Matriarche Écarlate

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Seigneur
XP:
188/500  (188/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 16 Fév 2018 - 1:10
Une belle journée s’achève sur le monde de la Costa, une nuit prometteuse s’avance désormais au bord des plages de sables fins. Les vagues rougies par la lumière du crépuscule se jettent lentement sur les derniers baigneurs tandis que je les regarde depuis la terrasse du nouveau casino, enfin terminé.

J’ai revêtue une tenue simple mais chic, parfaite pour l’occasion : l’ouverture du Zéphyr, la future petite perle de la côte, du moins je l’espère. Un modeste établissement comparé à celui d’Illusiopolis qui sera un jour finalisé. Cependant, c’est important pour les touristes de pouvoir se divertir dans un tel lieu dans cette destination touristique d’excellence, pour diverses raisons.

Monsieur Têtaqueue a fait un bon travail ici, je suis plutôt satisfait de ses services et de ses compétences, le bâtiment n’est pas d’une complexité extravagante, mais il a une certaine classe de l’extérieur. L’intérieur est un mélange de différents styles alliés entre eux par un sentiment de modernité. Seule la salle des coffres blindée au sous-sol a ce côté très… Rustique. Mais il faut bien garantir la sécurité des joueurs et du business.

Les employés ont été sélectionnés avec soin lors de la phase de recrutement : des critères très spécifiques nous sont imposés par le Vaisseau-Mère pour des raisons qui sont évidentes. On ne prend pas n’importe qui pour manipuler des cartes ou de l’argent en grandes quantités. C’est un coup à avoir des incidents qui seraient néfastes à notre réputation.

Le marketing promotionnel a été fait avec des segments très clairs de population : les héritiers, les mafieux et les notables. Comment réussir à faire cela ? Plutôt simple. Insistez sur le fait que la Costa del Sol est un monde paradisiaque bien loin des conflits entre les factions et vous attirez les personnes en quête de calme… Et de discrétion. Insistez sur l’attractivité des activités proposées et vous ramenez les jeunes riches. Insistez sur la sécurité et l’indépendance du territoire, bien loin des problèmes et vous amenez les mafieux souhaitant blanchir leur argent.

Bien sûr, le phénomène est probablement le même pour la plupart des établissements de ce genre, cependant la Costa a certains attributs qui sont propres à elle et qui sont indéniablement attractifs pour certaines personnes, notamment celles qui souhaitent s’éloigner tranquillement du tumulte de leur environnement de travail traditionnel.


« Madame Song ? Les premiers invités commencent à patienter dans les jardins. »

La voix d’un majordome me tire de ma réflexion. Je me retourne vers lui, souriante.

« Tout est prêt pour les accueillir ?
- Oui Madame.
- Bien. Faites-les rentrer. »

Il incline légèrement la tête puis se retire. Parfait, parfait. Tout se déroule comme prévu. Nous avons préparé un programme classique pour cette inauguration : d’abord un apéritif offert à tous nos invités, suivis d’une dégustation de petits fours dans la salle de danse – danses de salon, je précise-, puis l’ouverture des tables de jeux pour enfin terminer sur un feu d’artifices tiré depuis un bateau au large de la côte à minuit pile. Une soirée qui je l’espère laissera une bonne impression à nos clients qui s’empresseront de revenir ou de recommander la destination à leurs contacts.

Je vérifie machinalement ma coiffure, pas une seule mèche ne doit dépasser. Puis je quitte ma position pour me glisser dans le bâtiment, je déniche un des couloirs secrets et je rentre à l’intérieur pour passer inaperçue. En effet, j’ai spécifiquement demandé à ce que dans les plans du casino soient marqués des passages donnant la possibilité à certains personnels, comme moi, de pouvoir se déplacer sans être vus et pouvoir écouter ou voir dans certaines pièces à l’insu de nos clients. Sait-on jamais ? Les murs ont des oreilles, ils sont tous sensés le savoir. Hé bien dans ce bâtiment, c’est le cas.


Les invités sont rassemblés dans une salle annexe de la partie jeu. Je les vois consommer leurs flûtes de champagne avec vigueur, c’est très bien. Je vois que mon amie Toma d’Illusiopolis a fait le déplacement avec deux de ses prostituées. J’imagine qu’elles font office de dames de compagnie pour le déplacement… Puis il doit y avoir un certain nombre de clients à la Costa pour ce genre de services…

Je quitte mon observatoire pour rejoindre la salle de danse où les derniers préparatifs s’achèvent pour offrir la nourriture à nos invités de l’inauguration. J’inspecte rapidement les assiettes qui circulent sur les tables. Tout a l’air en ordre. Caviar en place, petits fours en position, amuse-bouches divers et variés prêts à être déployés pour satisfaire les papilles expertes de nos clients. Les musiciens attendent sur la petite scène de pouvoir commencer à jouer. Je fais signe aux serveurs de se tenir à leurs postes tandis que je m’éloigne pour rejoindre la foule se massant de l’autre côté.

