Derniers sujets
L'Erreur est HumaineHier à 23:34NarantuyaaLes JardinsHier à 22:51NarantuyaaLe bleu est une couleur chaudeHier à 15:58CissneïPour allumer le feuHier à 15:03LenoreQuelques ossementsMer 19 Sep 2018 - 23:45DeathLa roue de l'infortuneMer 19 Sep 2018 - 19:47DeathConfidences d'un ApatrideMer 19 Sep 2018 - 19:26NarantuyaaFilatureMer 19 Sep 2018 - 18:34DeathJeu de rôleMer 19 Sep 2018 - 13:29LenoreNuit AnormaleMer 19 Sep 2018 - 10:42Chen StormstoutUne Dernière LettreMar 18 Sep 2018 - 21:40Huayan SongToujours gagnant, jamais perdant !Mar 18 Sep 2018 - 17:27Chen StormstoutMansuétudeMar 18 Sep 2018 - 16:56NarantuyaaPour un peu de malMar 18 Sep 2018 - 14:10Agon WileyLa Chute de NottinghamMar 18 Sep 2018 - 9:15Heinrich Ventrecroc
Maître brasseur

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
269/400  (269/400)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 7 Nov 2017 - 12:30

Il y a une chose dont j’ai oublié de vous parler, la raison de ma présence de l’autre côté de la Grande Muraille de Chine. Parce que, soyons honnête, les murs sont faits pour nous protéger de ce qui vient de l’extérieur. Avec ce raisonnement, ce n’est pas très malin de le franchir et d’se promener de l’autre côté.

C’est un peu comme, j’sais pas, mettre un verrou à sa porte et de ne jamais l’enclencher.

Bref, déjà que cette situation est clarifiée, qu’est-ce que j’vais faire de l’autre côté. La réponse est super-simple ! Il y a peu, nous avons décidé avec le fils d’Érato de déguiser certaines de nos danseuses en Huns pour la « Journuit des Méchants ». Problème ? Les gars de chez nous ne savent pas vraiment à quoi peuvent bien ressembler des guerrières Huns, ou simplement des femmes Huns. Là, il y a une cellule dans votre cerveau qui doit s’dire que c’est complètement stupide d’envoyer un gars du Consulat pour confectionner un déguisement réaliste pour une seule et unique journée !

Cette cellule à pas tord, sauf que chez nous, il n’y a que la perfection qui compte. Et dans le pire des cas, s’il y a une horde de guerrier assoiffé de sang et de combat qui me repère, j’vais me cacher dans un coin, j’enlève mes vêtements et j’fais le panda tout doux et tout mignon. Il y a des chances que j’me transforme en buffet plutôt qu’ennemi. Dit comme ça, ce n’est pas joie. En attendant, j’ai plus de chances de passer inaperçu.

Aussi, j’dois espionner les Huns pour savoir s’ils sont prêts à nous attaquer ou non. Finalement, rien de bien exaltant.

Vous l’avez donc compris ! M’voilà de l’autre côté à faire mon p’tit bout d’chemin avec une boussole dans la main. Parce que ce serait trop simple si j’savais où chercher ! Tout ce que j’sais, c’est que des éclaireurs ont été repérés et que ça commence à devenir inquiétant. Donc comment est-ce que j’dois procéder pour atteindre mon objectif, la réponse est simple mon ami !

Tu prends une carte de Chine, tu fais un gros trait sur la partie de la muraille où l’éclaireur a été repéré… Par chance, j’ai l’information sur deux endroits où des éclaireurs ont été aperçus… Et à partir de là commencent les calculs savants. Les Huns, ils se baladent à dos de poneys et donc, ils sont capables de couvrir une grande distance en peu de temps. Pourquoi est-ce que j’raconte ça ? Pour avoir une idée du périmètre que j’dois fouiller ! Revenons-en à mes calculs. Donc, l’éclaireur, il se pointe rapidement à un endroit avant de retourner chez lui. Genre, il prend une journée pour faire son manège. On va s’donner une marge plutôt sympathique de quarante kilomètres.

Avec tous les éléments, la suite est simple.

Tu prends l’échelle de ta carte, tu mesures avec une ficelle et tu attaches la ficelle à ton crayon. Un pouce sur le premier contact, un demi-cercle a tracer.  Pas de surprise, tu fais la même chose avec l’autre point de contact. Avec ça, tu te retrouves avec deux zones à fouiller ! Ouais, j’sais être intelligent quand ça m’évite de parcourir la moitié d’un territoire ennemi. Après, soyons encore plus intelligent, ce n’est pas à la jonction des demi-cercles que se trouvent nos amis les Huns. Mais, c’que j’peux faire, c’est tracer un trait parallèle à la muraille pour savoir où ils ne sont pas !

Clairement, s’il y a des Huns, ils ne sont pas à dix kilomètres de la muraille. Pour une raison simple, nous les aurons déjà découvert et pas besoin de m’envoyer.

Donc, après une dizaine de minutes d’atelier bricolage sur ma carte, j’me retrouve avec une zone à explorer ! Génial ! Sauf que ça reste gigantesque et je n’ai que deux pattes. Peut-être que, si j’me retourne et que j’demande un cheval, ils seront conciliants. Oh non, j’ai déjà marché deux heures, j’ai pas envie de me taper le chemin une fois de plus. Il n’y a pas intérêt à c’que je reste trop longtemps ici. Il y a un cabaret sans son patron et une brasserie sans papa. Plus vite j’suis en route, plus rapidement j’suis à la maison. Cela n’empêche que, ça va être long. Bon, boussole en main et direction nord-ouest sur vingt kilomètres, ça va être passionnant.

Oh oui, ça va être passionnant de parcourir des terres dont j’ignore tout et avec des gars contre lesquels on a construit une muraille pour s’en protéger.

...
Je n’ai rien à dire, j’suis tout seul.

...
C’est peut-être parce que nous sommes au milieu de l’automne que ça commence déjà à faire froid.

...
Si j’commence à chanter, c’est le meilleur des moyens pour me faire repérer. Et puis, j’sais pas chanter.

...
Ce n’est pas très diversifier comme décors par ici. Terre, caillou, arbre, fleur et un ruisseau de temps à autre. Clairement, j’vais pas recommander cette destination.

...
Clairement, j’regrette de ne pas avoir pris plus à boire. Genre, un tonneau. D’accord, avec de la picole, mon chemin serait deux fois plus long. Pourquoi ? Déjà, ce n’est pas léger et tu marches moins vite avec un truc de cinquante kilos sur le dos. Et puis, si t’es bourré, tu marches pas droit et tu perds du temps en pause-pipi. Ouais, j’ai pas grand-chose à raconter ici.

...
Oh ! C’est nouveau ça ! Il y a un troupeau de chèvres sur le flanc d’une montagne. Ouais, j’avoue, ce n’est pas fantastique. Sauf que là, il n’y a rien à vous raconter. J’marche et il commence à faire bien froid. Heureusement que j’possède une bonne grosse fourrure et des vêtements. D’ailleurs, outre protéger mes yeux du soleil, mon chapeau ne sert à rien. Quoique, avec, j’peux m’amuser à le lancer et à le ramener vers moi. Un peu comme un boomerang. J’rigole pas, avec ça, j’suis bon pour passer le temps au moins cinq minutes. Oui… Je m’ennuie terriblement…

Vous savez quoi, j’ai assez marché pour aujourd’hui. Un ruisseau qui coule, un arbre et j’vais m’installer pour la nuit. J’veux bien être dévoué à la cause, j’suis pas encore une machine.

Tiens Chen et si tu faisais un feu de camp ? Mais oui, quelle bonne idée ! Vous l’avez compris, la nuit est tombée, je n’ai pas de feu de camp et j’ai juste trouvé la fin d’une source pour prendre un coup à boire et me brosser les crocs. Autant vous dire que… Mais… J’suis con. Là, j’me relève directement et j’grimpe à un arbre. Si moi, je n’ai pas envie d’me faire répéter en allumant un feu et que les Huns vivent en société par ici, ils doivent allumer un feu ! Du haut d’mon perchoir, j’regarde autour de moi et… Rien. Bon, il y avait de l’idée mais ce n’est pas encore ça.

Bref, j’descends et j’retourne près de mon sac et de ma couverture. Un repas et puis dodo pour recommencer le lendemain. D’ailleurs, vous voulez savoir ce que j’ai pris pour le chemin ?

Promis, c’est une exclusivité. Depuis que j’suis à la Cité des Rêves, j’ai découvert un truc extra. Ça s’appelle le fromage. Là-bas, ils ne font que ça et j’ai c’est une passion qui s’est ouverte à moi. Déjà que j’mange pas particulièrement de la viande, avoir découvert ça, ma vie à changer. Alors dans le sac, il y a de quoi tenir une semaine en fromage si j’commence pas à me gaver comme un boulimique. Donc, ce soir, c’est le bon gros camembert sur le morceau de baguette pas encore rassis. Là, c’est champagne.

Et puis, c’est dodo. J’ai prévenu.

L’matin, j’me lève avec le soleil pour une simple raison, il n’y a de rideau dans la nature et j’me suis couché tôt. Pas d’vacance pour les vrais gars, v’là que j’me lève et que j’suis bon pour la marche. Ici, j’ai bien avancé. Maintenant, j’prends la direction de l’est et j’croise les doigts. Faudrait peut-être que j’fasse attention et que j’cherche après un fleuve assez grand ou un truc du genre. Bon, s’ils sont plusieurs avec des poneys, il y a besoin de quoi faire boire tout ce beau monde. Une nouvelle piste, en voiture Simone !

...
Non, j’ai toujours rien à dire aujourd’hui.



_______________________________
 
 
 
Le Tragédien

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Boss
XP:
1114/500  (1114/500)

XP :

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 8 Jan 2018 - 0:30
Mission accomplie.

J'ai trouvé cet rp plutôt drôle, plutôt sympa. Ici, j'ai des critiques. Il m'a plu mais y a deux choses auxquelles j'ai pensées.

En fait, déjà, très bon point, tu expliques au début de ton rp ce que tu fais là, pourquoi tu es là. C'est vrai que tu ne l'avais pas fait mais justement, ici comme tu le racontes au milieu de ton récit global, ça fait plus naturel. Et je trouve ça chouette. Par contre, dommage je trouve que ça aurait été le moment idéal pour nous refaire un briefing des gros événements de ces dernières années à la terre des dragons.

Tout est extrêmement lié, en fait. Y avait la guerre entre Chinois et Huns. Les dragons sont apparus et c'est à ce moment-là que les Huns se sont repliés. Et justement, maintenant que Tian-Long et Chen-Long sont morts, tiens donc, qui c'est qu'on revoit aux frontières ? Cette petite explication aurait été pas mal, je trouve.

Deuxième chose... Bah au début du précédent rp, tu nous disais que ceci serait le plus long voyage de toute sa vie. Et je dois dire que là, bon je sais qu'il y a que quelques jours d'écoulés, mais je ressens beaucoup plus l'ennui que la difficulté, que la fatigue... ou même, je ne sais pas, ce sentiment de "A croire que j'y arriverai jamais".

A voir au prochain !

Mission normale : 20 xp, 200 munnies et 3 PS en magie.
messages
membres