Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Le marché aux fleurs Left_bar_bleue116/500Le marché aux fleurs Empty_bar_bleue  (116/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 17 Sep 2018 - 23:18

[MINI-SERIE]

L’hôtel où séjournaient Ian et Alice se trouvait dans un quartier animé de la ville. Là, juste sous leurs fenêtres, passaient mille visages d’ailleurs comme d’ici. Mais l’aspirant ne prit pas le temps d’apprécier la danse folle de cet après-midi. Il se tenait là, devant la porte de sa chambre. Son estomac restait noué d’une crainte. Une crainte qu’il tâchait d’attribuer au fait qu’il avait du mal à faire confiance aux autres. Sa mère l’avait laissé, son père lui avait menti maintes fois sur leur situation, on avait refusé d’aider sa famille lorsqu’elle avait été dans le besoin, les gens de son patelin étaient des faux-culs et ce à quoi il devait sa place au Sanctum… tout ça était fondé sur un mensonge. Un écran de fumée. Alors ce n’était pas nouveau. Ce n’était pas même la faute du prêtre qui lui avait offert sa place dans les ordres. Mais Ian avait du mal à ne pas douter des autres. Ca faisait partie de ce qu’il combattait. Ca, et le fait de réagir en s’emportant : quand il repensait avoir empoisonné les trois malheureux choux d’une vieille… le jeune homme soupira. C’était il y a deux ans mais… il espérait avoir grandi.

Il tourna la poignée, et poussa la porte.

« — ‘Soir Alice ! Alors, ta journée ?
- Ca a été… et toi ? 
- Ca a été. »

Ian observa Alice. La robe en il-ne-savait-quoi rouge et blanche qu’elle avait achetée et qui lui tombait jusque sous les genoux, ses pieds nus qui allaient sur le carrelage... son gros sac resté sous le lit. L’aspirant se laissa tomber sur son matelas. Il attendait, le dos un peu vouté, ses coudes posés sur ses genoux. Son amie s’affairait dans leur salle de bain — à quoi il ne le savait pas. Lorsqu’il l’entendit revenir vers lui, il se redressa. Il ne fallait pas qu’il fasse de mauvaises présomptions après tout. « Je pensais qu’on pourrait repartir dans trois heures à peu près ? Ca t’irais ? »

Ah. Pourquoi elle laissait s’installer ce petit flottement ?

« — Ian… dis Ian j'peux te parler un peu ?
- Bien sûr tu peux. Qu’est-ce que t’as ? »

Elle s’assit sur le lit en face de lui.
« — Je crois qu’j’veux rester, dit-elle d'une petite voix.
- Pourquoi ? »
Merde. Il était pas censé demander ça de façon si abrupte.

« — Ca fait longtemps que j’y réfléchis. Y’a… pas grand-chose pour moi encore au Domaine. Je veux pas r'tourner à Mornevie et à la Citadelle j’ai l’impression que j’ferai rien… rien d’ma vie tu vois ? J’ai aidé un peu M’dame Mons. Puis j’ai essayé de travailler aussi. Mais… j’me dis, tu vois… si j’apprends la magie je pourrai faire des choses bien.
- Donc tu veux rejoindre le Consulat.
- C’est pas… c’est pas vraiment ça. J’veux aller à l’Académie, ça veut pas dire que j’rentrerai pas après.
- T’es au courant qu’on part en guerre ?! »
Merde. Il était pas censé hausser le ton. Alice détourna le regard.

« — … oui, souffla-t-elle. Ian se sentait perdre pied. Qu’est-ce qu’il était en train de lui faire ?
- J’suis désolé Alice. J’reviens… j’voulais pas m’énerver. »
Merde ! Il était pas censé s’en aller comme ça. Attend ! Arrête de te lever ! Mais qu’est-ce que tu fous à aller vers cette porte ? Oh, Ian ? Ian !
Dis Ian, tu sais comment ça va finir ? Dis Ian, tu le sais ? Ian. Tu es en train de perdre une amie.
Il claqua la porte derrière lui.

