Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1233/0  (1233/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 26 Juil 2018 - 0:17

Dans cet univers, il n’y a véritablement qu’un seul et unique apparat qui est doué de valeur. Il s’agit, évidemment, de l’empreinte que nous laisserons de notre passage dans les mondes. Un héritage. Que celui-ci soit damné ou béni, tel que le sobriquet que se traîne le visage de Death.

L’or, la reconnaissance, le pouvoir. À la fin, il ne s’agit ne que d’artifice à présenter à nos juges.

Durant encore de longues années, les habitants de Grimm ne pourront trembler à la mention de l’être responsable de l’annihilation d’un village entier. Peut-être même que, lorsque le temps aura fait son oeuvre, il sera conté au même titre que celui d’une légende pour empêcher les jeunes enfants de sortir les soirs de pleine lune. Dans les yeux de Namtar, il n’existait pas de récompense plus grande que celle-ci. Après tout, n’était-il pas toujours de ce monde car certains parlaient encore de lui ?

Sombrer dans l’oubli, il n’y avait pas plus grande crainte aux yeux d’un démon.

Il suffisait d’observer les régents de la Coalition Noire. Death avait beau avoir abattu l’ancienne princesse de ce royaume ? Pourtant, son nom resterait à jamais sur toutes les lèvres. L’imbécile aux faux pouvait bien faire tout ce qu’il désirait, jamais il ne pourrait effacer son héritage. À la même hauteur que personne ne serait capable de dissocier le moindre acte malsain orchestré par ce bout de viande que trimbalait la Bête d’un coin à l’autre de l’univers.

Un disciple. Que pouvait-il donc espérer de mieux ? Afin de pouvoir faire prospérer son héritage.

Namtar venait de placer de grands espoirs dans cette coquille fragile qu’était Huayan Song. Que ce soit un hôte pour son essence, un successeur à son pouvoir ou encore une pièce de choix sur l’échiquier qui régissait les mondes. Néanmoins, il s’amusait de la situation. En trouvait une hilarité dérangeante de cette situation.

Un simple messager, un corbeau aux plumes décharnées et au regard sanguin porteur d’un simple message. Celui à ce qu’elle se joigne à lui pour cette première leçon, ce premier pas dans l’abime.

Il tardait à ce qu’elle arrive dans ce lieu et découvre tout ce qu’il pouvait receler. La mort l’enivrait, telle une brume tenace, flottant à même le sol et se répandant sur le sol craquelé d’un endroit absent de vie. La Bête connaissait peu d’endroits aussi accommodants à l’apprentissage de la nécromancie que celui-ci, un ossuaire entier à la disposition du maître et de son élève, l’avenir s’annonçait radieux en cet instant. À moins que tout cela ne le condamne. Nulle autre que l’avenir serait capable de répondre à cette question, ce qui le griserait jusqu’à la fin, la sienne.

Patience, mes amis…
Trois corbeaux accompagnaient la Bête, aussi sombre que ne l’était le messager envoyé à son élève. Croassant, battant des ailes dans l’impatience de la situation. Ils n’avaient d’autres buts que d’alerter le Démon afin de ne pas être dérangé.

Lui ? Il revêtait la forme qu’imposant le lieu, loin de celle d’un homme ou de l’avatar de la faucheur. Il n’avait rien du noble lion ou du colossal éléphant. Il n’était pas de ce gabarit. Lui, un simple charognard et profitant de la moindre situation, il se retrouvait bien dans la hyène qu’il grimait. Un animal à la peau grise, vieux et blessé alors qu’un trait fendait son visage en deux. Crevant l’un des yeux du borgne et dont une patte était absente. Il pouvait se réjouir de la situation, cette forme reflétant ce qu’il était encore, un animal blessé en proie à ses prédateurs.

Était-ce la raison de sa présence dans un lieu semblable, la sécurité d’une matière première à portée de main ? Si seulement. Assis sur la terre aride, le regard perdu dans les ossements asséchés par le soleil, il n’attendait qu’une chose. Le croassement d’un des corbeaux, annonçant à lui que son invité allait bientôt se présenter. Malgré lui, il haussait ses babines, divulguant une rangée de dents. Il était impatient à ce que tout commence.

D’ailleurs, ce monde n’avait pas la particularité de dévoiler la nature animale de ses visiteurs ? À quoi pouvait-elle bien être liée, tel était sa première question en cette journée.



_______________________________
 
 
Le Syndicat

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
334/400  (334/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 26 Juil 2018 - 11:12
La chaleur estivale me pousse à prendre un bain. Plus les jours passent, plus la température devient infernale à la Costa del Sol. Je vais finir par faire installer des climatiseurs dans chaque recoin de ce monde touristique. Et ils viennent de partout pour se baigner, profiter d’un peu de répit dans leurs vies bien rangées et ennuyantes.

