Derniers sujets
» Au fond du donjon, troisième grille à droite
par Kestia Aujourd'hui à 13:41

» A l'abordage !
par Chen Stormstout Aujourd'hui à 11:03

» En ligne de mire
par Cypher Aujourd'hui à 0:41

» Contrats - Demande de Mission
par Surkesh Aujourd'hui à 0:10

» Le savoir c'est le pouvoir
par Surkesh Hier à 22:07

» Tombent les masques
par Lenore Hier à 16:52

» Tour du Propriétaire
par Narantuyaa Jeu 14 Déc 2017 - 18:21

» Bric à Brac
par Chen Stormstout Jeu 14 Déc 2017 - 16:06

» Cachons tout ça
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 15:37

» Pourtant, rien ne change
par Death Jeu 14 Déc 2017 - 11:22

» Chasse aux corsaires
par Pamela Isley Jeu 14 Déc 2017 - 11:14

» J'ai PAS mal à mon forum
par Fiathen Jeu 14 Déc 2017 - 8:07

» Que la vengeance commence!
par Kestia Mer 13 Déc 2017 - 22:18

» Camanaich et Entraînement de combat et agilité
par Cissneï Mer 13 Déc 2017 - 19:09

» ...comme si c'était hier !
par Lenore Mer 13 Déc 2017 - 12:23


Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
 Entraînement Interstellaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
Féminin
Nombre de messages : 90
Age : 20
Localisation : Vaisseau-Mère
Date d'inscription : 31/05/2017

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Capitaine
XP:
223/350  (223/350)
Mer 1 Nov 2017 - 12:15
« Alors bonjour mesdemoiselles et messieurs dans ce stage pratique d’entraînement au pilotage des vaisseaux de la Shin-Ra. Je suis le Sergent-Instructeur Jean-Michel Delatour, pilote de la flotte de la Shin-Ra et je serai votre instructeur pendant ces deux jours d’entraînement. Je vous demanderai de vous asseoir à vos places avant de commencer les exercices. Avant toute chose, nous utiliserons des appareils de simulation pour apprendre à piloter nos engins standardisés. Nous allons commencer par un questionnaire théorique et si vous avez juste à plus de trois quarts des questions, vous passerez au simulateur. Allez, à vos crayons ! » dit le Sergent Delatour.

Du haut de son mètre quatre-vingt-quinze, le Sergent Delatour fait partie du peu d’hommes respectables du SOLDAT. Son visage et sa carrure imposante trahissent de nombreuses années passées sur le terrain à remplir les intérêts de la Shin-Ra. La peau légèrement bronzée, le regard bleu azur et les cheveux blancs très courts, il demeure un bon atout de son corps d’armée. Soldat de terrain émérite, il s’est réorienté en fin de carrière pour devenir pilote. Comme tout ce qu’il a accompli jusqu’ici, il a réussi. Puis il est devenu instructeur. Transmettre son savoir aux nouvelles recrues ou aux personnes comme moi qui ont besoin de formation. Il a cette particularité d’avoir beaucoup d’humour tout en ayant très peu d’expressions faciales. Un cas d’école, c’est le cas de le dire.

J’ai décidé de suivre plusieurs programmes d’entraînement au sein du Vaisseau-Mère, pour renforcer mes compétences et mes connaissances. En l’occurrence, je vais m’entraîner à utiliser l’un des engins volants de la Shin-Ra. J’ai réuni presque la totalité des fonds pour m’acheter un petit vaisseau qui me sera très utile dans mes pérégrinations à travers les Routes Interstellaires et les différents mondes qui les composent. Sans compter que cela me fait un bonus financier pour les missions où je me déplace en utilisant mon vaisseau. Donc au final, l’acquisition d’un vaisseau est très importante pour tout agent qui se respecte dans cette entreprise. J’ai décidé d’entreprendre ces séminaires et ces sessions d’entraînement suite à la vaste mésaventure que m’a offert Kurt Brown – je ne connais toujours pas son nouveau nom- dans ma chambre il y a quelques nuits de cela. Vous allez être surpris, mais je suis un être humain et je fonctionne beaucoup à la peur. Là où certains préfèrent se recroqueviller et ainsi laisser une chance à leurs prédateurs de les attaquer, je décide de faire face à l’adversité et adapter mes compétences aux enjeux qui m’attendent. Cette rencontre m’a appris qu’au sein de la Shin-Ra, je n’ai pas forcément que des collègues, j’ai potentiellement des ennemis qui voient d’un mauvais œil ma présence pour une raison ou une autre. Kurt Brown ou quelqu’un d’autre, cela ne change rien : je dois améliorer mes pouvoirs et mes attaques pour pouvoir me défendre en toute circonstance.

