Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
249/500  (249/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 20 Sep 2018 - 12:41
Me voilà de retour dans ce monde lugubre.

La sortie des Routes Stellaires me rassure, je n’ai croisé aucun vaisseau sans-cœur sur ma route… Mais la présence de l’étrange soleil noir planant au-dessus de cette cité me maintient dans cette ambiance quelque peu… Inquiétante ?

Dès lors que j’entre dans l’espace de la Cité du Crépuscule, on me contacte pour une identification.


« Je suis l’apprentie de votre maître. Vous pouvez me laisser atterrir sans craintes. »

Les voix se taisent. Puis se réveillent de nouveau pour m’indiquer mon emplacement d’atterrissage. Ils ont dû vérifier auprès de leurs supérieurs hiérarchiques si c’était une blague ou non. Moi-même, je n’apprécie pas de me présenter ainsi… Mais ici, au cœur de la Coalition Noire, mieux vaut paraître dans les petits papiers du maître des lieux.

J’arrive sans encombres. Je mets en place ma cape et je surmonte ma tête d’un capuchon pour dissimuler mon visage. Je tiens à rester discrète. Je prends mon équipement et le papier détenant la localisation du lieu où je dois me rendre.

Une certaine forêt.

Les gardes m’accueillent à la sortie de mon vaisseau. Je descends, je ne montre aucune hésitation ou faiblesse dans ma démarche comme pour prouver que je n’ai rien à me reprocher et que tout est « normal ».

Ils m’interpellent cependant.


« Êtes-vous l’apprentie de... ? »

Je me stoppe un instant. Ils voient à peine mes yeux avec la longue capuche mais mon mouvement montre que je le regarde.

« Du Seigneur de la Coalition Noire, oui. Pourquoi ? » répondis-je avec force et fermeté.

S’il y a bien une chose que je crois comprendre de cette organisation est qu’ils adorent la force. Donc, il va falloir probablement que je montre un peu de « persuasion » pour qu’on me laisse tranquille ici. Ils ont déjà eu confirmation de leur supérieur probablement, qu’est-ce qu’ils veulent vérifier ces bougres ?


« Pourriez-vous nous prouver que vous êtes bien l’apprentie ? » demande t-il d’un air que je n’apprécie pas beaucoup.

Je tourne la tête vers son collègue et je lève légèrement la main vers le petit effronté. En me concentrant un instant, je le soulève légèrement au-dessus du sol. Son plastron lui remonte sur la gorge, ce qui bloque sa respiration. Surpris ce dernier essaye de compenser la montée en tirant sur son armure.


« Est-ce que ceci sera suffisant ou je dois aller plus loin avec vous deux ? J’ai une autorisation pour circuler sur ce monde, à ce que je sache vous n’avez pas l’autorisation de me faire perdre mon temps. Fouillez le vaisseau si vous n’avez rien d’autre à faire, je n’ai rien à cacher à de petits êtres comme vous. Je me sens d'humeur clémente aujourd'hui, vous êtes chanceux. » dis-je, tout en relâchant mon emprise.

Il retombe sur ses deux pattes, encore étonné de mon petit tour de télékinésie.

Je n’attends pas qu’ils continuent de me freiner dans ma recherche et je reprends mon chemin. Je quitte l’astroport et je me dirige vers l’orée de la forêt. Cela me laisse l’occasion de revoir la Cité… Qui porte bien son nom entre nous. Il ne semble plus y avoir de joie ici, et la vie… Est ce qu’elle est dirons-nous. A chaque coin de rue, dans chaque artère, il y a des gardes en patrouille. Je n’imagine même le nombre de soldats qu’il doit y avoir la nuit ici.

Alors que je profite un peu de ma visite pour observer un peu plus librement la vie quotidienne des habitants, il se trouve qu’il y en a un qui va avoir des problèmes…

Une patrouille de six gardes noires marche à un rythme soutenu dans la rue. Ils arrivent devant une petite maison qui ne paie pas de mine. Sans attendre une quelconque réponse, ils défoncent la porte et rentrent avec fracas dans l’habitation. On entend quelques cris, certains de surprise, d’autres de douleur.

Après que le silence soit revenu, la patrouille ressort avec deux hommes avec les fers. Habillés pauvrement, ils sont escortés vers une destination que j’imagine être le Manoir… Ou la prison ? Quelque part, je ne sais pas laquelle des destinations est la meilleure.

Poussée par la curiosité, j’entre dans la maison laissée ainsi. Une tornade semble être passée ici. Les meubles sont cassés ou complètement ébranlés comme pour mener une fouille rapide et méthodique de l’endroit. Même certaines lattes du plancher ont été soulevées pour vérifier ce qu’il y avait en-dessous.

