Le Traître

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
547/0  (547/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 7 Juil 2018 - 1:54
Toujours le même cimetière, toujours le même costume d’occasion et cette douleur lancinante dans le coeur qui ne semblait pas vouloir le quitter. Le Turk débarquait à Illusiopolis, quittant son vaisseau d’un pas morose alors que son cockpit se refermait derrière lui en même temps qu’il piétinait le gravier gris et froid de cet endroit. Il commençait à en avoir marre de tout. D’ici, de port royal, du vaisseau-mère et même de cette vie. C’était comme s’il avait seulement ouvert les yeux sur ce qu’était son existence, tout était limpide.

Il n’avait fallu rien d’autre que la mort de Surkesh pour qu’il commence seulement à comprendre, à observer, à se rendre compte. Il était perdu dans l’immensité de ses mauvaises décisions.

C’était il y a moins d’un an que Kurt Brown avait décidé de tout abandonner pour devenir Cypher. Pour quelles raisons ? Il avait lui-même des difficultés à comprendre pourquoi il avait fait ce choix. Il était loin, le brave SOLDAT écoutant les ordres et ouvrant sa gueule à l’instant où il n’était pas d’accord. Maintenant, il se contentait d’ouvrir la bouche pour avaler la merde qu’on lui coinçait entre les dents. Il n’avait de Turk que le titre et il n’était un mercenaire que par nécessité, il n’était rien de plus qu’un simple connard avec un flingue.

- Tu es bien plus que cela. Il se figeait instantanément, immobile dans les rues de la ville alors qu’il tendait l’oreille. Beaucoup, beaucoup plus…

Une voix grave, rocailleuse. Douce ? Il ne parvenait pas à l’identifier alors qu’il tournait sur lui-même en cherchant à comprendre. Rien. Kurt hochait brièvement la tête, passant sa main sur son front avant de reprendre sa route. Enjambant une poubelle renversée avant d’entrée dans le dédale de ruelles.

Il n’y avait rien, il se faisait des films, comme durant sa convalescence après la bataille sur le ponton. Stupide. Il n’aurait pas dû répondre aux provocations qu’il entendait et se diriger ici-même.

- Arrête de t’apitoyer sur ton sort. Il s’immobilisait une fois de plus, dégainant son pistolet pour viser l’autre bout de la rue. Qu’est-ce que tu comptes faire ?

Kurt restait silencieux, fermant brièvement ses paupières et activant son sort de détection. La ruelle était vide. Il baissait légèrement son arme, vérifiant une nouvelle fois, toujours rien. Il soupirait alors longuement, rangeant le pistolet dans son étui avant de reprendre sa marche d’un pas hésitant. Il y avait toujours cette brûlure dans son torse, lui arrachant une grimace.

Il lui fallut un quart d’heure pour retrouver le bureau de change des Bloodfists, lieu dans lequel il aurait dû revenir bien plus tôt. Depuis l’enlèvement du primarque, le gang devait se tenir à l’écart des grosses affaires et éviter ainsi d’attirer l’attention. De plus, l’autre imbécile de Donny devait s’user les semelles à attendre le mercenaire revenir avec sa part de la rançon pour ses loyaux et bons services. Devant les néons du repaire, ceux-ci teintant le visage du Turk d’un rouge sang, il se pinçait l’arcade du nez et poussait la porte de l’endroit avec beaucoup d’appréhension. La lumière artificielle du couloir lui piquait les yeux alors qu’il revoyait l’escalier garder par deux portes-flingues de la maison, l’un des deux gars était marqué par les traits de son monde et se retournait à l’approche de Kurt.

- Toujours en vie ? Léto s’approchait alors d’un pas, fixant le traître de la tête aux pieds. Tu as vraiment une sale gueule.
- Merci, je fais des efforts pour être aux couleurs locales. Grinçait-il, fixant le Grec. Donny est là ?
- Il n’aime pas cet endroit, il cherche une nouvelle planque.
- Histoire de dépenser les recettes, génial. Pour la première fois de la journée, Kurt sortait une clope de son paquet avant de l’allumer. Ward ?