Pour en revenir à la situation présente, je suis dans une annexe non loin des pistes de décollage des vaisseaux de transports de la Shin-Ra. Nous sommes une cinquantaine dans la salle, chacun avec une table devant lui, un stylo et un questionnaire. Le sergent appuie sur une télécommande et des images commencent à s’afficher et il faut répondre en cochant les bonnes cases sur la feuille. Je commence immédiatement à remplir le questionnaire. En cas d’obstacles frontaux, je contourne l’obstacle. Facile celui-ci. En cas d’atterrissage catastrophe, il faut tenter d’atterrir le plus horizontalement possible au sol. Eviter les créatures volantes qui risquent de toucher et par conséquent d’endommager les réacteurs ou les propulseurs. Ce bouton rouge, ce sont les torpilles à protons. Ce levier, c’est pour la trappe de secours. Le masque c’est en cas de manque d’oxygène ou lors de la présence de gaz dans le vaisseau. Ce bouton là, c’est pour l’ouverture de la porte et du sas. Cette manette c’est pour tirer. Dans ce modèle de vaisseau, la manette A-1 est inversée avec la manette B-42. Si le vaisseau est ciblé par une torpille ou un missile, il faut faire en sorte de faire percuter la menace avec autre chose. Cela nécessite beaucoup d’habilité pratique avec le vaisseau. Les chasseurs sont des monoplaces, armés ; ils sont très utiles lors des batailles spatiales et pour se déplacer discrètement, ils n’ont cependant qu’une capacité de stockage très faible. Le test continue ainsi pendant deux heures. Je pense avoir bien réussi. Je remets ma feuille confiante et c’est l’heure de la pause-déjeuner. Après la pause, nous allons avoir nos résultats et la liste de ceux qui vont pratiquer avec le simulateur et ceux qui vont recommencer l’examen. Je mange une salade, seule dans ma cabine. Mon regard se pose un instant sur la théière que mon visiteur nocturne de la dernière fois à défoncer. Au moins j’ai eu le temps de nettoyer le mégot au sol. Je ne sais toujours pas quoi réellement penser de cette visite. Est-ce une action de pure intimidation de la part de Kurt ? A-t-il été envoyé sous les ordres du Président ? Ce serait tout de même une réaction des plus violentes à une pauvre incursion dans des archives de seconde zone. Je pense peut-être aller voir le Président pour en parler directement avec lui. Il est hors de question que je travaille pour quelqu’un qui remet en cause mon intégrité. Mais plus tard, d’abord je dois finir mes entraînements payés par la Shin-Ra. Je finis de manger ma salade et je retourne sur les lieux de l’examen pour voir les résultats, en chemin j’aperçois Li Guo. Il est trop loin et je ne vais pas lui courir après. Je l’aime bien ce petit avec ses molosses.

De retour à la salle d’examens, je vois le Sergent-Instructeur distribuer les résultats. Il y a à peu près vingt-huit personnes qui ont réussi le test du premier coup, ils vont donc pouvoir passer à l’entraînement avec les simulateurs. Je suis contente, je fais partie de ces gens-là. Le Sergent-Instructeur nous conduit dans une autre salle, un peu plus loin : beaucoup de cabines individuelles où nous entrons dans un simulateur en quatre dimensions : les cabines, les sièges, tout reproduit les sensations que l’on lors d’un vol. Le Sergent-Instructeur m’indique la cabine numéro une. J’entre, avec ses compliments.


