Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
199/500  (199/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 20 Oct 2018 - 17:22
Le soleil vient de se lever, encore une belle journée.

Je me lève lentement et vais profiter des douceurs de la cuisine pour le petit-déjeuner. Mon fils m’attend déjà et par une heureuse coïncidence, nous mangeons ensemble. Xupeng est déjà parti au marché, Francis quant à lui a embarqué ses six soldats pour les balader en montagne avec Noah. Li Guo a pris ses chiens en quête de sans-cœurs et Yijun est sur les terrasses, il s’entraîne seul contre un mannequin de bois.

Seul Harch est resté dans sa chambre. Apparemment les serviteurs n’ont pas osé insister pour ouvrir les volets, l’invité n’a pas vraiment apprécié leur tentative de laisser de la lumière rentrer dans sa chambre.

Mon petit boit au sein de la nourrice. En temps normal, j’aurai préféré esquivé cette vision d’une femme dénudée devant moi. Cependant… Je le trouve tellement mignon que je ne préfère pas partir. Il a un sacré appétit. C’est bon signe.

Nous finissons ce joyeux petit moment de partage, ensuite je vais me changer pour rendre visite au Lieutenant Harch. En plus d’être un navigateur des Routes Stellaires confirmé, c’est également un utilisateur de compétences que j’estime peu… Communes, du moins dans mon ancien corps professionnel à la Shinra. Je ne peux pas le mettre en première ligne, tout simplement car il effraie les gens… Mais il n’est pas inutile, loin de là.

Je pénètre dans la chambre plongée dans l’obscurité. Je suis chez moi, je n’ai pas besoin de taper à la porte. Malgré la pénombre, il est assez facile de distinguer le sombre homme avec son œil rouge luisant dans les ténèbres.


« Bonjour Madame Song. Bien dormi ?
- Convenablement, et vous-même ?
- Horriblement mal, comme s’habitude. Je vous remercie. »

Bien, il sait comment mettre à l’aise ses interlocuteurs celui-là. Une sorte de Francis, mais avec un genre beaucoup plus… Glauque ?

« C’est étrange Madame Song… Je ressens comme des ténèbres en vous. Des ténèbres qui ne vous appartiennent pas…
- Que voulez-vous dire ?
- Votre bras dégage une énergie qui ne vient pas de vous… Puis-je regarder ? »

Comment peut-il … ? Il est si profondément affecté par les ténèbres qu’il peut distinguer mon pacte avec le démon ? Résignée mais toutefois curieuse, je décide de relever ma manche et montrer la marque de mon accord avec le chef de la Coalition Noire. Il se penche vers moi et ricane un peu. Il tend ses doigts vers mon bras, mais n’ose pas toucher, comme fasciné par ce qu’il voit.

« Magnifique. Vous êtes vraiment une femme d’exception, Madame Song.
- Ah oui ? Pourquoi donc ?
- Je ne connais pas beaucoup de personnes qui ont un pacte avec une entité si sombre… Je ne sais pas avec qui vous avez traité, mais cela devait en valoir la peine à ce que je vois…
- Peut-être. Si vous n’en parlez pas aux autres, je veux bien en discuter avec vous.
- Vous pouvez me faire confiance. » dit-il, lugubre.

Personnage très rassurant que voici. J’accepte néanmoins d’en parler avec lui, dans la mesure où il semble en savoir un rayon sur les… Ténèbres et ce qui s’y rattachent.


« Que savez-vous en voyant la marque sur mon bras ?
- Cela me semble être la trace de votre accord… Je ne peux pas dire avec qui vous avez traité, je ressens juste une puissance… Une puissance sombre.
- Que savez-vous des créatures des ténèbres ? Mettons… Les démons par exemple ? »

Je vois que son œil rouge se recalibre dans le noir avant de regarder à nouveau mon bras.

« Les démons sont des créatures vicieuses. Ils sont tous mauvais mais certains le sont plus que d’autres. Ils savent beaucoup de choses et les âmes sont leur péché mignon.
- Est-ce qu’ils respectent les pactes magiques qu’ils passent avec les mortels ?
- Oui… Mais ils prévoient toujours un moyen de détourner la chose à leur avantage… A un moment ou à un autre. ».

Cela ne me rassure pas vraiment. J’espère que Namtar respectera notre marché sans trop abuser de ma personne… Harch semble capter mon léger malaise face à sa réponse et me donne une piste intéressante.

« Si vous n’y trouver plus votre compte… Un pacte peut être brisé. » murmure t-il.

Je n’ai aucune raison de me séparer du lien qui nous unit Namtar et moi… Malgré tout, ce n’est pas une mauvaise chose que de préparer un plan de secours au cas où les évènements échapperaient à mon total contrôle.