Un bruit de pas se faisant entendre depuis les escaliers, descendant les marches, pour que le gringalet de l’équipe apparaisse à la première volée. Il affichait un air satisfait avant d’inviter le traître à le rejoindre d’un geste de la main, Léto haussant les épaules avant de s’écarter.

- Voilà ta réponse. Concluait-il, croisant ses mains devant lui.
- Merci. Répondait alors Kurt, s’avançant à son tour pour grimper jusqu’au bureau derrière le guichet de change et retrouver l’indicateur de la ville, déjà debout devant une carte de la ville.

Depuis la fusillade, dont le Turk était à l’origine, l’endroit avait bien changé. Il n’y avait plus les impacts de balle et la moisissure sur les murs. Kurt pouvait reconnaître que le chef de gang était capable de tenir un endroit propre, ou du moins, d’apparence. Alors que le regard du traître se posait sur une chaise en cuir noir, une nouvelle douleur piquait son torse, le faisant grimacer alors que Ward l’invitait à s’asseoir.

- Des nouvelles de Matthew ? Voilà la première question de l’indicateur, ne quittant pas la carte des yeux. Les mercenaires sont parvenus à l’échanger contre un pactole ?
- Non. Il crachait un nuage de fumée, fixant les piles de dossiers trainant sur le bureau. Il est au chaud, le Centurio doit attendre quelque chose pour appeler le Sanctum, j’imagine.
- Une enquête. Il se retournait. Aucune grenouille de bénitier dans la ville, aucune question, rien. Il semble avoir été oublié par ses croyants.
- Tu sais… Kurt riait un instant. Cela ne serait pas étonnant, tant il m’a marqué par son attitude lors de son passage.

Ward s’autorisait un sourire avant d’attraper un dossier qu’il posait devant le Turk, passant ensuite ses mains sur ses hanches avant de continuer.

- Un gros coup. Il se contentait de dire cela, laissant le temps à Kurt de lire les papiers devant lui. Depuis une semaine, des bruits courent qu’un gars de la Shinra ferait des allers et retours d’un hôtel jusqu’au chantier au nord de la ville. Il joignait alors ses mains. Un architecte, ou un truc du genre. Il doit valoir une petite somme à lui seul.
- Tu prépares le coup depuis longtemps ? S’interrogeait le traître, sachant pertinemment que Legend lui offrait ce gars sur un plateau d’argent, pour ses affaires au Centurio. Un plan, une idée ?
- Quelque chose qui tient la route, cette fois. Disait-il simplement, sortant une autre carte de sa veste. Donny à validé le plan, il ne manque plus que toi et Léto pour ramener le gars dans nos filets.
- Vas-y, surprends-moi. Disait-il, écrasant son mégot dans un cendrier.

L’indicateur écartait alors les dossiers d’un revers de main pour étaler la carte devant Kurt, le chemin d’une voiture ainsi que le point de départ et d’arrivée était en évidence sur le papier. Quittant son siège, le traître s’approchait et se penchait pour fixer le plan et plus précisément le doigt de Ward qui reposait sur le papier.

- Il part chaque matin à onze heures et revient à dix-neuf heures, en voiture. Il se redressait, ayant pointé le trajet. Un véhicule de la Shinra, vitre blindé ainsi qu’un conducteur et deux gars. Il passait alors sa main sur sa nuque. Aucune patrouille de SOLDAT et les renforts ne sont pas dans ce coin.
- Qu’est-ce que tu proposes ? Demandait alors Kurt, regardant l’indicateur d’un oeil intéressé.
- Une attaque-éclair. Il sortait alors deux camions de pompiers, des jouets, qu’il disposait sur le papier. Léto et moi-même prenons les camions. Il avançait les jouets. Nous bloquons la rue avec des camions-poubelles et tu te pointes dans une voiture volée pour extraire le paquet et le conduire dans les rues de la ville. Il hochait la tête, en conclusion. Clair, net et sans bavure.

Kurt reculait un instant, vérifiant le plan de la carte ainsi que le trajet. Il avait beau savoir que ce plan était un cadeau du patron pour assurer sa couverture, il savait aussi qu’il ne pouvait abandonner un ingénieur sans assurer un minimum sa sécurité. Rien d’extraordinaire, de quoi assurer les apparences. D’un geste, il pointait un endroit sur la carte.

