrive plus à me concentrer et mes bras sont bloqués par le poids du monstre.

Je lance un dernier appel à Francis :


« FRANCIS ! Je vais mourir, dépêche-toi ! »

Alors que l’ennemi va s’abattre une nouvelle fois sur moi, je vois une lance transpercer son corps par derrière. Il regarde son poitrail, constatant qu’il y a manifestement un problème. Cela me laisse le temps de matérialiser mon arme éthérique que je façonne comme une épée. Je transperce son enveloppe de part en part, je frappe dans le tas, c’est le cas de le dire.

Après cet ultime assaut, le géant des ténèbres disparaît. Je reste un moment au sol. Pour me recentrer et reprendre pleinement conscience de ce qu’il se passe, Francis est à côté de moi. Il a l’air inquiet pour moi. Je lui fais signe que je vais bien.


« Rassemble les autres. Met les plus gros blessés de côté, et demande à Yijun de préparer un bûcher pour la crémation des morts.
- Ce sera fait. »

J’inspire un grand coup.

Il va vraiment falloir que je constitue un groupe d’intervention beaucoup plus grand à l’avenir. Mes soldats d’ « élite » ne sont pas encore prêts pour affronter de telles créatures, même s’ils se battent largement bien contre des humains. Mais face à de telles abominations… Il va falloir monter d’un cran. Archers, arbalétriers, cavalerie… Je n’ai pas autant de combattants à ma disposition.

Peut-être qu’avec les membres de cette petite conspiration… J’aurai assez de moyens à l’avenir pour accomplir mon objectif : libérez ces terres des dangers venus des ténèbres. Il est hors de question que je laisse mon monde disparaître comme le Palais des Rêves. Pour cela, il va falloir tout purifier. Je ne connais pas d’autres moyens pour l’instant. Ce sera un travail important, mais pas impossible. Chaque créature anéantie est une menace de moins pour les innocents.

Francis plante un étendard avec nos couleurs à côté des flammes. Pour rappeler à tous ceux qui passeront ici que c’est avec le sacrifice de ces soldats que l’harmonie a été rétablie ici.

Après avoir nettoyé la zone et rendu hommage à mes deux hommes morts au combat, nous quittons la zone en direction de notre ville. Je sens que les esprits de mes combattants sont perturbés par cette ennemi venu d’ailleurs, mais je sens également de la résolution.

Ils savent qu’en se battant pour la Maison Song, ils ne se battent pas pour une simple noble en mal d’influence, ils se battent pour quelque chose de plus grand : l’harmonie impériale. La préservation de la terre de leurs ancêtres. La gloire de servir avec honneur. Je conduirai un entretien avec chacun d’eux. Pour les endurcir encore plus. Pour les préparer au pire et… Assurer qu’ils assument leur responsabilité en temps voulu.

Nous rentrons sans encombres. Le corps fatigué, mais l’esprit vif.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 8 Nov 2018 - 14:14
Bon, alors… J’annonce la couleur d’entrée de jeu. Ici ? J’risque d’être globalement négatif. Plutôt, ici, j’vais avoir plus de remarque à faire dont une qui frappe fort. Vraiment, navré.

Quel est le majeur souci de ce rp ? En gros, tu peux remplacer le mort « sans-coeur » par « briguant » et il n’y aura pas de différence.

Alors, oui, c’est un peu dur à dire. Néanmoins, les faits sont là. Déjà, c’était un truc dont j’avais l’oeil dessus depuis quelque temps et ceci ce confirme dans ce rp. De souvenir, il me semble que tu n’as jamais joué à la licence et j’le ressens vraiment dans ce texte et surtout avec ton nouvelle objectif. Et avec cela ? Une question se pose.

Qu’est-ce qu’est exactement un sans-coeur ? Peux-tu, me donner la définition exacte.

Comme d’habitude, j’pose un disclaimer. Sauf que c’est vraiment pour que tu ne prennes pas mal ce que j’suis en train de dire. Dans ce texte, du fond jusqu’au titre même, on ressent que cette base n’est pas acquise. D’autant plus dans le comportement des créatures dont nous avons la description.

Les exemples : Pourquoi restent-ils dans un hameau attaqué ? Il y a des morts après les attaques sans-coeur (Dans le sens où, il y a des cadavres) ? Ils agissent à la manière d’une bande organisé ?

