Derniers sujets
Jour de fêteAujourd'hui à 3:04Général PrimusL'Erreur est HumaineHier à 23:34NarantuyaaLes JardinsHier à 22:51NarantuyaaLe bleu est une couleur chaudeHier à 15:58CissneïPour allumer le feuHier à 15:03LenoreQuelques ossementsMer 19 Sep 2018 - 23:45DeathLa roue de l'infortuneMer 19 Sep 2018 - 19:47DeathConfidences d'un ApatrideMer 19 Sep 2018 - 19:26NarantuyaaFilatureMer 19 Sep 2018 - 18:34DeathJeu de rôleMer 19 Sep 2018 - 13:29LenoreNuit AnormaleMer 19 Sep 2018 - 10:42Chen StormstoutUne Dernière LettreMar 18 Sep 2018 - 21:40Huayan SongToujours gagnant, jamais perdant !Mar 18 Sep 2018 - 17:27Chen StormstoutMansuétudeMar 18 Sep 2018 - 16:56NarantuyaaPour un peu de malMar 18 Sep 2018 - 14:10Agon Wiley
Le Magelame

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Lieutenant
XP:
161/270  (161/270)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 14 Jan 2018 - 2:17
Le soleil est éblouissant, comme souvent ici. Je pouvais presque sentir la pierre bouillante à cause de celui-ci sous mes chaussures. Le public est nombreux, comme à chacun de ses combats. Il fallait dire qu'il s'était fait une certaine réputation, à force d'efforts, ici, au Colisée. Peut-être à cause de son âge. Ou alors à cause de son bras. Tout ce qui pourrait attirer l'apparence, vraiment. Mais l'attention n'était pas sur lui; Philoctète apparaissait au public qui se mit à hurler.

"Aujourd'hui, mesdames, messieurs, et surtout mesdemoiselles..." Petit clin d'oeil habituel, qui faisait fondre les dames. "...Nous accueillons deux jeunes hommes, ici, au Colisée de l'Olympe !" La foule se confondait en acclamations et autres applaudissements, alors que le satyre prenait une pause pour se baigner dans ceux-ci.
"Tout d'abord nous avons dans le coin gauche... Oh, on ne le présente plus, le gamin... Vous le détestez tous, de toute façon, non ?"

Incompréhension. Ses victoires étaient multiples, son style explosif et spectaculaire apprécié... Il avait des fans, et même des groupies. Alors pourquoi la foule s'était-elle mise à le huer ? Hoper se tourna vers Phil, La mâchoire serrée et les sourcils froncés. Qu'est-ce que cela signifiait ?

"...Oui, je sais, je sais public adoré. Personne n'aime ce pauvre, stupide, ignorant, petit garçon. Qui a laissé les enfants entrer dans l'arène, hein ? Hahaha !" Le public suivait son rire. La moquerie titillait la fierté de Hoper, donc chaque fibre du corps voulait coller une droite à son annonceur. "Vous l'avez deviné, je vous parle bien de..." Soupir. Il se bouche le nez, tire la langue et roule des yeux en prononçant ses derniers mots. "Hoper, le Magelâche."

Le public hue encore une fois, et se moque. Serrant le poing, Hoper se contenait difficilement. Son coeur battait à la chamade, et il pouvait sentir une veine pulser sur sa tampe. La rage lui servirait pour le combat à venir.

"Mais assez parlé de lui. Je sais que vous attendez tous de voir l'adversaire du pauvre minable, qui lui, au contraire, a bel et bien sa place sous vos yeux, dans cette arène !" Quelque chose ne va pas. "Je parle bien sûr du jeune prodige; aussi beau que talentueux, potent en magie, brutal et gracieux une lame à la main... Oh, il m'énerve, tant il me vole la vedette auprès des dames..!" C'était bien de lui dont il parlait. "Le Magelame !"

La foule acclamait, et Philoctète lui-même applaudissait. Le satyre ne lui avait fait jamais fait d'éloges aussi soignées. Il n'avait jamais non plus traîné son nom dans la boue à ce point. Le regard de Hoper, revenait devant lui. Ses yeux s'écarquillèrent.

Il se voyait. Sourire aux lèvres, le bras levé, saluant la foule. C'était lui. Mais si c'était lui, était-il lui-même ? Il baissait les yeux, inspectant ses habits. Il avait toujours son manteau, son bracelet en cuir, son pantalon et ses chaussures habituelles.

"C'est moi, imbécile."