- Là, c’est quoi ? Demandait-il, fixant Ward.
- Hm…? Il semblait songeur. Un vieux magasin, le patron a dû revendre il y a un mois. Pourquoi ?
- La Shinra n’abandonne pas les personnes importantes, il y a trop peu de gardes pour assurer sa protection. Il pointait d’autres endroits, les marquants d’une croix. Il devrait y avoir des tireurs embusqués ou des escouades de SOLDAT sur le trajet de la voiture, en cas d’attaque.
- Un piège ? Il s’étonnait, arquant un sourcil. Pour qui ?
- L’ancien de la maison qui traîne dans les rues de la ville et dont le vaisseau est mal en point. Encore un mensonge. Avec l’enlèvement du primarque, ils ont dû préparer un plan pour moi.
- On annule, où nous laissons un autre gang s’en charger. Il repliait alors la carte.
- Non, Ward. Il stoppait son geste, attrapant la main de l’indicateur. Ils savent que j’ai besoin de ce gars, que le Centurio a besoin d’un gars comme ça. Il reprenait la carte en main. Si d’autres s’en chargent, il se contenteront de l’abattre. Alors qu’avec moi ? Ils l’utiliseront pour me tracer. Tant de baliverne, cependant, Ward semblait y croire.
- Donc, il est à nous ou pour personne. Kurt hochait la tête. Bien. Le plan est prêt pour être lancé ce soir, il ne te manque plus qu’à trouver une voiture.

Ils hochaient la tête mutuellement, l’indicateur rangeant la carte dans sa veste alors que Kurt se relevait et quittait le bureau de change. Tout était prêt. Il ne restait plus qu’au traître à se retrouver au lieu de rendez-vous avec le fruit de son larcin, ainsi qu’une arme et un chargeur plein. Les employés de la Shinra présent pour la défense du VIP ne devaient pas être au courant qu’il y avait une taupe chez les mercenaires qui ne cherchait rien d’autre qu’à faire son trou à port royal. Qu’à cela ne tienne, le Turk quittait le bureau de change une cigarette à la bouche pour rejoindre les ruelles de la ville. Quand l’on sait où chercher, Illusiopolis à toujours de quoi s’offrir à vous. Celui-ci se décidait, après une heure de marche, à une simple voiture garer loin des néons de la ville. Un débris de vitre, deux câbles et le moteur vrombrissait pour rejoindre le point de rendez-vous.

Phares éteints, le Turk était dans l’une des rues parallèle au piège préparer par Ward. La lueur de la pointe de sa cigarette illuminait son visage alors que la trotteuse défilait à l’attente de l’ingénieur de la Shinra. Il ne devait pas perdre de temps. Foncer dans le tas, neutraliser les gardes, traîner le VIP dans sa voiture et filer loin du traquenard de la Shinra. Il ne pouvait empêcher ses mains de trembler.

- C’est de la routine pour un gars comme toi. Cette voix, cette même voix. Pourquoi est-ce que tu t’embarrasses de gars comme Ward et Léto ? Il ne serait pas là, ce serait pareil.

Massant ses paupières, Kurt enclenchait une nouvelle fois sa détection. Toujours rien. Il se giflait, éteignant sa cigarette et posant ses mains sur le volant. Il ne devrait pas tarder à passer.

- Tu ne pars avec rien d’autre que ton pistolet ? Un rire froid résonnait alors. Pourquoi tu t’imposes ce genre de limite, ton fusil automatique ne te manque pas ? Ou même ce lance-roquette lors de ta dernière mission avec Hadrien ?
- Putain, c’est qui !?

Il avait crié malgré lui, soufflant. Son regard cherchait après l’origine de la voix, grillant une fois de plus son sort de détection. Toujours rien. Le poing de Kurt était serré à s’en faire blanchir les mains et une douleur pointait dans sa paume, ses ongles entrant dans sa chair.

- Il est là, concentres-toi.

La voix allait en s’éteignant alors que la lueur d’une voiture passait devant lui, une berline noire aux vitres teintés. Le plan pouvait commencer. Pressant l’accélérateur, le Turk s’avançait dans la rue pour être à la suite de l’ingénieur. Ils approchaient du croisement où Ward bloquerait la rue avec son camion-poubelle. Le moteur hurlait alors que le traître s’activait pour rattraper son retard, indiquant sa présence à l’ingénieur dont la vitesse augmentait drastiquement.