L’occasion pour moi de voir une nouvelle fois la marque de Death. Je la regarde avec appréhension autant qu’avec curiosité. Les tatouages sont choses mal vues dans ma culture, si bien que j’apprécie qu’il l’ait placé sur mon bras gauche. Une sorte de motif végétal avec de petites fleurs et à certains endroits bien précis, de petites formes circulaires n’attendant que de se remplir au fur et à mesure de l’avancement du contrat.

Son message est arrivé il y a quelques instants. La Terre des Lions, un monde sous contrôle d’aucune faction et qui transforme ses visiteurs en animaux sauvages. L’idée est séduisante, bien que je doute bénéficier d’un quelconque traitement de faveur dans ma forme « locale ». Que de réjouissances en perspective.

Je sors de ma salle de bain, m’habille sobrement, ce qui signifie le port de plusieurs bijoux tout de même et d’une tenue un minimum élégante. Je quitte mon lieu de résidence et me dirige vers l’astroport où mon vaisseau m’attend. Il fait nuit ici, je passe inaperçue en furetant dans les petites ruelles du centre-ville, bien loin des centres d’attention des nombreux visiteurs.

Les nuits sont agitées en cette période à la Costa del Sol. Pourtant, il est encore possible de trouver des endroits calmes, loin de la ferveur des fêtards et autres jeunes surexcités par les propositions alléchantes de nos établissements… Attendez de voir lorsque je lancerai la grande compétition des sports nautiques locale ! Les gens viendront de tous les mondes pour profiter de cet évènement unique et nouveau. J’ai bien travaillé là-dessus.

Je gagne mon vaisseau et je décolle en direction de ce monde sauvage.  La boule au ventre à dire vrai. Il s’agit là du premier cours de Namtar et malgré le fait que nous avons un accord, il n’en reste pas moins le chef d’une des factions les plus puissantes dans l’univers connu. Ce qui m’enlève un peu d’appréhension, c’est que nous allons sur un territoire qui n’est pas contrôlé par la Shin-Ra et où les chances que je sois reconnue sont très faibles. D’autant plus si je me change en un animal.

Alors que je m’engage sur les Routes Stellaires, mon esprit se complait dans la contemplation de mes souvenirs et de mon avenir, comme cherchant un moyen de prédire ce qui va être et ce qui ne sera pas. Un exercice bien périlleux et pourtant tellement nécessaire lorsque l’on joue avec des puissances bien supérieures à la sienne. Death est une promesse d’opportunités nouvelles et la maîtrise de pouvoirs que je ne comprends pas vraiment les moyens de continuer d’avancer.

Je dois continuer d’avancer, qu’importe les craintes et les risques.

Comme me l’a appris Xupeng lorsque j’étais enfant, on a toujours le choix. Certains sont plus durs que d’autres, d’autres encore sont impossibles à faire tant ils impliquent un degré de souffrance difficile à assumer. Je dois vous paraître bien horrible comme jeune femme de vingt-deux ans. Je tue, j’écrase et je trahis quand nécessaire, je méprise les gens, j’intrigue et je manipule à souhait et même avec un certain plaisir.

Et pourtant, ce ne sont que les conséquences de choix bien innocents et vains que j’ai fait il y a quelques années. Transformée par la nécessité de survivre, à la fois en Chine, mais également à Illusiopolis. Ah ! Si j’avais su dans quoi je m’engageai, est-ce que j’aurai tenté de tout cela ? Moi-même je ne connais pas la réponse à cette question. Le pouvoir est quelque chose de grisant. Et pourtant un moyen si agréable d’exercer sa supériorité naturelle sur les simples d’esprits.

Ah, nous arrivons enfin.

Je survole la savane, me posant sous l’un des arbres étoffant la grande plaine sèche. Je déclenche l’atterrissage automatique, fermant les yeux pour mieux vivre ma transformation. Avec une certaine anxiété, je ne sais pas encore à quoi je vais ressembler. Tout mais pas une hyène, j’ai horreur de ces bêtes.

Je sens mon corps se transformer, par magie. Sans douleur, mes formes se meuvent pour prendre l’aspect qui me représente le mieux ici. Je garde les yeux fermés, le temps que tout se déroule correctement pour moi. Hum… Des plumes. C’est déjà un bon début.
L’appareil est stabilisé et je ne ressens plus de changements. Je dois être… Prête.

Je quitte mon siège conducteur pour me diriger vers l’ouverture. J’ouvre les yeux et je regarde dans différents objets réfléchissants. Je n’ai plus de bras ni de mains, j’ai des ailes noirs et blanches, tournant au jaune vers le bout, de longues jambes d’oiseaux avec des serres, un cou fin argenté et une crête cendrée sur la tête. Je connais cet animal…

Je suis une grue. Une grue de la savane. Leurs cousins chinois sont bien connus, si bien que je ne suis pas totalement dépaysée ici. J’ai une certaine élégance malgré la transformation. Mon plumage est particulièrement beau et soigné. Nul doute que je ne serai pas la plus laide du coin. C’est déjà un début plus que satisfaisant.