Un homme gît sur le sol, un civil semble t-il. Il est mort rapidement, certainement pris par surprise par l’arrivée des gardes noirs. Une triste fin. La vie n’est vraiment pas facile ici sous le joug de la Coalition Noire. Etaient-ce des rebelles, ou s’agissait-il d’une autre affaire ?

J’ai beau être l’apprentie de Namtar, j’avoue avoir une certaine compassion pour ces gens. Comment ne pas s’insurger, dans un monde où même le soleil adopte les couleurs de la faction du Boucher ?

Enfin, je ne suis pas venue pour faire de la politique moi. Je quitte la maison discrètement pour partir dans le ruelle la plus proche, là je sors de ma cape une lettre. Je la relis avec attention, me concentrant sur chaque phrase, chaque mot, chaque détail.

Et subitement, je me sens stupide.


« Mais quelle idiote je fais ! »

Je me transforme en corbeau et repart à toute allure vers l’astroport pour retrouver mon vaisseau. Je n’ai fait que perdre mon temps, je viens de réaliser que ce n’était pas la Cité du Crépuscule où je devais me rendre ! Je me suis trompée de monde bon sang !

Le message spécifie « à quelques pas du QG de la Coalition Noire », c’est ce qui m’a leurré… J’en ai ignoré le détail le plus important : le château d’Ariez. Les détails ne correspondent pas à la Cité du Crépuscule, mais au Château de la Bête, un autre monde coalisé !

Je reprends ma forme devant mon vaisseau, gardé par les deux imbéciles de tout à l’heure.


« Merci de me l’avoir gardé, je repars. Ecartez-vous de mon chemin ! »

Avec une certaine coordination – ils s’entraînent pour faire des mouvements synchronisés à la Garde Noire ?-, ils se détournent et me laissent entrer sans ajouter ne serait-ce qu’un seul mot. Parfait.

Je fais rugir les moteurs et je repars en vitesse en direction de ma vraie destination.

Morale de l’histoire : Bien lire les documents que l’on reçoit ou trouve, cela peut nous faire gagner du temps.
Barbare au rhum

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
156/400  (156/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 20 Sep 2018 - 23:34
Spoiler:





"Two there should be; no more, no less. One to embody power, the other to crave it."

- Darth Huayan, probablement

Je ne pouvais pas résister ! 😉

Mais on est ici pour parler du Rp. Et quel rp !
Que dire… Bah... Je me suis retrouvé dans Star Wars !
Et c’était cool !!
… Comment ça, ça se voit que j’essaie de gagner du temps ?

En vrai, j’ai du mal à trouver des remarques à faire.
A la limite, je peux dire que j’étais surpris que les gardes noirs soient si formels. Leur formulation était un peu guindée, et sans vouloir en faire des wesh auvergnats, ça m’a fait me questionner.
Avec Xupeng, c’était plus logique vu qu’il est ton serviteur, et dans un contexte un peu traditionnel. Là, c’est des gens qui, sans t’attaquer, étaient quand même sur leur garde, et avec un avantage sur toi : Qu’ils soient polis, soit, surtout vu leurs informations, mais là j’ai trouvé la syntaxe un peu étrange, notamment pour « Pourriez-vous nous prouver que vous êtes bien l’apprentie ? ».

A part ça… Y’aurai peut-être eu moyen de développer encore plus l’ambiance angoissante de la Cité du Crépuscule ?

Pour le reste, j’en sais pas assez sur le fonctionnement de la Coalition Noire pour savoir comment leurs vérifications marchent, et je suppose que tu t’es arrangé avec Death pour qu’il te reconnaisse suite à Quelques Ossements ? Auquel cas j’ai rien à ajouter, si ce n’est que c’est vachement sympa de sa part vue que vous venez de finir votre partie d’échec.


Et sinon… Bah, sinon, c’est Huayan qui passe du côté obscur (de l’astre solaire) !
Et c’est un beau mélange.

Le début, avec les capes et l’étranglement, est assez magique pour la référence. Et la suite est pas en reste : Même si la présentation du monde est succincte, elle donne une image assez vivace…

Et la chute est belle ! On ne parle pas assez des erreurs de nos perso. Enfin, si, y’a eu le fait d’aller au Bal… Ahem.

Enfin bref, hâte de voir où cette fameuse missive va te mener !

Facile : 10 point d’expérience + 103 munnies + 2 PS en symbiose
Oh, et, tu trouves un rapport sur le cadavre du civil. A toi d’en faire bon usage ;)
messages
membres