« Si vous brisez seule le pacte, vous mourrez… Cependant, si vous êtes aidée par une entité disposant d’une certaine puissance, vous pourriez briser le lien mais votre vie sera toujours en péril.
- Y a t-il des méthodes moins violentes ?
- Oui… Vous pouvez compenser la perte du démon dû à votre retrait. Mais il faut que la créature accepte. C’est plus complexe…
- J’imagine. »

Je préfère éviter de continuer sur ce sujet, au risque de commencer à mettre trop en doute mon partenariat avec le Boucher. Tâchons de rester concentrés.

« Harch, j’aimerais que vous fassiez quelque chose pour moi. » dis-je, tout en descendant mes manches.

« Changez un pacte passé est compliqué Madame Song… Je ne vous y encourage pas… Du tout. » murmure t-il.

« J’aimerais que vous vous rendiez dans les montagnes. L’âme d’une ancienne sorcière réside dans une caverne là-bas. Elle est hostile, donc vous devrez être prudent. Je veux savoir si vous arrivez à communiquer avec elle et si elle pourrait avoir un accord de coopération avec nous.
- Ainsi soit-il…
- N’oubliez pas Harch : vous ne devez pas être vu. Par personne.
- Entendu. »

Je le quitte sur ces mots, le laissant se préparer pour son petit périple dans les montagnes après lui avoir indiqué l’emplacement de la sombre grotte.

En vérité, je ne souhaite pas l’inclure dans mes projets pour l’instant. Je ne l’ai pas prévu, préparé ni même envisagé. Cependant, si l’esprit de cette ancienne sorcière est prêt à négocier des termes « raisonnables », alors peut-être que cela pourrait être utile à un moment ou à un autre.

De plus, cela me permet d’évacuer Harch de la maison pour quelques jours et éviter qu’il soit trop vu par les voisins au cas où il sortirait.

L’après-midi vient vite tandis que chacun s’occupe de sa mission. Pour ma part, je vais profiter de ce moment de répit pour méditer. Je m’isole quelque part dans mes jardins, loin des entraînements d’Yijun et des bruits que peuvent émettre les corbeaux dans leur nid.

J’ai amené mon armure avec moi. Je ne me suis pas beaucoup amusée avec encore. Peut-être que cela changera à l’avenir, une telle arme peut être très utile. Je me concentre sur les liens que j’ai tissés il y a de cela quelques mois entre les morceaux cette cuirasse lourde, et je les tire comme une marionnette.

L’armure s’élève. Concentrée, j’effectue des mouvements basiques avec son arme, quelques déplacements pour contrôler la fluidité de la démarche. Ensuite, j’essaye de faire des attaques et des parades, même si je me concentre beaucoup plus à le maîtriser avec aisance. Cela me demande un certain effort de maintenir une telle machine psychique en route. Il faut encore que je gagne en puissance pour développer mes compétences.

Après une bonne heure à travailler sur mon assemblage de métal, je relâche la pression et décide de me concentrer sur l’environnement qui m’entoure et me ressourcer. Assise, je ferme les yeux et projette mes pouvoirs sur la nature. Je ressens l’herbe, le bois, la terre. Je soulève de petits cailloux et les maintient en suspension autour de mon corps.

Je fais une introspection dans mon esprit. Je cherche à aller au plus profond de moi en quête de mon énergie pour tenter de la réveiller un peu plus encore. Le pouvoir est en chacun de nous, il faut juste connaître les techniques pour réveiller ce qu’il y a de plus fort en nous. Chez certains, c’est la maîtrise de la force et des arts du combat, chez d’autres, comme moi, c’est plus sur la puissance de l’esprit et les flux qui animent toute chose.

Je sens une légère perturbation près de moi. Un petit être a pénétré près du lieu de ma méditation. J’interrompt mon introspection, je regarde au-dessus de moi : un corbeau, probablement un des miens, il vient se poser à côté.


« L’humain Guo a un problème. Il a trouvé des sans-cœurs dans un coin sombre de la forêt.
- Il ne peut pas rentrer ?
- Non, les créatures ont bougé pendant qu’il les observait, il est coincé.
- Il est en danger de mort ?
- Pas encore mais vous devriez peut-être aller voir. 
- Bien. Vient avec moi. »

Le corbeau me suit tandis que je vais prendre des vêtements plus confortables pour le combat. J’espère un jour pouvoir achever ma méditation sans être interrompue. Mais manifestement, ce n’est pas pour aujourd’hui. J’enfile une combinaison en cuir, celle que j’utilisai à la Shinra lors de mes excursions… Violentes, disons.

