Derniers sujets
Jour de fêteAujourd'hui à 3:04Général PrimusL'Erreur est HumaineHier à 23:34NarantuyaaLes JardinsHier à 22:51NarantuyaaLe bleu est une couleur chaudeHier à 15:58CissneïPour allumer le feuHier à 15:03LenoreQuelques ossementsMer 19 Sep 2018 - 23:45DeathLa roue de l'infortuneMer 19 Sep 2018 - 19:47DeathConfidences d'un ApatrideMer 19 Sep 2018 - 19:26NarantuyaaFilatureMer 19 Sep 2018 - 18:34DeathJeu de rôleMer 19 Sep 2018 - 13:29LenoreNuit AnormaleMer 19 Sep 2018 - 10:42Chen StormstoutUne Dernière LettreMar 18 Sep 2018 - 21:40Huayan SongToujours gagnant, jamais perdant !Mar 18 Sep 2018 - 17:27Chen StormstoutMansuétudeMar 18 Sep 2018 - 16:56NarantuyaaPour un peu de malMar 18 Sep 2018 - 14:10Agon Wiley
Argument Imparable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
48/1000  (48/1000)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 21 Mai 2018 - 4:18
Je rêvais. ‘Fin j’dormais. Et c’était pas un rêve super précis donc ça vaut pas vraiment la peine qu’j’le raconte. En gros, j’crois qu’c’était vaguement mon enterrement parce que j’me souviens qu’j’entendais un prêtre sous la pluie dans un cimetière dire « Jecht est mort, papayou papayou ». C’qu’était assez strange. J’pense qu’c’est pas impossible qu’j’aie des pouvoirs un peu guedins, genre… chais lire dans l’avenir, je fais des rêves de devin, là. J’pense c’est possible, vu l’pedigree que j’représente. Y a forcément un destin hors du commun derrière une chevelure aussi vivace. Ouais j’apprends des nouveaux mots, j’pense ça vient tout seul avec le pouvoir, ça.
Mais vu que parler en papayou, c’est quand même un délire, à mon avis c’tait juste un rêve. Mais entre nous, c’est pas impossible qu’à ma mort, y ait un genre de bouleversement dans l’équilibre du style. Jecht meurt, donc… le mauvais goût revient. Carlos, en premier. Puis juste après… Le plus gay des membres de l’Organisation XIII. C’ui qu’a un nom en a, comme toutes les pinas d’aujourd’hui.

Et en parlant d’aujourd’hui. J’rêvais c’truc bizarre quand j’entends quelqu’un entrer dans ma chambre. Tu te souviens que j’ai des sens de ninja ? Ouais, évidemment. Bah ça m’a pas fait peur. Faut dire que le prêtre aux papayous était quand même v’là plus flippant et qu’toute mon attention était d’jà tournée vers lui.


« Jecht… » qu’j’entends vaguement, tu vois. J’fais pas attention. Ca se répète mais je l’ignore. Et genre quelques secondes plus tard, j’entends ma porte se fermer et d’autres pas s’approcher de moi. J’ai senti un contact sur mon bras.

« Hum ? »

« Jecht, lève-toi, il y a un… » j’ai pas bien entendu la suite mais ça donnait bizarre. J’ai ouvert les yeux sur Belle penchée vers moi, l’air un peu livide, tu vois. Ok, tu vois… j’ai tout d’suite compris qu’c’était grave, qu’c’était pas normal.

« Un quoi ? »

« Un inconnu dans notre salon. Il dort sur le canapé. »

« Un… » J’me suis r’dressé. J’avais assez dormi pour l’éternité là. Un mec était chez moi. Genre un cambrioleur, un cloche botte ou un putain de détraqué. Chez moi… J’ai senti un truc en moi, un sentiment trop bizarre. J’étais pas en colère, j’étais… tellement décidé, d’un coup.

En m’levant, j’ai vu Alice, dans l’coin d’la pièce, assez terrifiée. Belle avait du lui dire d’se cacher dans ma chambre, tu vois.
« Euh… » J’me suis l’vé, pieds nus à terre et j’suis allé vers la fenêtre, j’ai cherché les gardes du r’gard. Ils étaient là, les mecs, devant la porte. Putain j’étais rassuré et pas du tout à la fois. J’m’attendais à les voir morts sur not’pelouse. Au lieu d’ça, y’f’saient leur vie, en ignorant que putain, y a un clochard chez nous ! Et donc comment il est entré ?! C’était chaud. Mais c’qu’était encore plus chaud c’était moi. J’allais tellement…

« Tu dors habillé ? » m’a demandé Alice, brusquement. Ouais, vrai qu’j’étais dans mes habits de toujours, avec… mon hygiène de toujours.

