Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
199/500  (199/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 29 Oct 2018 - 16:04
« Yijun, prépare-toi à m’escorter pour une sortie en ville. Habille-toi convenablement, nous allons chez des gens importants. »

J’ai reçu une lettre, il y a deux jours de cela, d’une famille de notables de Chengdu. Une famille de militaires, plutôt carriéristes, qui ont leur petite réputation en ville. L’invitation était très simple, sobre. C’était à prévoir venant de ce vieux Lin Yong. Facile d’imaginer qu’il a fini soldat avec un prénom pareil : « Yong » signifie brave, courageux.

Ma famille et la sienne n’entretenons pas de vraies relations. C’est arrivé que nous parlions ensemble et être assis à côté lors de certaines célébrations, mais rien de plus. Il faut dire que nous ne travaillons pas dans le même domaine et de plus nous avons toujours été à l’écart de la politique de la ville. Après tout, les Song sont des commerçants et les Lin des militaires : peu de chances que nous développons une grande amitié en temps que tel.

N’ayant rien à craindre a priori d’eux, j’y vais sans trop me préparer à cette rencontre. Pour l’occasion, je vais me pavaner en ville avec ma petite garde de six soldats qui m’escorteront jusqu’au manoir Lin. Ma mère a brodé elle-même des bouts de tissu noir avec un lotus en fil d’or pour représenter un lotus. J’ai de la chance.

Emmener Yijun avec moi permettra à Francis de vérifier les connaissances et compétences acquises par les nouvelles recrues venues compléter la sécurité de ma Maison. Vu que nous avons renvoyé les anciens par manque de potentiel. Je ne peux pas les renvoyer à volonté sans raison valable donc il va falloir tirer le meilleur des petits rejetons que nous avons reçu pour me servir.

Nous nous mettons en route. Mes porteurs me soulèvent tandis qu’Yijun ouvre la voie à cheval, les six hommes entourant mon moyen de transport comme un rempart contre le Mal. Autant vous dire que les regards se retournent pour observer cette petite troupe armée. Ce n’est pas dans la culture que chaque famille importante ait un blason, ou des armoiries. Il arrive que les soldats rattachés à un noble aient un signe distinctif pour les distinguer des militaires obéissant à l’Empereur, comme c’est le cas pour moi. Puis j’ai pris l’habitude de mettre des roses et des lotus partout, donc les gens commencent à prendre l’habitude en ville.

Sans encombres, nous arrivons à la maison des Lin, après une bonne heure de trajet à travers les rues et les petits ponts de Chengdu. La bâtisse est austère, même de l’extérieur. On sent que nous ne sommes pas en terrain de bon goût ici. J’espère qu’ils ne m’ont pas invité pour parler de chevaux ou de je ne sais quelle passion militaire.


« Yijun, surveillez donc moi cette entrée. Tâchez de surveiller qui rentre et qui sort de cette maison.
- Bien. » dit-il en s’inclinant légèrement.

Les portes s’ouvrent, des serviteurs viennent m’accueillir.


« Bienvenue à la résidence Madame Song ! La famille Lin est honorée de votre présence en ce beau jour.
- C’est moi qui suis honorée de leur invitation. » dis-je, faussant un sourire aussi large que le ventre de Francis.

« Voulez-vous bien me suivre, Maître Lin vous attend dans le salon ?
- Avec plaisir. »

Je prends mon éventail solidement et m’évente un peu tout en observant les environs. Les serviteurs sont en nombre convenable, pas de gardes à outrance à ce que je vois… Rien de louche. Pour l’instant du moins.

Je suis le petit homme, qui est un eunuque vu sa coiffe, me mener à travers la maison. Comme je le pressentais, c’est d’un mauvais goût notable. Il faudrait changer le parquet et la plupart des meubles. Certains doivent datés vu la couleur du bois. Comme nous pouvions nous y attendre, de nombreuses armes sont en exposition dans les pièces de la maison, et elles ne sont pas rouillées.

Nous arrivons enfin dans un grand salon, où je vois un homme d’une cinquantaine d’années. Cela doit être lui que mon père connaît bien. Je connais Lin Yong des récits de mes parents, je n’ai pas eu la chance de le côtoyer lorsque j’étais enfant, ou même après. Ses cheveux sont toujours longs, noirs mais tendent à grisonner en certains endroits. Il a une carrure athlétique, ce n’est pas un monstre comme Francis, ici on a un guerrier d’expérience et équilibré… Dans le sens psychologique du terme. Sa posture me rappelle celle de mon frère Gao, stricte, droite. On sent la discipline militaire rien qu’en observant sa manière de se tenir.

