Derniers sujets
DésinformationHier à 19:31Huayan SongBalade nocturneHier à 11:41KestiaLa négociatriceLun 16 Juil 2018 - 23:13Maître AquaLe Tour de ClopinLun 16 Juil 2018 - 17:41Arthur RainbowAbsenceLun 16 Juil 2018 - 13:28ShadowPromenons-nous dans les bois -Dim 15 Juil 2018 - 9:48Vesper EarlLa guerrière satyre AmbrosiaSam 14 Juil 2018 - 18:24AmbrosiaFace contre TerreSam 14 Juil 2018 - 0:36NarantuyaaPeins moi ça en noirVen 13 Juil 2018 - 3:49Jack InèrsseDemande graphique?Jeu 12 Juil 2018 - 18:40KairiAu fond du gouffreJeu 12 Juil 2018 - 13:57Cassandra PentaghastLa Chute de NottinghamJeu 12 Juil 2018 - 10:41Heinrich VentrecrocIl y a toujours un cheminMer 11 Juil 2018 - 23:39Fabrizio ValeriDans un souci logistiqueDim 8 Juil 2018 - 13:59Kurt BrownCe qu'on fait par AmourSam 7 Juil 2018 - 16:31Maître Aqua
Éclat de l'Océan

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
499/500  (499/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 4 Mar 2018 - 20:52
Une douleur aiguë traversa son crâne. Dans un état de semi-conscience, Aqua laissa échapper un grognement plaintif. Sa tête était lourde, ses idées floues... Elle n'aurait même pas su dire où elle se trouvait. Doucement, la Maîtresse de la Keyblade essaya de bouger sans y parvenir, quelque chose bloquait ses mouvements... Sa respiration était difficile, son corps tout entier la suppliait de ne pas essayer de s'éveiller. D'elle-même, sa tête s’affaissa jusqu'à ce que son menton repose sur sa poitrine. Après tout, pourquoi lutter ? Son esprit engourdi n'aspirait qu'à replonger dans cette léthargie réparatrice. C'était certainement mieux ainsi songea-t-elle juste avant que ses pensées ne sombrent à nouveau dans un grand trou noir. Soudain, une nouvelle douleur ! Aqua releva brusquement la tête et manqua de s'étouffer lorsqu'elle fut secouée d'une quinte de toux. On l'avait bâillonnée. Les traits crispés, elle essaya de retrouver son calme en attendant que la douleur passe. Elle pouvait parfaitement sentir ses blessure désormais. C'était comme si son visage de porcelaine était fissuré en de nombreux endroits, elle imaginait que cela laisserait quelques hématomes une fois revenue dans un autre monde. Difficilement, et avec précaution, elle ouvrit un œil, puis l'autre, s'attendant à être éblouie par la lumière... Mais elle était plongée dans le noir complet. C'était à peine si elle parvenait à discerner le ruban adhésif qui la maintenait ligotée. Ses paupières retombèrent lourdement. Que lui était-il arrivé ? Ses souvenirs récents semblaient être une mosaïque éclatée dont il lui fallait rassembler les fragments. De manière incertaine, son esprit s'empara du premier d'entre eux.

Quelques heures plus tôt, elle se trouvait dans le jardin d'un petit pavillon semblable en tout point aux autres maisons de ce quartier résidentiel. A quelques sinistres détails prêts : les fenêtres de cette habitation étaient brisées, la porte d'entrée grande ouverte se détachait de ses gonds, un ruban de sécurité jaune en interdisait l'accès, et ce que l’on pouvait discerner de l’intérieur témoignait d’un chaos sans nom. Ce carnage était le fait des Commandos, et ils n'en étaient pas à leur coup d'essai. Depuis plusieurs jours, ils arpentaient ce quartier, saccageaient des maisons et enlevaient les jouets qui se trouvaient à l'intérieur. Avec leur attaque sur la Ferme aux Jouets qui se profilait, la situation de ce monde était pour le moins préoccupante... Cependant, Aqua n'était pas aussi inquiète qu'elle avait pu l'être auparavant. C'était la troisième fois qu'elle se rendait au Monde du Jouet pour faire face à cette insurrection, elle commençait donc à savoir à quoi s'attendre. Et après les épreuves qu'elle avait déjà dû surmonter, sa forme de poupée de porcelaine ne la gênait plus autant. Surtout, elle était rassurée de savoir que la Lumière avait enfin pris au sérieux cette rébellion et qu'elle déployait actuellement des troupes pour lutter contre l'armée de Chip Hazard. Elle appréciait également le fait que la Capitaine Fiona prenne autant à cœur le sort de tous les jouets de ce monde...

C'était cette dernière qui lui avait confié cette mission. Aqua devait enquêter sur ces raids, essayer de déterminer où se trouvait la base des Commandos et surtout découvrir où ils retenaient prisonniers tout ces jouets. Heureusement, elle n'était pas seule pour accomplir cette tâche complexe ! Archer avait tenu à l'accompagner lorsqu'elle lui avait annoncé qu'elle repartait pour son monde d'origine. Il voulait à tout prix aider la Lumière et la jeune femme n'avait pu se résoudre à lui dire non. Après tout, Archer savait se débrouiller et lui avait été d'une aide précieuse lors de l'incident de l'aéroport. Et elle n'allait pas refuser un peu de compagnie ! Tout deux avaient donc attendu que le soir tombe sur la ville afin de rendre l'obscurité plus propice à leurs déplacements. Même si les Commandos s'en prenaient aux humains, il était important d'essayer de conserver au mieux le secret des jouets. Désormais, alors que la nuit se profilait, ils étaient prêts à commencer leurs investigations.

La Maîtresse de la Keyblade posa un genou à terre et balaya la pelouse du regard, cherchant désespérément des traces d'un quelconque passage. « Rien de mon côté. » lâcha la voix éraillée d'Archer qui inspectait une autre partie du jardin un peu plus loin. Aqua soupira. Leur enquête venait tout juste de commencer et, déjà, elle piétinait. Les seules empreintes qu'elle parvenait à discerner étaient celles, nombreuses, des humains venus dans la journée pour constater les dégâts, probablement des policiers... La piste était donc loin d'être fraîche, il leur serait particulièrement difficile de la remonter. La jeune femme fit quelques pas sur la pelouse. Elle ignorait même si les Commandos étaient véritablement passés par ici. S'ils avaient choisi d'emprunter l'allée, leurs recherches seraient vaines : ils n'auraient laissé derrière eux aucune trace. Peut-être fallait-il procéder autrement ? Aqua commença à envisager d'autres solutions. Prévoir le lieu de la prochaine attaque pourrait leur permettre de pister les Commandos jusqu'à leur repaire... Mais hormis le quartier, il ne semblait pas y avoir de logique régissant le choix des maisons attaquées. Et il n’y aurait jamais assez de soldats de la Lumière pour surveiller chaque habitation. Sans compter qu'ils n'étaient que deux pour l'instant, leurs alliés présents dans ce monde préparaient la défense de la Ferme aux Jouets. Cela lui semblait être un problème insoluble...

Soudain, elle s'immobilisa.

« Archer, je crois que j'ai quelque chose ! » lança-t-elle à l'adresse de son compagnon sans quitter des yeux la découverte qu'elle venait de faire. Un peu plus loin, près des quelques buissons qui délimitaient le jardin de celui de la propriété voisine, des brins d'herbe étrangement aplatis avaient retenu son attention. Le fauve accourut à ses côtés et tout deux se dirigèrent avec précaution vers l'emplacement suspect

« On dirait que quelqu'un s'est débattu... » constata-t-il en observant le forme de l'herbe et plusieurs feuilles arrachées du buisson qui gisaient par terre.

« Regarde, ils ont dû passer par ici. » observa Aqua en pointant d'un doigt victorieux une série d'empreintes discrètes semblables à celles de pas miniatures.

Les oreilles d’Archer se dressèrent et il pencha la tête sur le côté d'un air dubitatif face à cette conclusion. Malgré son visage figé dans le plastique, il parvenait à être terriblement expressif. « Tu en es certaine Aqua... ? » demanda-t-il.

Il était vrai qu'il n'y avait que peu de traces. Trop peu en tout cas pour qu'elles soient le fait du passage d'une escouade de Commandos... Si elles étaient régulières, il n'y en avait qu'une seule série. La Maîtresse de la Keyblade croisa les bras et amena une main au niveau de ses lèvres en réfléchissant. Et si elle se trompait ? Elle était peut-être simplement trop désireuse de trouver un indice. Ces marques pouvaient tout aussi bien attester du passage d'un seul et unique jouet. « A moins que... » laissa-t-elle échapper à haute voix alors qu’une idée commençait à prendre forme dans son esprit. Subitement prise d'une intuition, elle se pencha vers le sol et commença à arpenter en long et en large le trajet que suivaient les empreintes. Il y avait peu de traces, mais elles étaient profondes. Plus profondes en tout cas que celles qu'elle laissait actuellement derrière elle. « Et s’ils avaient marché dans leurs pas pour cacher leur nombre ? » Avec l’intime conviction qu’elle tenait la bonne piste, la jeune femme poursuivit son raisonnement d’une voix concentrée, essayant d’imaginer la manière dont avait pu se dérouler cette scène. « Regarde, les empreintes mènent jusqu’à la maison ! Ils sont passés par là, et après avoir enlevé les jouets ils sont revenus sur leurs pas. Ici, l’un d’entre eux a probablement essayé de s’échapper… » énonça-t-elle en en indiquant les traces de luttes qu’Archer avait mises en évidence. « Ensuite, ils sont partis dans cette direction. » continua la Maîtresse de la Keyblade en remontant leurs traces.  Cette piste la mena jusqu’à la palissade qui donnait sur la rue, là où les empreintes s’arrêtaient brusquement. Aqua fronça les sourcils de manière perplexe. Est-ce qu’ils avaient escaladé cette barrière ? Cela lui semblait haut, même pour les Commandos…