Là, il s’agit de trois questions que j’me suis posé en lisant ton texte. Néanmoins, j’vais pas aller jusqu’à dire que cela m’inflige. Non. Comme j’le dis plus haut, j’ai souvenir que tu n’as joué à aucun des jeux et c’est « naturel » d’adapter un comportement social à des créatures régit par une force. Dans le cas présence, aux ténèbres. De plus, en voyant les comportements des sans-coeurs interprété (tel que Surkesh ou encore le Cygne), tu peux être mal guidé.

Donc, qu’est-ce que c’est qu’un sans-coeur ? Tu comprendras, cette question même ira répondre aux exemples cités plus haut.

Le sans-coeur est donc l’incarnation des ténèbres d’une personne et il y a trois méthodes (connu dans l’univers de KH) pour en faire apparaître un. Le premier cas ? Il s’agit d’une personne qui soumet totalement son coeur aux ténèbres. Chaque coeur possède sa part de Lumière et de ténèbres dans un certain équilibre et quelqu’un abandonnant totalement sa Lumière se donne au ténèbres et devient un sans coeur. Deuxième cas ? Ton coeur est volé par un sans coeur ! Troisième cas, la création d’un sans-coeur artificiel par la machine de Ansem au Jardin Radieux.

Il y a donc un élément de réponse, celui par rapport aux cadavres restés. Quel est le but d’un sans-coeur ? Donc, de l’incarnation des ténèbres d’un coeur ? Dévoré de la Lumière, simplement. Ils volent des coeurs afin de se nourrir car ils ne savent faire que ça. Donc, si quelqu’un péris sous la griffe d’un sans-coeur ? Son coeur se consume aux ténèbres et il devient lui-même un sans coeur. Avec la particularité que, plus une personne est ténébreuse, plus son sans-coeur sera puissant. Donc, si tu meurs d’un sans-coeur ? Pas de corps, juste un sans-coeur qui apparait. Pouf.

Ensuite, la question de pourquoi ce terrer dans un hameau ? Le sans-coeur à pour but de proliférer et de dévorer la Lumière des coeurs, allant même jusqu’à désirer dévorer le coeur d’un monde ! Oui, un monde à un coeur et c’est un putain de festin. Donc, c’est pas en restant dans un hameau vide qu’ils vont se multiplier et trouver la serrure menant à un coeur de monde.

Finalement, travailler en bande. Alors, oui. Ils doivent être organisé d’une certaine manière pour atteindre la serrure d’un monde et donc son coeur. Néanmoins ? J’ai dans l’idée quelque chose qui se rapprocher d’un instinct de masse. Dans, des individus qui agissent dans un but commun et qu’importe qu’ils soient dix ou mille. Le but est de dévorer des coeurs, donc, il ne commenceront pas à former des bandes pour raquetter les grands-parents du coin pour des coeurs.

Navré si cette partie du commentaire semble rébarbatif d’autant que ça doit juste être chiant de lire ça, surtout si tu savais ce qu’étais les sans-coeurs et que c’est juste une erreur. Néanmoins, j’pense que c’est pas inutile de le préciser.

Mais vraiment outre ce gros point noir dans le rp, le reste est bon. Tu as pris en compte ce que j’disais dans les commentaires précédent en cherchant à étoffer les sans-coeurs que tu croises. Les combats ont une allure nouvelle et tu cherches vraiment à te dépasser. Et puis, tout cela à l’air bien plus bref et même si les choses sont posés plus longuement. Donc, oui ! Il y a de l’amélioration. Même si, pour la prochaine fois, j’aimerais voir plus de vie du côté de ta garde. Qu’ils soient plus que des numéros, en somme.

Mention spécial, tout de même, à certain truc qui m’ont faire rire. Comme le fait de camper avant d’attaquer la bande de sans-coeur alors que tu dis que ça doit être fait rapidement ! Ou l’injonction qui, dans un contexte de détresse, dénote totalement avec l’image que l’on se fait. Donc, voilà. Oui, il y a des choses à travailler ! Néanmoins, j’pence que cette information ne risque pas de tomber dans l’oreille d’un sourd. C’est du travail et il faut toujours marcher pour continuer d’avancer !

Dieu, j’ai vraiment dit ça…?


Avancé : 30 points d'expérience + 300 munnies + 3 PS. Deux en Psychisme et un en Défense !

_______________________________
 
messages
membres