« Ouais c’est pour être prêt et tout. »

« Pour toi, être prêt, c’est porter un pantalon et une salopette que tu n’attaches pas ? »

« Ok donc… je vais prendre une douche puis je règle l’histoire du clodo ou comment ça s’passe ? »

« Vas-y Jecht, mais sois prudent, s’il te plait. »

Bon… J’ai laissé mon arme dans ma chambre. J’allais régler ça en quelques secondes et on r’trouverait pas son corps. Ni sang, ni bruit. J’suis descendu l’plus discrètement possible. Ouais… y avait un mec… vraiment drôle. C’tait genre un gars en armure toute pétée, c’était trop débile. Il avait choisi la mauvaise piaule. C’aurait été juste ma barraque, j’aurais pas dit. V’nir m’emmerder moi, j’peux comprendre, mais Belle et Alice, c’était l’interdit. Et c’mec là leur foutait la trouille. Et il était là sur not’canapé, hyper mal en point. Crois-moi, mon gars, t’as passé une mauvaise soirée ? Laisse-moi t’offrir le repos éternel ! J’suis arrivé près de lui. J’devais pas faire trop de bruit pour pas alerter les gardes… Donc j’me suis mis d’vant l’divan, j’ai glissé un pied à côté d’ses fesses, sur l’un des coussins… Et clac, ma main sur sa gorge. Y avait même de l’acier autour de son cou, un délire… mais franchement, face à Jecht ? J’ai serré si fort qu’le truc s’est broyé sous ma poigne. Je me suis assis sur son ventre pour le bloquer et de mon autre main, j’ai essayé d’couvrir l’bruit qu’il allait faire en essayant d’crier. Quequ’s’condes… ensuite il aurait plus assez d’air pour même murmurer, et juste après ce s’rait fini.

_______________________________
La Clé du Destin

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3739/3500  (3739/3500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 26 Mai 2018 - 15:40
J'étais mais, tellement posé mec. Je flottais dans le vide, du moins c'était l'impression que j'avais. Tout était noir autour de moi, mais j'étais pas inquiet. Pas un bruit, pas un son, juste de l'obscurité à perte de vue. J'étais comme résigné, comme si je savais que j'allais crever mais que j'm'en foutais. C'était p'tête pas si mal, c'était p'tête simplement la sanction de tout ça. J'aurais plus de comptes à rendre à qui que ce soit, j'aurai enfin la paix.

Bien sûr, la question des autres se posait. J'avais l'impression de les abandonner, de partir sans un regard en arrière mais j'arrivais à me convaincre que c'était pour leur bien. J'y voyais là aucune forme de lâcheté, p'tête influencé par les mots de la Pierre. Par moments, des bribes me revenaient. Des moments passés avec d'autres, des visions d'avant où tout était cool, où j'pouvais être serein. Mais j'savais bien que c'était fini. J'avais merdé grave, et si tout le monde n'était pas déjà au courant, alors l'Éclaireur faisait mal son taff.

Dans mon sommeil, je souriais en pensant à ce qui serait arrivé suite à tout ça. Sora m'aurait fait un sermon en fronçant ses sourcils. Comme d'hab, j'l'aurais sûrement pas écouté. Cissneï aurait pété un câble, Jecht m'aurait mis une tarte de papa... Mais bon, l'erreur était réparée. J'avais joué, et j'avais perdu. Le Palais des Rêves devait sûrement avoir rejoint la Fin des Mondes à l'heure qu'il était, et par ma faute.

Puis, a mesure que je sombrais, l'air commençait à me manquer. Tout devenait de plus en plus oppressant. Ça s'accélérait, les visions se faisaient de plus en plus persistantes. Je ne voyais plus rien de la tour de la gare, les seules images me revenant étaient celles du bal. Celles d'Aqua, celles de Cissneï, quelques unes de Death aussi. Tout se faisait plus sombre, les ailes que je sentais me pousser semblaient m'arracher chair et os. Je me noyais dans ces ténèbres pourtant si accueillantes.

