Le Traître

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Maréchal
XP:
507/0  (507/0)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 17 Déc 2017 - 1:22
- Alors ? Reprenait Cypher en jetant son mégot de cigarette sur le trottoir de la ville. Nous sommes encore loin de notre copine, Dorothée ?
- Nous avons déjà dépassé l’un des deux bordels, tu sais… ? Répondait Hadrien, levant un pouce en direction de son ami. Pas très malin, pour un Turk. Qu’est-ce que tu ferais sans moi…
- Dans un premier lieu, je ne serais pas à trainer dans les rues d’Illusiopolis . Ricanait l’ancien médecin, tournant le dos pour vérifier s’il n’avait pas loupé d’enseigne lumineuse. Ensuite, je doute que l’un des bordels les plus mitigés en matière de pratique n’avait pas une façade sur la rue.
- Un point pour toi . Approuvait le sniper. Le caniveau, un escalier avec une plaque de chantier, c’était l’entrée. Il levait alors un doigt droit devant lui, pointant un morceau de rocher au milieu de la rue. Le commerce alternatif de notre cible se trouve de l’autre côté de ce point. Par contre, aucune idée du lieu précis. Il tournait la tête en direction du Turk. Il va falloir que tu trouves un moyen pour récolter des informations.

Cypher gardait un sourire de façade à cette mention, comme si à l’instant, le sniper savait pertinemment ce qu’il avait dû faire jusqu’à maintenant. Il avait l’image du filtre qu’il avait inoculé à Lenore afin de récolter de faible information, où le garde de la ville du jardin radieux qu’il avait abattu après avoir découvert ce qu’il voulait. Lui et sa maîtresse. Une légère boule au ventre commençait à naître dans son ventre, comme si le remords le gagnait enfin, ou la crainte que l’un de ses derniers amis se rend compte des horreurs qu’il avait pu commettre depuis qu’il était seul sur le vaisseau-mère.

Non, il ne pouvait pas savoir tout cela, il ne devait pas croire que Kurt n’existait plus et qu’il avait laissé place à la dernière des raclures. Tremblant légèrement, il attrapait une cigarette dans son paquet et l’amenait à sa bouche, peinant à enclencher son briquet pour l’allumer.

- Kurt ? S’inquiétait Hadrien. Il y a un problème… ?
- Non… Non… Répondait-il, parvenant enfin à allumer sa cigarette. Même en vivant dans le vaisseau-mère, je ne suis toujours pas habitué au froid. Et celui de cette ville est vraiment mordant.
- C’est vrai. Disait-il en souriant, passant outre le rocher pour rejoindre une autre rue du quartier. Tu te rappelles de la mission à Agrbah, celle où Farah nous a rejoint ? J’ai bien cru que le soleil allait m’assommer, tellement la chaleur était dingue.
- Ouais. Il restait silencieux un instant, seul le bruit des pas résonant sur le béton de la ville. C’était quelque chose.
- Merde… Hadrien, se frottait l’arrière du crâne. Désolé, je ne pensais pas que…
- T’inquiète, ce n’est pas grave. Le Turk tournait son regard et souriait à son ami. C’est comme Roger, il faut garder les bons souvenirs, tu crois pas ?

Il aurait bien voulu prendre une nouvelle cigarette, seulement, la neige commençait à s’abattre sur les rues de la ville. Renforçant le voile de gris que Cypher percevait tout autour de lui. Tout cela n’était qu’une mission, une nouvelle mission qu’il devait accomplir pour le bien de la compagnie.

- Bon. Reprenait le Turk, jetant son mégot dans une bouche d’égout. S’il y a vraiment un commerce de drogue dans les parages, autant prendre nos premières informations sur les junkies.
- Quel plan ! S’exclamait Hadrien. Et tu m’expliques comment tu fais parler un mec complètement dans le gaz, ou c’est un secret gardé par le grand patron.
- T’oublie pas que je suis médecin, c’est le costume qui fait cet effet ? Répondait Cypher. Il y a moyen à ce que j’offre à un pauvre gars un sevrage rapide, où nous faisons à la mode de la ville, un passage à tabac dans les règles.
- Diantre. Il haussait un sourcil. Tabasser des clochards, c’est devenu ton truc ?