Il retenait un juron, alors que subitement, le rouge illuminait la plage arrière du véhicule et que les cinq tonnes se retrouvaient au milieu de son chemin. Kurt collait son pied au plancher, frappant l’arrière du véhicule au bout d’une seconde et enfonçant celui-ci contre la benne du camion. Reprenant contenance après le choc, il vérifiait dans son rétroviseur que Léto avait accompli sa mission et il le voyait déjà quitter la cabine pour courir dans une rue adjacente. Parfait. Enclenchant la marche arrière, Kurt se dégageait et braquait pour faire face à la ruelle devant lui service de point de fuite avant d’ouvrir la porte et descendre du véhicule volé. Le conducteur sortait, dégainait un pistolet-mitrailleur. Le Turk ne perdait pas un instant, levant son pistolet et tirant une balle, celle-ci frappait l’homme de la Shinra en pleine tête et le faisait s’écrouler au sol. Une série de tirs, un des deux gardes était lui aussi sortie du véhicule et vidait son chargeur dans la direction de Kurt. Il plongeait à couvert, ses fenêtres éclataient sous les impacts avant qu’il ne se redressait et tirait trois coups à son tour. Un impact sur la carlingue, un second contre la benne et le dernier dans l’épaule du garde. Il ne fallut pas attendre longtemps pour qu’un dernier coup soit tiré et qu’un cadavre soit jonché sur le bitume d’Illusiopolis.

Avançant d’un pas rapide, rechargeant son arme, le traître approchait le véhicule alors les portes se verrouillaient. L’alarme devait être donnée. Kurt ne perdait pas un instant en concentrant l’un de ses sorts dans sa main gauche, conservant son autre main de libre pour tenir son arme. Une aura enveloppait alors sa paume, une couleur proche du gris, pour finalement s’imposer sur le métal de la carlingue du véhicule. En un instant, la rouille se propageait sur tout le véhicule qui semblait se contracter sur lui-même, tombant légèrement en poussière.

Il attrapait alors la poignée rouillée, tirant violemment en arrière pour retrouver l’ingénieur au visage mortifié et un garde braquant un pistolet sur sa tempe.

- Stop… Un claquement de doigt et l’horloge apparaissait sur l’homme de la Shinra, une explosion et un crâne exploser, Kurt se retrouvait à agripper l’ingénieur par le col et à le trainer dans les rues jusqu’à sa voiture.

Tirant la portière, jetant le corps ramolli par la peur du scientifique, le traître se dépêchait à faire le tour de sa voiture pour rejoindre le siège conducteur alors qu’une explosion résonnait et qu’un des camions-poubelles tombait sur son flot. Les renforts étaient arrivés. Le Turk se jetait sur son siège, enclenchait la première vitesse et débrayant le moteur pour partir en faisant crier les pneus. De nouveau impact de balle se dessinait sur la tôle, l’ingénieur criait à plein poumons alors que le véhicule se faufilait dans la ruelle. Un des phares avait éclaté, la lumière blanche illuminant seulement le côté gauche des murs alors que Kurt agrippait le volant, fixant droit devant lui dans la crainte d’heurter quoi que ce soit.

Un nouveau choc, une poubelle s’écrasant sur le pare-brise et fissurant celui-ci alors que le Turk criait une insulte à la terre entière. D’autres éclats de lumière apparaissaient, la rue parallèle à celle du casse, défilant à toute allure. Kurt rétrogradait tout en freinant, tournant finalement le volant pour se retrouver au milieu de la circulation d’une fin de journée. Il ne manquait pas de percuter le flan d’une autre voiture en continuant sa route, il était encore loin de s’échapper du périmètre de sécurité qu’il avait imaginé.

Encore une détonation, un éclatement, le Turk perdait le contrôle de son véhicule. Celui-ci allait s’écraser contre l’un des murs de la ville dans un bruit assourdissant.

