Derniers sujets
Rites de PardonHier à 14:34Bryke RonsoAcceptationJeu 22 Aoû 2019 - 21:41FiathenL'étoile des vœuxLun 19 Aoû 2019 - 22:05KuroAprès GuerreLun 19 Aoû 2019 - 20:34Heinrich VentrecrocTout un programme !Lun 19 Aoû 2019 - 15:15Erik WoodsZombardiers et cervelles moisiesLun 19 Aoû 2019 - 14:34Ioan KappelLes roses sont bellesSam 17 Aoû 2019 - 23:05Irelia AlishinaBienvenue à la Ville d'HalloweenSam 17 Aoû 2019 - 19:12VentusDistille-moi une vodkaSam 17 Aoû 2019 - 17:24Ioan KappelIl y a toujours un cheminVen 16 Aoû 2019 - 11:31Chen StormstoutLe colloque des CaryatidesMer 14 Aoû 2019 - 20:37Irelia AlishinaVamos a la playaMer 14 Aoû 2019 - 12:57Huayan SongLà est le foyerMar 13 Aoû 2019 - 18:59SoraSombres horizonsJeu 8 Aoû 2019 - 14:24Chen StormstoutBirth by SleepMer 7 Aoû 2019 - 22:35Chen Stormstout
Apprentie Marraine

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: capitaine
XP:
Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Left_bar_bleue122/350Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Empty_bar_bleue  (122/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 5 Avr 2019 - 11:59


Il me caresse la tête. Je rougis. Je crois que j’ai émis un petit piaillement de chauve-souris ravie. Je me sens un peu vidée mais je ne savais pas que c’était à ce point. La sensation de la chaleur de ses mains sur mon crâne m’a fait un bien fou ! J’en souris béatement. C’est réconfortant. Je sens la tension dans mes épaules et mon dos disparaitre. Enfin un peu d’amour dans ce monde de trépassé ! Je ressens comme l’effet d’un baume au cœur. J’en ai presque envie de me frotter à sa main avec le dos rond comme un chat. Mais oh ! Je ne suis pas un animal ! Ressaisis-toi Garance !

Bon je me reconcentre ! Ou en est-on ? Une armée de morts-vivants aux trousses. Un gros macchabée recousu qui dort à quelques mètres. Des ruelles miteuses et poussiéreuses digne d’un labyrinthe dans lequel nous nous sommes enfoncées au hasard…
L’enfant pointe une direction… voyons si je me souviens bien, quand nous étions en l’air par là il y avait… ah oui ! Les lumières ! D’accord, d’accord, bon plan, bonne idée. Gentil garçon.
Uh… Le vampire pointe une autre direction en le tenant par le poignet. Voyons par-là, il y a … vers le ciel chargé lourdement de nuage des … euh… trucs qui bougent… Ça se rassemble… Ce sont encore des os… jusqu’ici ça ne m’étonnes même plus… C’est quand même assez gros. Et crochu. Et griffus. Et ailés. Et avec une gueule pleine de flammes jaunes, oranges et bordés d’un bleu très clair et vif…

Donc je suis quasiment exactement sûre que c’est à peu près spécifiquement le moment de PANIQUER ! FUYONS !



Je tire une fois de plus sur la manche du manteau, épouvantée. Un dragon squelettique nous survole dans notre dédale prêt à nous vomir les flammes des enfers sur le crâne. Je saute de toutes mes griffes sur la main du vampire qui retient le poignet de l’enfant. Je ne lui fais toujours pas confiance ! Lâche-le ! Je crois même que je lui ai mordu le pouce… Bon ce n’est pas très orthodoxe mais je m’excuserai plus tard… s’il y a lieu.

Je sens soudain un mouvement. Le corps de l’enfant s’allège. Moi qui suis agrippée sur son bras aussi. Je vois le vampire qui penche également, dans le même mouvement en miroir. J’entends le cliquetis furieux de casseroles qui se répercutent. L’armure a pris les devants et nous a attraper une fois de plus sous le bras, tous les trois. Enfin les deux sous le bras, moi je suis collée comme une broche ou une sangsue. Je ne compte pas sur le poids total. Au final cette armure noire, je l’aime bien. Il a la réactivité d’un aventurier habitué des problèmes de ce genre !

Il nous sauve la vie assurément encore en nous déplaçant des premières vagues de flammes. L’air a gagner en chaleur digne d’une fournaise et les maisons noircissent encore davantage mais bizarrement, elles ne brûlent pas.