Je m’interroge cependant. Pourquoi mon animus n’a pas pris le dessus en me transformant en corbeau ? C’est une bien étrange situation… Bref, je ne dois pas perdre de temps, je dois rejoindre Namtar et avec ces ailes, je vais pouvoir y aller en volant, évitant ainsi les prédateurs au sol. Je quitte mon appareil.

Oh ! Cette chaleur ! Quelle idée de venir donner un cours ici !

Instinctivement, je vois un insecte se faufiler entre mes serres. D’un geste vif et juste, je l’écrase avec mon « pied » gauche. Bah ! Cela en fait un de moins.

Sans perdre une minute, je déploie mes ailes et décolle. La technique est légèrement différente de celle que j’utilise lorsque je suis en corbeau, mais globalement je m’y retrouve. Je survole ces terres arides, observant cette nature faste et quelque part luxuriante qui vit ici, loin d’un quelconque degré de civilisation.

« C’est bien un monde d’animaux. Pas de doutes là-dessus. » pensai-je.

Un troupeau d’animaux de couleur noir dont j’ignore le nom fonce à travers la savane, créant un large nuage de poussière, me forçant à me décaler. Sous les arbres, des singes et autres grimpeurs, tandis que dans de petits étangs, de grosses créatures sans poils, avec des dents impressionnantes, se prélassent, se cachant probablement de la chaleur. De bien étranges créatures que celles de ce monde. Je serai curieux de savoir si nous pouvons les capturer pour des collectionneurs privés…Hum…

Je finis par apercevoir notre lieu de rendez-vous. Il m’a indiqué un cimetière d’éléphants. Je ne connais pas les « éléphants »,mais vu la taille des os, ils doivent être très impressionnants, lorsqu’ils sont vivants et avec plus de chair. J’aperçois des corbeaux au milieu des restes d’os géants. Ce ne sont pas des animaux locaux je crois… Ce doit être Death avec des gardes. Probablement.

Alors que j’approche, j’entends de plus en plus leurs croassements, pourquoi crient-ils ainsi ? Ce n’est pas comme si mon arrivée est une surprise impromptue. J’entame mon atterrissage et je finis devant le petit groupe inquiétant d’aviaires. N’oubliant pas mes manières, je m’incline devant Death tout en accompagnant ma révérence avec mes élégantes ailes. Je suis fabuleuse en toute circonstance.


« Vous m’avez appelé. J’ai répondu, Monseigneur. » dis-je, faisant preuve de sérieux face à mon professeur.
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1233/0  (1233/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 26 Juil 2018 - 20:07

Sous les traits d’un carnassier, personne ne pouvait louper le sourire que pouvait faire le Démon en face de son apprentie. Néanmoins, personne ne pouvait se douter qu’il s’agissait d’une expression de son orgueil en réponse à son attitude. Il n’avait pas pour habitude de côtoyer les habitants de la Terre des Dragons, ce qui le questionnait devant l’avalanche de manière dont elle faisait preuve à son égard.

Namtar était loin d’être idiot et ce ne serait que tromperie que d’annoncer que cela ne lui apportait aucune satisfaction. Sauf qu’il avait en horreur d’être adulé pour les mauvaises raisons.

Voyons, jeune Huayan, il est inutile de prendre un ton aussi solennel lors de nos rencontres…
Une âme pervertie pleine de contradiction, ainsi était la personnification de la Bête. Il voulait être adulé sans devenir un symbole, le pouvoir le rendait ivre et le rendait tout aussi craintif, la mort l’attirait alors qu’il désirait retarder la sienne. D’un hochement de tête, dirigeant son regard vers son bras invalide, il appelait à lui un arcane qui descendait de son épaule en filaments noirs. L’instant d’après, ils se réunissaient et prolongeant le membre inexistant pour recréer une patte semblable à une prothèse composée d’un unique oeil et se terminant dans une importante paire de griffes. Celle-ci dénotant totalement avec l’apparence de la hyène.

Dorénavant valide, il tournait autour de la grue d’un pas lent et craquelé par les bruits de son nouveau membre. Le regard fixant le long coup de l’animal.

Aujourd’hui sera vôtre… Comment dire… Leçon ? Non. Disons plutôt qu’il s’agit de votre première étreinte avec le domaine des morts. Une manière d’apprendre si vous, mon apprentie, êtes capable d’embrasser l’art de la nécromancie et que vous ne preniez pas le rôle de pantin des âmes.
À l’instant où un être vivant appel les morts à ses côtés, il n’est pas impossible que ceux-ci invitent leur invocateur à les rejoindre dans l’au-delà. Il ne s’agissait rien d’autre que d’une question de volonté.