Une fois ceci fait, je me transforme en corbeau et je vole avec mon informateur vers la position de Li Guo. En espérant qu’il soit encore entier lui et ses limiers. Nous survolons les bois qui tapissent les montagnes, la forte luminosité nous permet de contempler la majesté de la région.

Après une vingtaine de minutes de vol, nous redescendons pour pénétrer entre les branches des arbres. Comme le disait le messager, cette partie du bois est assez sombre. Plus sombre que le reste de la forêt : peut-être un des effets de la présence des ténèbres ? En tout cas, leur présence est impardonnable et il va falloir purifier tout ça.

Li Guo s’est retranché avec ses bêtes dans une petite cavité d’un pan de montagne, tandis qu’une petite troupe de sans-cœurs semble stationner ici. De petits êtres faits de ténèbres, avec des yeux luisants… Ils n’ont pas l’air bien dangereux, ils sont bien frêles. Ils doivent être une dizaine maximum à vu de nez.


« Va dire à Li Guo de se tenir prêt à sortir pour les tuer. Je vais l’aider à anéantir ces êtres infâmes. Aucune de ces choses n'ont de place dans l'Empire. »

L’oiseau s’envole discrètement, contournant les créatures des ténèbres, pour rejoindre mon serviteur dissimulé dans la roche avec ses chiens. Pendant que je réfléchis à comment détruire ces choses.

Je descends de ma branche pour aller me réfugier derrière des buissons. Je vais avoir besoin de renforts.


« Le guerrier victorieux remporte la bataille, puis part en guerre. Le guerrier vaincu part en guerre, puis cherche à remporter la bataille. »

J’entends le murmure du vent tournoyé autour de moi, répétant mes mots comme un écho lointain. Venus de nulle part, cinq guerriers apparaissent simultanément autour de moi. Habillés et armurés à la chinoise, ils portent lances, marteaux de guerre et épées. L’équilibre des forces est revenu. A genou autour de moi, je leur fais signe de se relever. 

Maintenant nous allons jouer.

Je vais lancer une attaque surprise sur les sans-cœurs, mes soldats feront une charge sur les créatures et Li Guo en profitera pour sortir et attaquer les abominations ténébreuses. C’est simple, mais nous pouvons largement nous en sortir je pense.

Je fais signe aux serviteurs d’avancer silencieusement. A travers le buisson, je glisse ma main en direction des sans-cœurs, je vise l’endroit où ils semblent être les plus nombreux. Je me concentre et soudainement, ma main s’embrase et lâche vers mes ennemis une sphère enflammée qui vient s’écraser en plein sur eux pour exploser violemment.

Les plus attentifs auront remarqué que l’attaque vient de mon buisson, par conséquent, je fais signe aux soldats de lancer l’assaut ! Ils s’élancent avec ferveur dans la bataille tandis que j’aperçois un peu plus loin Guo et ses bêtes qui prennent le flanc de nos adversaires.

Ne connaissant pas réellement l’anatomie ou l’essence de ce qui compose les sans-cœurs, je décide d’invoquer mon fouet éthérique pour les fouetter à distance. Ils ne s’attendaient pas à tomber sur une telle personne ici-bas, je parie !

Les abjectes créatures résistent à notre charge et combattent avec férocité. Ces êtres sont véritablement des machines à tuer. Mes soldats, malgré l’effet de surprise, ont quelques difficultés à les repousser. Je lance plusieurs pierres sur les têtes des sans-cœurs – si on peut appeler ça des « têtes »-, tout en continuant de fouetter tout ce qui passe à ma portée.

L’épée de Li Guo transperce sans trembler les aberrations tandis que ses chiens attaquent les jambes ou les bras des créatures des ténèbres. Il se bat avec courage, il n’hésite pas dans ses gestes. La preuve qu’il croit en sa force. Il n’est pas aussi costaud que Francis ou Yijun, mais il fait le travail comme il faut.

Les soldats invoqués sont blessés à de multiples reprises, certains tombent, d’autres continuent malgré tout à se battre. Nous avons l’avantage. Nous le conservons. J’essaye de désorganiser les ennemis en utilisant les jets de pierre pour les diviser et éviter qu’ils n’attaquent de front tous mes alliés restants.

Après une vingtaine de minutes de combat acharné, le dernier sans-cœur meurt. Les deux derniers combattants que j’ai invoqués disparaissent et Li Guo range son épée, exténué. Ce fut intense. Les corps disparaissent et un rayon de soleil vient percer le branchage des arbres pour nous rappeler qu’il fait jour.