BOOM ! Hic ! Je sursaute en lâchant un cri de souris apeurée. L’armure a enfoncé une porte branlante d’un coup de botte en plein élan et nous a jeté à l’intérieur à la hâte. Il va falloir qu’on reparle de ces manières de brutes ! Nous allons bientôt avoir plus de bleus à cause de nos atterrissages forcés que de par les combats que nous menons ou non. En plus il nous hurle dessus ses ordres !

Pas bouger ! Il revient nous chercher après…. Après quoi ? Il compte vraiment nettoyer ce monde de tous ses monstres à lui seul ???! Mais il est complètement fou !




Qu’est-ce que c’est ?!! Je redresse les oreilles et je tourne la tête. J’entends des bruits de frottement dans le fond de la pièce. Mes yeux s’habituent un peu plus à l’obscurité encore plus grande de cette maison autrefois fermées dans lequel nous avons été forcés de prendre abri.




J’ai les poils du dos qui se hérissent. Je ne suis pas si sûre que nous soyons tant en sécurité ici…. Tout ce monde est complètement aliéné et semble être entièrement voué à vouloir nous dévorer !!! Je n’ai qu’une envie c’est de partir. Je n’ai qu’une deuxième envie c’est de partir vite et loin ! L’angoisse commence à me briser les nerfs, je tremble. Je crois distinguer le bruit de quelque chose trainé sur le sol. Je vois plusieurs paires de reflets rouges dans l’obscurité.


Ma baguette ?!! Vite ! Crapaud et poussière de fée ! Où ais-je encore rangée cette baguette ! Je suis prise de panique et je cherche partout sur le manteau, dans ses plis, ses poches, les dentelles de son jabot.




Je dois me protéger. Je dois LE protéger……. Est-ce que je dois aussi protéger le vampire ? Ah ! Là je la vois au sol ! Je me jette dessus avant même de réaliser que pour cela j’ai dû m’éloigner de mes deux camarades et m’approcher des lueurs carmin.


Le Pardon Enchaîné

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Left_bar_bleue414/500Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Empty_bar_bleue  (414/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 10 Avr 2019 - 15:55

Il y avait ce truc que tous les dragons faisaient et qui lui foutait la trouille. Cracher du feu oui, ça ça comptait pas. C'était juste avant, ce grognement qu'ils faisaient quand ils allaient te rôtir. C'était bien décidé, tu n'avais plus qu'à courir te cacher en espérant que ça se passerait bien. Manque de bol ça ne se passait jamais trop bien.

L'avantage c'était que celui-là il était déjà m- non, l'autre aussi c'était un genre de liche. Bon. Fallait pas compter sur ça.

Un dragon vivant c'était trop espérer ?

La petite équipe était en sécurité dans un bâtiment, fallait qu'ils soient assez malins pour ne pas en bouger et tout se passerait bien pour eux. Il le leur avait bien dit et espérait qu'au moins un sur trois comprenne. Il pariait sur le petit vampire. Le manteau avait l'air tétanisé et la chauve-souris accrochée à lui comme une tiquet pleine de trouille.

Dans sa tête, la sacro-sainte prière à Etro. Perclus de petits commentaires. Etro toi qui sait, putain aide moi. Toi qui voit, dis à Aub que je l'aime, mais vraiment.

A ce moment il n'y avait quasiment qu'elle dans son esprit, c'était bête, c'était stupide même mais il n'y pouvait rien. Sa réflexion fut, de toutes manières, coupée net par le sol sur lequel il se jeta, à l'abri d'un jet de flammes. Il y avait un laps de temps entre le grognement de la bestiole et les flammes, il l'avait appris à ses dépends d'ailleurs, quelques années plus tôt et il n'était quand même pas peu fier de pouvoir réutiliser cette connaissance à bon escient.

Mais se planquer n'allait pas suffire. Et c'était pas avec un fléau d'arme dans une main et sa tête dans l'autre qu'il allait réussir. Le soldat était parvenu à un certain équilibre, avec sa tête séparée comme ça de son corps. Il se repérait sans trop prendre de temps – sans trop, mais sans en prendre. Il était toujours trop lent et il commençait à avoir vraiment chaud, pas de la manière qui pouvait le rassurer.

S'il fuyait, il abandonnait les trois autres et ça c'était hors de question. Il était venu ici volontairement ergo il ne se défilerait pas, c'était plus simple qu'un code l'honneur, c'était de la logique.