Cypher riait un instant, éludant la question en prenant la tête de la marche et coupant à travers l’une des ruelles pour s’enfoncer dans les profondeurs d’Illusiopolis. Pour faire taire cette boule dans le ventre, il n’avait encore rien trouvé.

Ils continuèrent de marcher, la neige tombant de plus en plus épaisse alors que les lampadaires se faisaient de plus en plus rares. Ils cessèrent de discuter, préférant garder le silence alors qu’ils approchaient des diverses boites en carton éparpillé dans la ville. Personne à proximité, si ce n’est que quelques clochards grognant à l’approche des deux hommes. Il fallut qu’ils remarquent la lueur d’un brasier pour commencer leur enquête, trois personnes assisent autour d’un bidon éventré et brulant quelconque reste de charpente. L’un des trois se relevait instantanément à l’apparition des deux ombres, élevant la voix en premier.

- Qui êtes-vous !? Il avait déjà attrapé une barre de fer, prêt à se défendre.
- Pas la peine de s’énerver… Répondait Cypher, enclenchant son briquet pour allumer une cigarette. Nous ne sommes que deux hommes d’affaires à la recherche de quelques informations.
- Faits gaffe, Ilbert, ils sont louches. Une autre silhouette, moins imposante, venait de se lever et prendre la parole à son tour. Cassez-vous, on n’a rien à vous dire.
- Mince, il ne semble pas coopératif. Répondait alors Hadrien, craquant ses phalanges. S’ils ne comprennent qu’un seul langage, autant le parler.
- Vivant. Répondait alors Cypher, crachant la fumée de sa cigarette.

À peine avait-il terminé sa phrase que le premier gars se jetait déjà sur lui, le tuyau en fer au-dessus de sa tête et prêt à frapper le Turk au visage. Reculant d’un pas pour éviter le coup, celui-ci dégageait alors sa main droite et chargeait de la foudre dans son poing, prêt à donner un unique coup. Toutefois, son assaillant était vif et utilisait son élan pour tenter de donner un revers de son arme de fortune. Bloquant le coup à l’aide de son avant-bras, Cypher poussait alors sur ses jambes pour donner un uppercut et relâcher son sort à l’impact, électrisant l’air un instant alors que le clochard tombait mollement sur le sol. Inconscient.

En même temps que le Turk mettait le premier assaillant au sol, Hadrien fonçait sur le deuxième gars s’étant levé et le plaquait au sol d’un coup d’épaule. Et d’un seul geste, il attrapait le bras gauche du clochard et roulait sur le sol pour l’emprisonner entre ses jambes et tordre le poignet dans le sens anti-horloger.

Le troisième se relevait aussi, sortant une carabine de dessous d’un drap et le pointant sur le sniper. Par réflexe, Cypher dégainait son pistolet et visait la tête du clochard, lui ordonnant de baisser son arme. Pendant les dix secondes suivantes, les voix du Turk et du type tenant Hadrien en respect résonnaient dans la ville, hurlant à tour de rôle d’arrêter de pointer une arme sur l’autre. Jusqu’à ce que, dans un mouvement brusque, le clochard bouge et que l’ancien médecin ne presse la détente. Le coup résonnant dans la rue et parcourant la ville jusqu’à ce que le bruit d’un corps tombant mollement au sol ne se fasse entendre, ainsi qu’un soupir de soulagement de la part d’Hadrien.

- Qu’est-ce qui branle avec une arme !? Crachait Cypher en s’approchant des deux hommes à terre.
- Illusipolis, mon pote.  Grognait le sniper, resserrant son emprise alors que le Turk posait le canon de son arme à peine tiède sur le front du dernier clochard encore conscient. Si j’avais su…
- Ouais, on connaît la chanson.  Répondait-il, les jambes fléchies. Écoute, j’ai pas prévu de descendre des gars comme toi durant la nuit, alors tu es gentil et tu parles.
- Vous…  Le visage crasseux du type au sol était tordu sous la douleur. Tu viens de griller ta carte en abattant mon pote, j’suis bon pour crever ! Alors, autant que ça te fasse chier…

Cypher soupirait un instant, se pinçant le haut du nez avant de coller son pistolet à côté de l’oreille du clochard et tirant deux coups, le faisant hurler sous la douleur.

