Derniers sujets
DésinformationHier à 19:31Huayan SongBalade nocturneHier à 11:41KestiaLa négociatriceLun 16 Juil 2018 - 23:13Maître AquaLe Tour de ClopinLun 16 Juil 2018 - 17:41Arthur RainbowAbsenceLun 16 Juil 2018 - 13:28ShadowPromenons-nous dans les bois -Dim 15 Juil 2018 - 9:48Vesper EarlLa guerrière satyre AmbrosiaSam 14 Juil 2018 - 18:24AmbrosiaFace contre TerreSam 14 Juil 2018 - 0:36NarantuyaaPeins moi ça en noirVen 13 Juil 2018 - 3:49Jack InèrsseDemande graphique?Jeu 12 Juil 2018 - 18:40KairiAu fond du gouffreJeu 12 Juil 2018 - 13:57Cassandra PentaghastLa Chute de NottinghamJeu 12 Juil 2018 - 10:41Heinrich VentrecrocIl y a toujours un cheminMer 11 Juil 2018 - 23:39Fabrizio ValeriDans un souci logistiqueDim 8 Juil 2018 - 13:59Kurt BrownCe qu'on fait par AmourSam 7 Juil 2018 - 16:31Maître Aqua
Le Traître

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
296/0  (296/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 17 Mar 2018 - 22:58
- Bon, je dois y aller. Répondait finalement l’ancien médecin, se relevant de la table sur laquelle se trouvait Natsu ainsi que les autres mercenaires en charge du camp au nouveau monde. Les affaires, vous connaissez. Il s’écartait lentement, levant la main en guise d’au revoir. Merci pour les informations, mon vieux.
- À la prochaine, copain ! Criait le chasseur ardent, alors qu’une femme aux nombreuses cicatrices sur le visage l’interpellait une dernière fois.
- Attention au leprechaun avec le trèfle à quatre feuilles, essaye pas d’le combattre si tu l’croises dans la forêt. Une histoire qu’il venait d’entendre, celle d’un sans-coeur ayant réussi à tenir en échec tout le camp il y a un an jour pour jour. Il avait marqué les esprits, apparemment.
- Ce sont les indiens qui m’intéressent, pas les ombres. Riait-il en prenant une cigarette dans son paquet.
- Si tu crois que ce sera aussi simple. Un gars en kilt avait prononcé ces quelques mots alors que Kurt était déjà trop loin pour l’entendre. Il m’inspire pas confiance…

Les mains dans les poches, portant le foulard vert que l’irlandais lui avait tendu à son arrivée, le mercenaire quittait finalement le camp pour se diriger vers la forêt. Loin des murs gris d’Illusiopolis, le mercenaire se sentait presque revivre en s’avançant entre les imposants séquoias qui n’avaient pas encore été abattu par les chercheurs d’or. Un dégradé naturel de plante et d’arbre dont les feuilles naissaient de nouveau à l’approche du printemps, il n’en revenait tout simplement pas de découvrir pareil monde après tout ce qu’il avait vécu. L’univers ne cessait de l’épater.

Le plaisir de sentir un air sans dioxyde de carbone ou encore aseptiser par les moteurs d’un vaisseau, il avait presque du mal à croire en ce bouquet champêtre qui s’offrait à lui. Il allait finir par y prendre goût, même s’il vaudrait mieux éviter.

Il déambulait ainsi entre les troncs d’arbre, levant les pieds afin d’éviter quelques racines ou arbuste et pointant l’oreille à une symphonie qu’il ne connaissait que trop peu. Le chant des oiseaux, le vent entre les branches d’arbre ou encore le bruit de l’eau ruisselant dans son lit. Il se sentait l’âme d’un poète quand il distinguait une biche à plusieurs dizaines de mètres s’écarter de lui dans de grande enjambée. Il était loin des festivités en l’honneur du saint qui l’attentait à son retour.

Un contrat simple. Du moins, c’est ce à quoi il pensait en décrochant le papier dans les salles du fort. Amener des indiens pour le Colisée de l’Olympe. Contrairement aux créatures d’Oerba, il aurait moins de risques à se retrouver dans l’estomac d’un monde. Qu’est-ce qui pouvait lui arriver de pire, outre une flèche dans l’épaule et un coup de tomahawk. Si la situation l’exigeait, il n’allait avoir besoin que de tirer un coup de semonce afin de voir les indigènes déguerpirent.

À se demander pourquoi personne n’avait jamais pris la peine de remplir le contrat, tout cela sera d’une facilité déconcertante.

C’est avec son habituel sourire provocateur que l’ancien Turk s’avançait dans la forêt. Il se le disait mentalement et ne cessait de se le répéter. Ce n’était rien d’autre qu’un bol d’air frais dont il allait profiter jusqu’aux derniers instants. Par ailleurs, le plus important, c’est qu’il serait payé dans cette chasse à l’homme. Finalement, l’univers avait quelque chose de salle dans sa façon de tourner.