D’un coup de pied, il explosait sa portière et se dégageait de véhicule. Un filet de sang coulait de son crâne, ses oreilles sifflaient alors qu’il boitait jusqu’à la porte arrière. L’ingénieur criait, c’est qu’il était en vie. D’un geste bref, il attrapait celui-ci par l’épaule et le faisait sortir de la carcasse. Kurt restait immobile un instant, regardant autour de lui. Les rues se vidaient alors qu’une troupe de cinq hommes de la Shinra s’approchait de lui. Des SOLDATs, il ne connaissait que trop bien les tactiques d’approches.

Forçant sur sa jambe valide, le Turk longeait le mur aussi vite qu’il lui était permis avec le boulet qui l’accompagnait, préférant délaisser le combat pour la fuite. La lueur des néons multicolores indiquant son chemin alors que les points rouges des casques du SOLDAT se profilaient au loin. Un tir de semonce, il rejoignait une ruelle pour éviter la rafale. Il était piégé comme le dernier des abrutis.

- Abandonnez-moi et ils vous laisseront tranquille ! Criait l’ingénieur, trainant des pieds autant qu’il le pouvait, cherchant à retarder le Turk. Pitié, je ne suis personne, rien qu’un…
- Ferme ta gueule ! Il distinguait le bout de la ruelle, il savait ce qui l’attendait au bout dans le cas où les stratégies des SOLDATs n’avaient pas changé. Devant moi, maintenant.

Quatre hommes, prêt à tirer, étaient au bout de la ruelle comme il s’y attendait. Manoeuvre d’encerclement classique. Kurt pointait alors son arme sur la tempe de l’ingénieur alors que les sommations se faisaient de plus en plus précipitées. Il n’avait pas de temps à perdre. Frappant du pied au sol, un sillage de terre se dessinait jusqu’à ce qu’apparaisse un mur de pierre. Suite à cela, le traître passait ses paumes sur les chaussures avant de commencer son ascension à quatre-vingts-dix degrés sur les murs de la ville pour rejoindre les toits. La seule échappatoire qu’il avait.

Le scientifique hurlait de plus belle, voyant le sol s’éloigner alors que le Turk forçait sur tous ses muscles pour tenir les deux poids jusqu’à l’étage. Enfin, il pouvait se permettre de respirer alors que les antennes de fer se profilaient devant lui.

- Vous êtes complètement dingue !!! L’ingénieur rajoutait une couche alors que Kurt se tenait les genoux pour reprendre son souffle, jetant un bref regard sur la gauche et la droite. Il était au bon endroit. Nous étions à rien de mourir et…
- Putain, tu fermes ta gueule et tu me suis ! Il attrapait l’ingénieur par le col avant de soulever une bâche recouvrant un appareil massif, le vaisseau personnel du Turk. Grimpe et n’essaye pas de t’enfuir, nous allons nous serrer pour dégager d’ici.
- C’est un chasseur, ce n’est rien de plus qu’un chasseur ! Il blêmissait. Il n’y a pas la place pour…

Progressivement, une épaisse couche de pierres apparaissait alors à l’endroit où Kurt avait posé sa main sur le scientifique, le recouvrant totalement jusqu’à le figer pour de bon. Ce n’était pas la meilleure idée qu’il avait, cependant, c’était la seule. Ayant perdu suffisamment de temps, le traître soulevait la statue qu’il collait à proximité du comportement à bagage jusqu’à ce qu’il sorte et une corde et sert les liens jusqu’à fixer son prisonnier à la carlingue du vaisseau. Un simple voyage. Ils devraient survivre tout les deux à ça.

Enclenchant le processus de vol, le vaisseau décollait lentement alors que la porte menant au toit de l’immeuble volait en éclat. Inutile de perdre plus de temps. Kurt amenant le levier en avant et le chasseur fonçait droit devant lui, s’évanouissant dans la nuit d’Illusiopolis.