Bien sûr, évidemment que c'était lui. Les sourcils du mercenaire se fronçaient d'avantage. Le sourire narquois de son doppelgänger s'élargit. Tous deux; lui de sa main gauche, l'Autre de sa main droite, se saisirent de l'épée dans leur dos. Pas un mot de plus, ils chargèrent.

Leurs lames s'entrechoquèrent plusieurs fois, attaques se heurtant aux parades, créant la mélodie de l'acier pour que les combattants puissent danser. Ils semblaient tous deux coincés dans une égalité parfaite, leur force étant égale. Tantôt Hoper se retrouvait à esquiver et reculer sous les assauts brutaux de son image mirroir, tantôt c'était lui qui menait la danse, tentant de son mieux de trouver la faille dans la défense de son adversaire; en vain. Leurs lames vinrent finalement se rencontrer de façon prolongée une fois de plus, chacun d'entre eux forçant pour repousser l'autre, créant une impasse.

"Ah, tu es un hôte formidable ! Ton corps-" Pas le temps de parler, Hoper, d'un doigt, créait une longue aiguille bleue, au dessus de son épaule, qui s'abattait sur son opposant. Celui-ci, voyant le coup venir, bondissait en arrière. Et d'un mouvement de bras, faisait apparaître lui-même une dizaine d'aiguilles par-dessus sa tête, laissant à Hoper le temps de souffler un peu. Celui-ci, n'entendait même plus Phil commenter l'action. Il était bien trop concentré pour ça.

"Quel gâchis... De telles aptitudes, et tu n'en fais strictement rien !" dit-il, bougeant sa main et ses doigts en parlant. "Tu pourrais faire tellement de choses, mais au lieu de ça... Tu restes là, à faire des corvées pour telle ou telle personne. Si tu concentrais tes efforts pour devenir plus fort..." Il ne terminait pas, de son plein gré, cette fois. D'un mouvement de bras, les aiguilles filaient haut dans le ciel, au dessus du mercenaire mercenaire.

Hoper esquivait la première qui retombait avec aise, celle-ci venant se planter non loin de lui, dans la pierre. Il regardait son adversaire droit dans les yeux, celui-ci ne perdant pas son sourire une seule seconde. Une exlposion flammes eut lieu, repoussant le Magelame qui, pris par surprise se retrouva projeté. Les flammes mordaient son bras droit -heureusement- et il se roula au sol, étouffant celles-ci dans la poussière. Qu'est-ce qu'il venait de se passer ?

Le double riait aux éclats, sous un tonnerre d'applaudissements. Hoper se relevait, plus de peur que de mal, la manche de son manteau à moitié carbonisée. Il l'arrachait, sans quitter son adversaire des yeux. Une deuxième aiguille tombait, bien trop loin pour lui faire du tord. Ce qui fut étonnait, c'est que celle-ci, une petite seconde après son contact avec la pierre claire de l'arène, explosa en une décharge foudroyante, provoquant un flash de lumière.

"Ça y est, tu as compris ?"

Les mouvements de plus tôt n'étaient pas juste théatraux. Il incantait des sorts, dont il avait ensuite imprégné les aiguilles. Hoper n'eut pas le temps de répondre à la provocation, les dernières aiguilles lui tombaient dessus, dans une explosion magique multi-élémentaire.

C'est la tenue complètement ruinée et le corps secoué de spasmes qu'il tombait à genoux, se servant de son épée comme soutien pour ne pas finir face contre terre. Son souffle était court, ce n'était pas un combat, mais une raclée. Il était en train de se faire laminer. Et cette seule pensée le poussa à se relever.

La foule qui le huait et qui acclamait l'autre, les mots de Phil. Il leur ferait ravaler. Il resserrait son étreinte sur le manche de son épée, et chargeait vers son opposant qui ne prenait même pas la peine de se mettre en garde. Il griffait sa lame, l'enflammant, avant d'envoyer une vague de feu, puis une autre dans la direction de son double, qui, en deux petits coups d'épée, réduisait sa magie à néant. Mais il arrivait au contact, assénant un coup brutal, qui venait s'écraser ccontre la lame du doppelganger.

Tenant son épée à deux mains, il appuyait avec fureur, les flammes grandissant, n'ayant dans l'idée que de réduire à néant ce sourire qui ornait le visage du copieur. Mais celui-ci finit par le repousser, assez pour lui-même donner un coup en représailles; paré. L'échange continuer avant que finalement, la sauvagerie du jeune homme ait raison de lui, et qu'il se laisse infliger un violent coup de poing dans la mâchoire, le projetant à quelques mètres. La foule huait.