« J’ai entendu parler de vous par un autre pilote, Francis. Il m’a dit que je ne devais pas vous emmerder. Être une forte tête, ça aide pour le pilotage. Tâchez de rester efficace pendant vos essais. A la fin de cet entraînement, qui dure deux jours je vous le rappelle Madame Song, on verra si vous serez capable de piloter un vaisseau de manière standard ou pas. Bon courage !
- Merci Sergent-Instructeur. »

Je prends place. J’accroche mes ceintures. Il s’agit d’un simulateur pour chasseur. Je crois me rappeler que Francis m’a dit un jour que les chasseurs c’est comme des luges sur la neige. J’espère que c’est aussi simple, sinon je vais devoir lui crier dessus encore. Je débute la simulation. Le casque de réalité virtuelle sur les yeux. Commençons, voulez-vous ? je débute à quai dans le hangar principal du Vaisseau-Mère. Rien de très perturbant donc. Je dois déjà réussir à décoller. J’effectue précisément ce que j’ai appris auprès de Francis : on déverrouille les crans d‘atterrissage, on allume les réacteurs ou les propulseurs, on vérifie l’état technique de l’appareil. Aucun voyant n’est particulièrement visible à mon sens. Comme dit Francis : tant que ça ne clignote pas rouge dans tous les sens, c’est qu’on peut décoller. J’appuie sur le bouton de mise en suspension : des propulseurs mettent le vaisseau en tension et ainsi flotte légèrement au-dessus du sol. A partir de là, je peux rentrer les crans d’atterrissage et je peux commencer à utiliser les réacteurs pour avancer. J’ai la manette entre les mains, plusieurs boutons et gâchettes. Ici, il faut que je pousse légèrement la manette vers l’avant pour avancer. Il y a plusieurs vitesses et il suffit de faire un mouvement de molette pour changer. Je commence doucement pour éviter de toucher les autres vaisseaux, ce qui serait fort fâcheux. Je pilote à vue, et je remarque trop tard que c’est une erreur de débutante : il faut allumer les radars avant le décollage pour éviter de regarder dans tous les sens. Une fois sortie du hangar, j’allume les radars. C’est assez impressionnant de se lancer dans le vide interstellaire dans un chasseur qui est un tout petit vaisseau. C’est une simulation, mais une simulation très bien faite. La voix du simulateur s’allume à travers la radio de mon chasseur.

« Bien joué néophyte ! Maintenant tu vas entrer dans une nouvelle zone remplie d’astéroïdes. Il va falloir que tu traverses le champ d’astéroïdes pour gagner l’épreuve d’aujourd’hui. Si tu meurs, tu réessayes. Bon courage néophyte ! Attention aux radars ! » dit la voix très robotique avant de s’éteindre.