Au bout d’une dizaine de minutes de vol, le vaisseau atterrissait sur la même caillasse grise du cimetière et le Turk se dépêchait à descendre pour vérifier que son plan c’était dérouler sans encombre. La statue n’était pas brisée. Soufflant de soulagement, Kurt amenant une cigarette à sa bouche avant de couper les liens et trainer l’ingénieur jusqu’au bureau de change. Il avait enfin sa preuve à ramener au Centurio, il ne restait plus qu’à trouver un passeur pour amener celui-ci loin d’Illusiopolis, sauf que ce n’était plus le problème du traître pour ce jour. Il avait assez donné pour renforcer sa couverture.
Expert comptable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: commandant
XP:
293/400  (293/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 7 Juil 2018 - 12:37
Les choses se précisent, on avance dans notre série sur les aventures de Kurt Brown ! Tu tombes bien je suis un peu en rade de lecture en ce moment, et comment ne pas apprécier ce petit rp. Passons à l’administratif ! Je te rassure, il n’y aura rien de personnel dans mes critiques (haha j’ai volé l’humour du panda…)

- sur la forme, je tiens à noter ta nette progression, t’as pris en compte rapidement les commentaires qu’on te faisait malgré un déjà très bon niveau. Pas ou presque pas de fautes d’inattention, une belle ambiance et un sacré focus sur les pensées de Kurt et ce qui l’anime à l’intérieur (suspens !)

Un petit abus d’utilisation des participes, certaines phrases ferait plus allégées par quelques verbes conjugués. Expl :
« Un bruit de pas se faisant entendre depuis les escaliers, descendant les marches, pour que le gringalet de l’équipe apparaisse à la première volée. Il affichait un air satisfait avant d’inviter le traître à le rejoindre d’un geste de la main, Léto haussant les épaules avant de s’écarter. »
Notamment le « pour que » sert d’articulation entre deux morceaux de phrase. Un verbe conjugué doit donc se trouver avant et après. Je te laisse relire la phrase avec juste «  se faisait », tu noteras à l’oreille la différence toi-même.

- l’intitulé de la mission est respecté du moins il me semble, on verra ça quand on aura finis de défossiliser le bestiau. Un peu plus de précision sur lui aurait été bienvenu pour utilisation ultérieur (même si pour le moment à part toi, le personnel n’est pas très présent ... * tousse*)

- sur les combats, comme d’habitude ils sont très bien décrits, surtout la course poursuite ! J’aurais aimé peut être une vrai confrontation avec les SOLDATS pas dans le sens où là ils ne te tirent pas dessus mais une confrontation avec ton statut de double jeu (voir double je). T’es un mercenaire et c’était l’occasion de faire quelque chose de pas joli joli, le genre de choses qui hante un infiltré, pour assurer sa couverture. Histoire de t’enfoncer un peu plus vite dans les emmerdes ^^.

Sinon pour un informateur je trouve que le « Un architecte, ou un truc du genre. » de Ward, fait un peu novice. Surtout que tu ne nous précise jamais même à la fin la réelle identité de celui que tu nous as ramassés. Comment font tes collègues pour savoir ce que tu nous as offert hein ? D’ailleurs dommage que le gros dossier ne soit pas décrit plus que ça, j’aurais aimé voir le bon travail de ce spécialiste du renseignement, surtout qu’au final vous le regardez même pas.

Une petite idée m’as traversé l’esprit en lisant ce passage d’ailleurs, ils doivent faire profil bas mais se lance à nouveau dans un enlèvement de grosse huile shinra. D’ailleurs j’aurais aimé voir qu’il a du négocier avec les autres gangs pour préparer son coup, après tout les camions poubelles je les aurais bien vu appartenir à une mafia locale, l’endroit de l’enlèvement peut se trouver sur le terrain d’un autre gang et quand c’est comme ça il faut montrer patte blanche. Ils se partagent plus ou moins pacifiquement le gâteau qu’est le monde-ville d’Illusiopolis. Tu vois où je veux en venir ?
Je sais je demande toujours plus ! Mais ça sers à ça un commentaire aussi, parce que bon des critiques j’en ai pas à faire.

En bref, de l’espionnage, des courses de voitures, des explosions, du sang et des larmes ! James Bond peut aller  se rhabiller ! D’ailleurs ça manque de blonde… même si c’est ce qui m’énerve le plus dans les jambes bond.

- difficulté et récompense
Périlleux : 35 points d’expérience + 300 munnies + 1 PS en magie et 2 PS en vitesse.
Par contre tu devrais prendre soin de toi... on dirait que tu vas nous faire une crise cardiaque ! héhé
messages
membres