Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 26 Jan 2018 - 0:23

Vous ne l’attendiez pas, pourtant, la voilà ! La Journuit des méchants vient officiellement de commencer, le Jardin Radieux vient d’initier la fête et chacun est prêt à profiter de cette nuit endiablé !

Ouais, j’fais d’belles phrases, mais j’suis juste trop impatient de commencer.

Un gros gros projet du Consulat, une journée entière pour se moquer des plus grandes terreurs de l’univers ! V’là le truc improbable. S’il y avait eu un gusse qui allait m’annoncer que lors d’une journée, nous allons tourner tout ce laid monde en ridicule, il y aurait eu une réaction proche de l’hilarité. Sauf que là, nous sommes présents pour cet évènement !

Bon, j’ai prévu le truc et j’me suis préparé pour la fête. Pauvre Eudora, elle a dû bosser comme une dingue jusqu’à aujourd’hui, elle n’a pas eu beaucoup de temps à passer avec sa fille. Pourtant, son travail est fantastique. Là, j’regarde une dernière fois mon costume, ébahie par la qualité et le manque d’information qu’elle a eues pour l’confectionner.

Enfin, en ce jour, la terrible Ariez ne craint rien ! Son fidèle loup de garde est là pour la protéger, le grand et gros Kuzfo est prêt à tout pour elle.

Ouais, c’est la classe ! M’voilà en loup-garou pour la journée. Griffe est crocs, ça passait avec ma carrure. Sauf que le reste, m’voilà avec une splendide crinière qui se termine en une longue queue sur le dos. De quoi effrayer n’importe qui ! P’tet que l’patron ne va pas s’attendre à voir arriver dans ce déguisement, j’devrais lui faire la surprise… Ou pas. Arthur sera plus réceptif à cet humour.

Donc, v’là que l’heure est annoncée. Minuit et demi, j’ai un crochet à faire dans la ville avant d’rejoindre mon échoppe sur la place publique. Trois fois rien, il faut bien que j’me prête aux jeux ! Et il y a des étudiants pour gérer les boissons, il ne risque pas d’y avoir de problème. Bref, là, j’dois me mettre dans l’rôle. Où est-ce que j’suis ? Alors, j’suis sur l’une des places de la ville et j’dois rejoindre une autre. Une fois n’est pas coutume, j’vais éviter de passer par les toits, mais il faut que les visiteurs imaginent c’qui les attend.

Là, au milieu d’la foule, j’suis à quatre pattes en train de courir comme un dingue, zigzaguant entre les visiteurs pour sauter sur le toit d’un petit commerce et m’accrocher à l’une des enseignes ! Il n’y a plus de panda, j’suis le loup. Et comme font tous les loups…

Aaaaaaaaaaaaaaaouh !
Ouais, j’suis en train de hurler à la lune ! Ça fait son p’tit effet, des couples se sont retournée pour me voir avec mes crocs et mes griffes sur l’enseigne, un frisson avant d’se retourner en rigolant. J’suis quand même un gros loup-garou, pas très athlétique. Enfin, Frollo attend son bourreau !

D’un bond gracile et élancé, j’quitte mon perchoir pour recommencer ma course folle dans les rues du Jardin Radieux, criant à tout va et bousculant parfois. J’suis un loup ! J’dois pas m’excuser, j’dois cavaler pour retrouver ma princesse. Ah, non. Ce n’est pas comme ça dans mon horaire. Bref, me v’là bon pour un demi-tour afin de passer entre les visiteurs pour arriver sur la place où se déroule l’une des attractions, les cachots de Frollo.

Par contre, j’vous l’donne en mille, entendre la voix d’Arthur qui résonne à chaque coin de rue est bien un truc unique ! Il n’hésite pas à hurler ses répliques, donnant le ton au visiteur !

D’ailleurs, un couple est en train d’se faire traîner par deux gardes vers mon point de chute. Peut-être que j’vais devoir commencer mon spectacle un peu plus tôt. Oh, ce n’est pas comme si ça m’dérangeait. Après tout, j’suis un loup-garou ! Le gardien d’Ariez Ibel, la terrible dirigeante de la Coalition Noire. Nul ne doit nous sous-estimer, surtout en cette journée. Ouah, Yvan fait un parfait Frollo ! Bon, il est juste pas assez pal et j’pense pas que l’fils de la Réthorique avait des boucles d’oreilles. Enfin.