Il se redresse pour m’accueillir et me saluer selon mon rang. Nous sommes presque égaux en terme de titres, donc nous n’avons pas à nous dire bonjour en se mettant à terre. Un salut traditionnel debout suffit amplement.


« C’est un réel plaisir pour moi d’accueillir en ma maison la fille de ce bon Song Ming et de cette estimée Wang Junhao. Comment se portent vos parents, Huayan Daren ?
- Fort bien, je vous remercie Yong Daren. N’hésitez pas à leur rendre visite à l’occasion, ils seront ravis de vous recevoir.
- Je vous remercie d’être venue ici aujourd’hui, je n’étais pas sûr que notre invitation soit assez raffinée pour vous.
- Cela était tout à fait suffisant, vous savez je ne me déplace pas uniquement que pour les flatteurs.
- Vous avez bien raison ! » dit-il souriant très légèrement.

Un serviteur nous amène le thé. Lin Yong me reçoit avec les honneurs, il a même préparé une cérémonie du thé. Nous en avons pour un bon moment avant de pouvoir savourer le délicieux breuvage. Nous sommes silencieux et apprécions les gestes précis de l’eunuque. Lorsque c’est fini, nous goûtons, puis nous revenons à notre conversation.


« C’est une joie de vous rencontrer, Lin Yong, mes parents m’ont beaucoup parlé de vous. »

Que nenni. Mais c’est bien pour faire bonne impression, il va se sentir flatté.

« Ah, j’apprécie. Nous avons entendu dire que votre frère faisait une carrière dans l’armée ?
- Tout à fait, oui.
- Vous devez être fière.
- Très. J’ai même eu l’occasion de le voir combattre, si vous voulez tout savoir.
- Ah oui ? Comment il se bat ?
- Je ne suis pas une experte, mais il se débrouille bien. Les ennemis de l’Empire ont beaucoup à craindre face à lui sur un champ de bataille.
- C’est bon à savoir ! Longue vie à l’Empire !
- Longue vie à l’Empire ! »

Et hop, un petit toast au thé à la santé de notre empire.

« Dites-moi, j’ai entendu beaucoup de bien de vous après cette sinistre affaires de meurtres en ville. J’ai été content de voir la famille Song être élevée à un rang supérieur par le Secrétariat Impérial. Les efforts doivent être récompensés.
- Les Song vous remercient de votre appréciation, Yong Daren. » confié-je, souriante.

Nous continuons de bavarder un peu, je cherche à cerner ce que veut ce vieux bougre. Cela doit bien faire une heure que je suis ici et il ne me parle que de choses inutiles ou de futilités. Je préférerai encore un exposé sur les règles de construction de muraille. Je positionne mon éventail pour formuler un bref signal de détresse : allez-y, vous pouvez parler. Oui, il y a un code des éventails. Vous ne le saviez pas ? Hé bien vous le savez maintenant.


« Bien… Si je vous ai invité aujourd’hui, madame Song, c’est pour discuter entre gens de bonnes familles. » dit-il, avant de s’arrêter en voyant un serviteur entré dans le salon pour venir lui murmurer quelques mots à l’oreille.

Il hoche la tête puis se lève.


« Levons-nous, le second invité est arrivé.
- Qui dont ? » dis-je, tout en me relevant.

Il ne me regarde pas mais prononce un nom que je ne connais que trop bien :


« Wen Jing. » dit-il, à voix basse.

Je comprends mieux pourquoi il n’a rien dit dans son invitation.

Wen Jing est le chef de la famille Wen. C’est un homme de la même génération que mon père. Comme les Song, c’est une riche famille de marchands depuis plusieurs générations. Nous ne sommes pas hostiles envers eux, mais nous ne les aimons pas notamment car ce sont des manipulateurs notoires qui ont tendance à vouloir tremper dans tous les trafiques d’influence de la ville. Ils ont une excellente réputation, notamment car ils arrivent toujours à corrompre la Justice pour éviter de les impliquer directement dans les affaires judiciaires. C’est pour cette raison que mon père n’a jamais voulu s’associer avec lui, autant en commerce qu’ne politique.

Mon petit doigt me dit qu’il n’a pas dû être le premier heureux lorsque les Song ont reçu leurs titres nobiliaires. Je peux sentir leur jalousie jusqu’ici. Je ne les ai jamais rencontrés auparavant, mais je suis sur mes gardes : mes parents m’ont dit de m’en méfier, c’est ce que je compte faire pour l’instant.

