Derniers sujets
» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Hier à 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Hier à 16:06

» Cachons tout ça
par Death Hier à 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Hier à 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Hier à 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Hier à 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Mer 13 Déc 2017 - 12:23

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Mar 12 Déc 2017 - 23:02

» Le savoir c'est le pouvoir
par Narantuyaa Mar 12 Déc 2017 - 3:51

» Mille Épines
par Death Lun 11 Déc 2017 - 18:27

» Tombent les masques
par Maître Aqua Dim 10 Déc 2017 - 0:41

» Fiche Technique: Waltz
par Waltz Sam 9 Déc 2017 - 17:52

» Au coeur du Vide
par Rufus Shinra Sam 9 Déc 2017 - 17:29


Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Micheline et la Rose
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Féminin
Nombre de messages : 90
Age : 20
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 31/05/2017

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
223/350  (223/350)
Jeu 2 Nov 2017 - 18:08
Je me réveille peu avant l’aube. Le résultat d’une nuit difficile. J’ai toujours eu le sommeil léger, mais j’ai l’impression que c’est de pire en pire avec le temps qui passe. Je me pose des questions depuis la visite nocturne d’un ancien collègue. Est-ce que j’ai bien fait de faire tout ça ? Est-ce qu’il n’aurait pas été plus simple de ne rien faire et de rester à ma place ? J’ai fait des choses, des choses que je ne pensais même pas capable d’imaginer. Est-ce que je prends plaisir à martyriser mes employés ? Non. Nous vivons dans un univers sans pitié, sans foi, ni loi. J’ai entendu dire qu’autrefois, la « Lumière » tentait de sauver les mondes et maintenant qu’en reste t-il aujourd’hui ? Moi-même, je ne sais pas. J’ai réfléchi à ma transformation lorsque je suis allée à la Ville d’Halloween : une sorte de femme-plante gorgée d’épines. Une chose n’arrive jamais sans raison. Le destin. Le destin est capricieux, imprévisible et difficile à appréhender. Je me demande si le destin ne me voit pas comme une rose : une beauté qui a des épines, non pas pour attaquer mais pour se défendre. Tout comme la rose, je survis à ceux qui veuillent me cueillir avant l’heure. C’est étrange, pourquoi je pense à cela maintenant ?

Je n’ai jamais regretté ce que j’ai fait à ceux qui ont osé s’en prendre à moi ou ma famille. Je n’ai jamais perdue une nuit à cause d’eux, soyez en sûrs. Si je dors mal la nuit, c’est plutôt sur le fait que ce soit moi qui ait trouvé les idées pour m’en débarrasser. La vie est mystérieuse. Je décide de me lever et me préparer pour l’entraînement. Aujourd’hui, ce sera plus costaud. Stage intensif de combat avec Micheline la maître d’armes. Autant vous dire que je ne vais pas m’amuser. De plus, c’est une session individuelle, je suis la seule élève. Une journée avec Micheline, même Francis n’a pas tenu. J’ai hâte de voir le personnage… Ou le monstre c’est selon. Il est bientôt l’heure, je sors de ma cabine en direction de la salle d’entraînement. J’arrive en avance et je patiente à l’intérieur. Le sol est fait de tapis très épais, amortissant les chocs en cas de chute, les murs sont également fait de la même matière. Il y a des râteliers d’armes, des cibles, des mannequins en bois. Tout semble indiquer que je vais passer un excellent moment.

J’entends une démarche lourde s’approcher de la porte. Je vois une créature passée le pas de la porte. C’est effectivement peu… Habituelle. Une dame de deux mètres pour au moins cent-vingt kilogrammes est devant moi. On dirait un ours. De plus, elle a de longs cheveux frisés hirsutes blonds qui donnent l’impression qu’elle a une crinière. Elle a la peau blanche, mais usée et brûlée par le soleil. Sa tenue d’entraînement est cependant très propre. Elle est véritablement immense. Je suis muette face à une telle personne, même Francis paraît petit à côté. Et croyez-moi il a une sacrée longueur d’avance sur le commun des mortels. Elle émet un grand sourire sur son visage. Chaque pas qu’elle fait dans ma direction paraît la faire grandir de plus en plus.