La vouivre fondit sur son abri, non contente de n'utiliser que ses flammes, elle utilisait aussi une paire de serres acérées pour détruire allègrement ce qui se trouvait entre elle et sa délicieuse proie en conserve. C'était peut-être mieux ainsi car Fabri n'avait pas d'arme à distance et il put enfin commencer à harceler la bestiole de quelques coups francs et sincères de fléau d'arme. Quelques os se brisèrent ; c'était encore mieux que s'il avait eu une épée. Coup de bol, se disait-il. Mais ça pouvait encore durer des heures.

La créature revint à l'attaque, pas assez maligne pour garder ses distances. Fabri s'approcha, sortit de sa planque pour continuer de la mettre en miettes. Mais comme venu de nulle part, ses entrailles commencèrent à bleuir ; elle allait recommencer à cracher du feu. Ce n'était pas pour tout de suite, qu'il la foutrait en miettes.

Qu'à cela ne tienne, il attendrait son heure.


Dernière édition par Fabrizio Valeri le Jeu 16 Mai 2019 - 19:26, édité 1 fois
 

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Left_bar_bleue34/500Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Empty_bar_bleue  (34/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 12 Avr 2019 - 0:31
Ioan s’approcha d’un pas rapide et léger. Ils n’étaient pas ici chez eux ; ceux qui tenaient cette demeure pour leur n’y laissaient aucun doute. Ils devaient partir ; ce n’était, après tout, pas bien civil de leur part, que d’envahir leur maisonnée.

Le garçon n’avait cependant pas pu se résoudre à attendre que sa petite Dame les rejoigne. Les yeux de leurs hôtes, posés sur elle, lui rappelaient trop la lueur familière de la lanterne sanguine, qu’ils avaient laissé dans leur ancien abri. Ils lui rappelaient trop, bien trop, son plaisir face à la danse macabre du fléau ; son extase, à la vue du sang qui s’écoulait, tombait — reflétait sa lumière. Il ne se sentait guère de laisser la chauve-souris seule. Alors, il s’était approché. Il perçut, parmi les ombres, quelques formes s’animer de gestes silencieux : reculer, d’abord, avant de s’approcher, lentement. Elles lui évoquaient le chat, qui errait près de l’atelier de Maître Patregain, le souffleur de verre auprès de qui il apprenait. C’était un mouvement qu’il l’avait déjà vu adopter, avant qu’il ne croque, de ses petites dents, la main qu’on pouvait bien lui tendre. Il jouait, lui avait-on dit. Etait-ce, alors, que les habitants de cette maison voulaient jouer ? Ioan n’en avait, hélas, pas le temps aujourd’hui — il devait accompagner ses camarades, jusque là où partent les lumières — et quelque chose, dans le regard de ces hôtes, les rendaient bien différents du chat rondelet qu’il avait aimé caresser longuement.

L’enfant s’abaissa, récupérant sa petite Dame d’un geste précis et doux. Son regard parcourut le sol, brièvement : meurtri, et rompu d’entailles profondes. Il ne put retenir une moue désolée. Ioan fit un pas en arrière, revenant aux créatures qui se terraient dans les ombres. Elles bougeaient. Il croyait en voir s’arquer, se cambrer ! Mais surtout, elles le fixaient.

Elles allaient bondir.

Un mouvement de recul. D’incompréhension en incompréhension, chaque rencontre semblait aller pour le pire ! L’enfant ne voyait que leurs yeux : deux orbes sans paupières, éprises d’une flamme éternelle — de colère, de rage. Malgré toute la distance qu’il pouvait ressentir entre lui et ce qui se produisait ici, Ioan sentit sa poitrine se comprimer.

Il entendit — 

— un coup.

Deux.

Trois.

Quatre. Cinq. Six. Sept. Huit. Neuf. Plus !

Il avait promis de la protéger ! Il avait dit qu’il ne pouvait pas laisser quelqu’un faire de mal aux autres. Il sentit l’odeur du houblon. Il se souvenait : l’Homme Puissant, le déterminé.

L’une des créatures s’élança dans leur direction.

Le garçon bascula en arrière, cherchant à l’éviter. Nul ne souffrirait ! Comment ? Il n’avait pas le calme médiateur de son mentor, ni de bouclier, comme l’armure ébène avait su s’en faire un d’une porte.

Il ferma les yeux. Il allait échouer, encore.
Mais rien.

