Barbare au rhum

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
96/400  (96/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 17 Mar 2018 - 21:48

Le feu était presque éteint quand Naran rejoignit le petit campement. Personne, si ce n’est la forme endormie de sa nouvelle prise. Les autres serviteurs avaient rejoint leurs yourtes respectives – Et seul Nerguei demeurait près du feu.

La soirée avait été animée, tellement qu’elle se confondait maintenant avec l’aurore. Jeux, combat et beuverie s’étaient relayé jusqu’à l’aube ; Et maintenant Naran clopinait, ivre et ravie de la fraicheur de la terre sous ses pieds nus. A mesure qu’elle s’approchait du foyer mourant, elle avait retiré son épaulière, sa chemise, ses chausses de cuir doux. Les vêtements s’envolaient de part et d’autre du campement, tombant sur le sol mouillé de rosée.


La Mercenaire garda à la main son épais manteau vert, qui oscillait à chacun de ses pas maladroits. Quand, finalement, elle atteint le lit de Nerguei, elle s’y abaissa délicatement. Se glissant entre les couvertures, elle finit par presser son visage froid contre le dos du jeune homme. Ses mains s’insinuèrent sous ses épaules, venant caresser sa poitrine et drainer la chaleur de son corps endormi.

Il se tendit soudainement. Il se réveillait donc finalement… Naran souffla dans sa nuque, amusée. Le frisson qui le secoua la fit sourire. Elle sentit pourtant ses mains chasser les siennes, son torse se tordre pour se retourner…
Elle entoura sa taille de ses jambes, puis, le voyant se débattre, elle finit par se redresser.

Il ne semblait pas heureux de la voir le chevaucher. Ses mains se crispèrent sur ses cuisses, son regard haineux.
« Eh bien, tu fais des manières ? »
« J’te donnerai rien, sorcière. » Il n’avait pas tant dit que craché sa phrase.


« Pourtant, hier tu avais été plus qu’heureux de me donner tout ce que je te demandais… »
Naran raffermi son assise, sentant le jeune homme se réveiller sous elle. Son sourire suffisant ne fut répondu que par du dédain.

« Je possède déjà tout de toi, tu sais… » Naran pris le visage du jeune homme entre ses mains.
« Ta servitude, perdue en un combat. » La Mercenaire survola l’arcade sourcilière blessée de son ancien opposant, retirant vivement sa main quand Nerguei tenta de s’en emparer.
« Tes vêtements, ton odeur, ton souffle, si facile à saisir une fois dans mes bras… » Elle se blottit soudain contre lui, faussement affectueuse. Le paria tenta de se dégager, de la faire basculer de côté… Mais déjà Naran avait repris sa position initiale, riant de lui à cheval sur son bas ventre.

« Jusqu’à ton apparence… » Les traits de Naran se faussèrent, devenant une vision cauchemardesque du jeune homme. Si on reconnaissait, d’un instant sur l’autre, un nez, une bouche ou un œil, l’ensemble était difforme, toujours changeant.

Le visage informe plongeât ses yeux devenus orangé dans ceux de sa victime, moqueur. « J’aurais volé ton nom, si tu en avais un ! »

Répulsé, Nerguei la repoussa, de toute la force dont il était capable. Pourtant, ses mains ne semblèrent pourtant pas l’atteindre. Naran se glissait entre elles, se tordant hors de son empoigne. Son visage retrouva toutefois sa forme naturelle, ses sourcils se fronçant devant la nouvelle menace.

« Tu veux résister ? Tu veux jouer à nouveau, retenter ta chance face à moi ? » D’un mouvement vif, Naran empoigna la gorge du jeune homme. Dans son autre manche jailli une fine aiguille, qui vient se couler contre son cou emprisonné.
« Ne pense pas que cette fois je jouerai selon les règles. »


Voyant la mine enragée du jeune homme, Naran éclata de rire. Sa tête dodelinait dans la brise matinale, ses cheveux noirs s’éparpillant hors de sa tresse dans un flots arbitraire.
« Pas la peine d’être si sérieux ! » relâchant lentement la pression, la jeune femme se releva.

« Je ne te demande pas grand-chose, enfin ! Un peu de chaleur le soir, tout au plus… Après tout, n’aurais-tu pas demandé la même chose de moi, si nos rôles étaient inversés ? » Les couvertures glissaient sur le corps de la jeune femme, découvrant son épaule pâle aux premières lueurs de l’aube, scintillant sur l’aiguille suivre lascivement les contours de son épaule.  


« Tu n’oses plus parler ? Tu as peur que je m’empare de ta précieuse âme ? »

Nerguei fini par gronder. « тэнэг ямаа ! J’avais cru perdre contre une femme… T’es qu’une écervelée dépassée par des pouvoirs bien trop puissant pour toi ! »

« Ha ! Tu n’as donc pas perdu ta langue… » Naran rit, presque flattée.
« Puisque c’est tout ce qu’il te reste… Tu vas pouvoir en faire usage. »


***


« Parle. »
Naran enfonçait son doigt dans sa joue, allongée sur le dos sur son manteau de peau. Elle le regardait, la tête à l’envers sur un oreiller de tresses échevelées. Sur son expression revêche se dessinait une pointe de fascination alcoolisée.

