Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
199/500  (199/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 19 Sep 2018 - 14:33
Une belle journée ensoleillée suivant une nuit bien agitée.

Les traces des combats ont été effacés au petit matin par les serviteurs, les gardes sont venus récupérer les corps et poser des questions d’usage. Une fois les formalités faites, ils sont partis, non sans nous avertir de faire attention suite à cette attaque. De leur côté, ils allaient enquêter. Francis n’a rien trouvé d’identifiable sur eux, il sera difficile de déterminer la cause de cet assaut nocturne.

Je m’accorde une journée de répit avant de réfléchir à tout cela et avec l’aide de Xupeng, je me promène dans mes jardins tandis que Francis se charge d’entraîner le petit Noah. Loin du bruit de l’entraînement, je me laisse le plaisir de me vider l’esprit, en regardant les fleurs.


« Tu les as bien entretenus, malgré l’automne qui approche elles sont encore resplendissantes.
- Merci, j’ai fait de mon mieux. » répond-il avec humilité.

Nous avançons encore. Je m’arrête un instant pour contempler mes lilas de Chine, rose pâle. De loin, l’on dirait de petits nuages douillets que l’on peut toucher de la main et de près, de magnifiques petites choses. Le lilas est une fleur qui symbolise le bonheur dans le domicile, je devrais donc voir cela comme un bon présage pour mon couple. C’est également un signe de nostalgie, de premier amour d’adolescent, d’innocence et de souvenir. Même si je voulais détester cette fleur, je ne pourrai pas. Car à elle seule, elle peut raconter mon histoire.

Je m’éloigne d’elles, avec un léger sourire. Je remarque une zone de terre retournée mais sans aucune plante. Je me tourne vers Xupeng.


« Tu as prévu de planter quelles fleurs ici ?
- Nous en savons pas encore, nous y réfléchissons.
- Peut-être des spirées ? Ce sont des plantes qui se sèment en novembre, elles seront bien à cet emplacement.
- Ce sera fait, ma Dame. »

Nous continuons notre petit tour. Nous marchons lentement, nous prenons le temps. De nouveaux gardes nous observent de loin, aux abords de la maison et d’autres longeant les murs. Ce n’est pas ça qui arrêtera une nouvelle attaque mais au moins la sécurité est augmentée.

« Oh, regardez Xupeng ! Le jasmin est encore fleuri ! C’est incroyable. »

Telle une petite fille, je m’approche de l’arbuste pour contempler de plus près ses petites fleurs jaunes si élégantes. Xupeng a vraiment un don pour bien entretenir une maison et son jardin. Si ma mémoire est bonne, elles désignent l’amour, la beauté et la sensualité. Je m’en rappelle, mes parents en avaient beaucoup utilisé lors de mon mariage, c’était un symbole de pureté à cette occasion. Et elles étaient blanches, pas jaunes celles-ci.

Un heureux moment.

Nous marquons une petite pause, nous nous asseyons sur un banc, le temps pour moi de reprendre des forces dans mes jambes. J’ai pu me déplacer à la Costa pour poser ma démission, cependant selon les jours, l’énergie est variable. Un bon petit thé devrait me requinquer.

« Xupeng, rapporte-moi du thé s’il te plaît. Je t’attends ici.
- Tout de suite ! Attendez-moi ici, ma Dame. »

Il s’éloigne en faisant de petits pas très rapidement. La tête baissée comme le ferait le plus loyal des eunuques de la Cour. C’est une chance qu’il soit recruté par ma famille et non une autre, nous avons vraiment de la chance de l’avoir eu avec nous depuis presque… Toujours pour ma part.

J’ai reçu une lettre de mon frère, il est en route pour venir me voir. Il a réussi à obtenir une permission pour me rendre visite et voir son neveu. Je suis contente, cela fait un moment que je ne l’ai pas vu. Gao est un homme depuis longtemps, je soupçonne qu’il sera bientôt marié. Il faudra que j’en parle à Maman. Je ne veux pas que mon frère épouse n’importe quelle fille, c’est certain !

Une légère brise attire mon attention vers les arbres de ma propriété. Le son des feuilles qui chantent grâce aux vents de l’est qui remontent le long de nos vallées et montagnes pour arriver jusqu’ici, m’apaisent et pour une raison que j’ignore me rappelle un temps ancien où j’étais une enfant et que je courrai dans les vastes plaines avec Gao. Nos parents loin derrière avec la charrette.

Ah ! Cette époque me manque.


« Voici votre thé ma Dame ! » m’annonce Xupeng.

J’étais perdue dans mes pensées, je l’ai pas vu revenir. J’accepte le thé et en boit une gorgée. Hum, il est bon. Un peu chaud mais bon.


« Tu peux t’asseoir Xupeng, nous ne sommes que tous les deux. » dis-je, lui souriant gentiment.

Il s’assoit avec plaisir, mine de rien il n’a plus vingt ans comme moi.