Mais pourquoi avait-il réagi comme ça ? Il se sentait stupide. Alice. Alice Arsenault. Evidemment, elle ne voulait pas rester au Domaine. Qu’est-ce qu’elle y avait après tout ? Un père difficile ? C’était bien un euphémisme ça. Une vie de misère ? La peur de pas maîtriser son Feu ? Parce que tu l’as déjà vue avoir un souci avec sa magie, en personne ? Mais qui était-il pour se poser cette question ? Pour en douter ? Ian marchait sans vraiment regarder devant lui. Il aurait tellement voulu ne pas s’être demandé pourquoi elle avait pris un bagage si imposant. Pourquoi elle avait… Elle est en train de te trahir.

L’aspirant s’arrête pour reprendre son souffle. Que faire ? Que dire ? Ce n’est pas comme s’il a le droit de l’encourager, si ? Ian… Ian tu sais comment ça va se finir ? Dis Ian, tu le sais ? Dans le sang et les larmes, sur un monde en ruines. Mais, pourquoi tu vas t’imaginer ça, tout de suite ? Pourquoi tu penses au drame ? Gars, t’es vraiment, vraiment déprimant aujourd’hui. Comment peut-il réagir, hein ? Comment a-t-il le droit de réagir ? Est-ce qu’il en fait trop ? Non, il n’en fait pas trop. Elle vient du même endroit que lui, elle est son amie. Pourquoi doit-elle choisir d’aller à l’Académie maintenant ? Il revoit les entraînements des templiers et des paladins.

L’odeur des fleurs.

Le jeune homme relève la tête. Le soleil descend tranquillement sur le Jardin Radieux, et la place sur laquelle il arrive se laisse étreindre par cette ambiance de fin de journée d’Eté. Le Jardin Radieux.
Ses rues lumineuses, ses passants.

Son marché aux fleurs.

Ian se laisse choir sur un banc, pensif. L’eau de la fontaine transportée par une douce brise lui apporte un peu de fraîcheur.
Un beau monde, se dit-il.

Elle le pense aussi. Elle choisit l’ennemi plutôt que votre monde. Alors Ian, quoi maintenant ? Eh bien maintenant, il réfléchit. Alice. Quand elle avait débarqué devant sa porte à la Citadelle, il n’avait pas trop compris. Après tout, ils n’étaient pas amis à cette époque. Ils avaient erré dans le château afin de laisser un message au Sire Valeri. Et puis à partir de là ils s’étaient vus, parfois. Puis plus souvent. Il l’avait laissé voir son côté taquin et mauvais perdant. Celui qu’il n’aimait pas montrer à son instructeur. Celui qu’il avait clairement affiché au retour parmi les vivants de M’sieur Agon… Tu es con. Mais qu’est-ce que tu es con !

Sans un mot l’aspirant se relève, et avance vers les étals. Il erre. Il entend le bruit d’un rire, et la voix amère d’une vieille dame en plein marchandage. Sans qu’il sache trop pourquoi, il se sent calme là d’un coup.
Et il trouve ce qu’il cherche.
 

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
Le marché aux fleurs Left_bar_bleue116/500Le marché aux fleurs Empty_bar_bleue  (116/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 17 Sep 2018 - 23:28

Mais qu’as-tu fait Alice ?! Qu’est-ce qui t’a pris de lui dire ? Evidemment il n’allait pas bien le prendre ! Ian, on parle de Ian ! Il est… il va être prêtre pour le Sanctum et toi tu lui dis que tu songes à rester à l’Académie du Consulat alors comment as-tu pu penser que ça n’allait pas lui rester en travers de la gorge ?!

Alice se laisse glisser le long du mur avec un sanglot. C’en est bien trop pour elle. C’est pas comme si c’est facile. Enfin... enfin elle s’est décidée. Enfin elle se dit qu’elle fait un pas en avant. Depuis deux années… depuis deux années elle y réfléchit. Depuis deux années elle se dit qu’elle ne peut pas, qu’elle ne doit pas. C’est de ta faute. C’est de ta faute Ian. C’est toi qui avance, c’est toi qui trace ta route et moi qui regarde. Je me sens… tellement nulle. Tellement inutile. Quelle hideuse personne est-elle pour lui renvoyer la balle ? De sa faute ? A lui ? De ta faute à toi oui. Si tu avais un peu plus de volonté tu te serais bougée avant. Merde… ça ne devait pas se passer comme ça.