Ce fut Archer qui parvint à élucider ce mystère. En inspectant la palissade, il y trouva une faille : l’une des planches était mal fixée et basculait lorsqu’on appuyait dessus, ce qui donnait alors une ouverture vers la rue suffisamment large pour y passer sans encombre. Aqua le félicita de cette trouvaille et s’engouffra dans le trou pour se retrouver finalement sur le trottoir, suivie de près par le fauve. Elle était persuadée désormais que les choses s’étaient passées comme elle l’avait supposé. Ce passage avait dû être une aubaine pour les kidnappeurs... Ils s’étaient donc retrouvés exactement ici, avec leurs prisonniers. « Et maintenant... ? » se demanda-t-elle à haute voix.  La Maîtresse de la Keyblade observa minutieusement le sol et tourna la tête à droite et à gauche pour regarder la rue qui s’étendait au loin. Maintenant, plus rien. Aucune trace ni aucun indice ne pouvait plus les guider, et le monde humain paraissait si vaste à l’échelle d’un jouet que trouver la base des Commandos revenait à chercher une aiguille dans une botte de foin. De dépit, Aqua s’assit sur le rebord du trottoir, appuya ses coudes sur ses jambes et laissa reposer sa tête entre les paumes de ses mains. Le regard dans le vague, elle se mit de nouveau à réfléchir. Elle ne savait même pas dans quelle direction ils étaient partis, alors comment faire pour les retrouver désormais ? Ils pouvaient être si loin avec l’avance dont ils disposaient, surtout grâce à leurs véhicules. Sa tête se redressa en pensant à cela, un détail venait de la troubler.

« Comment font-ils ? » demanda-t-elle aussi bien pour elle-même que pour Archer. Réalisant qu’elle avait suivi son fil de pensée, elle précisa sa question pour son compagnon « Je veux dire, pour déplacer les jouets qu’ils enlèvent ? ». Elle se souvenait bien des véhicules utilisés par les Commandos, il s’agissait en grande partie de modèles réduits de jeeps militaires, de camions et de voiture téléguidées. Cependant, aucun n’était assez grand pour déplacer des prisonniers, c’était tout juste s’ils pouvaient transporter plus de deux soldats chacun. Et un tel convoi de jouets ne pouvait que difficilement passer inaperçu.

Archer haussa les épaules avant de répondre d’une voix caverneuse et sinistre « Quand les Commandos veulent quelque chose, ils savent comment l’obtenir… »

La jeune femme acquiesça avant de se replonger dans ses réflexions. Elle avait cru discerner dans la manière de parler de son compagnon une forme de crainte, ce qu’elle pouvait comprendre. Les Commandos étaient des adversaires redoutables et il avait déjà fait les frais de leur folie. Et non contents d’être nombreux, ils étaient également pleins de ressources comme ils le prouvaient une fois encore en enlevant des jouets avec une telle facilité. S’ils parvenaient à constituer une véritable armée… Un frisson parcourut son échine. Elle préférait ne pas envisager cette possibilité, il fallait à tout prix les arrêter avant.

« Aqua…  »

Elle fut tirée de ses pensées par l’appel inquiet d’Archer. La Maîtresse de la Keyblade tourna la tête dans sa direction pour voir qu’il avait effectué un mouvement de recul et que son regard était fixé sur un point derrière elle. Alors, elle entendit un grognement qui lui glaça le sang. Cela ne présageait rien de bon... Avec une appréhension grandissante, Aqua se décida à regarder à son tour ce que son compagnon avait vu… Et elle se leva d’un bond quand elle l’aperçut ! A quelques mètres, il y avait un chien, un teckel au pelage brun, court sur pattes mais tout de même plus grand qu’eux, qui les observait en montrant les dents de manière menaçante. Son sang ne fit qu’un tour. « Vite, dans le jardin ! » cria-t-elle avant de se ruer vers l’ouverture tandis que le chien se jetait sur eux en aboyant ! Archer parvint à se mettre à l’abri, mais Aqua ne fut pas assez rapide. Alors qu’elle allait passer de l’autre côté de la barrière, elle sentit l’animal la percuter violemment et l’envoyer voler un peu plus loin avant d'atterrir douloureusement sur le dos. Elle voulut essayer de s’enfuir mais n’eut même pas l’occasion de faire le moindre geste pour se relever. Le chien était sur elle, l’une de ses pattes la maintenant fermement au sol. Sa gueule s’approcha de sa tête, sa truffe humide la reniflait. La jeune femme sentit sa respiration s’accélérer. Dans quel pétrin s’était-elle encore fourrée ? Elle était complètement à sa merci. L’animal grogna une nouvelle fois…

Et subitement, son attitude changea du tout au tout, passant de menaçante à joueuse, et il se mit à lui lécher le visage amicalement tandis que sa queue remuait frénétiquement. Rassurée mais totalement prise au dépourvu par cet assaut affectueux, la Maîtresse de la Keyblade ne put se retenir d’éclater de rire ! En l’entendant le teckel se dressa sur ses pattes arrière en aboyant gaiement puis il se laissa tomber au sol, se roulant sur le dos en la regardant... Le message était clair. Un sourire amusé sur les lèvres, Aqua se releva et commença à lui gratter le ventre si bien qu’il laissa échapper quelques jappements satisfaits tandis que ses pattes battaient l’air. « Bon chien, bon chien. » dit-elle d’une voix bienveillante en continuant de le caresser.

« Tu as réussi à dompter la bête, Aqua ? » demanda Archer d’un air à la fois surpris et admiratif après avoir prudemment passé sa tête par le trou de la palissade.

« Plus ou moins. » répondit la jeune femme en riant. « Disons que ce n’était pas une bête très féroce, n’est-ce pas… » Elle pencha la tête légèrement pour lire ce qui était écrit sur son collier « Razmotte ? » A la mention de son nom, et comme pour lui répondre, le chien poussa un nouvel aboiement plein d’entrain. Rassuré, Archer s’approcha de l’animal avant de le saluer d’un « Salut Razmotte. Je suis Archer, émissaire des Gorgonites. » qui lui valut à son tour un coup de langue sous le rire d’Aqua. « On dirait bien qu’il nous a adopté ! » commenta-t-elle d’un air amusé avant de prendre une grande inspiration pour se remettre de ses émotions. Au final, il y avait eu plus de peur que de mal. Heureusement qu’ils n’étaient pas tombés sur un chien véritablement méchant, une telle rencontre aurait pu leur poser un réel problème. Une fois de plus, elle prit la mesure du point auquel le monde humain pouvait être dangereux et hostile pour un jouet... Sans compter les Commandos. En continuant de gratter le ventre de Razmotte, Aqua songea à sa mission. Comment pouvait-elle localiser leur base maintenant que la piste s’était arrêtée ? Il leur faudrait attendre qu’une nouvelle occasion se présente, comme elle l’avait pensé. Sauf si… Elle venait d’avoir une idée.

« Razmotte ! » dit-elle sur un ton autoritaire en le fixant. Immédiatement, le teckel se redressa sur ses pattes et s’assit, la tête penchée vers elle, la langue pendante, une lueur d’intelligence dans le regard… De toute évidence il comprenait ce qu’elle disait et l’écoutait attentivement. Avec un sourire attendri, elle lui demanda d’une voix douce : « Est-ce que tu peux nous aider ? » Nouvel aboiement. Elle prenait cela pour un oui… Tout espoir n’était donc pas perdu ! « Bon chien. » lui dit-elle encore une fois en lui caressant la tête de son bras tendu avant de l’amener vers le passage dans la palissade emprunté par les Commandos. « Ici. Cherche Razmotte ! » Immédiatement, il se mit à renifler frénétiquement le sol, le bois, à essayer de passer son museau par le trou pour déceler une odeur. Aqua l'observait attentivement, se demandant si cela allait marcher. Razmotte avait certainement un odorat très développé comme tous les chiens, mais serait-ce suffisant... ? Retrouver la trace des Commandos était peut-être trop lui demander, mais au moins ils auraient essayé. Soudain, il s'arrêta net, humant avec insistance un endroit précis de la clôture, puis il leva la tête et poussa un long hurlement semblable à celui d'un loup avant de lui adresser un regard fier. « Il a trouvé ! » lança la Maîtresse de la Keyblade avec enthousiasme. Leur enquête n'était pas terminée, il leur restait une chance de pouvoir accomplir leur mission !

D'un bond, elle se propulsa en l'air pour atterrir sur le dos de Razmotte qui trépignait d'impatience, le chevauchant comme une monture géante. Aqua tendit une main à Archer pour l'aider à monter à son tour et il se cramponna à elle tandis qu'elle agrippait d'une poigne ferme le collier du chien. Elle s'approcha alors de son oreille avant de lui dire « Allez Razmotte, on y va ! ». Ce qu'elle regretta presque immédiatement. Elle avait à peine terminé sa phrase que le chien partait déjà comme une fusée, la faisant basculer vers l'arrière alors qu'elle laissait échapper une exclamation de surprise ! Essayant de retrouver un équilibre, la jeune femme se pencha vers l'avant et se saisit du collier à deux mains. C'était mieux ainsi, mais elle n'aurait jamais imaginé que cela secouerait à ce point, d'autant que le teckel semblait déterminé à foncer à toute allure. Elle sentait l'air fouetter son visage alors que Razmotte filait à travers les rues du quartier, tournant à de nombreuses occasions si bien qu'au bout de quelques minutes elle n'aurait su revenir à leur point de départ. Enfin il s'arrêta net à côté de feuillages qui bordaient le trottoir, si subitement qu'Aqua partit vers l'avant et se retrouva le nez dans son pelage. Elle se redressa, encore remuée et avec l’impression persistante que leur rodéo improvisé n'était toujours pas fini, puis observa les alentours. La base des Commandos était-elle dans les environs... ?