Le dernier invité rentre. Un homme élégant, bien habillé. Il a quelques traits tirés dû à l’âge, mais rien de bien choquant. Ses cheveux sont propres et soignés et sa fine moustache appuie son regard aiguisé. Il n’est pas bien épais, mais c’est ce qu’on peut attendre d’un homme de son statut.

Il s’incline respectueusement en premier, tandis que nous suivons par politesse. Je me baisse moins que pour Lin Yong, je suis d’un rang supérieur, donc c’est à lui de se courber le plus. Hors de question de mettre de côté l’étiquette, surtout pas devant un homme comme lui : il ne faut pas qu’il prenne la confiance tout de suite.


« Lin Yong Daren, Song Huayan Daren. Un honneur et un plaisir de vous voir aujourd’hui. Spécialement vous, Madame. Je n’ai jamais eu la chance ni l’opportunité de vous rencontrer. Je vous ai apporté des cadeaux à tous les deux pour cette occasion. » dit-il, sérieux.

Des serviteurs arrivent avec de petits coffrets qu’ils présentent devant moi et notre hôte. D’un geste je les renvoie : ils seront confiés à mes porteurs lorsque je partirai. C’est impoli d’ouvrir un cadeau devant ceux qui vous l’ont offert : ce serait interprété comme un signe d’avarice et de mauvaise conduite.

Il se joint à nous et attend que nous nous asseyons de nouveau pour rejoindre notre petite table. Une tasse de thé lui ait également apporté, mais nous ne recommençons pas toute la cérémonie. Après les échanges d’usage, les deux hommes semblent se tourner vers moi. Yong ne ressemble pas vraiment à un politicien rusé –ou qui se croit rusé-, parcontre l’autre…


« Je crois qu’il serait de bon temps de vous révéler pourquoi nous vous avons fait venir aujourd’hui, Madame Song. » dit-il, souriant et avenant.

Son joli petit ton bien poli. Parle et dit moi ce que tu crois pouvoir obtenir de moi.


« Vous êtes revenue récemment en ville de vos pérégrinations au-delà des étoiles, je crois ?
- En effet.
- Vous ne devez donc pas être au courant du mécontentement de nombreuses personnes à l’égard de l’actuel gouverneur.
- Votre intervention in extremis lors de l’enquête sur le meurtre du Juge a impressionné beaucoup de gens. Mais tous pointent du doigt l’inefficacité du gouvernement local actuel.
- Cela doit changer, pour le bien de tous. »

Je vois. Manifestement les troubles politiques n’ont pas attendus ma venue pour démarrer. Voyons ce que ces deux conspirateurs ont à dire : peut-être que je pourrai adapter mon agenda selon le déroulement de leur plan.

« Nous vous avons fait venir vous en tant que représentante de la famille Song plutôt que votre père car voyez-vous, nous craignions de n’être pas entendus… Il aurait pu… Se méprendre sur nos intentions. » dit-il, faussant la gêne.

Ils attendent un geste de ma part. Ils s’attendent à une pièce manipulable aisément. Je vais donc jouer la comédie pour eux et voir où cela nous mène.


« Je comprends bien. Cependant, je ne vois toujours pas en quoi je peux vous aider dans votre campagne, messieurs… » dis-je, délicatement tout en reprenant un peu de thé.

« Ne vous en faites pas, ma chère ! Vous êtes encore bien innocente, c’est tout à fait normal… Laissez-moi vous expliquer… » dit-il, en se redressant un peu.

Il ose appeler une femme de rang supérieur « ma chère », il n’a vraiment peur de rien celui-là.


« Liu Zhouzhang est incompétent et sa famille est vieillissante et sans héritier mâle. Il se complet à fréquenter les artistes et autres saltimbanques des quartiers de loisirs mais la politique de la ville en souffre. La garnison de la cité n’est pas entretenue comme il faut, les affaires traînent du pied et le mécontentement s’accumule. Il faut changer ! » dit-il, tâchant de se montrer enthousiaste.

« Il nous faut quelqu’un qui prenne en considération l’armée et qui connaisse les affaires de l’Etat et l’administration. Quelqu’un qui sache gérer d’une main habile la petite horde de fonctionnaires de Chengdu ! Cette personne, c’est moi. » dit-il, fier.

Il a un certain ego pour le présenter de cette manière. Cependant j’imagine qu’il tente de se donner un air impressionnant pour tenter de m’éblouir de sa splendeur et que je me range du côté de son charisme. C’est plutôt raté, mais nous allons faire avec.