Elle entend la porte s’ouvrir doucement. La tête enfoncée dans ses bras, elle n’ose pas la relever.
Une main amie se pose sur la sienne.
« Alice… ça va ? »

« Je suis désolé… »

L’odeur des fleurs.
Elle l’entend basculer au sol. Assis devant elle.

« Tu as raison. C’est une bonne idée d’étudier à l’Académie. »

Quoi ?

« T'y apprendras à manipuler la magie, et tu pourras revenir après. »

Pardon ?

« Ou pas ! Je… t’es pas forcée à quoi que ce soit. »

J’suis en train de rêver ?

« Y’a beaucoup de monde ici qui croit en Etro. Tu pourras trouver tout le soutien dont t’auras besoin du côté du Sanctum. Alice… » Elle sent sa main remonter sur son épaule. « S’il te plaît relève la tête… je suis désolé. » La jeune fille expire lentement. « C’est moi… j’aurais dû t’en parler avant qu’on parte… J’ai pas osé. 
- Je comprends. 
- Tu étais hors de toi. 
- J’ai… j’ai mal réagi. Pardon. 
- Arrête de t’excuser. 
- Relève la tête s’il te plaît. »
Alice sort sa petite mine de sa cachette, observant son interlocuteur. Ian se tient là, en tailleur devant elle. Un moment. Il passe la main sur sa nuque. « Eh bah… j’me sens con maint’nant j’ai pas pensé à la suite. » L’aspirant passe la main dans son dos. « Tiens. J’imagine que… enfin c’est pour me faire pardonner.
- Je t’ai dit d’arrêter de t’excuser. Et… » … c’est quoi ça ? Ce sont…
Des fleurs. Il lui a acheté des fleurs. Un bouquet de roses blanches aux nervures magenta. Elle rappèlent à Alice celles que faisait pousser Madame Givry à Mornevie quand elle pouvait encore tenir son commerce. « Merci. » répond-t-elle simplement. C’est gentil. Elles sont vraiment belles. « Ca me touche. 
- Oui bah… j’ai été nul.
- Dis pas ça…
- Essaie de m’donner des nouvelles, au moins ?
- Bah, évidemment. A M’sieur Agon et à Madame Mons aussi.
- Et puis…
- Quoi ?
- Non, rien. Juste. J’sais pas c’qui t’a décidée mais… j’crois en toi. Tu vas les éblouir.
- Leur cramer leurs uniformes oui…
- Tant que ça te permets de passer en tête dans les classes ! » Ah, il sourit. C’est mieux. Même elle ne peut retenir un petit rictus amusé.
« Dis Ian… qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis ?
- C’pas ça… c’était bête d’ma part dès le départ. Mais j’ai entendu aujourd’hui une histoire un peu triste. Ca m’a fait réfléchir.
- Je peux savoir ?
- C’est compliqué. Je m’suis demandé si ça valait le coup de te perdre à cause de ça. Et non. Puis j’ai réfléchi. J’me suis dit que t’avais réfléchi longtemps. J’ai essayé de m’mettre à ta place. Et je crois j’ai un peu compris. »

Alice l’écoute, là, un peu penaude ; la figure embarrassée de son camarade se trouble. Dis Ian, tu sais que t’es pas possible ? « Dis… tu veux bien te mettre à côté de moi ? » hésite-t-elle. Demain, elle sera toute seule. Elle sait que c’est la bonne décision. Ou du moins, elle s’en persuade. Mais… et si ça ne se passe pas comme prévu ? T’auras l’air fine ? Tu crois vraiment tenir ici ? Au Jardin Radieux ? T’y connais rien. Tu vas juste avoir l’air d’une pauv’fille. « Si tu veux. » Ian glisse à ses côtés. Sa présence seule a quelque chose de rassurant, là, dans cette chambre où pénètre le crépuscule. « Tu rentres ce soir du coup ?
- Demain. »
Alice ferme les yeux. Lui parvient une odeur.

L’odeur des fleurs. La mémoire d’un beau jour d’été. De son soleil bienveillant.
Le Jardin Radieux.

Ses rues lumineuses, ses passants.
Son marché aux fleurs.

Un ange gardien veille sur elle.
« Merci Ian. »
Le Drapeau Blanc

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Général
XP:
Le marché aux fleurs Left_bar_bleue225/550Le marché aux fleurs Empty_bar_bleue  (225/550)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 8 Jan 2019 - 3:46
Mini-série accomplie.

Ce commentaire risque d'être assez court parce qu'il rejoint assez celui des autres rps de cette série. C'est un très chouette rp, je le trouve très mignon.

Je trouve pas mal que tu aies incarné Alice pour aborder son point de vue de la dispute. C'est pas mal, mais c'est vrai que de manière générale, personnellement, je préfère quand le narrateur est sur un personnage et pas sur les deux. Ca oblige l'auteur à redoubler d'efforts pour décrire l'attitude et le comportement des autres personnages, pour qu'on comprenne leurs sentiments sans qu'on nous les dise. Après ici, c'est moins gênant dans la mesure où le format de la mini-série repose sur le fait qu'on déplace le narrateur. Enfin bon, je suis pas totalement convaincu mais ça passe bien.

Une critique que je ferai à cet rp, c'est que... je trouve qu'il s'enchasse bizarrement avec le précédent. On termine "Rhys Dalmart" avec une pensée "le plus dur est encore à faire en cette journée", et on se retrouve ici avec Ian qui a l'air de plus ou moins rien faire. Et... la conversation vient, mais c'est rien qu'il aurait pu prédire. En fait, la journée a l'air finie.

Du coup, moi ça m'a plus ou moins fait relire le précédent rp une nouvelle fois et j'ai pas pu vraiment expliquer tout ça.

Sinon, une critique plus compréhensible, peut-être : La dispute se fait assez bizarrement.

Elle lui dit qu'elle veut rejoindre l'Académie, mais pas forcément le Consulat. Et il répond : "Tu es au courant qu'on part en guerre ?" même de manière abrupte. Et elle le prend mal et se barre et lui il est là en mode "Oh j'aurais pas du dire ça", comme s'il l'avait traité de traîtresse ou quoi mais...

Mais je comprends même pas pourquoi elle prend mal la question. C'est une question purée de logique : Je suis du Sanctum, tu vas potentiellement entrer dans le Consulat (ou en tout cas faire partie de leur institution), et mon groupe veut buter le tien. Tu crois pas que ça craint ?

Personne ne voudrait avoir un ami dans le camp opposé, donc je comprends totalement qu'il lui pose la question. Et pourquoi elle le prend mal ?

En fait une partie de moi a trouvé ça intéressant. Parce que si Ian s'inquiète du fait qu'elle entre à l'académie, c'est que lui-même se dit, peut-être, que même une civile sous l'institution du Consulat n'est pas en sûreté, si le Sanctum attaque.

Et c'est normal qu'il s'énerve, pour les mêmes raisons, c'est pas une discussion simple. Mais s'il lui avait dit "Tu deviendras l'ennemie", là j'aurais compris qu'elle le prenne mal. Là, c'est même pas ce qu'il lui dit. Enfin bon, je me doute que tu ne seras pas d'accord mais moi je me suis dit ça ^^.

Après, j'ai compris que Ian est pas mal dans le délire "Les consuls sont des traîtres" puisque c'est ce qu'on lui a dit. Donc qu'il soit impulsif quand elle parle de consuls, je comprends.

Bon sinon, j'ai trouvé la fin du rp vraiment jolie.

Voilà ! Très facile : 5 xp, 50 munnies et 1 PS en vitesse.

_______________________________
Le marché aux fleurs Signatureprimus
messages
membres