Toutefois, en ce jour, nous n’aurons pas le privilège d’appeler une âme à nous rejoindre. Il n’y a, en ce lieu, que les restes ballottants d’imposantes créatures dont l’esprit n’est plus que silence.
Le Démon haussait ce qui lui servait d’épaule, un triste rappel des limites de l’arcane qu’elle désirait tant apprendre. D’un geste ferme, il frappait le sol de sa nouvelle patte, fissurant légèrement celui-ci alors qu’un éclat verdâtre naissant dans la nervure ainsi créer. L’instant d’après, le squelette animé d’un tatou émergeait du sol pour s’approcher du maître et de son élève.

Il n’y a rien de plus simple que de rappeler un squelette à ses côtés, c’est le point de départ de votre enseignement et nous ne quitterons pas cet endroit tant que vous n’en serez pas capable. Alors, Huayan Song, démontrez-moi votre volonté dans cet exercice.



_______________________________
 
 
Le Syndicat

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
334/400  (334/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Juil 2018 - 18:30
« Pardonnez mon attitude si solennelle… Il est de coutume dans mon pays de saluer avec autant de respect les personnes d’un rang aussi… Elevé disons ? Le contraire serait une preuve d’irrespect le plus total. » dis-je, honnête.

Alors que la première démonstration de mon éminent professeur s’achève, je ne peux que rester admirative de la facilité avec laquelle il a relevé une créature morte. La bête qui devait autrefois être plus en chair n’est désormais qu’un tas d’os animés, dénué de toute conscience, de tout esprit. Une coquille vide ne faisant qu’obéir aux ordres de son terrible maître.

Je sais que dans de nombreuses cultures, la nécromancie est quelque chose de décriée. Leurs cultures séparent de manière abrupte le domaine des morts de celui des vivants, laissant toute tentative de contact comme un geste impie à proscrire, sous peine de sanctions divines ou terrestres.

Foutaises.

Bien que relever des cadavres est effectivement mal vu et proscrit par mon peuple, la communication, voir l’utilisation des esprits des défunts, sous certaines conditions, sont tolérées… Tout dépend de qui le fait, dans quel cadre, et pourquoi. C’est peut-être à cause de ces règles culturelles différentes que je rechigne moins à user de ces pouvoirs.

En tout cas, cet animal que je n’ai jamais vu auparavant tient fermement, pas un signe d’effrontément détecté. J’aurai aimé qu’il me donne quelques instructions avant de me lancer. Je n’ai relevé qu’un corps qu’une seule fois et c’était avec une certaine panique, plus une dose d’adrénaline et de colère extrêmement élevée. J’étais sous une pression monstrueuse… Ici, même si le chef de la Coalition Noire n’est pas l’être le plus plaisant à voir, c’est tout de même moins stressant.

Je recule de quelques pas, lançant ma concentration. Je regarde les ossements autour de nous… Cela me semble fastidieux de relever un des gros animaux du cimetière… Les os sont tellement gros que je n’ai aucune idée si je pourrai ne serait-ce que les rassembler rapidement. Non… Je vais faire comme mon maître : plonger la magie dans le sol pour en faire sortir une créature non-morte.

Je déploie les ailes, cherchant à rassembler le plus d’énergie possible. Une fois que je me sens prête, je rabats mes ailes vers le sol, accompagnant mon geste avec un coup de serre. Je conserve la position quelques secondes… Rien de se passe. C’est quelque peu gênant. Que va penser Death si je n’arrive même pas à faire bouger un tas d’os ?


« Laissez-moi recommencer… » dis-je, laissant transparaître ma gêne volontairement.

Je reproduis les mêmes mouvements, cette fois-ci je ferme un instant mes yeux. Je cherche à ressentir les flux de magie. Les sentir me parcourir, pour mieux les maîtriser et les dompter pour qu’ils obéissent à mes ordres. Nouvelle tentative.

J’abaisse mon sort vers la terre. Cette fois-ci, après quelques instants, je ressens quelque chose. Un lien, dans une certaine mesure avec la créature plus bas. Je la fais venir à moi. Elle écarte la terre ocre du sol, et une fois sortie, se place à côté de moi. Je crois que c’est le même animal que la forme de Namtar. Du moins, cela y ressemble. Ses os sont fracturés à de multiples endroits, je devine qu’elle a dû être écrasée à plusieurs reprises.

Malgré cette première réussite, je n’arrive pas à maintenir le mort-vivant, et les os se mettent à s’effondrer un à un avant de ne redevenir qu’un vague tas de petits ossements. Comment cela se fait-il ? Comment maintenir la chose en activité ? C’est un bien mauvais début pour la leçon. Je vais devoir demander l’aide du démon.


« Pardonnez-moi… Je n’arrive pas à maintenir la créature dans cet état. Comment faîtes-vous ? Quel processus suivez-vous ? » demandé-je, interpelée par la complexité de la magie nécromantique.