Les agents de sécurité ouvrent les deux portes en parfaite synchronisation donnant un aspect surprise à mon entrée au contact de la clientèle. Tous se retourne vers moi, sachant très bien que je dois faire partie de la partie organisatrice. Je fais quelques pas pour captiver l’attention des personnes présentes et leur présenter rapidement la suite de l’événement.


« Bonsoir à tous ! Je vous remercie d’avoir répondu présent à notre invitation pour l’inauguration du casino de la Costa del Sol : le Zéphyr ! Une véritable perle se rajoutant aux nombreuses facettes magnifiques de ce monde ! » dis-je, enthousiaste et tentant de paraître aussi lumineuse que possible, malgré le regard de certaines personnes qui contemplent un peu trop mon décolleté… Dont des femmes, à mon plus grand étonnement.

« Je suis Madame Huayan Song et je serai votre hôte pour cette soirée d’exception. Je vous invite à me suivre dans la salle suivante où musique et buffets vous attendent ! »

J’affiche un sourire généreux à l’assemblée qui s’empresse de pénétrer dans la salle voisine pour rejoindre la victuaille et pour certains danser avec l’entraînante mélodie de jazz jouée par nos musiciens émérites. Il doit y avoir au moins une centaine de personnes à présent. Je vois certains visages connus, que j’ai déjà pu croisé lors de mes nombreux événements à la Costa… Je reconnais aussi certaines personnalités venant d’autres mondes, notamment d’Illusiopolis. En parlant du loup…

« Bonsoir ma chère Song ! Un plaisir de te revoir en si peu de temps ! » dit Toma avec son accent étrange qui roule bien les « r ».

Elle a mis sa plus belle robe de soirée je crois, ça doit lui faire plaisir de sortir un peu du Lupanar Joyeux de temps en temps. C’est une femme qui a toujours aimé faire la fête, alors rester enfermée dans sa maison close à se regarder vieillir tandis que ses filles couchent avec tous les hommes, ce n’est pas forcément facile.

« Je suis contente que tu sois venue. Comment tu trouves le Zéphyr ?
- Ecoute, il est magnifique ! Peut-être pas aussi somptueux que celui en construction à Illusiopolis mais celui-ci a beaucoup, beaucoup, de charme. Une vraie petite perle !
- Je te remercie. Tu comptes rester quelques jours ici ?
- Oui, j’ai réservé une chambre dans un hôtel de la Shin-Ra. Le service est impeccable. Je vais rester trois jours et après je rentrerai à Illusiopolis. Je n’ai pas envie de laisser le Lupanar seul trop longtemps.
- Je comprends, oui. Profite bien de ton séjour, Toma ! Je vais me charger des autres invités.
- Va, va ! Je vais aller attaquer ce fameux caviar ! »

Elle s’éloigne de moi tandis que j’observe la foule à la recherche d’éléments intéressants à étudier ou à contacter. C’est à ce moment que j’entends une voix masculine familière venant de derrière moi. Je me retourne et tombe nez à nez avec « Le Don », un fameux trafiquant d’armes d’Illusiopolis que j’ai rencontré à l’occasion d’un dîner.

« Madame Song ! Quel plaisir de vous revoir !
- Plaisir partagé, Don. »

Nous nous saluons cordialement, avec de grands sourires. Il s’est particulièrement bien habillé pour assister à cette inauguration, je suis d’autant plus ravie qu’il accorde donc à cette soirée une certaine importance. C’est parfait.

« M’honoreriez-vous d’un peu de votre compagnie pour partager avec moi une flûte de champagne ?
- Mais certainement. »

Nous nous dirigeons vers le bar où nous nous arrêtons quelques instants pour récupérer nos boissons et se mettre un peu à l’écart de la foule, un sacré brouhaha emplit la pièce en se rajoutant à la musique d’ambiance. Un volume sonore important mais supportable, après tout, c’est une sorte de petite fête !

« Les affaires vont bien à ce que je vois Madame Song !
- Je ne vais pas me plaindre en effet… Et vous même ? Je ne crois pas avoir entendu dire qu’Illusiopolis avait beaucoup changé ces derniers temps, donc j’imagine que tout va pour le mieux. »

Je le dis avec un ton volontairement « comique », il faut bien mettre ses invités à l’aise ! S’ils le sont, ils ont tendance à parler plus, et cela peut s’avérer utile. La preuve, il ricane un peu.

« Vous êtes bien renseignée alors. » dit-il, avec une tournure similaire à la mienne.