Le jeu semble s’éteindre et se rallume dans un tout autre lieu. Je suis au milieu des routes interstellaires dans un large champ d’astéroïdes. Le jeu démarre et je prends le contrôle de l’appareil. Sans trop réfléchir, j’avance à travers le champ d’astéroïdes, pour l’instant c’est plutôt calme, les rochers sont plutôt gros donc faciles à esquiver avec un chasseur. J’esquive à droite, j’esquive à gauche, je freine, j’accélère. Pour l’instant ça va, mais je vois au loin que cela va se compliquer : les prochains obstacles sont petits ou de taille moyenne. Plus dangereux pour un chasseur et plus difficile à esquiver. A force de gigoter dans tous les sens, je commence à avoir la nausée et je perds pied. Mon appareil est percuté par un astéroïde et c’est la fin du jeu. Quand il y en a plus, y en a encore. Je recommence le niveau. Je trouve une petite technique pour m’éviter de vomir partout : lorsque je fais des acrobaties, je prends un point fixe sur lequel je me concentre le temps de l’acrobatie, ainsi je ne perds pas la notion de l’espace autour du vaisseau et je ne meurs pas lamentablement. Cette fois-ci j’ai passée le champ d’astéroïdes, j’ai eu quelques impacts mineurs mais rien qui soit trop néfaste pour le chasseur. Au fur et à mesure que je m’éloigne du champ, je me demande pourquoi le jeu ne s’arrête pas. Soudain je comprends tout à fait : des tirs ennemis sortis de nulle part percutent mes moteurs et détruisent mon vaisseau. D’accord. Ce sont de fourbes les gars du département scientifique et technique. Je recommence une session, je traverse le champ d’astéroïdes et cette fois-ci je n’attends pas bêtement, je fonce ! Je comprends pourquoi la voix a dit de surveiller les radars maintenant. Effectivement, je n’aurai pas dû les mettre en silencieux. J’ai deux chasseurs sans-cœur derrière moi et ils n’ont pas l’air de me vouloir du bien. Je bouge régulièrement l’axe et la position du vaisseau pour qu’ils aient du mal à me viser. J’essuie quelques tirs. Je n’ai pas de mines à larguer derrière moi à ma connaissance, du coup je retourne dans le champ d’astéroïdes. Je compte les semer à l’intérieur. Cela marche très bien. Ils se cognent contre les astéroïdes et l’un est très vite détruit. L’autre s’accroche encore un peu mais je finis par le semer. Il m’a perdu de vue. Fin de la session. J’enlève mon masque et je trouve les autres élèves, je reste un peu à l’écart, certains me connaissent de réputation.


« Bien joué à ceux qui ont réussi les trois parties de cette session d’entraînement. Maintenant, allez vous reposer et nous reprendrons demain avec la session concernant les petits vaisseaux ! Les autres néophytes qui ont raté le premier test doivent s’entraîner aussi. » dit le Sergent-Instructeur. Notre petit groupe se disperse mais Delatour s’approche de moi avant que je parte.

« Madame Song, vous avez eu un score très correct pour une première session. J’imagine que Francis a dû vous apprendre deux trois ruses.
- Oui, en effet. Cela ma beaucoup aidé.
- Cela vous dirait de dîner avec moi ce soir ? Aucune mauvaise pensée, mais j’aimerais connaître la « terrible » dame que vous êtes.
- Si cela peut vous faire plaisir Sergent. A quelle heure ?
- 19h, dans ma cabine ?
- Parfait, à tout à l’heure. » dis-je, tout en émettant un petit sourire amical.

Je retourne à ma cabine et révise un peu le manuel d‘utilisation des petits vaisseaux. Cela me sera utile demain, notamment car c’est ce type de vaisseau que je souhaite acheter quand j’en aurai les moyens. Comme ça je peux toujours emmener des partenaires pour des missions. Mine de rien, même si j’apprends à piloter ces engins, Francis reste un expert en pilotage et comme ça je peux dormir plus ou moins tranquillement pendant le transport. Le soir venu, je vais vers la cabine du Sergent-Instructeur Delatour dans le quartier des SOLDATS. Je peux vous dire que je ne passe pas inaperçue, il faut dire que les pauvres doivent être en manque vu le déficit féminin dans les nouvelles recrues. Cependant, ils n’osent pas trop s’approcher de moi ni de faire de commentaires déplacés, ils savent très bien ce qui les attend sinon. Une bonne raclée de Micheline, la maître d’armes. Tout nouvel aspirant doit passer par elle de ce que j’ai entendu. Une femme particulièrement vindicative de ce que j’ai entendu. Et très moche, aussi. J’arrive devant la cabine de Jean-Michel et je tape gentiment à la porte. Non, je ne rentre pas par effraction sans avoir été invitée. Jean-Michel ouvre.