Seul le bruit lourd d’un impact sur le parquet blessé lui parvint. Il devait savoir — alors, il regarda : Ioan observa, surpris, les deux iris brûlants de leur hôte glisser jusqu’au sol, à un mètre de lui.

Le fenêtre terne qui coupait l’enfant de ce monde s’était comme imposée, telle un rempart empêchant aux deux groupes d’entrer en contact. S’élevait, jusqu’au plafond, une épaisse couche de verre bombée — Etait-ce son vieux maître, qui soufflait ses rêves jusque dans ses cauchemars ? Ioan sourit. Avec une telle séparation, personne ne pourrait s’en prendre à un autre. Il se releva rapidement, rejoignant l’homme livide en quelques enjambées. Il percevait, derrière lui, le fracas furieux des créatures sur le verre. Il percevait leur cri aigu. Il ne devait pas se retourner. Il n’avait pu les discerner clairement, ni les saluer comme il se devait. Mais il ne pouvait risquer de nouveaux malentendus, et heurts.

Tout allait vite. Si vite. L’enfant se hâtait. Son camarade ouvrait la porte. Tout se décomposait. Lentement. Si lentement. Ioan entendit le tintement du verre, ses crissements pleureurs comme un râle brisé. Pourquoi avait-il si mal ? Qu’avait manqué le garçon, cette fois encore, que l’on souffre tandis qu’il ne cherchait, en ce monde, que la paix de ceux qu’il croisait ? L’enfant ne pouvait l’ignorer. Il se retourna… et il les vit : les rivières de pleurs qui parcouraient le dôme fissuré — des éclairs, éclatés à même sa surface. Ils s’illuminaient d’amarante, se gorgeaient du sang et des flammes qui brillaient dans les prunelles des créatures rampant sur sa surface lisse. Elles s’y tenaient avec tant de ferveur, tant de persévérance ! Mais ils s’en allaient, allons. L’homme sans reflet, sa petite Dame, lui… Ioan ne savait comment calmer leur colère — et le voile qui le séparait du présent l’empêchait de s’en sentir pleinement désemparé. C’était ainsi, tout simplement. C’était ainsi. Il les voyait. Leurs corps se tordaient. Leurs membres rachitiques, aux articulations désaxées, se prolongeaient en griffes aussi fines et claires que les lames les plus aiguisées. La face écrasée, le crâne dégarni, si ce n’était pour quelques mèches, longues et grasses — le garçon percevait leurs hurlements désespérés, s’échappant de larges gueules, aux crocs puissants et jaunis. Ils partaient. Ils partaient ! Pourquoi partaient-ils ? Devaient-ils partir ?! croyait-il les entendre implorer. Elles criaient, criaient de toutes leurs forces ! Certaines, s’égosillant de plus d’une gorge, bardant leurs corps souples et maigres — d’autres frappant le verre de plus de deux bras, de plus de deux têtes ! Leurs chairs aux teintes cendreuses se déformaient, d’autant de plissures que d’éternités attendues au fond de ce cauchemar. Tout allait vite. Si vite. L’enfant ne les avait observées qu’une seconde ; deux, peut-être. Tout se décomposait. Lentement. Si lentement. Il n’avait pas pu ne pas les regarder. Il n’avait pas pu ne pas marquer chaque visage grotesque, chaque corps déformé, dans son esprit. Il n’avait pas pu ignorer le verre crissant, fissuré et larmoyant.

Son souffle se suspendit. Son corps réagit, avant que son esprit ne saisisse la situation. Ioan précipita sa petite Dame dans les bras de l’homme sans reflet, sans le regarder. Il chercha à le repousser, lui aussi… mais il n’avait pas de force pour l’accompagner.

Il ne parvenait pas à quitter les créatures du regard.

Nul ne souffrirait.

La barrière céda, sanglotant d’autant de larmes que d’éclats.

L’enfant ne voyait que leurs yeux. Il n’y avait que les flammes, que la colère ; prête à se déverser sur lui, le noyer, le consumer, l’emporter ! Il n’y avait qu’elles…

Et toi, tu pars en cendres.

Ioan chercha à reculer. Tout allait vite. Il tituba. Si vite. Il se sentit partir vers l’arrière, attiré vers le sol par une force à laquelle il ne pouvait résister. Son dos rencontra l’encadrement de la porte, qui chercha en vain à le soutenir. L’une de leurs hôtes, la première, la plus rapide, l’avait atteint. Il ne voyait que ses yeux. Il ne voyait que cela. La gorge du garçon étrangla un gémissement peiné : il parvint à s’arracher au regard de la créature, laissant le sien glisser sur ses lèvres inexistantes, et ses dents aiguisées ; sur la seconde gueule qui entaillait l’une de ses épaules, puis… ses mains. Ses longues mains, aux doigts comme des couteaux, enfoncés dans sa chair invisible.