- Que la traque commence… Ce murmurait-il, passant sa main dans son dos pour attraper son pistolet. Première étape, faire du bruit pour être remarqué.

Il n’était pas à domicile, il le comprenait de plus en plus en observait les longues rangées d’arbres qui se dressaient devant lui. Kurt pouvait se cacher dans un couvert de longues heures à guetter après un indien, sauf que ce serait du temps perdu. L’un des nombreux enseignements de SOLDAT, celui de voir le terrain comme une arme à part entière, ce que les sauvages devaient aussi savoir comme ils chassaient aussi dans ces bois.

Le coeur lourd, le mercenaire arrêtait de faire attention en marchant. Écrasant fougère et branche, oubliant totalement la discrétion dans l’espoir d’entendre une flèche siffler dans sa direction.

Toutefois, ce ne fut pas le premier bruit qu’il percevait. Un tir, résonnant dans l’imposante forêt pour qu’un pan de l’arbre à sa droite n’éclate dans une gerbe végétale. Par réflexe, il plongeait au sol pour ensuite ramper afin de se mettre à couvert derrière l’arbre qui avait pris le tir. L’incompréhension se lisait sur le visage de Kurt, il avait du mal à croire ce qui venait de se passer. L’instant d’après, ce fût d’autre salve de tir qui parvenait à ses oreilles ainsi que morceaux de terre entiers qui s’élevaient tout autour de lui, le recouvrant de crasse alors qu’il ne pouvait plus démentir le feu nourri qu’il était en train d’essuyer.

Poussant sur ses talons, se collant toujours plus contre le tronc, le mercenaire regardait tout autour de lui alors que cette flore si calme il y a encore une minute se transformait en champs de bataille.

De nouveau sur ses deux jambes, le mercenaire serrait la poignée de son pistolet à s’en faire pâlir les jointures. Il attentait un moment qui ne venait pas. Il ne parvenait pas à discerner d’où les tirs provenaient. Une boule dans son ventre commençait à grossir progressivement, qui pouvait bien déployer autant de moyen dans une telle fusillade. Enfin, le mercenaire percevait un bruit qu’il ne connaissait que trop bien, le fin sifflement d’une roquette jusqu’à ce que l’explosion ne le propulse en avant.

- Bordel. Il relevait la tête, le visage couvert de terre alors qu’une horrible douleur lui harcelait le dos. L’odeur de la chair calcinée était dorénavant la seule odeur parvenant à son nez. Péniblement, il tournait sur lui-même en posant sa main sur la brûlure recouvrant la moitié de son torse. Il sentait la douleur le parcourir, il n’avait pas eu la chance d’une brûlure au troisième degré.

Dressant son regard, il distinguait des ombres au loin, s’approchant de sa position alors que l’ordre de tirer était toujours de mise. Péniblement il rampait sur le sol après un nouveau couvert, tenant sa plaie comme si c’était d’une quelconque utilité.

Après la douleur, c’était la rage qui montait à la tête de Kurt. Il n’allait pas crever dans un monde de merde qui ne possède même pas les sanitaires. Le dos contre un arbre, il poussait une nouvelle fois sur ses talons alors que son bras droit pendait mollement dans le vide. Il allait enfoncer le lance-roquette dans le côlon du tireur embusqué, il le jurait au rythme que sa magie parcourant son corps. Le pistolet lui serait inutile à cette distance, il pouvait le remettre dans son hostler.

Un nouveau sifflement caractéristique. L’ancien médecin plongeait dans l’espoir d’échapper à l’explosion alors que son couvert se détruisait à l’impact, propulsant des échardes de la taille de buche dans toutes les directions. Une nouvelle douleur. Kurt se redressait difficilement en sentant le corps étranger dans sa cuisse. La rage était loin, c’était une colère noire qui l’envahissait quand il dressait un bras en face de lui.

- BRASIER ! Malgré le sang ruisselant le long de sa jambe et la douleur dans son crâne, la magie suivait le chemin de son bras alors qu’une boule de feu immense naissait dans la paume de sa main. Il écarquillait les yeux un instant avant qu’il ne relâche le sort et que celui-ci file entre les arbres.

Il chancelait un instant, étonné de ce qu’il venait de créer sur le coup alors que les coups de feu reprenaient. Propulsant des mottes de terre alors qu’il plongeait pour se protéger. Au loin, il distinguait les flammes lécher les troncs de séquoias au rythme que les tirs se faisaient moins importants. Il se ressaisissait en sachant avoir fait mouche, lui donnait l’impulsion pour se redresser et sourire dans la direction opposée. Une nouvelle douleur dans le dos. Kurt chutait en avant alors qu’une balle venait de traverser son torse. La respiration de l’ancien médecin se faisait lente alors qu’il se redressait pour fixer le toit de feuille, qui cela pouvait bien être. Des ombres au point au cheveux noirs et à la peau mate.

Est-ce que c’était vraiment les indiens…?