« Je ne vois pas vraiment comment je pourrai vous aider en cela… Bien sûr, les affaires de la cité me préoccupent autant que vous, mais je ne suis qu’une humble noble. » dis-je, hésitante.

Ils sourient et échangent rapidement un regard entendu.


« Vous êtes bien plus que cela, Madame Song. Votre famille a une bonne réputation en ville. De plus vous êtes une personnalité à la mode avec vos récents exploits. Vous seriez un allié de taille dans cette bataille. Je pense d’ailleurs à vous proposer une alliance formelle et durable entre la famille Wen et la vôtre Madame. » dit-il, moins majestueux qu’avant.

Je comprends mieux pourquoi il n’a pas invité mon père. Il souhaite à la fois prendre le gouvernement local mais également récupérer la réputation et les avantages qu’offrent ma famille pour faire monter son rang au maximum. Je ne suis pas à marier, il doit le savoir, donc il doit espérer qu’un de ses enfants épouse mon frère.

Si une de ses filles épouse Gao, il bénéficierait d’un bonus de statut, vu que son enfant serait mariée à un noble. Avec un statut héréditaire qui plus est. Il cherche à gagner réellement du contrôle. Quitte à tenter de corrompre la famille Song avec sa progéniture : en effet, un père avisé ne ferait pas de faux pas envers les parents de sa belle-fille. Ce serait mauvais.


« J’ai peur de ne pas bien comprendre, Wen Jing. » dis-je, l’air niaise.

Ah ! J’ai l’impression de ressembler à ces traînées des plages de la Costa del Sol exposant leurs corps nus à la vue de tous. Aucune dignité.


« Votre frère Songzi Gao est toujours célibataire ?
- Oui ?
- Que diriez-vous qu’il rencontre ma fille aînée ? Elle est resplendissante… Et de bonne famille, héhé !
- Cela peut être… Envisageable, oui. » dis-je, conciliante.

Resplendissante ? C’est ce que nous verrons mon chou. En attendant je vais aller dans son sens et tenter de tirer des avantages de cette conspiration.


« Qu’est-ce que ma famille gagne à traiter avec vous ?
- Question intelligente, Songzi Huayan ! Question intelligente… Si vous me soutenez pour devenir gouverneur, je ferai en sorte que la famille Song soit la plus choyée de la ville ! Moins d’impôts, des places de choix et des titres nobiliaires supplémentaires, potentiellement. Suivez-moi, et vous serez récompensée à la hauteur de votre contribution.
- Cela semble équitable. La famille Song ne cherche pas le pouvoir politique, nous sommes intègres et de bons marchands. Si c’est pour le bien commun de cette cité, alors je devrais pouvoir convaincre mon père d’accepter votre demande en mariage.
- C’est très honorable de votre part.
- Cependant, je souhaiterai formuler quelques exigences.
- Nous vous écoutons ?
- Je veux rencontrer trois fois votre fille aînée et je veux qu’elle voit mon frère au moins cinq fois avant le mariage. Pour qu’ils fassent un minimum connaissance, voyez-vous ?
- Oui, cela me paraît amplement acceptable. »

La discussion se poursuit. Wen Jing m’explique leur stratégie et leurs demandes quant à ma participation. Je n’aurai pas grand chose à faire en vérité. Voir quelques personnes, continuer de travailler pour la ville et le peuple, et ainsi lorsque le moment viendra, je soutiendrai publiquement la candidature de l’homme d’affaires pour succéder au Gouverneur inefficace.

Le timing est serré. Les remplacements de hauts fonctionnaires en poste comme les gouverneurs ne se font qu’au Nouvel An chinois. Nous avons donc à peine trois mois pour accomplir ce plan et changer pour le meilleur le haut responsable local en charge de l’administration de la ville. Manifestement leur plan a déjà débuté. Cela ne devrait pas être trop long… Maintenant il va falloir que je trouve un moyen pour qu’il n’y arrive pas.

En effet, je veux être gouverneur. Et ce n’est pas cette espèce de vieux mafieux marchand qui aura ma place. Je vais donc infiltrer son plan… Pour mieux le retourner contre lui. Et cela commencera par le mariage. Mes parents ne seront pas durs à convaincre, mon frère non plus… mais lorsque cette petite femme rejoindra la famille par alliance… Hé bien nous la ferons changer de camp.