C'est à ce moment que Razmotte plongea sa gueule dans les fourrés et en ressortit avec... un os. Le tenant entre ses dents, il tourna sa tête vers Aqua avec dans les yeux la fierté de celui qui s'attend à être félicité... Mais il déchanta rapidement en voyant la déception qu'affichait son visage. Pendant quelques instants elle avait réellement cru pouvoir retrouver les Commandos et les jouets enlevés, mais cet espoir venait de partir en fumée... Réalisant qu'il n'avait pas fait ce qu'on attendait de lui, Razmotte lâcha son os, baissa la tête et poussa un long couinement malheureux comme pour s'excuser. « Ce n'est pas grave. » le consola-t-elle en lui grattant le sommet du crâne, tenant à bien lui faire comprendre qu'elle ne lui en voulait pas. «  Que fait-on maintenant ? » demanda Archer. La Maîtresse de la Keyblade ne lui répondit pas. Ils étaient de retour à la case départ, et pire : ils étaient désormais loin de la maison où leur enquête avait débutée. Aqua était à court d'idées. Elle refusait de baisser les bras, de laisser ces pauvres jouets kidnappés à la merci des Commandos, mais il lui fallait se rendre à l'évidence : ils n'avaient plus aucun moyen de les localiser. Peut-être valait-il mieux rentrer au Château Disney, admettre que sa mission était un échec et rapidement mettre en place une nouvelle opération pour trouver leur base.

Le teckel se mit alors à aboyer à plusieurs reprises. Aqua releva la tête et ferma les yeux par réflexe lorsqu'une petite voiture blanche les frôla à vive allure dans un grondement de moteur terrible ! Elle s’agrippa au collier, sentit un grand courant d'air froid la traverser, puis ce fut de nouveau le calme. Crispée, la jeune femme rouvrit les yeux et suivit d'un regard désapprobateur le véhicule qui s'éloignant en zigzaguant. Un véritable danger public, pensa-t-elle, heureusement qu'à cette heure les rues étaient désertes.

Brusquement elle se figea, les yeux grands ouverts.

Aqua n'avait eu que très peu de temps pour le voir, mais un élément aurait dû la frapper aussitôt que la voiture était passée à leur niveau. Elle n'avait pas de conducteur. Ou en tout cas à aucun moment elle n'avait pu discerner sa silhouette. Les souvenirs de la conversation qu'elle avait eu plus tôt avec Archer lui revinrent en mémoire alors que les points se reliaient entre eux dans son esprit pour lui faire apparaître la vérité. Les Commandos avaient besoin d'un grand véhicule pour transporter leurs prisonniers. Les Commandos parvenaient à ne pas se faire remarquer. Les Commandos étaient pleins de ressources... Et si, la supposition lui paraissait folle mais pas insensée, ils avaient appris à conduire une voiture humaine ? «  Ce sont eux ! » cria-t-elle comme une évidence. Déjà, la voiture disparaissait au coin de la rue. Il n'y avait pas de temps à perdre ! Ils ne pouvaient pas se permettre de les laisser s'échapper ! « Vite Razmotte, rattrape-les ! »

Il poussa un nouveau hurlement, celui d'un animal qui se mettait en chasse, et bondit sur la chaussée, si brutalement qu'il manqua une fois de plus de les faire tomber, avant de se lancer aux trousses de la voiture. La course-poursuite était lancée ! Arrivés au croisement, ils suivirent la route empruntée par le véhicule... Ils pouvaient de nouveau l'apercevoir au loin ! Maintenant, le tout était de ne pas se laisser distancer. « Plus vite, plus vite. » le pressa-t-elle dans l'oreille. Redoublant d'efforts, Razmotte accéléra. A cette vitesse, ils remontèrent la rue rapidement. La distance qui les séparait de la voiture s'amenuisait, ils allaient les rattraper ! Lorsqu'elle tourna à un nouveau croisement, ils n'étaient désormais plus éloignés que de quelques mètres. En la suivant, ils venaient toutefois de quitter le quartier résidentiel pour se retrouver sur un immense boulevard... C'était une grande ligne droite, ils ne pouvaient plus leur échapper ! En arrivant au niveau de l'arrière de la voiture, Razmotte se mit à aboyer frénétiquement. Intérieurement, Aqua espérait qu'il n'y avait pas trop de passants dans la rue à cette heure. Ils n'étaient pas particulièrement discrets et un chien chevauché par des jouets poursuivant une voiture devait être un bien curieux spectacle.

Soudain, la Maîtresse de la Keyblade sentit qu'ils perdaient de la vitesse. Un simple regard vers le teckel lui permit de constater qu'il était clairement essoufflé même s'il essayait de maintenir son allure. De centimètre en centimètre, la distance qui les séparait du véhicule commençait à se creuser de nouveau. La jeune femme eut brièvement un air inquiet. Ce n'était pas bon. Cette course-poursuite ne pouvait pas durer indéfiniment, si elle continuait ils allaient finir par les perdre... Elle devait faire quelque chose. Avec un peu plus de temps de réflexion, Aqua aurait certainement trouvé une solution qui ne soit pas complètement inconsciente. Mais dans l'urgence de la situation, elle n'eut pas même le temps d'y songer et se contenta d'agir selon ce que son instinct lui dictait. Dans un équilibre précaire, elle se dressa bien droite sur le dos de l'animal... Et d'un grand saut elle se jeta sur la voiture ! Elle sentit le choc se répandre dans tout son corps lorsqu'elle heurta la carrosserie, mais parvint tout de même à atterrir sur le pare-choc arrière. S'accrochant comme elle le pouvait malgré une stabilité approximative, Aqua fit basculer son buste vers l'arrière et tendit une main à Archer pour qu'il la rejoigne. Hésitant, il finit tout de même par se lancer en constatant qu'ils perdaient du terrain. La jeune femme le rattrapa de justesse et, en serrant les dents sous l'effort, le hissa à ses côtés. Ils avaient réussi ! Juste à temps. Épuisé, Razmotte s'arrêta sur la route, s'assit et poussa une longue plainte déchirante en les voyant s'éloigner. Une vague peine envahit alors la jeune femme. C'était ici que leurs chemins se séparaient, et elle n'avait même pas pu le remercier. D'un geste de la main elle lui dit au revoir, ne le quittant pas des yeux jusqu'à ce qu'il devienne un petit point au loin avant de disparaître dans la nuit. Elle espérait qu'ils se reverraient...

Aqua reprit son souffle. Tout ce qu'il leur restait à faire à présent, c'était de rester bien accrochés et les Commandos les guideraient d'eux-même jusqu'à leur repaire. Cependant un doute commençait à l'envahir. Tout s'était déroulé si rapidement, et il y avait déjà eu tellement de fausses pistes... Et si elle était dans l'erreur ? Il lui fallait en avoir le cœur net. La Maîtresse de la Keyblade essaya de parler à Archer, mais les vrombissements du moteur couvraient le son de sa voix... Alors, elle se contenta de lui expliquer par signe ce qu'elle voulait en pointant du doigt ses mains puis en indiquant le haut. Le fauve eut un court temps de réflexion, mais il finit par comprendre où elle voulait en venir. Il lui tendit alors la paume de sa main libre et la jeune femme posa son pied dessus de manière à ce qu'il lui fasse la courte échelle. Avec ce nouvel appui, elle parvint à se propulser vers le haut et s'accrocha de toutes ses forces à l'essuie-glace du pare-brise arrière avant de se hisser jusqu'à ce que sa tête dépasse légèrement au niveau de la vitre, lui permettant de jeter un coup d’œil à l'intérieur. Elle ne s'était pas trompée. A l'arrière, répandus au sol, il y avait une bonne trentaine de jouets. Et à l'avant, il y avait des Commandos. Par réflexe, elle baissa la tête dans la crainte d'être aperçue mais continua son observation. L'un d'entre eux était posé sur le tableau de bord et transmettait des indications, un autre debout sur le siège du conducteur manipulait le volant, un troisième s'occupait du levier de vitesse... Elle imaginait qu'il y en avait au moins un dernier occupé à actionner les pédales, mais il était hors de son champ de vision.

Après tant de péripéties, ils avaient enfin retrouvé leur trace... Aqua aurait dû s'en réjouir, mais elle ne pouvait s'empêcher de se sentir préoccupée. S'ils arrivaient à être assez organisés pour conduire une voiture, jusqu'où pouvaient-ils aller ? Soudain, sans qu'elle s'y attende, la voiture prit un ralentisseur à pleine vitesse et s'éleva au dessus de la route avant d’atterrir avec fracas ! Le choc lui fit lâcher prise, ses yeux s'écarquillèrent alors qu'elle se sentait tomber en arrière en essayant vainement de se rattraper à quelque chose... Dans un mouvement désespéré, elle tendit la main et sa chute s'arrêta abruptement. Pendue dans le vide, le regard fixé sur l'asphalte qui défilait sous ses pieds, il lui fallut une bonne seconde pour réaliser qu'elle était tirée d'affaire. La jeune femme releva les yeux, le souffle encore court de la montée d'adrénaline qu'elle venait d'avoir... Archer la tenait fermement. Dans un sourire elle lui adressa un signe de tête reconnaissant, puis il l'aida à remonter. Si une chose était certaine, c'était qu'elle allait se passer d'acrobaties pour le reste du trajet...