Fermant les yeux, Kurt se mettait à genoux pour ramper jusqu’à un autre couvert. Il devait gagner du temps. Amenant sa main à son torse, il préparait un autre sort, des étincelles crépitantes entre ses doigts avant qu’il ne pointe sa main derrière lui. Une série d’éclairs partait en ligne droite, dessinant la tranchée dans la forêt et touchant probablement quiconque sur son chemin. D’où venait cette énergie nouvelle, il aurait voulu avoir le temps pour se poser cette question.

Les tirs fusèrent de nouveau, ne laissant qu’assez de temps à Kurt de dresser un mur de pierre comme couvert de fortune. Le dos contre la terre, se resserrant sur lui-même, le mercenaire de savait plus quoi faire. Machinalement, il dressait sa main vers les cieux jusqu’à matérialiser un dôme en glace tout autour de lui.

L’ambiance changeait, il était comme dans un autre monde alors que la paroi était dorénavant complète. Le silence, l’espace d’un instant jusqu’à ce que les impacts de balles résonne dans son dernier couvert. La lumière était différente, presque apaisante alors qu’un certain froid s’installait progressivement. Il était acculé. Une explosion dans son dos lui rappelait alors qu’une trace noire était dessinée contre le dôme.

Le mercenaire se relevait, difficilement, observant la glace tout autour de lui et les impacts brisant progressivement la glace. Le dos vouté, un nuage blanc sortant au rythme de son souffle, il réfléchissait à un moyen de s’en sortir. Il n’allait pas crever ici, pas comme ça et pas dans son propre putain de dôme.

- Ça venait de par là ! Des voix parvenaient de la direction du camp. C’est quoi c’truc de glace !?
- Merde. La voix du gars en kilt. C’est dangereux ?

Oubliant la douleur l’espace d’un instant, l’ancien médecin s’avançait tout en annulant le sort qui se brisait progressivement. Des blocs de glace tombèrent au sol alors que Kurt franchissait le périmètre en plongeant en direction des mercenaires du camp. D’abord, il y eut des armes le pointant, pour ensuite un soupir de soulagement alors que la dame au cicatrice l’attrapait pour le soutenir.

- Qu’est-ce que…? Demandait-elle.
- Les indiens… Gémissait le mercenaire, sentant la douleur revenir. Ils sont armés, bien mieux armés que vous. Il un filet de sang perlait sur son front. Il faut se casser, vite.

Il fermait les yeux, brièvement avant de se sentir partir. L’ancien médecin se réveillait une paire d’heure plus tard. Allongée sous une tente, seul et l’esprit embrumé. Dans ses souvenirs, les indiens avaient des arcs et des tomahawks, pas des armes automatiques ou des lance-roquettes.
Expert comptable

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: commandant
XP:
191/400  (191/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 30 Mar 2018 - 16:02
Déjà, pardon pour le temps que j’ai mis à commencer la notation. Ne t’inquiète pas, je vais faire ça vite et j’enchaine sur le suivant. Trèves de plaisanterie, c’est parti alors!

- Allez encore quelques rares fautes d’étourderies çà et là. Histoire de dire que quelque chose cloche.

- Très jolie description de la découverte de la forêt et de l’ambiance sous le dôme de glace, j’en arrivais presque à être gagné par sa légèreté. Tes efforts paient et tu t’améliores chaque fois un peu plus, continue comme ça ! Une légèreté contagieuse dans sa façon d’envisager sa mission, on sent bien qu’il y va les mains dans les poches et c’est une très bonne idée ! Que pouvait-il arriver de pire hein ? Il y a une bonne réflexion, logique, à laquelle on acquiesce volontiers au fur et à mesure qu’il l’explique. Ce qui rend le dénouement d’autant plus fort et bon !
Tu entretiens le doute sur l’identité des tireurs franchement c’est bon, j’ai même cru à un moment que c’était les mercenaires qui te tiraient dessus ! C’était sympa de revoir Natsu et ses potes du nouveau monde.

Dernièrement on t’a demandé de la difficulté, là, tu douilles sévère et en toute beauté, j’apprécie d’autant plus cette mission. Ils ont de gros moyens ces indiens ! Pourtant ça ne parait pas exagéré dans les descriptions.
Je vais pas avoir beaucoup plus à en dire, c’était un super rp. Tu as fait un effort de description et de difficulté et ça mérite un bonus oui !
En plus posté le jour de la saint patrick , tu gagnes le bonus de munnies triplés ! Comme quoi c’était le moment pour te pousser au-delà de toi-même haha. J’ai flippé en même temps que Kurt, qui  veux aller négocier avec les indiens ??
- difficulté et récompense
Périlleux : 35 points d’expérience + 900 munnies (300 munnies *3 pour la saint patrick) + 2 Ps en def, 1+1 bonus ps en magie.

Oublie pas  http://www.kingdom-hearts-rpg.com/t5333-la-saint-patrick-evenement-du-17-mars

tu gagnes un trophées

messages
membres