- Une oreille en moins, tu veux perdre la deuxième !?  Criait-il, empoignant le gars par le col de sa main libre. Une seule question, où est-ce que je peux trouver la came de Dorothée. Histoire de commerce, j’ai besoin de travailler avec elle et vite.
- Quoi !?  Hurlait-il, du sang s’écoulant déjà de son oreille.
- Tu viens pas d’le rendre complètement sourd, ou quoi ? Demandait Hadrien, continuant de maintenir l’homme au sol. T’es pas aussi con… ?

Lâchant un regard à l’intention de son ami, le Turk soupirait avant reporter son attention sur le clochard et coller le canon de son arme sur sa joue, brûlant sa peau et le faisant hurler de plus belle.

- La came de Dorothée… Maintenant ! Demandait le Turk pour la seconde fois, enlevant le canon dont un morceau de chair venait de se coller contre celui-ci. Ou la prochaine sera dans ta tête...
- J’vais vous le montrer ! Criait-il. J’vais vous guider, mais putain, lâcher-moi… Il commençait à pleurer, les larmes coulant le long de son visage. J’vais vous conduire…
- Voilà, quand tu veux… Répondait-il en se relevant et rangeant son arme, accompagné par Hadrien qui passait ses mains sur ses vêtements. En avant, nous avons déjà perdu assez de temps.

Ne disant mot, le sniper se dirigeait vers le cadavre et attrapait la carabine pour ensuite brièvement fouiller le corps afin de récupérer des munitions. Il s’agissait d’un fusil à canon-scié, Hadrien le rechargeait avant de glisser celui-ci dans sa veste et rejoindre le Turk qui relevait la clochard par la force afin de le faire marcher devant lui.

- Dis-toi que… Commençait Hadrien. Que là, ça se passe bien mieux que d’habitude.
- Ah ouais ? Répondait-il. C’est quoi le pire, tu te prends une balle et tu cherches un type prêt à te rattraper pour deux-cents munnies…
- C’est plus ou moins ça. Rigolait-il. À la différence que, les thunes, tu les trouves sur les corps que tu viens d’abattre.
- Ouah, impressionnant ! Dit le Turk, collant le canon de son pistolet entre les omoplates du clochard. Bon, tu te grouilles ? J’ai pas que ça à foutre de ma journée…

Grognant, le gars avançait tout en frottant son bras endolori par la prise du sniper, guidant rapidement les deux hommes dans les ruelles de la ville. Pendant plusieurs minutes, ils tournaient entre les rues jusqu’à arriver dans une ruelle éclairée par un seul lampadaire, deux personnes jouant aux cartes devant une porte blindées. Tournant son regard en direction du sniper, Cypher laissait un sourire se dessiner sur son visage, ne le préparant pas à ce que le clochard se retournait pour frapper le point du Turk et lui faire lâcher son arme.

- Les gars, il y a des… Il avait commencé à courir vers les deux personnes jouant aux cartes, stoppé dans sa course alors qu’un tir résonnait dans la ruelle et qu’il ne tombe sur le sol.
- Kurt, ton arme ! Criait Hadrien ayant dégagé le fusil de sa veste pour abattre le clochard, tenant ensuite le fusil à une main pour tirer sa deuxième balle en direction des deux gardiens.

La réponse ne se faisait pas attendre, les tirs de mitrailleuses résonnaient déjà dans les ruelles alors que le Turk plongeait au sol dans une roulade afin de récupérer son arme et se mettre à couvert derrière une poubelle. Le sniper faisant de même, se cachant derrière une grille de fer, presque allonger au sol et dégainant son pistolet. Les deux hommes de la Shinra essuyaient les tirs, les impacte dessinant des éclats sur le sol de la ville alors que le bruit du chien se faisait entendre.

Comme un seul homme, Hadrien et Cypher se relevèrent et pointèrent leur arme dans la direction de la porte blindée. Ensemble, ils pressèrent la détente tout en avançant, tirant à la volée plusieurs balles sur la planque des gardiens, juste assez de temps pour plonger derrière un couvert alors que les armes déferlèrent de nouveau une pluie de plombs.

- T’es trop con, mec. Répondait Hadrien, dégageant son chargeur de son arme et mettant un nouveau dans la chambre de son pistolet. Tu pouvais pas rester attentif… Deux minutes !?
- Oh oui, c’est vrai que de tirer comme un connard avec un fusil à canon-scié est une meilleure idée !
- En parlant d’idée, il voudrait mieux que tu te réveilles et trouve un truc. Hurlait-il, l’impact sur le fer résonnant sur le couvert des deux hommes.
- T’inquiètes pas…

Cypher observait le décor tout autour de lui, recherchant après quelque chose pour se sortir de cette situation. Rien. Il soupirait à cette idée et attendait que les tirs cessent pour se redresser et tenir son arme à deux mains pour viser la porte blindée derrière les deux types. Retenant sa respiration, il pressait la détente deux fois, frappant le métal qui faisait ricocher la balle dans un angle improbable et abattant l’un des deux gardiens avant que le second ne se redresse et vide son chargeur dans leur direction.

- Voilà ! Répondait Cypher, retombant lourdement sur le sol. Il est reste plus qu’un, il est à toi.
- D’accord… Couvre-moi !

D’un geste, le sniper se relevait et courant en direction d’un autre couvert alors que le Turk se contentait de se dresser et vider bêtement son chargeur pour attirer l’attention sur lui, ce qui fonctionnait et forçait l’ancien médecin à retourner derrière sa poubelle. De l’autre côté, Hadrien avait entamé le sprint de sa vie pour arriver à la hauteur du gardien et terminer sa course par une glissade dans la neige et dépasser le couvert pour abattre le type de trois balles.

L’adrénaline retombant, les deux hommes s’avancèrent alors ensemble en direction de la porte blindé, félicitant l’un et l’autre avant de réfléchir à un moyen d’ouvrir la porte.

- Maintenant que nous sommes là, qu’est-ce que nous faisons ? Questionnait le sniper, alors que Cypher allumait une nouvelle cigarette. Maintenant… ?
- Ouais, ça me calme. Répondait-il simplement. Pour la négociation, c’est mort. On rentre, on flingue tout ce qu’il y a dedans et tu me laisses baliser le terrain pour que patron envoie une équipe afin de récupérer le matériel.
- Rien que ça ? Ricanait-il, remplaçant son chargeur et armant le canon-scié. Bien.

Avant de faire quoi que ce soit, Cypher relevait sa manche droite pour observer sa montre. Quatorze heures. Il attrapait ensuite le cadran qu’il faisait tourner pour me dégager et le coller contre le mur, celui-ci brillant un instant, le temps de son activation, avant de se remettre en position.

Le Turk ouvrait la porte en premier, agrippant son arme et s’avançant dans un long couloir ou se trouvait un type armé d’un fusil à pompe, tirant à l’instant où il remarque que ce n’était pas l’un de ses potes qui rentrait. Hadrien attrapait son ami à l’épaule, le tirant en arrière avant de tirer deux fois au jugé et abattre l’homme, sauvant ainsi le Turk qui se redressait pour avancer dans le bâtiment. Il y avait une odeur lourde dans cet endroit. Ils continuèrent alors d’avancer, passant une seconde porte et prêt à tirer. Personne, deux portes. Ils se mettaient, en silence, en position avant de défoncer les entrer et tirer chacun de leur côté, abattant d’autres gardes dans un échant de coup de feu bref.

- Secteur nettoyé. Répondait, comme par réflexe, le Turk. De ton côté !?
- Rien à signaler.
- Il y a une cage d’escalier devant moi, on grimpe et on continue. N’attendant pas de réponse d’Hadrien, il s’avançait déjà et enjambait les marches une à une.

Ils arrivèrent rapidement dans une grande salle, des toiles en plastique contre le mur et aucune résistance en vue.

D’un pas calme, ils avancèrent en tentant de faire le moins de bruit possible, découvrant progressivement un laboratoire dans lequel se trouvaient des dizaines de personnes en combinaisons qui observaient les deux hommes arriver. Personne ne parlait, trop effrayer par les assaillants alors que ceux-ci s’échangeaient un regard. Pas de témoin. Cypher levait son arme, et dans une précision presque chirurgicale, il tirait coup après coup, abattant les travailleurs d’une balle les uns après les autres pendant que le sniper faisait la même chose. Bien moins rapidement que pouvait le faire le Turk.

- C’était obligatoire… Demandait-il finalement, une fois que la pièce était saturée de l’odeur des détonations. Il ne faisait rien d’autre que de…
- Et nous, alors ? Interrogeait Cypher, ne regardant pas son ami et rechargeant son pistolet. Nous sommes payés pour faire ça, nous ne faisons rien d’autre que de remplir notre part du marché.
- Ouais… Peut-être…

Le rouge sang inondait la scène, s’imprégnant progressivement dans le parquet de l’immeuble d’habitation faisant office de laboratoire. Il n’avait épargné personne, aucune des hommes de la proxénète dirigeant ce côté-là de la ville. Lentement, Illusiopolis changeait les personnes qui vivant dans cette ville, seules ceux qui survivaient pouvaient voir ce rouge. Et aujourd’hui, c’était Cypher et Hadrien qui l’observait.

- Nous en avons fini, pour ici. Répondait alors le Turk, se retournant pour observer le sniper. Cindy, c’est ça, et on se garde Rowena pour la fin.
- Un deuxième massacre… ? Disait alors le sniper. Là, j’ai ma dose.
- Si tu me disais vrai et qu’elle est plutôt sympa avec ses filles, nous n’aurons pas à recommencer. Disait-il, simplement. Et je ne suis pas contre un verre…

Hadrien hochait la tête, rangeant son pistolet dans son dos avant de descendre les marches. De son côté, le Turk s’avançant dans la pièce, s’assurant qu’il n’y avait pas de rescapé. Il avait donné un coup dans la fourmilière, il y aurait probablement des représailles dans la ville pour découvrir qui venait d’agir contre le propriétaire du laboratoire. Avec un peu de chance, il serait plus facile pour la Shinra de négocier ou de se débarrasser de Dorothée, la pute dirigeant cette partie de la ville.

Le rouge, il ne voyait plus que ça.


Dernière édition par Cypher le Dim 14 Jan 2018 - 11:49, édité 1 fois
Playboy Milliardaire

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
286/650  (286/650)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 21 Déc 2017 - 21:27
La suite, comme j'ai dit, dans la continuité niveau qualité.

J'vais t'passer le couplet sur Sin City, c'est on on a compris, hein ^^
Donc... Le déroulement. Y'a un truc notable en fait ici, c'est le changement. C'est pas mal, on voit du point de vue d'Hadrien la différence entre Kurt et Cypher. On pourrait faire une analyse comme quoi Cypher se présente comme Kurt à Hadrien, donc qu'en tant que Turk il est sous couverture blablabla, j'aime bien mais ici, j'sais pas si c'est pertinent.

Bref, c'est beaucoup plus sombre ! Là y'a du Turk-style à fond, p'tête même un peu de zèle. Tu flingue du monde à tour de bras, innocent comme coupable. C'est le grand nettoyage. Quelque part... personne pleurera les tox' et les laborantins, mais ouais c'est vachement dur ^^ Tu reste RP certes, mais c'est... vénère !

Et tu nous fait pas l'affront de faire dire amen à Hadrien. Il gueule, on sent bien qu'il est pas chaud, certes, mais surtout inquiet pour Cypher. Je trouve que c'est bien rendu. D'façon, on le sait, tu gères bien le personnage puisque c'est le tien ^^ Y'a pas de soucis là dessus.

Le plan par contre, celui de base est un peu bancal. Aller checker les junkies et leur faire confiance... Mouais ^^ Tu vois c'que j'veux dire ? C'était cramé à 100 bornes qu'ils allaient essayer de t'enculer.

'fin bref, j'ai quand même bien aimé, t'inquiètes pas Very Happy

Périlleux : 36 xp, 300 munnies, 3 PS. 2 en dex, 1 en magie.
Ah oui, et un rapport ofc ! Tu l'as trouvé dans le labo en fouillant un laborantin.

_______________________________
messages
membres