Le Chien noir

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
124/200  (124/200)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 10 Sep 2018 - 16:14
« Où sont tes armes… ? » L'officier Cranston paraissait d'abords suspicieux et incrédule… puis brusqué, vexé face à l'impassible Jack Inèrsse. « Tu les caches hein ?! Sale rat ! »

Le Chien Noir ne portait qu'un pantalon noir plutôt moulant mais flexible, torse nue. Dans un duel à mort comme on les pratique à la Coalition Noire, touts les coups sont permis entre les deux belligérants. La ruse comme le vice sont des vertus, par ici. Alors oui, l'exécutant aurait tout à fait le droit de venir avec tout un arsenal soigneusement dissimulé dans d'amples vêtements. Pourtant, ici, sa tenue ne lui permettait pas de cacher la moindre arme, au point d'en être pieds nus. Parce que son but était d'envoyer un message… clair et net… celui qu'on ne peut pas jouer impunément avec lui. Pas sans en payer le prix. Cette victoire, ce meurtre, n'était pas pour la promotion mais pour avoir un peu de paix dans ce groupe qui aime tant guerroyer. Jack ne doutait pas que quelques gardes l'avaient vu pousser l'officier jusque dans la gueule d'un t-rex pour ensuite l'en sauver ; il aurait déjà pu l'assassiner en comptant sur le "pas vu pas pris". Et au fond, peu importe qu'il y ait eu des témoins à ce moment-là ou pas, la méfiance… la paranoïa de cet exécutant avait vite fait le tour ou le fera vite ! Nul n'aura par surprise cet homme qui s'épuisait chaque jour à ne pas en laisser une seule. Les furtifs et les traites ne l'ont jamais inquiéter.
Son seul but ici… était de démontrer toute l'impitoyable rage féroce et furieuse dont il pouvait être capable. Ca a toujours été l'art des subtils que de ne pas le montrer… et la subtilité des bourrins que de s'étaler. Pourquoi choisir ?

« Des armes… » Sûr de son coup, Jack adopta une posture de combat. Ses jambes se fléchirent, ses appuis ancrés sur le sol, ses bras ballants comme inertes pourtant prêts à frapper fort et souple. Ses cheveux charbons, un peu plus long qu'à l'accoutumé, retombaient en mèches sur ses yeux grands ouverts ; les prunelles écarquillés et sanguines, injectés d'hémoglobines. Tout son stress… celui qu'il accumulait depuis des années… ces légions de mauvais sentiments refoulés… sa frustration… au-delà des intérêts bien réfléchis… Jack se trouvait dans une situation où il pouvait se lâcher. Le trac du début disparu, le laissant seul avec Cranston dans son esprit… les nerfs prirent le relais, effaçant jusqu'aux regards du public qui jusqu'ici le pétrifiait. Malgré sa douloureuse joie, cette sinistre haine qui pouvait enfin être relâché, Jack ne souriait pas… tout en tension, ses yeux laissant échapper toute la pression de son être. Il était faible jusqu'ici mais désormais… il serait fort… ou préfèrerait la mort. « …pourquoi faire… ? »

Cranston n'a pas levé son arme ; dégaine un pistolet dissimulé dans sa veste et tire ! Le coup de feu provoque le sursaut de la foule ainsi qu'un début de mouvement de foule… Jack n'eut pas bougé. Pas tout à fait assez réactif pour esquiver une balle. Pour une raison ou une autre, qui importe finalement, l'officier avait complètement raté son tir. La balle s'enfonça dans les gradins, provoquant la fuite de la plupart dans les cris et les pleurs ; surtout ceux qui pensaient être prêt pour des sensations fortes. Ne restait alors que des gardes noirs, frappant à coup de baton de struggle dans la foule pour… au choix, l'immobiliser, la dispersée ou la faire fuir. Très vite, la panique se répandit dans la masse de gens devenus fuyants ou violents, l'allure d'un vrai stade de blitzball assaillis par des hooligans.