La voiture roula pendant encore une dizaine de minutes avant de se garer au pied d'un grand building. Dès qu'elle se fut arrêtée, Aqua et Archer quittèrent le pare-choc arrière pour se glisser discrètement en dessous du véhicule. Allongés au sol, ils pouvaient rester à observer les faits et gestes des Commandos sans prendre le risque de se faire remarquer... Ces derniers sortaient déjà de la voiture et commençaient à décharger leurs nouveaux prisonniers en les alignant en rang. La Maîtresse de la Keyblade serra le poing en voyant l'un des soldats brutaliser une petite figurine de gnome à la chevelure folle et bariolée, mais elle se retint d'intervenir. C'était encore trop tôt, il fallait qu'ils en apprennent d'avantage avant de tenter quoi que ce soit. Doucement, elle rampa dans leur direction pour se rapprocher, jetant des coups d’œil furtifs à ce qui les entourait. Le bâtiment plus particulièrement retenait son attention. C'était un immeuble immense dont elle ne pouvait voir le sommet de là où elle était. Il était d'une sobriété et d'une modernité qui tranchaient avec le reste du quartier, et sa structure se réduisant en escaliers selon la hauteur avait quelque chose d'étrangement inquiétant. Intriguée, la jeune femme haussa un sourcil. Ce n'était pas le genre d'endroit qu'elle aurait imaginé en tant que repaire des Commandos... Elle aurait pensé à quelque chose de plus isolé et de plus pratique. Elle sentit alors qu'Archer lui tapotait l'épaule avec insistance. Lorsqu'elle se retourna pour voir de quoi il était question, il se contenta de lui adresser une indication silencieuse en pointant du doigt quelque chose à l'opposé du building. Le regard d'Aqua bascula vers l'autre côté de la rue et, lorsqu'elle vit ce que son compagnon avait remarqué, ses yeux devinrent ronds comme des soucoupes et elle étouffa un cri de surprise pour ne pas se faire repérer. La base des Commandos était ici, il n'y avait plus aucun doute possible, et elle comprenait mieux désormais pourquoi ils avaient choisi cet endroit et non un autre. Sur le trottoir d'en face, avec son enseigne bigarrée qui illuminait la nuit et sa mascotte de poulet géante... Il y avait la Ferme aux Jouets.

La Maîtresse de la Keyblade se mit à réfléchir à toute allure. Les Commandos étaient donc quasiment sous leur nez depuis le début, ce qui pouvait se révéler un avantage précieux. Elle savait qu'il y avait actuellement sur place une petite garnison de soldats de la Lumière dépêchée par la Capitaine Fiona... Il leur suffisait donc de traverser la rue pour les avertir. Mais elle ne devait pas perdre de vue la mission qui lui avait été confiée. Aqua ferma les yeux quelques instants. Avoir trouvé la base des Commandos ne serait d'aucune utilité si la Lumière ne savait pas précisément où les jouets étaient détenus, il leur fallait cette information pour pouvoir organiser une contre-attaque. La jeune femme prit une grande inspiration. Elle pensait savoir ce qu'il lui restait à faire, et elle n'aimait pas beaucoup cette idée... Mais le sort des jouets captifs en dépendait, ce qui ne lui laissait pas le choix. Il lui fallait entrer dans le repaire de leurs ennemis. Et elle entrerait seule, il était inutile de faire courir ce risque à Archer.

« Attends-moi ici. » chuchota-t-elle à son attention. « Si je ne reviens pas... » Elle lui lança un regard d'un sérieux absolu afin de bien lui faire comprendre que dans ce cas tout reposerait sur lui. « Va à la Ferme aux Jouets et préviens la Lumière. »

« Que vas-tu faire ? » demanda-t-il d'une voix incrédule.

« Je ne sais pas... » Ce qui n'était qu'en partie vrai, mais Aqua imaginait que si elle lui avait avoué qu'elle prévoyait de se jeter dans la gueule du loup il l'en aurait sûrement empêché. La jeune femme lui adressa un bref sourire destiné à le rassurer et, sans même lui laisser le temps de la retenir, elle rampa pour quitter leur cachette. Profitant d'un instant d'inattention du soldat qui surveillait la rangée de jouets, elle se glissa subrepticement dans la ligne entre un Playmobil et une peluche à mi-chemin entre le bébé et le singe qui suçait son pouce nerveusement. Les deux jouets lui adressèrent un regard médusé mais, discrètement, elle posa un doigt sur ses lèvres pour leur intimer de ne pas signaler sa présence. Elle était désormais comme eux : une prisonnière des Commandos. Tout ce qu'elle espérait, c'était qu'ils ne remarqueraient pas la présence d'un jouet supplémentaire et qu'elle se fondrait dans la masse.

« Écoutez-moi bien, vermines ! » L'un des soldats restants revenait vers eux en leur lançant un regard aussi méprisant qu'agressif. Il s'arrêta pour les toiser quelques instant avant de continuer d'un ton militaire et menaçant « Je veux tous le monde les uns derrière les autres dans les dix prochaines secondes. Pas un bruit, pas une parole. Si un seul d'entre vous fait mine de s'échapper ou décide de jouer au héros... » Pour conclure son avertissement, il frappa sèchement son poing fermé dans la paume de sa main. « C'est compris ?! » aboya-t-il sur les prisonniers. Tremblants, ils acquiescèrent tous et commencèrent à suivre les ordres de manière disciplinée. Aqua s'exécuta elle aussi en sentant un profond sentiment d'injustice la gagner face au traitement que les Commandos faisaient subir aux jouets. Pour qu'ils soient tous aussi terrifiés, elle n'osait pas imaginer la manière dont s'était déroulé leur enlèvement... « Regardez-moi ça. De la vraie graine de soldat ! » lança avec un rictus moqueur le Commando en les voyant obéir docilement. Son poing se serra. Pendant une fraction de seconde, elle eut envie de se dresser face à eux, de prendre la défense des jouets opprimés et de les libérer ! Elle inspira et expira longuement, tâchant de retrouver son calme. « Pas maintenant. » pensa-t-elle. Il y en avait bien d'autres à sauver et il lui fallait pour cela rentrer dans la base. « En avant ! » lança le Commando avec un geste de la main pour les inviter à le suivre. Et le cortège de jouets se mit en marche, encadré par deux soldats à l'avant et deux autres à l'arrière.

Ils se dirigèrent vers le côté gauche de la façade du building. Là, dissimulée dans l'ombre, il y avait une petite ouverture, tout juste assez grande pour leur taille réduite, ainsi qu'une grille visiblement arrachée qui gisait au sol. Les deux Commandos à la tête s'y engouffrèrent, suivis par la file de prisonniers. Quand vint le tour d'Aqua de pénétrer à l'intérieur, elle marqua un court temps d'arrêt en sentant son estomac se serrer et son cœur tambouriner dans sa poitrine. Elle entrait, mais allait-elle pouvoir ressortir ? La Maîtresse de la Keyblade décida de chasser cette pensée de son esprit – elle trouverait bien un moyen - et emboîta le pas aux jouets qui l'avaient précédée avant que son hésitation ne soit remarquée. Elle se retrouva alors dans un très long couloir sombre et étroit possédant de multiples embranchements. Les parois et le sol métalliques donnaient à cet endroit un aspect claustrophobique et un courant d'air froid passait continuellement. Ce n'est qu'au bout de quelques secondes qu'elle réalisa où elle se trouvait. Il devait s'agir ni plus ni moins que des conduits d'aération de l'immeuble qui prenaient pour des jouets les apparences d'un labyrinthe sinistre et anxiogène. Guidée par leurs tortionnaires, Aqua suivit le mouvement pendant plusieurs minutes de marche qui lui parurent une éternité avant qu'ils n'atteignent finalement une grande enceinte dont les murs s'élevaient à des hauteurs vertigineuses. Cette fois, elle comprit immédiatement à quoi correspondait cette partie du bâtiment : ils venaient d'arriver dans la cage d'ascenseur. Le toit de la cabine les y attendait, tel un monte-charge géant. Ainsi, ils allaient donc s'aventurer dans les étages ? Les jouets grimpèrent sur la plate-forme dans un calme trompeur. La nervosité était palpable dans l'air et la Maîtresse de la Keyblade déployait tous ses efforts pour ne pas se laisser gagner par ce climat de terreur sourde... Elle devait à tout prix garder son sang-froid et accomplir sa mission.

Lorsqu'ils furent tous en place, l’un des Commandos s’approcha d’un levier de maintenance plus grand que lui qui était fixé sur la cabine et le tira d’un coup sec. Aussitôt, l’engin se mit en marche et commença à s’élever dans un silence tendu qui n’était troublé que par les bruit de la machinerie. Les étages défilèrent lentement. Aqua n’avait pas besoin de les compter, leurs numéros étaient peints sur les murs. Dixième, onzième, douzième… A chacun d’entre eux son cœur ratait un battement alors qu’elle sentait son appréhension grandir, sachant que plus haut ils monteraient, plus elle aurait dû mal à en sortir… Finalement, au terme d’une longue ascension, la cabine finit par s’immobiliser au niveau du trentième étage. Si elle en jugeait par le plafond qu’elle pouvait dorénavant apercevoir, ils n’étaient plus très loin du sommet du building. Toujours sous les ordres des ravisseurs, les jouets formèrent une nouvelle ligne puis ils s’engagèrent dans un autre conduit d’aération similaire en tout point à celui qu’ils avaient emprunté au rez-de-chaussée. Le trajet lui sembla cette fois être de courte durée, bien vite ils arrivèrent à une grille que l’un des soldats souleva avant de les faire pénétrer dans ce qu’elle cherchait depuis son arrivée au Monde du Jouet : la base des Commandos.