« Vous êtes Micheline n’est-ce pas ?
- J’ai l’air d’être un Marcel pour vous ?
- Ce n’est pas exactement ce que je vou…
- Oui, je vous taquine ! Je suis Micheline votre maîtresse d’armes. Je serai votre professeur pour ce stage intensif. J’espère que vous êtes en forme. Moi, je pète le feu. »

Elle a l’air avenante. Elle me passe un bâton de bois. Elle effectue quelques mouvements d’échauffement avec, que j’imite en élève appliquée que je suis. Un coup à droite, un coup à gauche. Petits à droite, petits pas à gauche. Etirements. Nous sommes prêtes. Pendant notre entraînement, j’en profite pour l’observer un peu mieux. Elle a de fines pattes d’oie à côté des yeux et un nez plutôt grossier. Je remarque cependant ses yeux, d’un bleu perçant. Nous nous mettons en position, dans un cercle dessiné à la craie au milieu de la salle.

« En garde ! Et ne sortez pas du terrain, je veux voir ce que vous valez ! »

J’essaye de lui mettre un coup dans le ventre : elle pare facilement. Je me bats avec deux mains alors qu’elle manie aisément un bâton avec une main. J’essaye plusieurs fois de la frapper, elle pare toujours. Pour l’instant, elle ne réplique pas à mes attaques, et en même temps j’en suis heureuse car très honnêtement, je pense qu’elle pourrait me mettre hors combat en un coup, avec ou sans bâton d’ailleurs. Je tente une dernière de lui asséner un coup : elle attrape mon bâton avec sa main gauche. Je n’ai pas assez de force pour lui retirer des mains. Elle en profite pour m’asséner un coup de genou dans les côtes, je tombe à la renverse pliée en deux.

« Debout Madame Song ! Ce n’est pas comme ça que vous allez impressionner les hommes de la Shin-Ra. 
- Facile à dire pour vous ! Je ne suis pas une combattante moi !
- Personne ne née guerrier, Madame Song, on le devient à force de travail. Maintenant, je vais attaquer aussi, tâchez de résister à mes coups un minimum ! »

Je me relève et je reprends mon bâton. La matinée se poursuit sur une véritable débandade. Je lui donne un coup dans le bras, elle me frappe en retour avec mon propre bâton. Je lui saute dessus, elle me percute avec son épaule. Je vise la tête, elle pare en me fracassant les côtes. Dans les meilleurs moments, je pare un coup. Pas deux. Et dire qu’elle se réserve là, elle n’est pas en situation réelle. Nous faisons une petite pause : je suis en sueur. Croyez-moi, il en faut pour me faire transpirer, mais là c’est juste intenable. Nous nous asseyons sur un banc et elle me regarde en souriant.

« Vous êtes courageuse Madame Song.
- Si c’est une blague, elle est de mauvais goût. Vous me massacrez depuis l’aube !
- La plupart des hommes se seraient plaint pendant la séance. L’échec est une chose difficile, mais se faire battre par une femme, ils n’aiment pas. Vous, vous prenez les coups sans gémir. C’est bien. Ils ne sont pas habitués à avoir des femmes dans leur milieu professionnel. C'est difficile de se faire une place.
- Merci… » dis-je, je ne m’attendais pas vraiment un compliment de ce genre là.

Je décide de profiter de la pause pour boire de l’eau et en apprendre un peu plus sur elle.