Le manteau se teint de quelques larmes sanglantes.

Tout se décomposait. Lentement.

Ioan avait mal.

Si… lentement.

Il sentait cette douleur gagner son abdomen. Il ne savait dire si elle était forte, ou non. Il ne l’avait jamais ressentie. Jamais.

Il ne parvint pas à crier. Il ne parvint pas à pleurer. La toile qui était tombée, entre lui et le reste, entre lui et les autres, entre lui et ce monde, brouillait ses sens. Il avait mal — mal comment ? Il ne savait pas. Juste mal. Comme des étincelles ; une chaleur douloureuse. Tout était flou. Et lent. Si lent.

Tes doigts s’effilent. Ta peur se dénoue, et ta peine s’oublie.

Si lointain.

Et pourtant.

Il ressentait, encore, la présence fébrile d’un homme sans reflet, et de sa petite Dame.
Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Sergent
XP:
Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Left_bar_bleue139/200Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Empty_bar_bleue  (139/200)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 21 Avr 2019 - 13:45
- Je suis maudit ou quoi ?!

Récapitulons : en à peine quelques heures, si ce n'est quelques dizaines de minutes, je m'étais aperçu que j'étais devenu un vampire, j'avais rencontré une armée de morts vivants assoiffés de sang ou de cerveaux ou de... Enfin peu importe, mais ils étaient toujours pas repus. Ensuite, il y avait eu ce gros tas complètement éventré avec son horrible crochet... Une putain de vouivre squelettique cracheuse de flammes menaçant de nous incendier - au sens propre - à chaque instant pendant que nous étions dans la bicoque... Et dans celle-ci, maintenant, une assemblée macabre de monstres difformes vaguement humanoïdes au crâne presque dégarni, un regard écarlate complètement dirigé vers nous ne laissant pas planer le doute sur leurs intentions.

La seule personne vaguement fiable dans le groupe, le chevalier sans tête, avait finalement décidé de partir en mission suicide se confronter à la vouivre. Il me fallait donc absolument en profiter pour quitter les lieux sur le champ. Tant pis pour lui et son piteux instinct de préservation. Le manteau et la chauve souris étaient immobilisés face aux nouveaux assaillants qui continuaient de s'approcher lentement. Les poings fermés et les dents serrées, je décidai de gagner du temps par mes propres moyens. Les yeux fusillant du regard les créatures non vivantes, je levai le bras au ciel. Ensuite, je fermai les yeux, me concentrant, rassemblant le flux de ma magie au niveau de la main et...

Une succession d'éclairs commença à tomber aléatoirement autour de moi et à frapper les terribles créatures. Cela me gagnerait une poignée de secondes supplémentaires. Ensuite, je décidai d'empoigner la manche du manteau rougie par ce qui semblait être du sang pour essayer de le tirer vers moi.

- Faut pas rester ici !

Mon regard s'était fugacement dirigé vers lui puis j'avais commencé à fuir. Je devais un peu le tirer, il semblait avoir un peu du mal à suivre ma vitesse de course, mais je l'y contraignais. C'était tant pour son bien que pour le mien. Si le pire venait à arriver, il me suffirait de les abandonner afin de gagner une poignée de secondes pendant qu'ils servaient de pâture aux ennemis. Je me dirigeais toujours vers la lumière, sans regarder autour, sans un regard en arrière. Elle était mon unique espoir de survie.
Apprentie Marraine

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: capitaine
XP:
Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Left_bar_bleue122/350Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Empty_bar_bleue  (122/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 3 Mai 2019 - 16:00



Crapaud et poussière de fées ! Vous allez vous arrêtez oui ! Je me précipite juste devant le nez du vampire. Je suis agitée, remontée, je zigzag devant ses yeux comme un moustique agaçant. Il force le jeune manteau à avancer alors qu’il est évident qu’il est blessé ! Il faut le soigner en priorité !

En plus vous abandonnez l’armure noire ? Après tout ce qu’il a fait pour nous ? C’est hors de question ! Pas bouger, il a dit ! Stop ! Je le force à s’arrêter malgré ma toute petite taille et mes difficultés pour rester en vol sur place. Dès qu’il bouge et essaie de me contourner, je me replace  sous ses mirettes rouges peu rassurantes.