Ça m'a fait réaliser plusieurs trucs. J'voulais pas rester ici. La promesse d'une torture éternelle me plaisait pas tant que ça et j'commençais à me débattre. Mon armure se resserrait autour de moi, comme si c'était elle qui voulait m'étouffer. Comme si la Keyblade me punissait elle aussi. J'avais pas le droit de me complaire ici, dans ce calme absolu. J'ai attrapé cette poigne invisible autour de mon cou et j'ai essayé de l'en détacher. J'ai forcé comme je pouvais mais j'arrivais pas à la dégager. L'étreinte des ténèbres était trop forte ; trop longtemps je lui avais laissé la porte ouverte. Alors j'ai commencé à virer mon armure, pour avoir plus d'espace, pour m'en libérer. J'essayais de trouver davantage d'air. Peut-être que si elle me ramenait à la surface...

Et puis j'ai ouvert les yeux. Mon armure était debout, à côté de moi. J'ai tenté de me redresser, lentement et j'ai vu Jecht étalé sur le sol. Je savais absolument pas où j'étais ; c'était l'bordel dans ma tête. Le Palais des Rêves qui sombrait, la marée de sans-cœurs, mon portail... Mon armure s'approchait de Jecht, et j'ai compris que y'avait un truc qui allait pas. Je l'ai renvoyée, plus par reflexe qu'autre chose et j'ai regardé Jecht en haussant péniblement un sourcil avant de me laisser retomber en arrière.

Malgré ce goût amer qui envahissait ma bouche, j'arrivais à articuler deux trois mots.


Qu'est-ce que tu branles ici ?

_______________________________
Argument Imparable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
48/1000  (48/1000)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 2 Aoû 2018 - 4:10
Le truc m’a bondi d’ssus… Ca m’a fait comme une vague de métal dans la tronche, qu’avait aucune putain de logique. J’le maint’nais comme un fou et d’un coup, cette armure a jailli du canap’, t’sais, comme s’il avait été propulsé par un r’ssort, pour m’foutre à terre en une seconde. Mon dos est v’nu s’écorcher sur la bibliothèque en bois derrière moi, qu’j’ai maint’nue d’une main pour pas qu’è’m’tombe d’ssus. J’ai serré les dents. J’étais pas content d’trouver un adversaire à ma hauteur, cette fois. C’tait différent de Hercule pasque… bah Hercule j’avais perdu. Ma confiance avait pris un coup.
Et puis bien sûr, la base c’est Alice et Belle. J’allais me rel’ver et tout donner pour l’éclater en le moins possible d’enchaînements, quand il a disparu. Et derrière, sur le canapé, assis, y a Roxas. Ce con a une tête qui m’rappelle directement Cissneï quand je l’ai marrav’. J’l’avais laissée dans un état, genre dégueu. Et lui il était pareil. Tout pâle, amoché, mais surtout, t’sais… ‘Fin non, je sais pas trop dire ; J’ai toujours eu l’impression d’avoir cette gueule, le genre j’vais crever d’main.


Qu'est-ce que tu branles ici ?

Alors… quand j’ai compris que l’armure c’était lui, c’qui m’a d’mandé que’ques s’condes, laisse-moi te dire que j’étais pas heureux. J’ai pas pris ça ahah c’est marrant, non. Mec, j’étais pas content. J’étais genre… vénère pour tout un tas de raisons super brusques, qu’attendaient pas vraiment une réponse à la question « qu’est-ce que lui branlait là ? ». C’tait froid, c’que j’avais dans l’cœur, là. C’tait un genre de réel calage que j’me faisais à son sujet. Alors qu’c’était un pote, que j’tenais à lui comme à un frère. Mais en deux s’condes, il m’avait cassé les couilles. Il était assis comme une âme en peine de merde, comme s’il avait perdu sa meuf ou chais pas quoi.

« Non mais t’es chez nous, ducon ! » qu’j’ai gueulé avant d’me rel’ver. « Non viens, t’excuse pas d’m’avoir tarté, j’vais rien dire ! » Mec ! J’allais frapper un truc, j’avais trop envie d’m’énerver et tout mais va frapper un mur quand tes bras ont la puissance de feu d’un panzer ! Ouais bah j’ai l’droit d’me la péter. J’me suis approché de lui avec une putain d’envie de le cogner. Alors bon j’allais pas l’faire. Pas tout d’suite. Mais j’ai fait genre j’voulais passer devant lui, juste entre ses jambes et la table basse, et j’me suis permis, comme un gros gamin, d’pousser ses pieds qu’étaient dans l’chemin d’un coup de tibia pas méchant. J’ai fait deux pas puis j’me suis retourné en m’grattant la barbe.