« Comment vous avez atterri ici ? A la Shin-Ra.
- Une longue histoire. Il y a douze ans je travaillais en tant que mercenaire. Je voyageai à travers les mondes, même si le plus souvent j’étais au Domaine Enchanté.
- Vous êtes née là-bas ?
- Oui. C’est pour ça que je combats souvent avec des armes blanches ou des masses. Les fusils, je suis pas habituée.
- Et pourquoi ne pas être restée là-bas ?
- J’emmerde le Domaine Enchanté. Je suis partie, point barre. Et vous, la Terre des Dragons c’est ça ?
- Oui tout à fait. Vous êtes mariée ?
- Est-ce que j’ai l’air d’être une femme qu’on a envie d’épouser Madame Song ? Non, je n’en avais rien à foutre du mariage. J’ai fait ma vie sans, et je m’en porte bien. La Shin-Ra paie bien et je rencontre régulièrement des hommes qui n’attendent que de se faire étriper par une femme. Allez, on retourne au combat !
- D’accord… » dis-je, peu motivée de me prendre encore des coups.

« Cette fois-ci, vous allez prendre vos armes de prédilection. Et vous allez tenter de perfectionner vos attaques de base ! »

Je m’avance vers les râteliers. Un fouet, deux lames très courtes et des couteaux de lancer.

« Excellent choix pour votre gabarit Madame Song. Pour vous reposer un peu des coups, vous allez vous entraîner au lancer. Et sans utiliser le psychisme ! 
- Soit. »

Je m’avance vers l’une des cibles. Je me mets en position. Micheline se met à côté de moi. Elle m’observe en détails. Elle scrute la moindre erreur. Alors que je m’apprête à lancer.

« Non !
- Quoi ?
- Vos jambes ne sont pas bien positionnées. Placez mieux votre jambe gauche et votre pied d’appui. Vous pédalez dans la semoule là. »

Je me remets bien. Elle acquiesce lentement et m’invite à tirer. Je lance le couteau qui atteint sa cible. Ce n’est pas folichon comme résultat mais ça va.

« Mettez plus de force dans votre lancer Madame Song. Compensez le manque de psychisme par vos muscles. »

Nous continuons l’entraînement au lancer, cela se passe plutôt bien. Nous repassons au combat.

« Prenez le fouet dans la main droite et la lame dans la main gauche, plus pratique.
- Je ne sais pas combattre avec deux armes en même temps.
- Bah vous allez apprendre. »

Autant vous dire que cela va être compliquée. L’entraînement commence, elle ne bouge pas et reste en garde. Elle veut voir comment j’utilise le fouet à mon avantage. J’essaye de lui saisir la jambe. Elle balance son pied et c’est perdu pour moi.

« Le poignet Madame Song ! »

J’obéis et je saisis son poignet. Elle a l’air satisfaite.

" Bien visé, mais c’est parce que je ne bouge pas, je le rappelle. Dans une situation réelle, ce sera plus compliquée que ça. Maintenant, tirez le fouet pour me briser la garde."

Je m’exécute le plus adroitement possible. Effectivement, l’effet du poignet brise la garde de mon adversaire.

« Profitez-en pour m’attaquer avec votre arme ! »

Je fonce sur elle et je simule le fait de planter la lame en bois dans ses côtes.

« Très bien ! Beau mouvement. Soyez plus rapide à effectuer ce petite enchaînement et ce sera un bon début. »

C’est l’heure de la pause-déjeuner. Nous déjeunons ensemble dans une salle annexe. Un bon petit repas qu’elle semble avoir préparé en avance. Cela semble être une sorte de ragoût avec des morceaux de lapins dedans. Il y a une bonne odeur et je vous avoue que cela me met en appétit. Elle le remarque et me demande gentiment :

« Vous en voulez un peu ? je l’ai fait moi-même. Excellent pour la santé, si on oublie la crème fraîche et le beurre !
- Avec plaisir, cela semble être meilleure que les horreurs de la cantine. »

Nous bavardons un peu. Les banalités. Etrangement, la conversation dévie sur Francis.