« Noah arrive t-il à lire notre langue Xupeng ?
- Pas complètement, mais les progrès sont notables. Il peut déjà en déchiffrer de nombreux. D’ici quelques mois, il connaîtra les plus courants.
- Très bien. C’est important qu’il ait une bonne éducation.
- Je m’en assurerai.
- Non Xupeng. J’ai d’autres tâches pour toi. Tu vas trouver un précepteur de bonne réputation en ville et tu l’engageras pour Noah. Tu as accompli le plus dur.
- Comme vous le désirez… Puis-je vous demander de quelles tâches il s’agit ?
- Pas encore, Xupeng. Ne soyons pas pressés… Aujourd’hui est une belle journée. Profitons-en.
- Vous avez raison, oui ! »

De petits oiseaux nous survolent avant de se poser dans le petit étang en face de nous. Ils doivent chercher des insectes pour se nourrir. Nous les regardons, en silence. Nous sommes les spectateurs de cette chasse. Les rayons du soleil dépassent l’ombre des arbres pour venir nous réconforter avec leur chaleur. Je finis de boire mon petit thé sans précipitations.

L’espace d’une journée, on a l’impression d’être hors du temps. Cela fait du bien.


« Xupeng ?
- Oui ?
- Peux-tu aller surveiller mon fils pour moi ? Je vais rester ici méditer un peu.
- Très bien, bonne méditation ma Dame ! » dit-il avant de s’éloigner avec un petit sourire.

Il a toujours aimé s’occuper des enfants. Déjà lorsque nous étions jeunes avec mon frère, il était toujours à nos côtés, à nous instruire et parfois à jouer avec nous. Je me rappelle qu’il nous faisait des grimaces ou des tours de passe-passe pour nous émerveiller. Ah ! Il était marrant. Il l’est toujours, mais les petits jeux n’ont plus trop d’effet sur moi malheureusement. Je ne suis plus vraiment enfant, désormais.

Je m’installe sur un rocher et je me mets en tailleur. Je ferme les yeux et je déploie mes sens autour de moi. Je cherche à ressentir la terre, le vent et mon corps. Une introspection pour stimuler mon énergie intérieure.

J’adore les jardins.
Barbare au rhum

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
137/400  (137/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 20 Sep 2018 - 22:51
Yo !

Oui, c’est moi qui viens noter. Alors que ton rp est presque une réponse à la dernière notation de Chen… Mais que veux-tu, notre brave panda a parfois besoin d’un peu de calme lui aussi Razz


Et, pour pas changer, je vais repomper son modus operandi, et commencer par quelques remarques.  

Alors, je note quelques phrases pas forcément faciles, genre, « Je m’accorde une journée de répit avant de réfléchir à tout cela et avec l’aide de Xupeng, je me promène dans mes jardins tandis que Francis se charge d’entraîner le petit Noah. » Là, un point aurait peut-être fluidifié la lecture, quoiqu, je te rassure, dans l’ensemble ça reste minime.

Sinon, mon regret principal est qu’on ne voit pas un peu plus de Xupeng. Contrairement à Francis et beaucoup de tes pnj, il donne une impression lisse, sans à-coup aucun. Je suppose que c’est ton but de le représenter comme le parfait serviteur… Et en même temps, je trouve ça un poil dommage, et je me demande s’il n’y aurait pas une autre façon de renvoyer cette image de serviteur dévoué. En développant des défauts par exemples. D’autant que, là, il s’agit quand même de l’eunuque qui a élevé Huayan !

Or, les souvenirs que tu présentes sont très « pastel », sans détails, très retranché par rapport à lui. Encore une fois, je pense que c’est voulu. Huayan est une femme noble, elle ne s’épanche pas sur son enfance ni sur sa relation avec Xupeng… Et pourtant. C’est une relation qui peut être fascinante : C’est son confident, d’une certaine façon, et Huayan dans ce texte est justement dans une phase de nostalgie, de retour à l’enfance… Bref, y’aurait ptet eut moyen de développer là-dessus !


Tu me diras, tu le fais, en partie. On voit qu’ils sont proche, que Huayan se soucie de la santé de son eunuque, qu’elle se souviens de ce qu’il a fait pour elle…

Et justement, j’ai trouvé ça touchant de développer Huayan « à découvert » : En privé, avec quelqu’un en qui elle a confiance, qui baisse sa garde et apprécie la simplicité (relative, ça a l’air hyper chiadé) de son jardin. C’est mélancolique, parce qu’on pressent qu’elle regrette un peu cette enfance, et que pourtant elle l’écourte avec ses soucis d’adulte : Elle songe à marier son frère, à éduquer son enfant… Même si elle a encore un instant où elle agit « telle une petite fille ».  

Evidemment, tu ne pouvais pas la faire régresser en gamine comme ça. Du coup, j’aime beaucoup la madeleine de Proust que tu as choisi dans les fleurs. C’est peut-être moins direct, émotionnellement, mais ça retrace son parcours, et surtout ça l’humanise beaucoup. Y’a quelque chose d’enfantin dans la façon que tu les décris… J’en aurai aimé plus, je t’avoue ! Après voilà, j’aime les descriptions, tu le sais.


Dans l’ensemble c’était très doux, ce rp, malgré le rappel constant des armes et des épreuves qu’elle a traversé. Et, doux, dans l’patois des jeunes, ça veut dire bien ! Enfin, d’après ma sœur. Ça a ptet changé depuis…

Très Facile : 6 points d’expérience + 50 munnies + 1 PS en Symbiose !
messages
membres