« Viens, les conn’ries, c’est marrant et tout, on fait n’imp quand on est dehors, on casse des mercenaires si tu veux mais putain de chez moi, non ! » J’ai gueulé mon non. Ma phrase était même pas claire donc vise la… bah la clarté. Mais j’étais dans un état. Genre pas du tout soulagé ou quoi, en fait. J’aurais préféré que ce soit un charclo, j’aurais préféré l’tuer, le balancer dans une fontaine pendant la nuit et avoir son sang sur les mains plutôt qu’cette situation d’merde qui voulait… rien dire, quoi. Là tu t’dis j’abuse mais pour moi, y a pas grand-chose qu’a de l’importance. Bah voilà, pas grand-chose. Du coup, ce qui en a, tu l’respectes. Ma barraque, c’est pas ta putain d’gare. « Tu veux crécher, tu crèches. Mais en armure de mes couilles qu’j’ai jamais vue d’ma vie ? Le plan c’est qu’j’te démonte ou c’est de foutre la trouille à Belle et Alice ? » J’ai mis mes mains sur ma tempe, t’sais, comme si j’toquais pour voir si y avait bien un cerveau dans mon crane.

J’avais… mais… même pas envie d’l’écouter alors mec, j’ai fait un truc trop trop cool. Un truc qu’j’avais jamais fait avant pasque ça fait trop daron et qu’j’ai pas envie d’ressembler à un daron. Mais là c’tait cool.


« T’sais quoi ? J’ai même pas envie d’écouter tes conneries. J’vais m’calmer en buvant une bière et en r’gardant la télé, puis toi tu vas la fermer. Et quand j’aurai envie, tu m’diras ce que tu fous là. »

Alors avant, j’me suis dirigé vers les escaliers et j’ai gueulé : « Descendez ! » J’allais pas tout leur dire en gueulant dans la mesure où bon… si j’criais « c’est Roxas ! », les gardes allaient l’entendre et on était mal. Puis j’allais pas dire « c’est un pote à moi. » Bref. Quoique j’aurais pu dire ça aurait été merdique. Quand elles sont descendues, un peu farouches, j’ai pointé du doigt le petit con. « Roxas. C’est un ami, j’vous en ai parlé, c’est l’simili de Sora, je sais pas si vous le connaissez. On en parle à personne et… personne lui parle tant que j’ai pas fini de r’garder la gym. »

Et là enfin c’est c’que j’ai fait, j’me suis mis sur un fauteuil individuel, j’me suis tourné vers la télé en m’isolant de tout l’monde, une bière à la main, et j’ai cherché la chaine de la gym. Genre… acrobaties et tout sur tapis, de petites Asiatiques avec zéro forme mais pourtant carrément sexy. Genre je sais pas. Un des nombreux trucs mis en avant par l’Consulat même en début de matinée. Bref. C’est actuellement mon méga trip, la définition de la bombe atomique, la sirène 2.0. Me fallait au moins ça pour penser à autre chose que monsieur chaipasouj’suis.

_______________________________
La Clé du Destin

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
3739/3500  (3739/3500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 2 Aoû 2018 - 10:24
Putain, j'pigeais que dalle. Jecht était là et gueulait tout c'qu'y pouvait alors que j'essayais de me remettre de tout ça. J'avais un mal de crane, un truc à t'taper la tête contre les murs. J'me sentais cassé de partout, j'étais mou, flasque... Un bonheur que j'sente encore mes membres, tiens. J'commençais à m'rappeler ; le Palais des Rêves se pétait la gueule, j'étais sous les sans-cœurs, Jecht était l'premier à qui j'avais pensé. J'savais qu'il avait une baraque, un endroit sûr, j'm'étais dit qu'c'était la bonne idée, mais visiblement... J'avais fait d'la merde, un peu.