Ce n’est qu’une première leçon… Mais un tel enseignement vaut vraiment un prix si élevé. Les possibilités sont nombreuses et beaucoup d’opportunités peuvent s’ouvrir à moi si j’arrive à maîtriser la nécromancie à un niveau… Disons appréciable.

Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1233/0  (1233/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 1 Aoû 2018 - 21:36

Le Démon s’avançait, fixant un bref instant la grue avant de piétiner les ossements ramenés par son apprentie à l’aide de sa patte. Un nouveau nuage de poussière. Un craquement sec. La preuve de l’échec de Huayan. Les crocs de la hyène s’affichaient, moqueur un instant avant de reprendre d’une voix douce.

De la volonté, voici ce dont vous manquez pour y parvenir.
Il tournait sur lui-même avant de faire quelques pas, la créature d’os à ses côtés.

Deux qualités sont essentielles pour parvenir à ramener un squelette à vos côtés, la première étant la présence d’os. Ensuite, il suffit simplement d’avoir la volonté, la puissance d’esprit nécessaire pour appeler et contrôler vos servants. L’un ne vient pas sans l’autre et vous n’irez nulle part tant que vous n’y serez pas arrivé.
Namtar se retournait de nouveau, laissant un espace suffisant entre lui et son élève avant de fermer son unique oeil. Il répétait le geste, frappant de nouveau sur le sol afin qu’apparaissent désormais la silhouette d’une hyène dont la plupart des ossements étaient absents.

Huayan, mémorisez bien ce que j’ai à vous dire et vous y parviendrez. Le flux, l’énergie, l’essence même capable de rappeler les morts de la terre n’est rien d’autre que la personnification de votre volonté. Tant que vous ne parviendrez pas à embrasser la flamme qui vous anime, il vous sera impossible à dominer la mort elle-même ainsi que ses sous-fifres
Depuis tant d’années, tant d’invocations et à baigner dans les eaux putrides de la mort. La Bête parvenait à se demander s’il empruntait toujours le même chemin à l’instant où un cadavre se relevait selon ses envies. La réponse était non. Cela en était devenu un réflexe, une habitude morbide à l’instant où il dispensait son énergie à ramener les morts à côté de lui. L’excitation, la sensation même de remporter cette lutte insipide pour le contrôle. À l’instant où il enseignait, il regrettait de ne plus le ressentir.

Heurtant le sol une fois de plus, c’était dorénavant le squelette d’un noble lion qui faisait son apparition. Trois créatures à ses côtés, trois résidus d’esprit.

Trois êtres de taille et de volonté différentes, l’un étant craintif alors que l’autre est majestueux. Celui-ci est un charognard et l’autre le roi de la savane. Toutefois, ne soyez pas idiote avec la manipulation des os. Même s’ils sont morts depuis des années, il y aura toujours un résidu de la volonté de votre servant. La seule condition est que vous surpassiez celle-ci et que vous la dominiez, rien de plus et rien de moins. Allez-y, dans l’ordre et simultanément. N’essayez pas, si c’est pour échouer
Les trois squelettes à ses côtés, le Démon reprenait sa place assise alors que son regard passait de l’un à l’autre de ses serviteurs. Avait-il de la fierté dans ce qu’il accomplissait ? Nullement. Tout cela n’était que de la magie de bas-étage, de la poudre aux yeux pour les simples d’esprit dont le regard se tordait d’effroi à la vue des morts en dehors des tombes. Il n’avait réellement qu’une utilité aux os et il s’agissait du nombre incroyable que l’on pouvait invoquer, autrement, ils ne valaient rien. Un exercice. Une forme de preuve des compétences d’une apprentie.



_______________________________
 
 
Le Syndicat

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
334/400  (334/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 2 Aoû 2018 - 19:16
Manquer de volonté ? Moi ?!

Il a un certain toupet tout de même le maître des ténèbres. J’écoute ses conseils avec beaucoup d’attention. C’est un expert dans cet art, j’ai intérêt à suivre chaque consigne à la lettre. Qui sait ce qu’il va pouvoir m’apprendre ? Où sont les limites de son savoir ? Jusqu’où peut-il m’emmener ?

Je me concentre une fois de plus. Cette fois-ci, je regarde chaque serviteur que Death a fait. Des êtres impies, issus des restes du monde animal, se dressent autour de moi. Chacun a eu sa volonté soumise à celle du Démon. J’assimile le concept : pour accomplir cette invocation, il ne faut pas « implorer » ou « chercher » les ossements… Il faut les contraindre et les forcer.

Des esclaves. Voilà ce que ces os sont. Et ils sont voués à servir mes grands projets.

Je serre les poings, j’arrête de les regarder. Je cherche à ressentir les flux magiques parcourir cet endroit rempli de serviteurs potentiels. Je dois réussir à propager mon propre flux. Les cours de Xupeng sur la Voie du Dao me reviennent soudainement : contrôler le flux, pour l’asservir et l’utiliser pour notre propre Destinée.