Même s’il ne me comprend pas, je dois l’empêcher d’avancer davantage. Et si l’armure gagne son combat titanesque malgré tout et reviens nous chercher ? Il ne nous trouvera pas ! Pire, il se fera attaquer par les monstres informes aux yeux rouges ! Je sais bien que je parais changer d’avis rapidement, j’ai aussi peur d’eux que des monstres autour de nous mais tout de même, l’armure a tout fait pour nous protéger… maladroitement, brutalement, mais toute cette histoire est tellement ahurissante, il a peut être tout aussi peur que nous, il a peut-être simplement perdu ses moyens également, non ?

De toute façon, ma priorité à l’heure actuelle est de soigner les morsures de mon ami de tissu ! Il m’a sauvé de ces horribles déformés et s’est fait agressé ! Vu ce monde, pour le peu que leur morsures soit empoisonnée ou purulentes, je ne serais pas étonnés ! Il faut absolument le traité immédiatement avant qu’il ne soit trop tard….. Et si … et si … il se transformait ? Comme dans ces histoires de loup-garou contaminé par une morsure les soirs de pleine lune ! Ah ! Non Je dois faire quelque chose et vite ! Mais est-ce que ces choses ne nous ont pas suivies ?

Je regarde rapidement dans toutes les directions, mais je ne peux pas perdre de vue le vampire qui pourrait reprendre sa route sans m’écouter, et je dois garder un œil sur l’enfant et sa santé aussi, je dois également trouver une solution ! Il a été méchamment mordue par ces choses, trop pour mes petits sorts de soins.


Ah mais arrêtez ! Je me laisse tomber de quelques centimètres pour éviter la main énervée de notre nouveau guide. Ouf je lutte pour reprendre un peu de stabilité dans mon vol et je le regarde en fronçant fort mes sourcils broussailleux de chauve-souris. Je vais finir par devoir le mordre s’il continue. Une oreille ce serait simple et il ne pourrait pas trop m’en empêcher.





Non, je dois m’efforcer de rester correcte et agréable et bienveillante…. Mais parfois c’est difficile ! Je me repositionne bien devant ses yeux et je lui fais signe de me suivre. Il pensera peut-être que je connais l’endroit et que je veux les guider vers les lumières… Je suis tellement honteuse de devoir lui mentir, en quelque sorte, même si ce n’est pas vraiment le cas. C’est lui qui va comprendre de travers, non ? Je ne suis pas si responsable que ça, non ?

En tout cas, je mène le groupe réduite à travers les ruelles, en essayant … de fuir les cris inhumains des bestioles horribles aux yeux rouges… le bruit métalliques des combats de l’armure contre la wyverne, sans pour autant nous en éloigner de trop… C’est une ville après tout, on va bien trouver un jardin quelque part ! Par ma bonne étoile, pitié, juste un tout petit jardin de rien du tout ! Je prie très fort tout en surveillant que le vampire et le manteau ne me fausse pas compagnie à un détour.

Et là ! Je vois un buisson rouge d’aubépine en fleur ! Parfait ! Je me précipite à toute allure de vol vers ses branches tordues pleines d’épines et de fleurs rouges sang ! Il est plus terrifiant que celui du Pays Imaginaire mais je sais que là-bas les inféermières utilisent les fleurs pour apaiser les douleurs !

Et en parlant de douleurs, ils ont dû entendre un doux froissement suivi d’un choc net et d’un râle. Je me suis tellement précipité que je n’ai pas réfléchis à mon atterrissage dans cet accoutrement. Je me suis emmêlé les griffes des pieds sur la branche et j’ai percuté une branche qui m’a heureusement arrêté. Sans compter les griffures des épines que je n’ai pas pu esquiver. Je suis tombée en agrippant autant de pétales que je pouvais entre mes griffes. Je ressors en boitillant au pied du buisson et je me dirige vers un bouquet de feuilles d’orties ! Elles seront parfaites pour envelopper les pétales et en plus elles sont revitalisantes tellement elles ont de minéraux en elles. C’est parfait ! Si ce n’est que je me pique malgré mes poils de fourrure.