« Vous connaissez un Francis ?
- Francis la Furie Rouge ?
- Oui. C’est mon pilote.
- Si je le connais… On a une relation quand je suis arrivée à la Shin-Ra. Un vieux roublard, j’ai jamais vu un homme manié aussi bien un marteau de guerre. Une vraie bête sauvage, et pas que sur le champ de bataille si vous voyez ce que je veux dire.
- J’ai pu voir son aspect combattant lors d’une bataille oui. Un sacré… Sacré Francis.
- Mais c’est un vieux cochon. Il m’a séduit et après avoir tiré son coup il s’est barré. Je ne le recroise rarement, car dès qu’il me voit il court se mettre aux abris. Et il a raison, s’il était entre mes pattes, je lui écraserai les yeux.
- Je vois… »

Après quelques instants de silence, nous reprenons la discussion sur des éléments plus intéressants par rapport au stage que je poursuis.


« Vous savez la partie la plus sensible d’un homme ?
- La gorge ?
- Non, les couilles. Un bon vieux coup de n’importe quoi dans cette partie, et le gars est hors combat pour au moins une minute.
- Ce n’est pas très honorable comme coup.
- Et vous croyez qu’ils sont honorables tous ces guerriers quand ils arrivent dans un village ennemi pour violer les femmes et piller les maisons ? Il n’y a pas de justice, sauf si on la fait soi-même.  
- Je suis bien d’accord avec vous sur ce point.
- Voyez ? Même nous deux on peut s’entendre. Alors que presque tout nous oppose Madame Song. Vous êtes pas solide et je peux pas faire de vous une guerrière, mais au moins je peux vous apprendre deux trois tours pour vous aider.
- Par exemple ?
- Si vous ne pouvez pas frapper ses parties génitales, plusieurs solutions si vous avez une dague ou une arme similaire. Visez les côtes et le cœur. C’est le plus facile. La gorge c’est pratique quand vous êtes extrêmement proches. Mais si votre adversaire est armé, il aura une forte probabilité de pouvoir parer. Même avec mes mains, je pourrai éviter que ma gorge soit tranchée. Alors, frappez les côtes. Sinon, si vous avez une épée, tranchez les mains.
- Je prends note.
- N’hésitez pas aussi à laisser votre assaillant attaquer en premier, vous pourrez parer son arme et en profiter pour lui planter le couteau dans les côtes : avec sa vitesse de course, vous n’aurez qu’à pointer la lame et sans effort il viendra se défoncer dessus.
- Vous avez une idée de comment faire mieux pénétrer la lame dans le torse d’un adversaire ?
- Plantez la lame horizontalement.
- Pourquoi ?
- Les côtes sont horizontales, si vous frappez à la verticale, les os risquent de protéger les veines et le cœur. A l’horizontale, même un sabre ou une grande épée peuvent passer sans que les côtes ne puissent protéger le cœur et les poumons.
- Merci pour ces précieux conseils. »

Nous reprenons l’entraînement. Toute l’après-midi, je prends des coups, plus ou moins violents. Elle m’a même montré une prise où elle me soulève de ses deux mains pour me laisser retomber sur le sol. Elle a une force incroyable. Une véritable femme-ours. J’arrive à appliquer ses techniques sur les mannequins. Elle me félicite, même s’il m’invite à me réinscrire à ce genre de stages intensifs à l’avenir. Elle sait que je ne suis pas faite pour être soldat, mais elle m’encourage à continuer un peu pour pouvoir me défendre convenablement sans pouvoirs surnaturels. Ce que je peux comprendre. C’est son approche et son métier. La séance se poursuit et s’achève à dix-huit heures. Je suis presque morte. Je n’ai qu’une envie c’est de prendre une douche et me mettre au lit. Je suis épuisée, exténuée. Je m’essuie le visage avec une serviette. Je prends mes affaires et me dirige vers la sortie. Avant que je ne parte, Micheline m’appelle. Je la regarde, elle est souriante. Elle s’approche de moi pour me parler.

