Derniers sujets
 

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
151/0  (151/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 27 Déc 2017 - 22:06
Cypher descendait de son vaisseau, retenant difficilement un grognement avant d’enfiler sa veste, montrant dans le mouvement un bandage recouvrant l’entièreté de son avant-bras.

Illusiopolis, une fois encore, à croire que cette ville tenait à lui et ne voulait pas le laisser partir.

Contournant la carlingue, le Turk arrivait devant la soute à bagages et sortait de son moyen de transport une mallette noire. Soufflant bruyamment, il laissait celle-ci tomber le long de son corps avant de quitter la station et s’avancer dans les rues de la ville. Contrairement à la semaine dernière, personne ne l’attendait. Ou du moins, personne ne s’attendait à le voir arriver. Une nouvelle cible à abattre, une croix supplémentaire dans le carnet de l’ancien médecin.

- Tu veux monter, mon chéri ? Une voix suave, attirant le regard du Turk pour voir une énième prostituée. Pour un bel homme comme toi, c’est seulement cent munnies.
- Non. Il soufflait sa réponse dans un nuage de fumée avant de passer son chemin et pénétrer l’une des rues fumantes de la ville.

Thomas Carlistonito, un homme sans histoire et sans grande d’ambition. Ancien employé de la Shinra et ayant récemment quitté son poste dans le vaisseau-mère, de l’administratif, pour retourner vivre chez lui depuis la mort de sa femme. Il avait une seule et grande qualité, celle d’être doué en informatique et d’avoir eu le luxe de travailler sur quelques projets de la compagnie.

Il avait aussi un grand défaut, l’arrogance.

En quittant la compagnie, il avait pris soin de laisser une porte entrouverte dans les systèmes du vaisseau-mère, s’assurant ainsi le pouvoir d’une machine ou l’autre. Avec cela, voyant la difficulté de la vie à Illusiopolis, il c’était permis de détourner de l’argent pour la transférer directement sur son propre compte. Il avait été assez malin pour masquer cela au travers d’une fiche de paie, cependant, il y avait meilleur que lui et sa couverture a rapidement été découverte.

Jetant un mégot de cigarette au sol, Cypher levait les yeux devant une porte de fer d’un immeuble, il était arrivé. La mission était simple, punir Thomas et récupérer l’argent détourne, l’une des tâches ingrates que l’on pouvait donner à un Turk. Il détestait ça dans son métier.

Posant sa main sur la clanche, il tirait sur celle-ci et pénétrait dans les couloirs d’un immeuble probablement dans la liste de démolition de la ville. Un papier-peint tirant sur le vert et se décollant des murs de plâtre, l’odeur du moisi et la visite inopiné d’un rat sur le plancher. Soupirant, le Turk s’avançait au milieu de tout cela pour rejoindre la cage d’escalier et grimper jusqu’au dixième étage. Il était inutile de perdre du temps ici, tout cela devait être réglé rapidement.

Plusieurs portes, un numéro sur chacune d’entre-elles. Au bout du couloir se trouvait celle qu’il cherchait. Les mains de Cypher tremblaient alors qu’il allumait une nouvelle cigarette avant de défoncer la porte.

La mallette dans sa main gauche, dégainant son pistolet de la droite, il s’avançait dans l’appartement d’un pas rapide. Un couloir avec un portemanteau, la lumière d’une télé, un salon. Thomas était là, levant un fusil à pompe dans la direction de son visiteur et il s’apprêtait à tirer sans sommation. Cypher était plus rapide, il pressait sa détente et la balle partait dans l’épaule de sa cible, déviant le tir de chevrotine et faisant s’écrouler le créancier au sol. Un autre tir, dans le genou afin qu’il se raidisse de douleur et un dernier dans le poignet tenant l’arme, lui faisant définitivement lâcher cette dernière.

- Qui… Qui… Il gémissait sous la douleur, se roulant sur le sol. Qui êtes-vous !?
- Aucune importance. Répondait simplement Cypher, rangeant son pistolet et s’avançant dans la pièce. Où est Freddy. Inutile de faire durer les choses, il n’aimait déjà pas ça.
- Que… Quoi !? Il hurlait à moitié, néanmoins, un simple mouvement de tête regardant derrière le Turk répondait à sa question. Non ! Ne…

Déposant la valise sur une table, il se retournait ensuite et trouvait une porte coulissante à moitié ouverte. Le Turk soupirait une fois de plus avant de s’avancer et d’ouvrir d’un geste le placard pour découvrir un enfant en pleure sur une pile de vêtement, retenant difficilement cette terrible sensation qui traversait l’échine de Cypher. Incapable de respirer un instant, il semblait comme paralyser jusqu’à ce qu’il empoigne le gamin par les cheveux et le traîne devant son père ayant réussi à se redresser. Et d’un geste vacillant, le Turk empoignait son pistolet qu’il plaquait contre la tête de Freddy.

- Un mot de travers et… Il devait crier pour passer par-dessus les cris de l’enfant. Ferme-là ! Il donnait un coup de crosse, nouant son estomac, pour faire taire le gamin. Un mot, et le contenu du crâne de ton fils se retrouve sur le parquet. Il déglutissait légèrement en imaginant la scène. Compris ?
- Il hochait simplement la tête, fichant le regard de son fils avant de fixer le Turk de nouveau.
- Bien. Il tendait alors le chien de son arme. Personne n’est dupe, nous avons pour les petites transactions, Thomas. Le regard du père se décomposait au fur et à mesure. Tu es maintenant devant un choix : ouvre cette valise et restitue l’argent où Freddy meurt. L’enfant criait de nouveau, noyant l’estomac du Turk une fois de plus. Alors ?