Il s’agissait en réalité d’un appartement, et la pièce dans laquelle ils venaient d’entrer avait tout l’air d’être un salon. Son regard balaya l’endroit afin d’obtenir le plus d’informations possible... Les lumières quasiment toutes éteintes plongeaient la salle dans une ambiance tamisée qui l’empêchait d’en discerner les moindres détails, mais la Maîtresse de la Keyblade nota tout de même quelques éléments. Il y avait de nombreux meubles, fauteuils, tables ainsi qu’un canapé qui témoignaient que cet appartement n’était pas à l’abandon. Il avait récemment été habité par des humains et elle espérait pour eux qu’ils s’étaient absentés avant l’arrivée des Commandos car ces derniers avaient pris toute possession des lieux. Certains d’entre eux faisaient actuellement des rondes dans la pièce, un autre posté à la fenêtre observait l’extérieur à l’aide d’une paire de jumelles faisant sa taille… Elle en voyait également un devant un écran de télévision allumé qui diffusait un programme d’actualités, projetant dans la pièce des éclats d’une lumière tremblotante, tandis que deux autres se tenaient face à une carte de la ville accrochée au mur et dans laquelle ils avaient planté des punaises pour marquer des emplacements stratégiques. La jeune femme ne put cependant en voir d’avantage car le cortège des prisonniers s’était remis en marche. Ils traversèrent le salon et passèrent dans un couloir rempli de gardes avant de finalement atteindre la cuisine.

Là, ce qu’elle y vit l’horrifia au point qu’elle en oublia de jouer son rôle pour rester figée dans un état de choc. C’était bien pire que ce qu’elle avait cru... Elle savait que les Commandos avaient attaqué plusieurs maisons, mais avant de les voir elle n’aurait pas imaginé qu’ils avaient pu enlever autant de jouets. De part et d’autre de la cuisine il y avait de nombreuses cages pour animaux domestiques solidement fermées par de gros cadenas, et dans chaque cage il y avait une vingtaine de prisonniers serrés les uns contre les autres. Certains essayaient de se débattre et secouaient les barreaux, mais la plupart d’entre eux paraissaient résignés, vides. Sans s’en rendre compte Aqua ouvrit la bouche, sa lèvre inférieure tremblante de stupeur et d’incompréhension. Pourquoi ? Pourquoi les Commandos s’obstinaient-ils dans un conflit dément ? Pourquoi s’en prenaient-ils aux autres jouets ? Mais elle connaissait hélas la réponse. Leur seule et unique réponse. « Pas de quartier, pas de pitié ». Il n’y avait aucun moyen de les raisonner, la guerre et la cruauté étaient leur raison d’être. La Maîtresse de la Keyblade baissa des yeux emplis de tristesse face à ce constat barbare, mais lorsqu’elle les releva ils étaient illuminés d’une nouvelle détermination et son visage arborait un air grave. Elle allait les combattre. Elle allait libérer les jouets ! Mais avant qu’elle n’ait pu faire le moindre geste, la jeune femme sentit une main se poser sur son épaule... Par réflexe elle se retourna et n’eut que le temps de voir le poing d’un Commando lui arriver dans la figure avant de sombrer dans l’inconscience.


Dernière édition par Maître Aqua le Mer 18 Avr 2018 - 11:45, édité 1 fois
Éclat de l'Océan

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
499/500  (499/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 4 Mar 2018 - 20:53
La douleur parcourut de nouveau son visage alors qu’elle se remémorait ce coup. C'était donc ainsi qu'elle s'était retrouvée dans cette situation. Le piège s'était refermé sur elle. Malgré ses blessures Aqua avait de nouveau les idées claires, mais ce qui s'était passé par la suite demeurait encore flou. Depuis combien de temps était-elle enfermée ici ? De vagues souvenirs ressurgissaient, comme issus d'un mauvais rêve. Elle se souvenait de questions qui lui avaient été posées, martelées à coups de poing, pour savoir si elle était seule, si elle avait transmis des informations à quelqu'un. Elle se rappelait du choc des coups qui retentissaient encore dans sa tête, de la souffrance, de l'impression que sa figure de porcelaine allait éclater pour se répandre en mille morceaux sur le sol, puis de de l'oubli juste avant qu'elle ne s'évanouisse. La Maîtresse de la Keyblade se sentit soudain nauséeuse. Chacune de ses pensées lui transperçait le crâne comme une pointe chauffée à blanc, mais elle se forçait à rester consciente, à essayer de combler les trous de sa mémoire. Avait-elle parlé lors de cet interrogatoire ? Il lui semblait que non, mais elle n'aurait pu le jurer. De tout son cœur elle espérait qu'elle ne leur avait rien révélé...

Une porte coulissante s'ouvrit alors, laissant passer dans sa prison un faible rai de lumière qui fut tout de même suffisant pour lui faire plisser les yeux. Elle les baissa brièvement pour ne pas être éblouie et put enfin voir dans quel endroit elle était détenue. La cellule n'était ni très profonde ni très large, des babioles incluant de nombreuses paire des chaussures étaient répandues sur le sol, elle était d'ailleurs assise sur l'une d'elles. C'était un placard, et il communiquait avec le salon si elle en jugeait par ce qu'elle voyait par la porte. Mais quelque chose d'autre l'inquiétait. Dans l'embrasure, il y avait une silhouette à contre-jour, celle d'un Commando. « Alors poupée, bien dormi ? » demanda-t-il d'un air narquois. Il s'approcha d'elle lentement, quittant la lumière. C'était celui avec des cheveux bruns et courts, une courte barbe grise en bouc et une moitié de cigare en plastique collée dans son sourire sardonique et figé. Elle l'avait déjà vu, ou en tout cas un modèle similaire... Hormis Chip Hazard, il ne devait y avoir que cinq autres types de Commandos. « Tu t'es décidée à parler ? » demanda-t-il en arrachant sèchement le scotch sur sa bouche. Aqua serra les dents alors que ses blessures la faisaient de nouveau souffrir. Sa respiration était forte et irrégulière. Elle fixa le sol, refusant de le regarder, refusant de lui répondre. La Maîtresse de la Keyblade essaya de ne pas le laisser transparaître, mais elle ressentait tout de même un certain soulagement. Ils ne savaient rien. Elle n'avait pas parlé.

« Y'a quelqu'un ? » continua-t-il en tapotant d'un doigt sur son front avant de se pencher vers elle « On devrait peut-être te passer au micro-ondes, ça te ferait dire quelque chose. »

Il y avait dans sa voix un plaisir sadique à l'évocation de cette perspective, mais Aqua resta muette. Ils pouvaient bien lui faire tout ce qu'ils voulaient, ils n'obtiendraient rien d'elle. La Lumière devait conserver son avantage et agir sans que les Commandos ne le sachent, c'était leur seul moyen de ramener la sécurité au Monde du Jouet. C'était la pensée qui lui permettait de tenir. « Réponds quand on te cause ! » beugla le soldat d'un air énervé en lui envoyant son poing dans la figure. La jeune femme sentit les fissures sur son visage s’agrandirent un peu plus. Sa tête partit en arrière sous la violence du coup et l'arrière de son crâne heurta douloureusement le mur... Mais elle retint dans sa gorge le cri de souffrance qu'elle avait manqué de pousser. Ils n'obtiendraient rien d'elle, pas même la satisfaction de savoir qu'ils lui faisaient mal. La tête de la Maîtresse de la Keyblade tomba vers l'avant. Sa vision était trouble et il lui fallut quelques instants pour qu'elle se précise de nouveau. Le Commando faisait reculer son poing lentement, se préparant à lui asséner une nouvelle frappe... C'est alors qu'elle redressa la tête et lui accorda son premier regard. Un regard dur, pénétrant, et brillant d'une lueur de défi. Le Commando s'immobilisa, son poing se desserra lentement et, contrairement à ce qu'elle se serait attendu, son sourire s'élargit. « Voilà ma belle, c'est ça l'esprit. » Son tortionnaire poussa un ricanement moqueur puis fit vole-face pour se diriger vers la porte. Avant de sortir, il marqua un temps d'arrêt, pencha la tête vers elle et déclara « Le Major va s'occuper personnellement de ton cas. Il a hâte ! »

Même en essayant de rester imperturbable, Aqua ne put empêcher un frisson de parcourir son échine à cette sinistre promesse. Les Commandos étaient fous, mais Chip Hazard était de loin le pire de tous... Qui savait ce qu'il pouvait lui faire subir ? Le soldat partit alors dans un éclat de rire mauvais et claqua la porte derrière lui. Elle se retrouva de nouveau seule, plongée dans le noir. La jeune femme s'autorisa à laisser échapper un gémissement de douleur. Tout son visage la brûlait, le moindre de ses muscles endoloris la faisait souffrir. Elle avait besoin de rester immobile, elle avait besoin de repos, pourtant il fallait qu'elle fasse quelque chose. Aqua ne comptait pas attendre que la Lumière vienne la libérer, même s'ils finiraient sûrement par le faire lors de leur contre-attaque sur les Commandos. Le risque qu'elle révèle quelque chose sous la torture était trop grand. Il fallait qu'elle s'échappe. Maintenant. La Maîtresse de la Keyblade essaya de se relever, mais son corps ligoté ne le lui permettait pas... Alors, elle concentra tout ses efforts à essayer de rouler sur le côté et finit par tomber de la chaussure, atterrissant lourdement au sol face contre terre. Elle lâcha un grognement plaintif en sentant une douleur lancinante parcourir tout son corps. C'était un début. Maintenant, il lui fallait trouver un moyen de se débarrasser du ruban adhésif qui l'entourait. Il devait bien y avoir quelque chose dans ce placard qui lui permettrait de se libérer. Doucement, elle se mit à ramper comme elle le pouvait à la recherche d'un clou dans le mur, d'un rebord tranchant, ou de quoi que ce soit pouvant l'aider. Mais elle n'avait pas fait vingt centimètres qu'elle entendit la porte coulissante s'ouvrir de nouveau. Un frisson glacé la parcourut alors qu'elle se raidissait. Non, pas déjà ! Avec crainte son regard bascula sur l'embrasure de la porte, mais à sa grande surprise ce n'était pas le Major. Ce n'était même pas un Commando...