Donc, j’termine ma course en sautant pour atteindre le haut de son tribunal improvisé. Un immense tribunal, dominant tout à trois mètres de hauteur. Et là, tu rajoutes le gitan debout sur celui-ci avec son fidèle maillet de bois. Il y a de quoi se poser des questions. Il gère son affaire, il y a déjà une dizaine d’accusés qui font la file pour se faire juger autour de pas mal de gardes armées de lance. D’ailleurs, il s’apprête à rendre son verdict.

L’affaire est sans appel ! C’est une évidence, nous avons nous deux parfaits coupables…
Coupable de quoi ?!
Mais coupable de trahison envers ma royale personne ! La sentence… Au cachot !

Il frappait de toutes ses forces sur le banc, les coups résonnent dans la place alors que les gardes piquent les fesses du couple jusqu’à l’entrée de l’attraction !

Che… Kuzfo ! Mon fidèle bras droit, mon seul ami et ma terrible créature !
T’en fais pas un peu trop…?
Non. Toi ! Ma bête… Il y a beaucoup trop de monde dans mes cachots et encore trop de cas à juger, il est l’heure de ton déjeuner ! Rentre et vide moi mes geôles !
Objection !
Rejeté !!! Cas suivant, s’il vous plaît.

Tombant du pédestal, atterrissent sur mes quatre pattes pour jouer le jeu, v’là que j’lance un nouveau cri avant de foncer tête baisser dans l’entrée de l’attraction. Un p’tit tour et trois frayeurs et j’suis bon avec le juge ! P’tet que j’vais voir quelqu’un de célèbre.

Bon, d’puis la dernière fois, j’ai pas trop demandé comment ils ont agencé l’truc. Il y a un long couloir avec plusieurs grilles, probablement l’début avec quelques hommes qui tapent les grilles de leurs armes. J’vois l’couple qui vient d’se faire juger passer par un trou dans l’mur du fond d’la geôle. C’est qu’le début doit être par là.

Un garde m’vois arriver et ouvre l’une des grilles devant moi, m’laissant ainsi le temps de passer dans l’début de l’attraction. Le jeu commence ! Et comme j’suis un loup pour la journuit, j’vais m’annoncer d’un cri dont j’ai dorénavant le secret.

Maintenant, j’dois me mettre en chasse comme un prédateur…

Le premier couloir est dans l’obscurité la plus totale, il doit y avoir quelques gitans de cacher dans les recoins pour attraper les jambes ou les bras de quelques touristes. Première étape du plan de l’attraction. Moi ? J’ai un flair hors-norme, j’arrive à sentir l’odeur des visiteurs et l’alcool de basse-qualité des gitans. D’un pas feutré, toujours à quatre pattes, j’avance dans ce long couloir.

Il y a un couple pas trop loin devant moi, il rigole volontiers ! Il est temps de rappeler où il se trouve. Donc, avec ça, j’concentre rapidement le seul sort que j’maîtrise pour lancer une légère brise dans leurs chevilles. Madame sursaute ! Ce n’est déjà pas trop mal pour un débutant. Enfin, j’dois déjà passer à la suite. C’est l’heure du grand moment ! Et il se traduit pas moi, courant à quatre pattes dans le couloir pour rejoindre le bout, l’énorme queue de mon costume se balançant et faisait crier tous ceux que j’croise dans ma course !

Heureusement qu’il y a une lumière au bout du tunnel, dans l’cas contraire, j’aurais bouffé tous les murs jusqu’à la suite de la prison.

Là, c’est un autre couloir, sauf que les murs sont éclairés par quelques torches posées à intervalles réguliers. Bien entendu, c’est encore une prison ! Donc, grille de chaque côté et cri de lamentation. Oh, j’ai une idée en béton ! J’continue ma route jusqu’à une grille vers le milieu du couloir, direct, un gars m’saute dessus pour faire la peur de ma vie. Ils sont doués, les gitans. Bref, j’lui montre l’insigne pour signaler que j’suis avec lui et ensuite, j’me cache derrière l’une des grilles.

Bon, j’suis plus en train de jouer que de vraiment participer à l’attraction, mais c’est tout aussi important !

Comme le gars d’avant, j’suis dans l’ombre et j’attends mon heure. J’suis un prédateur. Un bruit de pas, d’autres rires et une ombre ce dessine au sol. C’est l’moment ! Dès que j’vois une silhouette passer, j’fonce comme un dingue en grognant et bavant contre les barreaux ! Mon bras tendu, les griffes sorties à tenter de choper quelqu’un ! Résultat garanti. L’idée est passé pendant les dix prochains couples, c’est hilarant.

Pas l’moindre gars n’a osé s’lever pour m’en coller une ! Ah ! Ils ont même parcouru le plus de distance dans un temps records, laissant madame derrière, ou les enfants. J’crois qu’il y en a un qui pleure encore. Moi, j’suis l’meilleur Kuzfo de l’histoire.

Enfin, j’vais pas vous la faire longue, une fois ma participation accomplie, j’ai plus eu qu’une envie. Celle d’me servir une p’tite mousse ! Donc, j’tape la bise au prisonnier et j’emprunte la porte menant jusqu’au dernier couloir. Pas la peine de tergiverser, on sort, on fait un signe à Frollo et rouler jeunesse. Sauf que, j’ai oublié qu’il restait justement une dernière partie à l’attraction.

Les pattes dans les poches, j’vais tranquillement vers la sortie sans faire attention au crissement qu’il y a derrière moi.

Pas très malin, j’me retourne simplement en pensant voir l’un des gardes du Frollo du jour. Sauf que là, il y a une montagne au torse nu et trainant une immense hache de bourreau derrière lui. Alors, j’fais l’malin depuis l’début. Mais mon sang de loup n’a fait qu’un tour et j’ai probablement établi un nouveau record du cent mètres alors que l’gars m’poursuivait jusqu’à en dehors de l’attraction en levant sa hache au-dessus de la tête !

Mon coeur bats la chamade alors que j’suis contre un mur en train de reprendre ma respiration, les quelques participants restant bien à la sortie pour se moquer des gars comme moi alors que l’bourreau s’permet une tape sur l’épaule avant d’retourner jouer le jeu.

Il m’a fallu plus de dix minutes pour reprendre mon calme ! Si j’retrouve l’abruti qui… Non, oublier c’que j’viens de dire. Pour moi, il est temps de remontrer les rues d’la ville. Mon propre stand n’attend plus que son maître ! Et j’ai sacrément soif. Donc, quatre pattes et on est repartie ! Ce n’est pas parce que j’suis l’Brasseur que j’en reste pas le terrible gardien de la belle Ariez !!! D’ailleurs, elle est où, Pamela ? Arthur en a parlé au micro, j’ai oublié…



_______________________________
 
Le Poète

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
318/350  (318/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 26 Jan 2018 - 15:15
« Me revoilà ! »

L'on entend en fond le matériel qui valdingue, le décor qui s'effondre comme dingue ! Puis le poète se met à crier, assiégé lors de sa descente par son propre café ! Enfin, il remonte la pente, ajuste son casque et rapprochant son micro...

« Sacrés nouvelles les vilains ! Mes oiseaux rapportent un sacré potin ! A qui sait les écouter bien sûr... je sais les écouter, moi Arthur... mais saurez-vous le traducteur écouter ? J'ose espérer... pour vous ! » Coup de piano, la note Gravissimo ! Dès qu'un évènement notable se passe durant la fête, un oiseau vient prévenir en prévenir le poète. Autant d'agents à plumes qui peuvent transmettre des messages écrits en plus de faire de la surveillance de masse ! Si ça c'est pas la classe.« Pauvres fous ! » Crache-t-il, surjouant son méchant du moment, celui qu'il joue pour l'instant avant de reprendre, enjoué et plus doucement.

« Un drôle de loup ! Celui d'Ariez et c'est fou... de le voir au stand Stormstout ! Il a pris du poids, quelques kilos ma fois et... ça me fait de la peine de le voir comme ça.