« Pour que tu me prennes ma voix, aussi ? » Nerguei avait un air absent. Ses doigts flottaient au-dessus de son cou meurtri, où le sang maintenant séché laissait deviner une fine ligne noirâtre.

Naran gloussa. Un son incongru, cruel. Elle déglutit, et sa gorge sembla enfler, laissant peu à peu apparaitre une pomme d’Adam aux traits floutés. Ses lèvres rondes et pulpeuses s’affaissant en une bouche fine et sèche, tandis que sa mâchoire se déforma en celle, plus carrée, de Nerguei. Ce dernier détourna le regard, et Naran s’exclama d’une voix d’homme : « Je l’ai déjà, ta voix ! »

« Arrête. » Nerguei se redressa, assis en tailleurs sur sa couche. Dans la lumière de l’aurore, il semblait calme. Loin de la résignation, et pourtant...

« Tu aurais pu fuir. » Naran le fixait, perplexe. « Malgré notre pari, malgré ta condition. » L’alcool et la satisfaction avait réveillé sa curiosité pour cet homme qu’elle ne connaissait pas.
« Un paria comme toi, tu n’as pas d’honneur à défendre. Pourquoi rester, si ma magie t’écœure tellement ? »

« A ton avis ? » Le jeune homme lui retourna son regard. Malgré les insultes de Naran, il semblait aussi neutre que le reflet d’un miroir… Et pourtant, quelque chose… Dans sa posture. Dans son corps encore beau, malgré ses cicatrices. Dans l’éclat d’un de ses yeux, visible sous ses cheveux échevelés.

La Mercenaire réfléchit. Son esprit embrumé reprenait peu à peu sa clarté, aidé par le froid et le calme soudain de son interlocuteur.
Il lui manquait un élément.

« Quelque chose te retient ici. » Nerguei ne répondit pas.
« Mais quoi ? Tu n’es pas de sang noble. » Naran s’était brutalement redressé. De toute sa hauteur, elle fixait le combattant assis. Ce dernier lui rendit le regard, un sourire naissant aux coins de ses lèvres.
« Tu n’as rien à ton nom. Tu n’as pas même de nom ! Comment un… Un innommable comme toi… »

« Je suppose qu’il y a une chose que tu n’auras pas de moi. »
« Quoi ? »
« La réponse à cette question. »


Dernière édition par Narantuyaa le Ven 23 Mar 2018 - 14:52, édité 1 fois
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 20 Mar 2018 - 20:46
Donc, on continue les notations ! La suite, et j’suis presque triste que cela ne suive pas la suite logique du dernier rp. Comme t’étais mal en point.

Là, j’vais être honnête, j’ai pas aimé le rp.

Attention, j’suis pas en train de dire que c’est mal écrit ou que c’est chiant. Loin de là. Ici, c’est l’exemple typique de : « C’est pas ma came ».

Alors, certes, il s’agit d’une autre culture et d’autre machin du genre avec lesquelles j’suis pas forcément d’accord. Toutefois, j’ai vraiment eu envie d’attraper Naran par le col et lui coller des p’tites paires de baffes. Oh ! Le personnage était insupportable. Durant toute ma lecture, il y avait cette voix qui répétait inlassablement dans ma tête : « Quelle connasse ». En vrai, j’me demande si c’était l’intention du récit, que vraiment l’on regarde Naran en s’disant que c’est la reine des chieuses. Si c’est le cas ? C’est entièrement réussi avec moi.

Ici, j’parle au-delà du fait que le personnage dise que c’est une chieuse. Elle le prouve du début à la fin avec ses interactions et sa manière de parler à Nerguei. Enfin, j’pense vraiment que c’était le désir derrière cette scène de vie dans le camp Huns et aussi le fait que j’suis tellement pas d’accord avec les termes de cette relation.

Bref. Clairement, ne prends pas mon commentaire pour une attaque ou quoi que ce soit d’autre. Ce rp là, c’est clairement le symbole d’un truc que je ne supporte pas moi-même. Pour autant, j’sais être subjectif et en dire du bien. Tu joues très bien le jeu ! Te voilà rassuré, non…?

Vraiment, c’est bien écrit et c’est fluide. Tu poursuis la lecture, les descriptions ne vont jamais trop loin ou ne sont pas assez précise. C’est un bon rp et j’peux pas dire le contraire, ce serait mentir. Il y a aussi la « révélation » à la fin ou j’parviens à m’poser des questions sur le background d’un pnj. Ce qui veut dire que, tu arrives à capter l’intérêt ! Enfin, voilà.

Navré si ce n’était probablement pas le commentaire que tu attends.

St Patrick accomplie !


Très facile : 6 points d’expérience + 165 (bonus St Patrick 55x3) munnies + 1 PS en Symbiose

_______________________________
 
 
 
messages
membres