J’ai mal mais ce n’est rien ! C’est pour soigner le jeune innocent blessé ! J’emballe rapidement les pétales dans les feuilles, je ferme bien et … Je me concentre pour enrober le tout d’une pâte de chocolat. Ca va aider à faire glisser la médecine ! Parce que, bon, c’est peut-être un peu amer comme ça sans traitement faudrait pas qu’il le rejette et il va falloir attendre que ça lui fasse effet alors autant rendre ça bon, puis il n’y a rien de mieux que le sucre pour le moral.

Je prends le bonbon de chocolat entre mes griffes de pieds. Dis comme ça, ça ne fait pas très hygiénique… Mais j’ai besoin de mes mains pour battre des ailes ! Je volète jusque son visage… présumé, car invisible et je tente de lui mettre le bonbon dans la bouche. Bon je tâtonne un peu, j’ai du mal à trouver ses lèvres et je lui mets du chocolat un peu partout au visage… Ah ! Ça y est ! Je crois que j’ai trouvé !

Maintenant il va falloir réussir à retourner vers l’armure noire par le bon chemin……… et ………… On est où déjà ?

Le Pardon Enchaîné

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Left_bar_bleue414/500Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Empty_bar_bleue  (414/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 3 Juin 2019 - 20:32

Fabri détestait les dragons.

Il les avait admirés, quand il était petit et qu'ils étaient au centre de tous les contes. Pauvres créatures incomprises, finissant invariablement au bout de la lance du saint le plus proche. Ce ne fut qu'avec le temps – et surtout l'expérience, qu'il comprit qu'elles y finissaient le plus souvent à juste titre. Sales bêtes qu'elles étaient.

Il pondérait cette réflexion sous un amas de ruines, des tuiles, du bois, de la cendre plein les yeux, le nez et la bouche. Sa tête trainait au sol, les cheveux tenus dans sa main. Pas besoin d'y voir clair pour se rendre compte que sa planque n'avait pas tenu. Son armure lui avait probablement évité le plus dur de l’éboulement. Il faisait le mort histoire d'avoir quelques secondes à lui pour réfléchir. Une stratégie des plus nobles héritée d'une longue lignée de chevaliers – aussi se rassurait-il.

Se dégager lui prit quelques secondes supplémentaires. Il quitta la petite place sans demander son reste, par le dédale de rues qui l'entourait. Il ne planchait qu'à y revenir, bien sûr. L'idée de quitter le combat sans buter cette bestiole lui retournait l'estomac. Se soustraire à son regard plus réapparaître par un tout autre côté de la place afin de la frapper dans le dos se révéla une tactique plus que parfaite car la créature s'y laissa prendre deux fois. La première parce que cette tactique était inattendue. La deuxième par chance – la troisième ? Fabri se débarrassa bien vite de son bouclier rougeoyant et battit en retraite dans un coin de ruelle.

S'il avait réchappé de peu à l'écrasement et enterrement forcé, la créature n'y survivrait pas, elle qui n'avait que quelques os et de la vieille peau pourrie pour se protéger. En utilisant sa force – peut-être son feu, contre elle, il avait une chance. Mais comment ? Fabrizio se demandait ça tout en se jetant derrière un mur afin d'éviter que la créature ne le rôtisse. Il était parvenu à se dégager à grand-peine, mais n'avait pas pu se soustraire à la vigilance de la bestiole. Ou à son envie de tuer, ça revenait au même.

Le souffle court, il était plaqué contre le mur, écoutant la vouivre qui se rapprochait. Il changea de cachette deux fois encore afin d'être sûr de ne pas se faire carboniser. Fuir, lui ? Il en était sidéré, seulement il n'avait pas les mots l'exprimer. Pas que quelqu'un l'entende cela dit.

Il tremblait, sans pouvoir s'arrêter. Mais si seulement il n'y avait que ça. Il savait qu'il n'avait rien de grave – pour l'instant. La douleur qu'il ressentait ne venait pas de là mais simplement de lui-même. Les plaies de l'attaque du dragon avaient cicatrisé depuis longtemps mais c'était comme si elles étaient encore rouges du souffle de la créature.
 

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Left_bar_bleue34/500Zombardiers et cervelles moisies - Page 2 Empty_bar_bleue  (34/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 19 Aoû 2019 - 14:34
Le goût du chocolat sur sa langue l’égarait. Il ne faisait pas chaud, ici, et Ioan n’avait nul monstre réconfortant à trouver. Il se sentait lourd, pourtant. Aussi lourd qu’il l’avait été, sur une plage lointaine. L’enfant croyait sentir sur sa peau la fraîcheur de la mer, rapportée par le vent en embruns salvateurs. Il frissonnait. Ses doigts s’enfoncèrent dans la terre humide sur laquelle il avait chu, sa tête vacillante reposant contre un muret moelleux. Quelques picotements pressés assaillirent ses lèvres, et il déglutit machinalement, manquant l’étouffement avant de parvenir à avaler la friandise que l’on avait si diligemment faite pour lui.