Oui… Je commence à être plus à l’aise. Je ressens. Même l’énergie de la Bête me parvient… Ce qui n’est pas très difficile, vu sa puissance imposante. Il est temps que je lui montre qu’il ne s’est pas trompé en me prenant comme élève. Je vais démontrer que je ne suis pas qu’une belle parleuse.

Concentrer la magie grâce aux émotions. J’utilise ma colère et mon mépris comme carburants à ma sinistre entreprise. Les sentiments peuvent être une arme pour la pratique des arts mystiques, d’autant plus lorsqu’il s’agit de subjuguer les restes d’os et d’âmes avec sa propre volonté.

Je cherche à concentrer les flux pour faire ma démonstration. Je redresse les poings… Contrôler. Il faut contrôler. Je tape avec mes serres sur le sol, déployant un instant mes ailes. Je déverse l’énergie sur le cimetière des éléphants. Mais alors que mon maître s’attend probablement à un déversement brut, je garde la maîtrise et je conclue l’invocation avec une simple phrase.


« Nul ne résiste à mon… Appel. » dis-je, dans un murmure presque inquiétant.

Ces mots sont gorgés de mon énergie. Ils s’évaporent dans les airs tandis que je contemple le début de mon œuvre. Une œuvre morbide, et pourtant si impressionnante. Qui n’observerait pas un tas d’ossements qui par magie s’anime devant vous ?

La sorcellerie impie fait son œuvre, de la terre s’élève un corps brisé reprenant vie pour accomplir une nouvelle mission, c’est une créature semblable à la forme de Namtar ; d’un tas d’ossements se dresse le roi de la savane revenant de l’au-delà pour servir une nouvelle maîtresse, c’est un lion ; de la boue séchée sort un amas de petits os avec une apparence aviaire, c’était une grue comme moi.

Je sens mes yeux comme gorgés d’énergie magique, je suis entrain de les soumettre. Ils tiennent et obéissent désormais à mes ordres, ils s’avancent et viennent m’encadrer. Je me sens puissante. Je cherche à maintenir mon influence sur eux, ce n’est pas si difficile en appliquant les riches conseils du Boucher.

Je reprends une position plus naturelle. Je regarde mes nouveaux esclaves. Certains os craquent un peu, mais se maintiennent grâce à ma maîtrise des flux. Namtar est un bon conseiller : sa vision de la nécromancie est vraiment des plus développées. Je sens que mes cours avec lui seront intéressants.

L’endroit commence à devenir peu à peu lugubre : l’utilisation de la nécromancie, comme la présence de nos invocations squelettiques doivent influencer l’environnement… Chaque coup d’œil sur ces engeances nous rappellent que tout ceci est contre les lois de la Nature et que perturber le repos des morts n’est pas toujours sans risques… Cependant la récompense vaut parfois le risque encouru.

Je me tourne une nouvelle fois vers mon maître. Avec modestie et réserve, je lui dis :


« Merci Maître. Vos conseils sont des plus efficaces, comme vous pouvez le voir. »

Je regarde un instant le squelette en mouvement de la grue décédée. Même sans sa chair, elle conserve une certaine élégance. Cela devait être un beau spécimen, lorsqu’elle était en vie.

« Quelle est la suite, Maître ? »

J’ai hâte de connaître la suite de la leçon. Jusqu’où Death pourra m’emmener dans ce long périple qu’est l’apprentissage d’une magie aussi secrète et interdite ?
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1233/0  (1233/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 2 Aoû 2018 - 22:01

Un rire léger, aigu, s’échappait de la mâchoire de la Hyène. Alors que son unique oeil brillait d’une lueur nouvelle, il se relevait avant de reprendre d’une voix calme.

La suite ? Elle est simple, vous devez dorénavant maintenir l’ordre dans vos propres rangs. Il s’agit, dans la nécromancie, de la tâche la plus compliquée que vous aurez à apprendre.
Détournant son regard, fixant l’un des imposants squelettes, l’animal gonflait son torse avant de frapper de ses deux pattes contre le sol. Un nouveau sillon se creusait, fendant le sol jusqu’à un tas d’os pour qu’un horrible craquement résonne dans la vallée. Les secondes passaient jusqu’à ce qu’arrive, depuis un tas informe, les restes blanchis d’un rhinocéros s’annonçaient auprès du maître et de l’apprentie.

D’un geste de la tête, le Démon donnait son ordre à sa créature et elle exécutait instantanément sa tâche. Creusant le sol de sa corne, dessinant des formes dans le sol aride de la savane.

Lorsque nous contraignons des bêtes par notre volonté, il y a un calcul simple à opérer. Vous et moi dépensons de notre énergie pour les appeler ainsi que pour les contrôler. Plus vous aurez de serviteur, plus votre contrôle sera ardu et les chances à ce que vos créatures vous trahissent augmente. Imposer sa volonté est simple, la maintenir est bien plus compliqué et nous allons nous exercer à tout cela.
Une fois la tâche du rhinocéros achevé, celui-ci tombait sur le sol dans un tas informe alors que se dessinait un terrain de jeu. D’un pas lent, la Hyène s’avançait à une extrémité, accompagnée de ses invocations avant de s’assoir en dehors de la délimitation ainsi créer.