Je me dis que notre campagne marketing a plutôt bien marché : si des personnes comme lui viennent à la Costa pour se détendre, cela annonce d’excellents profits pour l’avenir. Quoi de mieux qu’un modeste casino au bord d’une mer turquoise et avec une tranquillité sans pareille pour dépenser son argent ?


« C’est un bel endroit que vous avez là Madame Song. Au départ, je ne devais venir que pour la soirée, mais j’ai décidé de rester deux jours. C’est vraiment un incroyable lieu de villégiature. »

Une remarque qui me fait d’autant plus plaisir.

« Je vous remercie pour tous ces compliments. Je suis certaine que votre séjour à la Costa se passera merveilleusement bien. »

Il opine avec un petit sourire aux coins des lèvres.

« Je n’aimerais pas paraître trop indiscret, mais dites-moi… Quel est votre rôle exactement sur ce monde ? Vous travaillez toujours pour la Shin’Ra non ?
- Bien sûr. Je suis en charge des affaires sur ce monde… Vous savez, notre compagnie a beaucoup à faire. Il faut donc déléguer à des personnes de confiance pour que les opérations continuent. »

Nous échangeons des regards presque complices, nous savons tous les deux où cette discussion va aller. Et j’ai bien envie de la laisser y arriver sans difficultés.

« J’imagine que vous êtes toujours… Comment vous dîtes déjà ? Ethique et responsable ?
- Tout à fait, très cher. N’ayez aucune crainte, la Shin-Ra est toujours fidèle à ses engagements… En toutes circonstances. »

Nous trinquons avec nos flûtes à cette occasion. Il se retire, prétextant de devoir rejoindre des collaborateurs, me laissant seule quelques instants. Un moment de pause qui sera de courte durée : je quitte le bar pour aller bavarder avec invités originaires de la Costa, notamment Carla Zarrogona qui ne semble pas trop s’ennuyer.

La soirée suit son cours sans incidents, l’ouverture de la salle de jeux est une attraction à elle seule, toutes nos personnalités se ruant sur les tables pour s’amuser avec leurs munnies. Qu’ils y aillent, qu’ils y aillent. Moi je veille au grain, errant entre les allées, surveillant l’attitude des employés et des clients, saluant les quelques personnes que je connais déjà. Je ne prends pas part aux parties, tout simplement car je suis de l'équipe du casino : ce serait bien trop facile de gagner sinon avec l'aide de toutes ces caméras... Les salons autour de cette pièce centrale dans l’édifice sont bien remplies eux aussi, certains se prélassant dans nos fauteuils confortables tout en fumant des cigares ou se délectant de nos cocktails aussi fruités qu’ils sont chers.

Je remarque que Toma a déjà trouvé un vieux monsieur pour lui tenir compagnie. Encore un qui va perdre son argent pour pas grand chose. Ma pauvre amie, les effets de l’âge sur les femmes sont parfois cruels. Elle était pourtant très belle quand je l’ai connue, mais le temps reste le temps et il est parfois difficile de lutter contre lui.


Plus la nuit avance, plus les lumières artificielles éclairent la majestueuse promenade de la Costa, offrant une vue magnifique depuis les terrasses du bâtiment. Un panorama d’exception, le casino étant construit presque sur la plage. On aperçoit encore de jeunes fêtards entrain de finir leurs soirées sur la plage. Ou la commencer, c’est selon. C’est très calme, et une légère brise venant de la mer nous rafraîchit un peu. Un beau spectacle. Nombreux sont les invités venant voir la vue, boissons à la main.

Peu avant l’heure du feu d’artifice, Francis me rejoint, une bière à la main. Même ici il arrive à en trouver ? C’est étrange, je crois que nous ne proposons pas de la bière bon marché ici. Au moins il a mis un smoking, cela change.


« Où avez-vous trouvé cette bière Francis ?
- Dans le slip, Madame Song ! Quinze balles le verre faut pas déconner non plus.
- Vous êtes incorrigible.
- Pas faux… Bon alors vous êtes contente de l’inauguration ? Tout s’est bien passé. Je me ferai presque chier s’il n’y avait pas les petites poulettes avec des décolletés plongeants partout…
- Des décolletés comme le mien ? » dis-je pour lui indiquer sa maladresse.

Il rigole un peu et prend une petite gorgée de sa boisson.

« Je vous respecte trop pour ça Madame Song. Dites-moi, vous la connaissez la petite dame avec la grosse poitrine, très distinguée ? Vous lui avez parler en début de soirée je crois.
- Vous parlez de Toma ? Mon amie d’Illusiopolis ?
- Ouais ! Elle s’appelle Toma, c’est sympa ça… Puis j’ai entendu son accent, ça ressemble un peu à celui de ma femme…
- Ce qui normalement, devrait vous arrêter là.
- Elle est célibataire par hasard ?
- Oh croyez-moi Francis, ce n’est pas une bonne idée.
- Ma mère m’avait dit la même chose pour mon mariage, paix à son âme.
- Votre maman avait donc une certaine présence d’esprit. Vous n’êtes donc pas une catastrophe finie en ce cas, me voilà rassurée.
- Riez si vous voulez Madame Song. Bon moi en attendant, je vais me farcir encore des petits fours avant le feu d’artifice. »

Il s’approche un peu de mon oreille avant de partir pour me glisser un petit mot.

« Vous en faîtes pas, il y a des agents de sécurité en civil qui veillent sur vous. Je me fais les petits fours et je reviens. »

Je souris en le regardant s’éloigner. Francis fait partie de ces hommes que je méprise en temps normal. Pourtant, il a une dévotion rare envers une personne complètement opposée à lui : moi. Je crois que je commence à le traiter comme un ami, plus que comme un subalterne sans réelle importance. Je peux lui faire confiance, et il peut me faire confiance en retour. Même si j’ai parfois envie de l’étrangler à mains nues, il n’en reste pas moins un confrère utile dans mes pérégrinations et mes projets. Il faudra que je le récompense prochainement.

Et alors que les clients se massent dans les jardins et les terrasses scrutant la mer sombre et le ciel obscur, les premières explosions retentissent dégageant un flot de projectiles dans les cieux qui créent des formes de lumières rouges, bleues, jaunes, vertes, violettes… Un spectacle artistique exceptionnel concluant une soirée d’inauguration plutôt réussite. C’est dans ce jeu de lueurs multicolores que je quitte mon promontoire pour me faufiler entre les invités et rejoindre l’un de mes passages secrets.

C’est donc en toute discrétion que je marche jusqu’à une salle annexe de la salle des coffres blindée située au sous-sol. Nos employés sont déjà entrain de compter la recette de la première soirée. Apparemment, la somme semble plus qu’acceptable. Notre comptable enregistre strictement les entrées et les sorties des clients. De manière tout à fait attendue, nous avons une grande présence de liquidités. C’est parfait. Plus vite le casino est rentable, le plus vite nous toucherons des bénéfices. Et qui dit bénéfices, dit un président heureux. Et qui dit un président heureux, dit une femme récompensée. Comme vous l’imaginez certainement, je suis la femme récompensée dans cette histoire.

La nuit n’est pas finie et il y aura probablement encore des échanges de jetons et de billets. Je quitte mes agents pour retourner au milieu des invités et profiter de la fin de l’inauguration, toujours accompagnée par nos chers musiciens.


Je suis contente. Encore un point de plus pour la compagnie à la Costa del Sol.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 27 Avr 2018 - 20:32
En soit, j’ai eu un effet de « déjà vu » en lisant ce rp par rapport au Bubble Bath. Dans l’idée où, le type de narration est semblable à l’ouverture du précédent bâtiment de la Shin’ra.

Attention, j’suis pas en train de dire qu’il faut absolument à ce que tout soit original ou nouveau quand tu fais des trucs pour éviter la redondance. Pour moi, le plus important est de raconter une histoire. D’ailleurs, si tu prends cinq minutes à analyser les rp des gens, ils conservent souvent le même schéma narratif pour construire la mission. Il ne sert à rien de réinventer la roue, parallèlement, il n’y a pas de formule qui marche à chaque fois.

Donc, la question à se poser quand tu ouvriras un nouveau complexe, c’est de savoir comment raconter l’histoire.

Est-ce que, comme pour les deux précédents, Huayan doit être présente ? Limite, pour le prochain complexe, tout se fera au travers de caméra de sécurité et ton personnage commente ce qu’il observe. Une mini-série à travers Francis. Lire la liste des commentaires sur Trip Advisor ? Donc, tu comprends ce que je veux dire. Il y a des centaines de façon de conter une histoire, parfois, il suffit de s’écarter du chemin pour trouver une nouvelle façon de faire.

Finalement, j’vais quand même parler de la mission ! Comme, jusqu’à maintenant, j’me contente de faire des observations ou à te guider sur certaines pistes.

Ce que j’trouve de bien, c’est de revoir des personnages comme celui du Don ou de ta copine qui se ramène pour découvrir l’endroit. Ça donne plus d’ampleur à la chose, faisant quitter le domaine de Costa Del Sol. D’ailleurs, j’vais pas me retenir à donner un conseil, invite des PJ pour les ouvertures des complexes. Invite la vie à venir plutôt que de faire tout d’une traite dans ton coin. Après tout, nous sommes sur un forum, l’important est les interactions entre nos personnages ! Bon, j’viens rien dire avec ta relation avec Francis comme j’en parle déjà dans d’autre commentaire.

Mission accomplie !


Facile : 11 points d'expérience + 100 munnies + 2 PS en Symbiose !

_______________________________
 
messages
membres