« Bravo Madame Song. C’était pas mal pour une première fois. J’ai un petit service à vous demander.
- Bien sûr Micheline. Qu’est-ce que c’est ce service ?
- La prochaine fois que vous voyez Francis. Mettez-lui une bonne grosse gifle de ma part. D’accord ?
- Ce sera avec grand plaisir Micheline.
- Merci beaucoup ! A la prochaine ! »

Je sors de la salle et rejoins ma chambre. Je suis littéralement à bout de souffle. Je peux mieux comprendre pourquoi Francis n’a jamais voulu continuer avec elle. Je n’imagine même pas ce qu’ils ont fait ensemble. J’ai envie de vomir rien que d’y penser. Vite, à la douche ! Je nettoie correctement mon corps et mes cheveux, puis je fais quelques soins de beauté après. Non, je ne suis absolument pas superficielle. Vous êtes de mauvaises langues jalouses. Je décide de me coucher tôt, exténuée. Mon prochain entraînement sera plus… Mentale dirons-nous. J’ai hâte de m’y rendre…

Cela fait longtemps maintenant que je n’ai pas volé.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Maître brasseur
Masculin
Nombre de messages : 452
Age : 27
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
100/400  (100/400)
Ven 3 Nov 2017 - 0:11
Alors ! Cette fois, il sera court. Pourquoi…? Parce que j’ai déjà fait les critiques dans le commentaire précédent, voilà, ce sera cool.

Donc, qu’est-ce que j’ai à dire ?

Une fois de plus, j’apprécie ce genre de rp. Même si, parallèlement, c’est plus commun que le précédent. Néanmoins, j’ai deux critiques à faire avant de continuer ! Des trucs sans importance en soit, il s’agit juste de « Meh » durant ma lecture.

1er chose : Que Micheline te demande de ne pas utiliser le psychisme, comment est-ce qu’elle le sait ? J’veux dire, j’ai peut-être loupé quelque chose dans le rp, mais il n’y a rien eu qui annonçait que la meuf à eu un dossier parlant de tes capacités. Enfin, il s’agit de cours particulier et il est probable qu’elle possède ce genre d’information. Bref, j’me posait la question.

2eme chose : Le rapport de la femme dans la société Shin’ra, quand elle dit qu’elle a dû se faire une place dans la société. Quand j’ai vu ça, j’ai haussé un sourcil et j’suis aller regarder la liste des membres du groupe. Deux mecs (Rufus Shinra et Cypher) et trois femmes (Huayan Song, Le Cygne, D.Va). Là, c’est vraiment chipoter pour pas-grand-chose et c’est une vision que j’ai, mais j’me dis toujours que les personnes d’un groupe sont toujours « supérieur » et plus visite que les autres.

Donc voilà, c’est moi, mais j’trouve que votre société est plutôt avant-gardiste et montre bien des femmes ! Enfin, là, c’est de l’ordre du personnel comme remarque.

Comme d’habitude, je m’occupe maintenant de ce que j’aime bien !

Ce qui est vraiment cool dans cet exploit, c’est que tu continues de développer Francis à travers ce pnj qu’il l’aurait connu par le passé. Ce qui est marrant avec les deux exploits, c’est que tu donnes une certaine prestance à cet homme. Et que jusqu’ici, nous n’avons rien vu d’autre que la déchéance du mec qui bois sa palette de canette entre deux trajets et se grattant les balloches.

Comme l’avait déjà dit Rufus, c’est cool de faire vivre les pnjs d’un groupe. Ça donne plus à ton groupe.

Sinon, qu’est-ce qui est marrant ? Bah, une fois de plus, l’entraînement. Ici, c’est bien plus physique et c’est marrant de voir Huayan dans cette situation. Vraiment, j’aime bien de voir un personnage qui n’est pas prédisposé à une chose être capable de faire cela. Vraiment. J’aime bien. Bref, j’vais pas te sortir le même discours qu’avant, c’est déjà dit !

Exploit accompli !


Normal : 23 points d'expérience + 210 munnies + 3 PS ! Force / Défense / Dextérité !

_______________________________
 
 
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Le labyrinthe de la Panthère Rose

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet