Mage Tricentenaire

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Officière
XP:
102/150  (102/150)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 21 Jan 2018 - 16:43
Il ne reste plus qu'une petite mission, et je peux devenir Officière! J'ai donc demandé une mission à Boss Cissneï et... tout d'abord, elle tient à me remercier d'avoir fait appel aux fées pour le camp avancé. Je lui dis donc, avant qu'elle ne continue:

"C'est tout naturel, Boss!"

Et elle continue en me disant que de dois aller dans un autre monde: la Terre des Lions. J'ai pas trop entendu parler de ce monde, mais en même temps, ce monde n'appartient pas à la Lumière. Elle entretient de bonnes relations avec les lions et les animaux de la savane et donc, Boss a une requête: Shadow a calmé des hippopotames qui ont monopolisé le lit d'une rivière et ces hippopotames sont revenus et veulent y rester. Attention, un hippopotame est loin d'être inoffensif. Je me mets donc au garde à vous en lui disant:

"Tout de suite, Boss! Vous ne serez pas déçue!"

Je pars donc dans un des vaisseaux de la Shin-Ra et je les paie pour qu'on aille à la Terre des Lions. Et le membre me prévient que je vais être transformée en animal de la savane. Alors je vais perdre ma nature de Shin dans ce monde! Bon, d'accord. J'ai hâte de savoir en quoi je serai transformé.

"En Oryx gazelle."

Sékoi?

"C'est une antilope aux longues cornes.

Sékoi une antilope?

"Tu verras, Kestia, ne t'en fais pas. Je te préviens, ton régime alimentaire va être modifié. Tu ne peux manger que des plantes, maintenant."

Ah! Kien! Merci Andy.

"Pas de quoi."

Donc, du coup, après un trajet, je me transforme en un animal à quatre pattes. Je vois le sol de loin par rapport à ma taille que j'ai d'habitude, et je me regarde dans un cours d'eau. Et c'est là que je vois à quoi je ressemble. Donc, c'est ça l'Oryx gazelle. Je vois.

Voici à quoi je ressemble. Au cas où.:

Donc, je vais voir certains animaux qui parlent et comme j'ai du mal à faire le garde à vous car je suis à quatre pattes, je ne peux que dire que je suis la Caporale Kestia et que je suis venue ici pour les hippopotames.

Après que certains animaux m'indiquent le chemin, je commence à sentir des animaux assez inquiétant. Du coup, par réflexe, je m'immobilise et je retiens mon souffle. Je crois que je risque de me faire manger si je fais un faux pas, en fait. Je vois quelques animaux terrifiants s'approcher de moi. Ils commencent à faire un rire désagréable. D'ailleurs, je me demande si je reste mage dans ce monde. C'est très probable. Je vais utiliser le sort de projection pour les éloigner de moi. Pour cela, mon image va en sens inverse de ma direction et je vois ces animaux se dirigent vers la projection. Du coup, je peux continuer sans craindre quoi que ce soit pour l'instant.

J'arrive au lit de la rivière et je vois des hippopotames, comme on les appelle, en train de le monopoliser, comme si c'était vraiment chez eux. Je cours donc vers les hippopotames en formation bélier. Quand je me cogne la tête sur ces bêtes, ça m'assomme à demi pendant un temps avant qu'ils me parlent d'un ton dédaigneux.

"Qu'est-ce qu'elle nous veut l'antilope?

Allez, c'est l'heure de partir, il n'y a pas que vous.

Tu crois vraiment qu'on a d'ordres à recevoir d'un animal à qui on peut broyer la tête?

Et toi, tu crois que tu vas résister à ces cornes qui peuvent te planter le cœur?! (je commence un peu à m'énerver à ce moment-là)

On n'a jamais eu peur des lions. Je vais vraiment te broyer la tête si tu continues.

Omukade!"

Je concentre une partie de mon énergie pour faire apparaître Omukade, qui est deux fois moins long que mes cornes. Omukade est sur le dos de l'hippopotame qui me parle.

"Attention à ce que tu dis, toi! Tu n'as pas envie d'avoir le dos en sang et d'être plus vulnérable aux prédateurs! Il suffit que je lui dise s'il peut te planter, et il te plantera! Alors, tu pars avec tes congénères ou veux saigner?!"

Je vois que l'une des pinces d'Omukade est au contact avec le dos de l'hippopotame, prêt à le planter. Je ne fais qu'une menace, je ne compte pas vraiment le planter. Enfin, sauf s'il insiste vraiment sur le coup.

"Et si je t'écrase la tête, il ne va plus me planter, hein?

Tu tiens vraiment à te faire planter et à être en proie aux prédateurs!? Omukade, force un peu, mais pas trop!"

La peau de l'hippopotame commence à se déformer un peu. D'un coup, l'hippopotame commence à se relever et à s'approcher dangereusement de moi, la bouche grande ouverte. Du coup:

"Brasier!"

Du feu sort de ma bouche en même temps que je crie le mot et atterrit dans celle de l'hippopotame, qui commence à tousser fort tellement c'est chaud.

"C'est une grossière erreur ce que tu as fait. Maintenant, partez. Sinon Omukade vous plantera.

Bon, d'accord! C'est bon, on s'en va! (il a un peu de mal à parler à cause du Brasier dans la bouche)

Omukade, reviens!"

Omukade disparaît et les hippopotames se mettent en route. D'ailleurs, avant toute chose.

"Je vous préviens: si j'entends que vous revenez monopoliser une troisième fois la rivière, Omukade vous plantera tous à coup sûr!"