« Merci Madame Song. Je ne sais pas comment j’aurai pu sortir d’ici sans vous.
- Aucun souci, Li Guo. La prochaine fois, soit plus prudent et revient me faire un rapport avant de te mettre en danger.
- Oui… Je ferai ça !
- Allez, je te laisse rentrer. Je vais faire mon propre chemin.
- Très bien.
- Soit prudent. »

Je le laisse partir avec ses chiens et le corbeau qui lui est assigné. Quand il n’y a plus personne aux alentours, j’essaye de me concentrer pour ressentir l’environnement, jauger les ténèbres… Sans grands résultats. Soit je ne ressens rien… Soit notre travail est utile. En tout les cas, je doute que quelqu’un se plaigne de la disparition de sans-cœurs.

C’est cependant inquiétant qu’il y ait encore de petites troupes comme celles-ci. Je n’ose imaginer ce qui se serait passer s’ils avaient atteint une route ou un village. Une bonne action de faite si vous voulez mon avis.

Je me change en corbeau et rentre à la maison pour profiter d’un bon thé et jouer un peu avec mon fils.

J’espère que l’expédition de Francis dans les montagnes se passent bien avec Noah et les gardes… Il m’a dit qu’ils allaient camper cette nuit, mais le connaissant, ce ne sera pas de tout repos…
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 22 Oct 2018 - 21:59
Tu voulais vraiment refaire les publicités pour le café ? Tu as des actions ? Un clic égale un euro ?

Donc… !

Alors, j’voulais pas commencer par ça. Sauf que le devoir m’appelle. Un truc m’a perturbé, c’est à l’instant où tu ellipses le combat avec les sans-coeur pour dire « vingt minutes plus tard ». Franchement, j’ai tellement arqué le sourcil que j’ai encore mal à l’arcade. C’est dire !

Les combats qui durent des décennies, comme dans IP Man ou les films je Jackie Chan, c’est une pure connerie. La réalité ? Les duels / combat / affrontement entre deux personnes ou petit groupe ne durent jamais longtemps. Trois minutes, grands maximums. Pourquoi ? Car, bien souvent, le corps est tellement mal foutu qu’une patate est capable de te jeter au sol après un coup. Voilà pourquoi j’ai eu un haussement de sourcil. D’ailleurs, à titre de comparaison, j’imagine que depuis le début de l’affrontement entre Death et Lenore dans « Jeu de Rôle » n’a pas duré plus de deux minutes. Donc, tu as mon ressenti en direct.

Et puis arrêté d’ellipser des trucs tout le temps ! C’est triste.

Sinon, j’ai qu’une autre remarque négative à faire par rapport au sans-coeur. Veux-tu savoir pourquoi j’adore les sans-coeur ? Simple. C’est comme les Pokemons, il y en a des milliers et des évolutions.

Pourquoi j’dis ça ? C’est un peu ma déception du rp. C’est que tu es ultra-vague sur les sans-coeur. Il s’agit de quoi ? D’ombre, des rondouillards, des soldats ? Des samourai-ninja-colomb ?!

Dans ma tête, les sans-coeur ont le luxe de pouvoir ouvrir un champ de possible dingue et la création de boss sans-coeur est capable de donner lieu à des combats géniaux. Comme j’suis égocentrique, j’vais parler du rp que j’ai fait avec Chen pour l’obtention de la Keyblade. Le sans-cœur que j’ai créé ? Une ombre tirée de la muse de la Comédie. Avec ça ? J’avais des dizaines d’idée pour faire le combat et sur les attaques possibles. C’est comme créer, pour le milieu forestier, un sans-coeur sanglier ! Il doit être hilarant à combattre, j’en frémis d’avance.

L’idée que j’veux transmettre, c’est ça. Si tu commences à te frotter avec du sans-coeur, tu as le pouvoir de faire tout et n’importe quoi. Alors ? Saisi ta chance.

Bon, tu risques de dire que mes commentaires sont deux tiers négatifs et le reste positifs ?! C’est presque ça. Navré. Tu veux un p’tit café ? Un remontant ? Un pacte avec un autre démon ?

Pour la partie avec Harch, j’avoue avoir adoré l’ambiance. C’était plus ou moins ce que tu as envie de voir dans ce genre d’état. Le gars qui te ramène un peu à la réalité même si, ce qu’il dit, ça semble tomber sous le sens. On va accuser la fouge ! C’te salope. Mais voilà, le moment était assez intéressant. Mon regret vient aussi du combat, comme d’habitude, j’en veux toujours plus ! Mais ici, ça aurait été une occasion et je sais qu’il y en aura d’autre.

Voilà ! Un café, c’est tout ce que tu auras.


Normal : 21 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS. Deux en Défense pour les vingt minutes et un en Dextérité !

_______________________________
 
messages
membres