Grognant sous la douleur des trois balles dans son corps, Thomas attrapait la valise qu’il ouvrait et commençait à pianoter sur l’ordinateur que contenait la mallette. Probablement pour rendre ce qu’il avait pris. Sous le bruit des touches, la gorge de Cypher se contractait. Il avait obtenu le remboursement, mais il allait tout de même devoir abattre l’enfant d’une balle dans la tête. Ordre du Président afin que l’idée de recommencer ne vienne jamais à l’esprit de l’informaticien.

Les secondes étaient semblables à des heures, la crainte dans les yeux du père et l’odeur d’urine aux pieds du Turk donnait envie à celui-ci de vomir. Il ne voulait pas le faire, ses mains tremblaient de plus belle alors que sa cigarette lui brûlait les lèvres. Il ne voulait pas le faire, ce n’était qu’un enfant. Il ne voulait pas le faire, il en avait déjà tué deux. Il ne voulait simplement pas le faire.

- C’est fait… La voix fébrile de Thomas sortait le Turk de sa transe. Je… Je ne voulais pas…
- Ferme ta gueule. Murmurait Cypher, baissant son regard et observant les joues rouges de l’enfant.

Son doigt tremblait de plus belle alors qu’il tentait de presser la détente. Il devait le faire, c’était à mission. Il n’y arrivait pas. Il crachait son mégot au sol et relâchait les cheveux du gamin avant de prendre son arme à deux mains et prêt à faire feu. Il ne voulait pas le faire.

Pourtant, il appuyait sur la détente. Le cri d’un père résonnait dans la pièce alors que le Turk rangeait son arme dans l’hostler.

Le gamin pleurait alors que l’impact de balle fumait sur le parquet de l’appartement, à quelques centimètres de son visage, devant ses yeux. Il n’y avait pas besoin de le faire, Thomas avait compris, il était inutile d’abattre un enfant pour une leçon. La mâchoire serré, les yeux rouges, Cypher observait le père une dernière fois avant d’attraper la mallette et se retourner pour quitter cette prison.

Il courait dans la cage d’escalier, fonçant au travers des couloirs pour sortir dans la rue et déverser le contenu de son estomac sur la pierre froide de la ville. Il n’avait pas besoin de le faire. Négligemment, il essayait sa bouche du revers de sa manche avant de regarder la porte derrière lui et refaire le chemin qu’il avait emprunté plus tôt dans la journée. Retournant à la station Shinra.

L’argent était restitué, il avait accompli sa mission. Il n’avait pas eu besoin de le faire, c’était mieux ainsi.
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
246/400  (246/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 5 Fév 2018 - 17:59
Alors, là, j’vais pas tarder à me farcir six notations pour la Shin’ra. Alors, j’vous l’dis une fois pour toute dans ma première notation… Navré du retard ! Voilà, c’est fait, des bisous.

Par ailleurs, j’sens que j’vais avoir une bonne flemme au cours de cette notation ! Il y a peu de chance que je sois aussi pointilleux que d’habitude. Bref, commençons ! Formule habituelle, le négatif et finalement le positif.

Pour ce qui est dommage, c’est que j’ai repéré par mal de faute d’inattention ou des mots qui ne semblait pas avoir de sens dans ce contexte. En soit, est-ce que c’est grave ?! Déjà, quand il s’agit d’un texte qui se base entièrement sur l’ambiance, j’trouve ça vraiment dommage. Ici, tu voulais (je pense) faire passer une sorte de détresse par rapport à sa mission. Alors, en lisant maintenant, j’ai quitté le texte en relisant la phrase.

Bref, j’suis chiant et j’dis ça un commentaire sur trois, une petite lecture à tête reposée ne fait jamais de mal.

Il y a un autre point dont j’ai envie de parler, c’est simplement un rapport taille du texte / contenu. Plutôt que, c’est une question difficile à énumérer. Déjà, ne va pas croire qu’un texte doit être long pour être bon. Simplement, j’me demande s’il y a pas un « minimum syndical » pour transmettre une émotion par l’écrit. Clairement, c’est plus un questionnement qu’une critique.

Là, j’imagine que c’est la détresse et le dégoût qui ressortent du texte, ainsi qu’une vision que de « ce qui est dégueulasse ». Genre, le vomi / la pisse / le rat / les murs dégueulasses et j’en passe. Tout ce qu’on aime à Illusiopolis !

Le questionnement est que de fixer ton texte sur le déroulement de la mission, pas de réflexion sur ce qui se passe autour, est-il une bonne chose ? Moi, j’pense que oui car nous sommes aussi dans la même détresse. Tout ce passe vite, c’est un peu comme une vidéo en x1.5 et on a le temps que de réaliser au rythme des phrases. Donc, est-ce que c’est bien ? C’est mitiger. Ici, c’est clairement la vitesse du texte qui donne la détresse. Cependant, je ne pense pas que ça aurait été plus « puissant » en prenant le temps de poser une ambiance plus mélancolique.

En soit, j’aime bien ce rp et la spontanéité de celui-ci ! Bien souvent, j’préfère voir ce genre de texte, plus bref et rentre dedans. Ça varie les plaisirs et c’est un bon point. Cependant…

Mission échouée ! Le gosse est en vie et nous savons où cela te mène… Héhéhé…


Facile : 11 points d'expérience + 110 munnies + 2 PS en Vitesse ! Ouais, c’est rapide…

_______________________________
 
 
 
messages
membres