Il ne faisait pas chaud ici. Si. Il faisait chaud. Son abdomen le lui soufflait en plaintes lancinantes. Il avait chaud.
Et froid.

Ioan expira fébrilement, les yeux clos. L’étoffe du manteau se soulevait et s’affaissait avec une régularité difficilement perceptible. Le garçon entendait quelques piaillements, quelques froissements — des mots sans ordre et aux tonalités changeantes. Il s’éveillerait, bientôt. Il s’endormait, sans nul doute. Les paupières lourdes, il cherchait à attraper, du bout des oreilles, quelque parole ou mélodie. Comme ce monde aurait aimé les chants de Belle et d’Alice, pensait-il. Peut-être les feuilles de ses arbres, toutes sèches qu’elles furent, auraient frémis d’autre chose que d’inquiétude. Peut-être que tous se seraient arrêtés ; auraient écouté. Il n’y aurait alors eu ni âme en peine, ni créatures contrites, ni crachats enflammés. L’enfant sentait presque le parfum des cendres affluer en remous fugaces.

Ses pieds se balançaient depuis un ponton du Mont aux Lanternes, les yeux rivés sur les eaux sombres en contrebas, et dont il ne savait évaluer la profondeur. Il ne pouvait qu’en observer le mouvement lent et perpétuel, révélé par la seule lueur d’une lanterne rougeoyante, qu’il tenait à ses côtés. La Lune ne pleurait pas, ce soir. Ioan ne la voyait, ni ne l’entendait. Elle lui manquait. Non pas qu’il voulut la voir attristée ; simplement, sa clarté lui était apaisante. Il sentit la brise — il avait chaud, pourtant. Ou froid, peut-être. Il ne savait pas. Il était fatigué. Lourd. S’endormir, se laisser tomber. S’éveiller, éventuellement. Il avait les mains moites. La main. La droite. Il entrouvrit les yeux.

N’avait-il pas été un bien piètre porteur pour ce manteau ? Il était si beau tantôt…
Désormais il était sale ; humide, poussiéreux, terreux, rougi par endroits. Pourquoi y avait-il ramené la main ? Il avait abîmé la dentelle si délicate qui ornait son poignet, l’avait teinte d’une couleur qui ne la complimentait guère.

Ioan laissa retomber son bras le long de son corps, avec une lourdeur qu’il ne se reconnut pas. Il avait moins mal qu’auparavant. Il le savait, bien qu’il n’aurait su dire à quel point il avait pu souffrir, ou non. C’était une sensation qu’il n’avait pas eue jusqu’alors — mais elle s’effritait. La chaleur tenace qui avait saisi son ventre s’éreintait au fil des minutes… tout comme lui.

Dis-moi, bougeras-tu ? demandait-il à son corps. Mais ses jambes se faisaient sourdes, et lorsqu’il voulut se redresser, sa peine lui revint en braises, soudainement excitées par le remous d’un tisonnier invisible. Il ne força pas.

L’esprit de l’enfant se perdait entre les sons, connus et inconnus, dont il avait perdu le fil. Une comptine légère et lointaine, qui l’invitait au sommeil. Le sol l’y encourageait, lui aussi. D’ordinaire si dur, si immuable, il se faisait un matelas agréable. Le muret sur lequel sa tête était posée ne lui avait pas, pour sa part, rappelé le peu de confort de ses aspérités marquées. Le vent ne lui portait aucun cri, pour l’heure.

C’était à croire, se souffla-t-il, que ce monde voulait le voir demeurer ici. Ou était-ce que sa fatigue lui faisait payer les jours où il ne l’avait pas écoutée ?

Beld bordait négligemment son lit. L’homme de velours viendrait demain. Il devait se reposer.

Demain, peut-être.

Mais aujourd’hui… il avait fait une promesse.

Il y avait une belle Petite Dame, un homme livide au reflet embarrassé, et un orchestre grandiose et cliquetant ; ils devaient rejoindre les lumières.
Les étoiles, au-dessus du lac.

Il rouvrit les yeux, une fois de plus.
messages
membres