Après les dernières salutations d’usage, nous convenons d’une rencontre prochaine pour faire le point. Chacun sachant ce qu’il a à faire. Je rejoins Yijun et mes porteurs, pour repartir sur la route. Direction la maison de mes parents, je dois les mettre au courant. Après le dîner, je rentrerai chez moi et j’enverrai une missive à mon frère… Il doit rentrer au plus vite pour rencontrer sa future épouse.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 8 Nov 2018 - 14:12
Alors, les notations ? It’s time to do it ! Donc, commençons par toi. Qu’est-ce que j’pense de tout ça ? Alors, c’est très simple, j’suis assez mitigé sur ce rp.

En fait, c’est simple. Moi même, pour ce qui est de truc lié aux intrigues politiques et ainsi de suite, j’suis toujours extrêmement mitigé. Pourquoi ? Simplement que je trouve que c’est rarement bien fait. Attention, j’suis pas en train de dire que tu as mal fait ça ou quoi que ce soit d’autre. Ici, c’est mon ressenti par rapport à mes goûts et surtout par rapport à ce que je regarde.

Dans l’exemple, l’une des rares fois où j’trouve que c’est bien mené ? C’est dans « Code Geass » ou encore dans les séries de livre « Clancy’s ».

Qu’elle est la différence entre mes deux exemples et les super-production Hollywoodiennes ou même les séries de HBO ? Les twist sont réfléchi et s’implante des heures à l’avance. L’exemple le plus simple que j’ai à te proposer ? Le « Red Wedding » dans « Games of Thrones ». Pour moi, cela n’a aucun putain de sens logique. Rien n’est dit à l’avance, nous n’avons pas d’indice, les motivations restent ultra-vague et complètement conne. Cet exemple, c’est pour moi, la preuve ultime que les jeux d’intrigue son mal pensé car on pense en priorité au pivot scénaristique avant de rechercher la logique qui mène aux actions des personnages.

Donc, pourquoi est-ce que j’raconte ça ? Car, dans ma vision, il y a deux écoles dans les jeux politiques;

Soit, tu restes dans un environnement propre avec quelques acteurs majeurs. Pas plus de quatre. En prenant le temps de définir les personnages et leur motivation pour que le twist ne soit pas sortir d’un chapeau comme un lapin. Ou, tu inondes ton spectateur de personnage (Oui, comme dans « Games of Thrones ») avec des objectifs plus ou moins semblable pour bricoler un twist avec de la colle et des clous afin que ce soit potentiellement compréhensible.

Petit écart. Quand tu regardes « Games of Thrones » ? Il y a tellement de personnage et tellement d’intrigue mêlée les unes dans les autres que tu parviens à te dire que c’est logique en prenant des bouts indécis dans l’histoire globale. Pour moi ? C’est mal foutu et il n’y a même plus de nichons pour compenser.

Bref ! Tout ça pour dire que, comme dans le cas présent, ton oeuvre n’est pas encore à l’arrivé de son twist et qu’il faut vraiment préparer ça. La question qu’il faut se poser maintenant ? C’est de savoir ce que tu veux. Tu veux une histoire bricolé avec de la colle et des clous ou un truc réfléchi pour que tes spectateurs se disent : « Ouah, malin le singe ! ». Surtout que si tu vises la seconde option, c’est de la réflexion qui t’attends et des heures à te pencher sur le caractère que tu définis à des PNJs qui auront un impact dans le récit.

Et surtout, surtout ! Éviter l’erreur ultra-cliché que l’on remarque dans toute les histoires semblable, que ton personnage anticipe réellement tout.

Tu veux un exemple pour expliquer ça ? « FullMetal Alchimist ». J’adore le mange et j’trouve que c’est l’un des mieux écrits de la génération précédente. Néanmoins ? Le plot final entre Père et la famille Elric ? Seigneur, j’ai cru que j’allais faire un arrêt cardiaque. Entre le cercle de transmutation dans un cercle de transmutation afin de contrer le cercle de transmutation primaire sauf que le méchant l’avait anticipé et qu’il a créer un troisième cercle de transmutation !!! Putain, c’était juste pour gagner une tension qui n’avait pas lieu d’être.

Donc, voilà. En finalité ? Je ne raconte rien sur ton rp ! Sauf que j’veux vraiment t’embarquer sur un schéma de pensé pour la suite, que cela soit mûrement réfléchi et que l’impact des actions soient le plus réels possible. Néanmoins, ce ne sont que des outils que je te propose, à toi de voir si tu désir les utiliser ou non.


Facile : 12 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS en Symbiose !

_______________________________
 
messages
membres