C'était Archer ! L'incompréhension sur son visage laissa vite la place au soulagement de voir son compagnon. Ses yeux s'embuèrent de larmes de joie, un sourire radieux se dessina sur ses lèvres alors qu'elle sentait le poids de la menace qui pesait sur elle s'alléger, et tant pis si ce sourire la faisait souffrir en tirant sur ses plaies. Elle était si heureuse de le retrouver ! Le fauve se glissa à l'intérieur du placard, ferma la porte derrière lui et entreprit de la libérer. La jeune femme n'avait qu'une question dans la tête, un mot qu'elle articula difficilement à cause de sa bouche pâteuse et de sa langue qui lui semblait faite de plomb : « Comment ? ». En la détachant, il lui expliqua tout. Dès lors qu'elle avait pénétré dans le building, Archer était sorti de sa cachette et avait observé le hall depuis l'extérieur. Là, il avait vu l'ascenseur monter au trentième étage et en avait déduit que c'était ici que se cachaient les Commandos. Il s'était tout de suite lancé à son secours mais avait dû attendre longuement que la cabine redescende... Une fois arrivé au bon niveau il avait cherché l'appartement dans lequel avaient élu domicile leurs adversaires et s'y était faufilé en se dissimulant sous des meubles pour esquiver leurs rondes, jusqu'à finalement arriver au placard. Aqua était bien droite désormais, ou presque. Elle se sentait faible, mais parvenait à tenir debout tout seule. La Maîtresse de la Keyblade se massait les poignets en écoutant son récit. Il avait préféré venir l'aider plutôt que de se rendre à la Ferme aux Jouets comme elle le lui avait demandé, et pour cela elle lui en serait à jamais reconnaissante. Mais cela voulait également dire que la Lumière ne savait toujours pas où était située la base des Commandos, et ils étaient les seuls à pouvoir les avertir. Il leur fallait quitter cet immeuble au plus vite.

« Maintenant allons libérer les prisonniers ! » conclut Archer, prêt à se remettre en route après avoir fini de lui raconter son périple.

« Attends. » Elle le retint par le bras. Le fauve eut un regard interrogateur. Aqua prit une grande inspiration. Elle n'aimait pas ce qu'elle allait dire... « Nous ne pouvons pas les libérer tout de suite. » Le simple fait de prononcer ces mots lui fit mal. Plus mal que ses blessures physiques. Elle avait l'impression de baisser les bras, de les abandonner à leur sort. Plus tôt, la Maîtresse de la Keyblade avait voulu tous les sauver car c'était ce que son cœur et son âme lui intimaient de faire... Mais maintenant, à bien y réfléchir, cela lui semblait être une mauvaise solution. « Ce serait pire qu'à l'aéroport. » dit-elle en guise d'explication. Elle ne se souvenait que trop bien du vent de panique qui avait parcouru les jouets lorsqu'elle avait essayé de les inciter à fuir, alors si la même chose se produisait ici dans la base des Commandos... Ils ne pouvaient pas prendre le risque de réitérer ce fiasco. La meilleure option était encore de s'enfuir et de transmettre les informations à la Lumière. En l'écoutant, Archer pencha la tête sur le côté. Aqua aurait préféré qu'il s'emporte, qu'il s'entête dans son idée de les libérer, mais non. Il avait tout simplement l'air déçu par son choix, et cela aussi lui fit mal. Doucement, elle serra sa main autour de son bras dans un geste de réconfort, aussi bien pour lui que pour elle, et ajouta « Mais nous reviendrons. Nous reviendrons plus nombreux et nous les libérerons tous Archer, je t'en fais la promesse ! »

« Promesse... ? » Le fauve buta sur le mot comme cela lui arrivait parfois. Aqua avait tendance à oublier que son existence de jouet était encore récente et que de nombreux concepts lui restaient étrangers... Comme les fois où, lors de visites qu'elle lui avait rendues au Château Disney, il lui avait demandé de lui expliquer ce qu'était l'amitié ou encore le vent. « Promesse. » Il le répéta une fois et ses oreilles se dressèrent. La jeune femme lui répondit par un sourire doux. Elle commençait à le connaître. Il faisait toujours ainsi quand il parvenait à assimiler une nouvelle notion... Cette fois, en revanche, il avait compris de lui-même sans qu'elle n'ait eu besoin de la lui expliquer, et cela lui fit chaud au cœur. « D'accord Aqua. » dit-il de sa voix caverneuse « Nous reviendrons. »

La Maîtresse de la Keyblade le remercia, et sur ces mots ils s'attelèrent à la dure tâche qu'allait représenter leur fuite. Tout deux s'approchèrent de la porte et la firent légèrement coulisser, aussi doucement que possible pour ne pas faire de bruit, avant de jeter un œil par l’entrebâillement. Ils pouvaient voir les Commandos patrouiller, et à peut-être cinq mètres la grille menant au conduit d'aération par lequel ils étaient venus. Aqua retint son souffle. Cinq mètres, cela représentait bien peu à taille humaine. Mais à leur échelle, et avec la menace d'être repérés par leurs ennemis, ces cinq mètres risquaient d'être particulièrement intenses. Il était hors de question de se précipiter, courir jusque là bas ne fonctionnerait jamais, alors ils se contentèrent d'observer pendant un temps, cherchant des failles dans la garde des Commandos. Après tout, si Archer avait réussi à venir jusqu'à elle de cette manière il n'y avait pas de raison pour qu'ils n'y parviennent pas dans le sens inverse. Dès qu'une opportunité se présenta, ils se glissèrent hors du placard pour rejoindre rapidement et silencieusement le dessous d'une commode à proximité afin de se dissimuler dans les ombres. Ne pas faire de bruit, surtout ne pas faire de bruit. A plusieurs reprises des Commandos passèrent au niveau du meuble sous lequel ils se cachaient. Aqua sentit sa respiration s’accélérer sous la pression et, sans les quitter des yeux, plaqua sa main sur sa bouche. Pas un souffle, surtout ne rien faire qui pourrait attirer leur attention. Le garde qui était à leur niveau poursuivit sa ronde... En répétant ce manège à plusieurs reprises et à force de patience, ils arrivèrent à proximité de la grille. Il restait cinquante centimètres tout au plus, mais plus aucune cachette ne s'offrait à eux. Lorsque le bon moment serait venu ils allaient devoir agir très rapidement : foncer, ouvrir la grille et sortir. Cela ne semblait pas impossible. Ils patientèrent encore quelques minutes et se dirigèrent vers la sortie à pas feutrés dès que l'occasion se présenta. Tout se passait bien. Archer commençait déjà à soulever la grille délicatement... Dans une seconde, ils auraient réussi.

« Alerte rouge ! Évasion repérée dans le Secteur 1 ! Intervention immédiate nécessaire ! »

Lorsque ce cri déchira le silence de la pièce, Aqua sursauta avant de se retourner brusquement pour en chercher l'origine. C'était le Commando posté près de la fenêtre qui les pointait du doigt en continuant de signaler leur position. La jeune femme se maudit intérieurement en sentant son cœur s'emballer. Ils avaient été si attentifs à ceux qui patrouillaient qu'elle en avait complètement oublié celui-là ! Maintenant, il allait rameuter tous les autres, elle voyait déjà l'agitation gagner ceux qui se trouvaient à l'autre bout de la pièce. « On court ! » s'exclama-t-elle avant de sauter dans le conduit, suivie de près par Archer. Leur seul espoir désormais, c'était de les prendre de vitesse. Ils se ruèrent aussi vite que possible jusqu'à l'ascenseur – heureusement ce dernier était toujours à leur étage – et son compagnon poussa aussitôt le levier de maintenance. L'appareil gronda et se mit en marche, entamant sa longue descente. Ils n'étaient qu'à trente étages de la liberté, et ils étaient loin d'être tirés d'affaire.