Face à ça, Jack inspira brusquement une grande quantité d'air, tordant son dos en arrière pour souffler un épais nuage de poussière sur son adversaire… et partir en courant, zigzagant, face à un adversaire qui a tiré dans touts les sens en espérant le toucher. Déjà là, sur sa droite, l'exécutant droit et rigide, sa structure plus sévère qu'un pilier de fer, frappa sèchement du plat de la main directement dans les côtes de son ennemi. Le souffle coupé, celui-ci se figea un instant suffisant pour que l'exécutant lui arrache son flingue et se replie d'une course nerveuse à reculons, esquivant ainsi les coups de lames à l'aveugle de Cranston.
Quand le nuage de poussière sableux se dissipa… l'officier faisait une sale gueule, grimaçant du dernier coup asséné sûr et impitoyable… alors que plusieurs déchirures, une dizaine, se dessinaient sur le torse de Jack… ainsi qu'une sur son visage. Jusqu'ici figé dans une expression folle de fixation, le stress put soudain se lire sur le visage… stressé du Chien Noir, son sourcil arqué de surprise. Que son torse soit touché par de si fines attaques ? Qu'importe… mais son visage… ? Une simple coupure, un peu plus bas, aurait peut-être tranché une veine de sa gorge.

Faisons une pause… le public retient son souffle… les fuyards ont fuis, les furieux se sont fait sauvagement matés… ne restait plus que des gens avec du sang-froid, capable de se tenir. Des gens qui comprennent que ceci n'était pas juste le match d'un putain de tournoi organisé par les mercenaires… ou une foutue attraction du Consulat… nan. Les gens désormais restaient calmes et sérieux, certains effarés par cet affreux spectacle, désespéré. Des yeux de voyeurs excités de voir saigner au moins l'un de leurs oppresseurs… et d'autres, surtout des jeunes, avec un cruel espoir dans les yeux. Connu de personne, Jack Inèrsse défiait un garde noir… c'était quand qu'un inconnu défiait, publiquement, un garde noir à mort… ? Est-ce que c'était juste déjà arrivé ? Si oui, ca faisait trop longtemps pour qu'on s'en souvienne ! Fasciné, absorbé… Jack surprit des regards… certains de gens vigoureux et costauds, effrayants… d'autres appartenant à des faiblards pâlots plus tremblants que l'exécutant à sa première rencontre avec Death.
Et si un inconnu débarquait pour fracasser un garde noir aux yeux de tous ? Malgré son ancienneté, l'anonymat de Jack… sa dégaine de type chelou mais pas si extraordinaire… plutôt maigre quoique sec… tout ça avait de quoi donné des idées. Le stress des gardes noirs chargés d'assurer la sécurité du coin se faisait palpable… des gestes et tics nerveux apparaissaient comme des gouttes sous la pluie. A trois-quarts vides, les gradins s'habillaient de regards… nerveux et mauvais… ceux de proies acculés qui découvrent leurs cornes et sabots. L'on jurerait que la joute virerait à la boucherie généralisée d'une seconde à l'autre !

Reprenons simplement nos affaires… avec empressement, Jack jeta son pistolet en direction d'un groupe de branleurs dans le public et… en même temps que les gardes noirs se ruèrent pour récupérer l'arme, Cranston regardait apeuré en cette direction. La Garde Noire a l'habitude de faire ce qu'elle veut… persuadé que personne ne leur faisait jamais rien ! Le temps d'un regard, le Chien Noir avait déjà chargé l'officier de plein fouet, le faisant reculer et s'emmêler les jambes sans chuter, captant soudain l'attention de tous. Y compris de son ennemi qui fit Jack s'enfuir d'une roulade face à une épée si vivace… si cruellement forgé.

Vient de Cranston une attaque… la pire qu'il aurait pu faire… un simple coup tranchant verticale, de haut en bas, que Jack bloqua entre ses deux paumes. L'une de ses jambes décolla ensuite dans les parties intimides de l'ennemi… mais ce ne fut pas suffisant pour désarmer le garde noir, pas seulement en place parce qu'on le craignait. La Cité ne craignait pas ses gens-là pour rien non plus. Une autre déchirure… cette fois-ci profonde, ruisselante de sangs à grandes eaux, se tailla comme une tranchée en diagonale sur le torse du "challenger". Celui-ci pâlit soudain, regrettant autant son aplomb que son arrogance. D'un réflexe désespéré, Jack poussa Cranston de ses deux mains… avec toute sa force boosté par l'adrénaline… suffisant pour faire tomber l'officier rapidement relevé, sa fichue épée toujours en main.