Belle et Alice étaient là aussi. Elles me connaissaient pas, j'les connaissais pas non plus... C'était l'genre d'épisode méga chelou. Pour autant, la première s'était approchée, un air presque sévère sur la tronche. Elle savait, je savais, elle savait que j'savais... C'était pas compliqué, j'devais puer les ténèbres à cinquante bornes. Alice, elle, restait un peu en retrait. Comme si elle essayait d'me jauger, ou j'sais pas trop quoi. J'sais même pas c'que Jecht leur avait raconté de lui et de moi. Alors pour engager une conversation, j'te dis pas la galère.


Tu as un cœur bien sombre pour un simili, qu'elle me lâche comme ça, dans l'plus grand des calmes. Sur l'coup j'me sentais con, pour un max de trucs. Surtout pour le fait de récupérer un cœur et d'en faire de la grosse merde. Et aussi parce que j'avais l'impression que j'étais un putain de livre dont elle était en train de lire les pages. J'sais pas si tu vois c'que j'veux dire. Qu'est-ce que tu voulais que je réponde ? Alors sur les conseils avisés du daron d'la maison, bah... j'ai fermé ma gueule.

J'allais juste me faire enculer j'pense. Déjà, Belle toute proche j'te l'dis j'étais pas bien. C'était... méga gênant. Désagréable. Un peu comme si j'cramais de l'intérieur mais doucement. Une chaleur plus oppressante que douloureuse. E'm'disait qu'j'étais blessé par-ci, par-là mais alors quand elle a pris mon bras pour regarder, oh putain. Du creux de sa main, j'ai senti comme un poison s'infiltrer dans mes veines. Ça a circulé de mon bras, c'est allé jusque dans mon épaule, et alors quand c'est arrivé dans mon cœur, j'ai serré les dents et j'ai dégagé mon bras. Pas rassurée, elle a eu un mouvement de recul, un peu surprise.

J'ai secoué mon bras d'un coup, j'ai bougé mes doigts les sourcils froncés, avant de fermer le poing.


S'cuse moi, c'était...

Elle aussi fronça les sourcils. Si on avait fait un concours, large qu'elle aurait gagné. Elle porta sa main à son menton, et resta quelques secondes pensive. J'étais dans une merde pas croyable. J'sortais de transe, j'avais littéralement explosé le monde de sa pote là, j'avais buté son mec aussi. Non, non, comme j'le disais avant, j'allais juste me faire engueuler mais comme jamais. Ciss... avait pas masse d'autorité fallait le dire. Quand elle sortait son flingue, qu'elle tirait en l'air et qu'elle se mettait à faire la maman, ça avait d'la gueule mais ça allait pas plus loin. Non, ici j'allais m'faire défoncer c'était certain.

D'façon ça allait s'savoir. Si c'était pas par moi, ce serait la Lumière, les merços, la coa ou même l'éclaireur. Pour l'instant, la dernière personne à m'avoir vue c'était Ciss, ou l'mec chelou qui s'est tiré avec mon vaisseau. J'sais plus c'était flou. Avec un peu de chance, j'pourrais me faire passer pour mort quelques temps. Y'avait Aqua aussi, j'aurai bien aimé la voir. M'excuser.... c'était l'idée, mais ce serait pas suffisant. C'était grâce à elle que j'avais pu revenir à la « normale ».

Putain, fallait que j'raconte mais j'étais franchement pas serein. Et là, comme un coup du destin, bien ou mal j'en savais rien, la télé que Jecht matait fit un bruit pas bon du tout. Le genre de bruit que t'as jamais envie d'entendre quand t'as fait une connerie la veille. Un petit jingle à la fois dramatique, serious business et presque épique.


« Breaking news, nous sommes désolés d'interrompre votre programme... »


Déjà, la nouvelle c'était pas ouf. Mais alors si en plus ils coupaient le programme avec lequel Jecht comptait se calmer.... Héhé... J'ai rien pu faire d'autre que regarder Belle avec un sourire nerveux.