« Bonsoir Madame Song, entrez ! » dit-il, très avenant.

Sa cabine est légèrement plus grande que la mienne, mais rien de très exubérant. Tout est bien rangé, tout est bien calibré, tout est très propre. Ce n’est clairement pas la cabine d’un Francis en perdition. Un petit dîner commandé par le Sergent aux cuisines. Formidable, j’ai économisé un dîner. La soirée s’annonce sous les meilleurs auspices. Il m’invite à m’asseoir, je prends place avec plaisir. Je décide de prendre l’initiative de la conversation.

« Alors, Sergent-Instructeur, parlez moi un peu de vous.
- Bien sûr ! C’est vrai que vous ne me connaissez pas vraiment. Je suis originaire de la Cité des Rêves, un monde actuellement sous le contrôle du Consulat. J’ai grandi là-bas et après j’ai rejoint la Shin-Ra qui avait lancé une campagne de recrutement. J’ai toujours été un homme d’action et la paie était bonne, je suis donc venue ici.
- Vous devez avoir des aventures passionnantes à raconter.
- Au final, on finit par les oublier tant nos missions sont presque uniques à chaque fois.
- Je vous comprends très bien.
- Alors dîtes-moi, j’ai entendu dire que vous avez chargé une horde de mongols alors que vous étiez en sous-nombre et vous avez gagné ! Racontez-moi !
- Il n’y a pas de quoi fanfaronner malheureusement. Nous avons tiré quelques flèches mais l’autre groupe allait se faire massacrer, du coup j’ai ordonné une charge qui était à peine organisée. Notre succès a résidé dans la valeur des compagnons qui m’accompagnaient. Ce fut une bataille âpre, très violente. Beaucoup de morts inutiles si vous voulez mon avis.
- J’imagine oui. Vous savez que certains soldats de première classe ont un peu peur de vous ?
- Ah oui ? Pourquoi donc ?
- Certains de vos compagnons, dont Francis, ont raconté un peu la bataille à leurs collègues. Certains ont dit quel traitement vous aviez réservé aux mongols qui vous avaient attaqué. Est-ce vrai ce que l’on raconte ?
- J’ai effectivement ordonné que l’on tranche des têtes et qu’on les mette sur des piques. J’ai ensuite ordonné qu’on ne touche pas à leurs corps pour que les corbeaux et les insectes fassent le ménage.
- Je suis impressionné. Vous n’êtes pas une femme comme on l’imagine.
- Je vais prendre cela comme un compliment.
- C’en est un ! Je vous rassure ! Quel a été l’élément qui vous a poussé à vouloir faire cela ?
- Les morts. Beaucoup d’hommes qui avaient travaillé sur la mission sont morts en combattant les sauvages. J’ai estimé qu’il fallait rendre leur rendre justice. J’ai décidé d’humilier les morts des sauvages et j’ai offert à nos morts une cérémonie funéraire convenable au vu des circonstances. De plus, les sauvages de mon monde ont une technique militaire qui est très efficace : la Peur. La peur est un instrument de guerre très fort : si l’ennemi pense qu’il ne peut pas gagner avant même que la bataille commence, alors vous avez gagné. Les mongols sont des bêtes, violentes et sanguinaires. Comme tout prédateur, ils agissent comme tel : cependant lorsqu’ils se rendent compte qu’ils ont aussi un prédateur sur le dos, prêt à les dévorer, alors la peur s’installe. Lorsque leurs alliés ont dû retrouvé le tas de corps que j’ai laissé derrière moi, avec les têtes sur les piques, alors peut-être ont-ils commencé à avoir ce sentiment. Ce sentiment de peur, si précieux.
- C’est malin effectivement. J’espère que je ne serai jamais sur votre chemin, ahaha !
- Je l’espère aussi Sergent-Instructeur. »

Le dîner continue dans une ambiance amicale. Très gentilhomme, le Sergent me raccompagne à ma cabine après le dîner et me souhaite une bonne nuit. Il m’a raconté quelques anecdotes croustillantes qui me seront peut-être utiles plus tard. Quel bavard ! Je range quelques papiers, je vide ma poubelle et je me couche pour être prête pour le prochain entraînement.