Jack n'osait plus vraiment s'approcher… il saignait et pas qu'un peu… là où son adversaire n'avait reçu que des chocs et s'en était remis ; lui continuait de se vider de son sang. Ses mains ouvertes tremblaient… de même que ses jambes, soudainement de cotons… ce n'était pas si simple que ça. Et pourtant, Cranston ne chargeait, résistait-il à la rage et gardait son calme ? Ou cédait-il à la peur, marchant ainsi à pas prudent vers l'exécutant ?

« Pauvre de toi… » Cranston chargea soudain, décollant d'une impulsion en enchainant les coups rapides dans le vide… Jack reculait plus qu'il n'esquivait ; tant qu'aucun coup ne lui était porté, ce n'était pas important. « …tu dois bien regretter ton coup de nerfs ! »

Pourchassé, le Chien Noir bondissait d'un pied à l'autre, n'approchant pas plus près que l'allonge de cette arme… et plutôt démuni, ne trouva pas d'autres solutions que de souffler de toutes ses forces pour aveugler son ennemi !

« Pas deux fois ! »

Et non, Cranston n'a juste pas lâché Jack, ne se laissant pas surprendre pour continuer ses assauts effrénés. Silencieuse, la foule observait le déroulement de la bataille… et semblait-il que l'exécutant n'en menait pas large.
Les yeux rivés sur cette lame, l'exécutant s'épuisait à vue d'oeil… s'épuiserait même à ne rien faire. Chanceux que sa vie soit en jeu, rien ne l'aurait fait reculer… pas même de perdre un bras ; mieux vaut finir manchot que mort. L'affreuse lame s'encastre alors dans son avant-bras levé tel un bouclier, laissant un instant… une ouverture… dans un hurlement de souffrance, Jack balaye sèchement les jambes de son ennemi qui chute immédiatement.

Et ne resta plus qu'au Chien Noir d'en finir… si simplement… en piétinant rageusement le garde noir à mort. Du même pied du début à la fin, le sonnant d'abords pour ensuite, coup après coup, le déformé un peu plus. Cranston était devenu… méconnaissable… pas de foule en délire ou d'applaudissement. Simplement les regards, rivés sur ce gars qui en piétinait un autre en hurlant… pour rester silencieux face au cadavre. La véritée ? Ca ne changeait rien à rien… après la fureur du combat, Jack se retrouvait dans un silence morbide, déglutit en se retenant de vomir face à ce visage explosé.
Une femme a fini en pleure dans le public… elle a explosé de larmes en hurlant toute sa souffrance alors que Jack s'en allait en baissant les yeux. Il ne voulait même pas savoir qui elle était pour ainsi se ruer vers un cadavre si horriblement tué… et cette pensée le hantait… hélas. Il n'y avait personne pour se réjouir de la victoire du gars.

Pourtant, il y avait visiblement quelqu'un pour finir effondré de la mort de l'officier Cranston… et ce fut d'un impitoyable revers de main que Jack chassa la femme venue par dérrière le poignarder. Elle a littéralement décollé pour finir à terre, sonné. Loin de s'apitoyer, il détestait encore plus l'officier après ça… jaloux à crever qu'il était. Et il ne s'en voudrait pas, ce sale rat n'avait qu'à pas le chercher dans un premier lieu. Quand à Cranston, il pouvait allez en enfer d'avoir agit comme il l'a fait, laissant une veuve.

Silencieux, le public a quitté le terrain d'entrainement de la garde noire… et nul n'osa voir Jack pour le féliciter ou quoi. Ce dernier, soudain, s'arrêta pour jeter un oeil mauvais à la veuve. Sa souffrance, sa détèste… l'affreuse sonorité de ses larmes… tout ça, loin de le révolter… le dérangeait… l'agaçait. Les affreux bruits de cette veuve en souffrance, pour lui, n'était que nuisance. Pourquoi devait-elle caché sa victoire ?! Quitte à être mauvais, quitte à définitivement joué le jeu de la Coalition Noire… autant obtenir ce qu'il était venu chercher en premier lieu : un peu de paix.

« Virez-moi cette grognasse… » Cracha-t-il aux gardes noirs en poste qui… s'exécutèrent, péniblement. Jack n'allait pas se pourrir la journée pour elle… ou pour ses possibles enfants… lui était seul et n'avait que faire de ces histoires. Lui souffrait déjà bien assez pour s'ennuyer avec la douleur des autres ; chacun sa merde. « …on va pas y passez la journée non ?! Virez-moi ça bordel ! J'veux plus l'entendre ! MAINTENANT ! »

Ca lui faisait mal aux oreilles… et au coeur aussi, hélas. Jack avait beau tenté d'étrangler ses remords, tout ça… tout ça lui paraissait ne pas tourner tout à fait rond. Ce fut alors, qu'au hasard, il plongea ses yeux écarquillés dans ceux… d'un de ses touts nouveaux sous-fifres… parce qu'il saignait encore…

« L'infirmerie ? »

Le plaisir malsain d'être craint, de savoir qu'on lui obéirait… tout cela s'évaporait en apercevant ce regard envieux et haineux, tout en retenue frustrée, que les gardes noirs lui affligeait. A se débarasser d'un ennemi, Jack s'en était fait beaucoup plus. La machine était lancée pour celui, qui désormais, était le second de la garde noire… et son actuel responsable tant qu'Abigail Underwood n'était pas réveillée de son coma. Au final, le Chien Noir n'était pas sûr de son coup… peut-être qu'assassiné Cranston discrètement dans un coin, pas vu pas prix, aurait été une meilleure idée. Jack désirait être craint de tous pour apaisés ses peurs mais… il venait juste de donner un sacré mobile à tous pour venir le défier à mort : le poste d'intendant suppléant de la garde noire.
Nerveux, Jack voyait son regard passer de l'un à l'autre des gardes noirs, l'évacuation du public se déroulant sans encombres, à l'exception de cette veuve qu'il fallait sortir par la force et dont notre homme ne supportait plus les hurlements.

« Toi là ! Va me chercher un café ! » Aboya-t-il tout en suivant un de ses récents sous-fifres jusqu'à l'infirmerie.
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1253/0  (1253/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 11 Sep 2018 - 17:03

Il n’y avait pas eu un cri, pas une exclamation à la mort de l’officier de la Garde Noire. La seule exception était la veuve Cranston. Une scène touchante, touchante de ridicule dans le cadre qu’était la caserne de l’armée de la Coalition Noire. Pourtant. Dans les gradins, il y avait un homme qui affichait une certaine satisfaction morbide devant le spectacle de la mise à mort.

Le Démon avait distingué cette étincelle, le moment où la rage outrepassait la raison, l’instant où Jack perdait le contrôle pour ne désirer rien d’autre qu’une mort humiliante.

Déjà la foule se dispersait sous les ordres du garde nouvellement élu que la silhouette du Démon se dégageait de la marée humaine. Voir ainsi le dirigeant même dans un banal duel à mort. Personne ne s’attendait à le voir ici. D’autant qu’il avait pris soin de se rendre dans la caserne sous les traits d’une personne sans importance. Arrachant les traits de son visage d’emprunt, la Bête s’écartait de la foule pour apparaître au centre de l’arène, le cadavre dont le crâne n’était plus que bouilli à ses pieds. La moitié du visage dévoré par une infâme brûlure, un bras inexistant et la rage dans le regard.

Il ne faisait rien d’autre que de masquer la joie qu’il éprouvait devant un tel spectacle. Cela se faisait rare dans le paysage, lui qui craignait de l’oisiveté de ses membres, il était en joie.

Voyons, un tonnerre d’applaudissements pour cette promotion fulgurante ! Bravo à Jack Inèrsse…
Lui qui s’en allait avec sa nouvelle garde devait se figer devant la voix du Démon. Quant à lui, il gardait le torse bombé des traits de Death ainsi que son unique bras levé vers les cieux, telle une ovation.

Depuis combien de temps avons-nous été privé de pareil spectacle, devant la rage d’un être, face à la puissance d’un homme ?
Est-ce qu’il voulait l’encenser ? Pas le moins du monde. Il voulait son attention, même s’il aurait été idiot à ce que personne ne lui accorde. D’autant qu’il apparaissait devant tous, le corps rompu et brisé. Est-ce que quelqu’un voudrait le défier en ce jour ? Il pensait que non. Sauf que même la Bête n’était pas à l’abri d’une surprise, l’exécutant n’y était pas pour autant.

Relâchant ses muscles, le bras le long du corps, il haussait les épaules en le fixant.

Bien trop longtemps… Voilà mon avis, et il n’y a pas plus grand désir m’animant que d’en voir plus. Est-ce que tu veux bien m’accorder cela, mon bon Jack ?
L’unique bras valide du dirigeant se figeait à un mètre en hauteur de la carcasse de Cranston, les doigts de la Bête se raidirent un instant avant de se refermer et que le corps ne commence à convulser. Un corps sans visage, s’agitant, trépignant sur place, pour qu’il se lève finalement.

Une simple goule écervelée, raide dans ses mouvements, entièrement sous la volonté de Namtar.

Celui-ci agrandissait ses traits dans un sourire. Il fallait être idiot pour ne pas comprendre ce que voulait le dirigeant de la Coalition Noire et ancien Intendant de la Garde Noire. Un appétit insatiable pour le combat et la rage, il voulait retrouver cela dans le visage de l’exécutant, distinguer cette soif dans son regard avant qu’il ne découvre la place qui lui revenait de droit.

D’un mouvement de tête, la goule s’avançait pour une deuxième chance dans ce duel à mort alors que les Gardes Noires s’écartaient de Jack afin de le laisser seul devant son destin.



_______________________________
 
 
Le Chien noir

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
124/200  (124/200)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 13 Sep 2018 - 18:27
« Comme si j'avais le choix… »

Cranston avait le visage boursouflé par les coups, déformé jusqu'à la forme de son crâne… on distinguait à peine une face dérrière les hématomes, creux et bosses. De ce fait, la goule en était méconnaissable, parfaitement impossible à identifier. Pour peu qu'on n'ait pas vu le sombre rituel de Death pour ranimer et mettre la poupée de chair en mouvement, le seul indice sur son indentée restait sa tenue : un uniforme de garde noir. Ce fut le plus effrayant, évoquant chez Jack comme le reste des gardes noirs… une sombre pensée. L'officier, devenu anonyme après s'être fait piétiner le visage… pourrait être n'importe quel garde noir. N'importe lequel d'entre eux. N'importe lequel d'entre nous, fut bien forcé d'admettre Jack. Dans plusieurs années, ou dès demain, ce serait peut-être lui qui finirait ainsi.
A part ça, le Chien Noir ne craignait cette goule en rien… rendu raide par un début de rigidité cadavérique, elle était… bien moins agile, habile et rapide que ne l'était Cranston de son vivant.

Le seul point où la goule surpassait l'humain qu'elle fut… c'était… l'endurance. Cette créature, jamais ne fatiguerait ou ne s'affaiblirait de coups reçus. Là où Jack sortait d'un rude combat, pas loin d'avoir tout donné… avec une plaie béante sur le torse ; son sang s'en écoulait en même temps que sa vigueur. Le pire fut… le moral. Le Chien Noir eut à peine le temps de savourer sa victoire, juste assez longtemps pour se sentir fier et fort, victorieux, soulagé d'en avoir enfin fini. Pour que sous yeux ébahis ne débarqua son boss, lui annonçant qu'un deuxième combat débuterait ; tout aussi éprouvant que le premier, sinon bien plus. Le Chien Noir s'était sentit fort face au gardes noirs, jouissant de pouvoir leur cracher toute sa rancœur. Au moment même où Death s'est mis à parler, il se sentit faible… soudain rattrapé par le contrecoup du combat, son égo dégonflé comme un ballon de baudruche.

Dépité, découragé… blasé… mais surtout, résigné. Notre homme accueillit la charge de la goule écervelée… jambes fléchies, ses appuis ancrés sur le sol, les bras ballants comme inertes pourtant prêts à frapper fort et souple… le regard froid, la face morne… animée par toute l'énèrgie du désespoir, semble-t-il. Au dernier moment, cependant, la face de Jack s'assombrit. Soudain frustré que l'on vienne d'on-ne-sait-où balayé sa victoire si amplement mérité… haineux de son sort, se méprisant de geindre sur le sort que lui infligeait Death. La clef de ce combat pour Jack, c'était d'en finir vite et il mit donc toute sa force pour repousser la créature d'un coup de pied dont l'impact fut incroyablement lourd aux oreilles. D'horribles bruits s'échappèrent de la créature roulant-boulant au sol comme une poupée de chiffon… pour ensuite se relever comme si de rien n'était et repartir aussi sec à l'assaut. Bien moins rapide que ne l'était Cranston, Jack restait bien trop épuisé pour voir la différence.
Sinon que… la goule n'avait pas ramassé l'épée… mais aux pieds de Death, le Chien Noir n'osa pas s'en approcher.

De manière étrange, Jack ne lâchait pas Death, le fixant de ses yeux fatigués mais soucieux, étrangement vivaces bien que peinant à rester ouvertes. Ses paupières mi-closes craignaient… une autre surprise… et s'il ne pourrait pas l'empêcher, au moins pourrait-il la voir venir. A côtés de ça, la goule se ruait sur lui, décérébré… sonore et prévisible. Entendant venir la seconde charge, Jack reporta son regard sur la goule et se décala, frappant du bout du pied un coup sec sur un genou que l'on entendit se disloquer.
De suite, Jack reporta ses yeux sur Death… d'après la légende, du temps où il était intendant de la Garde Noire… Death n'était qu'un soldat. Certes impitoyables et très fort mais…

La troisième charge de la goule, à cloche-pied, fut incroyablement facile à punir avec la même méthode que la précédente. Et désormais, la goule rampait sous le regard méprisant de Jack… qui se refit soucieux, préoccupé, au moment d'observer Death. Inlassablement, la goule rampait à l'assaut… et Jack, sans même la regarder, lui piétina une énième fois le crâne, maintenant la créature au sol qui, pitoyable, s'accrochait à sa jambe pour la griffer. Aussi désagréable que ce soit, le Chien Noir parvenait aisément à l'ignorer, bien plus préoccupé par sa plaie béante. Péniblement, notre homme extirpa sa jambe de l'emprise de la créature et… s'attela à la tâche comme il le fit avec Cranston. Cependant, ce n'était pas aussi hargneux cette fois… Jack le faisait à ce point agacé qu'il en détourna un instant le regard sur la goule… et s'acharna sur son crâne comme sur un insecte qui continue obstinément de bouger.
Jack parut… une nouvelle fois… écœuré par le sang et les morceaux sur sa jambe…

« Me farcir une deuxième fois Cranston, j'imagine qu'il y a pire… » Un sourcil arqué, le chef de la garde noire se demanda si la créature ne bougeait pas encore… et si, elle remuait encore, continuant désespérément de ramper. Dégouté, Jack se retint de vomir en crachant avec mépris sur la goule, regardant désormais Death avec sérieux et… appréhension. Difficile de ne pas être intimidé, la différence de niveau se pose là. Soucieux de ne pas trop en faire, que ce soit dans la soumission ou l'insolence, Jack se décida à allez droit au but. « …ca sera assez… ? Je crois avoir pas mal de boulot… »

Des soins… un café… et une clope… honnêtement, après ça, ce serait largement suffisant au bohneur de Jack Inèrsse. Toujours en train de fixer Death, sans cligner des yeux, l'esprit du Chien Noir fulminait… mal à l'aise… et espérant vraiment qu'une autre surprise ne pointerait pas le bout de son nez.

« Du coup… » Dire qu'il était là depuis le début, sans que personne ne le remarque. Ce fut bien noté dans l'esprit du Chien Noir qu'à tout moment, Death pouvait surgir des ombres. Et il se surprit à être gêné, figé. Pas seulement de peur mais… très mal à l'aise… incapable de dire comment il était censé se comporter face à son boss. D'un côté, il ne pouvait pas être simplement soumis et obéissant au vu de son nouveau poste, il fallait montrer un peu de caractère… peut-être pas trop non plus, cela dit. « …c'est officiel ou je dois encore fracasser quelqu'un ? Enfin, j'imagine que si on parle d'une goule, il vaut mieux dire "quelque chose". »

Et… la question est sortit toute seule…

« Pas que ça me regarde mais te concernant… tu es quelqu'un ou quelque chose… ? »
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1253/0  (1253/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 17 Sep 2018 - 18:55

Est-ce que ça intéresse réellement quelconque personne en ces lieux ?
Le Démon observait un bref instant l’assemblée de son seul oeil valide, passant entre garde et citoyen, entre soldat et soumis. Il haussait finalement les épaules, acceptant le jeu dans lequel l’élément prometteur tentait de le mener. Après tout ce temps, des soupçons lui seraient porter ? Il en avait cure, il était le maître en ce lieu et personne ne parviendrait à lui prendre sa place.

Du moins, personne d’ici présent, il n’avait aucun ennemi dans son dos. Plutôt. Il n’avait personne d’assez puissant pour l’affronter, qu’il soit réduit dans cet état de constant handicap.

Le seul intérêt que nous avons, aujourd’hui, c’est envers toi… Jack…
La Bête accentuait le nom du nouveau garde noir, le fixant d’un oeil mollasson alors qu’il commençait à s’avancer vers lui. L’attaquer ? Pourquoi faire. Appeler une autre goule pour jouer avec lui ? Il avait déjà prouvé sa valeur. Il avait besoin de plus d’homme de sa trempe.

Qu’ils soient vivants, ou mort. Un tel personnage ? Il était magnifique à observer, tant de potentiel. Comme pouvait l’avoir son apprentie ou encore Lenore.

Le cercle de Garde Noir n’avait pas changé, Jack et Namtar restant au centre de l’attention. Il méritait cet honneur, la Bête en avait l’habitude, qu’avaient-ils besoin de plus. Surtout, qu’est-ce que cette confédération avait besoin pour prospérer. Le Bal était un coup dur pour le moral des troupes, une mise à mort était un bon spectacle pour rappeler aux coalisés qui ils étaient, il ne manquait plus qu’à ce que l’arène ouvre ses portes afin que l’on puisse profiter de cette délicieuse tyrannie qu’était la Cité du Crépuscule.

Soyons honnête, mon ami, de quoi a réellement besoin la Garde Noire ? De soldats ? D’armes ? De citoyens à persécuter ? Oui, bien entendu. Ici présent, chacun a des instincts ou des pulsions à assouvir. D’avoir une lueur brillante dans le regard, comme celle qu’il y avait dans ton regard à la mort de cet incapable ou quand tu as dégagé l’autre idiote.
Il riait presque, moqueur, en euphorie devant la scène. Il aimait tant être écouté, d’un narcissisme sans bornes depuis qu’il avait eu la chance de prendre le contrôle d’une telle bande d’idiots.

Un véritable Intendant, une personne capable de les diriger et de montrer la voie à suivre. Moi ? Voilà des lunes que ce rôle ne m’incombe plus. Abigail ? Elle traîne dans un lit d’hopital, incapable ne serait-ce que de bouger un pouce. La Garde Noire n’a pas besoin d’un légume incapable, elle a besoin d’une brute capable de pulvériser un crâne, une personne comme toi…
Il dressait alors son doigt, pointant l’exécutant de son index et tenant la pause un bref moment avant de briser sa pause. Le Démon s’excusait brièvement, claquant ses doigts devant l’apparition de deux Requiem Vert qui s’en allait virevolter et soigner le vainqueur du duel à mort.

Tu seras cet homme. Du moins, jusqu’à ce que notre assassin se réveille et relève le défi que tu lui imposeras pour occuper sa place… Est-ce que cela t’intéresse… Jack…
Pour la seconde fois, il insistait sur le prénom de l’exécutant, jouant sur ses nerfs et son impatience. Qu’est-ce que voulait le Démon ? Des hommes obéissant et une véritable armée, pas une bande de dégénérer sortie d’un orphelinat d’Illusiopolis. Un doux songe qu’il attendait avec impatience.



_______________________________
 
 
messages
membres