Les échecs, vous connaissez ? Il s’agit d’un exercice primordial pour l’appréhension du contrôle de votre volonté ainsi que de votre concentration, un petit divertissement lors de votre entraînement. Prenons les tatous en guise de pion, les hyènes pour fou, le zèbre comme cavalier et la grue sera la tour. Inutile de vous dire qui seront roi et la reine. Que la partie commence !
Fermant l’oeil, concentrant une partie de son énergie, Namtar se recroquevillait sur lui-même alors qu’il laissait échapper de fins filaments s’enfonçant dans le sol. Il tournait légèrement le crâne, recherchant les serviteurs appropriés pour finalement marteler le sol de ses pattes. Tout autour de lui, lentement, les squelettes de ses créations sortaient de terre pour s’avancer sur le terrain de jeu selon sa propre volonté. Pour lui, un exercice simple. Pour son apprentie ? Une entraînement pour parvenir à soulever autant de squelette et de forme différente. Namtar allait même jusqu’à douter que la partie se termine un jour.

Du moins, pour un premier essai. Il n’était pas à en douter qu’elle parviendrait un jour à l’égaler sans pour autant le dépasser. Elle avait quelque chose en son coeur qui l’en empêcherait, il s’agissait d’un code moral. Il garderait son statut de maître jusqu’au jour où elle basculera à ses côtés. En attendait, il attendait sa partie.

Les esprits les plus simples dans un premier temps et clôturer par les plus hargneux. Ensuite, assurez votre contrôle avant de donner le moindre ordre. Inutile de s’empresser. Le but est de réussir et non d’essayer, est-ce bien clair ? En avant.
Il affichait alors un sourire satisfait, observant son élève avant que le réel exercice ne commence. Certains peuvent dire qu’il n’y avait aucune logique dans la suite d’exercice. Toutefois, ce n’est pas en restant les bras croisés que l’on découvre ses limites et que l’on évolue. Il était temps à ce que les jeux cessent et que l’apprentissage commence.



_______________________________
 
 
Le Syndicat

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
334/400  (334/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 3 Aoû 2018 - 19:22
Un duel.

Pour une première leçon c’est original. Cependant, le jeu d’échecs n’est pas du tout mon point fort. Il est vrai que je connais les règles et que j’ai déjà eu l’occasion de jouer à quelques parties avec Francis… Cependant il est clair que je ne suis pas aussi efficace qu’au jeu de Go.

Le véritable objectif de ce jeu, est surtout de pousser mes limites au-delà des frontières pour l’instant définies. Pour jouer, il va me falloir huit tatous, deux grues, deux hyènes, deux zèbres. Je jouerai le Roi, et j’utiliserai un cadavre de lion comme reine. Ce qui fait tout de même quinze sbires à invoquer… C’est largement au-dessous de mes compétences. Je vais devoir puiser profondément et tenir le plus longtemps possible pour faire la partie…

Et mon petit doigt me dit que Death ne va pas me laisser gagner aussi facilement.


« Je ferai selon votre désir, Monseigneur. » dis-je, débutant ainsi ma phase de concentration.

Une nouvelle fois, je me tourne vers le cimetière. Mes yeux en quête de matériaux pour mes pions. Une fois encore, je cherche à maîtriser le flux de magie, à créer un lien avec la magie, un lien qui va servir à accomplir mon devoir. Je serre les poings. Je vais laisser cours à mon esprit et à mon pouvoir.

Aucune barrière, aucune limite, aucune tenue, je concentre l’énergie.


« Nul ne résiste à mon… Appel. » murmuré-je une fois de plus.

Je relâche tout, comme une vague titanesque de nécromancie qui se déverse sur les lieux, infusant les ossements des êtres morts pour qu’ils puissent reprendre une forme dans leur nouvelle vie de servitude, et ce sous mes ordres. Des quatre coins du cimetière, les morts se dressent et avancent d’un pas lent vers le terrain d’échecs, cliquetant, parfois incomplètement constitués, mais me rejoignant d’un pas décidé.

Mon esprit est assailli par la demande que représente de maintenir une telle quantité d’os. Mes yeux sont injectés de colère et douleur, et pourtant je tiens. Je tiens bon. Pour l’instant. La souffrance que représente cela est immense pour moi, comme si vous affrontiez chacun d’eux dans un duel d’esprit qui demande beaucoup de ressources.

Je les place en règle et je me prépare. Je me positionne sur la place de mon Roi et je reste des plus concentrée. Rien du monde extérieur ne vient troubler les efforts que je fais pour maintenir le tout en règle. J’espère que la partie ne va pas s’éterniser, je ne tiendrai pas plusieurs heures, ça, je le sais d’avance.