Le lendemain, je retrouve les autres néophytes et nous allons directement dans la salle de simulation. Concrètement, les règles basiques de pilotage sont les mêmes, il faut juste prendre en compte la taille du vaisseau qui est plus élevée et le fait qu’il soit peu armé. Je prends place dans la cabine de simulation qui m’ait attribuée. C’est parti ! Début de simulation à bord d’une des stations sous forme rondes de la Shin-Ra. Je démarre les moteurs, on se met en lévitation et c’est parti. Cette fois-ci, nous ne sommes pas dans un champ d’astéroïdes mais nous devons nous entraîner à voler autour de la station et ensuite de pouvoir se poser dans le hangar de départ sans causer de dégâts à l’appareil. Je survole la station tranquillement. Ce vaisseau correspond assez bien à celui qu’utilise Francis, donc j’ai une bonne notion de la taille de l’appareil et comment le manier sans percuter des objets externes sur la coque. Je suis presque plus à l’aise dans ce petit vaisseau que dans le chasseur. Le petit vaisseau est par définition petit, mais au moins on peut mettre quelques affaires, contrairement au chasseur où vous avez quelques centimètres de disponible dans l’habitacle. Et encore, cela dépend des modèles vous me direz mais enfin dans tous les cas, pas de quoi mettre plusieurs tenues. La simulation se passe bien, je fais quelques acrobaties lorsque je prends confiance en moi. Puis je retourne au hangar lorsque le robot me le demande. Je m’approche du hangar doucement, je fais bien attention à mes radars et ma vitesse. Je passe la porte, je ralentis ma vitesse au minimum et je sors les crans d’atterrissages. J’inverse les propulseurs et je peux ainsi me poser en douceur sur la place désignée. Simulation réussie du premier coup. Je pourrais remercier Francis pour une fois, lui et ses conseils de pilotage.


« Félicitations Madame Song, je vous donne un papier que vous pourrez transmettre au service RH. Vous êtes habilitée à piloter des chasseurs et des petits vaisseaux maintenant. Je crois que Francis sera fier de vous. Vous pensez acheter quoi en premier ?
- Il lui en faut peu tout de même. Quand j’aurai assez de munnies, je pense m’acheter un petit vaisseau.
- Certes. Félicitations en tout cas ! N’hésitez pas à me rendre visite de temps en temps, j’aime bien entendre vos histoires ! Et très bon choix pour le vaisseau Madame Song. »

Je le salue amicalement une dernière fois en m’inclinant légèrement. Puis je vais au service RH pour faire inscrire ce certificat d’entraînement dans mon dossier. Au moins cette fois, on ne pas me reprocher d’être hors des procédures. Je me permets même de saluer la caméra avec un léger signe de tête et un petit sourire.

Une fois cette tâche effectuée, je retourne à ma cabine pour me reposer un peu jusqu’au soir. Le prochain entraînement se déroulera demain, à l’aube. Cette fois-ci, ce sera plus... Physique.

Comme un grand penseur l’a dit un jour : « On ne chemine jamais qu’entraîné par la force de son naturel. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Maître brasseur
Masculin
Nombre de messages : 453
Age : 27
Date d'inscription : 21/05/2013

Feuille de personnage
Missions effectuées:
Grade: Commandant
XP:
100/400  (100/400)
Jeu 2 Nov 2017 - 23:20
Ça manque de lasagne, j’dis ça… J’dis rien… Bon, j’vais quand même parler de ta mission.

Ce qui est marrant, c’est que nous avons déjà un peu parlé de ta mission en privé. Ce qui fait que, maintenant, tu retrouveras probablement des choses que j’ai déjà dit ! Malheureusement, j’pense déjà que le commentaire pour cet exploit risque d’être pas mal court. Pour la simple et bonne raison que, j’ai pas énormément de chose à dire dans le cas présent !

