Membre

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Officier
XP:
28/150  (28/150)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 9 Sep 2018 - 23:10
J'avais été plutôt négligeant : je m'étais rendu au manoir pour raconter mon petit exploit en omettant totalement de me débarrasser du corps mutilé du garde que j'avais torturé. Cet acte m'avait été plutôt bénéfique puisqu'il avait attiré l'attention de quelques coalisés, ce qui m'avait permit d'atteindre l'objectif escompté qui était de rejoindre la coalition. Et disons-le, c'était aussi pour lire cette peur, ce désespoir sur le visage de tous les témoins que j'avais agi. Tout s'était déroulé sans accroc : je fus accepté dans les rangs sans distinction, mais on m'avait confié comme première mission de nettoyer derrière moi. Bien que cela me débectait plutôt de devoir obéir à ce genre d'ordres, je me suis tus car il était dans mon intérêt de faire profil bas. La coalition noire était le groupe parfait à rejoindre pour une personne telle que moi. Il s'agissait du groupe le plus proche de mes aspirations et de mon état d'esprit : il créait du désordre, bien qu'il ne s'agissait pas là de son objectif principal... Et on ne me tiendrait pas rigueur des victimes collatérales. Je n'avais rien à perdre à agir pour ce groupe pour le moment.

Enfin, pour l'heure, il fallait que je fasse le chemin inverse pour retrouver le cadavre mutilé et ça aurait pu ne pas être une tâche facile. Déjà, devant le manoir se trouvait un imposant T-Rex qui faisait office de chien de garde. Une créature qui dissuaderait bien des âmes à pénétrer dans le lieu... Mais ce n'était pas mon cas. Je ne ressentais pas même de crainte en foulant son sol. Il était assoupi et puis en entrant, j'avais bien vu qu'il avait été dressé. Et puis je pensais avec vanité être capable de l'assoupir à nouveau si cela devenait une nécessité. Traverser le bois de la cité n'était pas véritablement ardu enfin, du moins, pas la seconde fois. Celui-ci est un véritable champ de mine et j'ai été particulièrement chanceux de le traverser la première fois accompagné de gardes. Bien qu'étant dans la pénombre, une fois le chemin sans risque mémorisé, il n'était pas particulièrement difficile d'éviter les mines.

Bon, il était temps de retrouver le corps. Ce ne fut pas vraiment une tâche difficile puisqu'une fois arrivé à la place des fêtes, je pus constater avec perplexité que le corps était présent, mais pas là où je l'y avais laissé. Je pensais l'avoir laissé suspendu à un mur, le couteau planté à l'épaule... Et le voilà qui était dos contre le sol tacheté de son sang séché. Quant au couteau, il ne semblait nulle part. Curieux, peut-être étais-ce l’œuvre d'un autre habitant et que celui-ci avait juste dérobé mon couteau par pauvreté. Enfin, peu importait qu'on m'ait subtilisé mon couteau, bien que c'était une arme pratique il me suffirait d'en acheter un nouveau. Il me fallait désormais m'acquitter de la tâche, cette corvée pénible qui consistait à me débarrasser du corps. En observant de près le cadavre, je me rappelai de l'amusante scène de torture et surtout de l'expression de son visage emplie de désespoir, de peine, de haine... Tant d'émotions que j'adorais observer d'une personne !

Mais l'expression de son visage était figée. L’œil gauche, celui que je n'avais pas crevé, avait été refermé. C'était sûrement l’œuvre du voleur. Son épaule droite était totalement trouée, c'était de là que je l'avais suspendu au mur. Ses mains étaient toutes deux percées et encore rougeâtres à cause du sang séché. Son uniforme de garde noir était troué de toutes parts et rougi par le sang. Ses genoux, ses pieds, son abdomen... Il avait été planté de parts et d'autre. J'observais chaque orifice, me remémorant de la moindre seconde du spectacle dont j'avais fait profiter tout un groupe d'habitants. L'excitation commençait à revenir. Je commençais à ricaner bruyamment, oubliant totalement que j'étais supposé me débarrasser de cette œuvre d'art. Soudain, j'entendis des pas se rapprocher bruyamment de moi. Dans mon hilarité, j'avais totalement oublié tout mon environnement, pendant un moment c'était comme s'il n'y avait eu que moi et cette merveille au monde.

- Connard, c'est toi qui l'a tué !

Je fis un saut instinctivement, me permettant d'esquiver ce qui était clairement une attaque à mon égard. J'aperçus un instant mon assaillante : une femme dans la trentaine à la longue chevelure blonde. Elle était vêtue d'une veste noire et d'une robe noire descendant jusqu'à ses genoux et portait des talons aiguilles. Comment était-elle capable de se déplacer vite avec ça sérieusement ? Ça m'échappait. Alors que je redescendais au sol et qu'elle commençait à se retourner après s'être arrêtée plus loin à cause de son élan, j'entrevis dans ses deux mains mon couteau toujours rougi par le sang séché. Cette attaque manquait d'assurance, c'était une chose sûre pour moi. Lorsqu'elle se retourna, tremblotante, j’aperçus son regard empli d'une haine débordante. Vraisemblablement, il s'agissait d'une de ses proches.

- A qui ai-je l'honneur ?

Mon interlocutrice ne répondit pas et s'avança à nouveau, toujours tremblant frénétiquement de rage et de frousse. Son expression de vengeresse était exquise, je me délectais de toute sa haine, mais je ne devais pas trop faire durer le plaisir. Pourquoi se forçait-elle à m'agresser de la sorte ? Je ne comprenais pas ce genre de lien pouvant relier deux personnes entre elles. Enfin, qu'importe, il fallait que je la stoppe, en évitant de préférence de tuer inutilement une personne aussi inutile. Je pouvais sûrement oublier l'idée même de la raisonner par la parole, des mots ne suffiraient pas à l'arrêter si elle me haïssait à ce point. Concentrant mon flux magique dans la paume de ma main droite, je me contentai de lui envoyer un sort de lenteur, de récupérer mon bien puis après l'avoir rapidement rangé dans l'une des poches de mon long manteau blanc, de la maîtriser de mes deux mains.

- Je pourrais vous tuer n'importe quand si je le souhaitais, vous m'êtes totalement insignifiante et inutile. Je ne me répéterai pas d'autre fois, à qui ai-je l'honneur ?

Je bluffais. Quoi qu'il advienne, je n'avais pas la moindre intention de la tuer maintenant. Il m'était inutile d'éliminer une à une chaque âme insignifiante qui viendrait s'en prendre à moi dans un élan vengeur... Bien qu'attiser la haine de tous les habitants pourrait s'avérer divertissant. La torture publique avait eu un effet néfaste : attirer la vengeance d'une proche de l'homme. Mais comment aurais-je pu deviner qu'il en avait ?

- Je vais vous étriper, lâchez-moi salaud !
- Fin des négociations.

Un coup à la nuque et elle était inconsciente. J'aurais aimé contempler son regard haineux plus longuement, mais je voulais en finir avec cette tâche dégradante. Me saisissant du corps inanimé par son col, je le trainais jusqu'à la plaque d'égouts la plus proche, soulevais celle-ci, puis l'y balançait tel le jouet cassé qu'il était. Bon, une bonne chose de faite. Il ne me restait désormais plus qu'à faire mon rapport.
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1297/0  (1297/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 11 Sep 2018 - 15:51
Bien ! Comme tu t’en doutes, j’suis en congé et j’ai donc le temps nécessaire pour te noter, maintenant que je n’ai plus d’excuse. À moins que, j’ai moyen de gratter une semaine…

Non, j’te fais marcher.

Avant de réellement commencer le commentaire, sois certain d’une chose. Ceci n’est pas un message ayant pour but de te casser du sucre sur le dos ou de t’abreuver de louange, tu vois l’délire ? Ici, nous avons à coeur de partager nos avis et nos idées dans le but de t’aider dans l’évolution de ton style d’écriture et encore de l’orthographe. D’ailleurs, si tu vois des fautes chez moi, imagine que c’est toujours une façon pour moi d’apprendre. Oui, j’suis une bille qui tente de se soigner.

Tu vas aussi remarquer que j’parle tout le temps de moi.

Donc, qu’est-ce que j’disais. Oui ! Ceci, c’est uniquement pour t’aider. Parfois, certaines choses seront dites et ça ne fera peut-être pas plaisir d'entendre. Seulement, ça ne me fait pas plaisir non-plus à écrire. Il faut vraiment avoir du recul et savoir que c’est dans le but de t’aider et que ce ne sera pas de la méchanceté gratuite. Comme tu l’a compris avec Lenore, rien n’est gratuit !

Tiens, j’vais pas prendre le melon, je n’estime pas avoir la science infuse et toutes les réponses. Ce que tu verras dans des commentaires, ce seront très souvent des points de vue subjectifs. Finalement, sache que j’ai pour habitude de parler du « négatif » dans un premier temps pour terminer sur une note plus joyeuse. C’est plus sympa pour l’ego.

Maintenant, j’peux vraiment commencer !

Il a une premier remarque dont il faut que je parle, il s’agit surtout des compétences et c’est surtout pour que tu le saches dans le futur. Ici ? C’est par rapport à l’utilisation du sort lenteur. Bien souvent, on agence les actions à la manière d’un FF ou d’un tour par tour, tu vois l’idée ? Ici, Kuro lance le sort sur Gonzesse et gonzesse avance en slow motion. C’est pas vraiment l’idée du sort, celui baisse plutôt la vitesse que de ralentir la personne à proprement parler.

Compliqué, hein ?

Pour l’exemple, c’est comme le système d’ATB dans FFX. Pour agir, il faut que ta barre se charge afin de pouvoir utiliser ton action ! La barre en question finira toujours par se remplir. Sous l’effet d’un sort de lenteur ? La barre se chargera plus lentement mais se chargera tout de même. Tu vois l’délire et l’utilisation du sort ? Pour figer les personnes, ce sera avec la suite ! La série « Stop ».

Bon, après avoir parlé système, j’vais parler style !

En soit, j’aime pas mal ton texte, il y a vraiment un style que j’apprécie et une façon de décrire les choses qui retiennent mon attention. Cependant. Il y a eu un truc qui m’a interpellé et il s’agit de la répétition des mots. Sur une phrase, j’ai eu droit à trois fois le mot « couteau ». Sur le papier, c’est rien ! Mais c’est le premier conseil que j’peux donner et il s’agit de l’utilisation de synonyme. Mine de rien, ça allège le style et c’est plus agréable à découvrir.

Voilà, j’ai rien d’autre de négatif à dire sur ton texte. Alors. Heureuse ?

Vraiment, j’aime beaucoup le style que nous retrouvons ici. Le point de vue sur les sentiments négatif, sur la découverte, sur une empathie négative… C’est intéressant à retrouver à l’écrit. Même la redécouverte du corps et de la remémoration de la scène à un côté morbide que j’apprécie pas mal. Ici, j’ai pas de conseil à te donner à proprement parler, mais j’suis curieux de l’évolution et de voir ça dans le futur.

Surtout que tu découvriras des nouveautés (le personnage, pas toi) et un nouveau sentiment associés à celui-ci. Pour le parallèle, ça m’fait penser un peu à Vexen. Très froid et qui cherche à comprendre et à analyser. Donc, voilà, j’ai une appréciation plus que positive ! Vivement la suite.

Mission accomplie !


Facile : 11 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS en Symbiose !

_______________________________
messages
membres