"Un coup de chance, rien de plus! Non mais franchement, regardez-moi ce gringalet, il n'a aucune idée de ce qu'il se passe, ni de ce qu'il fait ici! Qui a laissé entrer ce clown en culotte courte dans mon arène?"

Et la foule riait, maintenant.

"Mais fermez-la! Fermez-la, tous autant que vous êtes!"

Il faisait encore une fois grincer sa lame, et cette fois, c'est vers les gradins qu'il projettait ses flammes. Mais celles-ci semblèrent n'avoir aucun effet, se dissipant d'elles-mêmes après une certaine distance. Il s'entendait rire.

"T'es vraiment abruti. T'agites ton épée comme un débile, en pensant que ça va résoudre tous tes problèmes, mais t'as aucune idée de ce que tu fais, ou de ce qu'il se passe. Sans moi, tu ne serais rien, et t'as bien de la chance que je sois coincé dans ton stupide crâne. Enfin, pour l'instant. D'ailleurs, laisse moi reprendre ce qui m'appartient."

Avant qu'il ne puisse s'en rendre compte, son bras droit était redevenu normal. Quand au double, ses deux bras étaient griffus, et monstrueux. Choqué, et dans l'incompréhension, Hoper resta bouche bée. Il n'arrivait plus à se souvenir comment il en était arrivé là. Et les cris de la foule, l'humiliation, il n'arrivait pas à réfléchir.

"Oh, regarde toi. Pauvre petite chose fragile et faible. Tu es tellement perdu. Ne t'en fais pa: Ça sera long, et douloureux."

Le double se débarrassait du manteau, alors que ses pupilles disparaissaient, et sa peau se faisait plus que pâle; carrément blanche. Il commençait à rire frénétiquement, comme un maniaque. Puis il commença à pousser des cris de douleur. Dans une explosion de sang jaillit une chose hideuse de son dos, un appendice monstrueux, indescriptible, un membre qui n'avait pas sa place dans le corps humain. Mais cette chose n'était clairement pas humaine.

Puis une se déchira un chemin au travers des lambeaux d'habits de ce qui était une copie parfaite de Hoper. Les membres bougeaient faiblement, éclaboussant de sang le sol rocailleux de l'arène. Le monstre se releva, et du sang -ou du moins un liquide noirâtre- se mit à couler de son visage, son nez, sa bouche, ses yeux. Une véritable vision d'horreur.

Puis cette même chose se dressa sur ses jambes. Et elle hurla à s'en déformer la mâchoire, littéralement, l'ouvrant bien plus que ses os et sa chair étaient supposées le permettre, déchirant son visage de par la commissure de ses lèvres, formant un sourire sinistre. Et elle chargea vers le jeune homme, balbutiant des mots qui lui étaient incompréhensible.

Il arrivait à peine à bouger. Le sombre spectacle le rendit tremblant, et il arrivit à peine à brandir son épée. L'espèce de gros muscle le balaya, projetant son arme au loin, et l'envoyant au tapis. Avant qu'il ne s'en rende compte, la chose difforme était sur lui, laissant tomber son liquide noir et visqueux sur le mercenaire. Par réflèxe celui-ci tenta de répousser son visage dégoutant; en vain.

"Tu es un gâchis. Un corps si apte, et un coeur par-dessus le marché! Sais-tu à quel point c'est précieux, un coeur ?"

Hoper hurlait, incapable de former un quelconque mot, juste des sons, des complaintes témoignant de l'épouvante qui s'était maintenant complètement emparée de lui.

"Hahaha! J'ai brisé ton esprit! Quel délice de te voir succomber à la folie... L'effroi dans tes yeux! Tes sentiments, je veux les voir de plus près! Hurle, hurle, laisse moi les admirer, laisse moi y goûter! Laisse moi... Te les arracher!"

Il était impuissant. Écrasé. Incapable de faire quoi que ce soit. C'était la fin pour lui, un dénouement des plus horribles. La bête plongeait ses griffes dans le torse de sa victime, déchirant la chair, se frayant un passage. Et il sentait jusqu'au plus léger des mouvements, et il sentait les griffes glaciales de la mort se saisir de son coeur encore battant, et le compresser.

Il n'y avait pas de douleur, juste de la peur. De la crainte, un effroi assez fort et écrasant pour paralyser les titans eux-mêmes. Il n'y avait plus seulement que la force qui lui manquait. Il n'avait plus une once de bravoure, ou même de volonté. Il hurlait mais ne s'entendait plus. Le sang envahissait sa trachée. Il n'y avait plus que ce rire démoniaque, et du flou.

Et dans son tourment, il n'avait plus qu'un seul voeu. Il ne voulait plus être là. N'importe où, mais pas ici. Et s'il fallait que son existence soit effacée, soit.





Il ouvrait les yeux, enfin. Son souffle était court, son front humide, mais la lumière du jour était bien réelle, tout comme l'air qu'il respirait. Il fixait le plafond, et un sourire se dessina sur son visage. Il n'était pas rassuré. Il était satisfait. Il se leva, s'étira, et prit une grande bouffée d'air.

"Belle journée pour commettre un meurtre."
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 15 Jan 2018 - 11:58
Bon, j’vais finir par croire que j’suis trop tendre dernièrement. Là, j’viens de finir la lecture de ton exploit et j’ai vraiment pas grand chose à dire à l’encontre de celui-ci.

« Génial ! » se dit alors Hoper, j’vais passer un bon moment !

Sauf que j’suis un sombre connard ! Un peu comme la voix, et j’vais sûrement trouver un truc pour te faire chier. T’inquiètes pas pour cela, mon coco !

En soit, ce qui m’attriste un peu, c’est de voir Hoper qui n’en lâche pas une durant tout le combat. Dans le sens où, le gars essaye justement de te faire perdre consistance. Est-ce que le sentiment n’aurait pas été renforcé en nous dévoilant un gars qui perd progressivement contenance pour finalement éclater comme tu le fais ? L’idée générale étant de faire une rage progressive, tu vois l’idée. Pas dans l’idée de présenter un fusil de tchekhov, mais de partager cette colère qui grimpe en toi ! Arrivé à l’apogée et ce dire : « Ouais, là, il est vénère du cul ! »

Là, j’vais vite le rappeler, ce n'est pas une critique pour te démolir. Juste une piste à laquelle tu pourrais penser dans le futur !

Aussi, j’viens de penser à un truc, c’est simplement par rapport au titre. En donnant celui-ci, tu balances directement le contexte. Tu vois où j’veux en venir ? Si je n’avais pas eu cette information, j’me serais questionné durant toute la lecture et en voyant le final… BOOM ! Pas pour dire que le titre est mal choisi, il est « aguicheur » à sa manière et c’est souvent une question délicate.

Bien. Tu vois, j’ai fait un petit effort pour toi, j’espère que tu en ressors heureux !

Maintenant, j’vais quand même parler du bon dans ce rp. Comme j’le raconte en début, j’ai beaucoup apprécié ce rp. En soit, j’trouve qu’il y a une bonne exposition de la scène, un bon suspens dans l’annonce des combattants et j’ai trouvé que tout le contexte est vraiment top.

Surtout, le gros point fort de ton rp et surtout la plus grande partie de celui-ci, ça reste le combat.

J’en parlais avec Naran il n’y a pas si longtemps que ça, pas mal avec Roxas et plus récemment avec Agon… Je trouve que ce n’est pas une chose facile à faire, il y a tellement de paramètres qui rentre en compte.

Et ici ? Les descriptions sont cool, l’action est fluide, la scène est facilement imaginée et j’ai pas d’autres compliments à donner. Vraiment, j’suis resté accrocher sur la partie combat de ton texte du début à la fin. Souvent, dans les combats, j’peux me retrouver à me plaindre d’un dépassement des statistiques de ton personnage. Alors qu’ici ? Tu restes bien dans ta limite, ne cherchant pas à la dépasser et donnant tout de même du contenu par rapport à ce dont tu es capable.

Un combat de titans dans un mouchoir de poche. Ouais, c’était top. Et puis, surtout ? J’adore le final, j’me pose mille questions et j’me demande ce qui va en ressortir ! Vraiment un très chouette rp.


Pour ce qui est de ta récompense, j’ai longtemps hésité comme il s’agit d’un rêve que tu vis et que tu n’es pas réellement en train de vivre l’action. Cependant, ceci à des répercussions ! Donc, voilà ce que ça va donner… Avancé : 31 points d'expérience + 300 munnies + 3 PS en Psychisme !

_______________________________
 
 
 
messages
membres