_______________________________
Argument Imparable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
48/1000  (48/1000)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 25 Aoû 2018 - 23:52
J’me suis penché vers la télévision, en jouant avec ma bière, à enl’ver son étiquette avec mes ongles. Les Asiatiques ont disparu, et y avait un flash info, t’sais, avec Roxanne. J’l’ai déjà vue en vrai, cette meuf, et bon, elle a parlé d’moi, genre indirectement, donc voilà. Et genre au moment où j’allais dire, comme ça, anecdote, qu’en vrai c’est une meuf froide et tout, qu’tu peux pas approcher pasqu’elle a genre pas l’temps pour nous, t’sais…

« Ce matin, grand froid dans l’équipe de l’Éclaireur. Le Palais des Rêves a en effet disparu. Hier soir, une bataille aurait éclaté durant un bal organisé par la Coalition noire. Ce combat opposait cette dernière à la lumière ainsi que quelques particuliers sur lesquels nous n’avons pas plus d’informations sur l’heure. Les guerriers de la lumière seraient intervenus, auraient engagé l’affrontement. La violence de celui-ci a causé l’apparition massive de sans-cœurs et finalement, la submersion par les ténèbres de ce monde qui n’est, dans toute cette histoire, qu’une victime. Nous nous rendons à bord d’un de nos vaisseaux à l’endroit où se trouvait alors le Palais des rêves. Il n’y a que… »

J’ai rigolé lourdement, ait mis mes doigts sur mes tempes en fermant les yeux. Putain… Limite si je pouvais pas entendre Roxas pleurer derrière moi. Y avait limite toutes les lumières du Consulat qui s’tournaient vers lui en mode « gros, c’est lui l’coupable, après… chuis pas une poukave ». Non mais… c’est tellement signé Roxas. J’écoutais plus la télé… putain j’l’aurais éteint en frappant d’ssus… et j’aurais éclaté ma bière sur un mur si j’avais pas voulu épargner Belle qui se s’rait mise en colère. Franchement… Là, ils sentaient tous ma tension et ils fermaient tous leur gueule. Mais va pas provoquer Belle ou être injuste envers Alice.
J’regarde au-d’ssus d’mon épaule, j’fixe Roxas. J’avais pas l’air en colère, j’crois. J’en sais rien.


« Cissnnnn « Est-ce que Cendrillon va bien ? » demande Belle brusquement. Elle est pas conne, elle comprend bien aussi, elle est cultivée, elle sait qu’la réputation d’Roxas c’est voilà voilà… puis elle est consule, donc sans dire qu’y sont ennemis, pasque Belle a pas d’ennemis, voilà. Elle connait d’autant plus des saletés sur lui. Et comme EN PLUS elle sait qu’c’est un genre de complice pour moi, laisse béton. « Ouais, elle va bien ? » J’ai r’gardé Belle et Alice. Parfois, ouais, j’oublie ma situation. Chuis un mec r’cherché par certains, qu’a des enn’mis partout, et qui vis avec deux princesses de cœur. C’est chaud… Et à la fois, j’ai d’jà tellement d’emmerdes à m’faire pour moi, qu’un peu plus avec elle, on s’en fout. Puis… pourquoi pas trois, qu’j’me dis un peu comme ça. Cendrillon, d’réputation, elle est pas méga hot, mais au fond ? Si elles aimaient bien être toutes ensemble, moi ça m’dérange pas. En plus bon, la réputation de tombeur que j’aurais.

Viens à quoi j’pense là ?!


« Bon et Cissneï, elle était là ? Elle est vivante ? Nan mais… » J’me suis l’vé, en f’sant quelques pas. J’avais… tellement de questions, mais franchement, tellement envie d’le défoncer, propre. Si la Coalition noire était crevée à moitié, si la lumière était crevée à moitié… Une princesse de cœur morte ? Et surtout un monde, quoi. J’ai pris l’dos du fauteuil sur lequel j’étais assis sur moi, j’l’ai r’tourné d’un coup d’poignet et j’me suis assis d’ssus, en face de Roxas. J’ai pointé Belle et Alice, j’les ai vraiment invitées à s’asseoir en mode tranquille, prenez votre place, c’est aussi vot’discussion.

« Bon, explique-moi c’que j’sais pas déjà. Et franchement… sois efficace. » J’me suis gratté l’front. Un mort, c’était déjà trop pour nous. Bon… on en a causé, clair’ment. À commencer par Fred, mais après c’était des imprévus, t’sais. Genre j’tue des gars sans m’en rend’compte, tellement qu’chuis génial. Et p’tête… En fait, p’tête que Roxas est juste dangereux, t’sais. Le genre à qui même quand t’as des limites franchement olé, bah… tu peux pas faire confiance. J’en sais rien. J’arrive pas à croire qu’j’suis l’mec raisonné, t’façon.

_______________________________
messages
membres