Avant de lancer le match, je ferme un instant les yeux, pour contrôler ma respiration et ainsi mieux agir et maintenir les flux magiques qui me traversent et qui se déversent dans tous ces animaux autrefois vivants. L’arène paraît certainement bien macabre pour un quelconque spectateur. Toutefois, il est clair que cela promet d’être divertissant.


« Commençons. » dis-je à Namtar, le ton décidé.

« Troisième tatou en en partant de la gauche, avance d’une case. »

Le squelette s’exécute sans broncher et j’arrive à le maintenir. J’ai les poings toujours serrés, je dois rester constamment à l’affût de mes serviteurs, sous peine que l’un d’eux s’effondre et que mon maître soit déçu. Il faut tenir.

Je ne vous cache pas que l’aspect stratégie ne sera pas ma principale préoccupation de ce petit combat à l’amiable. Je veux surtout lui démontrer mon potentiel et ainsi le motiver suffisamment pour qu’il puisse me donner toujours plus d’informations et de secrets sur cet art magique impie et interdit.

Ma quête pour libérer Haojun n’en est qu’à ses balbutiements.
Le Boucher de Grimm

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1233/0  (1233/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 7 Aoû 2018 - 0:00

À la place du Roi, le Démon observait chacun des traits de son apprentie et il regrettait sur l’instant d’être venu dans un pareil monde. Lire les traits sur un visage animal ? Cela était presque impossible.

Néanmoins, elle démontrait un certain acharnement à faire tenir en place tant de squelettes.

Gardant la tête droite, ignorant l’angle mort qu’il avait sur la gauche du terrain, la hyène fixait la zone à la recherche d’une stratégie. Huayan avait déjà la possibilité de libérer sa reine et de l’envoyer directement sur ses propres squelettes, il devait réagir en conséquence. Dans un silence de mort, le deuxième tatou en partant de la droite s’avançait de deux cases et s’arrêtait nonchalamment. Ce qui était un exercice pour l’apprentie était d’une banale habitude pour le maître.

Il faut conserver à l’esprit la leçon suivante, madame Song. Un ordre, une tâche précise ou une action complexe que vous exigerez à vos esclaves ira toujours demander plus de votre volonté.
Elle déplaçait un autre tatou, ajoutant un pion à la droite du premier qu’elle avait libéré et libérant ainsi une nouvelle possibilité à son jeu. Parfait. La Bête arborait un sourire satisfait alors que le zèbre à sa gauche avançait pour s’installer devant le pion protégeant sa tour. L’animal, lors de son mouvement, sautant au-dessus des pions. Électrisant l’air d’un aura ténébreux dont le Démon était le responsable.

Dans chaque être, il y a une limite sur laquelle jouer afin d’assurer sa domination, une sorte de point de non-retour. Un squelette ? Cela se limite à l’emprise de l’ancienne vie de l’hôte. La prochaine étape de votre entraînement consistera à découvrir cette délimitation et à maintenir votre contrôle à ce niveau. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’il est inutile de dispenser plus d’énergie pour le maintien d’un pauvre squelette.
Un nouveau déplacement, cette fois, encore un tatou qui s’avançait dans le terrain de jeu devant la grue de gauche. La Bête discernait un début de stratégie alors que la silhouette de son élève semblait faillir un instant. Elle apprenait, elle cherchait à ne pas se perdre, c’était un bon début. Allant de l’avant, le tatou en face de sa hyène à droite s’avançait afin de libérer le passage à sa propre reine.

Une convocation inactive demandera, elle aussi, moins d’attention de votre part. Les morts ont un grand avantage et il s’agit du temps, celui-ci n’a plus d’influence sur eux et ils peuvent rester à attendre des heures durant. Du moins, si vous parvenez à insuffler suffisamment de volonté pour qu’il ne s’écroule pas au sol.
Il faisait avancer d’une case un autre tatou, celui qui gardait son autre cavalier. Le Démon répondait pas la même action, laissant peu de temps à son élève pour réagir, l’obligeant à utiliser d’autant plus de concentration pour préparer le coup suivant.

Tout ceci semble trivial, d’autant plus avec la façon dont j’ai d’en parler. Mon apprentie. Toutefois, appliquer les conseils suivants et vous serrez moins crispé. Concentrer votre volonté sur les déplacements, ressentir le point où tout semble sur le point de lâcher et restreindre son emprise sur les pions inactifs. Allez-y.
Dorénavant, l’unique oeil de Namtar fixait la grue dans l’espoir d’attraper ce moment et de le maintenir dans ses souvenirs. Elle devait assimiler énormément de facteur et les appliquer sur le l’instant. Ce qu’il désirait, c’était découvrir jusqu’où cet esprit allait se rendre pour y parvenir.




Partie d'échec:

_______________________________
 
 
messages
membres