J'espère qu'ils auront compris la leçon. Du coup, je fais demi-tour et je vais en chemin pour aller annoncer aux autres animaux que les hippopotames sont partis. Du coup, ils vont se ressourcer. Donc, je pars dans un vaisseau de la Shin-Ra et on part de la Terre des Lions. Je retrouve mon corps de Shin. Dommage, j'aimais bien être plus grande. Mais bon, c'est pas grave. J'annonce donc au Boss que les hippopotames sont partis.
L'Ange de Réconfort

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
624/0  (624/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 29 Jan 2018 - 13:57
Alors ! Désolée pour l'attente, il se trouve que j'ai lu ta mission quand tu l'as postée, mais je ne la note que maintenant. Sans trop d'excuses, mis à part que j'ai plus de choses à dire que si je l'avais notée à la première lecture. Au final, c'est pas si mal. Même si l'attente, c'est jamais cool.

Alors, je vais te parler d'un truc que j'ai remarqué dans ton rp, et puis d'un truc super utile que j'utilise tout le temps. A un moment, Kestia se regarde dans une rivière, pour observer son nouveau corps. Déjà, un oryx gazelle, putain je suis surprise, j'ai toujours des idées quant à la transformation d'un personnage, et j'imaginais plein d'autres animaux pour Kestia ! C'est une agréable surprise, excellente idée !

Donc, ce dont je voulais te parler. Kestia se regarde dans l'eau, puis, demande son chemin à des animaux. Alors, ces deux détails sont importants, parce qu'ils exploitent l'environnement. Mais ils seraient mieux mis en valeur s'ils avaient étés amenés ! Je m'explique ; elle se regarde dans la rivière. Oh, il y avait une rivière ! Tu ne l'as pas vraiment dit, on aurait pu avoir une description de l'endroit par exemple ; tu aurais pu mentionner cette rivière, la décrire, et puis les autres animaux aussi. Nous avons une suite d’événement que j'ai, personnellement, un peu de mal à situer.

Dans ce cas, ce qu'il faut faire... c'est du foreshadowing ! Alors, le nom est utilisé comme ça, c'est pas moi qui me la pète avec de l'anglais. Ils disent vraiment foreshadowing en français. C'est tellement con. Bref (je juge la langue française).

En gros, le truc c'est de placer ta rivière avant de l'utiliser. Après ta phrase «Pas de quoi » tu aurais pu caser une petite description de l'environnement. Tu mentionnerait une rivière, des animaux, quelque chose qui fasse se dire au lecteur que « ah, oui, cette rivière là ! ». Sans ça, il y a comme un sentiment de frustration. Du genre de « mais quelle rivière ?? » ; ça perd un peu le lecteur.

(Petite parenthèse ! Je pensais que ça s'apellait le fusil de Tchekhov. Mais en vrai non. En fait c'est presque l'inverse. Le fusil de Tchekhov, c'est le fait de, par exemple, parler d'un fusil au mur pour qu'au final, personne ne se serve jamais de ce fusil. S'il n'est pas utile au récit, tu peux le virer. Je tenais tellement à expliquer le coup du fusil.... Je suis triste et frustrée par ma stupidité. BREF.)

«  Je vois quelques animaux terrifiants s'approcher de moi. Ils commencent à faire un rire désagréable. »

Alors, très intelligente manœuvre de Kestia ! Sa grande force, c'est sa magie, et ça tu l'utilises très bien. Pis ça fera courir ces connasses de hyènes. Bien fait. Cette scène aurait mérité son propre paragraphe, vu qu'elle est assez importante en soi ! Kestia qui se demande « comme par hasard » si ses pouvoirs fonctionne est (toujours selon moi) quelque peu mal amené, ça tiend un peu du McGuffin, (encore une expression à la con tiens) on dirait que ça sort de nulle part. Tu aurais pu rajouter une cause ; que comme les bêtes (peut-être que ce son des hyènes, elles ne sont pas mentionné mais je doute que ce sont bien des hyènes) approchent, Kestia se demande si elle est toujours mage sous sa forme d'oryx gazelle ! Il faut montrer que cette réflexion ne sort pas du mal. Pense « cause → effet » « Hyènes → il faut que je leur lance un sort mais.... est-ce que je peux utiliser un sort ? »)

(Cause à effet n'est pas qu'une chanson de Diam's. (j'ai honte de parler de ça))

De même, Kestia arrive dans le lit d'une rivière, qui est celui où les hippopotames squattent sans payer le loyer. C'est une autre rivière, oui, mais est-ce qu'elle est loin ? Il manque un petit quelque chose entre tes deux paragraphes !

Sales bêtes, les hippopotames. J'ai bien aimé la suffisance de ces créatures. Alors, les hippos c'est une des plaies les plus affreuses du monde, un animal tellement dangereux. Les lions les évitent carrément, comme tu l'as dit, ça c'est génial d'accentuer leur puissance. Les hippos c'est vraiment « ni dieu ni maître » !

Omukade ! court chercher dans la liste des compétences Oh putain la classe !

Kestia n'a peur de rien. Dans ce corps-ci, elle est herbivore, elle est une proie plutôt d'un prédateur, et elle fonce sur les hippopotames ! Ça c'est vraiment montrer la détermination de mini-Shin. La discussion qui a suivi était vraiment excellente d'ailleurs. Je pense que tu aurais pu mettre une petite description es hippopotames après le « comme on les appelle » ; au final il n'y en a pas et les décrire, ça aurait renforcé l'effet de frayeur qu'ils inspirent.

Malgré tous les commentaires qui semblent négatifs, j'ai réellement apprécié ta mission ! L'intérêt que Kestia éprouve pour son apparence – le regret qu'elle a à redevenir toute petite, le la bravoure face à ses ennemis, c'était un plaisir de te lire !

20 points d'expérience + 200 munnies + 3 PS ; deux en magie, un en symbiose !
messages
membres