C'est alors qu'un Commando lancé à leurs trousses surgit du conduit d'aération dont ils venaient. Même s'ils étaient déjà descendus d'un bon mètre, cette hauteur ne sembla pas l'effrayer et il bondit sur le toit de la cabine d'ascenseur avant de se réceptionner avec fracas, un genou à terre, face à la jeune femme. Par pur réflexe Aqua fit un geste brusque pour matérialiser sa Keyblade dans sa main, les jambes très légèrement ployées en position de combat, prête à se défendre. Le soldat se releva et lui lança un sourire bête. Son visage tout en longueur et surmonté d'une crête ne respirait pas l'intelligence, mais il avait pour compensation une musculature de plastique bien plus massive que celle des autres, en plus de la dépasser facilement d'une tête comme tous les Commandos. La Maîtresse de la Keyblade ne se laissa pas démonter et resserra son emprise sur son arme. Son adversaire passa ses mains dans son dos et en dégaina deux allumettes qu'il craqua l'une contre l'autre pour les enflammer... Cette fois Aqua eut un mouvement de recul et de la surprise passa dans son regard. Voilà qui allait compliquer les choses ! Sans autre forme de cérémonie il se jeta sur elle, enchaînant les frappes de ses torches improvisées. A coups de Keyblade, la jeune femme dévia les assauts. Heureusement il était assez lent, ce qui lui laissait le temps de réagir. Il tenta alors d'abattre sur elle les deux allumettes en même temps mais elle parvint à les bloquer en levant son arme à l'horizontale au dessus de sa tête, sentant la chaleur des flammes bien trop proche de ses mains. Chacun poussait sur son arme, essayant de briser la garde de l'autre, mais Aqua perdait du terrain petit à petit... Il lui fallait essayer autre chose. D'un coup sec, elle dévia les deux torches sur le côté et fit un bond en arrière pour s'éloigner de son adversaire. Il se rua vers elle, mais la jeune femme avait déjà brandi sa Keyblade dans sa direction et lança un « Glacier ! » bien placé qui eut pour effet de souffler les flammes. Le Commando s'arrêta net et regarda avec incompréhension, et peut-être une pointe de déception, les allumettes éteintes qu'il tenait en main, allant jusqu'à secouer l'une d'entre elles pour essayer de la faire fonctionner de nouveau. Profitant de cette diversion, Aqua lui asséna sur le sommet du crâne un grand coup de Keyblade ! Le soldat eut un regard ahuri et son sourire idiot s’agrandit. Pendant une fraction de seconde, elle redouta que son attaque n'ait eu aucun effet... Mais alors il leva les yeux au ciel, réagissant avec un temps de retard, et bascula en arrière avant de s'écrouler de tout son long sur le sol.

Un de moins, mais leur répit fut de courte durée ! Il y eut soudain dans la cage d'ascenseur un grand vacarme dont l'origine n'était pas difficile à déterminer. Les Commandos arrivaient. Aqua regarda en l'air et déglutit. Une dizaine d'entre eux rejoignaient actuellement leur niveau en se laissant glisser sur les câbles reliés à la cabine, ils seraient sur eux dans quelques instants. La Maîtresse de la Keyblade réfléchit à la vitesse de l'éclair. Cet ascenseur descendait trop lentement à son goût, ils venaient à peine d'atteindre le vingt-quatrième étage. Devaient-ils essayer de prendre la fuite dans d'autres conduits d'aération ? Non, ils les retrouveraient trop facilement... Leur seule et unique chance de s'en sortir, c'était de gagner le rez-de-chaussée et de quitter le building. Ce qui impliquait également qu'ils allaient devoir les combattre jusque là. Aqua fit tourner sa Keyblade dans sa main pour s'échauffer. Elle n'était pas certaine d'être en état d'en affronter autant, mais ils n'avaient pas d'autre choix. Elle devait y arriver. « Archer, surtout ne les laisse pas s'approcher du levier ! » S'ils parvenait à immobiliser l'ascenseur, c'était fini. Ils n'auraient plus qu'à les cueillir. Le fauve acquiesça, et ils se préparèrent à les recevoir.

Les premiers Commandos atterrirent sur le toit de l'ascenseur et ils firent de leur mieux pour les repousser. Archer tirait des flèches à l'aide de l'arbalète fixée à son bras, Aqua usait de magie... Mais, malgré tous leurs efforts, ils ne parvenaient pas à les contenir. A chaque étage qui défilait, de nouveaux soldats arrivaient. Ils furent bientôt plus d'une quinzaine, et ils se dirigeaient tout droit vers le levier comme la Maîtresse de la Keyblade l'avait supposé. Elle fit tout ce qui était en son pouvoir pour les empêcher de l'atteindre, lançant un grand nombre de sorts avec l'énergie du désespoir. Les « Lenteur ! », les « Stop ! », les « Aimant ! » et les « Gravité ! » fusaient afin de les ralentir ou de les éloigner de son compagnon qui se battait comme un beau diable, mais dans son état elle ne pouvait se contenter que de sorts d'une puissance mineure. Et les Commandos ne cessaient jamais de surgir, toujours plus nombreux ! Ils étaient désormais au moins une trentaine et recouvraient presque tout le toit de la cabine. Ce n'était qu'une question de secondes avant qu'ils ne soient débordés, et ils n'étaient qu'au dix-septième étage... Il fallait tenir, leur survie en dépendait, tout comme le destin des jouets prisonniers !

« Soldats, garde à vous ! » tonna une voix, et tous les Commandos s'immobilisèrent subitement pour exécuter l'ordre qu'ils venaient de recevoir.

Aqua se figea également, la respiration haletante. Si leurs ennemis n'attaquaient plus, elle n'était pas rassurée pour autant... Car elle aurait reconnu entre mille la voix dure et autoritaire qui venait de retentir. C'était celle du Major Chip Hazard. La jeune femme l'aperçut au dessus d'eux, tombant jusqu'à l'ascenseur accroché à un torchon qui lui servait de parachute de fortune. Arrivé à une hauteur raisonnable, il lâcha prise pour rejoindre à son tour le toit de la cabine. La Maîtresse de la Keyblade laissa échapper une expression de stupeur en voyant l'endroit où il allait atterrir... Juste à côté d'Archer ! Elle tendit la main dans sa direction et voulut crier pour l'avertir mais n'en eut pas le temps. Avant même d'avoir touché le sol le Major lui décocha un coup de pied en pleine figure qui l'envoya au tapis, et sur cette entrée renversante il se saisit du levier qu'il tira d'un geste sec. L'ascenseur ralentit puis s'immobilisa complètement au niveau du quatorzième étage, comme elle l'avait redouté... Leur fuite n'avait été que de courte durée, ils étaient de nouveau pris au piège.

« Tiens tiens, mais qu'avons-nous là ! » s'exclama le chef des Commandos en reportant son attention sur elle, un sourire belliqueux aux lèvres « Un petit rat... On dirait que je vais pouvoir te rendre la monnaie de ta pièce ! Œil pour œil... » dit-il en pointant le globe oculaire apparent de la partie brûlée de son visage. « Repos soldats, je vais m'en occuper moi-même. » Et de toute évidence il se délectait à cette idée...

« Major... » le salua-t-elle froidement avant de poursuivre d'une voix calme mais ferme « Je vous conseille de rendre leur liberté à vos prisonniers et de mettre un terme à votre insurrection avant de le regretter. » Naturellement, et même si dans l'absolu elle aurait souhaité éviter un conflit et trouver une solution pacifique, Aqua savait qu'il n’accepterait jamais. Mais elle souhaitait lui laisser une dernière chance. Et surtout, elle tenait à lui montrer qu'il ne l'intimidait nullement.

« Vous entendez ça messieurs ? » railla-t-il « Nous discutons des termes de notre reddition ! » Un rire moqueur parcourut le groupe des Commandos avant que Chip Hazard ne pointe sur elle un doigt accusateur en continuant d'une voix haineuse « Vous n'êtes pas en position de négocier ! Nous ne ferons preuve d'aucune pitié tant que nous n'aurons pas remporté cette foutue guerre ! »

Elle poussa un long soupir et ferma brièvement les yeux en l'entendant. Lorsqu'elle les rouvrit, son regard était déterminé, ses sourcils froncés, son visage sérieux. Malgré ses blessures, Aqua se sentait calme, apaisée... Elle savait ce qu'il lui restait à faire. « Dans ce cas, vous me trouverez toujours sur votre chemin Major. » Et elle pointa sa Keyblade vers le bas, légèrement en retrait de son corps. Elle était prête à se battre, non plus pour sa survie mais pour le Monde du Jouet.

« Mais j'y compte bien... » répondit-il d'une voix mauvaise en sortant lentement son couteau de son fourreau.

Et sur ces mots, ils avancèrent l'un vers l'autre, prêts à la confrontation. Ce duel ne serait pas facile à remporter, Chip Hazard était un combattant brutal et véloce. Si elle avait réussi à le vaincre lors de leur dernière rencontre, elle était aujourd'hui blessée, épuisée... Il ne fallait pas le sous-estimer ! Le Major porta le premier coup en plongeant sur elle, la lame de son couteau vers l'avant pour essayer de l'embrocher. Aqua le bloqua, tourna sur elle-même tout en se baissant et frappa d'un grand coup horizontal au niveau de ses jambes ! Mais il esquiva en sautant et recula, brandissant son couteau à bout de bras en fouettant l'air occasionnellement pour la maintenir à distance. Soudain, il repartit à l'assaut, fonçant sur elle en décrivant de grands moulinets ! La Maîtresse de la Keyblade frappa dans son arme pour dévier son coup et fit un bond au dessus de sa tête avant d'atterrir derrière lui et de tenter un coup d'estoc... Mais Chip Hazard se décala et pivota vers elle pour lui décocher un coup de poing ! Aqua ne put retenir un cri de douleur en sentant le choc sur ses blessures et recula de quelques pas, sonnée. Elle secoua la tête pour se remettre, et déjà le Major fonçait droit sur elle. D'un geste sec, elle lança de toutes ses forces sa Keyblade qui heurta de plein fouet son adversaire durant sa course, l'arrêtant net dans un grognement rauque, avant de revenir dans sa main. Elle avait un faible avantage, il lui fallait en profiter ! Aqua courut vers le Major et asséna plusieurs coups, mais il parvint à en bloquer la plupart.

Le son de leurs armes qui s'entrechoquaient résonnait dans le silence de mort de la cage d'ascenseur. Aucun d'entre eux ne semblait pouvoir prendre le dessus sur l'autre. « Allez Major ! Faites la souffrir ! » cria l'un des Commandos. Comme une trainée de poudre, cet encouragement se propagea rapidement aux autres soldats, et bientôt ils hurlaient tous pour soutenir leur supérieur. Galvanisé, Chip Hazard se rua alors vers elle dans un rugissement et frappa avec une telle violence qu'elle avait désormais du mal à dévier ses coups. La jeune femme était forcée de reculer, et elle commençait à s'approcher dangereusement du bord du toit... Subitement le Major donna dans sa main un coup de pied puissant qui lui fit lâcher son arme, et avant même qu'elle n'ait pu réagir il la saisit à la gorge et la souleva ! Suspendue au dessus du sol, Aqua essayait tant bien que mal de se débattre. Elle donnait à l'aveugle des coups de pied qui n'atteignaient pas son adversaire, elle posait ses mains sur la sienne pour essayer de lui faire lâcher prise... Mais il n'y avait rien à faire ! Alors le Major resserra son emprise sur son cou, avec une telle force qu'il lui semblait qu'un simple effort de plus lui suffirait à le broyer. Elle suffoquait. Elle essayait de crier sans y parvenir, les sons restaient bloqués dans sa gorge. Sa vue était brouillée de larmes, elle avait l'impression que ses yeux allaient sauter de leurs orbites...

« Non ! » gronda la voix caverneuse d'Archer. La Maîtresse de la Keyblade se sentit bousculée et miraculeusement la poigne qui enserrait son cou disparut, lui permettant d'inspirer une grande goulée d'air frais libératrice avant de tomber lourdement au sol. Tout autour d'elle était encore plongé dans un grand flou. Sa gorge était brûlante. La jeune femme toussa longuement sans pouvoir s'arrêter, avec l'impression de recracher ses entrailles. Elle roula sur le côté, incapable de se relever pour le moment, et lorsque sa vision se précisa elle vit que le Major avait un genou à terre et que le fauve s'était interposé entre eux.

« Major Chip Hazard, tu ne t'approcheras pas d'elle. » assura Archer d'un ton solennel.

« Racaille Gorgonite... » renâcla le Major avec mépris en se relevant. « Toi au moins tu as des tripes ! Voyons voir à quoi elles ressemblent ! »

Le fauve se mit en garde avant de lui rétorquer « A des fils et à du métal, tout comme les tiennes. »

Aqua aurait voulu intervenir, dire à son compagnon de ne pas se lancer dans ce combat, de préférer s'enfuir, mais les mots restaient encore bloqués dans sa gorge. Archer n'était pas un guerrier, le Major n'allait en faire qu'une bouchée, il fallait qu'elle le retienne. Difficilement, elle essaya de se remettre debout sans succès, encore trop faible pour y parvenir. Alors, simple spectatrice, elle ne put qu'observer avec une anxiété grandissante le chef des Commandos se jeter sur son ami. La rage du Major semblait décupler la puissance de ses coups mais Archer, plus agile, réussissait à les esquiver avec une certaine aisance. La Maîtresse de la Keyblade posa ses mains à plat contre le sol et poussa de toutes ses forces restantes, sentant ses muscles agoniser sous l'effort. Elle devait se relever. Aider Archer. Le combat continuait... Les deux adversaires s'étaient saisis par les épaules et s'entrainaient mutuellement au cœur d'une lutte au corps à corps. Aqua était presque assise désormais, encore quelques instants et elle pourrait se mettre debout. Soudain, Chip Hazard saisit Archer par le poignet, posa son autre main sur son épaule et commença à tourner sur lui-même, prenant de l'élan avant de projeter au loin... Vers le précipice. La scène se déroula au ralenti sous les yeux de la jeune femme. Elle vit Archer, emporté par son élan, se diriger droit vers le rebord du toit de la cabine. Elle le vit essayer de ralentir. Enfin, elle le vit basculer et tomber dans les profondeurs de la cage d'ascenseur...

« Archer !! » s'égosilla-t-elle à pleins poumons de sa voix encore brisée.

Le sort de son ami avait été comme un électrochoc. Il l'avait déjà sauvée trois fois aujourd'hui, elle ne pouvait pas l'abandonner ! Possédée par une force nouvelle, elle se releva d'un bond et, sans même y réfléchir, plongea dans le gouffre à la suite d'Archer sous les éclats de rire des Commandos.

Aqua tombait en chute libre, l'air glacial fouettant tout son corps. Les étages défilaient bien plus vite désormais. Treizième, dixième, huitième. Elle voyait Archer un peu plus bas. Dans quelques secondes ils s'écraseraient tous les deux au sol. Septième, cinquième, troisième. Elle pouvait encore faire quelque chose ! La jeune femme fit apparaître sa Keyblade dans sa main puis, d'un geste brusque la lança devant elle. Il y eut un éclat de lumière, et quand il disparut son arme avait laissé la place à son planeur. Elle bondit dessus et accéléra, faisant cracher des flammèches aux réacteurs, pour plonger en piqué jusqu'à son compagnon. Deuxième étage. Elle se rapprochait d'Archer, elle pouvait presque l'atteindre ! Premier étage. Aqua tendit sa main... Et à un mètre du sol, elle parvint à le rattraper ! Aussitôt elle tira en urgence sur le manche de son planeur pour le redresser et éviter l'impact. L'appareil frôla le sol, mais elle réussit à le rétablir et ils reprirent de l'altitude. Essayant tant bien que mal de le piloter d'un main, la jeune femme lui fit décrire quelque cercles avant de s'engouffrer dans le conduit d'aération qui menait à la sortie. Il était à peine assez large pour les laisser passer, les ailes du planeur raclaient parfois les parois métalliques qui défilaient à toute vitesse autour d'eux. Une seule fausse manœuvre suffirait à les envoyer dans le décor, mais la Maîtresse de la Keyblade ne ralentit pas. Elle n'avait plus qu'une idée : quitter cet endroit le plus vite possible.

Enfin, de la lumière ! L'air libre et la fin du cauchemar étaient en vue au bout du tunnel. Le planeur fila à toute vitesse vers la sortie jusqu'à ce que le conduit ne les recrache vers l'extérieur... Où ils s'écrasèrent dans un buisson situé juste en face. Aqua tomba de branche en branche jusqu'à s'aplatir au sol, étendue de tout son long sur le dos. Elle resta immobile, les yeux grands ouverts, le souffle court. Après ce qu'ils avaient vécu, elle pouvait se passer de bouger pendant quelques jours.  Pendant un long moment, elle se contenta de fixer le ciel teinté d'une aube naissante, de profiter du calme... Enfin, elle poussa un long soupir de soulagement. Ils étaient hors de danger... Avec précaution pour ménager ses os – elle avait l'impression qu'aucun d'entre eux ne la faisait pas souffrir – elle tourna la tête vers son compagnon afin de s'assurer qu'il n'avait « Rien de cassé ? » Il lui répondit par un grognement. Elle prenait cela pour un oui. Aqua eut un vague sourire en voyant que lui aussi restait immobile. Bien amoché, tout comme elle, mais en vie.

« Aqua... » l'interpella-t-il d'une voix fatiguée C'était à peine s'il lui restait assez de forces pour parler, alors elle se contenta d'un « Hm ? » interrogateur pour l'inciter à poursuivre. « La prochaine fois... Que dirais-tu de faire ça dès le début ? »

Pour toute réponse, elle eut un petit rire clair. C'était la première fois qu'elle entendait Archer s'essayer à l'humour, et il marquait un point... Elle aurait dû utiliser son planeur bien plus tôt, elle n'y avait tout simplement pas pensé. Sans qu'elle ne puisse le contrôler, son rire se mua en un éclat sincère, et peut-être un peu nerveux, qui secoua tout son corps. Elle ne pouvait plus s'arrêter ! Elle repensait à tout ce qu'ils venaient de vivre durant cette nuit, aux dangers qu'ils avaient bravé, à Razmotte, à cette fuite effrénée... Et elle riait, heureuse qu'ils en soient sortis vivants tous les deux. Enfin elle se calma, mais un sourire optimiste resta dessiné sur ses lèvres alors qu'elle regardait le soleil qui commençait à s'élever. Ils n'avaient peut-être pas pu libérer les jouets, mais ils avaient toutes les informations nécessaires à organiser la contre-attaque de la Lumière... Sans le savoir les Commandos perdaient déjà du terrain, et dans un futur très proche ils pourraient mettre un terme à cette insurrection et délivrer tous les prisonniers. Aqua se leva doucement et jeta un dernier regard au building qui ne paraissait plus aussi inquiétant maintenant que le jour se levait. Il ne leur restait plus qu'à se rendre à la Ferme aux Jouets sur le trottoir d'en face et rallier le Château Disney au plus vite. Heureusement il n'y avait que peu de circulation à cette heure... Après cette aventure, elle préférait ne pas en vivre une nouvelle dans le seul et unique but de traverser une route.
messages
membres