Ce ne doit pas être simple de servir les milles caprices de la Princesse, d'être le fidèle compagnon et protecteur de Son Altesse...

Puisqu'il veut décompresser ? Pourquoi vous ne le rejoindriez pas avant qu'il ne retourne à sa maitresse ?!

La bise, Kuzfo... porté par le vent à la vitesse d'un grincement de dent... pauvres fous, je suis partout ! »


Arthur se fait une mission personnelle de faire de cette fête la plus belle. Jusqu'à la prochaine bien sûr. Les gens veulent voir Kuzfo qui a mangé le panda ! Qui ne voudrait pas voir ça ?! Chen risque d'être bien dans l'embarras désormais. Et c'est bien fait, ça c'est pour avoir foutu en l'air les plans du poète concernant Aqua ! N'importe quoi ! A la finale, le plus grands nombres possibles de consuls y auront le droit.
Le rire sardonique du poète qui déraille complètement, absoluement hors de contrôle qui ne laisse même pas son auteur respirer ? De rien, celui-ci retentit à travers la ville et c'est cadeau.

D'ailleurs, le poète allait en profiter un peu et voir le bain de foule de Chen de ses propres yeux !

« Peut-être même que Kuzfo va vous payer un ou deux verres d'alcools ?! Sur ce, on se réunit au plus vite mesdames-et-messieurs ! »

Le poète éteint le micro puis enlève ses écouteurs allant jusqu'à la fenêtre se pencher à la fenêtre, un sourire au coeur. Son regard serein observait de sa tour la hauteur sans fin. Dans les deniers étages, Arthur a soudain un mot en image : « On déménage ! Sur le toit quand je reviens... ca serait bien ? Ca serait bien. » Et sans attendre la réponse après s'être corrigé, le consul saute dans le vide ! Rattrapé par le plus cool de tout les bird : Birdon l'assaut casse-cou, de tout oiseau le plus fou ! La fusée violette va si vite qu'elle laisse tomber des plumes sur son chemin. Qu'importe, le poète se laisse porter par l'emplumé, à coups de loopings, de virages incertains... de vols bien trop bas !

« Qu'est-ce qu'il se passe l'ami ?! » Demande Arthur, tâchant de conserver son calme en fonçant tout droit. « On va se prendre le toit ! »

Le poète doit rester calme mais il a très peur ! Tétanisé de peur jusque dans son coeur en terreur. Il s'avoue soudain avoir été idiot et laisse... juste faire l'oiseau. Tout en s'accrochant désespérément à ses plumes ! Ce n'est qu'au dernier moment que Birdon esquive le mur et se met à piloter parfaitement.

« Trop d'élan ! Fallait pas sauter comme ça non plus, j'ai du faire vite et j'ai fait vite ! » Défend l'oiseau rosé-violet, malgré tout paniqué ! « Tu sais pas ce qui est arrivé à la dernière humaine qui a fait ça ! »

Epuisé, brûlé de l'intérieur par la chaleur de l'effort, ce n'est que là que l'oiseau grassouillet réussit enfin à ralentir et sur un toit atterrir. A peine a-t-il posé son corps gros, et bombonné, que la chimère se met au garde-à-vous devant Erato le Fils. Le bec alors se déforme, dessinant un sourire.

« J'ai bien aimé ! Fort en sensation. Refaire la ballade comme l'autre fois ? C'est non ! Hors de question ! »

« Woah... okay... » Articula péniblement le poète entré deux brusques respirations.

« Laisse tomber ! T'as pas le temps ! C'est la Journuit ! »

« Oh... oui c'est vrai merci ! »

Courant après son souffle, le poète se relève précipitamment mais lentement et grimpe sur la créature. Qui tente de décoller... et de battre s'arrête le coeur d'Arthur. « Stop ! » Ouf. « Laisse-moi juste bien m'accrocher et après, on peut s'envoler. »

« Okay, sûr ! » Répond l'oiseau rieur au sourire moqueur.

Puis ça décolle et s'envole ! Comme prévu alors que le poète déclame à son invocation sa destination. Le vol est furieux, frénétique, sans autre enjeu que des minutes et la mort ! Atterrissage en catastrophe au Stand Stormstout ! Je vous rassure, personne n'a été blessé par Arthur... qui git aux côtés de son oiseau au sol... d'après l'oiseau, c'est pas de bol.

« Hé beh ! »

« T'es fou ou quoi ! Fou comme c'est pas permis ! »

« Pourquoi tu as demandé le vol à vitesse maximum aussi ?! »

« Parce que c'est beaucoup plus marrant comme ça. »

Les deux rigolent, alors, tandis que la chute de leurs corps n'a pas abimé le stand de boisson. Birdon a usé de sa graisse pour réceptionner le blondinet, amortissant sa chute de manière salvatrice. En bref, pas de quoi être triste ! Hélas, la chimère doit s'en allé avec regret, il n'y a plus rien pour elle à faire de toute façon.

« A la prochaine Birdon ! » Lance l'invocateur, qui se révèle péniblement en dépoussiérant ses vêtements salis de poussières. Et aussi déchirés.

« Au plaisiiiiiiiiiiir ! » Piaille la chimère qui s'en va, un peu en abimé, vers d'autres cieux en volant comme un fou furieux.

Prenant quelques secondes pour se remettre de ses émotions, le blond inspecte les lieux et d'un envolement d'oiseau, repère le gros Kuzfo ! Et apparemment, certains sont déjà là, attirés par le héro ou l'hypothétique gratuité d'une conso.

« Oh ! Mais ne serait-ce pas le fidèle toutou de la princesse que je vois ?! » Lance alors Arthur en écartant les bras... comme pour mieux montrés sa tenue rouge de Sultan et la dizaine du plumes sur son turban. Et il y a aussi de l'or tout le long de son corps. « Le saltimbanque à la radio prétendait que tu offrirais des verres ? Pourquoi puisque par la méchanceté nous sommes frères ! Je vais devoir sourire et faire semblant d'aimer la plèbe en foule... il me sera impossible de faire ça sans alcool pour décaper mon dégout ! »
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 30 Jan 2018 - 10:58

À peine la fête a commencé que c’est mon troisième fût de percer ! Avec la Journuit, c’est certain qu’il va falloir remplir ma cave le lendemain. Grâce à qui ? À notre oiseau-fou qui ne manque pas un instant pour avertir les concitoyens de tout ce qui se passe en cette journée.

Arthur est bien gentil, mais dix étudiants, j’risque de pas survire à cet afflux de clients ! À peine le temps d’entendre une commande, de l’hurler aux gars derrière la pompe et d’encaisser que m’voilà à recommencer. Finalement, l’attraction de Frollo n’était pas si mal. Attends, qu’est-ce que j’raconte ?! Aujourd’hui, j’suis Kuzfo, le loup de la Coalition Noire ! Ce n’est pas quelques ivrognes qui auront raison de moi, à moins qu’Auron s’amène devant moi.

Kuzfo ! La chair de panda te rend si gras ?!
C’est le moment les amis, il est trop lourd pour nous poursuivre, il faut l’abattre !
Trois Astrals et deux Corbeaux Noirs, j’attends depuis dix minutes !

Les racailles, ils n’attendent que le bon moment pour m’avoir. Sauf qu’un panda acculé ne se laissera pas berner ! Le temps de tendre une patte pour attraper l’argent et d’attraper trois chopes de l’autre, il ne me reste qu’à tirer la bière et à distribuer avec rapidité ! L’Astral, la douce ambrée se retrouver à partir la première, à croire que les gens en garde un bon souvenir, il faudra amener un tonneau pour féliciter Svetlana. Par contre, la bière dédicacée au patron s’retrouve aussi au fond de bien nombreuses chopes ! Une stout, rien que pour lui. La seule et l’unique, gare à celui qui en prend un verre car il faut savoir assumer les saveurs d’avoine et de betterave.

Mon dieu, les souvenirs à la brasserie pour préparer cette fête me revienne à la tête. Tellement de spécialité pour une seule journée, vivement qu’Arthur arrive pour la spécial du Sultan.

D’ailleurs, il suffit de parler de l’emplumée qu’il arrive avec son turban ! Il a créé un cercle tout autour de lui, gloire à son atterrissage. Au moins, cela à créer un léger blanc, laissant le temps à mon commis de laver deux chopes de plus. Il y a du débit, et grâce au fils d’Érato, je risque de devoir payer ma tournée comme il vient de le promettre dans toute la ville.

Pour un Sultan tel que toi, toujours enfermé dans son palais et loin de son peuple, tu me sembles bien trop amical ! Les amis, Armand nous fait le plaisir de sa présence dans ses plus beaux vêtements. Selon mes dires, il connaît ma maîtresse Ariez et pourrait négocier une discussion privée à tous ceux qui capable de le battre à un concours de boisson face sa bière dédicacée ! Je nomme, le Plaisir des Sables !!! Venez, la distribution va commencer…
Tel est pris qui croyait prendre ! Si Arthur vient de quitter sa tour, il faut lui donner des forces pour y retourner et continuer d’avertir nos visiteurs. Pour cela, rien de mieux que la blonde que je n’ai créé rien que pour lui. Du citron pour le gout, du seigle pour la couleur et une bonne rasade de fruit de la passion pour représenter le regard en feu de notre poète favoris !

Une belle mousse, une robe aussi prometteuse qu’Assila et assez de bulles pour faire briller vos pupilles ! Si avec ça, Arthur n’est pas comblé, je ne peux plus rien pour lui.

Bon, à peine j’ai dit cela que l’accumulation au bar se fait plus empressante. Un ordre rapide et j’appelles l’un des étudiants pour qu’il me passe les chopes, au même rythme que la pompe crachant le breuvage ! On passe, on remplit, on coupe et on recommence. Un cycle infernal, rafraîchissant et désaltérant. Si j’avais le temps, il y en aurait une pour moi. Sauf qu’il est encore trop tôt et il reste tellement de client à satisfaire.

Alors, mon bon Sultan, la Coalition Noire n’est-elle pas capable de bien recevoir ?! Parviendrez-vous à tenir la distance ou l’un de vos gardes viendra prendre la relève.



_______________________________
 
Le Poète

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
318/350  (318/350)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 30 Jan 2018 - 14:06
Un vide, petit flottement dans les méandres de mon esprit, le visage momentanément placide.

Les gens boivent déjà, avec déraison et jusqu'à ce soir, ca va durer comme ça. Et ils ne font pas que ça... oh non, ils dansent, chantent et rient aux éclats. Rigolent à la face de ce qui se fait de pire dans l'univers ; le Consulat pouvait en être fier.

Alors je savoure le parfum délicat de cette boisson que voilà... admire sa robe tout en éclat... et m'extasie devant ce goût... tout ce qui se boit avec des bulles vous rendra fou. Je sais boire, merci ! Et je peux boire jusqu'au bout de la nuit !
Je ne vous raconte juste pas dans quel état je fini, à chaque fois... ce qui n'est pas trop possible quand je suis censé parler à tout le Consulat !

Le Plaisir des Sables... une bière faites avec passion. Suffit de la regarder, la boisson n'ayant rien d'ordinaire, colorée et pétillante comme une potion... mais un concours de boisson ? Pas question ! Pas à cette heure-là, en tout cas... et je m'imaginait de devoir négocier avec Pamela. Madame Song, Aqua... je sais bien que négocier avec de belles femmes, je n'y arrive déjà pas. Alors la plus belle qu'on ait jamais vu ?!
J'ai seulement prit une gorgée... mais déjà, le plaisir des sables me fait sentir plus léger... et un verre de plus ou deux, la raison j'aurais perdu !

« Armand ! Moi Sultan ! Ma foi, j'écrase touts ses pécores dans un concours de boissons, tous ceux-là à la fois ! » La foule s'excite comme doucement la houle s'agite. Ils répondent à ma provocation et c'est tant mieux ! Moi je les regarde de haut, sirotant ma bière avec le regard blasé, non sans mépris, l'air soudain renfrogné... ne suis-je pas méchant connu, renommé et reconnu pour son égo ? « Vous savez quoi les petites gens ? Vous avez de la chance que ce soit moi le Sultan... manants ! Pécores ! Je n'ai pas le temps de tous vous laissez ivre-mort ! »

Et je ne regarde plus la foule qui s'écarte, presque de force en deux, sous l'impulsion d'un chocobo qui me rejoint à la hâte. La créature aux plumes dorées se penchant, sur ses pattes fléchies, pour me laisser la monter et soudain, la bête se cabre vers les cieux tel un fier destrier ! Et je peine à rester accrocher, ayant failli tombé !
Mais je décide de lâcher pour au sol m'écraser, perdant toute crédibilité et dignité... la foule, en train de rigoler aux éclats, se demande si je ne serais pas déjà bourré ma foi !

Même le chocobo se fout de moi ! Je remonte dessus fissa, trop précipité et maladroit pour avoir l'allure d'un roi. Le Sultan, une fois sur sa monture seulement, reprend un air digne et arrêté de bouder.

« Je crains, hélas, qu'Ariez n'ait pris ombrage après que je lui ait volé Agrabah ! Et en fait, pour être honnête, elle l'a carrément mauvaise ! Heureusement que Kuzfo ne fait pas son boulot, sinon, je serais pendu ou aux cachots ! » Et j'en vois, dans la foule, qui sourit alors qu'on entend une idée qui... ne me plait pas... pas trop... bordel Kuzfo ! Il m'a eu à mon propre jeu ce salaud ! La foule clame que l'on doit m'envoyer voir Frollo ! Du haut de mon destrier, je regarde la foule d'un air altier et, particulièrement vexé, me fait sacrément menaçant ! « Pécores aux tronches de morts ! » Et, méprisant comme le plus mal élevé des enfants, je lâche du bout du doigt... une seule et unique pièce au sol... « J'ai trop fait semblant de vous aimez ! Me faut une pause pour me ressourcer et revenir vous faire croire que vous valez quelque chose à mes yeux les miséreux ! »

On me hue ! Me conspue ! Et c'est bien ça le jeu !

« J'organiserais un tournoi de boisson dans la journuitée alors si vous le sentez, vous viendrez participer et vous faire écraser par Sa Majesté ! » Qu'on leur laisse bien le temps de picoler et qu'on fasse un jeu truqué ou soit je suis sûr de gagner... ou soit je ne risque pas de finir complètement déchiré. Ca sera sans doute la deuxième solution puisqu'homme de passion, je veux voir les gens gagnés contre les méchants aux noms des festivités ! « Haha ! Soyez déjà reconnaissant de m'avoir vu moi, le Sultan, le plus beau, le plus fort et le plus grand ! Ce n'est rien ! De rien ! Tout le plaisir était pour vous bandes de fous ! N'oubliez pas de passer à l'estrade des méchants et d'allez proposer à nos sombres stars quelques délicieux rafraichissements ! Le premier à convaincre l'un d'entre eux de boire pourra osez venir me défier, m'affronter et finira par s'écrouler complètement déchirer !
Et le tournoi sera à mes frais, en fin de soirée... »


Clin d'oeil à la foule pour mieux partir avant que j'les saoule et mon chocobo s'enfuit tel un éclair jaune dans la ville ! Ils ne m'auront pas ces vils !
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1124/500  (1124/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 1 Mai 2018 - 6:06
Mission accomplie.

Franchement... Je ne vais pas vous mentir ^^. Le début m'a fait un peu peur. Alors je parle d'un début pour un rp qui comprend deux rps de chacun de vous. Mais je vais détailler, bien sûr. Ce que je veux dire, c'est que l'interaction m'effrayait un peu.

Mais procédons de manière un peu ordonnée, en quatre parties.

Chen, ton premier rp... Je le trouve très bien, franchement. Mais j'aurais été un peu déçu avec juste ça, si Arthur n'avait pas répondu. Parce que je trouve que tu aurais pu aller plus loin. En fait... première chose, t'as vraiment bien géré l'intro, avec Kuzfo, dans la ville, bousculant tous ceux que tu croises, j'ai trouvé ça très chouette et fort fort bien décrit. Mais déjà, franchement tôt, y a pas mal de fautes d'inattention, des phrases qui ne veulent rien dire. Franchement, cet rp-là, j'ai pas l'impression que tu te sois relu, ce qui est dommage; Ca remonte donc ça sonne comme un reproche sur un très vieux truc, donc... prescription ? Oui mais enfin. Attention.
Mais on arrive très vite au moment que j'ai trouvé le moins bien fait. Ton arrivée dans le tribunal. C'est pas mauvais... mais c'est hyper baclé. Honnêtement, je m'attendais à un gros moment dans le tribunal, que tu nous décrives une partie de jugement. Ici, y a pas grand chose. Qui plus est, j'ai trouvé l'interprétation de Frollo assez bof. Je trouve complètement normal qu'on change le perso, qu'on exagère ses traits mais là c'est juste pas lui ^^, on dirait la Reine de Coeur.

Après dans les cachots, j'ai vraiment trouvé ça super, extrêmement bien décrit, j'ai aucun problème mais voilà. J'attendais pas mal du tribunal et ça a été expédié.

Et donc j'aurais été déçu, je pense... Et à la fois, quand j'ai vu (à l'époque) la réponse d'Arthur, je me suis dit "Est-ce qu'Arthur ne nous fait pas un excès de zèle un peu... incohérent ?!" donc j'avais aussi peur de l'intégration d'Arthur à cet rp. Pour autant, de l'investissement, c'est toujours bien donc ça n'aurait pas été très négatif.

Mais non, c'est chouette. J'ai vraiment bien aimé ta proposition; Toutefois... autant j'ai trouvé l'idée d'attirer l'attention de tout le monde autour de Chen était super, autant... je trouve que ton rp était trop long, il s'y passait trop de choses. Ce qui fait que Chen doit un peu courser pour te rattraper sur sa prochaine réponse. Je pense que tu aurais du le laisser réagir à l'afflux de clients, puis toi aller vers lui. Je crois, pas sûr donc...

Petite parenthèse mais... Kuzfo, je vous ai trouvé très généreux ^^. Concrètement c'est vraiment... le valet d'Ariez dont personne n'a jamais entendu parler, genre... vraiment. Kuzfo n'a rien fait de significatif à part vaincre Jecht (et genre, niveau rp, il doit avoir fait ça et... rien ?) et c'est pas vraiment un truc connu. Après oui, c'était son garde-du-corps mais il n'a jamais été vraiment vu en sa compagnie dans les gros trucs. Bref. C'est pas une critique ^^; mais vous n'êtes pas obligés de créer de la renommée à des personnages de troisième zone qu'on a gardés juste parce qu'ils ne gênaient pas et qu'ils rajoutaient un contexte intéressant à un PJ.

Et donc... Là par contre, votre deuxième réponse à chacun, je sais pas... J'ai vraiment kiffé. J'ai adoré la proposition de Chen, la bonne idée du concours de boisson. J'ai trouvé que ça déchirait assez ! Le rp en lui-même est super chouette sur le reste. C'est très dans la situation, genre "je parle de la Coalition noire, des liens entre les persos", donc balèze. Les alcools et tout ça, ça donnait un certain style au truc.  Et ta réponse, Arthur, même chose, super. T'es à fond dans le personnage hyper prétentieux. Non j'ai trouvé ça super ^^. Même ta proposition quant à l'estrade des méchants est super; Vous faites vraiment des efforts pour lier les différentes scènes de la journuit entre elles, et je trouve ça cool.

Par contre, l'un comme l'autre... Vous me décrivez la foule la plus PNJ du monde ^^. Essayez d'être un petit peu plus précis, de décrire un petit plus en détails les réactions, de mettre quelques répliques de gens dans la foule.

Mission facile pour les deux :
Arthur : 11 xp, 120 munnies et 2 PS en défense.
Chen : 11 xp, 120 munnies et 2 PS en magie.

Edit : Oui, petite réflexion. Le titre. Bon, ça fait longtemps que j'ai abandonné ma carrière de juge mais "soyez jugé coupable", je trouve que ça sonne assez faux. Un juge va pas dire ça. Il va pas dire "Soyez jugés coupables" mais "la cour déclare les accusés coupables" ou un truc comme ça. Fin voilà. Pas convaincu du tout. Qui plus est, je ne sais pas qui est jugé coupable mais si y a plusieurs personne, ce sera "jugés coupables"
messages
membres