Enfin, j’ai déjà touché un mot par rapport aux statistiques. Ta dextérité n’est pas énorme et la conduite de vaisseau repose entièrement sur ça, malheureusement ! Après, dans ton texte, tu es malin sur certain point. La consigne de sécurité et de décollage, c’est de la concentration et t’applique les méthodes que tu entends ou découverte dans un livre. Du coup, les choses contrebalancées.

Néanmoins, c‘est un truc que j’aurai apprécié retrouver, c’est une difficulté de ouf à l’apprentissage dans le chemin de météorite. Et cela, directement quand il y a les gros rochers. Du genre, tu ne gères pas bien la pression sur les commandes et en voulant en éviter un, tu te retrouves sur un autre.

Ici, j’soulève quand même un point intéressant. Enfin, j’trouve que c’est intéressant. En rp, un de mes personnages à une dextérité de merde et je m’amusais à pousser le vice. Du genre, elle faisait systématiquement tomber son bouclier avant d’avoir atteint les dix points en Dextérité. Et ici, j’me demande ce que ça donne le cas où Huayan s’entraîne longuement pour parvenir à manipuler un vaisseau. Même si je sais que, on prend en compte qu’une personne est capable de conduire son vaisseau à l’achat. Est-ce que ce ne serait pas diablement drôle de voir une série de trois ou quatre rp ou ton personnage vient repasser le même exercice pour y parvenir au cinquième essai ?

Sur le papier, l’idée est rigolote. Mais en soit, j’vais jamais te demander (ou le faire moi-même) de taper cinq fois la même chose pour y parvenir. Après, j’pense que c’est une vision du rp qui mérite réflexion. Dans le sens où, tout n’est pas innée. Par exemple, si j’décide à c’que mon personnage après à bouger des choses par le psychisme, j’te jure qu’il va galérer sa vie pour tordre une cuillère. Bref, je m’égare une fois de plus, désolé. Tout ça pour dire, tu soulignes une certaine difficulté pour l’apprentissage et c’est très bien. Pour que ce soit excellent, ça aurait été d’abuser de la chose à fond.

Maintenant, parlons du bien du rp ! Et putain, j’suis long finalement.

L’idée de stage de conduite offert par la compagnie, j’trouve ça plutôt marrant et j’me suis posé la question suivante. Est-ce que la compagnie à bon intérêt à avoir plus de pilotes dans ses rangs ? Nous sommes d’accord, ici, il s’agit plus d’un brevet de vol que d’une véritable licence comme Francis possède. Toutefois, est-ce que la compagnie gagne à avoir le plus grand nombre de personne capable de manier les vaisseaux de type « chasseur » et « petit vaisseau » ? En finalement, c’est plus une réflexion et j’adore imaginer ce schéma de retranscrit dans d’autre rp.

Ayant noté ton rp avec Cypher, ici, c’est marrant de voir la continuité sans l’histoire et surtout… Les réflexions par rapport à tout ça, c’est rigolo… L’autre gars de la Shin’ra devrait lire.

Par ailleurs, l’épisode avec l’instructeur est marrant. En d’autres conditions, les gens peuvent se dire que c’est un traitement de faveur. Genre, le gars propose à une fille un dîner en milieu de formation ! Dans mon pays, le gars, il voulait plus que d’entendre des histoires ! Et là, j’ne parle même pas de l’épisode de Chocolamancien, il en voulait bien plus. Moi, c’est ce à quoi je pense. Bien, en sois, bon exploit. C’était vraiment intéressant de voir cette histoire d’apprentissage. Et j’me demande si nous allons bientôt dire au revoir à Francis avec l’acquisition de ton vaisseau.

Exploit accompli !


Normal : 23 points d'expérience + 210 munnies + 3 PS en Dextérité !

_______________________________
 
 
 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet